Azerbaïdjan occidental

Azerbaïdjan-Occidental
Qərbi Azərbaycan ostanı
استان آذربایجان غربی
(Ostān Āzarbāyjān-e Qarbi)
Île du lac d'Ourmia (Osman Fist)
Île du lac d'Ourmia (Osman Fist)
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Démographie
Population 3 080 576 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Altitude Max. 3 490 m
Superficie 37 437 km2
Localisation
Localisation de Azerbaïdjan-Occidental
Liens
Site web (fa) portal-ag.ir

L'Azerbaïdjan-Occidental[1] ou Azerbaïdjan de l'Ouest (azerbaïdjanais : Qərbi Azərbaycan ostanı ou persan : آذربایجان غربی Azarbāyejān-e-Qarbi)  est une des trente provinces de l'Iran et constitue l'une des provinces de l'Azerbaïdjan iranien. Elle couvre une superficie de 39 487 km2, ou 43 660 km2 en incluant le lac d'Orumieh. La province compte une population de plus de 3 000 000 habitants (2011). Sa capitale est Orumieh.

Géographie

Vue aérienne d'Ourmia et de la Shahar

L'Azerbaïdjan-Occidental est situé à l'extrémité nord-ouest de l'Iran, à l'ouest du lac d'Ourmia. Il est borné à l'est par l'Azerbaïdjan Oriental, au sud-est par la province de Zanjan, au sud par la province iranienne du Kurdistan, au sud-ouest par l'Irak, à l'ouest et au nord-ouest par la Turquie et au nord par le Nakhitchevan, exclave de la république de l'Azerbaïdjan. Son territoire couvre une superficie terrestre de 39 487 km2, pour une superficie totale de 43 660 km2 en incluant le lac d'Ourmia.

Le relief est fortement constrasté. Le paysage se découpe suivant des bandes méridiennes avec successivement d'ouest en est : le Hakkiari, horst puissant difficile à franchir avec le plus haut sommet à 3 490 m près de Rézâyeh, et un autre important à 3 280 m à la jonction des frontières de l'Iran, de la Turquie et de l'Irak, massif composé de roches variées et résistantes et découpé de gorges profonds; les hautes plaines situées à des altitudes entre 1 500 à 1 800 m où se pratique l'élevage; un alignement de collines de hauteur entre 1 500 et 2 750 m demeurent peu peuplées, servant de transit des troupeaux, entrecoupées par les vallées; les plaines alluivales formées par les dépôts des riviès descendues de la montagne, dont le terrain descend en pente douce depuis les collines, d'une altitude de 1 500 à 1 300 m, vers le lac. La plaine de Rezayeh à l'ouest du lac d'Ourmia couvre une surface de 30 km de profondeur sur 50 km de longueur. Les sols de cette plaine sont très fertiles. Au sud et au sud-est du lac se trouvent les plaines de Maragheb, du Margavar, de Mahabad et de Soldouz sont également très fertiles, à l'exception des bandes riveraines, dont la salinité est élevée[2].

Le climat est largement influencé par les vents pluvieux de l'Océan Atlantique et de la mer Méditerranée. Des vents froids venant du nord affectent le territoire en hiver, causent de fortes chutes de neige. Les températures moyennes s'établissent entre 9,4 °C à Piranshahr et 11,6 °C à Mahabad, étant de 9,8 °C à Orumieh et 10,8 °C à Khoy. La température moyenne la plus haute atteinte 34 °C en juillet et la température moyenne la plus basse est de −16 °C en janvier. L'amplitude thermique maximale moyenne en été est de °C et de 15 °C en hiver.

L'hydrographie est dominée par le lac d'Ourmia. Celui-ci, à forte salinité (15 % à 23 %) et dense en azote, est peu profond (15 m). De vastes superficies sont soumises à des inondations à ses abords. Les principaux cours d'eau sont les rivières Zola , Barandouz , Chahar  et Nazloo , dont les sources se trouvent dans le Hakkiari et qui sont tributaires du lac d'Ourmia[2].

