Attentat du Radisson Blu de Bamako

Attentat du Radisson Blu de Bamako
Image illustrative de l'article Attentat du Radisson Blu de Bamako
Le Radisson Blu de Bamako, au moment de la prise d'otages.

Localisation Bamako, Mali
Cible Radisson Blu de Bamako
Coordonnées 12° 38′ 07″ nord, 8° 01′ 51″ ouest
Date
h 0 (UTC+0)
Type Fusillade, prise d'otages
Armes Armes automatiques
Morts 22 (dont 19 civils, 2 terroristes et 1 gendarme malien)[1]
Blessés 10 (dont 7 civils et 3 policiers des forces spéciales maliennes)[2]
Participants 2 hommes
Organisations Flag of Jihad.svg Al-Mourabitoune
ShababFlag.svg AQMI
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Attentat du Radisson Blu de Bamako

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Attentat du Radisson Blu de Bamako

L’attentat du Radisson Blu de Bamako est une fusillade et prise d'otages, survenues au Radisson Blu de Bamako, le , lors de la guerre du Mali. Cette attaque terroriste fait 22 morts et est revendiquée par Al-Mourabitoune.

Déroulement

Le , vers h du matin, deux jeunes djihadistes armés de fusils AK-47 attaquent l'hôtel Radisson Blu de Bamako[3],[4]. Ils commencent par ouvrir le feu sur les agents de la société privée chargée de garder les lieux, puis ils pénètrent dans le hall de l'hôtel où ils tirent sur « tout ce qui bouge », c'est lors de cette fusillade que les djihadistes font le plus grand nombre de victimes[4]. Ils montent ensuite aux étages, des clients sont tués dans les couloirs ou dans leurs chambres[4].

Jusqu'à 170 personnes, dont 140 clients et 30 employés, sont retenues en otages. Plusieurs dizaines d'entre elles sont relâchées, notamment des personnes capables de réciter des versets du Coran[5].

Vers 10 h 10 les militaires maliens parviennent à encercler le bâtiment. Une demi-heure plus tard, elles lancent un assaut qui tue au moins trois otages. Peu après, trois employés de l'ONU, à l'intérieur du bâtiment, ont été évacués. Vers 12 h, quatre-vingts otages ont pu être libérés.

La France décide de son côté d'envoyer quarante-deux équipiers SAS du 1er régiment de parachutistes d'infanterie de marine appuyés par des Commandos marine qui étaient positionnés Ouagadougou[6] . Les forces spéciales américaines ont également participé[3],[7],[8]. De plus, Jean-Yves Le Drian décide d'envoyer quarante gendarmes du GIGN et dix gendarmes experts en sciences forensiques de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) qui arriveront une heure après la fin de la prise d'otage[9]. Peu avant 13 h, une trentaine d'otages ont pu s'échapper, a affirmé le ministre malien de la sécurité, Salif Traoré. Pendant l'heure suivante, plusieurs otages de toutes nationalités ont pu être libérés au nombre indéterminé. Toujours pendant l'attaque, durant l'heure qui suit, dix-huit ou vingt-sept corps auraient été vus dans l’hôtel. Les attaquants, par la suite, n'ont plus d'otages près d'eux[3].

Après avoir ratissé le septième étage, les djihadistes gagnent le quatrième, où ils se retrouvent pris en tenailles, près d'une terrasse, entre les forces spéciales françaises postées à l'extérieur, et les forces spéciales maliennes en train de monter les escaliers[4]. À 16 h 35, les deux terroristes ont été abattus, tous les otages vivants ont été libérés, l'assaut est déclaré terminé[3].

Par la suite, l'ambassade de France ouvre ses portes à ses ressortissants[réf. nécessaire].

Bilan

Le 21 novembre, le colonel Salif Traoré, ministre malien de la Sécurité intérieure et Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de la Défense, donnent un bilan « définitif » au cours d'une conférence de presse. Selon leurs déclarations, 128 clients se trouvaient dans l'hôtel lors de l'attaque. Le nombre des morts est de 21, dont 18 clients et civils, 2 terroristes et 1 gendarme malien. Celui des blessés est de 10, dont 7 civils et 3 policiers des forces spéciales maliennes[2]. La MINUSMA donne cependant un bilan de 22 tués, dont deux assaillants[1],[10]. Le jour de l'attaque deux sources maliennes de l'AFP, une militaire et une autre policière, avaient de leur côté fait état de 27 morts, sans compter les djihadistes[10]. Trois des 18 employés de l'hôtel — deux cuisiniers et une serveuse — figurent parmi les morts ainsi que deux des trois vigiles postés à l'entrée[11], 14 autres victimes sont des clients étrangers[1],[12].

