Attaque du musée du Bardo

Attaque du musée du Bardo
Image illustrative de l'article Attaque du musée du Bardo
Façade du musée du Bardo en 2007.

Localisation Le Bardo (Tunisie)
Cible Musée national du Bardo
Parlement
Coordonnées 36° 48′ 34″ nord, 10° 08′ 04″ est
Date
Vers 12 h 30 (HAEC)
Type Fusillade
Prise d'otage
Armes Kalachnikov
Morts 24 (y compris deux terroristes)
Blessés 45
Auteurs 2 ou 3
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

(Voir situation sur carte : Tunisie)
Attaque du musée du Bardo

Géolocalisation sur la carte : Tunis

(Voir situation sur carte : Tunis)
Attaque du musée du Bardo

L’attaque du musée du Bardo est un attentat terroriste qui a lieu le vers 12 h 30 au Bardo, près de Tunis, la capitale de la Tunisie. Elle cause la mort de 24 personnes (21 touristes, un agent des forces de l'ordre et deux terroristes) et fait 45 blessés.

L'attaque est revendiquée le lendemain par l'État islamique.

Déroulement

À la mi-journée, deux terroristes armés de fusils d'assaut Kalachnikov et de grenades, et portant des ceintures explosives remplies de Semtex[1] pénètrent dans l'entrée commune au musée national du Bardo et du Parlement tunisien, où ont lieu des auditions sur la loi anti-terroriste[2]. Alors que les deux terroristes ouvrent le feu devant le Parlement, les députés sont évacués[3].

L'entrée commune n'est gardée que par un seul agent armé qui, pris de panique à la vue des armes, quitte son poste[4]. Les attaquants tirent sur les touristes qui descendent d'un bus puis les pourchassent à l'intérieur du musée, où se trouve une centaine de visiteurs[5]. Ils s'y retranchent en retenant plusieurs otages[3]. Aux alentours de 15 h 30, les forces de l'ordre tunisiennes donnent l'assaut du musée. Les deux terroristes sont tués pendant l'opération et les otages libérés. Malgré la fin de l'opération, deux touristes espagnoles et un guide passent la nuit cachés dans le musée et sont retrouvés le lendemain[6].

Finalement, on dénombre 24 morts, soit 21 touristes étrangers, un agent de la Brigade antiterrorisme et deux terroristes[7],[8],[9] et 45 blessés. Parmi les victimes, plusieurs proviennent de deux navires de croisière en escale à La Goulette, le Costa Fascinosa et le MSC Splendida, ce qui conduit les compagnies propriétaires à suspendre leurs escales à Tunis[10].

Enquête

Au lendemain de l'attentat, le chef du gouvernement tunisien, Habib Essid, dévoile au public l'identité des deux terroristes de nationalité tunisienne : Yassine Labidi, originaire d'un quartier populaire de Tunis, et Jabeur Khachnaoui, originaire de Kasserine ; il annonce également l'arrestation de neuf suspects[11],[12].

Le , le président Béji Caïd Essebsi déclare que l'attentat a probablement été perpétré par trois hommes, et non deux, et qu'un troisième terroriste est recherché[13].

Le , le secrétaire d’État tunisien chargé des Affaires sécuritaires, Rafik Chelly, déclare que la cellule terroriste ayant commis l’attentat se compose de seize terroristes dont deux revenaient de Syrie. Deux membres de ce groupe, Labidi et Khachnaoui, ont été abattus lors de l'attentat alors qu'un troisième, Maher Gaïdi, reste en fuite[14].

Le , les États-Unis bombardent un camp de l'État islamique près de Sabratha en Libye et visent Noureddine Chouchane, un Tunisien suspecté d'avoir participé à l'attentat[15]. Parmi les éléments tués lors du raid, en plus du dirigeant Chouchane, figurent les Tunisiens Shamseddine Sendi, Maher Gaïdi et Abdelhak El Assouad[16].

Revendication

Impacts de balles dans le musée.

