Attentat de Kano du 28 novembre 2014

Attentat de Kano

Localisation Kano, Drapeau du Nigeria Nigeria
Cible Civils nigérians
Coordonnées 12° 00′ nord, 8° 31′ est
Date
Type Attentat-suicide et fusillade
Morts 120[1]
Blessés 270[1]
Auteurs 2 kamikazes[2]
~ 15 hommes armés (dont 4 sont tués)[2],[3]
Organisations ShababFlag.svg Boko Haram (suspecté)

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

(Voir situation sur carte : Nigeria)
Attentat de Kano du 28 novembre 2014

L'attentat de Kano est commis le au cours de l'insurrection djihadiste au Nigeria.

Déroulement

L'attaque a lieu le , devant la grande mosquée de Kano, au moment de la prière. La Grande mosquée de Kano, très fréquentée, est celle où l'emir Sanusi Lamido Sanusi, dit Mohamed Sanusi, a l'habitude de diriger la prière. Ce dernier, deuxième responsable musulman le plus important du Nigeria, après l'émir de Sokoto, avait dénoncé les exactions de Boko Haram et l'inefficacité des forces militaire nigérianes une dizaine de jours avant l'attaque. Soutenu par des chefs traditionnels il avait appelé à la création de milices locales d'autodéfense[2],[1],[3].

Le jour de l'attentat, Sanusi Lamido Sanusi est exceptionnellement absent en raison d'un voyage en Arabie saoudite. Au début des prières, à une heure de forte affluence, deux kamikazes équipés d'engins explosifs artisanaux se font exploser, puis plusieurs hommes armés ouvrent le feu sur la foule[2],[4].

Les terroristes armés sont au nombre d'une quinzaine selon les déclarations du porte-parole de la police nigériane, Emmanuel Ojukwu. Les policiers interviennent mais aussi des civils qui prennent en chasse et tuent quatre des tireurs[2],[3].

Bilan humain et conséquences

Les morts et les blessés sont conduits dans quatre hôpitaux de la ville, un journaliste de l'AFP déclare avoir compté 92 cadavres, rien qu'à la morgue de l'hôpital Murtala Mohammed[5]. Le jour même de l'attentat, un bilan donné par les secours fait état de 120 morts et 270 blessés[1],[3].

L'attentat n'est pas immédiatement revendiqué, mais Boko Haram est fortement soupçonné. Le lendemain, l'émir de Kano se rend sur les lieux de l'attentat, il déclare : « Nous ne nous laisserons jamais impressionner ni pousser à abandonner notre religion »[1].

Attentat de Kantin Kwari

Une nouvelle attaque a lieu à Kano le 10 décembre, lorsque trois adolescentes sont conduites par un homme dans le marché de Kantin Kwari. Deux des jeunes filles se font exploser, elles tuent au moins quatre personnes et en blessent sept autres[6],[7]. L'homme suspecté d'avoir accompagné les kamikazes est par la suite arrêté[8]. En revanche, la troisième adolescente prend la fuite, blessée par les explosions. Elle gagne un hôpital où une ceinture d'explosifs est découverte sur elle. Elle déclare à la police que ses parents, proches de Boko Haram, l'ont forcé à tenter de commettre un attentat-suicide[9].

Références

  1. a, b, c, d et e Attaques au Nigeria: l'émir de Kano refuse de se laisser impressionner, RFI, 30 novembre 2014.
  2. a, b, c, d et e Nigeria: au moins 120 morts dans l'attentat contre la Grande Mosquée de Kano, RFI, 28 novembre 2014.
  3. a, b, c et d Attentat meurtrier au Nigeria dans la grande mosquée de Kano, Le Monde avec AFP, 28 novembre 2014.
  4. Nigeria: le difficile travail des secours après les attaques de Kano, RFI, 29 novembre 2014.
  5. Nigeria : un double attentat-suicide provoque un carnage à Kano, France 24 avec AFP, 28 novembre 2014.
  6. Quatre morts dans une nouvelle attaque-suicide au Nigeria, Le Monde avec AFP et Reuters, 10 décembre 2014.
  7. Nigeria : deux femmes kamikazes, auteures d'un double attentat à Kano, Jeune Afrique avec AFP, 11 décembre 2014.
  8. Nigeria: 31 morts dans un double attentat à Jos, AFP, 11 décembre 2014.
  9. Boko Haram : une Nigériane accuse ses parents de l'avoir poussée à se transformer en kamikaze, AFP, 25 décembre 2014.