Azad Cachemire

Azad Cachemire
(ur) : آزاد جموں و کشمیر
Blason de Azad Cachemire
Héraldique
Drapeau de Azad Cachemire
Drapeau
Carte du Pakistan avec le Azad Cachemire en rouge.
Carte du Pakistan avec le Azad Cachemire en rouge.
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Capitale Muzaffarabad
Démographie
Population 4 567 982 hab. (2008)
Densité 344 hab./km2
Géographie
Superficie 13 297 km2
Divers
Langue provinciale de jure pothohari

L'Azad Jammu-et-Cachemire ou plus communément Azad Cachemire (littéralement « Cachemire Libre », en ourdou azaad jammu o- kashmir, آزاد جموں و کشمیر, terme utilisé par les partisans de son indépendance) est une région d'Asie du Sud et un territoire pakistanais s'étendant sur 78 000 km2 et comptant quatre millions d'habitants. Sa capitale est Muzaffarabad.

Elle constitue la partie méridionale de l'ancien État princier du Cachemire, aujourd'hui contrôlée par le gouvernement fédéral d'Islamabad sous forme d'un État nominalement indépendant (dont le nom officiel est « Azad Jammu-et-Cachemire » et ne doit pas être confondu avec celui de l'État indien du Jammu-et-Cachemire). La partie septentrionale du « Cachemire pakistanais » étant formée par le Gilgit-Baltistan (ou « Territoires du Nord »).

Le territoire bénéficie en théorie au sein de la république islamique du Pakistan d'une autonomie élargie. Il est représenté par un président et un Premier ministre et dispose d'une assemblée législative élue directement. La langue locale ancestrale est le Pothohari.

Histoire

Article détaillé : Histoire du Cachemire.

En octobre 1947, des combattants musulmans du Cachemire, soutenus par le gouvernement pakistanais et les tribus pachtounes, renversent le maharaja Hari Singh et fondent le « Cachemire libre » (Azad Kashmir). Le maharaja, qui jusque-là envisageait l'indépendance de sa principauté, s'unit à l'Union Indienne en échange d'une aide militaire. L'Inde envahit le Cachemire et engendre le premier conflit indo-pakistanais que l'ONU fera cesser le 1er janvier 1949. Le Cachemire se trouve alors partagé en deux :

Depuis cette première guerre, et malgré deux autres conflits en 1965 et 1971, les frontières ne changent que très peu entre les deux pays. En 1963, le Pakistan concède à la Chine les territoires situés sur le versant nord du Karakoram. En 1972, l'Inde et le Pakistan signent l'accord de Simla dans lequel les deux pays s'accordent pour régler leurs différends pacifiquement. En 1974, l'Assemblée de l'Azad Cachemire adopte une Constitution provisoire pour la région, lui accordant en théorie une autonomie par rapport au reste du Pakistan[1].

Géographie

Vallée de l'Azad Cachemire.

L'Azad Cachemire est situé dans la partie sud de l'Himalaya et est donc une région montagneuse, boisée et arrosée par de nombreux cours d'eau qui forment des vallées, comme la célèbre vallée Neelam. Le point culminant du territoire est le mont Sarwali qui se situe à 6 326 mètres au dessus du niveau de la mer. Le sud de l'Azad Cachemire est nettement moins élevé et offre un été particulièrement chaud et un hiver doux. À l'inverse, le centre et le nord sont bien plus élevés et présentent donc des étés doux et des hivers très froids et enneigés. Des moussons touchent la région durant l'été et les inondations sont fréquentes.

Démographie

Selon le recensement de 1998, l'Azad Cachemire est peuplé de 2 972 501 habitants dont le district de Muzaffarabad est de loin le plus peuplé tandis que la ville la plus peuplée est Mirpur. Plus récemment, la population a été estimée à 4,4 millions d'habitants environ, avec un taux d'alphabétisation de 74 %[2].

L'ethnie majoritaire de l'Azad Cachemire sont les Pothoharis, un peuple du nord-ouest du Pakistan. Les régions orientales et frontalières à l'Inde sont habitées par les Gujjars, tandis que la vallée de Kishanganga est peuplée par les Cachemiris.