Histoire

Le territoire de l'actuel l'Azerbaïdjan-Occidental fait partie de la satrapie sassanide Azarbadegan depuis au moins le IIIe siècle, comme en témoignent les ruines de Takht-e Suleiman, capitale de cette satrapie. La satapie sassanide s'étend aussi loin que Sanandaj[3]. Plusieurs sites archéologiques dénotent des habitats permanents au VIe millénaire av. J.‑C., tels que Teppe Hasanlu où le fameux Vase d'Or trouvé en 1958[4], Teppe Hajifiruz, où se trouve une des plus anciennes preuves de l'existence de production de vin, et Gooy Teppe. Une plaque de métal datant de 800 ans av. J.-C. représente une scène de l'épopée de Gilgamesh. Ces ruines, celles du site du patrimoine mondial de l'UNESCO à Takht-e Suleiman et les 169 sites historiques répertoriés par l'Organisation de l'héritage culturel d'Iran illustrent l'importance stratégique et l'histoire tumultueuse de la région à travers les siècles.

La province connaît de nombreuses guerres et des troubles ethniques à travers le temps. Au XIIe siècle, de nombreux Turcs azéris s'établissent dans la région, même à l'ouest du lac d'Orumieh[3].

Le premier monarque de la dynastie Kadjar, Agha Mohammad Khan, est couronné à Orumieh en 1795.

Dans la première moitié du XXe siècle, le territoire occupé actuellement par l'Azerbaïdjan Occidental fait partie de la province iranienne d'Azerbaïdjan. En 1950, lors d'une réorganisation des divisions territoriales, cette province est scindée pour former les provinces de l'Azerbaïdjan occidental et de l'Azerbaïdjan Oriental[5],[6].

En décembre 1945, le Gouvernement populaire d'Azerbaïdjan est proclamé avec comme capitale Tabriz, pour une courte période[2]. Les évènements significatifs qui ont lieu au cours du XXe siècle sont :

  • l'occupation soviétique en 1946 ;
  • la fondation et la chute de la république de Mahabad en 1946 ; et
  • de sévères combats de 1979 jusque dans les années 1990, et même jusqu'à maintenant, mais à une échelle bien moindre[7]) entre des nationalistes kurdes, des forces communistes et le gouvernement iranien. Durant certaines périodes, de grandes parties de la province n'étaient pas sous le contrôle du gouvernement[8].

Démographie

Selon le Recensement de l'Iran de 2011, l'Azerbïdjan-Occidental compte 3 080 576 habitants pour une densité brute de 82,3 habitants/km2[9].

Évolution de la population totale, 1956-2011[10] (milliers)

Départements d'Azerbaïdjan-Occidental
Piranshahr

La province est subdivisée en 14 départements. Le nombre actuel de ces derniers a été déterminé au cours du temps en divisant les grands départements en de plus petits. Les départements de cette province sont : Urmia, Salmas, Naghadeh, Piranshahr, Bukan, Khoy, Mahabad, Oshnaviyeh, Sardasht, Chaldoran, Miandoab, Maku, Takab et Shahindej.

Il n'y a pas de statistiques officielles concernant la composition ethnique des villes iraniennes. L'Encyclopedia Iranica souligne cependant que l'étendue des locuteurs de l'azéri s'étend « bien au-delà des frontières de l'Azerbaïdjan de l'ouest » et que le peuple kurde « peut être localisé dans les régions frontalières de la province de l'Azerbaïdjan de l'ouest »[3]. Dehkhoda mentionne aussi dans son dictionnaire que « la langue de l'Azerbaïdjan est une branche du groupe des langues d'Iran connues sous le nom d'azéri ».

Cinq des villes de la province ont une population majoritairement kurde, à savoir : Oshnaviyeh, Piranshahr, Bukan, Sardasht et Mahabad. D'autre part, les villes de Miandoab et Orumieh ont des majorités azéries, alors que les régions rurales de ces départements sont à majorité kurde. Naghadeh est à majorité kurde selon certaines sources et à majorité azéries selon d'autres sources. La ville d'Orumieh a aussi une large population kurde. Les autres départements sont composés d'un mélange de populations azéries et kurdes.

Les peuples azéris et kurdes constituent la majorité de la population de la province, mais il y a aussi quatre groupes ethniques et religieux qui sont natifs de la province et qui ont le statut de minorité : les Assyriens, les Chaldéens, les Arméniens et les Juifs.

Les Kurdes dominent dans les hauts plateaux à l'ouest et au sud de la province, alors que les terres basses sont dominées par les Azéris (au nord) et les chrétiens assyriens et chaldéens (au sud). Les frontières actuelles de la province sont un artifice de la cartographie iranienne officielle et ne correspondent pas aux frontières historiques de l'Azerbaïdjan historique (qui s'arrêtait là où commencent les hauts plateaux).

