Armée belge des partisans

Armée belge des partisans

Armée belge des partisans
Image illustrative de l’article Armée belge des partisans
Emblème de l'Armée belge des partisans

Création 1940
Dissolution 1941 (fusion avec le F.I.), 1945
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Type Réseau de résistance armée
Effectif 13 246
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant historique Raoul Baligand

L'armée belge des partisans est un mouvement belge de résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Directement issu de la mouvance du Parti communiste de Belgique, il fusionnera en 1941 avec le Front de l'indépendance. Ses membres étaient appelés les « partisans armés ».

principaux membres

  • Hector Ameye, partisan armé, région du Centre.
  • Julien Ameye, instructeur pour la Flandre puis commandant des deux Flandres[1].
  • Raoul Baligand, Fondateur, commandant national.
  • Henri Buch, responsable national des cadres du Parti communiste de Belgique, commandant national, "Paul"[1].
  • Germain De Becker, chef de corps de Louvain, "Gérard"[1].
  • Albert De Coninck, commandant du secteur Flandres, "Dirickx"[1].
  • Julia De Craecker, courrier, "Elza"[1].
  • Théo Dejace[1].
  • Joseph Delhalle, ( - ), partisan armé, commandant de bataillon dans la région de Huy, déporté et décédé à Bergen-Belsen.
  • Rosine Delaitte, intendante nationale, "Catherine"[1].
  • René Deprez.
  • Raymond Dispy, commandant national[1].
  • Godefried Dreesen, "Gaston", "Roger"[1].
  • Arnaud Fraiteur.
  • Willy Frère, adjoint au commandant national pour les relations extérieures, "Latour"[1].
  • Vic Goossens, adjoint du commandant de secteur Flandres, "Achille", "Gust"[1].
  • Antonina Grégoire, responsable national du renseignement, "Béatrice"[1].
  • Suzanne Grégoire.
  • Jacques Grippa[1].
  • Colonel Guillery, délégué de Londres auprès du F.I., "Nelly"[1].
  • Jean Guillissen, responsable de laboratoire (explosifs)[1].
  • Jan Guns, chefs de corps du Limbourg[1].
  • Nelly Guns, courrier, "Nelly"[1].
  • Jacob Gutfraynd, "Albin",commandant le Corps Mobile de Bruxelles (partisans Juifs du M.O.I.)
  • Paul Halter, commandant de corps.
  • Eva Hollander, intendante nationale, "Ghislaine"[1].
  • Pierre Joye, commandant national[1].
  • Joseph Leemans, responsable national aux cadres du PCB[1].
  • Alexandre Livchitz.
  • Youra Livchitz, déclaré membre des Partisans armés à titre posthume (à la suite de l'attaque du XXe convoi).
  • Jean Michel, responsable national de l'armement, "Robert"[1].
  • Pr. Nuyens, responsable du F.I. pour la Flandre, "Guido"[1].
  • René Joseph Paquay, commandant régional
  • Andrée Terfve, secrétaire du commandant national, "Luce"[1].
  • Jean Terfve, commandant national, "Radoux", "Charlier"[1].
  • Joseph Thonet.
  • Victor Thonet, chef de corps de Charleroi[1].
  • Camille Van Acker[1].
  • Louis Van Brussel, "Jean"[1].
  • Simone Van Brussel, courrier, "Jenny"[1].
  • Rik Van Ussel, instructeur du PCB pour la Flandre, "Robert"[1].
  • Louis Verheyen, chef d'état-major, "Stephan"[1].
  • Frans Vleugels, commandant de bataillon du corps de Louvain, "Firmin"[1].
  • Fernande Volral
  • Jacques Wurth, responsable national de l'armement, "J. L. Baets"[1].
  • Ursmar Navez, sabotage voies de chemin de fer "Felix"[1].
  • Henri Navez, sabotage voies de chemin de fer [1].
  • Irène Borms

Notes et références