Attaque contre des militaires à Levallois-Perret

Attaque contre des militaires à Levallois-Perret

Attentat contre des militaires à Levallois-Perret

Localisation Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), France
Cible Militaires de l'opération Sentinelle
Date
8 h 03
Type Attaque à la voiture-bélier
Armes Voiture BMW
Morts 0
Blessés 6 (dont 3 griévement)[1]+ 2 lors de l’interpellation dont l'auteur de l’attaque
Auteurs 1
Auteurs présumés Hamou Benlatrèche[2]
Mouvance Terrorisme islamiste

L'attentat contre des militaires à Levallois-Perret est une attaque terroriste islamiste à la voiture-bélier perpétrée le à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)[3].

Déroulement

Un détachement du 35e régiment d’infanterie stationné à Belfort et encaserné place de Verdun, à Levallois-Perret, sort peu avant h du matin pour prendre ses fonctions dans le cadre de l’opération Sentinelle. Six sont fauchés par une voiture de location BMW Série 2 Active Tourer. Quatre des victimes sont transportées à l'hôpital d'instruction des armées Bégin à Saint-Mandé et les deux militaires blessés plus sévèrement ont été transportés à l'hôpital d'instruction des armées Percy de Clamart, leur pronostic vital n'est pas engagé[4].

Les Brigades de recherche et d'intervention de Rouen et de Lille arrêtent le véhicule sur l'autoroute A16 à hauteur de Leulinghen-Bernes après qu'il a été repéré à 13 h. Le chauffeur, un homme de nationalité algérienne de 37 ans connu des services de police mais pas a priori des services de renseignement, a tenté de forcer le barrage et a été blessé par arme à feu à cinq reprises. Un policier reçoit une balle perdue tirée par un de ses collègues[5].

Suites judiciaires

Une perquisition a été menée par les policiers au domicile de l'auteur présumé des faits, à Bezons dans le Val-d'Oise dès l'après-midi de l'attaque[6]. Du fait de l'état de santé de l'auteur des faits, sa garde à vue à l'hôpital de Lille a rapidement été levée[7]. Le 11 août 2017 il a été transféré par hélicoptère sanitaire jusqu'à un hôpital parisien[8].

Le 23 août, le procureur de la République de Paris, François Molins fait un point de presse où il déclare que « les investigations étayent le caractère prémédité et terroriste de l’attaque »[réf. nécessaire] car le suspect a procédé au repérage des lieux de son attaque dès le dimanche 6 août et qu'il avait un « intérêt récent, mais certain » pour « l'islamisme » radical. Il avait aussi « des velléités de départ en Syrie ». Une information judiciaire est ouverte à l'encontre du suspect pour « tentative d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle »[9].

Notes et références

  1. « Attaque contre des militaires à Levallois-Perret. Ce que l’on sait », OuestFrance,
  2. « Militaires renversés à Levallois : qui est Hamou Benlatrèche, le principal suspect », LeParisien, .
  3. « Attaque à Levallois-Perret : ce que l'on sait », LIBERATION, avec AFP,
  4. « Levallois-Perret: les militaires renversés sont hors de danger », sur BFM TV, (consulté le 9 août 2017).
  5. Laurent Lagneau, « L’agresseur présumé des militaires à Levallois-Perret a été interpellé », sur http://www.opex360.com/, (consulté le 9 août 2017).
  6. « Attaque de Levallois-Perret : descente de police à Bezons », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  7. « Attaque de Levallois. Le suspect transféré dans un hôpital parisien », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Le Point, magazine, « Attaque de Levallois : le suspect hospitalisé transféré à Paris », Le Point,‎ (lire en ligne)
  9. franceinfo, « Attaque de militaires à Levallois-Perret : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur François Molins », sur francetvinfo.fr, franceinfo, (consulté le 2 octobre 2017).