Armand de Las Cuevas

Armand de Las Cuevas
Armand DE LA CUEVAS.jpg
Armand de Las Cuevas lors du Paris-Nice 1993.
Informations
Naissance
Décès
(à 50 ans)
La Réunion
Nationalité
Équipes amateurs
1987-1988CC Marmande
2006Réseau pastel
Équipes professionnelles
1989Reynolds
1990-1993Banesto
1993-1995Castorama
1996Casino
1997-1998Banesto
1999Amica Chips
Principales victoires
Championnat
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1991
Classique
Grand Prix de Plouay 1991
Classique de Saint-Sébastien 1994
1 étape de grand tour
Tour d'Italie (1 étape)
Course par étapes
Tour de Burgos 1994
Critérium du Dauphiné libéré 1998

Armand de Las Cuevas, né le à Troyes et mort le à La Réunion, est un coureur cycliste français.

Professionnel de 1989 à 1999, il a notamment été champion de France sur route 1991, a remporté le Critérium du Dauphiné libéré en 1998 et la Classique de Saint-Sébastien en 1994 et a été un équipier de Miguel Indurain au Tour de France.

Biographie

Armand de Las Cuevas commence le cyclisme à neuf ans. Alors qu'il n'aime pas ce sport et préfèrerait faire de la boxe, son père, qui s'est mis au vélo, l'inscrit à l'UVCA Troyes sans lui demander son avis[1],[2]. À 15 ans, commençant à enregistrer les succès et arrêtant sa scolarité, il envisage une carrière professionnelle et se consacre au cyclisme[1]. En 1983, sa famille s'installe à Bordeaux[2],[1]. Il court à l'US bouscataise puis au CC Marmande. En 1986, il gagne le Premier pas Dunlop. En 1988, il remporte le Ruban Granitier breton, l'une des principales courses du circuit amateur[1] et figure dans la présélection française pour le contre-la-montre par équipes des Jeux olympiques de Séoul, mais n'est finalement pas retenu[2]. Roger Legeay lui propose alors de courir une année de plus chez les amateurs pour passer professionnel en 1990 dans l'équipe Z, qu'il dirige. Armand De Las Cuevas préfère cependant devenir professionnel dès l'année suivante. Son entraîneur Victor Caneiro contacte Dominique Arnaud, coureur professionnel, qui le fait engager par l'équipe Reynolds dont il est membre. José Miguel Echavarri, qui dirige l'équipe, lui fait signer un contrat de trois ans[1].

En 1990, il est médaillé de bronze de la poursuite individuelle aux championnats du monde sur piste. L'année suivante, il dispute le Tour d'Italie, son premier grand tour. Il est mis hors course après la quatorzième étape pour s'être battu avec le coureur colombien Julio César Ortegón [1].

En 1992, Armand de Las Cuevas est équipier de Miguel Indurain lors de son doublé Tour d'Italie-Tour de France. Au Tour, il prend la deuxième place du contre-la-montre à Luxembourg, à trois minutes d'Indurain. Il est hors délais quelques jours plus tard, dans les Alpes[1]. Il est à nouveau au service d'Indurain au Tour d'Italie 1993, où il se brouille avec son leader et ses dirigeants. Alors que ces derniers souhaitait qu'il s'économise lors d'un contre-la-montre, il les convainc de lui laisser sa chance. Il constate toutefois qu'au départ de l'étape, il n'a pas le matériel adéquat : « [...] je me suis senti trahi. J'ai fait le contre-la-montre tranquille et le lendemain, quand Miguel a été attaqué, je n'ai pas bougé. Echavarri l'a mal pris. Miguel s'est retrouvé seul et a failli perdre le Giro. Echavarri m'a dit que je ne courrais plus pour Banesto[1]. » Durant l'été qui suit, Dominique Arnaud devenu manager personnel d'Armand de Las Cuevas négocie avec Cyrille Guimard, dirigeant de l'équipe Castorama, qui l'engage pour la fin de saison[1]. Il remporte le Grand Prix des Nations.

Leader de Castorama, il revêt le maillot rose du Tour d'Italie 1994 après le premier jour de course, à l'issue d'un contre-la-montre qu'il remporte. Il finit neuvième de ce Giro. Il estime cependant qu'il « [aurait] dû terminer à la troisième place » et a perdu ses chances en « [prenant] une barrière de sécurité dans les côtes » lors du deuxième contre-la-montre[1]. Le mois suivant au Tour de France, il occupe la quatrième place du classement général après la seizième étape à l'Alpe d'Huez. Il souffre cependant d'une bronchite et perd vingt minutes le lendemain et n'est pas au départ de la dix-huitième étape[1],[3]. En août, il s'impose en solitaire lors de la Classique de Saint-Sébastien, manche de la Coupe du monde.

En 1996, il court pour l'équipe Casino, puis il revient en 1997 chez Banesto. Au printemps 1998, il est aligné comme équipier d'Abraham Olano au Critérium du Dauphiné libéré puis remporte la course. Il s'impose ensuite lors de la Route du Sud. Malgré ces succès, il n'est pas sélectionné pour le Tour de France, pour être leader de l'équipe au Tour d'Espagne. Il y est cependant décevant, estimant avoir peu couru durant l'été et avoir été mal préparé[1].

L'année suivante, il est engagé par l'équipe italienne Amica Chips. N'ayant reçu aucun salaire après plusieurs mois, il la quitte et met fin à sa carrière, à 31 ans[1].

Il effectue un bref retour en 2006 en amateur. Il remporte trois étapes de l'Étoile de l'océan Indien et participe au Tour de Maurice, où il rivalise un temps avec Christopher Froome[5], futur vainqueur de l'épreuve. Il est cependant contrôlé positif à l'heptaminol lors du championnat des grimpeurs de l'île de La Réunion. La Fédération française de cyclisme prononce à son encontre une suspension de six mois.

Il est par la suite directeur sportif au VC Saint Joseph à l'île de la Réunion.

Il se suicide le 2 août 2018 à La Réunion, à l'âge de 50 ans[6],[7].

Palmarès sur route

Palmarès année par année

Résultats sur les grands tours

Tour de France

3 participations

  • 1992 : hors délai (14e étape)
  • 1994 : non partant (18e étape)
  • 1995 : 62e

Tour d'Italie

5 participations

  • 1991 : hors délais (14e étape)
  • 1992 : 38e
  • 1993 : 43e
  • 1994 : 9e, vainqueur de la 1re étape b (contre-la-montre), Jersey pink.svg maillot rose pendant une étape
  • 1995 : abandon (4e étape)

Tour d'Espagne

4 participations

Palmarès sur piste

Championnats du monde

Championnats de France

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Grégory Letort, « Armand De Las Cuevas », Pédale!,‎ , p. 55-59
  2. a, b et c « Armand De LAS CUEVAS .; l'incompris », sur sudgironde-cyclisme.e-monsite.com, (consulté le 4 août 2018)
  3. « La double constance de Piotr, qui n'est pas letton », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  4. « Chris Froome prend les commandes », sur lexpress.mu,
  5. (es) « Muere a los 50 años Armand de las Cuevas, gregario de Miguel Indurain », OKDIARIO,‎ (lire en ligne)
  6. « Armand De Las Cuevas est décédé », L'Équipe,‎ (lire en ligne)

Liens externes