Attentats du 13 novembre 2015 en France

(Redirigé depuis Attentats du 13 novembre 2015 en Île-de-France)
Attentats du 13 novembre 2015
en France
Image illustrative de l'article Attentats du 13 novembre 2015 en France
À gauche, et de haut en bas :
arrivée des secours au Comptoir Voltaire,
forces d’intervention à Saint-Denis,
véhicules de police devant le Bataclan,
recueillement place de la République.
À droite, et de haut en bas :
illumination tricolore de la tour Eiffel,
devise de Paris : Fluctuat nec mergitur.

Paris-Saint-Denis.svg

1
1
2
2
3
3
4
4
5
5
6
6
Première attaque
Localisation Saint-Denis
Cible Abords du Stade de France (3 explosions)
Coordonnées 48° 55′ 28″ nord, 2° 21′ 36″ est
Deuxième attaque
Localisation Paris 10e
Cible Restaurant Le Petit Cambodge et bistrot Le Carillon
Coordonnées 48° 52′ 18″ nord, 2° 22′ 04″ est
Troisième attaque
Localisation Paris 11e
Cible Brasserie Café Bonne Bière, restaurant Casa Nostra
Coordonnées 48° 52′ 07″ nord, 2° 22′ 06″ est
Quatrième attaque
Localisation Paris 11e
Cible Bataclan
Coordonnées 48° 51′ 48″ nord, 2° 22′ 13″ est
Cinquième attaque
Localisation Paris 11e
Cible Bar La Belle Équipe
Coordonnées 48° 51′ 14″ nord, 2° 22′ 55″ est
Sixième attaque
Localisation Paris 11e
Cible Bistrot-restaurant Comptoir Voltaire
Coordonnées 48° 51′ 01″ nord, 2° 23′ 35″ est

Date du à 21 h 16 au à h 58 (UTC+1)
Type Attentats-suicides, fusillades, prises d’otages, tueries de masse
Armes Fusils d’assaut Kalachnikov, ceintures et gilets d’explosifs comportant du TATP[1]
Morts 130 (et 7 terroristes) :

- Abords du Stade de France : 1 (et 3 terroristes)
- Le Carillon et Le Petit Cambodge : 15
- Casa Nostra et Café Bonne Bière : 5
- Bataclan : 90 (et 3 terroristes)
- La Belle Équipe : 19
- Comptoir Voltaire : 0 (et 1 terroriste)

Blessés 413 (dont 99 grièvement)
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Les attentats du 13 novembre 2015 en France, revendiqués par l'organisation terroriste État islamique (Daech), sont une série de fusillades et d'attaques-suicides islamistes perpétrées dans la soirée à Paris et dans sa périphérie par trois commandos distincts.

Une première attaque a lieu à Saint-Denis, aux abords du Stade de France, où se joue un match amical de football France-Allemagne, auquel assiste le président François Hollande. Le personnel de sécurité leur refusant de pénétrer dans l'enceinte du stade, trois terroristes se font exploser dans ce qui sont les tout premiers attentats-suicides en France. D'autres attaques ont ensuite lieu à Paris, dans plusieurs rues des 10e et 11e arrondissements, où trois individus mitraillent des terrasses de cafés et de restaurants ; deux d'entre eux prennent la fuite, le troisième se fait exploser. L'attaque la plus longue et la plus meurtrière a lieu dans la salle de spectacle du Bataclan (également dans le 11e arrondissement), où 1 500 personnes assistent au concert du groupe américain de rock Eagles of Death Metal et où trois autres djihadistes ouvrent le feu sur le public, avant qu'un assaut des forces de l'ordre n'y mette fin et ne tue les terroristes.

Un communiqué de Daech ainsi que l'enquête policière laissent supposer qu'un quatrième attentat aurait pu être commis dans le 18e arrondissement. L'enquête atteste qu'un attentat-suicide était programmé cinq jours plus tard dans le quartier d'affaires de La Défense. « C'est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech », déclare le Président de la République la nuit des attentats. Le bilan officiel des victimes fait état de 130 morts et de 413 blessés hospitalisés, dont 99 en situation d’urgence absolue. Ces attentats sont les plus meurtriers perpétrés en France depuis la Seconde Guerre mondiale et les deuxièmes en Europe (hors attentats aériens), après les 191 morts des attentats de Madrid du 11 mars 2004.

La gravité de la situation est telle que le gouvernement décrète l'état d'urgence sur tout le territoire national, une première en France depuis la guerre d'Algérie. La police effectue de nombreux contrôles dans tout le pays pour traquer les criminels en fuite et prévenir de futures attaques, tandis que le président de la République rencontre tour à tour les grands dirigeants mondiaux afin de mettre sur pied une coalition élargie pour « détruire Daech » dans ses fiefs de Syrie et d'Irak. Le Belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, qui selon les autorités françaises a joué un « rôle déterminant » dans l'organisation de ces attentats, est tué en même temps que deux complices le , lors d'un assaut donné par les forces de police à Saint-Denis. À la suite de ces attentats liés à la Belgique, les autorités belges plaçent l'agglomération bruxelloise en état de siège du 21 au 26 novembre 2015, craignant des attaques imminentes dans la capitale belge. L'unique survivant des commandos responsables de ces attaques, Salah Abdeslam, est capturé par la police belge dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean le 18 mars 2016, après quatre mois de fuite. La même cellule terroriste franco-belge commet les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.

Attentats du 13 novembre 2015 en France

Sommaire

Contexte

Terrorisme en France et à l'étranger

Article détaillé : Terrorisme en France.

En janvier 2015, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, qui se réclament respectivement d'Al-Qaïda au Yémen et de l'État islamique, commettent une série d'attentats et d’autres actes criminels — de l'attaque contre Charlie Hebdo à la prise d'otages dans le magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes — faisant 17 morts.

D'autres attentats de moindre envergure ont eu lieu depuis la fin de l'année 2014. En , Sid Ahmed Ghlam échoue dans son projet d'attentat, mais tue néanmoins Aurélie Châtelain à Villejuif (Val-de-Marne). Le , Yassin Salhi étrangle et décapite son patron, puis tente de faire exploser une usine de production de gaz industriels et médicaux classée Seveso à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Le , quatre jeunes de 16 à 23 ans, dont un ancien militaire, sont soupçonnés de projeter une attaque contre le camp militaire du fort Béar, à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), et de vouloir filmer la décapitation d'un officier. Un attentat dans un train Thalys, le , aurait pu avoir des conséquences bien plus graves sans l'intervention de voyageurs. Enfin, le , un autre projet d'attaque visant des militaires de la Marine nationale à Toulon (Var) est déjoué[2].

La France n'est pas la seule touchée. Les 14 et 15 février 2015, les fusillades de Copenhague tuent deux personnes, et, en mars et en juin en Tunisie, l'attaque du musée du Bardo et l'attentat de Sousse, revendiqués par l'État islamique, en tuent respectivement vingt-deux et trente-neuf. Le Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron annonce en septembre qu'un attentat de l'État islamique visant Élisabeth II a été déjoué[3].

La Belgique est également particulièrement touchée par le terrorisme. Le premier attentat commis par l'organisation État Islamique en Occident a été perpétré le au musée juif de Bruxelles, causant la mort de quatre personnes. Après les attentats de janvier, le pays a mis en place l'opération Vigilant Guardian sur le modèle de l'opération Sentinelle. De plus, la filière belge est citée dans la plupart des attentats récents perpétrés ou déjoués en France et en Europe. Les armes utilisées par les terroristes pour commettre la plupart de ces actes ont été achetées ou obtenues en Belgique. De plus, des attentats visant des commissariats de police ont été déjoués de justesse notamment via l'élimination de la cellule terroriste dite « de Verviers » ou encore la nuit du Nouvel An[4]. Dans le cadre des vagues de perquisitions conduites dans le pays à la suite des attentats du 13 novembre, la police a découvert que des djihadistes présumés espionnaient un haut responsable nucléaire, ce qui a poussé les autorités à craindre des attaques contre des centrales nucléaires. La Belgique est même qualifiée par certains médias de « plaque tournante » du terrorisme en Europe. En effet, le pays est, en Europe, celui qui compte le plus grand nombre de personnes parties combattre en Syrie ou en Irak, proportionnellement à sa population. Le pays, très proche de la France, fait face à une menace terroriste parmi les plus fortes d'Europe[5],[6],[7],[8]. Le , sa capitale Bruxelles est frappée par une série d'attentats-suicides à l'aéroport et dans une rame de métro à la station Maelbeek — très proche des institutions européennes —, faisant 35 morts et 340 blessés.

À la suite de l'attentat du Thalys en août déjoué in extremis, François Hollande déclare : « Nous devons nous préparer à d'autres assauts et donc nous protéger[9]. » Plusieurs semaines avant les attentats, le juge du pôle antiterroriste Marc Trévidic prévenait également : « Les jours les plus sombres sont devant nous […] Le terrorisme est une surenchère ; il faut toujours aller plus loin, frapper plus fort. Et puis, il reste le “prix Goncourt du terrorisme” à atteindre, et je fais là référence aux attentats du 11 septembre 2001 contre les tours du World Trade Center. Je n'imagine pas un instant qu'un homme tel qu'Abou Bakr al-Baghdadi et son armée vont se satisfaire longtemps d'opérations extérieures de peu d'envergure. Ils sont en train de penser à quelque chose de bien plus large, visant en tout premier lieu l'Hexagone[10]. »

Les attentats de novembre 2015 sont inspirés par le djihadiste Abou Moussab al-Souri qui dans son « Appel à la résistance islamique mondiale » recommandait dès 2005 de commettre des attaques terroristes en Europe via la jeunesse musulmane immigrée afin d'« enclencher la dislocation finale de l’Occident, préalable au triomphe mondial de l’islamisme »[11]. Selon lui, des attentats répétés engendreront une réaction islamophobe qui pousserait les Musulmans y résidant à rejoindre leurs rangs[12].

Dispositifs antiterroristes

Article détaillé : Plan Vigipirate.

À la suite des attentats, la loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement est votée, élargissant l'arsenal de mesures antiterroristes dont dispose l'État, notamment en matière de surveillance des communications[13].

Politique extérieure

Un Rafale français engagé dans l'opération Chammal appontant sur le porte-avions américain USS Carl Vinson, le .

En 2014, au cours des guerres civiles en Syrie et en Irak, l'État islamique prend le contrôle de larges territoires dans ces deux pays. En août, une offensive des djihadistes dans le Kurdistan irakien provoque une intervention militaire des pays occidentaux. Une coalition se forme et lance une campagne de frappes aériennes contre l'EI ; en Irak à partir du , puis en Syrie le [14],[15]. La France, de son côté, intervient au sein de cette coalition en menant l'Opération Chammal, d'abord en Irak le , puis en Syrie le [16],[17].

Avec le début des frappes aériennes de la coalition arabo-occidentale, l'État islamique passe d'une logique de « djihad régional » – focalisé à la lutte contre les États de la région – à une logique de « djihad global », en se déclarant en lutte contre le reste du monde et en particulier contre l'Occident[18],[19],[20]. Alors que l'État islamique n'avait jusque-là jamais menacé l'Europe, le Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de l'État islamique, publie un message où il appelle au meurtre des citoyens des pays de la Coalition, en particulier les « sales Français »[21],[22].

Dans la journée du 13 novembre, avant les attentats, la France rétablit des contrôles aléatoires à ses frontières métropolitaines, dans le cadre des mesures de sécurité prévues pour la Conférence de Paris de 2015 sur le climat (COP21) qui doit s'ouvrir le 30 novembre au parc des expositions de Paris-Le Bourget[23].

Le , le porte-avions français Charles de Gaulle quitte son port d'attache de Toulon en direction de l'est de la mer Méditerranée afin de soutenir les opérations de bombardement menés par la coalition internationale[24]. Cette décision avait été prise avant les attentats de novembre, mais est accélérée par ces événements. Ces avions sont opérationnels à partir du lundi [25],[26] et entrent en action sur des sites en Syrie et aussi en Irak.

Contexte extérieur

Plusieurs spécialistes signalent que la concurrence pour le « djihad mondial » entre Al-Qaïda et l'État islamique est de plus en plus importante, au bénéfice de la seconde organisation[27]. Des individus se revendiquant de l'État islamique commettent au moins cinq attentats dans le monde occidental depuis 2014, cependant ils ne sont pas tous officiellement revendiqués par l'État islamique :

Le 31 octobre, un avion russe s'écrase au Sinaï peu après le décollage. L'État islamique en revendique la destruction. Les constatations techniques confortent l'hypothèse d'une destruction brutale par une explosion interne. Après maintes tergiversations, la Russie admet le au matin qu'il s'agissait d'un attentat à la bombe, sans préciser la responsabilité de l'État islamique. Elle intensifie les attaques en Syrie[28] à Raqqa, fief de l'État islamique[29].

Le 12 novembre, l'"État" islamique revendique un double attentat contre un quartier chiite de Beyrouth (bilan provisoire : quarante-trois morts et plus de deux cents blessés). Un bourreau de l'organisation, Jihadi John, est tué le même jour par un drone américain[30]. Le 13 novembre, l'État islamique est bouté hors de Sinjar (Irak) par les combattants kurdes[31]. La série d'attentats du 13 novembre a lieu la veille d'une conférence internationale sur la Syrie[32] et du G20 2015.

Plusieurs autres attentats ont lieu dans les semaines suivantes : à l’hôtel Radisson Blu de Bamako (20 novembre, 22 morts, revendiqué par Al-Mourabitoune)[33], contre la police en Tunisie (24 novembre, 12 morts, revendiqué par l’EI[34]), triple-attentat au Tchad (5 décembre, 27 morts, revendiqué par Boko Haram), etc.[35]. Un autre aurait été déjoué en décembre à Orléans (Loiret)[36].

Durant le week-end du 21 au 22 novembre, la Région de Bruxelles-Capitale passe en alerte maximale, avec métro, musées et magasins fermés et forces de l'ordre massivement déployées, blindés et forces armées dans les rues, les autorités craignent une menace « imminente ». Cet état de siège se prolonge le lundi suivant où le métro et toutes les écoles et universités de la capitale restent fermés[37]. Les établissements d'enseignement et le métro rouvrent progressivement à partir du mercredi. Le , Bruxelles est frappée par une vague d'attentats-suicides à l'aéroport de Bruxelles ainsi que dans le métro causant la mort de 35 personnes et blessant 340 autres[38].

Crise migratoire

Article détaillé : Crise migratoire en Europe.
Plusieurs demandeurs d'asiles avec en premier plan une femme et des enfants.
Demandeurs d'asile près de la frontière entre la Grèce et la Macédoine, le .

L'Europe est touchée par une crise migratoire de grande ampleur, provoquée par la chute du régime de Kadhafi en Libye — lequel contrôlait l'accès à la mer Méditerranée — et aggravée par la guerre civile en Syrie. À partir de l'été 2015, des centaines de milliers d'extra-européens, dont un flux important de Syriens issus des camps de réfugiés turcs, arrivent dans l'espace Schengen, pénétrant, pays par pays, vers l'Europe du Nord-Ouest, en particulier l'Allemagne, afin d'y demander asile[39]. Ils progressent à pied et par les moyens de transports fournis par divers États et ONG, qui distribuent également des vivres.

Une vive polémique déchire à l'automne 2015 les démocraties européennes quant aux causes de cette immigration, aux actions des différents gouvernements et à leurs responsabilités. Pressé sur la question de savoir si l'État islamique pourrait profiter de l'opportunité, Bernard Cazeneuve, ministre français de l'Intérieur, affirme sur Europe 1 le 13 septembre : « Je ne peux pas exclure que des terroristes profitent de ces flux de réfugiés pour venir en Europe. Ce n'est pas le cas pour l'instant[40]. » Le , il déclare que des auteurs des attentats « ont profité de la crise des réfugiés, notamment au moment de ce chaos, peut-être, pour certains d'entre eux, se glisser »[41].

Des fausses informations évoquent des migrants se réclamant de l'État islamique, en s'appuyant sur une photographie détournée, tirée en réalité d'une manifestation islamiste de 2012 à Solingen[42]. D'abord massivement rejetée par les médias (France Télévisions[43], La Libre Belgique[44]etc.) et qualifiée de « propagande », de « fantasme »[43], de « mythe »[45] ou de « rumeurs »[46],[47],[48], l'hypothèse que certains terroristes auraient profité de la crise migratoire pour s'y dissimuler est progressivement envisagée. Pascal Bories de Causeur, dénonce le « zèle étonnant » des médias à minimiser la menace terroriste avant de la reconnaître, après les attentats, comme une « question légitime[49] ». Ainsi, le directeur du Centre français de recherches sur le renseignement Éric Denécé (« Il ne faut pas exagérer la rumeur d'infiltration de terroristes parmi les réfugiés, car elle peut être utilisée par les anti-migrants, qui veulent que l'Europe se barricade en disant que seuls des islamos vont entrer, mais on ne peut être sûr qu'il n'y en a pas du tout[50] »). Le phénomène est attesté, bien qu'à un pourcentage « infinitésimal » selon Boris Thiolay de L'Express[51]. Pour Dominique Thomas, spécialiste des mouvements salafistes et djihadistes, « la crise des migrants a constitué un effet d'aubaine pour l'État islamique. Il ne s'agit pas d'une démarche extrêmement planifiée, mais plutôt d'un opportunisme. L'utilisation des routes migratoires permet à des djihadistes de toutes nationalités de se fondre dans la masse. Mais il faut garder à l'esprit que ces hommes n'agissent pas seuls: arrivés en Europe, ils s'appuient sur un réseau local qui connaît les lieux ciblés et effectue les repérages[51] ».

Préparatifs

L'enquête initiée après les attentats a permis de rassembler des éléments sur la préparation des attaques. Il en ressort que les préparatifs se sont étendus sur plusieurs mois. Début septembre, deux appartements « conspiratifs » sont loués en Belgique. Dans l'un deux, des traces de l'explosif utilisé dans les ceintures explosives des terroristes ont été retrouvées[52]. Le 9 septembre, Salah Abdeslam est contrôlé à la frontière austro-hongroise en provenance de Budapest. Il se trouve en compagnie de Mohamed Belkaïd et Najim Laachraoui, munis de deux fausses cartes d'identité belges au nom de Samir Bouzid et Soufiane Kayal. Ces deux hommes, soupçonnés d'avoir ensuite coordonné les attaques depuis Bruxelles le 13 novembre, mourront à Bruxelles en mars 2016 dans le cadre de la traque de Salah Abdeslam et de l'attentat à l'aéroport international de Bruxelles[53]. Le 5 octobre, une autre maison est louée en Belgique par l'équipe chargée de préparer les attentats[52]. Les trois voitures utilisées par les commandos du 13 novembre sont louées quelques jours avant le début des opérations en Belgique. Les 10 et 11 novembre, Salah Abdeslam est repéré par deux fois à bord de l'un de ces véhicules, une Clio noire, sur des autoroutes françaises, entre Paris et la Belgique[54],[55]. Le 12 novembre, l'équipe de terroristes rejoint depuis Bruxelles son objectif parisien à bord des trois voitures, via Charleroi où le troisième véhicule rejoint les deux autres[56]. Ils parviennent à Paris en début de soirée et se répartissent entre deux logements loués par les frères Abdeslam. Le commando du Bataclan loge à Alfortville, tandis que les équipes du Stade de France et des terrasses se rendent dans un pavillon de Bobigny[56]. À 19 h 40, l'équipe du Bataclan se met en route pour sa destination à bord de la Polo. Les trois kamikazes du Stade de France conduits par Salah Abdeslam prennent le départ de Bobigny à bord de la Clio à 20 h 29, puis l'équipe des terrasses part dix minutes plus tard avec la Seat[56]. Les attaques sont coordonnées depuis Bruxelles, possiblement par les deux individus contrôlés à la frontière austro-hongroise avec Salah Abdeslam[53]. Les coordinateurs communiquent avec le commando du Bataclan et avec Abdelhamid Abaaoud le soir du 13 novembre. Les deux lignes utilisées sont géolocalisées au même endroit en Belgique[53].

Déroulement

Chronologie des attaques

 :

  • 19 h 40[57],[58] – Départ de la Polo (troisième groupe) d'Alfortville vers le Bataclan.
  • 20 h 38[57],[58] – Départ de la Seat (deuxième groupe) de Bobigny vers les terrasses des 10e et 11e arrondissements.
  • 21 h 17[59],[60] ou 21 h 20[61],[note 1] – Première attaque-suicide à l'explosif près du stade de France.
  • 21 h 19[59], 21 h 21[60] ou 21 h 30[61],[note 1] – Seconde attaque-suicide à l'explosif près du stade de France.
  • 21 h 25 – Fusillade au carrefour des rues Bichat et Alibert[61].
  • 21 h 32 – Fusillade rue de la Fontaine-au-Roi[61].
  • 21 h 36 – Fusillade rue de Charonne[61].
  • 21 h 40 – Attaque-suicide à l'explosif boulevard Voltaire[61].
  • 21 h 40 – Trois hommes pénètrent dans le Bataclan et commencent à tirer[61].
  • 21 h 51 – Intervention de la BAC de nuit du Val-de-Marne aux abords du Bataclan[62].
  • 21 h 53 – Troisième attaque-suicide à l'explosif au Stade de France[61].
  • 22 heures – Prise d'otages au Bataclan[63].
  • 22 h 15 – La BRI pénètre au Bataclan[61],[64].
  • 22 h 48 – Arrivée de l’équipe rapide d’intervention du RAID au Bataclan[65]

 :

  • h 18 – La BRI donne l'assaut au premier étage où sont retranchés les terroristes, avec le RAID en renfort au rez-de-chaussée[66].
  • h 58 – Le RAID et la BRI mettent fin à l'attaque du Bataclan[63].
Carte détaillée des attaques.
Localisation des lieux d'attaques à Saint-Denis (petite couronne) et Paris (10e et 11e arrondissements) :
(1) Stade de France (rues Jules-Rimet et de la Cokerie) ;
(2) Le Carillon et Le Petit Cambodge, croisement des rues Bichat et Alibert ;
(3) Casa Nostra et Café Bonne Bière, rue de la Fontaine-au-Roi ;
(4) le Bataclan, boulevard Voltaire ;
(5) La Belle Équipe, rue de Charonne ;
(6) Comptoir Voltaire, boulevard Voltaire.

Au fil des progrès de l'enquête dans les jours qui suivent les attentats, la chronologie des événements ainsi que les éléments relatifs à l'identité de leurs auteurs sont révélés à la presse par François Molins, procureur de Paris.

Les attaques menées pratiquement au même moment, se déroulent le soir du 13 novembre et sont écrasées par les forces de l'ordre vers h du matin le lendemain. La première se situe à Saint-Denis, au nord de Paris, les deux autres dans l'est de Paris. Elles sont l'œuvre de trois équipes de trois hommes chacune[67] équipés de dispositifs explosifs identiques et de fusils d'assaut de type Kalachnikov excepté le premier groupe.

Stade de France

Vers 21 h 20, le premier commando entre en action près du Stade de France, pendant le match de football amical France-Allemagne, auquel assistent le président de la République et plusieurs personnalités politiques. Ce commando est composé de trois hommes, deux probablement d'Irak (selon la revendication via la revue Dabiq en janvier 2016[68],[69]) et ayant transité par la Grèce (début octobre), munis de faux passeports syriens, et un Français, Bilal Hadfi, 20 ans, originaire de Neder-Over-Heembeek[70] (Bruxelles, Belgique). Aux abords du stade, après le début du match, quand les lieux sont relativement peu fréquentés, le premier des trois hommes actionne sa ceinture d'explosifs tuant Manuel Dias[71], suivi quelques minutes plus tard par le deuxième terroriste, tous deux rue Jules-Rimet. La troisième explosion, rue de la Cokerie, survient une demi-heure plus tard[61]. Les trois explosions font au total, outre les terroristes, un mort et une dizaine de blessés graves. Les trois hommes avaient l'intention de pénétrer dans le stade pour y perpétrer leurs actes mais ont échoué à quatre[72] reprises[73],[74]. Compte tenu de l'armement dont ils disposaient, ils auraient pu causer des pertes beaucoup plus nombreuses[73].

Rues de Paris (10e et 11e arrondissements)

À 21 h 25, le second groupe de trois terroristes intervient dans plusieurs rues des 10e et 11e arrondissements. Plusieurs éléments identifient Brahim Abdeslam, 31 ans, Chakib Akrouh, 25 ans et Abdelhamid Abaaoud, 28 ans, djihadiste connu pour de nombreux actes de terrorisme en Syrie. Abaaoud est suspecté par la police d'être le principal organisateur des attentats et trouvera la mort cinq jours plus tard à Saint-Denis lors d'une action de police (voir infra). Se déplaçant à bord d'une Seat León de couleur noire immatriculée en Belgique, ils ouvrent le feu à trois reprises sur des personnes attablées à des terrasses de bars et de restaurants, en criant « Allahu akbar » et « C'est pour la Syrie »[75].

Après cette série d'attaques, qui cause la mort de trente-neuf personnes et fait trente-deux blessés graves, Brahim Abdeslam fait sauter sa ceinture d'explosifs dans un café du boulevard Voltaire, faisant deux blessés graves. Ses deux complices disparaissent. La Seat sera retrouvée vingt-quatre heures plus tard à Montreuil, avec trois Kalachnikov, cinq chargeurs pleins et onze vides abandonnés à bord[76]. Plus de 400 coups ont été tirés en 20 minutes et 116 cartouches de kalachnikov sont retrouvées sur les terrasses du Petit Cambodge et du Carillon[77].

Théâtre du Bataclan

À 21 h 40, le troisième groupe (qui s'est déplacé à bord d'une Volkswagen Polo noire) arrive au théâtre du Bataclan (11e arrondissement), abat des personnes à l'extérieur du bâtiment, y pénètre et commence à tirer sur les spectateurs par rafale, en criant « Allahu akbar[78] », « à tue-tête » selon Shawn London, l'ingénieur du son du groupe de rock Eagles Of Death Metal[79].

Le groupe d'assaillants est composé de trois Français : Foued Mohamed-Aggad, 23 ans, originaire de Wissembourg dans le Bas-Rhin[80], Ismaël Omar Mostefaï, 29 ans, domicilié à Chartres et Samy Amimour, 28 ans, originaire de Drancy. Pendant une vingtaine de minutes, les trois hommes assassinent froidement les spectateurs, un par un, cherchant également à abattre les membres du groupe Eagles of Death Metal. Un témoin déclare avoir entendu un assaillant dire : « C'est pour tout le mal fait par Hollande aux musulmans partout dans le monde »[81]. Des otages, utilisés comme boucliers humains, sont placés devant les portes et les fenêtres de la salle [82]. La tuerie fait 90 morts et des dizaines de blessés graves avant que les forces de police n'interviennent. Dès 21h30, une trentaine de gendarmes mobiles de l'escadron 31/7 de Reims, sécurisant les locaux de Radio J, de Libération ainsi que le domicile privé du Premier ministre, se rend en progression tactique vers le café La Belle Équipe, où il prend en charge plusieurs blessés. Dès 22 heures, le capitaine constitue une colonne d'assaut pour progresser vers le Bataclan, mais il reçoit l'ordre de ne pas intervenir car ne se trouvant pas en zone d'intervention de la gendarmerie[83]. Cet ordre de ne laisser intervenir que les forces de police est renouvelé lorsque l'aide du GIGN, dépêché à la caserne des Célestins, n'est pas demandé[84]. Après qu'un commissaire de la BAC a abattu Samy Amimour, vers 22 heures[85], ses deux complices se retranchent à l'étage dans une pièce, emmenant avec eux une vingtaine d'otages. À 22 h 15, soixante hommes de la BRI prennent le relais de leurs collègues de la BAC restés à l'extérieur du Bataclan et qui ont essuyé le feu des terroristes. La BRI investit les lieux, appuyés par dix homologues du RAID. Entre 22 h 15 et 22 h 30, elle sécurise le bas de la salle puis quarante hommes de la BRI formant deux colonnes montent au premier étage vers 23 h 0. À 23 h 15, ils repèrent les deux terroristes retranchés derrière leurs otages dans un couloir[86].