Nationalité des victimes

Bilan des victimes
Pays d’origine Morts Otages
Drapeau du Mali Mali 6[13] ~45[14]
Drapeau de l'Algérie Algérie 7[14]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2[15]
Drapeau de la Belgique Belgique 2[7] 6[16]
Drapeau du Canada Canada 1[17]
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 3[7] 7[17]
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire 1[18]
Drapeau de l'Espagne Espagne 2[17]
Drapeau des États-Unis États-Unis 1[19] ~6[20]
Drapeau de la France France 12[14]
Drapeau de l'Inde Inde ~20[14]
Drapeau d’Israël Israël 1[21]
Drapeau du Maroc Maroc 4[22]
Drapeau de la Russie Russie 6[7] 12[16]
Drapeau du Sénégal Sénégal 1[7] 4[23]
Drapeau de la Turquie Turquie 7[24]
Toutes nationalités confondues[25] 20[13] ~170[26]

Revendications

L'attaque est revendiquée le jour même par Al-Mourabitoune, un groupe armé djihadiste salafiste sahélien dirigé par Mokhtar Belmokhtar et affilié à Al-Qaïda. Le groupe affirme également avoir mené l'attaque avec le soutien d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI)[27],[28].

Cependant le 23 novembre, le Front de libération du Macina revendique également l'attentat qu'il affirme avoir mené avec le soutien d'Ansar Dine ; le groupe déclare que cinq hommes ont pris part à l'attaque, que deux ont été tués et que trois sont parvenus à s'enfuir. Des déclarations contradictoires à celles d'Al-Mourabitoune, qui réitère sa revendication le 21 novembre et affirme que les assaillants n'étaient que deux[29],[1].

Selon le communiqué d'Al-Mourabitoune, les auteurs de l'attaque se nommaient Abdelhakim al-Ansari et Moez al-Ansari. Le surnom djihadiste de « Al-Ansari » signifie que les deux hommes étaient originaires de la région[30],[1]. Le 7 décembre, Al-Mourabitoune diffuse la photo des deux assaillants et précise que ces derniers sont des Peuls[31],[32].

Selon le général François Labuze, chef de la force Barkhane au Mali, la revendication d'Al-Mourabitoune semble la plus crédible[33].

Le 4 décembre, le chef d'AQMI, Abdelmalek Droukdel, confirme dans un message audio que l'attaque au Radisson Blu de Bamako a été menée conjointement avec Al-Mourabitoune[34] et le même jour il annonce le ralliement d'Al-Mourabitoune à AQMI[35],[36].

Enquête

Après cette attaque terroriste, une enquête judiciaire a été rapidement ouverte sous la direction du procureur du pôle judiciaire spécialisé de lutte contre le terrorisme à Bamako, Boubacar Sidiki Samaké[37]. Elle est coordonnée par les autorités maliennes avec l'aide d'experts français et de l'ONU[38] notamment pour l'identification des corps[39].

Contrairement aux dires de certains clients de l’hôtel et d'un des deux groupes qui ont revendiqué l'attentat, le procureur Samaké a assuré « qu'il y avait deux terroristes, pas plus ». Ainsi, la télévision publique malienne a diffusé des photos de ces deux individus, morts, afin d'obtenir des témoignages[40].

Selon une source du renseignement malien à l'AFP[41], « tous les jihadistes ont pour colonne vertébrale Mokhtar Belmokhtar. Iyad (Ag Ghaly) est le coordinateur au Mali ». Les deux assaillants serait « bien des étrangers » à le peau noire, de nationalité indéterminée, aidés par « trois à quatre complices » locaux avant l'opération. Selon une source de la sécurité malienne, il s'agirait plus précisément de trois personnes qui seraient « activement » recherchées par les autorités maliennes[42]. Le , les autorités maliennes ont lancé un avis de recherche télévisé à l'encontre d'un homme et d'une femme soupçonnés de complicité d'acte de terrorisme[43]. Deux suspects, deux hommes, ont finalement été arrêtés le par les forces spéciales maliennes[44]. Ils sont soupçonnés d'avoir été en contact téléphonique avec les assaillants[45].

Selon une source judiciaire proche du dossier, les assaillants visaient avant tout l'équipage d'Air France dont 12 employés se trouvaient dans l'hôtel et les enquêteurs s'interrogent aussi sur le fait de savoir si les deux terroristes étaient drogués ou non au moment des faits[46]. Par ailleurs, certains survivants de la prise d'otages ont affirmé que les assaillants se parlaient en anglais, confirmant ainsi l'information du renseignement malien, sans avoir pu identifier l'origine de l'accent[40].