Langues

La majorité des habitants de l'Azad Cachemire parlent le pothohari, une langue lahnda (pendjabi occidental). Cependant, il existe beaucoup de langues minoritaires dans la région, dont les plus importantes sont le gojri (Gujari) et le cachemiri, qui sont respectivement parlés dans les collines orientales et dans la vallée de Kishanganga (Neelum).

Contrairement à une idée véhiculée par les habitants de l'Azad Cachemire, les natifs de la région ne parlent pas le pahari, qui est une famille de langues parlées plus à l'est, dans les États indiens de l'Himachal Pradesh et de l'Uttarakhand ainsi qu'au Népal.

Administration

Districts de l'Azad Cachemire

Vue de la ville de Muzaffarabad, capitale de l'Azad Cachemire.
Division District Capitale Superficie (km²) Population (1998) Densité (habitants/km²)
Mirpur Bhimber Bhimber 1 516 301 633 199
Mirpur Kotli Kotli 1 862 563 094 302
Mirpur Mirpur Mirpur 1 010 333 482 330
Muzaffarabad Muzaffarabad Muzaffarabad 2 496 638 973 256
Muzaffarabad Hattian Hattian Bala 854 225 000 263
Muzaffarabad Neelum Athmuqam 3 621 106 778 29
Poonch Poonch Rawalakot 855 411 035 481
Poonch Haveli Forward Kahuta 598 138 000 230
Poonch Bagh Bagh 1 368 393 415 288
Poonch Sudhnati Pallandari 569 224 091 394
Muzaffarabad 13 297 2 972 501 224

Principales villes

La ville de Mirpur, plus grande ville de l'Azad Cachemire.
Rang Ville District Est. 2014[3]
1 Mirpur district de Mirpur 161 000
2 Muzaffarabad district de Muzaffarabad 132 900
3 Rawalakot district de Poonch 77 100
4 Kotli district de Kotli 69 200

Politique

Symboles officiels de l'Azad Cachemire
Animal
(Cerf élaphe)
Largest Red Deer.jpg
Oiseau
(Grue à cou noir)
Black-necked Crane (Grus nigricollis).jpg
Arbre
(Platane d'Orient)
Platanus orientalis tree.JPG
Fleur
(Rhododendron ponticum)
Rhododendron pontica-1.jpg
Sport
(polo)
Fairy meadows polo match.jpg

Le territoire de l'Azad Cachemire dispose d'un statut politique totalement exorbitant du droit commun pakistanais. Tout comme son voisin du Cachemire le Gilgit-Baltistan, il ne fait pas partie des quatre provinces du pays. Il dispose théoriquement d'une autonomie élargie et de sa propre administration. L'Azad Cachemire est dirigé par une assemblée unicamérale, qui élit un « Premier ministre » (équivalent d'un ministre en chef dans les provinces). Depuis 1974, le territoire dispose de sa propre constitution à titre provisoire, en l'attente d'une hypothétique « réunification » du Cachemire. Son article 21 prévoit toutefois que les relations entre le territoire et le reste du pays sont régies par un « Conseil » dirigé par le Premier ministre du Pakistan et le gouvernement fédéral d'Islamabad. Pour le journal indien The Indian Express, l'autonomie de l'Azad Cachemire est en réalité très limitée par ce biais[1].

De par son statut de quasi-indépendance, l'Azad Cachemire ne participe pas aux élections fédérales au Pakistan et n’envoie donc pas de représentants au Parlement. Des élections au suffrage universel direct ont cependant lieu pour élire l'Assemblée de l'Azad Cachmire, qui dispose de 41 sièges élus et huit sièges réservés pour cinq femmes, un ouléma, un technocrate et un représentant de la population expatriée. Les élections de 2016 ont abouti à une large victoire de la Ligue musulmane du Pakistan (N) qui a raflé 31 sièges[4].

Références

  1. a et b (en) Khaled Ahmed, « How free is ‘Azad Kashmir’ », sur The Indian Express, (consulté le 22 mars 2017)
  2. (en) AJ&K at a Glance sur le site officiel du gouvernement de l'« Azad Jammu-et-Cachemire »]
  3. (en) Azad Jammu and Kashmir sur citypopulation.de
  4. (en) Ali Zain, « Official Results: PML-N clinches 31 seats in AJK Legislative Assembly Elections 2016 », sur dailypakistan.com.pk, (consulté le 22 mars 2017)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes