Avril 1945 (Seconde Guerre mondiale)

Avril 1945 (Seconde Guerre mondiale)

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Mars 1945 - Avril 1945 - Mai 1945

  • 4 avril :
    • Libération de Bratislava par l'Armée rouge ;
    • Le camp de concentration d'Ohrdruf, dans l'ouest de l'Allemagne, est libéré par les Alliés ;
    • Attaque des unités allemandes encerclées dans la Ruhr par la 9e armée américaine ;
    • Dernière directive du bureau de presse du Reich, ordonnant à la presse d'inciter les Allemands à la résistance.
  • 13 avril :
    • Entrée des troupes soviétiques dans Vienne (Autriche) (13-16 avril) ;
    • Prise de Dortmund par les troupes américaines engagées dans la Ruhr ;
    • Vienne est libérée par des troupes soviétiques ;
    • Libération du camp de concentration de Buchenwald par les troupes américaines ;
    • Les SS quittent le camp de Bergen-Belsen ;
    • Albert Hoffmann décrète unilatéralement la dissolution du NSDAP dans son Gau de Westphalie-Sud.
  • 15 avril :
    • Le camp de concentration de Bergen-Belsen est libéré ; Arnhem, aux Pays-Bas, est libérée ;
    • Lancement de l'opération Vénérable pour libérer Royan, sur la côte Atlantique avec un bombardement aérien, maritime et terrestre massif.
  • 16 avril :
    • Naufrage du paquebot Goya dans la mer Baltique coulé par un sous-marin soviétique, environ 6500 morts ;
    • Le croiseur allemand Lützow est coulé dans le canal Piast (Kaiserfahrt) par des Avro Lancaster britanniques après une tentative ratée trois jours plus tôt. Néanmoins, le peu de profondeur du canal fait que le pont principal sera hors d'eau et que ces canons serviront à la défense contre l'avancée soviétique ;
    • L'offensive de l'armée soviétique sur Berlin commence ;
    • Les Alliés investissent Nuremberg, défendue âprement jusqu'à sa reddition le 20 avril.
  • 17 avril :
    • Fin de la bataille de Royan, la ville est libérée au prix de destruction massive avec une expérimentation de l'usage massif de bombes au napalm, disproportionnées face à cette poche de résistance (source) et alors que la fin de la guerre est toute proche ;
    • Mussolini s'installe à Milan ;
    • La IXe armée américaine atteint la rive gauche de l'Elbe ;
    • Fin des combats dans la poche de la Ruhr.
  • 18 avril :
    • Reddition allemande dans la Ruhr ;
    • Les Américains entrent en Tchécoslovaquie ;
    • Les lignes de défense allemandes en Italie du nord sont percées à Argenta ;
    • Prise de Magdebourg par les troupes américaines.


La poignée de main de Torgau

« Sam » et « Ivan », en réalité les soldats William Robertson et Alexander Sylvashko, se serrent symboliquement la main devant le panneau EAST MEETS WEST ;
cette photographie fut bien entendue arrangée le jour même sur l'Elbe.
  • 24 avril
    • Le maréchal Pétain, après accord des Allemands passe en Suisse d'où il compte revenir en France.
La mort d'Adolf Hitler fera le lendemain du 30 avril les gros titres des journaux.
  • 27 avril :
    • Les troupes américaines entrent en Autriche ;
    • Reddition de Ratisbonne devant les troupes alliées ;
    • Pétain est interné au fort de Montrouge ;
    • Refus du Liechtenstein d'accueillir Pierre Laval[2].
  • 28 avril :
    • Benito Mussolini et sa maitresse Clara Petacci sont exécutés par des partisans italiens ;
    • La XIIe armée allemande commandée par le général Wenck attaque pour dégager Berlin. Après un succès initial, elle est obligée d'interrompre son offensive ;
    • Derniers gazages de prisonniers, des antifascistes autrichiens, dans le camp de Mauthausen ;
    • Dans la nuit du 28 au 29, Hitler épouse sa maitresse Eva Braun dans le Führerbunker ;
    • Pierre Laval s'envole, via Merano, pour l'Espagne qui lui a accordé l'asile pour trois mois[3] ;
    • Reddition de la ville d'Augsbourg ;
    • Tentative de coup d'état à Munich, menée par trois officiers de la Wehrmacht et leurs troupes, vite réprimée ;
    • Dernière édition du Völkischer Beobachter, journal officiel du NSDAP, imprimé depuis Munich ;
    • Fernand de Brinon, réfugié près d'Innsbruck se voit refuser l'asile en Suisse[4].

Notes et références

  1. Jean-Paul Cointet, Sigmaringen, Paris, Perrin, coll. « Tempus », , 462 p. (ISBN 9782262033002), p. 400
  2. Sigmaringen, p. 408.
  3. Sigmaringen, p. 409.
  4. Sigmaringen, page 400.