Réactions

Réactions nationales

Le Président malien Ibrahim Boubacar Kéita a écourté sa visite au Tchad et est retourné à Bamako[47] pour coordonner les mesures à adopter. Le Mali a aussi déclaré 10 jours d'état d'urgence[48]. Trois jours de deuil national a aussi été décrété, à partir du lundi , en mémoire des victimes de l'attentat[49]. Par solidarité, le Sénégal, la Mauritanie et la Guinée, des pays voisins, ont joints ce deuil[50].

Le soir du 21 novembre, les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et les groupes armés loyalistes de la Plateforme, signataires de l'accord d'Alger, condamnent l'attentat à Bamako[51].

Le , un dernier hommage a été rendu aux victimes de l’attentat grâce à une cérémonie qui réunissait un millier de personnes près de l'hôtel qui a connu les attaques terroristes. Le président malien a assisté à ce rassemblement[52].

Réactions internationales

Dans une conférence de presse, le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que la France prendrait toutes les mesures nécessaires pour combattre les terroristes à Bamako. Une cellule de crise a été installée à l'ambassade. Quarante officiers du groupement d'intervention de la gendarmerie nationale, le GIGN, et dix agents de la police criminelle, ont été envoyés pour "conseiller et supporter" les forces maliennes[53]. Les vols Air France ont été suspendus pour la journée[54].

Le conseil de sécurité des Nations unies et la Chine[55] ont condamné cet attentat[56]. L'Australie a conseillé à ses ressortissants de quitter le pays et à ses concitoyens de ne pas y aller[57]. Des mises en garde similaires ont été faites par le ministère des affaire étrangères du Royaume Uni, indiquant à ses ressortissants de rester chez eux et de suivre les instructions des autorités locales[58]. Les États-Unis ont condamné ces attentats[59] et ont confirmé la coordination continue de ses officiels dans le pays pour vérifier l'emplacement de tous ses citoyens au Mali. Ils se déclarent prêts à "assister le gouvernement malien dans les jours à venir dans les investigations de cette tragique attaque terroriste"[60]. L'ambassade presse ses ressortissants de rester à l'abri, de suivre les instructions gouvernementales et de contacter leur famille[61].

L'oblast d'Oulianovsk, en Russie, lieu de résidence de cinq des victimes, a déclaré le , un jour de deuil[62].

Une semaine après les attentats de Paris, de nombreux utilisateurs de Facebook[63] ont dénoncé l'absence de mise en œuvre de Safety Check pour cette crise qui a mobilisé les réseaux sociaux[64].

Analyses

Pour l'africaniste d'extrême-droite[65] Bernard Lugan, l'attentat du Radisson Blu est révélateur de la progression vers le sud d'un islamisme armé (qui n'est plus l'apanage des séparatistes touareg et des autres ethnies nordistes) et de l'émiettement du pouvoir central en cours au Mali[66].

Conséquences

Le secteur hôtelier subit de très nombreuses annulations de séjours et revoit sa sécurité[67]. Ainsi, le groupe Onomo Hotels prend alors en compte les risques d'attaque terroriste lors de la conception de son hôtel de Bamako ouvert en 2015, en incluant des points de défense et d'évacuation[68].

