Attentats de Volgograd des 29 et 30 décembre 2013

(Redirigé depuis Attentats de décembre 2013 à Volgograd)
Attentats de Volgograd
Image illustrative de l'article Attentats de Volgograd des 29 et 30 décembre 2013
Vue des dégâts au niveau de l'entrée de la gare de Volgograd devant laquelle les secouristes s'affairent.

Localisation Volgograd
Cible Civils
Coordonnées 48° 42′ 45″ nord, 44° 30′ 49″ est
Date 29 et
12 h 45 (UTC+4)
Type Attentat-suicide
Armes Gilet explosif
Morts 33 (+ 2 auteurs)
Gare de Volgograd : 17
Trolleybus de Volgograd : 14[1]
Blessés 85
Gare de Volgograd : 44[2]
Trolleybus : 41[1]
Auteurs Oksana Aslanova (Gare)
Pavel Petchenkine (Trolleybus)
Mouvance Terrorisme islamiste
Indépendantisme caucasien

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Attentats de Volgograd des 29 et 30 décembre 2013

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Volgograd

(Voir situation sur carte : Oblast de Volgograd)
Attentats de Volgograd des 29 et 30 décembre 2013

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Attentats de Volgograd des 29 et 30 décembre 2013

Les attentats de Volgograd sont deux attentats-suicides survenus les 29 et à Volgograd, en Russie. Le premier attentat a lieu à la gare de Volgograd, causant la mort de 16 personnes et en blessant une cinquantaine d'autres. Le second se déroule dans le raïon (district) de Dzerjinsk, dans un trolleybus, tuant 14 personnes.

Contexte

Le premier attentat survient à six semaines du début des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi[3]. Il ravive le spectre de celles qu'on surnomme les « veuves noires » (parce qu'elles sont veuves, en l'occurrence de terroristes islamistes, et par analogie avec ce type d'araignées). Elles constituent des armes privilégiées de la rébellion islamiste caucasienne : depuis 1999, plusieurs attentats suicides ont été perpétrés par des femmes ; en 2004, un double attentat-suicide avait détruit deux avions de lignes après leurs décollages, tuant 90 personnes, et en 2010, un double attentat suicide dans le métro de Moscou avait emporté 40 vies[4], avant d'être revendiqué par la rébellion caucasienne[5].

Dans une vision à court terme, l'objectif annoncé est de perturber si ce n'est d'annuler la tenue des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi. Dans cette optique, durant l'été 2013, Dokou Oumarov, chef des rebelles islamistes du Caucase avait prévenu Vladimir Poutine de l'imminence de frappes dans une vidéo[6]. Un attentat-suicide commis par une islamiste du nom de Naïda Assiyalova survient le 21 octobre 2013 dans un autobus traversant le district de Krasnaïa Armia de Volgograd. Il fait huit morts (dont la terroriste). Les victimes sont en majorité de jeunes étudiants entre 16 et 22 ans[7],[8].

Attaques

Gare de Volgograd

Le 29 décembre 2013, un attentat-suicide a lieu à la gare de Volgograd (gare no 1) dans la ville de Volgograd, capitale de l'oblast de Volgograd, au sud de la Russie, tuant 17 personnes et en blessant une quarantaine d'autres. L'attaque est perpétrée par une femme[9],[10],[11], bien qu'aucune identification sur le sexe de l'auteur de cet attentat n'ait été prise en compte[12], et que certains médias l'ait identifié comme étant un homme[13]. Aucun groupe ne revendique ces attaques, mais les autorités russes affirment l'hypothèse d'une attaque terroriste[14].

À 12 h 45 (heure locale de Moscou)[15], l'auteur de l'attentat, identifié par les autorités comme étant Oksana Aslanova[9] déclenche sa ceinture explosive d'une puissance équivalente à 10 kg de TNT à la gare de Volgograd[16], tuant 17 personnes et blessant 44 autres, dont 38 sont hospitalisées[2]. L'agence ITAR-TASS explique que l'explosion s'est déclenchée près des portiques de sécurité à l'entrée de la gare[17].

Trolleybus

Une seconde attaque-suicide survient le 30 décembre 2013 à h 23 (heure locale), ciblant un véhicule du réseau de trolleybus de Volgograd, au moment de son passage près des supermarchés[1],[18]. D'après les images d'amateurs, l'explosion s'est produite à l'arrière du trolleybus. Les premiers constats rapportent la mort d'une cinquantaine de personnes[19] ; les derniers constats font état de 14 morts et 41 blessés[1]. Selon les autorités, le « kamikaze » est un individu identifié sous le nom de Pavel Petchenkine[20], âgé de 32 ans lors de l'attaque. Originaire de Voljsk, il a épousé la cause des islamistes combattants du Daghestan début 2012 et s'est converti à l'islam en prenant le nom d’Ansar Ar-roussi[21].