Le , l’attentat est revendiqué par l'État islamique, qui indique que la cible visée n'était pas le Parlement, mais bien le musée du Bardo et ses visiteurs étrangers[11],[17],[18].

Le , le gouvernement tunisien annonce la mort de Lokman Abou Sakhr, l'émir de la katiba Okba Ibn Nafaâ, la brigade tunisienne d'Al-Qaida au Maghreb islamique, tué la veille lors de l'opération de Sidi Aïch. Même si l'attentat n'a pas été revendiqué par AQMI, le gouvernement tunisien affirme que les auteurs de l'attaque étaient des hommes de cette katiba[19],[20],[21].

D'après l'ancien ministre de l'Intérieur Lotfi Ben Jeddou, des menaces sérieuses pèsent sur la Tunisie[22], devenue une cible d'AQMI et de l'État islamique, notamment en 2015. Depuis 2011, AQMI et l'État islamique ont en effet perpétré plusieurs attaques sur le territoire.

Pour le journaliste David Thomson, « il y a une difficulté à reconnaître que l'État islamique est présent sur son sol. D'une part parce que le gouvernement vient de tuer le chef militaire de la brigade tunisienne d'AQMI, et veut démontrer son efficacité aux lendemains des attentats. D'autre part parce qu'il y a une réticence à reconnaître la présence d'un groupe djihadiste dont la stratégie est d'attaquer les intérêts occidentaux et le tourisme, un des poumons de l'économie tunisienne »[23].

Bilan humain

Mémorial avec les noms des victimes à l'entrée.
Mémorial improvisé devant l'entrée du musée.
Mémorial devant l'entrée du musée.
Bilan au 21 mars 2015[7]
Pays Morts Blessés Total
Drapeau de l'Italie Italie 4[8] 11 15
Drapeau de la France France 4[24],[8],[25],[9] 6 10
Drapeau du Japon Japon 3 5 8
Drapeau de la Pologne Pologne 3[25] 11 14
Drapeau de la Tunisie Tunisie 3[26] 9 12
Drapeau de l'Espagne Espagne 2[27] 0 2
Drapeau de la Colombie Colombie 2[28],[8] 0 2
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1[29] 0 1
Drapeau de la Belgique Belgique 1[30] 0 1
Drapeau de la Russie Russie 1[31] 0 1
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 0 2 2
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 0 1 1
Total 24 45 69

Le , une stèle est inaugurée à l'entrée du musée et liste les noms de ceux qui ont perdu la vie lors de cette tuerie[32].

Réactions

Réactions nationales

Dans une interview téléphonique diffusée en direct sur la chaîne française France 24 quelques heures après l'attentat, le président Béji Caïd Essebsi déclare en français : « C'est un acte sans précédent dans l'histoire de la Tunisie [...] Ces gens-là ont voulu nous attaquer sur le plan du tourisme et de la culture [...] Je remercie tous les chefs d'État m'ayant contacté pour me présenter leurs condoléances et m'assurer de la solidarité de leur pays [...] Les terroristes salafistes djihadistes ont été identifiés [...] Nous allons prendre toutes les mesures pour que cette éventualité ne se reproduise plus [...] Cette attaque n'a pas de lien avec la situation actuelle en Libye. Une intervention militaire internationale en Libye n'améliorerait pas le problème et ne peut que l'aggraver »[33].

Réactions internationales

Marche contre le terrorisme

Mohamed Najem Gharsalli, ministre tunisien de l'Intérieur, et Khalid ben Abdullah Al Khalifa , vice-Premier ministre de Bahreïn, devant le Parlement.

Une marche est organisée le et réunit une foule importante, rejointe par une délégation de dirigeants étrangers, réunis autour du président tunisien Béji Caïd Essebsi. François Hollande fait le déplacement à Tunis, tout comme les présidents gabonais Ali Bongo et palestinien Mahmoud Abbas, ainsi que par les chefs des gouvernements italien Matteo Renzi et algérien Abdelmalek Sellal.