Supervisé par le préfet Michel Cadot, le poste de commandement s'installe dans un bar proche du Bataclan, le Baromètre[87]. Au terme de tractations infructueuses, l'assaut débute à h 18. Protégés par un bouclier Ramsès, équipés de fusils d’assaut, de gilets lourds et de casques à visière blindée, la BRI sécurise le 1er étage pièce par pièce. Après quelques minutes, les deux terroristes sont tués par les hommes de la BRI, sans que l'on ait cette fois à déplorer de nouvelles victimes. L'évacuation des blessés commence peu après[86],[66].

Le député LR Georges Fenech s'étonne en juillet 2016, en marge de la remise du rapport de la commission d'enquête parlementaire qu'il préside, que les autorités n'aient pas déclenché la force d’intervention de la police nationale (FIPN), dispositif qui permet de mobiliser l’ensemble des unités spécialisées de police sous la direction du RAID, comme lors de l’attentat de l’Hyper Casher. Toutefois son collègue PS Sébastien Pietrasanta, rapporteur de la commission d'enquête, rappelle que la BRI est une force d’élite à part entière et que « le déploiement de la FIPN n’aurait rien changé, si ce n’est sur un strict plan administratif »[88].

Fuite de Salah Abdeslam et d'Abdelhamid Abaaoud

Après ces tueries, Salah Abdeslam que l'on soupçonne d'avoir convoyé aux abords du Stade de France les trois terroristes qui s'y sont fait exploser, à bord d'une Renault Clio noire qu'il a ensuite abandonnée place Albert-Kahn, a peut-être renoncé à se faire sauter dans le 18e arrondissement[89]. Il se dirige en métro vers Montrouge (Hauts-de-Seine). C'est à proximité, rue Chopin à Châtillon, que sera découverte une ceinture artisanale d'explosifs non équipée d'un système de mise à feu, vraisemblablement portée par Salah Abdeslam[90]. Avec l'aide de deux complices joints par téléphone et qui sont venus le chercher de Belgique, Mohamed Amri et Hamza Attou, il rejoint Bruxelles. Le premier étant barman et le second revendeur de cannabis au café des Abdeslam[91]. Les trois hommes sont contrôlés dans la matinée du samedi sur l'autoroute A2 par des gendarmes français à hauteur de Cambrai, sans être interpellés, car Abdeslam n'apparaît pas encore comme l'un des suspects des attentats[92]. Attou appelle dans la nuit de vendredi à samedi un certain Ali Oulkabi qui est un ami de Brahim Abdeslam. Samedi à midi, Attou retrouve à Laeken Ali Oulkabi qui les convoie avec son véhicule personnel[91]. Il découvre la compagnie de Salah Abdeslam et ses actes[91]. Après avoir pris un café, Ali Oulkabi dépose Salah Abdeslam à Schaerbeek où l'on perd sa trace[91].

À l'intérieur de la Seat ayant transporté le commando terroriste des terrasses abandonnée dans une ruelle de Montreuil, les enquêteurs retrouvent trois kalachnikov sur lesquelles ils identifient des traces d'ADN d'Abdelhamid Abaaoud[93],[94] et de Chakib Akrouh[95]. Deux cent cinquante mètres plus loin, les caméras de surveillance de la station de métro Croix de Chavaux enregistrent le passage des deux hommes à 22 h 14. Leur passage est une nouvelle fois enregistré à la station Nation à 22 h 28. À h 28, environ vingt minutes après le début de l'assaut mené par les forces spéciales, leur trace est identifiée à proximité du Bataclan. Ils se sont sans doute retrouvés parmi la foule de badauds suivant l'intervention policière[96]. Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh se terrent ensuite sur un talus végétalisé situé en contrebas de l'A86 dans une zone d'entrepôts à Aubervilliers[97]. Après avoir bénéficié d'un renseignement direct, les enquêteurs installent une caméra à proximité du talus le 17 novembre et guettent les allées et venues. À 20 h 10 ce même jour, ils aperçoivent une jeune femme, qui se révélera être Hasna Aït Boulahcen, s'approcher des fourrés. Une minute plus tard, Chakib Akrouh apparaît puis à 20 h 13, les policiers reconnaissent Abaaoud émergeant des bosquets[97]. L'équipe chargée de la filature décide de ne pas intervenir directement car Abaaoud porte un gilet fermé, ce qui laisse craindre qu'il soit équipé d'une ceinture explosive[97]. Le trio monte dans un taxi, qui est suivi par la police et dépose Abaaoud et ses complices rue du Corbillon à Saint-Denis[97].

Organisation des secours et assistance aux victimes

Secours aux victimes

Chaîne médicale dans un plan rouge alpha.

Si le plan Rouge alpha (riposte multi-attentats) est déclenché officiellement par le président de la République François Hollande vers 23 h 30[98], très rapidement après les premiers tirs les équipes de secours identifient qu'il s'agit d'un attentat multi-sites et déclenchent les mesures adaptées : les plans de rappel du personnel sont activés, des renforts de moyens demandés à l’ensemble de la zone, le concours des associations de sécurité civile organisé et des unités mises en réserve [99].

Si l’on sait, avec le recul, que seuls six sites ont fait l’objet d’attaques de la part des terroristes, une des premières difficultés a été d’identifier avec précision les lieux attaqués, par ailleurs tous très proches les uns des autres. Entre 21h19 et 22h00, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris a en effet répondu à 584 appels sur les attentats[100]. La disposition Evengrave de la préfecture de police de Paris prévoit que chaque site d’intervention doit être géré, de manière déconcentrée, par un commandant des opérations de police (COP), chargé de la sécurité et de la circulation, et d’un commandant des opérations de secours (COS), généralement un officier de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, qui coordonne l’ensemble des opérations de secours[101].

La stratégie élaborée par les services de secours parisiens pour faire face à ce type d'événement, formalisée depuis 2006 dans le plan « Rouge Alpha », comprend trois étapes [102] :

  • un ramassage des blessés et un premier triage entre les urgences absolues (UA), personnes dont le pronostic vital est engagé, c’est-à-dire celles qui ont été blessées au thorax, à l’abdomen et/ou en choc hémorragique, et les urgences relatives (UR) où le pronostic vital n’est pas engagé.
  • un triage médical est ensuite effectué au poste médical avancé entre les UA, pour distinguer les personnes dont le pronostic vital est immédiatement engagé (EU) et celles dont le pronostic vital est potentiellement engagé (U1). Les UR sont pour leur part triées entre victimes invalides nécessitant un transport couché non médicalisé (U2) et victimes valides pouvant être évacuées au moyen d’un transport collectif (U3)
  • l’évacuation des blessés du PMA vers les hôpitaux constitue naturellement la dernière étape
Répartition des blessés au sein des hôpitaux de l'APHP
(dans les premières 24 h).
Hôpital Urgences absolues[note 2] Urgences relatives[note 3] Total
Ambroise Paré 1 6 7
Antoine Béclère 0 1 1
Avicenne 0 8 8
Beaujon 5 0 5
Bicêtre 1 6 7
Bichat 2 17 19
Cochin 0 7 7
HEGP 11 30 41
Henri Mondor 10 15 25
Hôtel-Dieu 0 31 31
Jean-Verdier 0 2 2
Lariboisière 8 21 29
Pitié-Salpêtrière 28 25 53
Saint-Antoine 6 39 45
Saint-Louis 11 15 26
Tenon 0 10 10
Total 76 226 302
Zonage mis en place selon la doctrine médicale d’intervention du RAID lors des attentats autour du Bataclan. La zone d'exclusion police, considérée comme non sécurisée, est interdite d'accès à toute personne n'appartenant pas aux forces de l'ordre.

La phase de triage des victimes a été relativement rapide hormis en ce qui concerne le Bataclan où la zone n'était pas sécurisée et où une zone d'exclusion police avait été créée et empêchait l'accès des secours aux victimes, seules les forces de l'ordre pouvant extraire les blessés en dehors de cette zone[103]. Fin février 2016, le journal en ligne Mediapart affirme cependant que les victimes des attentats contre la brasserie « La Bonne Bière » et le restaurant « Casa Nostra » n’ont pas reçu de secours médicaux et qu'ils ont été insuffisants à « La Belle Équipe »[104]. Rapportant les auditions menées devant la commission d'enquête parlementaire, il apparaît que si les 80 personnes de la cellule d'appel des pompiers sont parvenues à cerner l'étendue des besoins, les 22 personnes de celle du SAMU ont été submergées, d'où des difficultés à diriger rapidement les équipes soignantes sur les lieux des attentats et à diriger les blessés vers des hôpitaux où les médecins étaient prêts[104]. Des difficultés de coopération sont pointées : d'un accès commun, le système radio Antares est utilisé quotidiennement par les pompiers mais non maîtrisé par le SAMU, alors qu'inversement ni le SAMU, ni les hôpitaux, ne savent lire les bracelets SINUS posés par les pompiers sur les victimes[104]. La commission juge cependant que la stratégie adoptée par les équipes de secours, qui consistait dans un premier temps à ne se consacrer qu’aux urgences absolues – et 90 % des morts peuvent être évitées en arrêtant les hémorragies dans les premières minutes – était adaptée aux circonstances de ce soir-là[105].

Véhicules de police le 14 novembre devant le Bistrò I (56, boulevard Voltaire), à gauche, qui servit de poste médical avancé à la suite de l'attaque du Bataclan (bâtiment rouge), au no 50.

L’évacuation vers les différents centres hospitaliers s’est ensuite effectuée selon le plan « Attentats multi-sites » – ou plan « Camembert » – du SAMU de Paris, avec le soutien des médecins régulateurs de chaque site et de la régulation zonale[105]. Les blessés les plus graves et polytraumatisés sont dirigés vers les cinq centres de traumatologie (Lariboisière, Beaujon, Pompidou, La Pitié-Salpêtrière et Bichat), et les cas moins graves vers les autres centres hospitaliers ou traités sur place[106], [107]. Le responsable des urgences de Lariboisière Patrick Plaisance raconte une mobilisation rapide et réussie : « Avant même l'activation du plan blanc, tout le monde, médecins, infirmières, a spontanément rappliqué en un temps record. Les malades qui occupaient les six salles de soins aigus sont transférés vers les autres services de l'hôpital pour laisser la place aux victimes des attentats. […] Les équipes étaient très pros, très calmes, ça ne courait pas partout, ce n'était pas désordonné[108]. » Le médecin chef du SAMU de Paris, Pierre Carli, révèle qu'un exercice nommé « fusillade sur sites multiples » avait été prévu depuis plusieurs semaines : « Nous avons réalisé une sorte de répétition générale vendredi matin, quelques heures avant les attentats. Le scénario dramatique de vendredi soir faisait partie des hypothèses que nous avions travaillées. »[109]. Le dispositif s'est révélé suffisant : « Sur les cent équipes de secours disponibles (un médecin, un infirmier, un ambulancier), nous en avons utilisé soixante. Des soignants pouvaient arriver en renfort d'autres régions et nous aurions pu, en cas de besoin, transporter des blessés par hélicoptère vers de grands centres hospitaliers universitaires (CHU) de province. Des moyens pouvaient arriver en renfort, une deuxième ligne de défense était possible[109]. ».

Au total, les pompiers mobilisent 430 hommes, dont 21 équipes médicales, équipés de 125 engins, pour prendre en charge à eux seuls 381 victimes, dont 257 blessés par balle[110].

Nombre de victimes

Au , le bilan total des victimes s'établit à 129 morts et 354 blessés hospitalisés, dont 94 urgences absolues et 250 urgences relatives ; 302 sont hospitalisés dans les hôpitaux de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (APHP), selon la répartition du tableau ci-annexé, et 52 (18 urgences absolues et 34 urgences relatives) dans les deux hôpitaux militaires Percy à Clamart et Bégin[111],[112]. Un blessé meurt quelques jours plus tard, portant le nombre de morts à 130 et le taux de létalité à 7 jours à 1,3 % pour la cohorte de l'APHP[111]. Le , Manuel Valls annonce au Sénat que le nombre de morts est de 130[113], auxquels s'ajoutent sept des assaillants.

Le , la presse publie une liste partielle de victimes décédées[114]. Des listes plus complètes et des portraits des victimes sont publiés dans les jours qui suivent, par exemple par Mediapart[115], Ouest-France[116], Le Monde[117] ou France Télévisions[note 4]. Selon le bilan du 15 novembre, outre une majorité de Français, plusieurs ressortissants étrangers ont trouvé la mort ou ont été blessés lors des attentats de Paris. Un couple originaire de Noisy-le-Sec, vendeur de produits du PSG, grièvement blessé à Saint-Denis lors de l'explosion près d'un McDonald's, semble oublié du recensement et n'a pas été invité à la cérémonie nationale aux Invalides[119] ; ultérieurement, il sera soutenu par le ministre des Sports Patrick Kanner[120].

Bilan hors kamikazes
Victimes
Nationalité Morts
Drapeau de la France France 106
Drapeau de l'Algérie Algérie 2
Drapeau de la Belgique Belgique 2
Drapeau du Chili Chili 2
Drapeau de l'Espagne Espagne 2
Drapeau du Maroc Maroc 1
Drapeau du Portugal Portugal 2
Drapeau de la Roumanie Roumanie 2
Drapeau de la France France Drapeau de la Russie Russie 1
Drapeau du Mexique Mexique Drapeau des États-Unis États-Unis 1
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1
Drapeau de l'Égypte Égypte 1
Drapeau de l'Italie Italie 1
Drapeau du Mexique Mexique 1
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1
Drapeau de la Suède Suède 1
Drapeau du Venezuela Venezuela 1


Victimes étrangères ou bi-nationales mortes lors des attentats
2 Algériens[note 5]

1 Allemand[note 6]
1 Anglais[note 7]

2 Belges[note 8]

2 Chiliens[note 9]
1 Egyptien[note 10]

2 Espagnols[note 11]

1 Franco-russe[note 12]
1 Italienne[note 13]

1 Marocain[note 14]

1 Mexico-américaine[note 15]
1 Mexicain[note 16]

2 Portugais[note 17]

2 Roumains[note 18]
1 Suédoise[note 19]

2 Tunisiennes[note 20]

1 Vénuézélien[note 21]

Le , la ministre de la Santé Marisol Touraine annonce que 161 d'entre eux restent hospitalisés, dont 26 en réanimation[121]. L'âge moyen des victimes décédées est 35 ans. La plus jeune était une lycéenne de 17 ans tuée au Bataclan. Le plus âgé, tué au même endroit, avait 68 ans[122].

Le nombre de « blessés psychiques » n'est pas déterminé, mais des centaines de personnes ont été, sont et seront prises en charge (survivants blessés physiques, survivants indemnes, familles, amis, témoins directs et indirects)[123],[124], dans toute la France[125]. À la suite de ses auditions, la commission d'enquête parlementaire française estime à 4 000[126] le nombre de victimes physiques et/ou psychologiques.

Le , Christiane Taubira, ministre de la Justice, annonce que 41 des personnes blessées sont encore hospitalisées[127]. Le , le Ministère de la Santé annonce que le bilan des attentats est de 130 morts et de 413 blessés hospitalisés, dont 27 toujours prises en charge à cette date par des établissements hospitaliers[128].

De par le nombre total de morts, ces attentats sont les plus meurtriers perpétrés en France depuis la Seconde Guerre mondiale[129]. C'est aussi le bilan le plus lourd en Europe après les 270 morts de l'attentat de Lockerbie en 1988 et les 191 morts des attentats de Madrid du 11 mars 2004[130].

Statut des victimes

Le ministère de la Santé annonce que les soins médicaux pour les personnes blessées et celles directement impliquées (les secours) sont gratuits, le patient étant dispensé d'avance de frais. De plus, les trois jours de carence (pour les travailleurs du secteur privé) ne sont plus applicables[131],[132],[133]. Il s'agit d'une simplification du régime précédent, qui était un remboursement ultérieur par un fonds de garantie[134].

Tous les enfants des victimes décédées lors des attentats de janvier 2015, s'étaient vues promettre le statut de pupille de la Nation. Une démarche similaire est annoncée par l'Élysée, et la Légion d'Honneur peut être attribuée aux victimes d'attentats (les descendants de personnes ayant reçu la Légion d'Honneur peuvent bénéficier d'aides associatives et de tarifs proches de la gratuité pour certains pensionnats)[135]. En juillet 2016, une médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme est créée par le décret no 2016-949 du [136].

Deux associations de victimes sont constituées respectivement le , l’association « 13 novembre : fraternité et vérité », et le 13 janvier, « Life for Paris - 13 novembre 2015 ». Toutes deux constituées par des victimes et proches de victimes de l’ensemble des sites touchés, elles ont des objets similaires : permettre aux victimes et à leurs proches de se rencontrer, les accompagner dans la défense de leurs droits et agir pour la manifestation de la vérité[137]. Le parquet antiterroriste a identifié quelques cas de personnes s'étant fait passer frauduleusement pour des victimes[138].

Une habitante de Seine-Saint-Denis est condamnée à six mois de prison avec sursis en mars 2016 pour présence mensongère au Bataclan[139]. En novembre 2016, une fausse victime du Carillon est condamnée à un an de prison ferme[140]. L'analyse de la téléphonie permet de confondre d'autres affabulateurs[139]. Un couple de Cannes qui affirmait avoir été présent près du stade de France et qui avait escroqué le Fonds de garantie des victimes du terrorisme, est condamné en décembre 2016 à 6 et 3 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Grasse après qu'ils ont prétendu être sur la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016[141].

Dispositifs de soutien aux victimes et aux familles

Des lieux d’accueil et de soutien psychologique de la protection civile et de la Croix-Rouge française ont été improvisés dans les mairies du 10e et du 11e arrondissement de Paris ainsi que dans les locaux de l'école Militaire, dans le 7e arrondissement, pour les rescapés, leurs familles, des témoins, des riverains. Un numéro de téléphone a également été mis en place afin d'accompagner ces personnes[142]. Une cellule d'urgence médico-psychologique a été installée à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu de Paris dans le 4e arrondissement[143].

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris met en place un numéro de téléphone pour les personnes à la recherche de patients hospitalisés. La Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac)[144], apporte un soutien aux victimes et aux familles des attentats notamment, dans la création d’associations, informations sur les différents dispositifs existants, action judiciaire, indemnisation, actions de prévention[145].

Le , Juliette Méadel est nommée secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Aide aux victimes, dédiée aux victimes et principalement aux victimes des attentats[146].

Revendication et motivations

Revendication

Le , dans un communiqué en arabe et en français[147], l'État islamique (EI) revendique ces attentats[148],[149] , précisant avoir « pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion, celle qui porte la bannière de la croix en Europe, Paris »[150] en félicitant ses « huit frères » pour avoir tué « au minimum deux cents croisés »« la louange et le mérite appartiennent à Allah » — et déclare que « cette attaque n'est que le début de la tempête »[151],[152].

Le communiqué mentionne « huit frères » et « des endroits choisis minutieusement [...] dans le dixième, le onzième et le dix-huitième arrondissement »[149]. Or ne sont retrouvés que sept corps et aucun attentat n'est commis dans le 18e arrondissement. La découverte place Albert-Kahn le 17 novembre d'une Renault Clio noire, mal garée et portes non verrouillées, immatriculée en Belgique et louée par Salah Abdeslam, fait cependant penser qu'un ou plusieurs autres complices des attaques sont en fuite et qu'une action aurait pu être prévue dans cet arrondissement[153].

Le philosophe Philippe-Joseph Salazar relève que le communiqué de l'EI est encadré par des citations des sourates 59 et 63 du Coran : « la première désigne les infidèles, la seconde les faux musulmans » ; elles renvoient également aux sourates intermédiaires (60 à 62)[147]. Pour l'islamologue Rachid Benzine, en citant le verset 2 de la sourate 59, Daesh cherche une justification religieuse à ses actes barbares ; il y voit « une prédation du texte. (...) On est dans un processus d’idéologisation du discours. Le Coran n’est pas programmatique. C'est eux qui le rendent programmatique dans la manière dont ils l’utilisent. Il y a une manipulation du texte ». En le resituant dans son contexte du VIIe siècle à Yathrib (actuelle Médine), Benzine rappelle que « Il s’agit de l’expulsion d’une tribu juive appelée Banu Nadir au motif de trahison politique tribale. Rien de plus. Il ne s’agit pas du tout d’une tuerie. La tribu juive a trahi le pacte qu’elle avait avec Mohammed. On n’est pas dans le religieux. Mais il est utilisé comme tel par Daesh aujourd’hui (...) Dans le Coran, il y a une violence du discours qui traduit l’incapacité de passer à l’acte. Comme un parent qui menace un enfant pour l’éduquer, par exemple. La violence traduit soit l’idée de menace, soit l’incapacité à passer à l’action. C’est tout[154] ». Imam suppléant à la Grande mosquée Mohammed-VI de Saint-Étienne, Youssef Afif fait une analyse proche « Ce verset a été révélé quand le prophète était installé à Médine. Il avait conclu le pacte de Médine, c’est une sorte de constitution dans laquelle il a mis en place certaines règles entre les musulmans et les non musulmans de Médine. Il y avait trois tribus juives dans la ville de Médine et ils se sont mis d’accord sur certaines règles pour qu’ils puissent vivre ensemble, il y avait déjà cet esprit du vivre ensemble à l’époque[155]. »

Motivations et analyses

Avant même que les attentats du 13 novembre ne soient perpétrés, de nombreux commentateurs s'interrogent sur les motivations réelles des jeunes Occidentaux à s'engager pour Daech et commettre des crimes en série. En , quatre spécialistes du Moyen-Orient ou du terrorisme (Anthony Samrani, David Thomson, Alain Rodier et Frédéric Pichon) expriment leurs avis. Selon eux, « on ne peut pas distinguer un profil psychologique type » : tous ne sont pas psychologiquement perturbés, tous ne sont pas originaires des banlieues et ils ont vécu dans des contextes familiaux et scolaires différents. En revanche, « tous sont portés par une idée de régénération et une vie d'ascèse contrôlée par la police des mœurs ». Autres caractéristiques : ils ne sont pas recrutés dans les mosquées mais via les réseaux sociaux et ils n'ont de l'islam qu'une connaissance limitée et lacunaire. L'État islamique les séduit parce qu'il leur apporte une raison d'être en ne leur demandant qu'un investissement physique[156].

Selon David Thomson, journaliste spécialiste du djihadisme, et Pierre-Jean Luizard, chercheur spécialiste du Moyen-Orient, la France est devenue la principale cible en Occident de l'État islamique pour plusieurs raisons ; c'est le pays européen qui compte le plus grand nombre de combattants au sein de l'EI, c'est une ancienne puissance coloniale, c'est un État laïc, elle a mené de nombreuses opérations militaires extérieures contre des groupes djihadistes – en Afghanistan, au Mali, en République centrafricaine, en Irak et en Syrie – et géographiquement le pays est plus accessible depuis la Syrie que les États-Unis[157],[19]. Selon Pierre-Jean Luizard, l'État islamique cherche alors à provoquer un conflit communautaire en France, comme il l'a fait en Irak[158],[159] :

« Ce que visait l’État islamique était bien cette jeunesse bobo française qui a élu domicile dans ces 10e et 11e arrondissements. À la fois parce qu’elle symbolise un mode de vie insouciant jugé « répréhensible », mais surtout aussi parce qu’elle illustre mieux que tout autre milieu les espoirs (et les illusions) attachés aux idéaux républicains français (lutte contre le racisme, les inégalités et les discriminations, empathie envers la population immigrée, tolérance envers l’islam comme « culture du monde » à Paris). En la choisissant pour cible, l’État islamique visait à faire sauter un écran de tolérance en opposition avec son projet : susciter la peur et des réactions communautaires en chaîne[160]. »

Selon le politologue spécialiste de l'Islam Olivier Roy, les djihadistes occidentaux sont avant tout des nihilistes :

« Ils ne représentent jamais une tradition qui se révolterait contre l’occidentalisation. Ils sont occidentalisés, ils parlent mieux le français que leurs parents. Tous ont partagé la culture « jeune » de leur génération, ils ont bu de l’alcool, fumé du shit, dragué les filles en boîte de nuit. Une grande partie d’entre eux a fait un passage en prison. Et puis un beau matin, ils se sont (re)convertis, en choisissant l’islam salafiste, c’est-à-dire un islam qui rejette le concept de culture, un islam de la norme qui leur permet de se reconstruire tout seuls. Car ils ne veulent ni de la culture de leurs parents ni d’une culture « occidentale », devenues symboles de leur haine de soi. […] La violence à laquelle ils adhèrent est une violence moderne, ils tuent comme les tueurs de masse le font en Amérique ou Breivik en Norvège, froidement et tranquillement. Nihilisme et orgueil sont ici profondément liés [161]. »

La thèse d'Olivier Roy est cependant contestée par François Burgat, politologue et directeur de recherche à Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman :

« J’y vois en effet une énième expression de ce mal qui ronge depuis des décennies notre capacité à construire une perception rationnelle de cet islam que l’on dit « politique » mais dont on s’évertue ensuite, sous d’innombrables prétextes, à dépolitiser – comme le fait l’approche culturaliste – les motivations supposées de ses acteurs ! Si la thèse de l’« islamisation de la radicalité » peut séduire, le diagnostic de pathologies, sociale ou mentale, tout comme la vieille et opaque accusation de « nihilisme » (dont les décembristes russes, déjà, étaient la cible), pour expliquer l’origine de la radicalité de « nos » djihadistes posent à mes yeux bien plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Car cette thèse de « l’islamisation de la radicalité » ne s’en prend pas principalement à la lecture culturaliste[162]. »

Le politologue spécialiste de l'islam Gilles Kepel tient une analyse proche :

« Comme Olivier Roy, il y a ceux qui estiment que nous vivons seulement une islamisation de la radicalisation. Selon ce politologue, aux Brigades rouges d’autrefois se substituent les brigades vertes. Pour lui, les djihadistes n’ont rien à voir avec le salafisme. Certains de ses disciples expliquent que cette doctrine constitue un rempart contre le terrorisme. Dans l’entretien paru le 29 septembre 2014 dans le Monde, Olivier Roy note : « Il faut d’autant moins internationaliser le conflit que Daech a avant tout une stratégie locale, qu’il tente d’étendre à tout le Moyen-Orient, mais son objectif n’est ni New York ni Paris. » Alors que la messe est dite, les élucubrations coupées de la réalité continuent à circuler. Les idées d’Olivier Roy s’apparentent à des sophismes modernes, raison pour laquelle elles rencontrent du succès. Il justifie la paresse intellectuelle largement répandue sur cette question complexe. Tout le monde a l’impression de comprendre sans y avoir travaillé. Or, personne ne se rend en Syrie uniquement par le biais d’Internet. Cela passe par un réseau de pairs, par la progression du salafisme comme modèle de rupture en valeurs et culturelle. La porosité entre salafisme et djihadisme demeure grande, même si les salafistes affirment ne pas être violents. »

En novembre 2015, Kepel rappelle :

« J'avais lu et traduit en français Abou Moussab al-Souri, le théoricien de ce nouveau djihad qui avait rompu avec Ben Laden. Il avait expliqué que c'en était fini avec l'Amérique, la stratégie d'Al Qaida avait été un échec, c'était de l'hubris. Il fallait désormais attaquer le ventre mou de l'Occident, l'Europe, pour y déclencher une guerre civile en utilisant la population mal intégrée et les camps d'entraînement au Levant. Tout cela, je l'ai écrit dans Terreur et Martyre paru en 2008 mais personne ne s'y intéressait à l'époque – et c'est effectivement ce qui s'est passé [163]. »

Pour le journaliste David Thomson :

« Les djihadistes ont de réelles convictions. Ils partent en Syrie ou en Irak persuadés qu'ils se dirigent vers un paradis terrestre puis céleste. Ils ne sont pas dans le nihilisme. C'est en cela que je m'oppose à Olivier Roy. Pour le reste, les thèses de Kepel et de Roy me paraissent parfaitement compatibles. [...] Il y a bien des jeunes anti-système qui sont dans une forme d'islamisation de la radicalité. Pour autant, Olivier Roy explique que sa thèse est la seule explication du phénomène djihadiste, qu'il utilise ensuite pour s'opposer à Gilles Kepel. Gilles Kepel en fait de même quand il considère qu'il ne faut pas évacuer l'idéologie religieuse qu'est le salafisme, et que c'est seulement sous cet angle qu'il faut lire le phénomène djihadiste. L'Etat islamique a des franchises dans de nombreux pays. [...] Il y a donc bien une idéologie construite et structurée, que l'on ne peut pas réduire à une folie d'ordre psychiatrique[164]. »

Le ciblage du Bataclan

Le communiqué de revendication des attentats mentionne comme cible le « Bataclan où étaient rassemblés des centaines d’idolâtres dans une fête de perversité[165] ». Sans lien avec cette revendication, il est remarqué qu'en 2007, 2008 et 2009, le Bataclan a accueilli des galas de collecte de fonds pour les œuvres sociales des forces israéliennes et que le groupe djihadiste palestinien Jaish Al-Islam a même envisagé en 2009 un attentat contre le Bataclan[166],[165]. Toutefois, la salle a changé de propriétaire en 2015[165].