Les quatorze départements et leur population (basée sur des estimations de 2006) sont :

# Ville Population Ethnie dominante du département[11] Code téléphonique[12]
1. Piranshahr 66 396 Kurdes 443
2. Urmia 623 143 Kurdes, Azéris 441
3. Naghadeh 74 821 Kurdes, Azéris 443
4. Salmas 83 516 Kurdes, Azéris 44 352
5. Mahabad 168 328 Kurdes 442
6. Khoy 179 179 Azéris 461
7. Miandoab 138 127 Kurdes, Azéris 481
8. Oshnaviyeh 53 444 Kurdes 444
9. Bukan 225 391 Kurdes 482
10. Shahindej 43 013 Kurdes, Azéris 482
11. Chaldoran 33 417 Kurdes, Azéris 462
12. Takab 52 732 Kurdes, Azéris 482
13. Maku 42 587 Kurdes, Azéris 462
14. Sardasht 50 103 Kurdes 444

Économie

Dans la ville d'Orumieh, certains résidents ont un haut niveau de vie en comparaison avec d'autres villes de la province. Il y a de nombreux parcs, cafés, cinémas et des cafés internet dans toute la ville. Il y a aussi des centaines de villages dans toute la province, la plupart ayant l'eau courante, l'électricité et la télévision, le satellite (bien qu'interdit par la loi de la République islamique) et le téléphone. Les villes du sud qui sont considérées comme économiquement défavorisées ont toujours été le théâtre de manifestations kurdes contre le régime islamique[13].

L'Azerbaïdjan-Occidental est l'une des provinces iraniennes les plus importantes en ce qui a trait à l'agriculture.

Culture

Takht-e Suleiman

Takht-e Suleiman, près de la ville de Takab, au sud-est de l'Azerbaïdjan-Occidental, est le lieu le plus sacré du zoroastrisme et de l'empire sassanide. Ce site du patrimoine mondial se compose des restes d'un sanctuaire zoroastrien partiellement reconstruit durant la période ilkhanide ainsi qu'un temple de l'époque sassanide. Hansalou est un site archéologique antique situé au sud du lac d'Ourmia. Ce site aurait été habité en plusieurs étapes, la première commençant au sixième millénaire av. J.-C.[14]. L'Azerbaïdjan-Occidental est riche de nombreuses traditions azéries. Plusieurs danses locales et chansons folkloriques continuent à survivre parmi les différents peuples de la province. En tant que province de l'Iran depuis des siècles, l'Azerbaïdjan est mentionné favorablement dans de nombreuses occasions dans la littérature persane par les plus grands auteurs et poètes iraniens :

« Tous les nobles et grands d'Iran
viennent d'Azerbaïdjan, de Rey et de Gorgan. »

— Vis o Ramin

« Les sages et les hommes libres de là-bas,
se sont installés en Azerbaïdjan. »

— Nizami

« L'espace d'un mois, les Rois et les hommes libres
ont choisi l'Azerbaïdjan. »

— Ferdowsî

Universités

L'Université d'Orumieh a été fondée par un missionnaire américain presbytérien en 1878. Une faculté de médecine a également été établie à cet endroit par Joseph Cochran et une équipe de médecins américains. Joseph Cochran et ses collègues ont été enterrés dans un vieux cimetière à proximité d'Orumieh. Le site internet de l'université d'Orumieh dit à propos de leurs sépultures :

« Ici ils reposent en paix, loin de leur terre d'origine. Leurs épitaphes témoignent de leurs efforts et de leur dévotion à l'humanité. »

La province accueille aujourd'hui les établissements d'enseignement universitaire suivants :

  • Université de sciences médicales d'Orumieh[15]
  • Université islamique libre d'Orumieh[16]
  • Université islamique libre de Khoy[17]
  • Université islamique libre de Mahabad[18]
  • Université islamique libre de Piranshahr[19]

Société

Religion

Saint-Thaddée. Certains pensent qu'elle a été construite pour la première fois en 66 par saint Jude. Les Arméniens croient que Simon et lui ont été enterrés ici. En 1329, l'église a été reconstruite sous sa forme d'aujourd'hui après qu'un tremblement de terre a détruit sa structure en 1319.

Dans cette province, l'islam (sunnite et chiite) est la religion majoritaire. Cependant, il y aussi une large minorité chrétienne, composée d'Assyriens qui ont historiquement vécu sur la rive ouest du lac d'Orumieh, ainsi que d'Arméniens qu'on rencontre dans toute la province. La ville de Maku dans le nord de l'Azerbaïdjan de l'ouest était la seule ville en Iran (avant la Seconde Guerre mondiale) où les chrétiens étaient majoritaires.