Réactions

Intérieures

Le président Vladimir Poutine a immédiatement présenté ses condoléances aux familles des victimes, et a dépêché un avion pour transporter les blessés graves à Moscou. Le gouverneur de l'oblast a décrété cinq jours de deuil pour les victimes[22]. Le ministre de l'intérieur a quant à lui ordonné un renforcement des mesures de sécurité dans toutes les infrastructures de transport du pays[23]. Le secrétaire du conseil de sécurité de Russie Nikolaï Patrouchev a mis sur pied une réunion d'urgence de l'organisation nationale anti-terroriste pour faire le point sur la situation du terrorisme en Russie, et des contre-mesures envisageables[24].

Le comité d'enquête a rapidement établi que les explosifs utilisés lors des deux attaques étaient identiques, ce qui accréditait encore davantage la thèse du lien entre les deux attaques[25].

Le 1er janvier 2014, Vladimir Poutine s'est rendu à Volgograd après son intervention télévisée du nouvel an. Il y a déclaré que « ce crime abominable qui a été commis ici à Volgograd n’appelle aucun commentaire supplémentaire […] Peu importe ce que peuvent dire les criminels pour tenter de justifier leurs actes, il n’y a aucune justification pour des crimes commis contre des civils, surtout des femmes et des enfants. » Après avoir déposé une gerbe de fleurs, le président s'est rendu à l’hôpital au chevet des victimes[26]. Par la suite, il a convoqué les responsables locaux pour faire le point sur la sécurité, saisissant l'occasion de rappeler la détermination de la Russie dans la lutte contre le terrorisme.

Internationales

Organisations internationales :

  • Drapeau des Nations unies ONU : Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exprimé ses condoléances par téléphone à Vladimir Poutine, et le service de presse a communiqué que « Le secrétaire général est bouleversé par la nouvelle des attentats effrayants commis en Russie. Il condamne résolument les crimes en exprimant ses condoléances profondes aux familles des victimes ainsi qu’au gouvernement et au peuple de la Fédération de Russie »[27].
  • Flag of NATO.svg OTAN : Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, « condamne fermement l'attentat terroriste » lors d'un communiqué. Il ajoute qu'« il ne peut y avoir aucune justification à de tels attentats barbares[28]. ».
  • Olympic flag border.png : Le Comité international olympique a exprimé sa solidarité envers les victimes et reste convaincu que les services de sécurité russes seront à la hauteur des JO de Sotchi[29].

États :

