Austen Chamberlain

Austen Chamberlain
Austen Chamberlain
Austen Chamberlain nobel.jpg

Sir Austen Chamberlain au XIXe siècle.

Fonctions
List of the First Lords of the Admiralty ()
-
Bolton Eyres-Monsell (en)
Secrétaire d'État des Affaires étrangères
-
Lord du Sceau Privé
-
Chancelier de l'Échiquier
-
Charles Ritchie (en)
Maître des postes du Royaume-Uni (en)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Secrétaire d'État à l'Inde
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
(à 73 ans)
Londres
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activité
Père
Fratrie
Beatrice Chamberlain ()
Autres informations
Parti politique
Membre de
25e Parlement du Royaume-Uni ()
33e Parlement du Royaume-Uni ()
32e Parlement du Royaume-Uni ()
34e Parlement du Royaume-Uni ()
35e Parlement du Royaume-Uni ()
36e Parlement du Royaume-Uni ()
31e Parlement du Royaume-Uni ()
29e Parlement du Royaume-Uni ()
26e Parlement du Royaume-Uni ()
30e Parlement du Royaume-Uni ()
27e Parlement du Royaume-Uni ()
28e Parlement du Royaume-Uni ()
37e Parlement du Royaume-Uni ()
Distinction
signature d'Austen Chamberlain

signature

Sir Austen Chamberlain, né à Birmingham le et mort à Londres le , est un homme politique britannique membre du Parti conservateur.

Biographie

Il est le fils d'un premier mariage de Joseph Chamberlain, et demi-frère de Arthur Neville Chamberlain (né lui d'un second mariage). Après des études à la Rugby School puis au Trinity College (Cambridge), Chamberlain voyage en Europe, notamment en France et à Berlin. Il fut le chef du parti unioniste - partisan du maintien de l'union et de la Grande-Bretagne- puis dirigeant du Parti conservateur. De retour à Londres, il est élu député conservateur à la Chambre des communes en 1892, nommé Chancelier de l'Échiquier (1903-1905, 1919-1921), secrétaire d'État de l'Inde (1915-1917), membre du Cabinet de guerre (1918-1919).

Il est ensuite ministre des Affaires étrangères entre 1925 et 1929 et est l'un des instigateurs pour le Royaume-Uni, avec Gustav Stresemann et Aristide Briand, des Accords de Locarno de 1925, qui lui valent le Prix Nobel de la paix cette même année.

Sous le cabinet du conservateur Stanley Baldwin, il est l'architecte du rapprochement avec l'Italie de Benito Mussolini, qu'il rencontre personnellement quatre fois, notamment en matière de politique coloniale. En juillet 1925, un accord permet à l'Italie fasciste d'annexer des territoires jusque-là rattachés au Kenya britannique. Puis, en avril 1926, les deux puissances coloniales s'entendent pour étendre leurs zones d'influences au détriment de l’Éthiopie[1].

Notes et références

  1. Philippe Foro, L'Italie fasciste, Armand Colin,
  • Dominique Vallaud, Dictionnaire Historique, Brodard, 2002.
  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • WorldCat