Ce défilé officiel longe l'enceinte où se trouvent le Parlement et le musée du Bardo en scandant le slogan « Le Monde est Bardo »[38] en référence à « Je suis Charlie ». Les dignitaires inaugurent ensuite une stèle portant les noms des victimes.

Répercussions

Selon Abdelfattah Mourou, vice-président du Parlement tunisien, trois gardes devant assurer la sécurité du Parlement étaient absents au moment de l'attentat[39]. Le , Habib Essid limoge le chef de la police de Tunis et le responsable de la sécurité du musée du Bardo, après avoir admis que des défaillances graves dans la sécurité avaient été constatées[40].

À la suite de cet attentat, le Syndicat national des agents de voyages en France, qui constitue le premier marché pour la Tunisie, enregistre une chute de 60 % des réservations[41], alors que le tourisme est déjà en difficulté[42]. Pour y remédier, le gouvernement renforce la sécurité dans les lieux fréquentés par les touristes[43]. Après l'attaque, le secteur du tourisme tunisien, considéré comme stratégique car il représente environ 7 % du PIB, enregistre en avril une baisse de 25,7 % sur un an du nombre de touristes[44]. À la fin de mai, les réservations estivales par les Français sont en baisse de 37,7 % par rapport à mai 2014[45].

Références

  1. « Attaque du Bardo : les terroristes étaient en possession de Semtex, une matière hautement explosive », Webdo, 26 mars 2015
  2. Terrorisme récent : l'assaut de l'ambassade américaine par des militants salafistes le 14 septembre 2012 ; les assassinats des personnalités de gauche Chokri Belaïd, le 6 février 2013, puis Mohamed Brahmi, le 25 juillet 2013
  3. a et b « Attaque d'un musée à Tunis : plusieurs touristes tués, prise d'otages en cours », Le Figaro, 18 mars 2015
  4. Jacques Duplessy et Antoine Champagne, « Attentat du Bardo, les étranges procédés de la justice tunisienne », Sang-froid, no 5, mars 2017
  5. Adrien Sénécat, « Attentat de Tunis : ce que l'on sait de la tuerie au musée du Bardo », L'Express, 18 mars 2015
  6. « Attaque du musée du Bardo à Tunis: deux touristes espagnols et un guide retrouvés après avoir passé la nuit au musée », Huffington Post, 19 mars 2015
  7. a et b « Attentat du Bardo : le ministère de la Santé publie le bilan des victimes et blessés étrangers », Mosaïque FM, 21 mars 2015
  8. a, b, c et d « Tunisie : un troisième Français est mort après l'attaque du Bardo », Libération, 20 mars 2015
  9. a et b Communiqué, Présidence de la République française, 28 mars 2015
  10. Mathilde Golla, « Attentat à Tunis : les passagers des croisières sont les premières victimes », Le Figaro, 19 mars 2015
  11. a et b « L'État islamique revendique l'attaque du musée du Bardo », Le Monde, 19 mars 2015
  12. « Attaque terroriste à Tunis : les auteurs de l'attentat du musée du Bardo se sont entraînés en Libye », 20 minutes, 20 mars 2015
  13. « Attentat de Tunis : un troisième auteur de l'attaque en fuite », Le Monde, 22 mars 2015
  14. « Arrestation du chef du groupe terroriste de l’attaque du Bardo », Tunisie numérique, 25 mars 2015
  15. (en) « Statement from Pentagon Press Secretary Peter Cook on Libya Airstrike », Département de la Défense des États-Unis, 19 février 2016
  16. « Photos des terroristes tunisiens tués à Sabratha », Mosaïque FM, 19 février 2016
  17. « Tunisie : l'État islamique revendique l'attentat du musée du Bardo », Huffington Post, 19 mars 2015
  18. « Le groupe État islamique revendique l'attentat de Tunis », France Inter, 19 mars 2015
