Arnaud Di Pasquale

Arnaud Di Pasquale
Image illustrative de l’article Arnaud Di Pasquale
Arnaud Di Pasquale en 2012
Carrière professionnelle
1998 – 2006
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (39 ans)
Casablanca
Taille 1,85 m (6 1)
Prise de raquette Droitier, revers à une main
Entraîneur Simon Viot
Gains en tournois 1 162 796 $
Palmarès
En simple
Titres 1
Finales perdues 1
Meilleur classement 39e (17 avril 2000)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 320e (23 avril 2001)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64 1/8 1/32 1/32
Double - 1/32 - -
Mixte - - - -
Médailles olympiques
Simple 1

Arnaud Di Pasquale est un joueur de tennis français, professionnel de 1998 à 2006, né le à Casablanca (Maroc).

Il a connu la plupart de ses meilleurs résultats au début de sa carrière senior, entre 1998 et 2000, période durant laquelle il a remporté un titre ATP en simple, atteint une autre finale, remporté une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Sydney et occupé la 39e place mondiale.

Biographie

Jeunesse

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Comme Guy Forget, il naît à Casablanca où il grandit, sa famille y étant installée depuis deux générations. Il a un frère jumeau[1][réf. insuffisante], Jean-Marc. C'est au Cercle amical français de Casablanca qu'il débute au tennis, inspiré par sa mère joueuse amatrice. C'est là qu'il rencontre Pierric Montant qui, au vu de ses compétences en 1991, a l'idée de proposer à son père une tournée d'été de six tournois en France, en Poitou-Charentes et dans les Pays de la Loire. Arnaud Di Pasquale les remporte tous bien qu'il n'ait jamais joué sur une autre surface que la terre battue auparavant.

Bernard Tapin, conseiller technique régional de la ligue de Poitou-Charentes, propose alors à ses parents d'intégrer Arnaud au tennis-études régional de Poitiers. Après un premier trimestre, il intègre le tennis-études national, toujours à Poitiers, où il rencontre Dominique Poey, lequel sera plus qu'un entraîneur pour lui, le soutenant notamment lorsqu'il perd sa mère en août 1992 d'un cancer du sein, ce drame le rendant finalement très fort mentalement.

Il reste pendant trois saisons à l'INSEP dans le bois de Vincennes avec pour compagnons de promotion dont Nicolas Devilder etOlivier Patience. Il travaille avec Hervé Gauvain, Louis Borfiga, Yannick Queré, Georges Goven et Paul Quétin. C'est aussi à l'INSEP qu'il rencontre Delphine Baudin, qui est un temps sa compagne.

À partir de 1996, il s'installe à Paris, en grande partie à Roland-Garros, où il s'entraîne avec Alain Solvès, ancien conseiller technique régional de Seine-et-Marne et originaire, comme lui, du Maroc.

En 1997, il est sacré champion du monde juniors à l'Orange Bowl, année de sa victoire à l'US Open junior et il finit l'année numéro 1 mondial junior.

Carrière

Il dispute sa première finale sur le circuit ATP en 1998 à Bucarest[2], et domine pour la première fois un joueur classé parmi les quinze premiers mondiaux, Albert Costa, à Lyon. En une saison, il s'est catapulté de la 572e à la 81e place mondiale, soit la plus belle progression des nouveaux arrivants parmi les cent premiers dans la hiérarchie de l'ATP World Tour.

Il remporte son unique titre en simple sur le circuit ATP sur la terre battue de Palerme en 1999 ; il bat à cette occasion Àlex Corretja (no 10) en quart de finale (6-4, 7-64), avant d'écarter Karim Alimi en demi-finale puis Alberto Berasategui en finale.

Sa meilleure performance est la médaille de bronze obtenue aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, au cours desquels il bat les trois têtes de séries de sa partie de tableau : Nicolas Kiefer no 13 mondial, Vladimir Voltchkov no 68, Magnus Norman no 4 (7-64, 7-62), et Juan Carlos Ferrero no 12. Échouant en demi-finale contre le futur vainqueur, Ievgueni Kafelnikov (4-6, 4-6), il remporte ensuite le match pour la 3e place face au jeune espoir Roger Federer (7-65, 6-77, 6-3)[3].

En 2000, il bat également Pete Sampras, no 2 mondial, lors des Masters de Hambourg.

En 2001, il s'offre une nouvelle victoire de prestige face à Marat Safin, alors no 1 mondial, lors des Masters de Monte-Carlo.