Le chanteur du groupe de rock Eagles of Death Metal qui s'y produisait le 13 novembre 2015 Jesse Hughes s'est opposé en juillet 2015 au mouvement de boycott d'Israël (BDS) soutenu par Roger Waters, le bassiste des Pink Floyd[167]. Toutefois, bien avant que le concert de ce groupe ne soit d'actualité, un homme de retour de Syrie arrêté en août 2015 et qui prétend ne pas avoir eu l'intention de passer à l'acte affirme qu'un « commanditaire l'a incité à rentrer en France et à commettre un attentat, dans « l'idéal » lors d'un concert »[168].

Enquête

Identification des terroristes et complices présumés

Salah Abdeslam et Hamza Attou se rendant dans une station-essence. Image d'une caméra de surveillance, quelques heures après les attentats.

Les attentats ont nécessité des semaines, voire des mois de préparation. Les auteurs proprement dits n'ont pu agir qu'avec l'aide d'un réseau de complices, lequel n'est fin 2015 que partiellement identifié par les services de police. La police établit à neuf le nombre des auteurs des attentats, répartis entre trois équipes de trois individus[169], auxquels il faut ajouter Salah Abdeslam, qui a convoyé les kamikazes du Stade de France[170].

Les auteurs des tueries du 13 novembre sont a priori morts. Sept terroristes sont identifiés rapidement. Bilal Hadfi, un Français de 20 ans résidant en Belgique, est un des kamikazes du Stade de France. Brahim Abdeslam, Chakib Akrouh et Abdelhamid Abaaoud sont les trois auteurs des fusillades sur les terrasses du 11e arrondissement. Ismaël Omar Mostefaï, Samy Amimour, Foued Mohamed-Aggad sont les attaquants du Bataclan. Deux des terroristes du Stade de France sont identifiés ultérieurement. Sur le terrain, le chef opérationnel est Abdelhamid Abaaoud[171]. Un des commanditaires des attentats pourrait être un certain « Abou Ahmad », également impliqué dans la préparation des attentats déjoués à Verviers[172]. Est également soupçonné le Syrien Abou Mohammed al-Adnani, qualifié au sein de Daech de « ministre des attentats »[173],[174]. Suspectée par les services américains, la responsabilité d'Abdelilah Himich n'est pas validée par la justice française[175]. Plusieurs auteurs des attentats de novembre 2015 en France et début 2016 en Belgique sont issus de la cellule de Verviers fondée par Abdelhamid Abaaoud et démantelée partiellement le [176].

La voix du djihadiste français Fabien Clain, surveillé dès 2001 avec son frère cadet Jean-Michel dans les rapports des renseignements généraux de Toulouse[177], est « très probablement » identifiée comme celle qui a revendiqué les attentats dans une vidéo au nom de l'État islamique[178].

Bien qu'ayant été décrits comme « drogués » par certains témoins policiers et civils, les analyses toxicologiques menées sur les corps des neuf terroristes concluent le qu'aucun d'entre eux n'avait consommé de stupéfiants ou d'alcool avant l'attaque[179].

Le , Dabiq, le magazine de l'État islamique, publie un montage photo mettant en scène neuf membres du commando. Il donne notamment les noms de guerre (kunya) de deux des assaillants qui n'avaient pas encore été identifiés : « Ali Al-Iraqi » et « Ukashah Al-Iraqi », tous deux Irakiens. Ces derniers seraient les deux kamikazes du stade de France, ils portaient sur eux de faux passeports pris vraisemblablement sur les cadavres de soldats syriens. Salah Abdeslam, le seul rescapé du groupe, n'est en revanche pas mentionné[69],[180]. L'enquête cherche aussi à déterminer si le passage à l'action d'un quatrième commando était prévu, l'Algérien Adel Haddadi et du Pakistanais Muhammad Usman interpellés le en Autriche étant partis de Syrie avec deux des kamikazes du Stade de France[181].

Avec l'arrestation de Mohamed Abrini le , toutes les personnes recherchées publiquement pour cette affaire ont été soit arrêtées, soit sont mortes[182].

En octobre 2016, l'enquête fait apparaître une organisation beaucoup plus complexe qu’envisagée. Le système des planques (une dizaine dans les seuls environs de Bruxelles avec une logistique élaborée), le nombre d’hommes impliqués et la multiplicité des cibles envisagées confirment la piste d’une cellule aux ambitions initiales encore plus vastes que la série d'attentats commis le 13 novembre[183]. Un ordinateur retrouvé en mars 2016 à Schaerbeek atteste d'une structuration commune des actions terroristes commises en France en Belgique en 2015 et 2016 et d'autres cibles potentielles, non identifiées avec certitude. Parmi elles, l'une pourrait être l'Aéroport d'Amsterdam-Schiphol[183]. Le commanditaire supposé en Syrie des attentats en Île-de-France serait bien l'émir Abou Ahmed (ou Abou Hamza) mais sa véritable identité reste inconnue[183]. Les services antiterroristes belges pensent qu'Abou Ahmad pourrait être le djihadiste belgo-marocain de 32 ans Oussama Ahmad Atar. Arrêté en 2004 à Ramadi en Irak avant d'être détenu trois ans dans la prison d'Abou Ghraib, il est un cousin éloigné des frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui, morts en kamikazes à Bruxelles début 2016. Il était retourné en Belgique après sa libération en septembre 2012[172].

Le , le Pentagone annonce la mort le à Raqqa de trois cadres de l'EI, dont deux seraient liés à la préparation des attentats du 13 novembre, Salah-Eddine Gourmat et Sammy Djedou — proches de Abou Mohammed al-Adnani lui-même tué en août 2016, et de Boubaker El Hakim — dont les noms n'avaient pas été rendus publics précédemment[184].

Nom Statut Âge Nationalité Niveau d'implication / Délit présumé
Commanditaires présumés (3) 2 tués, 1 sous mandat d'arrêt international
Oussama Ahmad Atar Mandat d'arrêt émis fin décembre 2016 32 Belgo-marocain[185] Selon les enquêteurs belges, le commanditaire des attentats serait le Belge Oussama Ahmad Atar. Arrêté en 2004 à Ramadi en Irak avant d'être détenu trois ans dans la prison d'Abou Ghraib, il est un cousin éloigné des frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui, morts en kamikazes à Bruxelles début 2016. Il était retourné en Belgique après sa libération en septembre 2012. Son nom apparait également dans l'enquête sur la cellule de Verviers coordonnée par Abdelhamid Abaaoud et démantelée en 2015[172]. Fin décembre 2016, les juges d'instruction français émettent deux nouveaux mandats d'arrêt, dont l'un visant Oussama Atar et l'autre Sofien Ayari, détenu en Belgique. Cette information n'est diffusée que le [186].
Salah-Eddine Gourmat Tué le 4 décembre 2016 24 Franco-algérien[187] Jugé pour une première tentative de départ en 2014, il est condamné à quatre ans de prison dont un ferme, mais ne se présente pas à l'énoncé du jugement profitant de sa libre comparution, puis réussit à gagner la Syrie en mars 2014. Selon les services américains, il est impliqué dans la préparation des attentats du 13 novembre[184]
Sammy Djedou Tué le 4 décembre 2016 27[188] Belge[188] Élevé dans une famille catholique, il se convertit à l'islam à 14 ans puis se radicalise au contact d'un prédicateur local. Il rejoint les djihadistes en octobre 2012 et est actif en Syrie à côté du français Boubaker El Hakim. Selon les services américains, il est impliqué dans la préparation des attentats du 13 novembre[184],[188].
Auteurs
Stade de France (3) 3 tués
Bilal Hadfi Morts le 13 novembre 2015 20 Français Né le 22 janvier 1995, résidant à Neder-Over-Hembeek en Belgique et étudiant avant son départ subit pour la Syrie 15 février 2015, sans aucun avertissement à sa famille. La police belge le surveillait de près et l’avait inscrit dans la « liste Syrie » de l’OCAM[189].
Ammar Ramadan Mansour Mohamad al Sabaawi[190] environ 25 Irakien Un passeport syrien au nom d'Ahmad Al Mohammad, né le à Idleb[191], est retrouvé à proximité de son corps. Il se révèle rapidement être un faux, que le terroriste aurait utilisé pour bénéficier du statut de réfugié le , date de son enregistrement dans le fichier Schengen Eurodac lors de son arrivée sur l'île grecque de Leros, avant d'être repéré quelques jours plus tard en Croatie[191] puis en Allemagne[192]. La presse révèle en janvier 2017 que l'Irakien connu sous la fausse identité d'Ahmad Al Mohammad (nom de guerre « Ukashah Al-Iraqi ») se nommerait Ammar Ramadan Mansour Mohamad al Sabaawi, dont la famille aurait été indemnisée pour ses actes par l'État islamique de l'équivalent de 5 000 $ et d'un troupeau de moutons[193].
Mohammad Al Mahmod[69] incertaine Il a également été contrôlé le 3 octobre sur l'île grecque de Léros[194] en se mêlant aux migrants qui fuient la guerre en Syrie[195]. Le , il est identifié comme étant Mohammad Al Mahmod mais à l'instar du premier terroriste il est probable que ce ne soit pas sa véritable identité. Un appel à témoin en vue de l'identifier est également lancé ce même jour[196].
Rues de Paris (3) 3 tués
Brahim Abdeslam Mort le 13 novembre 2015 31 Français Né le vivant dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean en Belgique, frère de Salah Abdeslam. Il aurait effectué un séjour dans les camps de Daesch en Syrie. Il actionne sa ceinture d'explosifs dans le caféComptoir Voltaire[197].
Chakib Akrouh Morts le 18 novembre 2015 25 Belge et marocain Né le et vivant dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean en Belgique jusqu'à son départ pour la Syrie en 2013. En fuite après les attentats, sa ceinture explosive explose lors de l'assaut du RAID du 18 novembre à Saint-Denis[95]. Identifié deux mois après les attentats, il est soupçonné de s’être rendu en Syrie à deux reprises, entre janvier 2013 et janvier 2015 et est condamné par coutumace en juillet 2015 à cinq ans de prison lors du procès « Zerkani »[198].
Abdelhamid Abaaoud 28 Belge et marocain né à Molenbeek Coordinateur présumé des attentats. Le gouvernement français l’a présenté comme « un des cerveaux » des tueries du 13 novembre, impliqué dans quatre des six attentats « évités ou déjoués » en France depuis le printemps 2015. En fuite après les attentats il est tué par Chakib Akrouh qui s'est fait sauter à l'aide d'une ceinture d'explosifs. D’après le procureur français chargé de l’enquête, lui et Chakib Akrouh projetaient « de se faire exploser le mercredi 18 ou le jeudi 19 novembre à La Défense »[199].
Théâtre du Bataclan (3) 3 tués
Ismaël Omar Mostefaï Morts le 13 novembre 2015 29 Français Né le à Courcouronnes (Essonne) et habitant à Chartres (Eure-et-Loir). Connu des services de police, il avait été condamné à huit reprises entre 2004 et 2010 pour des délits divers. Repéré le 6 septembre 2013 en Turquie avec Samy Amimour[200].
Samy Amimour 28 Français Né le à Paris et originaire de Drancy (Seine-Saint-Denis). Ex-chauffeur de bus à la RATP. Il est inculpé en octobre 2012 dans un dossier de terrorisme mais parvient à rejoindre la Syrie en septembre 2013 en compagnie d'Ismaël Omar Mostefaï. Il s'y marie et a un enfant. Il est le premier terroriste du Bataclan abattu, grâce à l'intervention d'un commissaire de la BAC arrivé rapidement sur les lieux avant l'intervention de la BRI[201].
Foued Mohamed-Aggad 23 Français Né le originaire de Wissembourg (Bas-Rhin)[202]. Il est parti en décembre 2013 pour la Syrie avec son frère aîné et huit autres jeunes radicalisés, qui tous rentrent en France après la mort de deux frères membres du groupe. Seul Mohamed-Aggad reste en Syrie. Il s'y marie avec une Française [80].
Principaux complices présumés
Enquête en France (3) 1 tuée 2 inculpés
Hasna Aït Boulahcen Morte le 18 novembre 2015 26 Française Cousine d'Abdelhamid Abaaoud. Elle aurait négocié le logement de Saint-Denis[199] et reçoit un versement d'argent de Mohamed Belkaïd pour financer la fuite d'Abaaoud, puis trouve la mort au cours de l'opération policière du 18 novembre 2015.
Jawad Bendaoud Inculpé le , en détention provisoire après 6 jours de garde à vue 29 Franco-marocain [203] Né le [204]. Soupçonné d'avoir fourni le logement de Saint-Denis à deux auteurs des attentats de Paris, il est placé en détention provisoire notamment pour association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste, détention en bande organisée d'explosifs et d'armes en relation avec une entreprise terroriste[205]. Admettant se douter qu'il logeait des terroristes recherchés, il était associé à Mohamed Soumah dans un trafic de crack[206].
Mohamed Soumah Inculpé le 25 non précisée Arrêté le 24 novembre et placé en garde à vue, il est mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste le 5 décembre. Il est soupçonné d'avoir été un intermédiaire entre la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, qui lui cherchait un abri de repli, et Jawad Bendaoud qu'il a rencontré en prison [207], présenté comme un « marchand de sommeil » de Saint-Denis[208],[209],[210].
Enquête en Belgique (14) 11 inculpés 3 tués (liste plus complète en article détaillé)
Salah Abdeslam Interpellé le 18 mars 2016[211], inculpé le 19 mars 2016[212] 26 Français né et vivant à Bruxelles[213] Né le à Bruxelles[213], frère de Brahim Abdeslam a joué un important rôle dans la logistique des attentats. Il a loué en Belgique la Polo du Bataclan et une Clio, mais aussi réservé des chambres d’hôtel utilisées avant les attentats[214]. Il a convoyé les kamikazes du Stade de France[170] puis a pris la fuite en Belgique[215]. Il est interpellé le 18 mars 2016 dans la commune de Molenbeek, à Bruxelles après quatre mois de cavale[211], et inculpé le 19 mars 2016 pour « participation à des assassinats terroristes » et « participation aux activités d'un groupe terroriste »[212].
Najim Laachraoui[216] S'est fait exploser dans l'aéroport de Zaventem lors des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles 24 Belge Soufiane Kayal d'après sa fausse identité belge. Le 9 septembre 2015, Salah Abdeslam, est contrôlé à la frontière entre l'Autriche et la Hongrie en provenance de Budapest avec lui et Mohamed Belkaïd munis de faux papiers[217]. Ils sont soupçonnés d'avoir coordonné les attaques depuis Bruxelles le 13 novembre. Ils transfèrent de l'argent à Hasna Aït Boulahcen le 17 novembre[53]. Il est identifié le comme Najim Laachraoui[216]. Il aurait des compétences en électromécanique suffisantes pour concevoir les explosifs sur lesquels son ADN a été retrouvé et l'appartement de Schaerbeek où il a séjourné serait le lieu où ont été confectionnés les ceintures des attentats[218]. Il est attesté être l'artificier des attentats de Paris[219]. Il est l'un des gardiens du journaliste américain James Foley, avant sa décapitation en août 2014 et de quatre otages français[220].
Khalid El Bakraoui S'est fait exploser dans une des trois stations de métro desservant le quartier européen de Bruxelles lors des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles Belge D'après la RTBF, il aurait participé, peut-être avec son frère également auteur d'un attentat, à l'achat des munitions de kalachnikov, dans une armurerie wallonne, à l'été 2015, trois mois avant les attentats du 13-Novembre. Alors qu'il est depuis mai 2015 en violation de sa liberté conditionnelle[221], les enquêteurs chargés du grand banditisme (trafic d'armes) auraient trouvé de la documentation islamiste et une alarme à détecteur de mouvement à son domicile le , trois semaines avant les attentats du 13 novembre. Il aurait loué sous de fausses identités la planque d'Abaaoud en Belgique, puis la planque d'Abdeslam, en vue de cibler le championnat d'Europe de football en juin 2016 toujours selon la RTBF[222].
Mohamed Abrini Interpellé le [223] Inculpé le [224] 30 Belgo-marocain Il a été filmé deux jours avant les attaques en compagnie de Salah Abdeslam, dans une station-service de l'Oise, sur l’autoroute A1 en direction de Paris. Mohamed Abrini était au volant de la Renault Clio retrouvée à Paris après les attentats[214].
Osama Krayem Inculpé le 19 avril 2016 23 Suédois d'origine syrienne Arrêté le en compagnie de Mohamed Abrini[183] et déjà inculpé pour les attentats du commis à Bruxelles, son ADN a été retrouvé dans plusieurs planques utilisées par les terroristes des attentats de Paris notamment dans un atelier de confection de ceintures explosives[225].
Mohammed Amri Interpellé le 14 novembre, inculpé le 27 Français - habite Molenbeek depuis trois ans Conducteur et propriétaire de la voiture Volkswagen Golf ayant servi à exfiltrer Salah Abdeslam vers Bruxelles au lendemain des attaques[199].
Hamza Attou Interpellé le 14 novembre, inculpé le 21 Belge Passager de la voiture Volkswagen Golf ayant servi à exfiltrer Salah Abdeslam vers Bruxelles au lendemain des attaques[199].
Lazez Abraimi Interpellé le 19 novembre, inculpé le vendredi 20 novembre 39 Marocain Il est soupçonné d'avoir aidé Salah Abdeslam dans sa fuite. Deux armes de poing ont été découvertes dans son véhicule ainsi que des traces de sang[214].
Ali Oulkadi Interpellé le 22 novembre, inculpé le 23 novembre 31 Français vivant en Belgique Il a conduit Salah Abdeslam le lendemain des attentats depuis la station de métro Bockstael à Laeken jusqu’à Schaerbeek[214].
Abdeilah Chouaa Interpellé le 23 novembre, inculpé le 24 novembre 35 Belge Il est suspecté de «participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes»[199]. Il a accompagné Mohamed Abrini à l'aéroport en juin 2015 lorsqu'il part officiellement en vacances en Turquie, d'où il s'est rendu en Syrie. C'est aussi lui qui a été le rechercher trois semaines plus tard cette fois à Paris, alors que Mohamed Abrini a transité par le Royaume-Uni, où Abaaoud a des relais, notamment à Birmingham[226].
Mohamed Bakkali Interpellé le , inculpé le [214]. 28 Belge Inculpé d’attentat terroriste et de participation aux activités d’un groupe terroriste, il aurait notamment loué plusieurs "logements conspiratifs" sous de fausses identités et qui ont été utilisés notamment comme ateliers de confection d'explosifs[227].
Mohamed Belkaïd Mort le 15 mars 2016 35 Algérien Né le 9 juillet 1980[204]. Connu sous la fausse identité belge de Samir Bouzid et en séjour illégal en Belgique, il est considéré comme un des principaux coordinateurs des attentats. Le 9 septembre 2015, Salah Abdeslam, est contrôlé à la frontière entre l'Autriche et la Hongrie en provenance de Budapest avec lui et Najim Laachraoui munis de faux papiers[217]. Ils sont soupçonnés d'avoir coordonné les attaques depuis Bruxelles le 13 novembre. Belkaïd transfère de l'argent à Hasna Aït Boulahcen le 17 novembre[53]. En fuite après les attentats. Il est abattu à la suite d'une perquisition effectuée à Forest, qui dégénère en fusillade[228].
Sofiane Ayari Interpellé le au moment de l'interpellation de Salah Abdeslam[183], il est inculpé le lendemain en Belgique. Mandat d'arrêté émis par la France fin décembre 2016[186] Tunisien En possession d'un faux passeport syrien au nom de Monir Ahmed Alaaj ainsi que d'une fausse carte d'identité belge au nom de Amine Choukri, il est inculpé pour assassinats terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste. Après être arrivé en Europe sur l'île grecque de Léros le [229], ce dernier a été contrôlé le 3 octobre suivant en Allemagne aux côtés de Salah Abdeslam. Ses empreintes sonr relevées dans un des « logements conspiratifs » des terroristes[230].
Abid Aberkan Interpellé le 18 mars 2016, inculpé le lendemain non précisée En 2014, lui et Mohamed Abrini sont condamnés à 130 heures de travaux d'intérêt général pour un vol dans une taverne de Bruxelles. Radicalisé en quelques mois, il fréquente le bar des Béguines[231]. Salah Abdeslam l'appelle après la découverte de sa planque en mars 2016. Il est arrêté peu après à Jette. C'est lui qui a fourni le logement dans lequel ce dernier a été arrêté, Rue des Quatre-Vents 79 à Molenbeek. Il est inculpé pour participation aux activités d'un groupe terroriste et recel de criminels[232].

Enquête en France

L'enquête est initialement dirigée par le procureur de la République de Paris, François Molins, en tant que chef du Parquet Antiterroriste (à compétence nationale), avec comme principaux objectifs la révélation des identités des terroristes, leurs parcours et leurs complices éventuels[233]. Une instruction judiciaire est ouverte en Belgique[234]. Une information judiciaire est également ouverte en France par le Procureur Molins le 25 novembre, et confiée à six juges d'instruction[235]

Afin de faire avancer les investigations, un appel à témoins est lancé[233] et un numéro vert mis à disposition[236]. Les enquêteurs visionnent les images de vidéosurveillance et recueillent les différents témoignages[233]. Plusieurs services de police judiciaire sont mobilisés dans les quelques heures qui suivent les faits meurtriers, avec près de deux mille agents déployés sur le terrain. En quête de tout indice permettant de révéler les identités des commandos terroristes, la police scientifique prélève l'ADN trouvé sur les lieux des attentats[233].

Le procureur de Paris a tenu une conférence de presse dans la soirée du 14 novembre, dans laquelle il a détaillé les éléments des investigations menées à la suite des attaques terroristes qui ont secoué le pays[233]. François Molins a fait le point sur le bilan réactualisé, un bilan très lourd et évolutif. Il est ensuite revenu sur le déroulement des actes commis[237]. Au total, sept terroristes ont été trouvés morts sur les lieux des faits[237].

Selon le procureur, trois suspects ont été interpellés le 14 novembre en Belgique, lors d'un contrôle routier, en lien avec les attaques de Paris. L'un d'eux est soupçonné d'avoir été présent à Paris le [238]. Un des individus est un Français résidant à Bruxelles et locataire de la Polo grise[234] utilisée dans les attentats. Le procureur a salué les autorités belges pour leur coopération[237]. Des suspects sont arrêtés en Belgique, notamment à Molenbeek-Saint-Jean[239], commune bruxelloise liée depuis plus d'une décennie au terrorisme[240].

Les sept terroristes munis de ceintures d'explosifs disposaient vraisemblablement de complices puisqu'un véhicule de type Seat León III aperçu sur les lieux des attentats et contenant des armes (trois fusils d’assaut kalachnikov, onze chargeurs vides et cinq pleins[241]) a été retrouvé dans la nuit du 14 au 15 novembre à Montreuil[242].

Dans le cadre de la coopération internationale, des experts du FBI sont envoyés pour renforcer les équipes d'enquêteurs français et les aider dans leurs investigations[243].

Une Renault Clio IV noire immatriculée en Belgique, louée par Salah Abdeslam, est découverte place Albert-Kahn (18e arrondissement) le 17 novembre, laissant penser à l'existence d'une quatrième équipe en plus des trois passées à l'action[153]. Un communiqué de Daech[244] ainsi que l'enquête policière[245] laissent supposer qu'un quatrième attentat aurait pu être perpétré dans le 18e arrondissement. L'enquête atteste en revanche qu'un attentat-suicide était programmé cinq jours plus tard dans le quartier de La Défense[246]. Un téléphone mobile est retrouvé dans une poubelle à proximité du Bataclan dans lequel est retrouvé le plan détaillé de la salle de spectacle, ainsi qu'un SMS envoyé à 21 h 42 sur lequel on peut lire « On est parti on commence »[247]. Quelques mois après les faits, la piste d'une quatrième équipe semble abandonnée après qu'une coïncidence étonnante soit mise au jour. Le porteur d'un téléphone portable belge identifié le 3 novembre comme ayant été en contact avec celui de Jawad Bendaoud quitte Bruxelles le soir du 13 novembre pour être repéré non loin du lieu des attentats de Paris au moment où ils sont commis, puis dans le quartier de Barbès dans le 18e arrondissement au moment où Salah Abdeslam s'y rend pour acheter une puce de téléphone portable afin d'appeler en Belgique des amis pour l'exfiltrer. Or, il apparaît que le portable belge appartenait à une prostituée qui rejoint un homme à Paris pour le week-end et qu'aucun des deux ne peut être relié à une quelconque piste terroriste, ce qui fait s'évanouir la piste d'une quatrième équipe non passée à l'action ou restée en soutien et réduit les soupçons envers Jawad Bendaoud de contacts de longue date avec les terroristes[248].

La police a transmis à ses homologues européennes un avis de recherche concernant une Citroën Xsara immatriculée AE-113-SY et dans laquelle pourrait se trouver Salah Abdeslam[249]. Les enquêteurs recherchent un artificier de 19 ans originaire de Roubaix qui aurait confectionné les gilets explosifs utilisés par les kamikazes[250].

Les caméras de vidéosurveillance de la RATP révèlent qu'Abdelhamid Abaaoud a franchi un portillon d'accès du métro Croix-de-Chavaux en fraudant, sur la ligne 9, à Montreuil, à 22 h 14 après les attentats du vendredi 13 novembre[251]. Une ceinture d'explosifs est trouvée dans une poubelle à Montrouge le , dans le secteur où le téléphone portable de Salah Abdeslam a été géolocalisé pendant les heures ayant suivi les attentats[252].