  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : Le président Viktor Ianoukovitch déclare que « Nous partageons le chagrin de ceux qui ont perdu leurs proches et condamnons catégoriquement toute manifestation du terrorisme[30]. ».
  • Les pays baltes (l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie) présentent également leurs condoléances aux familles des victimes. Le président estonien Toomas Hendrik Ilves ajoute « Cette tragédie survenue à quelques jours du Nouvel an, lorsque beaucoup de gens rentrent chez eux pour les fêtes, est particulièrement affreuse[30]. ».
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : Le porte-parole du département d'État a déclaré que « Les États-Unis condamnent dans les termes les plus forts l'attaque terroriste perpétrée aujourd'hui à Volgograd », en ajoutant que « Nos plus sincères condoléances vont aux familles des victimes, et nous restons solidaires avec le peuple russe contre toute forme de terrorisme »[31].
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : Le président Xi Jinping, condamnant fermement l'attaque, a présenté ses condoléances à Vladimir Poutine ainsi qu'aux victimes[32],[33].
  • Drapeau de la France France : François Hollande a qualifié l'attentat de « terrible attentat »[34]. La diplomatie complétait que « La France condamne fermement l'attentat survenu aujourd'hui à Volgograd. Nous exprimons nos plus vives condoléances aux familles des victimes. En ce moment difficile, la France assure les autorités et le peuple russe de sa solidarité »[35].
  • Drapeau de la Grèce Grèce : Athènes a évoqué une « action terroriste barbare »[36].
  • Drapeau du Chili Chili : « Le gouvernement chilien condamne dans les termes les plus forts les attaques terroristes » et transmet « [...] au gouvernement et au peuple de la Fédération de Russie [ainsi qu'aux] familles des victimes ses plus sincères condoléances et sentiments de solidarité. » Dans ce même communiqué, le Chili réaffirme le terrorisme comme étant inacceptable, et appelle à renforcer les coopérations internationales[37].
  • Drapeau de la Colombie Colombie : Par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, la gouvernement condamnait les attaques perpétrées à Volgograd, et présentait ses condoléances aux familles des victimes. La Colombie soulignait alors qu'elle « [...] estime que la lutte contre le terrorisme doit être une priorité pour tous les pays, qui devraient prendre des mesures conjointes pour être vraiment efficaces dans ce domaine. »[38].
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : Le gouvernement espagnol « envoie ses plus sincères condoléances aux victimes et à leurs familles, et pour les personnes et les autorités russes [et] exprime sa pleine solidarité et son soutien dans la lutte contre le fléau du terrorisme, phénomène qui doit être combattu avec tous les outils fournis par la primauté du droit et de la coopération internationale. »[39].
  • Drapeau de l'Argentine Argentine : Le ministère des Affaires étrangères a publié une déclaration dans laquelle il a indiqué que l'Argentine exprime sa « ferme condamnation de l'attaque terroriste », ajoutant que « [...] le peuple argentin offre ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et exprime sa solidarité avec les blessés [...], ainsi qu'aux citoyens et au gouvernement de la Fédération de Russie ». Plus globalement, l'Argentine réaffirmait « [...] sa conviction que tous les auteurs d'actes terroristes doivent être jugés selon les lois du pays attaqué et du droit international. » [40].
  • Drapeau d’Israël Israël : Le président Shimon Peres a exprimé ses condoléances au président russe Vladimir Poutine tout en condamnant fermement les actions des terroristes[41].
  • Drapeau de la Serbie Serbie : Le président Tomislav Nikolić ainsi que son Premier ministre Ivica Dačić ont envoyé un télégramme de condoléance au Premier ministre russe[42].
  • Drapeau de la Croatie Croatie : Le président croate Ivo Josipović a demandé à Vladimir Poutine de « recevoir les condoléances profondes et les regrets sincères du peuple croate »[43].
  • Drapeau du Mexique Mexique : Le président mexicain Enrique Peña Nieto a condamné les attentats et a exprimé ses condoléances « au peuple et au gouvernement de la Fédération de Russie » sur son compte Twitter[44].
  • Drapeau de l'Iran Iran : Téhéran a transmis ses condoléances aux proches des victimes par l'intermédiaire de son ministre des Affaires extérieures[45].
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : La chancelière Angela Merkel a transmis à M. Poutine sa compassion, et Joachim Gauck, président fédéral a ajouté dans son courrier « Je condamne ces actes ignobles de terrorisme et de destruction qui portent atteinte à l'humanité. Au nom de mes compatriotes, je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances. »[46].
  • Drapeau de la Syrie Syrie : Par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, présentant ses condoléances, Damas faisait savoir à Moscou qu'elle condamnait la double attaque, qui intervient dans un danger croissant de terrorisme à travers le monde, ajoutant qu'elle « exprime sa profonde préoccupation face au développement du terrorisme international et les crimes brutaux qu'il cause aux citoyens innocents »[47].
  • Drapeau de la Belgique Belgique : Le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders « présente ses condoléances aux familles et amis des victimes ainsi qu’au gouvernement de la Fédération de Russie » et « espère que les autorités trouveront les responsables afin de les poursuivre en justice. »[48].
  • Drapeau de l'Italie Italie : Le président Giorgio Napolitano « souhaite présenter personnellement et au nom du peuple italien l'expression de ses condoléances ». Dans son courrier, il condamnait les attaques, tout en rappelant la ferme opposition de l'Italie face au terrorisme[49].
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam : Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, répondant aux journalistes, affirmait que le Viêt Nam condamnait fermement les attaques et présentait ses plus profondes condoléances au peuple russe ainsi qu'aux victimes, espérant que la condamnation des coupables. Dans la même journée, le président adressait ses condoléances à son homologue russe[50].
  • Drapeau du Pakistan Pakistan : Dans un communiqué du ministère des affaires étrangères, le Pakistan « condamne fermement l'attentat terroriste à la gare de Volgograd qui a donné lieu à de multiples morts et blessés » et « [...] adresse ses condoléances aux familles des victimes et sympathise avec toutes les personnes blessées dans cet acte barbare. »[51].
  • Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis : Par l'intermédiaire d'un communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères transmettant les condoléances, les « Émirats arabes unis condamnent dans les termes les plus forts cette attaque terroriste et appellent la communauté internationale à la concertation dans la lutte contre le terrorisme pour lutter et éradiquer le terrorisme, une menace pour la sécurité et la stabilité. »[52].
  • Drapeau de Bahreïn Bahreïn : Le royaume dénonce les attaques perpétrées et exprime son entier soutien au gouvernement russe et à ses actions dans la lutte anti-terroriste[52].
  • Drapeau de l'Égypte Égypte : Nabil Fahmy, à la tête du ministère des Affaires étrangères a envoyé un télégramme à son homologue russe pour condamner les attaques et présenter ses condoléances[52].
  • Drapeau de l'Inde Inde : Dans une lettre adressée au président russe, le Premier ministre indien faisait part de ses condoléances. Il ajoutait que « L'Inde condamne fermement ces attaques terroristes contre des civils innocents. Ces attaques constituent une grave violation des droits de l'Homme, et un crime contre l'humanité déraisonné. »[52].