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 2015 Bamako hotel attack » (voir la liste des auteurs).
  1. a, b, c, d et e Mali : trois jours de deuil après l’attaque du Radisson, doublement revendiquée, France 24, 23 novembre 2015.
  2. a et b Prise d’otages de l’hôtel Radisson Blu : les chiffres définitifs du ministre de la Sécurité : 21 morts dont 18 clients, 1 gendarme malien et 2 terroristes, Malijet, 21 novembre 2015.
  3. a, b, c et d « [DIRECT] – Mali : prise d’otages à l’hôtel Radisson de Bamako », sur Jeune Afrique, (consulté le 20 novembre 2015).
  4. a, b, c et d Les détails sur le déroulement de l'attaque du Radisson à Bamako, RFI, 21 novembre 2015.
  5. La fusillade dans l'hôtel Radisson à Bamako au Mali, revendiquée par le groupe jihadiste de Mokhtar Belmokhtar, fait au moins 27 morts, Le Huffington Post avec AFP, 20 novembre 2015.
  6. http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/comment-forces-speciales-francaises-sont-intervenues-a-bamako-91228
  7. a, b, c, d et e « En direct : Attentat à Bamako », sur Le Figaro, .
  8. « Prise d'otages à Bamako : outre les Maliens, au moins sept nationalités présentes », sur MidiLibre.fr (consulté le 20 novembre 2015).
  9. http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/gign-depeche-en-urgence-mali-actualise-91056
  10. a et b Attentat de Bamako: le point sur l'enquête, Le Huffington Post avec AFP, 22 novembre 2015.
  11. Mali: hommage aux employés de l'hôtel tués dans l'attaque de Bamako, RFI, 25 novembre 2015.
  12. David Dembélé, A Bamako, la direction du Radisson Blu sort de son silence, Le Monde, 25 novembre 2015.
  13. a et b « Nouveau bilan de l'attentat à Bamako : 20 morts », sur Ouest-France.fr (consulté le 25 novembre 2015)
  14. a, b, c et d « Attaque contre l’hôtel Radisson de Bamako : 27 otages tués », sur france24.com (consulté le 24 novembre 2015)
  15. (de) « Geiselnahme nach mutmaßlichem Islamisten-Angriff in Mali beendet - Ausland | STERN.de », sur www.stern.de, https://plus.google.com/101953537852339071297 (consulté le 25 novembre 2015)
  16. a et b « Attentat à Bamako: Un bilan officiel de 21 morts... », sur 20minutes.fr (consulté le 24 novembre 2015)
  17. a, b et c « Attaque à Bamako au Mali : trois suspects activement recherchés », sur MidiLibre.fr (consulté le 25 novembre 2015)
  18. « "J'ai verrouillé ma porte et j'ai attendu", raconte un client de l'hôtel à Bamako », sur www.lexpress.fr (consulté le 25 novembre 2015)
  19. (es) « Una estadounidense murió en el ataque al hotel de Mali », sur univision.com, (consulté le 21 novembre 2015).
  20. « Attentat à Bamako: Un bilan officiel de 21 morts... », sur 20minutes.fr (consulté le 25 novembre 2015)
  21. http://www.haaretz.com/world-news/1.687474
  22. « Attentat de Bamako : un rescapé marocain raconte l'horreur - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, https://plus.google.com/u/0/+jeuneafrique/posts (consulté le 25 novembre 2015)
  23. « Sénégal: Attentat au Radisson Blu, Dakar compte au moins un mort parmi les victimes », sur koaci.com, (consulté le 21 novembre 2015).
  24. « All 7 Turkish Airlines crew members rescued from Mali hotel », sur TodaysZaman (consulté le 22 novembre 2015)
  25. « Mali : au moins 27 otages tués dans l'attaque d'un hôtel à Bamako », sur leparisien.fr, (consulté le 21 novembre 2015).
  26. « Fusillade au Radisson de Bamako: 170 otages retenus par deux assaillants », sur Le Figaro (consulté le 25 novembre 2015)
  27. [vidéo] URGENT - Al-Mourabitoun, affilié à Al-Qaeda, revendique la prise d’otages à Bamako, France 24, 20 novembre 2015.
  28. Attaque à Bamako: ce que l'on sait sur la revendication, RFI, 21 novembre 2015.
  29. Mali: une seconde revendication de l’attaque de l'hôtel Radisson, RFI, 23 novembre 2015.
  30. "Seules deux personnes ont mené la prise d'otages à Bamako" (Al-Mourabitoune), Alakhbar, 23 novembre 2015.
  31. David Thomson, « la brigade Al Morabitoun d'AQMI diffuse la photo des 2 assaillants de l'hôtel Radisson de Bamako (25 morts) », twitter.
  32. Mali: Al-Mourabitoune diffuse une photo des assaillants du Radisson, RFI, 7 décembre 2015.
  33. David Baché, Mali : la lutte sans fin contre les djihadistes, Le Figaro, 27 novembre 2015.
  34. Mali: l’émir d’Aqmi confirme sa responsabilité dans l’attaque du Radisson, RFI, 4 décembre 2015.
  35. L'émir d'Aqmi annonce le ralliement de Mokhtar Belmokhtar, RFI, 4 décembre 2015