Il atteint deux fois les huitièmes de finale en Grand Chelem à Roland-Garros en 1999 et en 2002.

Il remporte également deux tournois Challengers à Příbram en 1998 et à Ljubljana en 2002.

Le jeudi 4 janvier 2007, à vingt-sept ans, il annonce sa retraite anticipée pour cause de blessures à répétition[4].

Après carrière

En 2007, au début du tournoi de Roland-Garros, il s'occupe de l'opération « Urban Tennis » lancée par Adidas : un sport outcourt qui se joue dans la rue et qui est un mix entre le tennis et le football[5].

Il suit la formation réservée aux sportifs de haut niveau à Sciences Po[6],[7] alors qu'il avait arrêté ses études en première[8].

Il est consultant sur L'Équipe TV et Canal + entre 2007 et 2009. Il est pendant un an agent de joueurs, dont Marion Bartoli[9]. En 2012, il devient consultant pour France Télévisions notamment lors de la Coupe Davis et du tournoi de Roland-Garros. En 2017, il collabore avec Eurosport pendant Roland-Garros.

De fin 2009 à juin 2013, il est coordonnateur à la FFT[10] puis responsable du haut niveau masculin[11] .

Le 13 avril 2013, il est nommé DTN du tennis français en remplacement de Patrice Hagelauer, parti à la retraite. Il prend ses fonctions le 1er juillet 2013[12]. Il annonce son départ anticipé le 7 janvier 2017[13].

Vie privée

Il se marie civilement le vendredi 8 juin 2007 avec pour témoin Arnaud Clément. Papa d´un fils (Arthur) et d'une fille (Romy), il vit avec sa femme Audrey à Boulogne-Billancourt.

Palmarès

Titre en simple messieurs

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Finaliste Score
1 04-10-1999 Drapeau : Italie Campionati Internazionali di SiciliaPalerme Int' Series 325 000 $ Terre (ext.) Drapeau : Espagne Alberto Berasategui 6-1, 6-3

Finale en simple messieurs

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Vainqueur Score
1 14-09-1998 Drapeau : Roumanie Romanian OpenBucarest Int' Series 475 000 $ Terre (ext.) Drapeau : Espagne Francisco Clavet 6-4, 2-6, 6-2

Autres

Parcours dans les tournois du Grand Chelem

En simple

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
1998 1er tour (1/64) Drapeau : France O. Delaître 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne M. Kohlmann
1999 1er tour (1/64) Drapeau : France Stéphane Huet 1/8 de finale Drapeau : Ukraine A. Medvedev 1er tour (1/64) Drapeau : Royaume-Uni Tim Henman 1er tour (1/64) Drapeau : Suède Fredrik Jonsson
2000 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine G. Gaudio 2e tour (1/32) Drapeau : Australie M. Philippoussis 2e tour (1/32) Drapeau : Roumanie Andrei Pavel
2001 1er tour (1/64) Drapeau : Suisse Roger Federer 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque Jiří Novák 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne J. C. Ferrero
2002 1/8 de finale Drapeau : Russie Marat Safin
2003 1er tour (1/64) Drapeau : Belgique Olivier Rochus
2004 1er tour (1/64) Drapeau : Australie L. Hewitt 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne F. López

N.B. : à droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Notes et références

  1. Le Dictionnaire des médaillés olympiques français
  2. Arnaud Di Pasquale, la révélation de Bucarest sur https://www.humanite.fr du 22 septembre 1998.
  3. La belle joie de Di Pasquale sur ladepeche.fr du 28 septembre 2000.
  4. Di Pasquale dit stop sur sport365.fr du 4 janvier 2007.
  5. Hors compétition, le tennis à la rue ? sur humanite.fr du 4 juin 2007.
  6. "Certificat préparatoire pour sportifs de haut niveau", sciencespo.fr
  7. "Un tremplin pour les sportifs de haut niveau", fondation-jeanluclagardere.com
  8. "D’une médaille aux JO à Sciences Po, le destin hors du commun d’Arnaud Di Pasquale", journalmural.com.
  9. Ancien joueur professionnel et aujourd'hui agent notamment de Tatiana Golovin en France et de Marion Bartoli, open.gdfsuez.com, 11 février 2009.
  10. Di Pasquale pour dynamiser la FFT, eurosport.fr
  11. Fusai et Di Pasquale nommés à la FFT, lejdd.fr
  12. Di Pasquale nommé DTN, lequipe.fr.
  13. Personne n’est dupe, fr.sports.yahoo.com.