Enquête

Le , les autorités font connaître l'identité des deux kamikazes : Asker Samedov et Souleïman Magomedov. Dans ce même communiqué, le lien avec le conflit au Daghestan et les menaces contre les Jeux olympiques de Sotchi sont retenus, car ils sont évoqués dans une vidéo d'adieu des kamikazes. Enfin, deux personnes qui avaient transporté les auteurs des attaques sont arrêtées[53].

Notes et références

  1. a, b, c et d (en) « Consecutive Volgograd suicide bombing kills at least 14 », sur RT News, (consulté le 30 décembre 2013).
  2. a et b (en) « Suicide bombing kills at least 17 in Russia's Volgograd (video) », sur RT, (consulté le 30 décembre 2013).
  3. « Russie: au moins 16 morts lors d'un attentat suicide dans le sud du pays », sur http://tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 29 décembre 2013).
  4. « Russie: au moins 17 morts lors d'un attentat suicide dans le sud du pays », sur L'Express, (consulté le 30 décembre 2013).
  5. « La Russie frappée par un attentat meurtrier », sur Le Figaro, (consulté le 29 décembre 2013).
  6. « Attaques terroristes à Volgograd avant les Jeux olympiques de Sotchi », sur Le monde, (consulté le 30 décembre 2013).
  7. (en) « 5 killed in Russia bus explosion; suicide bombing suspected », sur Cable News Network (CNN), .
  8. « Blast kills bus passengers in Russia », sur Al Jazeera America, .
  9. a et b (en) RT, « Volgograd railway station blast », (consulté le 29 décembre 2013).
  10. (en) « Female suicide bomber kills 13 at Russian train station », sur Reuters (consulté le 29 décembre 2013).
  11. (en) « 14 die as second bomb attack in 2 months strikes Russian city », sur CNN (consulté le 29 décembre 2013).
  12. (en) « 'Suicide bomber' hits Russia's Volgograd train station », sur BBC News, (consulté le 29 décembre 2013).
  13. (en) Ragozin, Leonid, « Volgograd train station rocked by suicide bombing », sur The Guardian, (consulté le 29 décembre 2013).
  14. (en) « Russian police kill suspected Volgograd bus bomber in shootout: media », sur Reuters (consulté le 29 décembre 2013).
  15. (ru) « Названа мощность взрыва на волгоградском вокзале », sur Lenta.ru,‎ (consulté le 29 décembre 2013).
  16. (en) « Caught on CCTV: Moment of Volgograd railway station explosion (VIDEO) », sur RT (consulté le 29 décembre 2013).
  17. (en) « Female suicide bomber attack in Volgograd, Russia, as Sochi Winter Olympics approach », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 29 décembre 2013).
  18. (fr) « Au moins quatorze morts lors d'une explosion dans un trolleybus à Volgograd », sur Le monde, (consulté le 30 décembre 2013).
  19. (en) « Volgograd blasts: New deadly explosion hits Russian city », sur BBC (consulté le 30 décembre 2013).
  20. (fr) « Attentat de Volgograd : le kamikaze identifié », sur La voix de la Russie, (consulté le 30 décembre 2013).
  21. Claude Fouquet, « Volgograd : les auteurs des deux attentats auraient été identifiés », sur lesechos.fr, (consulté le 30 décembre 2013).
  22. (en)« Volgograd blasts: Second suicide bomb hits Russia city », sur bbc.co.uk, (consulté le 31 décembre 2013)
  23. « Au moins quatorze morts lors d'une explosion dans un trolleybus à Volgograd », sur lemonde.fr, (consulté le 31 décembre 2013)
  24. (en)Henry Meyer & Ben Priechenfried, « Russia Bombings Raise Specter of Olympics Terrorist Attacks », sur businessweek.com, (consulté le 31 décembre 2013)
  25. (en)« Volgograd blasts: IOC 'confident' Games will be safe », sur bbc.co.uk, (consulté le 1er janvier 2014)
  26. AFP, « Russie: Poutine en visite surprise à Volgograd dénonce des attentats «abominables» », sur liberation.fr, (consulté le 1er janvier 2014)
