Attentats déjoués à Verviers

Attentats déjoués à Verviers

Localisation Verviers, rue de la Colline
Cible Zone de police Bruxelles-Ouest, Police fédéral
Coordonnées 50° 35′ 23″ nord, 5° 51′ 47″ est
Date à 17 h 45 (UTC+1)
Type Fusillades,
Armes Fusils d’assaut,
Morts 2 terroristes
Blessés 1 terroriste
Organisations Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Attentats déjoués à Verviers

Les attentats déjoués à Verviers consistent en une opération des services de sécurité belges visant à démanteler une cellule djihadiste sur le point de commettre des attentats commandités par l'État islamique. Cette intervention s'est déroulée le soir du 15 janvier 2015 à Verviers.

Démantèlement de la cellule terroriste

Unité ayant réalisé l'opération

Le soir du jeudi 15 janvier 2015, vers 17:45 heures, les unités spéciales de la police belge, dénommées CGSU, mènent une perquisition offensive à Verviers, rue de la Colline dans une ancienne boulangerie[1]. Elle vise l'arrestation d'une cellule terroriste ayant pour projet de commettre des attentats imminents sur le territoire belge. La cellule est composée de notamment trois djihadistes revenus de Syrie une semaine avant les faits, et mis sur écoute par les services de renseignements belges[2].

Sur place, les services de polices rencontrent une opposition armée. Les terroristes font usage d'armes de guerre, même au sol, ils continuent à faire feu vers les policiers. À l'issue de l'intervention, deux terroristes sont tués et un troisième est blessé. Aucun policier ou civil n'est blessé[1].

Des kalachnikovs, du matériel servant à la fabrication d'explosif et des uniformes policiers sont retrouvés[3]. Des accessoires pour l'utilisation d'une caméra de type "GoPro" sont retrouvés sur place, ce qui laisse à penser que les auteurs avaient l'intention de filmer leurs attaques[4]. Ce qui représente un point similaires avec les attaques perpétrées par Mohammed Merah.

Une seconde perquisition est menée le soir même dans la rue du Palais à Verviers, mais celle-ci s'avère négative[5].

Verviers est notamment considéré comme un "foyer islamiste" belge par la presse du pays[6].

Coordination de l'opération

Le raid est opéré par les unités spéciales, dépendant de la police fédérale. La zone de police de Verviers, compétente territorialement, n'est pas avisée des faits. Dix minutes après le début de l'assaut, un commissaire de la police locale descend sur place et coordonne ses équipes locales afin d'appuyer le dispositif mis en place par les unités fédérales. Le bourgmestre descend également sur place[7].

Actions simultanées

Ce dossier, mené par le Parquet Fédéral de Belgique, mène à douze autres perquisitions dans les régions de Bruxelles, Verviers et Hal-Vilvorde. Lesquelles permettent l'arrestation de 13 individus, dont 9 uniquement à Molenbeek[8].

Attentats prévus

Les attentats déjoués consistaient en une attaque à l'encontre du quartier général de la police fédérale et du commissariat de la police locale de Molenbeek-Saint-Jean[9]. Ceux-ci auraient du se dérouler le lendemain du démantèlement, soit le vendredi 16 janvier 2015.

Il était également prévu d'enlever une personne influente ou un haut responsable des services de police et de décapiter cette personne[3].

Identification des auteurs

Marouan El Bali

Marouan El Bali est considéré comme le commandant de l'opération. Il tente de fuir lors de l'intervention des forces de l'ordre mais est directement privé de sa liberté[9].

Lors de l'enquête judiciaire, il explique sa présence sur place, à Verviers, dans le cadre d'un trafic de stupéfiants. Il est placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction[10].

Abdelhamid Abaaoud

Abdelhamid Abaaoud, âgé de 27 ans au moment des faits est également le cerveau présumé des attentats de Paris du 13 novembre 2015[11],[12]. Il a été abattu par les services de police français le 18 novembre 2015 lors d'une opération policière à Saint-Denis au nord de Paris[9]. Il est possible qu'il ait supervisé la préparation du projet d'attentat de Verviers depuis la Grèce[13].

Le 29 juillet 2015, il est condamné par défaut à 20 ans de prison dans le cadre de la "filière syrienne belge", concernant l'envoi en Syrie de djihadistes de nationalité belge[14].

Sofiane Amghar

Sofiane Amghar, âgé de 26 ans au moment des faits, tire en direction des services de police lors de l'assaut. Il est tué par ces derniers[9].

Sa famille déclare à la presse avoir averti la police de Molenbeek-Saint-Jean de la radicalisation de l'intéressé[15]. Le 5 juin 2015, sa famille dépose plainte pour meurtre à l'encontre des services de police ayant réalisé l'opération[16].

Khalid Ban Larbi

Khalid Ban Larbi, âgé de 23 ans au moment des faits, fait également feu vers les services de police. Il est le second terroriste abattu[9].

Il est originaire de la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Il part en Syrie au mois d'août 2014[17].

Il est inhumé au cimetière multiconfessionnel de Schaerbeek[18].