  19. « Tunisie – Gafsa : fin de l’opération de Sidi Aïche, identification des terroristes tués en cours », Tunisie numérique, 29 mars 2015
  20. « TUNISIE. Le chef du principal groupe djihadiste tué », L'Obs, 29 mars 2015
  21. « Le chef d'Aqmi en Tunisie tué par les forces armées », Radio France internationale, 29 mars 2015
  22. Maher Chaabane, « Des menaces terroristes « sérieuses » pèsent sur la Tunisie en septembre, selon le MI », Webdo, 30 août 2014
  23. David Thomson, « L'État islamique a décidé de faire de la Tunisie sa cible », Le Figaro, 31 mars 2015
  24. Thibault Raisse, « Deux Français tués à Tunis : le témoignage poignant de leurs proches », Le Parisien, 19 mars 2015
  25. a et b « Tunis, une troisième victime française identifiée », Le Figaro, 20 mars 2015
  26. Y compris les assaillants
  27. (es) Carles Planas Bou, « Los jubilados catalanes fueron ametrallados en el autobús por los terroristas », El Periódico, 19 mars 2015
  28. L'une des victimes a la double nationalité australo-colombienne.
  29. (en) Victoria Ward, « British victim of Tunisia museum shooting named as solicitor Sally Adey », The Telegraph, 19 mars 2015
  30. « Une victime belge parmi les touristes tués au musée Bardo de Tunis », RTBF, 19 mars 2015
  31. (it) « Tunisi, più di 20 arresti per l'attacco al museo Bardo. In un video l'irruzione dei terroristi », La Repubblica, 21 mars 2015
  32. a et b Karim Ben Saïd, « Le Bardo a dit son mot », La Presse de Tunisie, 30 mars 2015
  33. « Le président tunisien Essebsi : "Il y a beaucoup de cellules dormantes en Tunisie" », France 24, 18 mars 2015
  34. (en) Kashmira Gander, « Tunisia shooting: 11 dead including two gunmen at Bardo Museum », The Independent, 18 mars 2015
  35. (en) Simon Calder, « Tunisia attack: Foreign Office urges British travellers to avoid Bardo Museum », The Independent, 18 mars 2015
  36. (en) « U.S. condemns attack at museum in Tunis, backs government: Kerry », Reuters, 18 mars 2015
  37. (en) « President Komorowski: We will actively fight terrorism », Radio Poland, 19 mars 2015
  38. (en) Tarek Amara et Mohamed Argoubi, « Thousands of Tunisians, leaders march after Bardo attack », Reuters, 29 mars 2015
  39. « Pendant l'attentat du Bardo, les policiers chargés de la sécurité étaient "au café" », Metronews, 20 mars 2015
  40. « Tunisie : les chefs de la police de Tunis et du Bardo limogés », Le Monde, 23 mars 2015
  41. « Tunisie : après l'attentat du Bardo, le pays se démène pour sauver son tourisme », L'Expansion, 16 avril 2015
  42. « L’attaque du Bardo est-elle vraiment la cause de la baisse du tourisme ? », Directinfo, 13 avril 2015
  43. Souen Léger, « La Tunisie renforce ses mesures de sécurité », L'Écho touristique, 10 avril 2015
  44. « Attentat en Tunisie : « aucune victime française », assure Fabius », Le Point, 27 juin 2015
  45. « Tunisie : la saison touristique compromise par l’attentat de Sousse », Libération, 26 juin 2015

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • [vidéo] Le service du renseignement renforce son arsenal antiterroriste sur BFM TV
  • (fr) [vidéo] La Tunisie, premier "fournisseur" de jihadistes à l'État islamique (France 24) sur YouTube
  • (fr) [vidéo] Attaque terroriste à Tunis : "Une attaque jihadiste très bien préparée"- TUNISIE (France 24) sur YouTube
  • (fr) [vidéo] TUNISIE - L’État islamique revendique l’attentat terroriste contre le musée du Bardo à Tunis (France 24) sur YouTube
  • (ar) [vidéo] Intervention de la Brigade antiterrorisme dans les événements du musée du Bardo par le ministère de l'Intérieur sur Facebook