Selon un enquêteur, le rôle d’Hasna Aït Boulahcen, qui héberge deux complices à Saint-Denis le soir du 17 novembre, éclaire surtout sur la capacité d’organisation du groupe : « une logistique rudimentaire, sans appartement de repli, ni équipes en support : on paraît loin d’une guérilla urbaine classique[253]. » Le ministre des finances Michel Sapin estime le budget des attentats inférieur à 30 000 euros[254], réunis par un cumul de petites sommes[255] : « Le coût des derniers attentats, le financement des attentats, c'est une somme qui n'a pas été plus élevée que 30 000 euros »[256].

Opération policière à Saint-Denis le 18 novembre

Trois groupes de policiers (un de deux, un de quatre et un de vingt-six) en uniforme avec armes et protection pour la plupart attendent sur la rue de la République.
Des forces de police, rue de la République.

Le 16 novembre, un témoignage fait état de la présence de Abdelhamid Abaaoud sur le territoire français. Les enquêteurs repèrent un talus recouvert de buissons où il s'est caché quelques heures après les attaques, en contrebas de l'A86 dans une zone d'entrepôts d'Aubervilliers. Une caméra posée par les policiers à proximité permet de détecter Hasna Aït Boulahcen s'approchant des fourrés le 17 novembre à 20 h 10. Deux hommes émergent alors du talus, il s'agit d'Abaaoud et d'un homme qui sera ultérieurement identifié comme Chakib Akrouh. Ce sont les deux survivants du commando des terrasses. Le trio est filé jusqu'à la rue du Corbillon dans le centre de Saint-Denis[257].

Le 18 novembre, les forces de l'ordre, Raid, BRI, police, secours, prennent place dans le centre-ville. À h 16 l'assaut est donné sur un appartement, présenté par certains médias comme un squat, situé rue du Corbillon. Le RAID tente de faire exploser la porte de l'appartement, sans succès[258]. L'attaque dure plusieurs heures face aux terroristes retranchés à l'intérieur. 1576 cartouches sont tirées lors de l'opération, dont 11 par les terroristes[259]. L'intervention se termine vers 11 h 30. Fin décembre 2015, le déroulement exact de cet assaut reste inconnu de la presse[258].

À l'issue de cette intervention Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Aitboulahcen et Chakib Akrouh trouvent la mort. Cinq policiers du RAID sont blessés lors de l'opération et un chien policier est tué[260]. Sept personnes sont interpellées : trois se trouvant dans l’appartement, deux cachées dans les gravats et deux autres hors de l'appartement, dont Jawad Bendaoud, le logeur pour le compte de trois frères propriétaires et « marchands de sommeil » de l'appartement de la rue du Corbillon et d'autres dans le secteur[261].

Commission d’enquête parlementaire en France

L'Assemblée nationale crée début 2016 une commission d’enquête parlementaire de 30 membres présidée par le député LR du Rhône Georges Fenech et dont le rapporteur est le député PS des Hauts-de-Seine Sébastien Pietrasanta sur les « moyens mis en œuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 » incluant donc les attentats de janvier 2015 comme ceux 13 novembre[262].

Une de ses premières auditions est consacrée aux témoignages de victimes survivantes. Celles-ci rapportent des difficultés pour obtenir la confirmation du décès ou de l'hospitalisation de blessés, la difficulté des personnes retranchées au Bataclan à joindre ou être entendus par la Police ou l'absence de présence policière ou de fouille à l'entrée du Bataclan, alors que le risque d’attaque contre une salle de concert était connu des autorités[126].

Lors de son audition par la commission, le directeur de la Direction générale de la Sécurité extérieure Bernard Bajolet déclare connaître le commenditaire des attentats tout en refusant de communiquer son nom : « Il est vrai qu'Abaaoud était un coordinateur mais pas le commanditaire. Nous connaissons le commanditaire mais je resterai discret sur ce point ». Il est révélé fin octobre qu'il est questionné le 29 juillet 2016 par un juge anti-terroriste, le directeur de la DGSE refuse de nouveau de donner cette information : « Je ne peux pas donner les noms du commanditaire et de ses collaborateurs en raison de la sensibilité de nos sources ». Il s'agirait peut-être du mystérieux Abou Ahmed dont le nom d'emprunt est retrouvé à la fin de l'été par les enquêteurs belges[263].

La commission d'enquête rend son rapport le et formule 39 propositions, notamment axées sur une réforme du renseignement[264]. Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve soutient la recommandation de « renforcer les missions du coordinateur du renseignement », et de « préciser le positionnement de la DRPP », sur laquelle les députés sont très critiques, mais manifeste son opposition à la création d’une « agence nationale du renseignement » arguant qu’elle ajouterait une nouvelle couche au « millefeuille », La création d’une direction générale du renseignement territorial, prônée par les députés et fusionnant une partie de la DRPP et le service de renseignement de la gendarmerie, est également rejetée par le ministre qui y voit un risque de « concurrence dommageable » avec la DGSI[265].

Devant la commission, le directeur de la DGSI Patrick Calvar explique vouloir contrer la stratégie de Daech théorisée par Abou Moussab al-Souri visant à susciter la confrontation entre musulmans et ultra-droite violente. Il demande de « dégager des ressources pour nous occuper d’autres groupes extrémistes parce que la confrontation est inéluctable » reprenant son analyse exprimée le 10 mai devant d'autres parlementaires « Cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires »[266]. Appuyant cette analyse, le politologue Jean-Yves Camus souligne que « cette confrontation est voulue par les deux parties. Car pour les islamistes radicaux, elle est aussi un moyen de souder autour d’une identité commune des gens dont les rapports à l’islam sont parfois différents. Des gens qu’il s’agit de convaincre que, vivant une répression commune, ils ont aussi une destinée commune dans le jihad » Pour l'ultra-droite, « elle viendra de gens qui ne font pas nécessairement partie de groupes déjà constitués (...) Depuis les années 80, existe aux Etats-Unis la théorie de la «résistance sans chef», qui a notamment inspiré les auteurs de l’attentat d'Oklahoma City en 1995. Dans ce schéma, les terroristes agissent individuellement ou par petites cellules décentralisées »[266].

Plusieurs médias anglo-saxons ont semblé lire dans les auditions de la commission d’enquête qu'il y aurait eu des actes de torture au deuxième étage du Bataclan, notamment des décapitations, des émasculations, des énucléations. Ceci d'après le témoignage d'un officier de police qui cite un de ces confrères[267],[268]. Tout cela est démenti par « le procureur de Paris François Molins dans son audition par la même commission d’enquête : « Les médecins légistes ont été formels : il n’y a pas eu d’actes de barbarie, pas d’utilisation, notamment, d’armes blanches ». De fait, les autopsies et constatations médico-légales pratiquées sur les corps ne montrent aucune trace de telles mutilations »[269]. Aucune arme blanche n'a été trouvée sur les lieux, ni aucun témoignage dans ce sens de la part de survivants[270].

Pour le député socialiste et rapporteur Sébastien Pietrasanta, l'état d'urgence a eu une portée limitée et l'opération Sentinelle n'a pas prouvé son efficacité et elle s'interroge sur « l'efficacité réelle de ce dispositif dans la sécurisation du territoire national »[271].

Enquête en Belgique

À la suite de l'opération policière du 18 novembre à Saint-Denis, l'enquête s'oriente de plus en plus vers la commune de Molenbeek-Saint-Jean, d'où viennent Abaaoud et les frères Abdeslam, et plus largement la Belgique.

Les enquêteurs français arrivent à la conclusion que les attaques meurtrières ont été préparées depuis l'étranger et ils se tournent rapidement vers la Belgique, considérée, par les autorités françaises, comme base arrière des kamikazes terroristes[272]. Néanmoins, les autorités belges réfutent les accusations des autorités et des médias français, les invitant à regarder dans leur propre jardin[273].

Le 16 novembre, une série de perquisitions est lancée en Belgique, à Molenbeek-Saint-Jean, pour rechercher notamment Abdeslam Salah, qui avait loué la Polo noire transportant les terroristes du Bataclan[274]. Le même jour, deux suspects sont inculpés pour terrorisme, dont le propriétaire de la voiture ayant ramené Salah Abdeslam[275]. Il apparaît à cette occasion que certains terroristes islamistes domiciliés en Belgique inconnus des services français l'étaient en revanche des services belges, sans que l'information ait été transmise[276]. Le Comité R, chargé de contrôler les services de renseignement belges, a ouvert une enquête sur l'action de la Sûreté de l'État et du Service général du renseignement et de la sécurité[277]. Un rapport provisoire est remis au Parlement par le comité R en février 2016. Selon ce rapport, la Sûreté de l'État n'a pas commis de faute dans cette affaire[278].

Une source du journal La Capitale aurait rencontré Salah Abdeslam, à Molenbeek-Saint-Jean, le 17 novembre dans la soirée[279]. Le 24 novembre, la justice belge lance un mandat d'arrêt international contre Mohamed Abrini, 30 ans, reconnu par une caméra vidéosurveillance d'une station-service de Ressons-sur-Matz (Oise) en compagnie de Salah Abdeslam, deux jours avant les attentats de Paris[280]. Le dimanche 29 novembre, deux suspects sont inculpés par le parquet belge, dont l'un, Samir Z. (20 ans), de nationalité française, voulant se rendre en Syrie par le Maroc, serait proche de Bilal Hadfi[281].

Les autorités belges, redoutant des attaques coordonnées telles celles qui ont touché Paris, lancent plusieurs opérations de police durant la nuit du 22 au 23 novembre dans les agglomérations de Bruxelles et à Charleroi. Le niveau d’alerte est porté à son maximum (quatre, sur une échelle de quatre niveaux) dans la capitale[282] et au niveau trois dans le reste du pays. Au cours de ces opérations, plus de seize arrestations sont effectuées.

Le , les parlementaires rejettent le lancement d'une enquête parlementaire sur les services antiterroristes. En effet, des informations auraient été transmises à la police dès 2014 sur Abdelhamid Abaaoud. Par ailleurs, la police locale de la zone ouest de Bruxelles – qui inclut Molenbeek – aurait indiqué début 2015 que les frères Abdeslam envisageaient de se rendre en Syrie, mais une perquisition et des écoutes n'auraient pas permis d’établir une infraction liée au terrorisme et le dossier a été classé sans suite par le parquet fédéral. Le comité P est saisi[283]. Le , la presse révèle ses conclusions : à la suite du signalement par un inspecteur de Bruxelles-Ouest par PV à la cellule antiterroriste que les frères Abdeslam cherchent à se rendre en Syrie, le parquet a alors demandé à l'unité antiterroriste de la police fédérale d'espionner le téléphone des deux frères et de vérifier leurs mails. Toutefois, selon le quotidien belge Le Soir l'enquête est dirigée vers les « dossiers rouges », « ceux qui sont urgents mais pour lesquels la section antiterroriste ne dispose pas de moyens suffisants ». « Des réunions auraient eu lieu pour savoir si d’autres unités de police pouvaient s’occuper du dossier, mais toutes auraient été confrontées au même manque d’effectifs. Le 21 avril 2015, le dossier Abdeslam est finalement classé sans suite »[284].

Selon des informations de presse non confirmées par la Justice, les autorités belges auraient obtenu le soutien de la National Security Agency pour pister les téléphones portables des personnes présentes à l'inhumation d'un terroriste des attentats du Stade de France Chakib Akrouh, ce qui aurait contribué à la localisation de Salah Abdeslam[281]. Cela est confirmé en août 2016 concernant la traque de Salah Abdeslam grâce à son expertise en analyse de métadonnées[285].

Le , lors d'une perquisition de la police (opération conjointe des services belges et français) dans le cadre de l'enquête sur les attentats à Paris, une fusillade éclate dans la commune bruxelloise de Forest. Quatre policiers sont blessés, un suspect a été abattu et enfin deux autres sont toujours en fuite[286]. Le 18 mars, Salah Abdeslam est arrêté par la police belge à Molenbeek[287].

Arguant du fait que « le commando venait exclusivement de Belgique » et du temps nécessaire pour mettre la main sur Salah Abdeslam, Alain Marsaud, ancien magistrat français responsable de la lutte antiterroriste et député LR, critique les services belges. Il avance que « la Belgique paie son laisser-aller lorsqu’elle a laissé agir un certain nombre de communautés. »[288].

Répercussions internationales

Réactions des autorités politiques

L'ampleur de ces attaques est telle que leur retentissement est planétaire, à l'instar des attentats de janvier 2015.

Dès le 13 novembre, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon dénonce des « attaques misérables »[289]. Le Conseil de sécurité adopte à l'unanimité le 20 novembre une résolution proposée par la France dans laquelle il appelle tous les États qui le peuvent à lutter contre l'État islamique.

Fichier:President Obama Delivers a Statement on the Attacks in Paris.webmLire le média
Discours de Barack Obama après les attentats.

Le président des États-Unis, Barack Obama, a été le premier chef d'État à réagir après les attentats[290], en y consacrant une conférence : « Nous proposerons toute l'aide nécessaire à la France. Face à la menace terroriste, nous nous tenons aux côtés des Français[291]. ». Il y a cité, en français, la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » en affirmant qu'elles ne sont « pas seulement des valeurs françaises mais des valeurs que nous partageons tous »[290].

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, fait part de son émotion dans un tweet[292] et Donald Tusk, le président du Conseil européen, envoie une lettre de soutien à François Hollande[293]. Chacun des 28 chefs d'État ou de gouvernement européens exprime également sa compassion et envoie ses condoléances, soit par une lettre ouverte envoyée au président français[294], soit par les réseaux sociaux avec des interventions sur Twitter comme la Belgique[295], la Finlande ou l'Irlande[296] ou la Pologne[297], soit par une déclaration comme celles de la chancelière allemande Angela Merkel ou du Premier ministre néerlandais Mark Rutte[298], soit en exprimant ses condoléances à l'ambassade de France comme ce fut le cas de l'Ukraine[299].

Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie, exprime ses condoléances et la solidarité de la Russie au président François Hollande et à l'ensemble du peuple français [300]. Les leaders d'Asie et du Proche-Orient émettent également des soutiens à la France et des condamnations des attentats. Seul le discours du président syrien Bachar el-Assad est nuancé : il se dit « prêts à combattre le terrorisme avec ceux qui le veulent vraiment »[301] mais souligne que la politique française en Syrie a « contribué à l’expansion du terrorisme »[302] et affirme que « la France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou à l'Arabie saoudite[303]. De son côté l'Arabie saoudite condamne les attentats par le biais de son ministre saoudien des Affaires étrangères, jugeant qu'ils constituent une « violation de toute éthique, morale et religion »[304].

De très nombreux pays tant d'Amérique du Nord que du Sud expriment également leur solidarité envers le peuple français et appellent comme la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, à une lutte « sans merci contre ces actes honteux perpétrés à Paris »[305].

De nombreux pays africains expriment la même solidarité avec la France, tant les pays à population de religion dominante musulmane que les pays non musulmans. Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, en visite privée en France et François Hollande a condamné, à l'issue de son entretien, les attentats[306]. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika qui adresse un message par voie de presse et diplomatique et dénonce « les lâches attentats de Paris »[307]. Le roi Mohammed VI qui adresse un message de condoléances à François Hollande[308]. Le Nigeria, qui affronte depuis six ans les islamistes armés du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (ex-Boko Haram) appelle « toutes les nations éprises de paix dans le monde à intensifier la coopération multilatérale et la collaboration au niveau de l’action pour mettre rapidement fin au fléau du terrorisme international »[306]. Les pays non musulmans Afrique du Sud, Jacob Zuma, qui présente ses condoléances au gouvernement français et aux familles des victimes et rappelle que le terrorisme, « sous aucune de ses formes », ne peut être toléré[306].

Pour avoir écrit un article expliquant que l’élan de solidarité exprimé par la Chine après les attentats de Paris n’était pas dénué d’arrière-pensées quand il s’agit de faire l’amalgame entre la répression menée contre la minorité ouïgoure au Xinjiang et la lutte contre le terrorisme international, la journaliste de L'Obs Ursula Gauthier est victime d'une campagne de presse hostile provoquée par les autorités chinoises, puis son visa non renouvelé fin décembre 2015[309].

Illuminations solidaires

Après ces attentats, de nombreux pays ou villes ont affiché leur soutien à la France en éclairant divers monuments avec les couleurs du drapeau français.

Voici une galerie présentant une petite sélection de ces monuments

Réactions des autorités religieuses

Autorités catholiques

Après avoir présenté ses condoléances à Mgr André Vingt-Trois, le pape François prend directement la parole sur Tv2000  afin de condamner ces attentats que « rien ne peut justifier », ni religieusement, ni humainement. Il ajoute : « Je suis proche de tous ceux qui souffrent et de toute la France, que j'aime tant. »[310]

Le lendemain, dimanche 15 novembre, lors de son Angélus, il exprime « sa souffrance » et ses condoléances « au président de la République française et à tous les citoyens ». Il ajoute : « nous nous demandons comment le cœur de l’homme peut concevoir et réaliser ces horribles événements. […] on ne peut que condamner cet affront inqualifiable à la dignité de la personne humaine. Et utiliser le nom de Dieu pour justifier ce chemin, ces choix, c’est un blasphème. [...] Confions à la miséricorde de Dieu les victimes sans défense de cette tragédie. Que la Vierge Marie, la mère de miséricorde, suscite dans les cœurs de tous des pensées de sagesse et des intentions de paix. Nous lui demandons de protéger et de veiller sur la chère nation française, fille aînée de l’Église, sur l’Europe et sur le monde tout entier »[311].

Le , la messe pour la prospérité de la France, célébrée par le cardinal Agostino Vallini, est dédiée aux victimes des attentats et aux « frères musulmans, et particulièrement ceux qui sont tentés par l’intolérance et la violence aveugle »[312].

Autorités musulmanes

Le Conseil supérieur des oulémas du Maroc a émis une fatwa condamnant les actes terroristes de Daech. Celle-ci vient s'ajouter à un certain nombre de réactions et de mesures similaires prises à travers le monde par différentes autorités religieuses musulmanes[313].

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique en Iran, publie le 29 novembre 2015 une lettre intitulée « La seconde lettre du Guide suprême aux jeunes d'Europe », mais s'adressant en fait à tous les jeunes occidentaux. Soulignant son empathie pour les victimes en précisant que « le terrorisme est notre préoccupation commune », il dénonce cependant les « politiques contradictoires » et la « duplicité » des grandes puissances occidentales, en premier lieu des États-Unis, qui « ont nourri et armé al-Qaïda, les Talibans et leurs successeurs » et « soutiennent l'État terroriste d'Israël ». Il avait écrit une première lettre en janvier 2015 après les attentats contre Charlie Hebdo et un supermarché de la communauté juive qui avaient fait 17 morts[314].

Réactions sur les réseaux sociaux

Logotype avec le slogan « Pray for Paris – 13 novembre 2015 ». La lettre « A » de « Paris » est dessinée comme la tour Eiffel.
Logotype dérivé de celui de Je suis Charlie - Adaptation graphique du mot-clé #Pray for Paris traduisible par « Priez pour Paris » diffusé par des internautes du monde entier en soutien aux Parisiens.

Aux États-Unis, un hashtag similaire, #StrandedInUS, permet aux Parisiens retenus sur le sol américain d'être hébergés[315].

Le , Facebook déclenche son « contrôle d’absence de danger » (Safety Check)[316]. Ce service permet à chaque utilisateur géolocalisé dans les zones dangereuses de signaler à ses amis qu’il est en sécurité. D'après Facebook, 4,1 millions de personnes l'ont utilisé pour signaler qu’elles étaient en sécurité, et pas moins de 360 millions d'internautes ont reçu des notifications les informant que leurs « amis » Facebook allaient bien[317]. Le réseau social a également mis en place ce même jour un outil de personnalisation de la photo de profil appliquant un filtre du drapeau français sur celle-ci, permettant de « montrer [son] soutien à la France et aux Parisiens »[318], fonctionnalité déjà expérimentée au moment de l'adoption du mariage homosexuel aux États-Unis avec le drapeau arc-en-ciel[319]. Le neuroscientifique Romain Ligneul souligne que celle-ci permet à Facebook comme à un tiers d'obtenir des données déterminantes sur ses utilisateurs, les photos de profils étant publiques. Il observe également que cette proposition « contribue en quelque sorte à fixer [la] signification » du drapeau français, à renforcer sa diffusion et donc à favoriser son acceptation[319]. Pour M, le magazine du Monde, la polémique que suscite parfois cette initiative sur le réseau social est révélatrice du « rapport schizophrène » que les Français entretiennent avec leur drapeau[320].

Le mot clé #PrayForParis devance le #JeSuisCharlie, avec 6,7 millions de tweets avec ce hashtag en dix heures contre 6,63 en cinq jours. Par ailleurs, d'autres mots clés tels que #1bougiepourParis ou #1candleforParis sont lancés, invitant les internautes, comme après la tuerie au siège de Charlie Hebdo, à allumer une bougie sur leur fenêtre en hommage aux victimes. Les internautes se sont également mobilisés pour rendre hommage au gérant du compte Twitter de supporteurs français du club Everton tué durant les attaques : le mot clé #Tribute4FrenchToffees, demandant au club anglais d'organiser un hommage durant le prochain match, a réuni plus de trente mille messages en quelques heures dont certaines célébrités, clubs et joueurs de football[321],[322],[323]. Publié sur Facebook, le texte Vous n’aurez pas ma haine d'Antoine Leiris dont l'épouse est tuée au Bataclan est partagé près de 230 000 fois en français et traduit dans plusieurs langues[324].

Le lendemain des attentats, le collectif informel de hackeurs Anonymous annonce par le biais de sa chaîne YouTube qu’il compte s’attaquer à l’État islamique[325],[326]. Quelques heures après environ 5 500 comptes Twitter de propagande liés à l'État islamique sont désactivés[327]. Cependant, selon le Daily Dot , de nombreux comptes signalés ne sont pas des comptes liés à l'EI[328],[329].

Répercussions militaires et diplomatiques

Poursuite de l'offensive française contre l'État islamique

La France mène ses premières frappes en Syrie le 27 septembre 2015, invoquant la légitime défense. Manuel Valls déclare en particulier « Nous frappons Daech en Syrie car cette organisation terroriste prépare les attentats vers la France depuis la Syrie, depuis ces sanctuaires [...]. Nous agissons donc en légitime défense »[330]. En réaction aux attentats, dans la soirée du 15 novembre, dix chasseurs de l'armée de l'air française larguent vingt bombes sur des cibles de la ville syrienne de Raqqa, capitale officieuse de l'État islamique[331],[332]. Ce premier raid fait douze morts parmi les djihadistes et aucune victime civile[333]. Le 17 novembre 2015, la France bombarde Raqqa avec la Russie[334], après que Vladimir Poutine a officiellement reconnu que le crash du vol 9268 Metrojet a été causé par un attentat[335]. Le porte-avions Charles de Gaulle arrive au large des côtes syriennes le 23 novembre 2015 avec vingt-quatre appareils à bord afin de tripler sa capacité de frappes tout en excluant l'intervention de son armée de terre en Syrie[336]. Dans les deux semaines suivant les attentats, François Hollande rencontre notamment, tour à tour, David Cameron, Angela Merkel, Matteo Renzi, Xi Jinping à Paris, Barack Obama à Washington, Vladimir Poutine à Moscou, dans le but de mettre sur pied une grande coalition pour augmenter la pression sur Daech, et à terme, détruire cette organisation terroriste[337],[338].

Répercussions sur le territoire national

Discours politiques phares

Adresse à la Nation du 13 novembre 2015

En plein déroulement de la prise d'otages au Bataclan, le Président de la République, François Hollande, s'adresse, à 23h53 en direct, dans une allocution solennelle à la Nation qualifiant les attaques en cours « d'horreur ». Il annonce également à la télévision la tenue d'un Conseil des ministres exceptionnel, où sera décrété à zéro heure, l'État d'Urgence sur l'ensemble du territoire et le rétablissement des contrôles aux frontières nationales.

Discours du 14 novembre 2015

Le lendemain des attaques, le président de la République prononce un discours à l'issue du Conseil de défense réuni à l'Élysée le matin suivant les attentats[339]. Il dénonce « un acte de guerre préparé, organisé, planifié de l'extérieur et avec des complicités intérieures, que l'enquête permettra d'établir »[340] et annonce qu'il parlera devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles le 16 novembre 2015[341],[342], conformément aux dispositions de l'article 18 de la Constitution française de 1958.

Discours du 16 novembre 2015 devant le Congrès

Le président s’adresse à 16h aux sénateurs et députés réunis en congrès au château de Versailles, scénario intervenu une seule fois depuis 1848 : en 2009, sous Nicolas Sarkozy, après une révision de la Constitution permettant cette prise de parole présidentielle [343]. Le président annonce lors de cette allocution une série de mesures[344].

Sur le plan législatif et constitutionnel, l'annonce phare est un projet de révision constitutionnelle. Actuellement, les situations exceptionnelles d'exercice du pouvoir sont définies au sein de deux articles de la Constitution : l'article 16 (en cas de péril imminent, d’insurrection armée ou d’attaque étrangère) et l'article 36 (qui prévoit la possibilité d'instaurer l'état de siège). L'idée est d'instituer aussi un état intermédiaire permettant « la prise de mesures exceptionnelles pour une certaine durée sans recourir à l’état d’urgence et sans compromettre l’exercice des libertés publiques »[344].

Sur le plan de la sécurité intérieure, l'état d'urgence, entré en vigueur samedi à h (vendredi à 24 h) et ne pouvant être prolongé au-delà de douze jours que par la Loi, est prolongé pour une durée de trois mois[345]. Un renfort des forces de l'ordre et judiciaires est annoncé : cinq mille emplois supplémentaires seraient créés dans la police et la gendarmerie, deux mille cinq cents dans la justice et mille dans les douanes. Par ailleurs, la réduction des effectifs militaires est suspendue jusqu’en 2019. Le président justifie cette dépense supplémentaire en précisant que « le pacte de sécurité l'emporte sur le pacte de stabilité » budgétaire européen[344]. Les conditions d'exercice de la légitime défense des policiers seraient revues[346]. Une garde nationale de réservistes pourrait être créée[344]. Le coût du renforcement des mesures de sécurité (incluant une centaine de millions pour la Défense, notamment pour les opérations militaires en Syrie) est chiffré à 815 millions d'euros dans le projet de budget 2016 débattu fin 2015[347].

Des mesures plus strictes concernant les Français partis faire le djihad sont annoncées : les binationaux même nés en France convaincus de terrorisme pourraient être déchus de leur nationalité. L'exécutif envisage à cette fin une révision des articles 23 et 25 de la Constitution[348]. 966 Français seraient allés en Syrie et en Irak, 588 d’entre eux y seraient toujours et 247 auraient quitté les lieux[345]. Quelques semaines plus tard, le gouvernement présente au Conseil des ministres du un projet de loi constitutionnel visant à donner une base constitutionnelle à l'état d'urgence et prévoyant l'extension de la déchéance de la nationalité aux binationaux nés français[349]. Il doit être débattu à l'Assemblée nationale à partir du [350].

Au niveau européen, le 17 novembre, le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian demande l'activation de la disposition de l'article 42(7) TUE sur la clause de défense mutuelle afin de demander l’appui des autres membres de l’Union européenne[351].

Sur le plan international, le président appelle à une « grande coalition » internationale pour « détruire » l’État islamique et dans ce cadre, il souhaite une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies pour qu'une résolution contre le terrorisme soit adoptée, ce qui est le cas pour la résolution no 2249 adoptée à l'unanimité le 20 novembre[352]. De même il en appelle à une solidarité européenne contre le terrorisme et en particulier que l’Europe retrouve le contrôle de ses frontières extérieures[345].

Réactions citoyennes

Mobilisation sur les réseaux sociaux

De nombreux Parisiens s'organisent sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter, pour proposer des hébergements aux personnes n'ayant pas d'endroit où rentrer, via le mot-dièse #PorteOuverte[291],[353], ou la version allemande #OffnenTüren, créée pour que les Allemands venus au stade de France puissent être hébergés.