  36. Al-Qaëda au Maghreb islamique annonce le ralliement des Mourabitoune, AFP, 4 décembre 2015.
  37. « Attentat du Radisson à Bamako: le procureur Samaké fait le point sur l’enquête - RFI », sur rfi.fr, https://plus.google.com/117722750075017576258/ (consulté le 24 novembre 2015)
  38. « Des experts français et de l'ONU aident dans l'enquête au Mali », sur 7s7 (consulté le 24 novembre 2015)
  39. « Attaque au Mali: la justice sur la piste de complices, experts français et de l'ONU aident dans l'enquête », sur TV5MONDE (consulté le 24 novembre 2015)
  40. a et b « Attaque au Mali: la justice sur la piste de complices, experts français et de l'ONU aident dans l'enquête », sur Yahoo Actualités France (consulté le 24 novembre 2015)
  41. « Attaque au Mali: la justice sur la piste de complices, experts français et de l'ONU aident dans l'enquête », sur leparisien.fr (consulté le 24 novembre 2015)
  42. « L'enquête suit "plusieurs pistes", trois pays en deuil avec le Mali », sur www.lequotidien.re (consulté le 24 novembre 2015)
  43. « Mali/Prise d'otages: deux suspects recherchés », sur Le Figaro (consulté le 25 novembre 2015)
  44. « Prise d'otages au Mali : deux suspects arrêtés », sur metronews (consulté le 26 novembre 2015)
  45. « Attaque du Radisson à Bamako: l'enquête se concentre sur deux suspects », sur RFI Afrique (consulté le 28 novembre 2015)
  46. « Mali: l'enquête sur l'attaque d'un hôtel à Bamako "avance bien", deux suspects arrêtés », sur ladepeche.fr (consulté le 26 novembre 2015)
  47. (en) « Mali hotel attack: As it happened - BBC News », sur www.bbc.co.uk (consulté le 22 novembre 2015)
  48. (en) « Mali declares 10-day state of emergency following hotel attack », sur post.jagran.com (consulté le 22 novembre 2015)
  49. « Attaque de Bamako: IBK décrète trois jours de deuil national », sur www.lanouvelletribune.info (consulté le 24 novembre 2015)
  50. « Attaque à Bamako: le Mali et trois pays voisins en deuil », sur leparisien.fr (consulté le 24 novembre 2015)
  51. Les signataires de l'accord d'Alger dénoncent l'attentat à Bamako, RFI, 21 novembre 2015.
  52. « Nous ne pardonnerons jamais » : le Mali rend un dernier hommage aux employés victimes du Radisson - JeuneAfrique.com, sur JeuneAfrique.com, https://plus.google.com/u/0/+jeuneafrique/posts (consulté le 26 novembre 2015)
  53. (en) Matthew Weaver et Nadia Khomami, « Mali hotel attack: officials say hostage situation over – as it happened », sur the Guardian (consulté le 22 novembre 2015)
  54. (en) « World News liveblog », sur Reuters (consulté le 22 novembre 2015)
  55. (en) « China strongly condemns Mali hotel attack, confirms 3 nationals killed - Xinhua | English.news.cn », sur news.xinhuanet.com (consulté le 22 novembre 2015)
  56. (en) « The Latest: Security Council Strongly Condemns Mali Attack », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  57. (en) « Travel Advice for Mali - Australian Department of Foreign Affairs and Trade », sur smartraveller.gov.au (consulté le 22 novembre 2015)
  58. (en) « Mali travel advice - GOV.UK », sur www.gov.uk (consulté le 22 novembre 2015)
  59. (en) « Statement from NSC Spokesman Ned Price on the Terrorist Attack in Mali », sur whitehouse.gov (consulté le 22 novembre 2015)
  60. (en) « PressTV-US ready to help Mali govt.: White House », sur www.presstv.com (consulté le 22 novembre 2015)
  61. (en) « Messages for U.S. Citizens | Bamako, Mali - Embassy of the United States », sur mali.usembassy.gov (consulté le 22 novembre 2015)
  62. (en) « Bodies of Russian hostages killed in Mali to be transported home in a week », sur rbth.com (consulté le 22 novembre 2015)
  63. (en) « Facebook faces questions over Safety Check after hotel attack in Mali », sur mashable.com, (consulté le 23 novembre 2015)
  64. (en) « Facebook users ask for Safety Check in Mali », sur cnn.com, (consulté le 23 novembre 2015)
  65. www.asile.org/meyssan, « Bernard Lugan », sur www.bibliomonde.com (consulté le 22 juillet 2016)
  66. Derrière la prise d'otages de Bamako, Bernard Lugan, bernardlugan.blogspot.cz, 21 novembre 2015
  67. (en) « Hôtels : L’ONDE DE CHOC DE L’ATTAQUE DU RADISSON | Maliactu.info | Mali », Maliactu.info,‎ (lire en ligne)
  68. « Edition du soir Ouest France », sur www.ouest-france.fr (consulté le 21 juillet 2017)

Voir aussi

Liens externes

  • « Attentat au Mali: 2 Belges tués », sur http://www.rtbf.be/info, (consulté le 21 novembre 2015)