Auribail

Auribail
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Auterive
Intercommunalité Bassin Auterivain
Maire
Mandat
Serge Marquier
2014-2020
Code postal 31190
Code commune 31027
Démographie
Gentilé Aurivalois, Aurivaloises
Population
municipale
210 hab. (2015 en diminution de 7,89 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 10″ nord, 1° 22′ 59″ est
Altitude Min. 209 m
Max. 312 m
Superficie 8,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Auribail

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Auribail

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auribail

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auribail

Auribail (Aurivalh en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Aurivalois.

Géographie

Cette commune de l'aire urbaine de Toulouse est perchée sur les coteaux du Volvestre, à 3,5 km de Miremont, plus précisément à 35 km au sud de Toulouse et 18 km au sud-est de Muret.

Communes limitrophes

Auribail est limitrophe de cinq autres communes.

Communes voisines.

Hydrographie

La commune est arrosée par la Lantine affluent de l'Ariège

Géologie et relief

La superficie de la commune de est de 894 hectares ; son altitude varie de 209 à 312 mètres[2].

Un petit plateau situé à 285 m d'altitude, au sommet d'une crête, accueille quelques habitations, l'église, un château, la mairie et le cimetière. Les autres habitations sont dispersées, notamment dans les hameaux de Chioulet et de Croix d'Armand. Cet endroit tranquille bénéficie d'une situation qui lui assure un point de vue sur les coteaux et sur la chaîne des Pyrénées. Le village est entouré de toutes parts par des collines et des vallons cultivés ou boisés. Auribail est situé, au sein des coteaux du Volvestre, à mi-chemin entre la vallée de la Lèze et celle de l'Ariège, (affluent de la Garonne), elles sont toutes deux distantes d'environ 4 km.

Toponymie

Formée du génitif auri et d'une altération de val, est « une vallées d'or ».

Histoire

À l'époque gallo-romaine, les terres agricoles de ce secteur étaient regroupées en villas. Au XIe siècle, l'abbaye bénédictine de Lézat étendait son pouvoir sur ce village et il y eut deux églises. Auribail fut au XIVe siècle sous la domination de Bernard de Durfort. D'autres seigneurs lui ont ensuite succédé : les La Fite, La Palu, Saint-Pastour, de Manas au XVIe siècle, de Brettes-Turin au XVIIe siècle et d'Hélio au XVIIIe siècle. Le château fut construit au XVe siècle ; l'église Saint-Brice, à l'origine chapelle du château, subit des destructions durant les guerres de religion. Elle fut restaurée et agrandie au XVIIe et au XIXe siècle. Auribail n'a pas vraiment de centre car l'église se situe au sein d'un domaine privé ; seuls, ce bâtiment et son chemin d'accès sont publics.

À partir du Moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790, pendant la Révolution française, Auribail faisait partie du diocèse de Rieux.

Politique et administration

Administration municipale

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes du Bassin Auterivain et du canton d'Auterive.

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Serge Marquier DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 210 habitants[Note 1], en diminution de 7,89 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285 345 273 332 266 341 398 384 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
400 397 370 356 316 329 334 324 295
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
300 306 284 215 245 211 209 181 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
160 156 138 120 137 162 214 228 210
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 482 339 462 396 421 364 364 371
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture.

Enseignement

Saint-Christaud fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité

Salle des fêtes

Salle des fêtes,

Sports

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclage

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Auribail sur le site de l'Institut géographique national
  • Auribail sur le site de l'Insee

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031027.html.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)