Les internautes se sont également servis des réseaux sociaux dans la nuit avec le hashtag #RechercheParis pour rechercher des personnes disparues s'étant trouvées sur les lieux des drames[354]. Le mot clé #rechercheParis devient samedi , le troisième mot clé le plus utilisé en France[355].

Logotype avec le slogan « Je suis Paris ».
Logotype dont le slogan et le graphisme est dérivé de celui, créé par Joachim Roncin, de la mobilisation Je suis Charlie[356],[357],[358].

Dans la nuit, vers h 30, un appel au don du sang est lancé sur Twitter avec le hashtag #dondusang[359]. Il est rapidement retweeté plus de cinq-mille fois et relayé par de nombreux médias, croyant avoir affaire à un communiqué officiel de l'Établissement français du sang. Dans la nuit, des volontaires au don du sang se présentent devant les centres de transfusion, croyant qu'ils avaient été ouverts en urgence pour transfuser les victimes. Le samedi matin, à l'ouverture des centres de l'EFS, des files d'attente remarquables se forment rapidement, notamment en Île-de-France, donnant lieu à une fréquentation qui n'avait jamais été aussi élevée : plus de neuf-mille personnes se déplacent pour donner leur sang soit près de dix fois la fréquentation normale généralement constatée un samedi. Devant cette mobilisation exceptionnelle et imprévue, dès la mi-journée, l'EFS se voit contraint de diffuser un communiqué invitant les donneurs à revenir ultérieurement. En réalité, l'appel au don du sang n'émanait pas de l'EFS, comme les médias l'avaient initialement diffusé. Il s'agissait d'une initiative d'une amicale de donneurs de sang bénévoles, qui a indiqué au micro d'Europe 1 avoir été à l'origine de cet appel au don du sang[360]. Tant le site officiel de l'EFS[361], que le site de cette amicale[362], ont été fortement perturbés dans la journée du 14 novembre, à la suite de très nombreuses connexions.

L'événement donne lieu à un certain nombre de canulars. Sur son blog, le journaliste Grégoire Lemarchand, de l'AFP, recense « de fausses photos du Bataclan pendant le concert (en fait une salle de concert en Irlande), un vrai-faux tweet de Donald Trump, des images montrant prétendument les rues de Paris désertes au lendemain des attentats (elles ont été prises en fait en pleine torpeur du mois d’août), ou encore l’Empire State Building de New York illuminé aux couleurs de la France »[363],[364].

Dans les semaines qui suivent les attentats, les sites d'information en ligne Slate[365] et Rue89[366] relatent comment la présente page Wikipédia est rédigée depuis le soir même des événements.

Engagement solidaire

Les événements ont aussi marqué profondément la société. Les terroristes ont pris comme cible des citoyens français, parfois étrangers, très souvent des jeunes de moins de 35 ans[367], dans leurs activités de loisirs (concert, dîner ou prise d'un verre en terrasse)[368]. On parle par exemple de « génération bataclan »[369] pour désigner ces jeunes qui se sentent directement attaqués dans leurs mode de vie. On constate ainsi de la part de ces jeunes et plus généralement de la société tout entière une forme de résilience qui se traduit par une volonté d’engagement. Ainsi les candidatures pour rejoindre l'armée française augmentent juste après les attentats[370],[371]. Les centres de formations aux gestes de premiers secours perçoivent le même type de tendance[372],[373].

Réactions des autorités religieuses en France

Autorités catholiques

La foule sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame pendant la messe du 15 novembre.
Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, pendant son allocution durant la cérémonie d'hommage aux victimes du 13 novembre 2015 à la synagogue de la Victoire.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, prie et invite les catholiques de Paris à prier. Il appelle les paroisses parisiennes à se conformer aux mesures édictées par les autorités et demande de faire de ces journées « des journées de deuil et de prière »[374]. Le 15 novembre à 18 h 30, il célèbre une messe à Notre-Dame « à l’intention des victimes, de leurs proches et à l'intention du pays » ; le glas de la cathédrale sonne également[375]. Le 18 novembre, l'évêque de Saint-Denis, Mgr Pascal Delannoy, invite quant à lui à un moment de recueillement et de prière en la basilique Saint-Denis, où se sont postés le matin-même, dans la partie supérieure, des tireurs d'élites des forces de l’ordre au cours de l'opération visant l'appartement occupé non loin de là par certains des terroristes[376].

Le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier exprime dès le lendemain des attentats sa « profonde douleur devant cette extrême violence »[377]. Le chapelain de la basilique de Fourvière, Hervé Benoît, publie une tribune suscitant la polémique et de vives protestations, où il met sur le même plan les victimes du Bataclan et leurs bourreaux, en qualifiant les premiers de « pauvres enfants de la génération bobo » et de « morts-vivants », et en jugeant que « leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois »[378]. Du fait de ces propos, il est relevé de ses fonctions par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon[379].

Autorités musulmanes

Le Conseil français du culte musulman condamne les attentats : « Devant la gravité de la situation, le CFCM appelle la nation toute entière à l'unité et à la solidarité »[380]. Des associations locales condamnent également ces attentats, telle l'association des musulmans d'Aulnay-sous-Bois : « Les musulmans d’Aulnay se joignent aux musulmans de France et à tous les Français dans leurs pensées et leur soutien aux familles des victimes et prient pour la paix et la sécurité de notre pays et de nos concitoyens[381]. ». À Marseille, un collectif de onze mosquées publie une déclaration dans laquelle ils affirment que « l'épreuve qui vient, encore, de frapper la France nous incite à nous tenir aux côtés de l'État dans sa lutte contre les extrémismes et le terrorisme international » et appellent « l'ensemble des Français à ne pas se laisser tenter par le cycle infernal des amalgames et des représailles, qui serait la meilleure façon de cautionner les actions criminelles des assassins parisiens »[382].

Le 20 novembre, le CFCM diffuse un appel solennel à toutes les mosquées pour qu’il soit lu lors de la grande prière du vendredi. Cet appel proclame spécialement le « rejet catégorique et sans ambiguïté de toute forme de violence ou de terrorisme qui sont la négation même des valeurs de paix et de fraternité que porte l’islam »[383].

Autorités protestantes

Le samedi 14 novembre 2015, François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, adresse un message de condoléances et de soutien aux familles et appelle l’ensemble de ses membres et invite tous ceux qui souhaitent s’y associer, à s’unir dans la prière dans le cadre des cultes célébrés le dimanche 15 novembre[384]. Parallèlement, le pasteur Laurent Schlumberger adresse un message à l’attention des Églises locales et des paroisses de l'Église protestante unie de France, issue de l'union en 2013 entre l'Église réformée de France et l'Église évangélique luthérienne de France, incitant à la solidarité et la fraternité[385].

Autorités juives

Le dimanche 15 novembre 2015, le grand rabbin de France, Haïm Korsia, le président du Consistoire, Joël Mergui et le grand rabbin de Paris, Michel Gugenheim, organisent une cérémonie de recueillement et de prières à la Grande synagogue de Paris[386].

Tribune « Nous sommes unis »

Quarante personnalités dont des responsables religieux (dont le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech, le président de la fédération protestante de France François Clavairoly ou le grand rabbin de France Haïm Korsia[387]) et des responsables associatifs ou humanitaires (Le Secours catholique, Comité catholique contre la faim et pour le développement, ATD Quart Monde) et des personnalités telles que l'avocat Jean-Pierre Mignard, le président du Conseil économique, social et environnemental Jean-Paul Delevoye publient la tribune « Nous sommes unis » : « Le but de la terreur, au-delà du chiffre macabre des victimes, est de provoquer la division d’une nation, d’une famille [...] Les terroristes nous ont adressé un message. Ils ont voulu mettre la France à genoux. Disons-leur à notre tour que nous sommes debout ! [...] Les terroristes nous ont adressé un message. Ils ont voulu mettre la France à genoux. Disons-leur à notre tour que nous sommes debout ! Debout et soudés, main dans la main, les uns avec les autres et jamais les uns contre les autres. Notre unité est notre bien le plus précieux[388],[389]. »

Invité d’une conférence-débat des Amis du CRIF mi-janvier 2016, le Premier ministre Manuel Valls y dénonce certaines signatures identifiées comme celles de Yasser Louati et Samy Debbah du Collectif contre l'islamophobie en France), Radia Bakkouch (association Coexister), Nabil Ennasri (Collectif des musulmans de France) et du rappeur Médine puis s'en prend au président et au rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité de Jean-Louis Bianco et Nicolas Cadène, les accusant de « dénaturer » la mission de cet organisme[390]. Si Manuel Valls dit « partager » la « philosophie d’une «défense intransigeante de la laïcité », ses propos « inquiètent » la présidente de la Commission nationale consultative des droits de l'homme Christine Lazerges, signataire de l'appel : « On joue contre la cohésion sociale en ajoutant au débat sur la déchéance de nationalité un nouveau débat sur le sens de la laïcité. D’autant que la loi permet tout à fait de combattre celui qui troublerait l’ordre public »[390].

Conséquences sécuritaires

Les attentats ont de nombreuses conséquences sécuritaires sur le territoire national : décret d'état d'urgence suivi d'une nouvelle loi de prorogation de cet état modifiant plusieurs dispositions de la loi de 1955, renforcement de la sécurité des transports, des sites industriels ou d'approvisionnement en eau, renforcement des moyens de sécurité publique... Les niveaux du plan Vigipirate restent inchangés : alerte attentat en Île-de-France et vigilance renforcée sur le reste du territoire national, mais de nouvelles instructions sont données, tant en ce qui concerne les sorties occasionnelles et voyages scolaires que la sécurité des écoles, collèges et lycées[391].

L’état d’urgence est décrété par le chef du gouvernement le et est prolongé de trois mois au-delà des 12 jours légaux définis par la loi de 1955, soit jusqu’au avant d'autres prorogations, dont celle pour six mois à compter du [392],[393]. Les lois successives sur l'état d'urgence contiennent diverses dispositions modifiant les modalités d’intervention des forces de l’ordre et judiciaires pendant cet état d’urgence. Certaines de ces nouvelles dispositions peuvent être jugées non compatibles avec la Constitution, ce qui conduit le gouvernement à proposer sa révision, en vue d'instaurer en particulier un « régime civil de crise » avant que le processus de révision constitutionnel soit interrompu faute de majorité[394]. Une incompatibilité peut aussi être relevée avec la Convention européenne des droits de l'homme, raison pour laquelle le gouvernement signale le au Conseil de l'Europe déroger partiellement à la CEDH[395]. Au ont été réalisées 1 233 perquisitions administratives, qui ont abouti à 165 interpellations débouchant sur 142 gardes à vue, la saisie de 230 armes et la prononciation de 266 assignations à résidence[396]. Les médias font état de diverses interventions musclées et d'arrestations dont l'intérêt est contesté[397].

La sécurité des transports, des sites industriels ou d'approvisionnement en eau est renforcée. Enfin les moyens des forces de sécurité publique sont aussi relevés[398]. Dans son discours du 16 novembre 2015 devant le Congrès, le Président de la République annonce notamment suspendre jusqu’en 2019 la réduction des effectifs militaires, ainsi que la création de 6 000 emplois dans la police, la gendarmerie et les douanes, ainsi que 2 500 postes dans la justice[344].

La Loi renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l'efficacité et les garanties de la procédure pénale|loi « renforçant la lutte contre la criminalité organisée, son financement, l’efficacité et les garanties de la procédure pénale »[399] est adoptée le et inclut des dispositions controversées telles qu'une possible retenue administrative de quatre heures pour vérifier la situation d’une personne, le renforcement du contrôle administratif des personnes de retour « d’un théâtre d’opérations terroristes », et l’usage assoupli des armes par les forces de l’ordre[400].

Conséquences sociales et culturelles

Actes et violences racistes, anti-musulmans ou antisémites

Des actes isolés d'hostilité à la population musulmane sont rapportés. Durant la semaine suivant les attentats, le Conseil français du culte musulman fait état de de six plaintes ou mains courantes concernant des actes qualifiés de racistes et de dix-huit concernant des menaces[401]. Selon le gouvernement français, il s'agit de trente-cinq actes constatés en dix jours depuis les attentats[402]. Sur la période de janvier à septembre 2016, il est recensé 149 actes antimusulmans contre 323 sur la même période en 2015, soit une baisse de 53,9 %, période marquée par les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher[403].

Une dizaine de croix et marques réalisées à la peinture rouge sang ont été découvertes à différents endroits de la mosquée Sahaba de Créteil le [404]. À Évreux, des inscriptions anti-musulmanes ont été constatées sur la façade et la porte de la mairie et dans d'autres endroits de la ville[405]. À Pontivy, un rassemblement du mouvement nationaliste breton d'extrême-droite Adsav est sujet à débats : selon France Bleu Armorique, une personne d'origine maghrébine (corrigé ensuite par « d'origine antillaise ») aurait été agressée par six manifestants[406], mais cette affirmation est mise en doute par d'autres médias présents sur place, tels que France 3[407], alors que le préfet du Morbihan Thomas Dego déclare qu'« aucune infraction à caractère raciste n’est remontée jusqu’à [lui] »[408]. À Cambrai, un homme d'origine turque est blessé par balle de petit calibre après avoir été la cible d'un groupe de trois personnes circulant à bord d'une voiture pavoisée d'un drapeau français ; le tireur présumé s'est ensuite suicidé[409]. À Marseille, une femme musulmane coiffée d'un hijab est agressée le 17 novembre, à la sortie d'une bouche de métro, par un individu qui lui aurait assené un coup de poing et qui l'aurait blessée légèrement au thorax avec un objet, lui entraînant une interruption temporaire de travail de deux jours[410].

Le 18 novembre, un professeur d'histoire de 57 ans portant une kippa, affirme avoir été violemment agressé par trois individus dont l'un d'entre eux aurait porté un tee-shirt qui semble, selon la victime, représenter le drapeau du groupe terroriste État islamique[411], dans le 13e arrondissement de Marseille, à la sortie du centre juif Yavné. Il dit avoir été tailladé avec un couteau aux avant-bras, mais également les épaules, les jambes et l'abdomen[412],[413], mais un expert conclut que les entailles, les traces de sang sur les vêtements ne correspondent pas aux plaies[414]. Il témoigne qu'un agresseur lui a montré une photo sur son téléphone portable du terroriste Mohammed Merah. Ces actes sont condamnés dans un communiqué du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve[415]. Le président de la République s'exprime le 19 novembre et déclare : « nous devons être d’une terrible, impitoyable même, réaction parce que c’est l’ensemble de la communauté nationale qui est concernée[416]. » Toutefois, cet enseignant est placé en garde à vue le dans le cadre d’une enquête pour dénonciation mensongère[417] et jugé en mai 2016. Le procureur du tribunal correctionnel de Marseille réclame une peine de six mois de prison avec sursis pour dénonciation mensongère[414].

De nombreux citoyens réagissent à leur façon à ces actes de violence racistes. Ainsi, deux jours après les attentats, le dessinateur Hamid Sulaiman et son épouse Aurélie Ruby posent, ensemble, sur la Place de la République à Paris avec une pancarte sur laquelle on peut lire : «En tant que couple franco-syrien, nous payons tous les jours le prix du terrorisme, du fanatisme, du racisme, des frontières, des armes, etc. Allez-vous faire f++tre ! L’amour gagnera toujours»[418],[419].

Perturbations dans les transports

Les transports en commun sont des zones sensibles en termes de sécurité et, dans l’inconscient collectif, différentes tragédies restent gravées dans les esprits : attentats de Madrid, attentats dans le métro de Londres , attentat du RER B à Saint-Michel, attentat du train Thalys le 21 août 2015, crash du vol A321 dans le Sinaï égyptien, etc. Ainsi, les attentats ont rapidement eu des conséquences sur les transports : contrôle plus régulier des véhicules par les forces de l’ordre et pour le domaine aérien des vols sont annulés. Ainsi la compagnie American Airlines annule un vol vers Paris le , tout en assurant maintenir en général ses vols[420]. D'autres transporteurs, dont Air Canada et Air Transat, ont retardé de plusieurs heures leurs vols prévus le 13 novembre au départ de Montréal en direction de l'aéroport Charles-de-Gaulle[421].

Quelques citoyens ont ainsi limité leurs sorties[422]. Plusieurs fausses alertes ou suspicions liées à des colis suspects perturbent légèrement les transports[423]. La RATP constate une baisse du trafic de 10 % les lundi 16 et mardi 17 novembre 2015 par rapport à un début de semaine habituel. Le réseau Transilien, géré par la SNCF, enregistre une baisse de 50 % de passagers les 14 et 15 novembre par rapport à un week-end normal, ce qui s'explique notamment par le fait que plusieurs monuments desservis par le RER C ont alors fermé leurs portes, puis un quasi retour à la normale à partir du 16 novembre. Dans la matinée du 17 novembre, un pic historique de 521 km d'embouteillages est enregistré en Île-de-France, soit le double d'un jour normal, ce qui est interprété comme le résultat d'un possible report des usagers habituels des transports en commun[424].

Conséquences économiques

En décembre 2015, l'INSEE prévoit que les attentats du 13 novembre entraînent une baisse de 0,1 % de la croissance économique sur le dernier trimestre de l'année, en raison d'une baisse de la consommation des services de 0,3 %[425].

Pour assurer le financement du fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI) très sollicité après les attentats du 13 novembre et de juillet 2016 à Nice, le montant de la taxe sur les contrats d'assurance est relevé en janvier 2016 de 3,30 à 4,30 , puis en janvier 2017 à 5,90 par contrat. La seconde augmentation correspond à un coût supplémentaire 140 millions d'euros[426].

Impact négatif sur le secteur du tourisme, des transports et de la culture

Le tourisme et l’hôtellerie en France sont éprouvés par les attentats à la suite des annulations de salons et de séjours[427]. Le 20 novembre, les ventes de billets de concerts à Paris chutent de l'ordre de 80 % par rapport aux chiffres habituellement constatés à cette période de l'année. Fleur Pellerin, ministre de la Culture, annonce la création d'un fonds de solidarité pour aider les salles de spectacle, abondé à hauteur de 3,5 millions d'euros par les pouvoirs publics et 500 000 euros par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM)[428]. Les attentats du 13 novembre ont des répercussions économiques plus importantes que les attentats de janvier 2015[429] encore appuyés par l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice comme le fait remarquer le président des Entreprises du voyage : « aucun pays touristique majeur n’a subi trois attentats successifs, dont deux visant des zones touristiques[430]. » La SNCF estime fin 2015 que les pertes financières dues à des renoncements au voyage en France par des touristes étrangers seront de l'ordre de 50 à 100 millions d'euros. Quant à l'impact structurel des attentats, il est estimé de 200 à 300 millions d'euros pour 2016, notamment en coûts de sécurité et de perturbations dues aux fausses alertes[431]. Sur les neuf premiers mois de 2016, le nombre de touristes en France recule de 7 %.

Logiquement le secteur du transport touristique perçoit également le ralentissement[432], avec une baisse de 6 % du nombre de passagers aériens sur les aéroports de Paris durant la seconde quinzaine du mois de novembre 2015 par rapport à la même période de 2014[433],[434]. Le secteur de la restauration, notamment la restauration haut de gamme, est également touché[435] (entre 50 et 70 % de baisse de fréquentation sur les restaurants bistronomiques et gastronomiques parisiens sur les deux semaines suivant les attentats[436]). À Lyon, la Fête des Lumières est annulée et remplacée par un hommage aux victimes des attentats[437]. En France, le Black Friday (littéralement « vendredi noir ») de 2015 est renommé pour éviter les confusions[438]. Dans le quartier de Montmartre, des commerçants font encore état d'une moindre fréquentation au printemps 2016 après une chute du chiffre d'affaires de 30 % pendant les fêtes de fin d'année[439]. Les Galeries Lafayette Haussmann et le Printemps Haussmann subissent une baisse de fréquentation comprise entre 30 % et 50 % entre les attentats et le [440],[441].

Les musées nationaux souffrent d'une moindre fréquentation des visiteurs étrangers. Ils représentent 70 % du public du Musée du Louvre qui a reçu un total de 7,3 millions de visiteurs en 2016 au lieu de 9,3 millions en 2014[442]. Également perturbée par les manifestations violentes et les inondations, le premier semestre voit une forte de baisse de fréquentation de monuments parisiens avec un record à (43,9 % pour le Grand Palais, moindre en grande couronne (−16,3 % pour le Château de Versailles, −3,1 % pour Fontainebleau)[443].

Le nombre de voyageurs chinois sur 2016 est attendu en baisse de 2,2 à 1,6 million, leur venue étant également impactée par des agressions médiatisées de touristes. Le président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie reconnait : « Le tourisme est notre pépite, mais a trop longtemps été considéré comme un acquis naturel. Tout le monde se reposait. La compétition mondiale est devenue féroce[430]. » Les chiffres définitifs du 2016 du Comité régional du tourisme font état d'une perte de 1,5 million de touristes, soit un manque à gagner de 1,3 milliard d’euros. La fréquentation touristique baisse de 4,7 % par rapport à 2015, essentiellement dû à la clientèle nternationale (− 8,8 %), avec toutefois un redressement fin 2016. Certaisn monuments connaissent une chute d'affluence comme la tour Montparnasse (− 32 %), l’Arc de triomphe (− 24 %), les musées du Louvre (− 13,3 %) et d’Orsay (− 12,9 %), le château de Versailles (− 9,8 %) ou Disneyland Paris (− 9,5 %), mais le Centre Pompidou progresse de 9 % en raison d'une programmation attractive[444].

Au premier semestre 2017, cette baisse du tourisme apparaît résorbée[445].

Quelques impacts positifs sur certains segments commerciaux

À la suite de ces attentats, quelques secteurs économiques sont impactés positivement : les entreprises du secteur de la sécurité sont davantage sollicitées[446],[447], le livre Paris est une fête d'Ernest Hemingway s'écoule fin 2015 à 28 000 exemplaires par semaine, contre 100 quelques jours auparavant[448],[449], la vente de drapeaux français est également en hausse[450],[451]. Parallèlement à cela, se multiplient les mises en vente sur internet de produits arborant le slogan Pray for Paris, ce qui peut être considéré comme une exploitation mercantile et choquante des attentats[452]. L'Institut national de la propriété industrielle prend la décision de ne pas donner suite à plusieurs demandes d'enregistrement de marques « Pray for Paris » et « Je suis Paris » formulées auprès d'elle, car ces demandes apparaissent contraires à l’ordre public[453].

Toute forme d'utilisation mercantile du drame du 13-Novembre est un sujet sensible. Ainsi, le gérant d'un des établissements visés par les attentats, le restaurant Casa Nostra, est très vivement critiqué après que le journaliste indépendant Djaffer Ait Aoudia eut affirmé qu'il a vendu, pour la somme de 50 000 euros, au Daily Mail, des scènes filmées par les caméras de surveillance du lieu durant l'attaque terroriste[454]. Cependant, il déclare avoir refusé cette transaction qui aurait été perçue par des cousins éloignés[455] : « C’est de l’argent sale. Si je prends cet argent sur le sang des autres, comment je peux vivre »[456].

Conséquences politiques immédiates et sur le moyen terme

Les élections régionales se déroulent les 6 et . La campagne électorale est temporairement suspendue pendant la période de deuil par certains candidats. Une dizaine de jours avant le premier tour, plusieurs sondages font état d'intentions de vote en hausse de quelques points pour le parti d'extrême droite Front national. Si la popularité de François Hollande progresse de 20 points selon TNS Sofres-OnePoint (entre les attentats et le )[457], celle-ci a un impact très limité sur le score des candidats socialistes[458],[457],[459]. Au sortir de ces élections, le Front national fait plus que doubler son score par rapport à 2010 et obtient de nombreux élus, mais ne parvient pas à obtenir de présidence de région[460].

Le , devant la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 13 novembre, le directeur de la DGSI Patrick Calvar explique vouloir contrer la stratégie décrite en 2005 dans Appel à la résistance islamiste mondiale  d’Abou Moussab al-Souri[12], et demande de « dégager des ressources pour nous occuper d’autres groupes extrémistes parce que la confrontation est inéluctable » ; il reprenait alors son analyse exprimée le 10 mai devant d'autres parlementaires : « Cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. »[266]

Le sondeur de l'IFOP Jérôme Fourquet étaye une préoccupation proche indentifiant un terreau favorable à des provocations pouvant conduire à des réponses alimentant un cercle vicieux de répression et de violence[266]:

« l’opinion française a été soumise à un traitement particulièrement violent sur cette période relativement courte (...) Il y a d’abord l’idée qu’on ne peut plus distinguer la menace extérieure et la menace intérieure, l’Etat islamique étant capable de commanditer ou d’inspirer des attaques sur notre sol, et celles-ci étant parfois le fait de nationaux français. Se répand donc l’idée angoissante d’une « cinquième colonne », (...) On voit ainsi sauter les uns après les autres des « cliquets » dans le discours ou dans les actes : assouplissement de la légitime défense pour la police, contrôles avant de prendre le train, armement de la police municipale, contrôle d’Internet… On constate ainsi qu’une large majorité des sondés est favorable à l’internement préventif des personnes fichées S ou à la déchéance de nationalité pour les terroristes. Le débat sur la peine de mort ou la « perpétuité réelle » revient lui aussi. Globalement, il y a donc une demande d’autorité, de répression, de la part du corps social[461]. (...) Quatre mois après les attentats de novembre, nous avons demandé si de nouveaux attentats forceraient la société française à « remettre en question certaines de ses valeurs, de ses principes », tels que l’ouverture, la tolérance ou le respect de la vie privée. En tout, 60 % des sondés étaient tout à fait ou plutôt d’accord avec cette proposition[461], »

Programme de recherche « 13-Novembre » sur la mémoire de ces événements

Le programme « 13-Novembre »[462] étudie la construction et l’évolution de la mémoire des attentats du 13 novembre 2015 et des événements du 18 novembre 2015 à Saint-Denis, et en particulier l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective. Ce programme de recherche transdisciplinaire (histoire, sociologie, mathématiques, informatique, neurologie, psychopathologie, textométrie, droit, santé publique, éthiqueetc.) a été lancé le 9 avril 2016 et est coordonné par l'historien Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, et le neuropsychologue Francis Eustache, directeur d'études à l'EPHE et directeur de l'unité Inserm-EPHE-UNICAEN U1077 ("Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine")[463] à Caen. D'une ampleur inédite, le programme 13-Novembre implique 300 chercheurs et recueille les témoignages filmés de 1000 personnes volontaires, à quatre reprises, sur une période de douze ans (en 2016, 2018, 2021 et 2026). Ce panel de volontaires est réparti en quatre cercles concentriques : personnes directement exposées aux attentats du 13 novembre (rescapés, témoins, proches, services d'intervention mais aussi personnels de l'état civil) ; habitants et usagers des quartiers de Paris et de Saint-Denis visés par les terroristes ; résidents de la banlieue parisienne et de l'Île-de-France ; et enfin habitants de trois villes hors de l’Île-de-France (Caen, Metz et Montpellier). Parmi eux, 180 participeront à une étude biomédicale utilisant notamment des techniques d'imagerie médicale afin de mieux identifier les mécanismes du syndrome de stress post-traumatique dans le cerveau, et de comprendre comment se construisent ces souvenirs et leur évolution dans le temps[464].

Hommages aux victimes

Ambassade de France en République tchèque.
Anne Hidalgo, François Hollande et Barack Obama devant le Bataclan, le 29 novembre.

Hommages officiels

Deuil national, minutes de silence et distinctions

Le président de la République François Hollande décrète un deuil national de trois jours les 15, 16 et 17 novembre 2015[465]. Deux autres pays décrètent un deuil national pour la journée du 16 novembre : le Bénin et la Hongrie[note 22]. L'Union européenne appelle tous les Européens à observer une minute de silence le à midi (11 heures GMT)[466]. Une médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme est créée officiellement le [467].