Conséquences

À la suite de ces faits, l'OCAM relève le niveau de la menace terroriste en Belgique au niveau 3 sur une échelle de 4[19]. Suite à ces attentats déjoués et à ceux ayant frappés la France en janvier 2015, le gouvernement lance l'opération Vigilant Guardian, c'est alors que les militaires sont déployés en rue pour assurer la sécurité de lieux sensibles[20]. Le 9 mars 2015, le niveau redescend à deux avec une vigilance particulière pour la population[21]. Concernant les services de police, c'est en date du 27 octobre 2015 que la menace redescend au niveau 2[22]. À la suite des faits de Paris, le niveau remonte à 3 pour l'ensemble de la population en date du 16 novembre 2015[23].

En juin 2015, la Ligue des droits de l'homme se pose la question de l'utilité de l'usage mortel d'armes par les unités spéciales de la police, et demande une enquête indépendante[24].

Du 14 au 19 janvier 2016 l'ensemble des maisons de police de la zone de police de Verviers ferment à titre préventif, de manière à sécuriser l’hôtel de police principal et placer plus de policiers en rue[25].

Réactions de l'État islamique

Le 27 janvier 2015, l'État islamique publie, sur un compte Twitter, des photos des deux djihadistes tués[17].

Dans un message vocal, le porte-parole de l'organisation terroriste, Abou Mohammed al-Adnani, rend hommage aux deux djihadistes et menace la Belgique à la suite du déploiement de militaires dans les rues[26].

Notes et références

  1. a et b « Deux jeunes djihadistes, revenus de Syrie, tués à Verviers: des kalachnikovs et des vêtements policiers ont été trouvés dans l’appartement (vidéo et photos) », sur lameuse (consulté le 19 novembre 2015)
  2. « Vaste opération anti-terroriste en Belgique: 2 jihadistes tués à Verviers, des attentats imminents déjoués », sur RTL Info (consulté le 19 novembre 2015)
  3. a et b « Opérations anti-terroristes: 12 perquisitions et 15 interpellations dont 2 en France (IMAGES et VIDEO) », sur www.dhnet.be (consulté le 19 novembre 2015)
  4. « Une attache Go Pro retrouvée à Verviers lors de l’assaut en janvier dernier: les terroristes étaient prêts à filmer leurs assassinats ! », sur lameuse (consulté le 14 janvier 2016)
  5. « Des attentats «imminents» contre la police ont été déjoués, deux djihadistes tués », sur lesoir.be (consulté le 19 novembre 2015)
  6. « Un nid de radicaux à Verviers », sur www.lalibre.be (consulté le 19 novembre 2015)
  7. Ysaline Fettweis, « L'interview du commissaire de garde le 15 janvier à la zone Vesdre: il a tout coordonné », La Nouvelle Gazette,‎ , p. 19
  8. « Opération antiterroriste: rappel des événements de la soirée de jeudi », sur RTBF Info (consulté le 19 novembre 2015)
  9. a, b, c, d et e « Les détails de l'attentat prévu par les djihadistes de Verviers », sur 7s7 (consulté le 19 novembre 2015)
  10. « Marouane, le suspect interpellé à Verviers, nie les faits: il lie les deux djihadistes aux lettres de menace contre les libraires », sur lacapitale (consulté le 19 novembre 2015)
  11. Qui est Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attentats
  12. Attentats à Paris : Abdelhamid Abaaoud, le forcené
  13. un Bruxellois de 27 ans aurait commandité les attentats... depuis la Grèce
  14. « Des peines de 10 mois à 20 ans de prison contre la filière syrienne », sur lesoir.be (consulté le 19 novembre 2015)
  15. « La famille de Soufiane Amghar, abattu à Verviers le 15 janvier dernier, témoigne: On avait appelé la police à l’aide », sur sudinfo (consulté le 19 novembre 2015)
  16. « La famille de l'un des djihadistes tués à Verviers veut lever les mystères autour de la fusillade », sur www.levif.be, (consulté le 19 novembre 2015)
  17. a et b « L’Etat Islamique a diffusé sur les réseaux sociaux les visages des deux terroristes tués à Verviers: Ce sont les martyrs belges », sur lameuse (consulté le 19 novembre 2015)
  18. « Khalid Ben Larbi, l’un des terroristes tués de la cellule de Verviers, est enterré à Schaerbeek: avant Abaaoud, Abdeslam et Hadfi? », sur lacapitale (consulté le 16 janvier 2016)
  19. « L’OCAM a relevé le niveau d’alerte au niveau 3, sur une échelle de 4 », sur lesoir.be (consulté le 19 novembre 2015)
  20. « Militaires en rue: "Un coût que nous assumons" », sur 7s7 (consulté le 19 novembre 2015)
  21. « L'OCAM diminue la menace au niveau 2 avec une vigilance particulière », sur RTBF Info (consulté le 19 novembre 2015)
  22. « L’Ocam abaisse le niveau de la menace pour la police de 3 à 2 | TéléBruxelles », sur www.telebruxelles.be (consulté le 19 novembre 2015)
  23. « Le niveau d'alerte terroriste passe à 3, cela signifie quoi concrètement ? », sur www.levif.be, (consulté le 19 novembre 2015)
  24. « La Ligue des Droits de l’Homme espère qu’on enquêtera sur… les policiers qui ont mené le raid contre les terroristes présumés de Verviers », sur RTL Info (consulté le 19 novembre 2015)
  25. « Verviers un an après: les maisons de police ferment à titre préventif », sur RTBF Info (consulté le 14 janvier 2016)
  26. « L'État islamique cite les djihadistes belges en exemple », sur www.levif.be, (consulté le 19 novembre 2015)