La cathédrale Saint-Thaddée est située à proximité du village de Qara-Kelisa. En plus d'être un site religieux qui a une signification particulière pour les chrétiens iraniens, et particulièrement les Arméniens, cette grande église (monastère) est aussi un monument de valeur en termes artistiques et architecturaux. Saint-Thaddée, aussi connu sous le nom de Jude Thaddeus ou Jude Labbeus, était un des apôtres de Jésus-Christ qui a voyagé en Arménie, où il a été ensuite tué et où les locaux lui ont élevé une petite chapelle en 301. La cathédrale, connue sous le nom de Qara Kelisa ('l'église noire' en azéri) par les habitants locaux, doit son nom à sa partie occidentale.

'Églises d'Azerbaïdjan de l'ouest

En tout, trente-et-une églises sont enregistrées par l'Organisation de l'Héritage culturel de l'Iran dans la province. Nombre d'entre elles sont des monuments historiques d'une très grande valeur culturelle. Les plus célèbres sont les suivantes :

Notes et références

  1. « Azerbaïdjan-Occidental », Larousse,‎ .
  2. a, b et c Edmond Berthaud, « La vie rurale dans quelques villages de l'Azerbaïdjan occidental », Revue de géographie de Lyon, vol. 43, no 3,‎ , p. 291-331 (lire en ligne).
  3. a, b et c (en) Encyclopædia Iranica, p. 206, 207 et 234.
  4. (en) « Hasanlu Tepe », Penn Musuem, (consulté le 14 juin 2017).
  5. (en) Gwillim Law, « Provinces of Iran », sur Statoids, (consulté le 4 janvier 2017).
  6. (en) Jan Lahmeyer, « Iran: Historical demographical data of the administrative division », sur Populstat, (consulté le 17 février 2017).
  7. (en) « Iranian Kurdish parties prefer dialogue with government », sur al-monitor.com, (consulté le 31 mars 2015).
  8. (en) « Iran : Kurds », sur countrystudies.us, Country Studies (consulté le 31 mars 2015).
  9. (en) Statistical Center of Iran, National Population and Housing Census 2011 (1390) : Selected Findings, Téhéran, The President's Office, Deputy of Strategic Planning and Control, , 32 p. (lire en ligne).
  10. a. 1956 : Compilation par Law (2015) à partir de The Encyclopaedia Britannica World Atlas, 1964.
    b. 1961 : Compilation par Lahmeyer (2004) à partir de HW. Année de référence incertaine.
    c. 1966 : Compilation par Law (2015) à partir de Webster's New Geographical Dictionary, 1980 et par Lahmeyer (2004) à partir de WG.
    d. 1971 : Compilation par Lahmeyer (2004) à partir de PM.
    e. 1976 : Compilation par Law (2015) à partir de Iran Almanac, 1978, et par Lahmeyer (2004) à partir de DV.
    f. 1986 à 2011 par Law (2015) à partir de Iran Almanac, 1978 (1976); Fourth United Nations Conference on the Standardization of Geographical Names, volume II, 1987 (1986); The Stateman's Year-Book, 1997-1998 (1991 et 1996); (en) Statistical Center of Iran, National Population and Housing Census 2011 (1390) : Selected Findings, Téhéran, The President's Office, Deputy of Strategic Planning and Control, , 32 p. (lire en ligne) (2006 et 2011).
  11. http://www.cais-soas.com/CAIS/Anthropology/Kurds/kurdish_tribes.htm#Western%20Azarbaijan%20Province
  12. http://www.tci.ir/numbering/user.htm
  13. http://www.iranfocus.com/modules/news/article.php?storyid=3183
  14. Aly Mazahéri, op. cité, p. 36.
  15. Université de sciences médicales d'Orumieh
  16. Université d'Orumieh
  17. Université islamique libre de Khoy
  18. Université islamique libre de Mahabad
  19. Université islamique libre de Piranshahr

Voir aussi

Bibliographie

  • H. Anzali, Urumiyah dar guzar-i zaman (Orumieh au cours du temps), 2000 (ISBN 964-6614-07-8).
  • A. Kaviyanpur, Tarikh-i iyah (L'histoire d'Orumieh), 1999 (ISBN 964-91860-6-9).
  • P. Oberling, The Turkic Peoples of Iranian Azerbaijan, 1964a, American Council of Learned Scientists
  • Organisation de l'héritage culturel d'Iran, Azarbaijan Gharbi (ISBN 964-7483-80-5).

Articles connexes

Liens externes

Pays et provinces limitrophes