Cérémonies et hommage national aux Invalides

Accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo, le maire de Saint-Denis Didier Paillard rend un premier hommage aux victimes en déposant des roses blanches près des lieux des attentats le 19 novembre[468].

Le président de la République, François Hollande, préside le une cérémonie d’hommage national aux victimes dans la cour de l'hôtel des Invalides[469],[470],[471]. La cérémonie est ponctuée par l'hommage musical donné par l'orchestre de la Garde républicaine, le chœur de l'Armée française, les chanteurs de l'académie de l'Opéra national de Paris[472], le violoncelliste Edgar Moreau[473], les chanteuses Camélia Jordana, Nolwenn Leroy, Yael Naim, la cantatrice Natalie Dessay et le pianiste Alexandre Tharaud[471]. Elle se tient de 10 h 30 à 11 h 30 et rassemble 2 650 personnes, les parlementaires, les corps constitués, les anciens présidents de la République et Premiers ministres, les représentants des partis politiques et des cultes (dont l'archevêque de Paris), du corps diplomatique et des services de secours et de police étant intervenus pendant les attentats rassemblés autour des familles des victimes[474]. Après l'hommage musical, le nom et l'âge des victimes sont appelés. Le président de la République prononce un discours d'une vingtaine de minutes[475].

Un an avant les attentats de janvier 2015, un chêne chevelu est planté le sur la place de la République en présence du président de la République et de la Maire de Paris[476]. Le , François Hollande participe à l'hommage national « à toutes les victimes du terrorisme » qui remet en lumière les victimes du , mais aussi des autres attentats de l'année dont celui du 14 juillet à Nice[477].

Hommage des mondes artistique, sportif et économique et de citoyens

De nombreux artistes rendent hommage aux victimes et expriment leur solidarité avec la France, comme Madonna en Suède puis lors de son passage à Paris, le groupe de punk rock français Bérurier noir avec leur chanson Mourir à Paris ou Johnny Hallyday en concert au Zénith de Strasbourg. De même de nombreux opéras, salles de concert et orchestres en France comme dans le monde entier rendent également des hommages à l'exemple de Stéphane Lissner, directeur de l'Opéra national de Paris affirmant qu'« Il n'y a pas de meilleure réponse que de jouer, jouer et jouer encore », avant d'inviter le public à respecter une minute de silence et à chanter ensemble La Marseillaise jouée par les musiciens de l'Orchestre Colonne[478],[479].

De très nombreux sportifs de différents pays rendent hommage aux victimes des attentats[484],[485]. Ainsi au Centre Bell de Montréal lors d'un match de hockey sur glace opposant le 14 novembre les Canadiens de Montréal à l'Avalanche du Colorado, la salle est illuminée avec des projecteurs tricolores et les spectateurs chantent la Marseillaise[486]. Certains sites, comme Google France, YouTube, Microsoft France, Amazon.com, L'Obs, Apple ou même YouPorn s'ornent d'un drapeau français, du logo de Peace for Paris de Jean Jullien ou d'un nœud noir, en signe de solidarité[487],[488]. Comme pour les attentats de janvier 2015, la plupart des chaînes de télévision françaises arborent un bandeau noir sur leur logo[489], en signe d'hommage aux victimes.

Plusieurs rassemblements spontanés ont eu lieu en France et dans d'autres pays entre les samedis 14 novembre et le 21 novembre[490],[491].

Le , une association « Génération Bataclan » est créée de regrouper des personnes en faveur de l’édification à Paris d’une statue commémorant les attentats du 13 novembre 2015. Elle rassemble des artistes comme Douglas Kennedy aux États-Unis ou Louis Bertignac aux côtés de plusieurs centaines de citoyens qui souhaitent que l'œuvre mémorielle soit érigée en face du Bataclan[492],[493]. Le , lors des American Music Awards, Céline Dion interprète l'Hymne à l'amour d'Édith Piaf en hommage aux victimes[494]. Le , les journalistes du Monde annoncent leur intention de réaliser un « mémorial du 13 novembre »[495] : prenant contact avec les proches des victimes, ils s'attachent à en dresser les portraits personnels au fil de leurs éditions. L'artiste américain Jeff Koons souhaite offrir Bouquet de tulipes qui pourrait être insatllée en 2017 place de Tokyo[496].

Commémorations du premier anniversaire

Stade de France porte D le 13 novembre 2016.

Le , la salle du Bataclan rouvre, près d'un an après les attentats, avec un concert au profit des associations de victimes[497] par le chanteur britannique Sting et ses musiciens, accompagnés du trompettiste français Ibrahim Maalouf, ponctué de nombreux hommages[498].

Le , six plaques commémoratives sont dévoilées sur le lieu de chacune des attaques. Sur celle du Stade de France, on peut lire « À la mémoire de Manuel Dias et en respect aux nombreux blessés et victimes du terrorisme sur ce lieu le soir du 13 novembre 2015. Manuel Dias 28.4.1952-13.11.2015[499] ». Le fils de Manuel Dias prononce un discours remarqué[500]. Chaque plaque à Paris arbore le texte suivant : « En mémoire des victimes blessées et assassinées des attentats du 13 novembre 2015. Aux vies fauchées en ces lieux. » suivies des noms des victimes, par ordre alphabétique[501]. La première cérémonie commence à h au Stade de France, puis se poursuit à Paris, devant les cafés et restaurants attaqués et au Bataclan[502].

L'association « Life for Paris » organise un lâcher de ballons à 12 h 30, devant la mairie du 11e arrondissement de Paris, cérémonie qui s’achève par l'hommage musical d’une pianiste, qui est intervenue dans la nuit du en tant que personnel soignant, et un chœur de gospel qui offrira un chant d’espoir[502]. L'association « 13onze15-Fraternité-Vérité » organise quant à elle un rassemblement de 400 personnes, des rescapés et des familles de victimes, dans Paris à la mi-journée. Elle appelle à placer une bougie à la fenêtre à la tombée de la nuit[502]. Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, préside à 18 h 30 une messe d’hommage en la Cathédrale Notre-Dame de Paris[499]. Des milliers de lanternes flottantes bleues, blanches ou rouges sont lâchées sur le canal Saint-Martin, alors que plusieurs centaines de personnes se regroupent, allument des bougies ou déposent des fleurs place de la République ou sur les lieux des attentats[503].

Notes et références

Notes

  1. a et b Cette heure est celle officiellement donnée lors de la conférence de presse du procureur de Paris François Molins, le 14 novembre 2015. Cependant, des enregistrements vidéo du match laissent penser que l'écart entre la première et la seconde explosion était nettement plus réduit, puisque la première détonation est entendue à 16 min 24 s après le début du match, et la seconde à 19 min 34 s.
  2. Une urgence absolue est une personne dont le pronostic vital est engagé, c’est-à-dire qui a été blessée au thorax, à l’abdomen et/ou en choc hémorragique.
  3. Une urgence relative est une personne dont le pronostic vital n'est pas engagé.
  4. France Télévisions a réalisé sur FranceTV Info, un site internet d’information actualisé en permanence, un mémorial virtuel afin de rendre hommage aux victimes pour se souvenir des visages et des noms des morts : « Nous avons rassemblé des informations à partir de sources multiples (communiqués officiels, presse nationale, presse régionale, familles, etc.) et choisi de les présenter sous la forme d'un mémorial virtuel. »[118].
  5. Djalal-Eddin Sebaa et Kheireddine Sahbi, 29 ans.
  6. Raphaël Hilz, 28 ans.
  7. Nick Alexander, 36 ans.
  8. Elif Dogan, 26 ans, et Milko Jozic, 47 ans.
  9. Luis Felipe Zschoche Valle, 33 ans et Patricia San Martin, 61 ans.
  10. Salah Emad el-Gebaly, 28 ans.
  11. Jorge Alonso de Celada, 59 ans, et Juan Alberto González Garrido, 29 ans.
  12. Nathalie Lauraine, 39 ans.
  13. Valeria Solesin, 28 ans.
  14. Mohamed Amine Ibnoumoubarak, 28 ans.
  15. Nohemi Gonzalez, 23 ans.
  16. Michelli Gil Jaimez, 27 ans.
  17. Manuel Colaco Dias, 63 ans, et Precilia Correia, 35 ans.
  18. Ciprian Calciu, 32 ans, et Lacramioara Pop, 29 ans.
  19. Alva Berglund, 23 ans.
  20. Halima Ben Khalifa Saadi, 34 ans, et Houda Ben Khalifa Saadi, 35 ans.
  21. Sven Silva Peruginin, 29 ans.
  22. Voir la section « Réactions internationales ».