  27. « La communauté mondiale est bouleversée par les attentats à Volgograd », sur french.ruvr.ru, (consulté le 31 décembre 2013).
  28. (fr) « Russie: attentat dans la gare de Volgograd, au moins 16 morts », sur BFM TV, (consulté le 30 décembre 2013).
  29. (en)« 16 Killed In Suicide Bombing In Russia's South », sur NPR. Retrieved, .
  30. a et b (fr) « Volgograd frappée par un attentat terroriste », sur Rianovosti, (consulté le 30 décembre 2013).
  31. « Les États-Unis condamnent l'attaque terroriste à Volgograd », sur french.cri.cn, (consulté le 30 décembre 2013).
  32. « Explosions à Volgograd : le président chinois présente ses condoléances à la Russie », sur french.china.org.cn, (consulté le 30 décembre 2012).
  33. « La Chine condamne "fermement" les attentats terroristes à Volgograd », sur french.china.org.cn, (consulté le 30 décembre 2013).
  34. « Russie: au moins 17 morts lors d'un attentat suicide dans le sud du pays », sur lemainelibre.fr, 730 décembre 2013 (consulté le 30 décembre 2013).
  35. « Volgograd: Paris condamne l'attentat de dimanche », sur fr.ria.ru, (consulté le 30 décembre 2013).
  36. « Russie: au moins 17 morts lors d'un attentat suicide dans le sud du pays », sur lemainelibre.fr, 730 décembre 2013 (consulté le 30 décembre 2013).
  37. (es)« Gobierno de Chile condena atentados terroristas en Rusia », sur minrel.gob.cl, 430 décembre 2013 (consulté le 31 décembre 2013).
  38. (es)« Comunicado del Ministerio de Relaciones Exteriores rechazando los atentados perpetrados en la Federación Rusa », sur cancilleria.gov.co, (consulté le 31 décembre 2013).
  39. (es)« El Gobierno condena el nuevo atentado terrorista en Volgogrado », sur lamoncloa.gob.es, (consulté le 31 décembre 2013).
  40. (es)« Cancillería condenó el ataque terrorista en Volgogrado », sur ambito.com, (consulté le 31 décembre 2013)
  41. (es)« Minuto a minuto: Los dos atentados en Volgogrado dejan al menos 34 muertos », sur actualidad.rt.com, (consulté le 31 décembre 2013)
  42. (sr)« Nikolić i Dačić izjavili saučešće povodom zločina u Volgogradu », sur blic.rs, (consulté le 31 décembre 2013).
  43. (hr)« Predsjednik Josipović uputio sućut ruskom predsjedniku », sur predsjednik.hr, (consulté le 31 décembre 2013).
  44. (es)« Presidente de México deplora atentados en Rusia y expresa pesar por víctimas », sur http://noticias.terra.com.pe, (consulté le 1er janvier 2013).
  45. (en)« Iran strongly condemns Russia bombings », sur presstv.ir, (consulté le 1er janvier 2014)
  46. (de)« Bombe im Bus - Wieder Terroranschlag im südrussischen Wolgograd », sur welt.de, (consulté le 1er janvier 2014)
  47. « La Syrie condamne le double attentat en Russie », sur french.cri.cn, (consulté le 1er janvier 2014).
  48. « Didier Reynders condamne les attentats à Volgograd et présente ses condoléances », sur diplomatie.belgium.be, (consulté le 1er janvier 2014).
  49. (it)« Russia: Napolitano scrive a Putin dopo gli attentati a Volgograd - See more at: http://www.rainews.it/dl/rainews/articoli/Russia-Napolitano-scrive-a-Putin-per-il-cordoglio-dopo-gli-attentati-a-Volgograd-3c18449d-de3b-44b1-93d2-3aa50dd6db2f.html#sthash.SHUb8Pui.dpuf », sur rainews.it, (consulté le 1er janvier 2014).
  50. « Le Vietnam condamne les attentats terroristes à Volgograd », sur fr.vietnamplus.vn, (consulté le 1er janvier 2014).
  51. (en)« Pakistan condemns Russian train station attack », sur nation.com.pk, (consulté le 1er janvier 2014).
  52. a, b, c et d (en)« World condemns Russias Volgograd bombing attack », sur kuna.net.kw, (consulté le 1er janvier 2014).
  53. « L'identité des kamikazes de Volgograd révélée avant Sotchi », sur lemonde.fr, (consulté le 31 janvier 2014)

Annexes

Articles connexes