Art et Action

C'est au 66 rue Lepic que se situait le Grenier jaune, où avaient lieu des spectacles d'Art et Action.

Art et Action est « "laboratoire de théâtre pour l'affirmation et la défense d'œuvres modernes", fondé et animé par Édouard Autant et Louise Lara de 1919 à 1939, et qui eut un rôle important dans la recherche de formules destinées à renouveler l'art théâtral. »[1].

Caractéristiques

Les représentations étaient privées et gratuites dans la salle du Grenier jaune[2] au 66 rue rue Lepic[3]. Si cela permit une certaine indépendance (qui permit de s'affranchir du Fisc et d'avoir à reverser des droits d'auteurs), cela conduisit à un certain isolement et manque de publicité et de critiques[4].

Pour Art et Action, le théâtre est premier, le texte n'est qu'un de ses constituants et l'acteur n'y est pas central : « Au long d'une quinzaine d'années d'existence (...), le Laboratoire Art et Action a monté les textes des auteurs les plus divers (...); sur le minuscule plateau de leur théâtre, les genres les plus opposés se sont succédé (...) : mais presque aucun de ces spectacles n'a vu l'acteur seul, libre de son jeu entre les parois du décor et les rangs du public. Poupées, mannequins, ombres ou marionettes lui ont disputé l'espace de la scène et l'attention des spectateurs »[5].

Dans les expérimentations menées par Art et Action, on peut citer l'adaptation d'œuvres littéraires qui n'étaient pas conçues pour la scène et des lectures-spectacles, inspirées par ce qui se faisait en URSS.

Art et Action introduisit en France de théâtre futuriste[6].

Spectacles

Liste non exhaustive : se reporter à l'ouvrage de Michel Corvin cité en bibliographie (appendice II, pages 469 et suivantes).

Autres spectacles créés (date à préciser) : Couleurs du temps (Apollinaire), Coup de dés (Mallarmé), Jeanne d'Arc (Péguy), Le Partage de midi (Claudel), Cain (Lord Byron), Sanatorium (Ribemont-Dessaignes), Reconstruire Babel (Georges Polti)

Personnalités liées à Art et Action

Voir aussi

Bibliographie

Notes et références

  1. Fonds Art et Action sur le Répertoire des Arts du Spectacle de la Bibliothèque nationale de France : http://rasp.culture.fr/sdx/rasp/document.xsp?id=f00000186&qid=sdx_q0&p=1&s=
  2. Michel Corvin, Le théâtre de recherche entre les deux guerres: le laboratoire Art et Action, L'Age d'Homme, 1970 : https://books.google.fr/books?id=N54_twMziJkC&pg=PA102&lpg=PA102&dq=%22grenier+jaune%22+rue+lepic&source=bl&ots=VfiLfysqlH&sig=rAxHRIVLjqLTIaDDTaWNnZaTrms&hl=fr&sa=X&ei=9K5qU-fWM4Kq0QWw7YGwDA&redir_esc=y#v=onepage&q=%22grenier%20jaune%22%20rue%20lepic&f=false
  3. Fabrice Schurmans, Michel de Ghelderode: Un tragique de l'identité, Éditions L'Harmattan, 1er mars 2011, page 97
  4. Henri Béhar, Littéruptures, L'Âge d'Homme, 1988, page 32 et suivantes.
  5. Didier Plassard, L'acteur en effigie: figures de l'homme artificiel dans le théâtre des avant-gardes historiques : Allemagne, France Italie, L'Âge d'Homme, 1992, p. 185
  6. Giovanni Lista, Futuristie, L'Âge d'Homme : https://books.google.fr/books?id=6gZDyDhhldoC&pg=PA245&dq=th%C3%A9%C3%A2tre+%22art+et+action%22+futurisme&hl=fr&sa=X&ei=NJVqU-nGBPKzsQSp04G4Cg&redir_esc=y#v=onepage&q=th%C3%A9%C3%A2tre%20%22art%20et%20action%22%20futurisme&f=false
  7. Dorothy Knowles, La réaction idéaliste au théâtre depuis 1890, Slatkine, 1972 : https://books.google.fr/books?id=Gmdyh0PlA3gC&pg=PA430&dq=th%C3%A9%C3%A2tre+%22art+et+action%22&hl=fr&sa=X&ei=JZNqU629NYjesATj1YGoDw&redir_esc=y#v=onepage&q=th%C3%A9%C3%A2tre%20%22art%20et%20action%22&f=false
  8. Jean-Pierre Bobillot, De la poésie-scientifique & autres écrits, ELLUG, 2008, page 104
  9. L'affiche fut faite par Frans Masereel : http://www.dbnl.org/tekst/pary001mase01_01/pary001mase01_01_0012.php
  10. Université de Münster : http://www.uni-muenster.de/LouisAragon/biog/biog26.htm