Références

  1. « Attentats de Paris : le point sur l'enquête 24 heures après les faits », sur Le Figaro, .
  2. « Les attentats et tentatives en 2015 », sur Libération.fr (consulté le 15 novembre 2015)
  3. Éric Albert, « Un attentat de l'Etat islamique contre la reine d'Angleterre déjoué », sur franceinfo.fr, (consulté le 14 novembre 2015)
  4. [1]
  5. Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles correspondant), « Molenbeek, la plaque tournante belge du terrorisme islamiste », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  6. « La Belgique, plaque tournante du terrorisme en Europe ? », sur Francetv info, (consulté le 11 janvier 2016)
  7. Claire Hache, « Pourquoi la filière djihadiste belge est au cœur des attentats de Paris », sur L'Express, (consulté le 12 mars 2016)
  8. Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles Correspondant), « Belgique : un physicien nucléaire espionné par des djihadistes présumés », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  9. « Terrorisme: "Nous devons nous préparer à d'autres assauts", prévient François Hollande », sur L'Express,
  10. Frédéric Helbert, « "On manque d'hommes pour neutraliser les terroristes" », parismatch.com, (consulté le 14 novembre 2015)
  11. Henri Tincq, « Depuis 2005, la fulgurante percée du «djihadisme de proximité» français », Slate, 15 janvier 2016,
  12. a et b Roland Gauron, « Abou Moussab al-Souri, l'inspirateur des attentats de Paris », lefigaro.fr/, (consulté le 15 juillet 2016)
  13. Pascale Robert-Diard, « Le Conseil constitutionnel valide la loi renseignement », Le Monde, (consulté le 10 octobre 2016)
  14. « Les États-Unis bombardent des positions d'artillerie de l'État islamique en Irak », sur Le Figaro,
  15. « Etat islamique : les États-Unis se félicitent des premières frappes en Syrie », sur Le Parisien,
  16. « Irak: l'opération française s'appelle Chammal », sur Le Figaro, (consulté le 20 septembre 2014).
  17. « France - Syrie : les premières frappes françaises ont visé un camp jihadiste « occupé et actif » » (consulté le 29 septembre 2015)
  18. Émission spéciale : attentats à Paris, RFI, 16 novembre 2015.
  19. a et b Le téléphone sonne, France Inter, 16 novembre 2015.
  20. Hélène Sallon, « Le but premier de l’État islamique est de cibler des Français, pas un mode de vie », Le Monde, 17 novembre 2015.
  21. Francetvinfo : L’État islamique menace la France après les frappes françaises en Irak
  22. Libération et AFP, « Menace jihadiste : « La France n'a pas peur », assure Cazeneuve », sur liberation.fr, (consulté le 28 novembre 2015).
  23. « COP21 : la France rétablit ses contrôles aux frontières pour une durée d’un mois », sur france24.com, (consulté le 14 novembre 2015).
  24. « Le porte-avions « Charles-de-Gaulle » a appareillé en direction de la Méditerranée orientale », lemonde.fr, (consulté le 23 novembre 2015).
  25. « Le Charles-de-Gaulle lance ses premières frappes en Syrie », sur La Tribune
  26. « Le porte-avions français Charles de Gaulle est entré en action en Syrie et en Irak », sur Le Figaro
  27. Al-Qaïda contre Daesh : l'effroyable concurrence de la terreur, Le Figaro, consulté le 14 novembre 2015.
  28. « Et la Russie reconnaît l'attentat du Sinaï », ladepeche.fr, (consulté le 23 novembre 2015)
  29. « La Russie a mené "un nombre significatif de frappes sur Raqqa ces dernières heures" indique un responsable américain », sur L'Obs (consulté le 18 novembre 2015)
  30. Luc Mathieu et Sonia Delesalle-Stolper, « Jihadi John, l’exécutant exécuté », sur liberation.fr, (consulté le 14 novembre 2015).
  31. AFP, « En Irak, les forces kurdes reprennent à l'"État" islamique la ville de Sinjar », sur liberation.fr, (consulté le 14 novembre 2015).
  32. « Paris : pourquoi des attentats maintenant ? Ce n'est pas un hasard de calendrier », sur L'Obs
  33. Cyril Bensimon, « Le choc de témoins et de rescapés, au lendemain de l’attentat de Bamako », lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  34. Agence France Presse, « L’Etat islamique revendique l’attentat contre la police en Tunisie », lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  35. « Tchad : triple attentat meurtrier sur un marché », lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  36. « À Orléans, des djihadistes projetaient d'attaquer le commissariat », ouest-france.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  37. « Attentats : Bruxelles en état de siège, plusieurs suspects très dangereux recherchés », sur leparisien (consulté le 22 novembre 2015)
  38. Agence France Presse, « Le bilan des attentats de Bruxelles est désormais de 35 morts », lesoir.be, (consulté le 8 octobre 2016)
  39. « La Hongrie va transporter des milliers de migrants vers l'Autriche », lefigaro.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  40. « Cazeneuve n'exclut pas que des terroristes profitent des flux migratoires », europe1.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  41. « Manuel Valls : 600 perquisitions menées dans les milieux islamistes depuis les attentats », sur Le Journal du dimanche.
  42. « Intox : une photo a été présentée à tort comme celle de réfugiés brandissant le drapeau de Daech - Monde - MYTF1News », sur MYTF1NEWS (consulté le 23 novembre 2015).
  43. a et b « Complément d'enquête. La propagande anti-migrants de la télé hongroise ».
  44. "Les réfugiés vont prendre le travail des Belges", "ils ne s’intégreront pas", "des terroristes infiltrés": ces clichés ont la vie dure, lalibre.be, 9 septembre 2015
  45. « Non, Christian Estrosi, les terroristes de Daech ne s'infiltrent pas parmi les migrants », sur metronews (consulté le 23 novembre 2015).
  46. « Réfugiés : le fantasme de l'infiltration terroriste ».
  47. « Des terroristes parmi les migrants ? - France Inter », sur France Inter, https://plus.google.com/+FranceInter (consulté le 22 novembre 2015).
  48. MIGRANTS TERRORISTES ? FRANCE INTER MODIFIE UN TITRE ET UN SOUS-TITRE DEUX MOIS PLUS TARD, arretsurimages.net, 16 novembre 2015
  49. Pascal Bories, « Réfugiés : le fantasme de l'infiltration terroriste », causeur.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  50. « Djihadistes infiltrés parmi les réfugiés : le fantasme, la peur… et la vigilance », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le 23 novembre 2015)
  51. a et b Boris Thiolay et Axel Gyldén, « Attentats de Paris et Bruxelles: faux réfugiés, vrais terroristes », lexpress.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  52. a et b « Attentats de Paris : trois caches en Belgique, Abaaoud passé par Charleroi », sur leparisien.fr,
  53. a, b, c, d et e Christophe Lamfalussy, « Attentats de Paris: "Bouzid" et "Kayal" contrôlaient les assaillants depuis Bruxelles », LaLibre.be,‎ (lire en ligne)
  54. Stéphane Sellami, Éric Pelletier, « Attentats : le mystère Salah Abdeslam », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  55. « Révélations sur l'itinéraire de Salah Abdeslam: l'apparition d'un complice, Mohamed Abrini », sur Itélé,
  56. a, b et c Soren Seelow, Simon Piel et Emeline Cazi, « Comment les attentats de Paris ont été coordonnés depuis la Belgique », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  57. a et b « Paris, 13 novembre 2015: les 48 heures avant l'horreur », sur Le Point
  58. a et b « Paris, 13 novembre 2015: les 48 heures avant l'horreur », sur L'Express
  59. a et b « Attentats au Stade de France : le déroulé d'une soirée dramatique », sur Le Figaro,
  60. a et b (de) « Nationalteams Freundschaftsspiele, 2015, 6. Spieltag »,
  61. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Sybille de la Hamaide, « Timeline of Paris attacks according to public prosecutor », Reuters, Thomson Reuters,‎ (lire en ligne)
  62. Georges Fenech et al., Rapport fait au nom de la commission d'enquête relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015, (lire en ligne [PDF]), p. 52
  63. a et b « Hollande : "Un acte de guerre commis par une armée terroriste" », sur Le Figaro (consulté le 14 novembre 2015)
  64. L'assaut du Raid et de la BRI au Bataclan a duré deux minutes, sur liberation.fr consulté le 16 novembre 2015).
  65. Rapport parlementaire, p. 58
  66. a et b Rapport parlementaire, p. 60
  67. Attentats: "3 équipes de terroristes coordonnées", selon le procureur, sur bfmtv.com (consulté le 15 novembre 2015).
  68. Éric Pelletier, « Deux kamikazes du Stade de France étaient irakiens », leparisien.fr, (consulté le 21 janvier 2016)
  69. a, b et c Pierre Longeray, Un montage photo de l’EI met en scène neuf des membres des attaques de Paris, Vice news, 20 janvier 2016.
  70. Catherine Fournier, « Attentats de Paris : Bilal Hadfi, le jeune jihadiste du Stade de France, amateur de jeux vidéo et de taekwondo », sur FranceTVinfo, (consulté le 27 décembre 2015)
  71. Agence France Presse, « Le destin tragique de Manuel Dias, victime des attentats au Stade de France: "Tu auras une place privilégiée pour voir le match" », lalibre.be, (consulté le 8 novembre 2016)
  72. « Attentats à Paris: Bilal Hadfi a essayé de rentrer à quatre reprises au Stade de France », sur 20 minutes
  73. a et b « Attentats de Paris: au Stade de France, "ils se sont loupés" », sur L'Express
  74. « Attentats de Paris: l’histoire du faux héros du Stade de France », sur BFM TV
  75. Patricia Tourancheau, « Attentats terroristes à Paris : récit d'une soirée de terreur », sur L'Obs, (consulté le 14 novembre 2015).
  76. Aurélie Lebelle avec J.Cl., « Attentats à Paris : 3 fusils et des chargeurs trouvés dans la Seat à Montreuil », sur leparisien.fr (consulté le 24 novembre 2015)
  77. « Attentats du 13 novembre : ce que révèle l'enquête », sur lefigaro.fr,
  78. « “Ils ont tiré en plein dans la foule en criant Allah Akbar” », sur Euronews,
  79. « « VIDÉO - Les Eagles Of Death Metal veulent être les premiers à rejouer au Bataclan », Europe 1, (consulté le 8 novembre 2016)
  80. a et b Éric Pelletier et Stéphane Sellami, « Attentats : Foued Mohamed-Aggad, troisième kamikaze du Bataclan identifié », sur leparisien.fr, (consulté le 9 décembre 2015)
  81. (en) « Paris Attacks: The Violence, Its Victims and How the Investigation Unfolded », sur NY Times,
  82. « Attentats de Paris: Salah Abdeslam aurait tenté de se rendre au Stade de France », sur lesoir.be,
  83. Article Ces gendarmes qu'on nous a planqués au Bataclan, Le Canard enchaîné, 9 novembre 2016
  84. « Attentats : le GIGN était à Paris le 13 novembre pour relayer le Raid », sur leparisien.fr,
  85. "Attentats de Paris : l’assaut du Bataclan, raconté heure par heure", Le Monde, 30 décembre 2015
  86. a et b « L’assaut au Bataclan à travers les yeux des forces de l’ordre », sur lemonde.fr,
  87. Elise Barthet et Nicolas Chapuis, « Attaques à Paris : « Du sang partout, des cadavres au Bataclan » », lemonde.fr, (consulté le 8 novembre 2016)
  88. Thibaut Raisse, « Attentats de Paris : l’intervention au Bataclan en accusation », leparisien.fr, (consulté le 5 juillet 2016)
  89. Emmanuel Hansten, Sylvain Mouillard et Willy Le Devin, « Sur la piste erratique des terroristes », sur Libération.fr, (consulté le 23 novembre 2015)
  90. Pascale Autran et Stéphane Sellami, « Attentats : une ceinture d'explosifs retrouvée en pleine rue à Montrouge », leparisien.fr, (consulté le 25 décembre 2015)
  91. a, b, c et d Élise Vincent, « Attentats du 13 novembre : l’improbable conversation d’Ali O. avec Salah Abdeslam », sur Le Monde, (consulté le 3 décembre 2015).
  92. Mathilde Cesbron, « Attentats à Paris : Salah Abdeslam n'aurait pas été arrêté en Belgique », sur RTL, (consulté le 17 novembre 2015).
  93. « Attentats à Paris: Abaaoud a manipulé une kalachnikov retrouvée dans la voiture du «commando des terrasses» », sur 20 Minutes, (consulté le 4 avril 2016).
  94. Benjamin Bonneau, « Attentats: Abaaoud a manipulé une kalachnikov retrouvée dans la voiture du "commando des terrasses" », sur Europe 1, (consulté le 4 avril 2016).
  95. a et b « Attentats : identifié, le kamikaze de Saint-Denis était connu des services », sur L'Obs,
  96. Alfred de Montesquiou, « On a retrouvé la planque d'Abaaoud », Paris Match, no 3476,‎ (lire en ligne)
  97. a, b, c et d Louise Colcombet, Valérie Mahut, Eric Pelletier, Thibaut Raisse et Stéphane Sellami, « Attentats du 13 novembre : 20 h 13, le mardi, Abaaoud sort de son buisson », leparisien.fr, (consulté le 20 décembre 2015)
  98. « Fusillades à Paris : assaut terminé au Bataclan », sur Le Point, (consulté le 14 novembre 2015).
  99. Rapport parlementaire, p. 93
  100. Rapport parlementaire, p. 92
  101. Rapport parlementaire, p. 94
  102. Rapport parlementaire, p. 95
  103. Service médical du RAID, « Retour d’expérience des attentats du 13 novembre 2015. Gestion de l’attaque terroriste du Bataclan par les médecins d’intervention de la Police Nationale », sur http://download.springer.com/, (consulté le 4 octobre 2016)
  104. a, b et c Caroline Coq-Chodorge, « Attentats du 13-Novembre: là où les secours ont manqué », mediapart.fr, (consulté le 4 mars 2016)
  105. a et b Rapport parlementaire, p. 96
  106. Nicolas Maviel, « VIDEOS. Attentats à Paris : cinq hôpitaux sur le pied de guerre », leparisien.fr, (consulté le 14 novembre 2015)
  107. Patrick Pelloux, Jean-Sébastien Marx, Pierre Carli, « Attentats du 13 novembre 2015 - REX du SAMU », sur http://www.camu.fr/ (consulté le 5 octobre 2016)
  108. Anne-Laure Barret, « Dans 7 hôpitaux, la longue nuit des blouses blanches », lejdd.fr, (consulté le 16 novembre 2015).
  109. a et b Anne-Laure Barret, « Le médecin chef du Samu : « Nous avions organisé une répétition générale vendredi matin ! » », lejdd.fr, (consulté le 16 novembre 2015)
  110. Céline Carez, « Ce pompier a filmé l’horreur du Bataclan », leparisien.fr, (consulté le 3 décembre 2015)
  111. a et b Patrick Pelloux, Jean-Sébastien Marx, Pierre Carli, « Attentats du 13 novembre 2015 - REX du SAMU », sur http://www.camu.fr/ (consulté le 5 octobre 2016), dia. 44
  112. (en)Martin Hirsch, Pierre Carli, Rémy Nizard, Bruno Riou, Barouyr Baroudjian, Thierry Baubet, Vibol Chhor, Charlotte Chollet-Xemard, Nicolas Dantchev, Nadia Fleury, Jean-Paul Fontaine, Youri Yordanov, Maurice Raphael, Catherine Paugam Burtz, Antoine Lafont, on behalf of the health professionals of Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (APHP), « The medical response to multisite terrorist attacks in Paris », sur http://www.thelancet.com/, (consulté le 4 octobre 2016)
  113. « Attaques à Paris : le bilan passe de 129 à 130 morts. », sur francetvinfo
  114. « Stella, Vincent, Marion, Ludovic… Ils sont morts le 13 novembre », sur Le Figaro, .
  115. Michel de Pracontal, « La liste des victimes des attentats du 13 novembre », sur Mediapart.fr, (consulté le 21 novembre 2015)
  116. « Attentats à Paris. L'effroyable liste des morts ou 130 destins brisés », sur Ouest-France.fr (consulté le 21 novembre 2015)
  117. « Milko, Marie, Salah, Elodie… les victimes des attentats du 13 novembre est devenue la page #EnMémoire », sur lemonde.fr, (consulté le 30 novembre 2015)
  118. Michaël Dalbosco, Bastien Hugues, Nicolas Enault, « Un visage et un nom pour les victimes des attentats de Paris », sur le site « FranceTV Info », (consulté le 28 novembre 2015).
  119. Sébastien Thomas, « Aca, victime oubliée du Stade de France », leparisien.fr, (consulté le 7 décembre 2015).
  120. Sébastien Thomas, « Noisy-le-Sec : le ministre s’engage pour Aca, blessé au Stade de France », leparisien.fr, (consulté le 22 janvier 2016).
  121. Agence France Presse, « Attentats de Paris : 161 blessés encore hospitalisés », francetvinfo.fr, (consulté le 24 novembre 2015)
  122. « Attentats à Paris : les 130 victimes du 13 novembre », sur L'Obs, (consulté le 2 janvier 2016)
  123. « Attentats de Paris : la prise en charge des "blessés psychiques" », France TV Info, 16 novembre 2015.
  124. Violaine de Montclos, « "Il faut que les blessés psychiques se raccrochent à quelque chose" », Le Point, nil (consulté le 3 décembre 2015)
  125. Damien Mascret, « Des blessures psychiques possibles dans tout le pays », Le Figaro, nil (consulté le 3 décembre 2015)
  126. a et b Agence France Presse, « Attentats : des victimes et leurs proches très critiques devant la commission parlementaire d’enquête », liberation.fr, (consulté le 4 mars 2016)
  127. « Attentats du 13 novembre : 41 victimes sont toujours hospitalisées », lemonde.fr, (consulté le 21 janvier 2016)
  128. Julien Rasplus, « INFO FRANCETV INFO. Attentats du 13 novembre : 27 personnes sont toujours hospitalisées », Francetv info, (consulté le 1er mars 2016)
  129. Les Décodeurs, « L’attentat le plus meurtrier depuis 1945 », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  130. Philippe Lobjois et Michel Olivier, Ne pas subir: Petit manuel de résistance en temps de guerre terroriste, Fayard, (ISBN 978-2-213702629, lire en ligne)
  131. « Gratuité des soins pour les victimes du terrorisme », sur La Dépêche
  132. Pas de frais médicaux pour les victimes des attentats, Le Parisien, 18 novembre 2015
  133. Un décret consacre la gratuité des soins pour les victimes de terrorisme, Dépêche Agence France-Presse, 3 janvier 2016
  134. Attentats : l’indemnisation des victimes, Fédération française des sociétés d'assurance, 20 novembre 2015
  135. « Attentats de Paris : les enfants des victimes pupilles de la nation », Europe 1, 22 janvier 2015.
  136. Décret no 2016-949 du 12 juillet 2016 portant création de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme.
  137. Rapport de la commission d'enquête relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015", tome 2, p. 10
  138. Timothée Boutry et Eric Pelletier, « Antiterrorisme : ces magistrats qui identifient les victimes », leparisien.fr, (consulté le 16 novembre 2016)
  139. a et b Thibaut Raisse, « Ces fausses victimes des attentats du 13 Novembre », leparisien.fr, (consulté le 21 novembre 2016)
  140. Yohan Blavignat, « Une «fausse victime» des attentats du 13-Novembre condamnée à un an ferme », lefigaro.fr, (consulté le 22 novembre 2016)
  141. Agence France Presse, « De trois à six ans de prison ferme pour deux fausses victimes des attentats de Paris », liberation.fr, (consulté le 27 décembre 2016)
  142. Attaques à Paris : des cellules psychologiques mises en place, Femme actuelle, 14 novembre 2015
  143. Attentats à Paris : rappel des numéros et sites utiles, ministère de l’intérieur
  144. « Fenvac », fenvac.com (consulté le 24 novembre 2015)
  145. « Stéphane Gicquel, le lobbyiste des victimes », Le Journal du dimanche, (consulté le 24 novembre 2015)
  146. Nicolas Berrod, « Le secrétariat d'État à l'aide aux victimes refait son apparition », lesechos.fr, (consulté le 11 novembre 2016)
  147. a et b « Philippe-Joseph Salazar : “Le communiqué du Califat a une dimension cachée” », Philosophie Magazine, no 95,‎ , p. 50-51 (lire en ligne)
  148. « L'EI revendique les attentats en représailles aux actions militaires de la France », sur France 24, (consulté le 14 novembre 2015).
  149. a et b « Le groupe Etat islamique revendique les attaques à Paris », europe1.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  150. https://pbs.twimg.com/media/CTxC6eHXIAAGXtC.jpg [image].
  151. « Attentats à Paris : Le groupe État islamique revendique les attaques de vendredi à Paris », sur 20 minutes, (consulté le 14 novembre 2015)
  152. Willy Le Devin et Baptiste Bouthier, « L'État islamique revendique les attentats de vendredi à Paris », sur liberation.fr, (consulté le 14 novembre 2015).
  153. a et b « Attentats de Paris : le 18e était aussi visé, plusieurs personnes en fuite », nouvelobs.com, (consulté le 17 novembre 2015)
  154. « Rachid Benzine, islamologue: «Daesh instrumentalise un verset du Coran dans son communiqué» », 20minutes.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  155. Fanny Lépine, « "Ils utilisent les versets du Coran à tout bout de champ" », arte.tv, (consulté le 15 novembre 2016)
  156. La tentation du Djihad chez de jeunes Européens, Mediapart, 2 septembre 2014.
  157. Pourquoi la France est-elle une cible privilégiée de Daesh ?, Les Inrocks, 15 novembre 2015.
  158. Luizard: "Ces attaques visent à monter les communautés les unes contre les autres", Nice-Matin, 15 novembre 2015.
  159. Didier Péron, La jeunesse qui trinque, Libération, 15 novembre 2015.
  160. « Paris nous appartient », Les Inrocks, 17 novembre 2015.
  161. Olivier Roy, « Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste », Le Monde,
  162. François Burgat, « Réponse à Olivier Roy : les non-dits de « l’islamisation de la radicalité » », L'Obs avec Rue 89, 1er décembre 2015.
  163. « Gilles Kepel: «Le 13 novembre? Le résultat d'une faillite des élites politiques françaises» », letemps.ch`, (consulté le 29 mars 2016)
  164. Alexandre Devecchio, David Thomson: «Les djihadistes qui reviennent ne sont pas repentis», Le Figaro, 4 juillet 2017.
  165. a, b et c Véronique Mortaigne et Nathalie Guibert, « Le Bataclan, un haut lieu de la culture ciblé de longue date par les islamistes », Le Monde, (consulté le 29 mars 2016).
  166. « Pourquoi la salle du Bataclan était une cible pour les terroristes », les inRocks, 14 novembre 2015.
  167. « Paris attacks: Eagles of Death Metal defied pro-Palestine boycott movement and Roger Waters to play Israel », International Business Times, 20 novembre 2015.
  168. Vivien Vergnaud, « Un ex-djihadiste projetait un attentat contre une ou des salles de concert en France », lejdd.fr, (consulté le 29 mars 2016)
  169. (en) Rukmini Callimachi, Katrin Bennhold et Laure Fourquet, « How the Paris Attackers Honed Their Assault Through Trial and Error », The New York Times,
  170. a et b Jérémie Pham-Lé, « Attentats de Paris: le "don d'ubiquité" de Salah Abdeslam », L'Express,‎
  171. Luc Mathieu et Willy Le Devin, « Abaaoud, maître d’œuvre plutôt qu’architecte », liberation.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  172. a, b et c « Oussama Atar soupçonné d'être le coordinateur des attentats de Paris et Bruxelles », leparisien.fr, (consulté le 8 novembre 2016)
  173. « Abou Mohammed al-Adnani, un chef de Daech, possible cerveau des attentats du 13 novembre », sur Huffington Post
  174. « Attentats à Paris: Et si Abou Mohammed al Adnani était le vrai commanditaire des attaques? », sur 20 minutes
  175. Soren Seelow, « Abdelilah Himich, le légionnaire devenu cadre de l’organisation Etat islamique », lemonde.fr, (consulté le 6 décembre 2016)
  176. Soren Seelow, « Verviers, cellule souche des attentats de Paris et Bruxelles », lemonde.fr, (consulté le 19 avril 2016)
  177. Jean-Manuel Escarnot, « Fabien Clain, de la PME islamiste au jihad syrien », liberation.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  178. « Attentats du 13 novembre : un Français « très probablement » identifié dans une revendication de l’EI », sur Le Monde, (consulté le 17 novembre 2015)
  179. Attentats du 13 novembre : les terroristes n'étaient pas drogués, Le Point, 5 janvier 2016.
  180. [vidéo] Attentats à Paris : que nous apprend la mise en scène de l'État islamique ?, France 24, 20 janvier 2016.
  181. Éric Pelletier et Thibault Raisse, « De Raqqa à Salzbourg, dans les pas du commando fantôme », leparisien.fr, (consulté le 25 avril 2016)
  182. « Parcours de Mohamed Abrini, dernier fugitif d'un quatuor lié au 13 novembre arrêté à Bruxelles », sur itele.fr, 8 avril 2016 à 18h12 (consulté en 9 avril 2016 à 14h)
  183. a, b, c, d et e Élise Vincent, « 13 novembre : l’enquête dévoile un projet terroriste de grande ampleur », lemonde.fr, (consulté le 7 octobre 2016)
  184. a, b et c Jérémie Pham-Lê, « 13-Novembre: qui sont les deux jeunes cadres de Daech éliminés à Raqqa? », lexpress.fr, (consulté le 13 décembre 2016)
  185. Christophe Lamfalussy, « Pourquoi avons-nous libéré Oussama Atar? », lalibre.be, (consulté le 8 novembre 2016)
  186. a et b « Attentats du 13 novembre : mandats d'arrêts contre deux hommes, dont un commanditaire des attaques », sur http://www.leparisien.fr/ (consulté le 10 mars 2017)
  187. « Salah-Eddine Gourmat, la dernière cible », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  188. a, b et c Jacques Laruelle, « Un coordinateur des attentats du 22 mars tué à Raqqa », lalibre.be, (consulté le 14 décembre 2016)
  189. Christophe Lamfalussy, « Témoignage exclusif de la mère de Bilal Hadfi, kamikaze de Paris: "J'avais l'impression qu'il allait exploser d'un jour à l'autre" », sur http://www.lalibre.be, (consulté le 10 décembre 2015)
  190. Agence France Presse, « Un 2ème kamikaze du Stade de France identifié » (consulté le 18 janvier 2017)
  191. a et b « Attentats : le passeport syrien retrouvé serait celui d'un soldat tué », sur leparisien.fr, (consulté le 17 novembre 2015).
  192. (de) Florian Flade, « Paris-Attentäter war als Flüchtling in Bayern registriert », Welt Online,‎ (lire en ligne)
  193. Éric Pelletier et Stéphane Sellami, « Attentats du 13 Novembre : un autre kamikaze du Stade de France identifié », leparisien.fr, (consulté le 18 janvier 2017)
  194. « Attentats à Paris: Le troisième kamikaze du Stade de France contrôlé en Grèce en octobre », sur 20minutes.fr (consulté le 21 novembre 2015)
  195. « Que sait-on des terroristes impliqués dans les attentats de Paris ? », sur RTL.fr (consulté le 21 novembre 2015)
  196. « Le troisième kamikaze du Stade de France aurait été identifié: l'homme s'appellerait M. al-Mahmod et serait arrivé avec des réfugiés syriens », sur Sudinfo.be
  197. Julien Collignon, « Ce que révèle la vidéo des attentats diffusée par l'EI », sur 7s7, (consulté le 28 janvier 2016)
  198. Élise Vincent et Soren Seelow, « Le kamikaze qui s’est fait exploser lors de l’assaut policier à Saint-Denis identifié », lemonde.fr, (consulté le 15 janvier 2016)
  199. a, b, c, d et e « Attentats de Paris: ce que l'on sait des personnes impliquées », sur http://www.dhnet.be/, (consulté le 1er décembre 2015)
  200. « Attentats de Paris : inhumé pour Noël, Amimour, l'introverti devenu assassin au Bataclan », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  201. C.B., « Attentats à Paris: Un enregistrement audio glaçant des 2h dans le Bataclan », 20minutes.fr, (consulté le 24 décembre 2015)
  202. « Le troisième terroriste du Bataclan est originaire de Wissembourg », dna.fr (consulté le 16 décembre 2015)
  203. Paul Louis, « Le parcours sulfureux de Jawad Bendaoud, «caïd» de Saint-Denis devenu «logeur de terroristes» », lefigaro.fr, (consulté le 18 novembre 2016)
  204. a et b Documentaire Quand la France vacille diffusé le 8 novembre 2016 sur France 2 « Cellule de crise / 13 novembre : quand la France vacille », france2.fr, (consulté le 8 novembre 2016)
  205. « Jawad Bendaoud en détention provisoire », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 1er décembre 2015)
  206. Emeline Cazi et Soren Seelow, « Jawad Bendaoud, logeur de terroristes du 13 novembre : « Je m’en doutais mais je voulais l'argent » », lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  207. Stéphane Joahny, « Attentats de Paris : Mohamed Soumah, complice des terroristes pour 100 euros », lejdd.fr, (consulté le 20 mars 2016)
  208. « Attentats de Paris : un proche du logeur d'Abdelhamid Abaaoud placé en garde à vue », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 1er décembre 2015)
  209. C.R. avec AFP, « Attentats de Paris : Un proche de Jawad Bendaoud en garde à vue », sur http://www.parismatch.com/, (consulté le 1er décembre 2015)
  210. « Attentats du 13 novembre : le point sur les identifications, les arrestations et l’enquête », sur http://www.lemonde.fr/, nil (consulté le 9 décembre 2015)
  211. a et b « Salah Abdeslam, quatre mois de cavale », sur le site du Monde, (consulté le 18 mars 2016)
  212. a et b « Abdelslam: bras de fer pour sa remise à la France », sur http://www.leparisien.fr/f, (consulté le 24 mars 2016)
  213. a et b Martine Chevalet et Éric Hacquemand, « Déchéance de nationalité : l'ombre de Salah Abdeslam plane sur le Sénat », leparisien.fr, (consulté le 22 mars 2016)
  214. a, b, c, d et e « Attentats à Paris: ce que l'on sait des personnes résidant en Belgique et impliquées dans les attentats de Paris », sur http://www.sudinfo.be/1, (consulté le 1er décembre 2015)
  215. B.D., « Attentats à Paris: Abaaoud s'est caché dans un buisson pendant quatre jours », 20minutes.fr, (consulté le 24 décembre 2015)
  216. a et b « Attentats de Paris : Najim Laachraoui, le dernier complice identifié », lefigaro.fr, (consulté le 21 mars 2016)
  217. a et b « Attentats du 13 novembre : deux nouveaux suspects « activement recherchés » », sur lemonde.fr, (consulté le 9 décembre 2015)
  218. Claire Rodineau, « De Paris à Bruxelles : Najim Laachraoui, un terroriste activement recherché », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 24 mars 2016)
  219. Zoé Lauwereys, « Najim Laachraoui était bien l'artificier des attentats de Paris et de Bruxelles », leparisien.fr, (consulté le 28 novembre 2016)
  220. Éric Pelletier et Thibault Raisse, « Le kamikaze de Bruxelles jouait les kapos en Syrie », leparisien.fr, (consulté le 22 avril 2016)
  221. Mons: comment Khalid El Bakraoui est passé entre les mailles du filet, RTBF
  222. Fabrice Grosfilley et Patrick Michalle, « Quand la police descend chez El Bakraoui trois semaines avant les attentats », rtbf.be, (consulté le 8 novembre 2016)
  223. http://www.liberation.fr/france/2016/04/08/mohamed-abrini-un-des-suspects-des-attentats-de-paris-arrete_1444873
  224. http://www.lesechos.fr/monde/europe/021829338940-mohamed-abrini-les-liens-entre-les-attentats-de-paris-et-ceux-bruxelles-se-precisent-1212708.php
  225. http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/04/19/le-suedois-osama-krayem-inculpe-a-son-tour-dans-le-dossier-des-attentats-de-paris_4905127_3214.html
  226. « Attentats de Paris: un coup de fil remet les enquêteurs sur la piste de Mohamed Abrini », sur https://www.rtbf.be/consulté le= 9 décembre 2015,
  227. « Salah Abdeslam se serait caché jusqu’au 4 décembre à Schaerbeek », lavenir.net, (consulté le 20 mars 2016)
  228. AFP, « Belkaïd, alias Samir Bouzid, lié aux attentats de Paris et tué à Forest », sur http://www.leparisien.fr/, (consulté le 20 mars 2016)
  229. http://kapitalis.com/tunisie/2016/04/02/le-tunisien-sofiane-ayari-suspecte-de-lien-avec-les-attentats-de-bruxelles/
  230. RTBF avec Belga, « Attentats de Paris: trois inculpations en plus de celle de Salah Abdeslam », sur https://www.rtbf.be/, (consulté le 20 mars 2016)
  231. Marie-Christine Tabet, « Une cavale et un enterrement », lejdd.fr, (consulté le 28 mars 2016)
  232. Jean-Pierre Stroobants, « Qui est Abid Aberkan, le complice de Salah Abdeslam arrêté vendredi ? », lemonde.fr, (consulté le 20 mars 2016)
  233. a, b, c, d et e « Attentats à Paris : un long travail d'enquête », sur La nouvelle république (consulté le 14 novembre 2015)
  234. a et b « Attentats de Paris : la piste belge se précise », sur France Télévisions (consulté le 15 novembre 2015)
  235. Camille Caldini, Benoît Zagdoun, Christophe Rauzy, « Jawad Bendaoud, le logeur présumé d'Abdelhamid Abaaoud à Saint-Denis, est mis en examen et incarcéré », francetvinfo.fr, (consulté le 29 novembre 2015)
  236. Attentats à Paris : rappel des numéros et sites utiles, Ministère de l'intérieur
  237. a, b et c « Attentats de Paris : un bilan qui s’alourdit, des victimes étrangères, des terroristes organisés... le point à 20h », sur La voix du Nord (consulté le 14 novembre 2015)
  238. « Attentats: l’une des personnes interpellées à Molenbeek suspectée d’avoir été à Paris vendredi », sur Le Soir
  239. « L'enquête à Molenbeek se poursuit : la bourgmestre annonce cinq arrestations », rtl.be, (consulté le 15 novembre 2015)
  240. Gilbert Dupont, « Perquisitions en série dans les milieux intégristes », dhnet.be, (consulté le 15 novembre 2015)
  241. « Attentats à Paris: L'un des kamikazes de Paris tenait un «coffee shop» à Bruxelles », sur 20minutes.fr (consulté le 17 novembre 2015)
  242. « La deuxième voiture des terroristes retrouvée à Montreuil », europe1.fr, (consulté le 15 novembre 2015)
  243. « Attentats : "étroite" coopération policière franco-américaine », sur europe1.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  244. Matthieu Brandely, « Paris 18e : l’arrondissement était-il visé pendant les attentats ? », sur linternaute.com, (consulté le 28 novembre 2015)
  245. « Une voiture potentiellement liée aux attentats retrouvée dans le XVIIIe arrondissement de Paris », sur liberation.fr, (consulté le 28 novembre 2015).
  246. « Attentats du 13 novembre : le point sur les identifications, les arrestations et l’enquête », sur lemonde.fr, (consulté le 28 novembre 2015).
  247. « «On est parti, on commence», le SMS envoyé par un des kamikazes du Bataclan », sur lesoir.be (consulté le 18 novembre 2015)
  248. Violette Lazard, « Attentats : une incroyable coïncidence derrière le coup de fil belge reçu par Jawad », nouvelobs.com, (consulté le 23 février 2016)
  249. « Assaut à Saint-Denis : mort de deux terroristes, sept gardes à vue (EN DIRECT) », sur leparisien.fr (consulté le 18 novembre 2015)
  250. « EN DIRECT. Attentats : incertitude sur la mort d'Abdelhamid Abaaoud », sur leparisien.fr (consulté le 19 novembre 2015)
  251. « Attentats : Abaaoud filmé dans le métro à Montreuil juste après les attaques », sur leparisien.fr (consulté le 20 novembre 2015)
  252. « Une ceinture d'explosifs retrouvée dans une poubelle à Montrouge », franceinfo.fr, (consulté le 29 novembre 2015)
  253. Isabelle Rey-Lefebvre, Simon Piel, Nicolas Bastuck et Florence Aubenas, « Hasna Aït Boulahcen, entre vodka et niqab », sur lemonde.fr, (consulté le 29 novembre 2015)
  254. « Sapin : les attentats de Paris ont coûté aux auteurs «30.000 euros maximum» », leparisien.fr, (consulté le 3 décembre 2015)
  255. « Attentats à Paris: Les attaques du 13 novembre ont coûté moins de «30.000 euros» », sur 20 minutes
  256. « Pour Sapin, l'organisation des attentats a coûté “30 000 euros” au maximum », sur TF1
  257. Louise Colcombet, Valérie Mahaut, Eric Pelletier, Thibaut Raisse et Stéphane Sellami, « Attentats du 13 novembre : 20 h 13, le mardi, Abaaoud sort de son buisson », leparisien.fr, (consulté le 20 décembre 2015)
  258. a et b Attentats du 13 novembre : les zones d’ombre autour de l’assaut du RAID à Saint-Denis, article sur le site lemonde.fr, daté du 23 décembre 2015.
  259. « Assaut à Saint-Denis : les policiers ont tiré sur d’autres policiers », sur lesechos.fr (consulté le 1er février 2016)
  260. « Assaut à Saint-Denis: 5 policiers du RAID blessés », sur BFM TV
  261. « Le casier judiciaire chargé de Jawad Bendaoud, le logeur des terroristes », sur Le Figaro
  262. « Commission d'enquête relative aux moyens mis en œuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 : Composition », assemblee-nationale.fr (consulté le 4 mars 2016)
  263. Thibaut Raisse, « Enquête sur le 13 Novembre : le patron de la DGSE interrogé par un juge antiterroriste », leparisien.fr, (consulté le 2 novembre 2016)
  264. Soren Seelow, « Attentats : la commission d’enquête propose une profonde refonte du renseignement », lemonde.fr, (consulté le 5 juillet 2016)
  265. Soazig Le Nevé, « Bernard Cazeneuve opposé à la création d’une agence nationale du renseignement », acteurspublics.com, (consulté le 12 juillet 2016)
  266. a, b, c et d Dominique Albertini, « Terrorisme : la crainte d’une réplique de l’ultradroite », liberation.fr, (consulté le 15 juillet 2016)
  267. (en) Victoria Finan, « French government 'suppressed gruesome torture' of Bataclan victims as official inquiry is told some were castrated and had their eyes gouged out by the ISIS killers », dailymail.co.uk, (consulté le 17 juillet 2016)
  268. (en) Hank Berrien, « French Government Hid Evidence Of Gruesome Torture During Bataclan Massacre », dailywire.com, (consulté le 17 juillet 2016)
  269. C.R., « Attentats de Paris : le procureur dément les rumeurs de tortures au Bataclan », leparisien.fr, (consulté le 17 juillet 2016)
  270. Samuel Laurent, « Non, il n’y a aucune « preuve » de tortures au Bataclan », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  271. Agence France Presse, « Les conclusions de la commission d'enquête sur les attentats de Paris », huffingtonpost.fr, (consulté le 17 juillet 2016)
  272. Thomas Weill, « L'enquête se tourne vers la Belgique », 20 minutes, 16 novembre 2015, p. 2
  273. Jean Quatremer, « Terrorisme : face aux accusations de Paris, la Belgique se rebiffe », liberation.fr, (consulté le 4 mars 2016)
  274. Encore des détonations à Molenbeek : une fenêtre a éclaté selon notre journaliste, le parquet dément l'arrestation de Salah Abdeslam, sur lacapitale.be (consulté le 16 novembre 2015).
  275. Agence France Presse, « Deux personnes inculpées du chef d’attentat terroriste en Belgique », sur Le Soir, (consulté le 4 mars 2016)
  276. « Attentats: l'enquête progresse en France et en Belgique - « Déjà des dysfonctionnements sont à déplorer » », humanite.fr, (consulté le 16 novembre 2015)
  277. Jean-Pierre Stroobants, « Polémique autour des services belges de l’antiterrorisme », sur Le Monde, (consulté le 18 novembre 2015)
  278. Belga, « Attentats de Paris : la Sûreté de l’Etat a fait son travail », sur Le Soir, (consulté le 26 février 2016)
  279. « Salah Abdeslam est toujours en fuite depuis vendredi et les attentats de Paris : J’ai vu Salah à Molenbeek mardi soir », sur lacapitale, (consulté le 19 novembre 2015)
  280. « Un nouveau suspect, vu en compagnie de Salah Abdeslam, recherché », sur France Info, (consulté le 4 mars 2016)
  281. a et b « Attentats de Paris : deux nouveaux suspects inculpés en Belgique », sur Le Figaro, (consulté le 4 mars 2016)
  282. Agence France Presse, « Le niveau d’alerte maximal maintenu à Bruxelles », sur Le Monde, (consulté le 4 mars 2016)
  283. Jean-Pierre Stroobants, « Belgique : pas d’enquête parlementaire sur les services antiterroristes », lemonde.fr, (consulté le 4 mars 2016)
  284. Michaël Bloch, « Pourquoi la police belge a arrêté de surveiller les frères Abdeslam en 2015 », lejdd.fr, (consulté le 26 avril 2016)
  285. (en) Mitch Prothero, « Why Europe Can’t Find The Jihadis In Its Midst », sur https://www.buzzfeed.com/, (consulté le 29 août 2016).
  286. « Opération antiterroriste belgo-française à Bruxelles », lexpress.fr, (consulté le 16 mars 2016)
  287. « Bruxelles, 16h40 : les forces spéciales arrêtent Salah Abdeslam », sur Le Parisien,
  288. Alain Marsaud au Soir: «La naïveté des Belges nous a coûté 130 morts!», lesoir.be, 19 mars 2016
  289. Nations unies - DPI/NMD, « Centre d'actualités de l'ONU - France : l'ONU condamne les attaques terroristes à Paris », sur Centre d'actualités de l'ONU, (consulté le 6 décembre 2015)
  290. a et b service international, « Pour Obama, les attaques de Paris frappent « toute l’humanité » », sur Le Monde, (consulté le 6 décembre 2015)
  291. a et b « Fusillades et explosions à Paris : au moins 30 morts », sur leprogres.fr, .
  292. « Attaques à Paris: nombreuses réactions de solidarité à travers le monde », sur http://www.rfi.fr/France, (consulté le 6 décembre 2015)
  293. Bruxelles2, Nicolas Gros-Verheyde, « Après les attentats sanglants de Paris, choc et solidarité en Europe et ailleurs (Maj) » (consulté le 14 novembre 2015)
  294. « Attentat de Paris : Message de S.A.S. Le Prince Albert II au Président de la République François Hollande », sur monacochanell.mc, (consulté le 14 novembre 2015).
  295. « Belgium Royal Palace on Twitter », Twitter, (consulté le 14 novembre 2015)
  296. https://twitter.com/EndaKennyTD/status/665295474321047552
  297. (pl) « Zamachy w Paryżu: Prezydent Duda złożył kondolencje Francuzom », sur Interia.pl.
  298. « Merkel se dit "profondément choquée" par les attaques de Paris », sur europe1.fr, (consulté le 14 novembre 2015)
  299. « Le Président d'Ukraine a honoré la mémoire des victimes des attentats terroristes à Paris », sur Présidence de L'Ukraine
  300. « Les leaders mondiaux apportent leurs condoléances à la France après une série d'attaques terroristes qui ont fait au moins 120 morts à Paris vendredi soir. », sur http://fr.sputniknews.com/, (consulté le 6 décembre 2015)
  301. Bachal al-Assad : la France vient de vivre ce que la Syrie vit depuis cinq ans, RTL.be, consulté le 14 novembre 2015.
  302. (en) Agence France Presse - Reuters, « Pour Bachar Al-Assad, la politique française a « contribué à l’expansion du terrorisme » », lemonde.fr, (consulté le 29 novembre 2015)
  303. Bachar el-Assad: "La France ne pourra pas lutter contre le terrorisme tant qu'elle sera alliée au Qatar ou l'Arabie saoudite", valeursactuelles.com, 15 novembre 2015
  304. AFP, Christophe Chafcouloff, « Attentats à Paris : une "violation" de "toute éthique, morale et religion" pour l'Arabie Saoudite », sur http://www.rtl.fr/, (consulté le 5 décembre 2015)
  305. « Dois brasileiros são feridos em ataques em Paris, diz Itamaraty », sur O Globo, (consulté le 13 novembre 2015).
  306. a, b et c « Attaques à Paris: condamnations et appels à la solidarité en Afrique », sur http://www.rfi.fr, (consulté le 6 décembre 2015)
  307. « Dans un message de condoléances : Le président de la République condamne énergiquement « les lâches attentats de Paris » », sur http://www.radioalgerie.dz/, (consulté le 6 décembre 2015)
  308. « Attentats terroristes à Paris: condoléances du roi Mohammed VI au président François Hollande », sur http://www.le360.ma/, (consulté le 6 décembre 2015)
  309. Amaury de Rochegonde, « Une Chine pas très nouvelle sur la liberté de la presse », rfi.fr, (consulté le 26 décembre 2015)
  310. « Le pape « bouleversé et attristé » dit à la France combien il lui est proche », sur la-croix.com, (consulté le 14 novembre 2015)
  311. « L’Angélus du pape François sur les attentats parisiens », La Croix,‎ (lire en ligne).
  312. CV-MD, « Une messe pour la France dédiée aux victimes des attentats », sur Radio Vatican, (consulté le 4 avril 2016)
  313. La Croix, Après les attentats, les autorités musulmanes lancent une fatwa contre Daech, 16 novembre 2015
  314. « Iran: l'ayatollah Khamenei dénonce dans une lettre aux jeunes "la duplicité" de l'Occident », sur http://www.rtbf.be/, (consulté le 4 décembre 2015)
  315. « #StrandedInUS: Americans Open Homes to Parisians Stuck in U.S. », sur NBC News (consulté le 14 novembre 2015)
  316. Coline Clavaud-Mégevand, « Attentats à Paris : Facebook déclenche son « Safety Check » », sur 20 minutes, (consulté le 14 novembre 2015)
  317. « Facebook veut permettre aux utilisateurs d’activer eux-mêmes le « safety check » », sur lemonde.fr, (consulté le 30 août 2016).
  318. « Attentats à Paris : Facebook met en place des photos de profil bleu blanc rouge », sur francetv info (consulté le 14 novembre 2015)
  319. a et b Romain Ligneul, « « Changez votre photo de profil » : Facebook et le bleu-blanc-rouge en un clic », sur Rue89, (consulté le 17 novembre 2015).
  320. Sandra Franrenet, « Comment le drapeau français a repris des couleurs », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 19 novembre 2015).
  321. (en) « #Tribute4FrenchToffees campaign calls for tribute to Everton fan killed in Paris attacks », sur le Liverpool Echo,
  322. (en) « Paris attacks: Everton supporters group boss among dead in night of terror in France », sur leMirro,
  323. « L'hommage de Twitter à un fan d'Everton », sur Sofoot.com,
  324. Anne-Laure Barret, « Antoine Leiris : après le 13 novembre, l'amour à perpétuité », lejdd.fr, (consulté le 20 novembre 2016)
  325. « Les Anonymous annoncent des cyberattaques contre l'État Islamique », sur Libération.fr,
  326. Xavier Eutrope, « Face à Daech, Anonymous prépare «l'opération la plus importante jamais réalisée» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  327. « Anonymous prétend avoir réussi à couper 5500 comptes Twitter liés à Daech », sur le Figaro.fr,
  328. (en) « Twitter: Anonymous's lists of alleged ISIS accounts are 'wildly inaccurate' », sur The Daily Dot
  329. « La cyberguerre des Anonymous contre Daech est-elle vraiment efficace ? », sur L'Obs
  330. Nathalie Guibert, « La France a mené ses premières frappes en Syrie », sur http://www.lemonde.fr/, (consulté le 6 décembre 2015)
  331. « 10 chasseurs français ont lâché 20 bombes sur Raqqa le fief de l'État islamique en Syrie », sur YouTube (consulté le 15 novembre 2015).
  332. « DERNIÈRE HEURE : L'armée française réplique à l'État Islamique », sur Ayoye (consulté le 15 novembre 2015).
  333. Benjamin Barthe, A Rakka, l’État islamique « se sert des civils comme boucliers humains », Le Monde, 24 novembre 2015.
  334. « Paris et Moscou se rapprochent et bombardent Daech en Syrie », sur L'Express
  335. Isabelle Mandraud, Crash dans le Sinaï : Poutine admet la piste de l’attentat et promet de « punir » les responsables, Le Monde, 17 novembre 2015.
  336. « La France bombarde le fief de l’Etat islamique à Rakka, en Syrie », sur Le Monde (consulté le 16 novembre 2015)
  337. « François Hollande en tournée diplomatique pour mettre en place une coalition », sur francetv info (consulté le 29 novembre 2015)
  338. « Obama, Poutine, Xi Jinping… La longue semaine de François Hollande l'ovni-président », sur L'Obs (consulté le 29 novembre 2015)
  339. « Déclaration à l'issue du Conseil de défense », sur http://www.elysee.fr/, (consulté le 9 octobre 2016)
  340. CC, « "C'est un acte de guerre" commis par une "armée terroriste, Daech", déclare Hollande », sur Europe 1, (consulté le 27 novembre 2015).
  341. « .Déclaration à l'issue du Conseil de défense », sur http://www.elysee.fr/, (consulté le 6 décembre 2015)
  342. « Attentats à Paris: Pourquoi François Hollande s'adressera au Parlement réuni en Congrès lundi », sur 20 minutes
  343. « Attentats à Paris : Hollande devant le Congrès pour rassembler. », sur http://www.lesechos.fr/, (consulté le 6 décembre 2015)
  344. a, b, c, d et e T.L.G., « Attentats à Paris: Les principales annonces de François Hollande devant le Congrès de Versailles », (consulté le 17 novembre 2015)
  345. a, b et c « Après les attentats de Paris, Hollande prône un « autre régime constitutionnel » », sur http://www.lemonde.fr/, (consulté le 17 novembre 2015)
  346. Mathilde Golla, « Attentats : l'évolution annoncée de la légitime défense saluée par les policiers », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 17 novembre 2015)
  347. Agence France Presse, « Attentats : 815 millions d'euros pour les nouvelles mesures de sécurité », lepoint.fr, (consulté le 30 novembre 2015)
  348. Agence France Presse, « Etat d'urgence : ce que prévoit le projet de réforme constitutionnel de Hollande », francetvinfo.fr, (consulté le 3 décembre 2015)
  349. Valérie Mazuir, « Hollande veut constitutionnaliser la déchéance de nationalité », lesechos.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  350. « La réforme constitutionnelle sera débattue à l’Assemblée à partir du 3 février », lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  351. Guibert et Stroobants 2015
  352. « Nations unies : adoption de la résolution 2249 à l'unanimité », tntv.pf, (consulté le 21 novembre 2015)
  353. Stéphane Baillargeon, « Le journal des témoins : De terribles témoignages livrés à chaud », Le Devoir, Montréal,‎ (lire en ligne)
  354. Marine Le Breton, « #rechercheParis: la recherche des disparus s'organise sur les réseaux sociaux après les attaques à Paris », sur Huffington Post, (consulté le 14 novembre 2015).
  355. Attentats à Paris : sur Twitter, l'insoutenable attente des proches
  356. « Attentats de Paris : après #JesuisCharlie, #JesuisParis », sur Direct Matin
  357. « En Italie, « Je suis Paris » à la « une » d’un journal », sur Le Monde
  358. « #JeSuisParis », sur Twitter
  359. « #dondusang: le tweet d'appel au don du sang qui a suivi les attentats »
  360. « Interview par Europe 1 de l'amicale des donneurs de sang de Paris »,
  361. « www.dondusang.net : site officiel de l'Établissement Français du Sang »
  362. « www.dondusang.paris : l'amicale des donneurs de sang de Paris »
  363. Grégoire Lemarchand, « Le vrai, l’à moitié vrai et le complètement faux ».
  364. « Ces photos trompeuses qui circulent après les attentats du 13 novembre à Paris », sur Le Monde
  365. Grégor Brandy, « Comment Wikipédia a écrit l'histoire des attentats du 13 novembre », Slate, (consulté le 29 novembre 2015)
  366. Thierry Noisette, Fanny Chevalier, « L’onde de choc des attentats du 13 Novembre, jusque dans Wikipédia », sur Rue89, (consulté le 15 décembre 2015).
  367. La moyenne d'âge des victimes est de 35 ans : « Hommage national: «La liberté demande à être servie», assure François Hollande », sur 20 minutes
  368. « La «génération attentats» saura-t-elle retrouver un destin commun? », sur Slate
  369. « Génération bataclan », sur Libération.fr,
  370. « Depuis les attentats, les centres de recrutement militaires voient défiler les candidats », sur France Télévisions
  371. « Attentats : les candidatures pour rejoindre l'armée se multiplient », sur Le Point
  372. « Attentats : les demandes de formation aux premiers secours affluent », sur France Info
  373. « Lens: les demandes de formation aux premiers secours affluent », sur La Voix du Nord
  374. « Message du cardinal André Vingt-Trois », sur notredamedeparis.fr (consulté le 14 novembre 2015).
  375. « Message du cardinal Vingt-Trois suite aux attaques terroristes », sur aleteia.org, (consulté le 14 novembre 2015).
  376. « Le message de solidarité de l'évêque de Saint-Denis », sur Le Parisien, .
  377. « Attentats de Paris - CEF - Conférence des Évêques de France », sur Newspress,
  378. Le cardinal Barbarin « consterné » par la tribune d’un prêtre sur les attentats, La Croix, 24 novembre 2015
  379. « Sanction pour le prêtre qui avait comparé les victimes du Bataclan aux jihadistes », leparisien.fr,
  380. « Attentat à Paris : François Hollande au Bataclan, une centaine de morts, trois terroristes tués », sur 20 minutes,
  381. « L’ACMA prend la parole », aulnaymeritemieux.com, (consulté le 15 novembre 2015)
  382. « Marseille: L'appel de 11 mosquées contre «les amalgames» et les «représailles» », sur 20minutes.fr, (consulté le 16 novembre 2015).
  383. Bernadette Sauvaget, « Appel : Les musulmans de France veulent lever toutes les ambiguïtés », sur Libération.fr,
  384. « Suite aux attentats de Paris, réaction de François Clavairoly, président de la FPF », sur http://www.protestants.org/, (consulté le 12 novembre 2016)
  385. « Message du pasteur Laurent Schlumberger aux Eglises locales et paroisses de l'Eglise protestante unie de France », sur https://www.eglise-protestante-unie.fr/, (consulté le 12 novembre 2016)
  386. « Attentats : hommage dimanche soir aux victimes à la Grande synagogue », europe1.fr, (consulté le 15 novembre 2015)
  387. Bernard Gorce, « Laïcité : passe d’armes entre Valls et Bianco », la-croix.com, (consulté le 20 janvier 2016)
  388. « Nous sommes unis », liberation.fr, (consulté le 16 novembre 2015)
  389. « Nous sommes unis », noussommesunis.com (consulté le 20 janvier 2016)
  390. a et b Sylvain Mouillard et Frantz Durupt, « Laïcité : Manuel Valls crucifie la «ligne Bianco» », liberation.fr, (consulté le 20 janvier 2016)
  391. Stéphanie Marseille, « Attentats de Paris : quelles conséquences pour les écoles et les activités périscolaires ? », lagazettedescommunes.com, (consulté le 10 octobre 2016)
  392. « Scrutin no 443 - séance du 21 juillet 2016 », sur senat.fr.
  393. « Analyse du scrutin no 1327, Première séance du 21/07/2016, Scrutin public sur l'ensemble du projet de loi prorogeant l'application de la loi no 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (texte de la commission mixte paritaire) », sur assemblee-nationale.fr.
  394. Agence France Presse, « François Hollande renonce à la révision constitutionnelle », lepoint.fr, (consulté le 10 octobre 2016)
  395. Marc Rees, « État d’urgence : la France va déroger à la Convention européenne des droits de l’homme », nextinpact.com, (consulté le 10 octobre 2016)
  396. « INFOGRAPHIE. Perquisitions, armes saisies, gardes à vue... Les chiffres de l'Etat d'urgence », sur 20 minutes (consulté le 24 novembre 2015)
  397. « Arrestations injustifiées, fausses alertes… Cinq couacs repérés depuis le début de l'état d'urgence », sur http://www.francetvinfo.fr/, (consulté le 28 novembre 2015)
  398. Christophe Cornevin, « Terrorisme : l'État muscle la sécurité des sites sensibles », lefigaro.fr, (consulté le 28 mars 2016)
  399. David Revault d'Allonnes, « Manuel Valls présente un projet de loi pour renforcer les pouvoirs de la police », lemonde.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  400. Agence France Presse, « L’Assemblée nationale vote massivement le projet de réforme pénale post-attentats », lemonde.fr, (consulté le 9 mars 2016)
  401. « Attentats : 24 agressions anti-musulmanes depuis le 13 novembre », sur leparisien.fr (consulté le 19 novembre 2015)
  402. « Trente-cinq actes anti-musulmans constatés depuis les attentats, selon le gouvernement », sur Libération.fr (consulté le 4 décembre 2015)
  403. Agence France Presse, « Baisse des actes antimusulmans entre janvier et septembre 2016 par rapport à 2015 », sur lemonde.fr, (consulté le 21 octobre 2016)
  404. « La mosquée de Créteil taguée de croix rouge sang », sur Le Parisien, (consulté le 15 novembre 2015)
  405. « Fusillades de Paris : « Célébrer la victoire de la culture sur la barbarie », explique Guy Lefrand, le maire d’Évreux », sur Paris Normandie, (consulté le 16 novembre 2015)
  406. « Pontivy : après les violences, quatre plaintes déposées », sur France Bleu (consulté le 22 novembre 2015)
  407. S. Salliou, « Pontivy (56): des heurts lors d'une manifestation anti-étrangers », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne).
  408. « Pontivy. Le préfet du Morbihan confirme : « aucune plainte pour agression raciste » », sur breizh-info.com (consulté le 19 novembre 2015)
  409. « Nord : un Turc blessé par balle pour sa couleur de peau », sur Le Figaro, (consulté le 17 novembre 2015)
  410. Agence France Presse, « Islamophobie : une jeune femme voilée agressée à Marseille », lepoint.fr, (consulté le 19 novembre 2015)
  411. « Marseille : "Ils ont commencé à taillader mes avant-bras", raconte l'enseignant juif agressé », sur France Télévisions
  412. A-S. H., « Enseignant juif agressé à Marseille : ce que l'on sait », nouvelobs.com, (consulté le 1er mars 2016)
  413. Alexandre Decroix, « Marseille : un enseignant d'une école juive agressé au couteau par trois hommes », lci.tf1.fr, (consulté le 1er mars 2016)
  414. a et b Luxc Leroux, « Six mois de prison avec sursis pour l’enseignant juif accusé d’avoir inventé son agression », lemonde.fr, (consulté le 12 mai 2016)
  415. Agence France Presse, « Un prof d'une école juive et une femme voilée agressés à Marseille », lefigaro.fr, (consulté le 19 novembre 2015)
  416. Agence France Presse, « Agression contre un juif et une musulmane : Hollande appelle à une réaction « impitoyable » », respectmag.com, (consulté le 19 novembre 2015)
  417. « Un enseignant mis en garde à vue pour dénonciation mensongère d’une agression antisémite », lemonde.fr, (consulté le 1er mars 2016)
  418. Rédaction RT, « Un couple franco-syrien met les réseaux sociaux en émoi avec un cliché plein d'espoir », RT,‎ (lire en ligne)
  419. Hamid Sulaiman et Aurélie Ruby, « Couple franco-syrien, nous subissons les guerres : notre photo célèbre l'amour », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  420. « Attentats à Paris : American Airlines assure maintenir ses vols vers Paris », sur Le Parisien
  421. « Attentats à Paris: des vols vers la capitale française retardés », Les Affaires, Montréal,‎ (lire en ligne)
  422. Eric Nunès, « A l’université Paris-XIII : « Cette fois, cela aurait pu être nous » », lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  423. « Métros, trains, universités… journée de psychose en France », lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  424. « INFO FRANCETV INFO. La fréquentation a chuté de près de 10 % sur le réseau RATP depuis les attentats de vendredi », France Télévisions, (consulté le 20 novembre 2015).
  425. « L'Insee prévoit un impact limité des attentats sur la croissance », sur fr.reuters.com, Reuters, (consulté le 18 décembre 2015).
  426. Vincent Vérier, « La taxe attentat augmente de 1,60 € », leparisien.fr, (consulté le 20 octobre 2016)
  427. Laurence Girard, Nicole Vulser, Claire Guillot et Denis Cosnard, « Attentats du 13 novembre : Paris craint d’être vidée de ses touristes », lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  428. « Depuis les attentats, baisse de 80 % des ventes de billets de concert à Paris », France Télévisions, (consulté le 20 novembre 2015).
  429. « Le tourisme, premier secteur économique touché par les attentats », sur France Info (consulté le 21 novembre 2015)
  430. a et b Christophe Alix, « Tourisme : un passage à vide et des failles structurelles », liberation.fr, (consulté le 25 novembre 2016)
  431. « La SNCF chiffre l'impact des attentats jusqu'à 300 millions d'euros pour son budget 2016 », latribune.fr, (consulté le 21 décembre 2015)
  432. « Lambres-lez-Douai : les Autocars Douaisiens subissent le contrecoup des attentats parisiens », sur La Voix du Nord
  433. « Aéroports de Paris : le trafic recule de 1,8 % en novembre, plombé par les attentats », sur Europe 1
  434. « Attentats : trafic en baisse dans les aéroports de Paris », sur Boursorama
  435. « Attentats : les répercussions s’étendent à la restauration parisienne », sur Les Échos
  436. « Attentats: la fréquentation des restaurants accuse le coup à Paris », sur Les Échos
  437. Justin Boche, « Fête des Lumières annulée et transformée en hommage aux victimes », lyoncapitale.fr, (consulté le 19 novembre 2015)
  438. « Malaise autour de l'opération commerciale du «Black Friday» en France », sur Le Figaro
  439. Lloyd Chéry, « À Montmartre, Paris n’est plus une fête », Bondy Blog, (consulté le 19 avril 2016)
  440. « Attentats à Paris : "Continuons à travailler, consommer et vivre", dit Martine Pinville en visite dans les grands magasins », sur RTL
  441. « Attentats : baisse de 50 et 30 % de la fréquentation aux Galeries Lafayette et au Printemps à Paris », sur Les Échos
  442. Yves Jaéglé, « Les musées parisiens en manque de touristes », leparisien.fr, (consulté le 9 janvier 2017)
  443. Rossana Di Vincenzo, « Grèves, attentats, inondations... En 2016, les touristes ont déserté Paris », telerama.fr, (consulté le 25 novembre 2016)
  444. « Minée par les attentats, la région Paris Ile-de-France perd 1,5 million de touristes en 2016 », lemonde.fr, (consulté le 22 février 2017)
  445. « Une hausse record pour le tourisme francilien », echoidf.fr, (consulté le 4 septembre 2017)
  446. « Très sollicitées depuis les attentats de Paris, les entreprises de sécurité cherchent des agents. 7.500 à 10.000 postes sont à pourvoir, selon France Info », sur L'Obs
  447. « Les entreprises de sécurité largement sollicitées depuis les attentats de Paris », sur France Télévisions
  448. Julie Clarini, « « Traité sur la tolérance » et « Paris est une fête », best-sellers inattendus », lemonde.fr, (consulté le 27 décembre 2015)
  449. « Attentats à Paris : "Paris est une fête" s'arrache dans les librairies », sur francetvinfo.fr,
  450. « Attentats de Paris: Les ventes de drapeaux français ont plus que doublé », sur 20 minutes
  451. « Après les attentats de Paris, le drapeau tricolore s'offre une nouvelle jeunesse », sur Les Échos
  452. « Après les attentats de Paris, le business des produits dérivés », sur Le Point
  453. Lionel Costes, « Refus de l’INPI d’enregistrer les marques "PRAY FOR PARIS" ou "JE SUIS PARIS" », Actualité du droit, (consulté le 24 novembre 2015)
  454. « Attentats à Paris : la mairie de Paris bloque les aides de la Casa Nostra, après la vente de la vidéo de surveillance », sur RTL
  455. « Attentats à Paris : le patron de Casa Nostra accuse un cousin éloigné d'avoir vendu ses images de télésurveillance », sur RTL
  456. « La pizzeria Casa Nostra ne recevra pas d’aide de la mairie de Paris », sur Les Échos
  457. a et b « Attentats : les cotes de popularité de Hollande et Valls en forte hausse », sur Le Parisien (consulté le 1er décembre 2015)
  458. Michaël Bloch, « Régionales : "Les attentats ont eu tendance à amplifier la dynamique FN" », lejdd.fr, (consulté le 26 novembre 2015)
  459. Hervé Gattegno, « Le grand perdant des régionales, c’est François Hollande », vanityfair.fr, (consulté le 31 décembre 2015)
  460. Ilan Caro, « Régionales : le Front national ne dirigera aucune région, Marine Le Pen rate son pari », francetvinfo.fr, (consulté le 21 janvier 2016)
  461. a et b Dominique Albertini, « Terrorisme : « Dans l'opinion, les cliquets sautent les uns après les autres » », liberation.fr, (consulté le 15 juillet 2016)
  462. « Programme 13-Novembre », sur Programme 13-Novembre (consulté le 16 novembre 2016)
  463. « Inserm u1061 », sur inserm-neuropsychiatrie.fr (consulté le 16 novembre 2016)
  464. Eric Pelletier, « 13 Novembre, le programme de recherche inédit sur la mémoire des attentats », leparisien.fr, (consulté le 6 octobre 2016)
  465. « Trois jours de deuil national: du jamais-vu sous la Ve République », sur Le Figaro
  466. « Attentats à Paris. L'UE appelle à observer une minute de silence lundi », sur Ouest-France
  467. « Création de la Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme », legiondhonneur.fr, (consulté le 18 juillet 2016)
  468. Agence France Presse, « Des roses blanches au Stade de France en hommage aux victimes des attentats », lexpress.fr, (consulté le 14 octobre 2016)
  469. Emeline Cazi et David Revault d'Allonnes, « Hommage aux Invalides pour les victimes des attentats », sur Le Monde, (consulté le 27 novembre 2015).
  470. « Attentats à Paris : un hommage national sera rendu aux victimes du 13 novembre aux Invalides », sur RTL
  471. a et b En direct - Attentats : « Nous multiplierons les chansons, les concerts, les spectacles », dit Hollande sur le site du Figaro
  472. « La Marseillaise interprétée par l’Académie de l’Opéra de Paris et le Chœur de l’Armée » Vidéo YouTube par BFM TV
  473. « Hommage national : Edgar Moreau joue Bach », (consulté le 29 novembre 2015)
  474. Agence France Presse, « Lors d'une cérémonie très sobre, le président a promis de mettre "tout en œuvre" pour "détruire l'armée des fanatiques" de Daech », lepoint.fr, (consulté le 27 novembre 2015)
  475. « Hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre. (Hôtel national des Invalides) », elysee.fr, (consulté le 30 novembre 2015)
  476. « Attentats : le chêne du souvenir planté ce mercredi place de la République à Paris », sur Le Parisien,
  477. David Revault d'Allonnes, « François Hollande rend hommage aux victimes du terrorisme aux Invalides », sur Le Monde, (consulté le 6 octobre 2016)
  478. « Les salles parisiennes ont rouvert lundi, à l'image de l'Opéra Bastille », Laurent Marsick, Charlie Vandekerkhove, RTL, 17 novembre 015
  479. « Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 », Opéra national de Paris, 17 novembre 2015
  480. (en) Alistair McGeorge, « Madonna pays tribute to victims of Paris terror attacks with moving La Vie En Rose performance », sur Daily Mirror, (consulté le 11 mai 2016).
  481. « Solidarité et hommages dans les salles de concert du monde entier », ResMusica, 15 novembre 2015
  482. « "Fluctuat nec mergitur" : d'où vient la devise de Paris qui prend tout son sens après les attentats ? », sur Metronews
  483. « "Fluctuat nec mergitur" : la devise de Paris devient un slogan de résistance », Le Monde, 15 novembre 2015-
  484. « En Argentine, aux États-Unis ou sur Twitter, l'hommage du monde du sport », metronews.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  485. « En direct - Attentats de Paris: le monde du sport poursuit son hommage aux victimes », rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 17 novembre 2015)
  486. « Un hommage à la France au Centre Bell », sur RDS (consulté le 15 novembre 2015)
  487. Jeanne F., « Google, Apple, Youporn : Ils modifient leur logo pour rendre hommage aux victimes de Paris », sur Meltybuzz, .
  488. Ariane Gaudefroy, « Attentats : les marques invitées à faire silence, le temps du deuil », sur Les Échos, (consulté le 22 novembre 2015).
  489. Xavier Allain, « Les télévisions et radios «mobilisés», les logos barrés de noir », sur Le Figaro, (consulté le 24 novembre 2015).
  490. « Rassemblements prévus, spontanés, ou annulés... », sur Paris Match
  491. (en) « Thousands attend vigil in Trafalgar Square to honour those killed and wounded in Paris attacks », sur Evening Standard
  492. N.Beu., « Attentats à Paris: Une statue «Génération Bataclan» érigée grâce à vous? », sur 20 minutes, (consulté le 7 décembre 2015).
  493. Solène Bertrand, « Attentats. Hommage national. Une association milite pour un mémorial pour les victimes », sur Normandie Actu, (consulté le 7 décembre 2015).
  494. Priscilla Peyrot, « L'hommage aux victimes de Paris : la douleur de Céline Dion aux AMA 2015 », sur parismatch.com, Paris Match, (consulté le 20 novembre 2016)
  495. Aline Leclerc et Sylvie Kauffmann, « Un Mémorial pour les morts du 13 novembre », sur Le Monde, (consulté le 29 novembre 2015).
  496. Sabrina Silamo, « Le drôle de cadeau de Jeff Koons à la Ville de Paris », telerama.fr, (consulté le 24 novembre 201)
  497. Agence France Presse, « Le Bataclan rouvrira ses portes le 12 novembre avec un concert de Sting », lemonde.fr, (consulté le 4 novembre 2016)
  498. Laurent Carpentier, « Un an après les attentats, Sting au Bataclan pour une liesse cathartique », lemonde.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  499. a et b « Responsables politiques et anonymes commémorent les attentats du 13-Novembre », lemonde.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  500. « 13-Novembre. "Vive la tolérance" : les mots du fils d'une victime », ouest-france.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  501. Claire Bommelaer, « Attentats du 13 novembre: quel monument pour se souvenir? », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 12 novembre 2016)
  502. a, b et c « Commémorations du 13-Novembre : le déroulement des cérémonies », sur http://www.francetvinfo.fr/, (consulté le 13 novembre 2016)
  503. « De Saint-Denis à Paris: revivez la journée des commémorations du 13 novembre », lexpress.fr, (consulté le 13 novembre 2016)

Voir aussi

Bibliographie

Étal de livres sur le terrorisme en novembre 2016.
  • Zineb El Rhazoui (auteur), Marie Pinsard (avec la contribution de), 13 - Zineb raconte l'enfer du 13 novembre avec 13 témoins au coeur des attaques, Paris, Ring, , 296 p. (ISBN 979-1091447454)
  • Antoine Leiris, Vous n'aurez pas ma haine, Paris, Fayard, (ISBN 2213701296)
  • Georges Salines, L'Indicible de A à Z, Paris, Seuil, (ISBN 2021334201)
  • Gregory Reibenberg, Une Belle Équipe, Paris, Heliopoles, (ISBN 2919006509)
  • Frédéric Ploquin (auteur), Matthieu Langlois (avec la contribution de), Médecin du RAID : Vivre en état d'urgence, Paris, Editions Albin Michel, , 201 p. (ISBN 2226391886)
  • Anne-Clémentine Larroque, Charles Nadaud, Jean-Baptiste Guégan, Sortir du Bataclan - Récit et analyses, Paris, Bréal, , 200 p. (ISBN 2749535980)
  • Anne Giudicelli, Luc Brahy, 13-11 reconstitution d'un attentat, Paris 13 novembre 2015, Paris, Delcourt, , 144 p. (ISBN 978-2-7560-8381-0, lire en ligne)
  • Collectif, Je suis Paris, Paris, Michel Lafon, , 144 p. (ISBN 2749931703) - Recueil de 1 000 témoignages déposés sur les lieux.
  • Gilles Kepel, La Fracture, Paris, coédition Gallimard / France Culture, , 288 p. (ISBN 9782072701290)

Rapports

  • Rapport de la commission d'enquête parlementaire présidée par Georges Fenech rapporteur Sébastien Pietrasanta,  :
    • Tome 1 - Rapport et recommandations, 434 p. (lire en ligne)
    • Tome 2 - Comptes rendus des auditions, 983 p. (lire en ligne)

Articles connexes

Articles complémentaires, directement liés aux attentats du 13 novembre :

Articles plus généraux :

Liens externes

  • Notices d'autorité : Bibliothèque nationale de France (données)
  • « La carte des attaques du vendredi 13 novembre », infographie [image], sur Les Échos, .
  • François Molins, « Attentats de Paris : le point sur l'enquête 24 heures après les faits », sur Le Figaro,
  • « Conférence de presse du procureur François Molins au lendemain des attentats de Paris », sur YouTube : vidéo plus complète de la conférence de presse de François Molins.
  • « Attaques à Paris : huit intox qui circulent sur le web », sur Francetv info, .
  • « #EnMémoire », sur lemonde.fr, .
  • « Parisiens rendent hommage aux victimes place de la République le 15 novembre 2015 », sur YouTube: vidéo la plus complète des chants et des slogans