Araméen

Araméen
ארמית Arāmît, ܐܪܡܝܐ Oromoyo, آرامية Ārāmiya
Pays
Nombre de locuteurs 438 300[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 arc
Stèle portant une dédicace en araméen au dieu Salm, Ve siècle av. J.-C., trouvée à Tayma en Arabie.

L'araméen appartient à la famille de langues chamito-sémitiques (ou langues afro-asiatiques). Son nom vient d'Aram[2], une très ancienne région du centre de la Syrie.

Dans cette famille, l'araméen appartient à la branche sémitique. Plus précisément, il constitue une partie de la sous-famille sémitique occidentale septentrionale, qui comprend également les langues cananéennes telles que l'hébreu et l'ougaritique. L'alphabet araméen a été largement adopté pour les autres langues et est l'ancêtre des alphabets hébreu et arabe, ainsi que de l'alphabet kharoshthi dans le nord-ouest de l'Inde, et peut-être l'alphabet brahmi.

Les variétés modernes de l'araméen sont le ma'alouléen (ou néo-araméen occidental), le mandéen moderne (ou ratna), le touroyo (l'un des deux dialectes du néo-araméen central) et le soureth (ou néo-araméen du nord-est).

Durant ses 3 000 ans d'histoire écrite[3], l'araméen a été utilisé comme langue administrative des empires et comme langue de culte. C'était une des langues quotidiennes en Judée pendant la période du Second Temple (539 av. J.-C. – 70 apr. J.-C.), la langue parlée par Jésus-Christ[4],[5], la langue d'une grande partie des livres bibliques de Daniel et d'Esdras, et la principale langue du Talmud[6]. Toutefois, le judéo-araméen était différent par les caractères et par la grammaire. La longue histoire de l'araméen et son utilisation diversifiée et généralisée ont abouti à la création de nombreux dialectes, parfois considérés comme des langues. Ainsi, il n'y a pas eu une langue araméenne statique, chaque époque et chaque zone géographique a plutôt eu sa propre variété. L'araméen a été retenu comme langue liturgique par certaines Églises orientales, sous la forme du syriaque, variété araméenne dans laquelle a été diffusé le christianisme oriental. Ces communautés parlent cette langue ou emploient une autre forme d'araméen comme langue vernaculaire.

L'araméen moderne est parlé aujourd’hui comme première langue par de nombreuses petites communautés éparses et en grande partie isolées, chrétiennes, juives, et par les groupes ethniques mandéens de l'Asie occidentale[7] — les plus nombreux, les Assyriens, sous la forme de l'assyrien néo-araméen et du chaldéen néo-araméen — ; ils ont tous conservé l'utilisation d'une langue véhiculaire dominante, malgré les transferts linguistiques.

Les langues araméennes sont considérées comme des langues en voie de disparition[8].

Importance historique de l'araméen

Inscription en araméen sur la stèle funéraire de Si'gabbor trouvée à Neirab (début du VIIe siècle av. J.-C.).

Au VIe siècle av. J.-C., l'araméen était la langue administrative de l'Empire perse. Du IIIe siècle jusqu'à 650 apr. J.-C., c'était la principale langue écrite du Proche-Orient. Elle a donné son nom à l'alphabet araméen avec lequel elle était écrite. L'araméen pouvait servir de langue véhiculaire ou lingua franca[9].

Une des plus grandes collections de pièces en araméen achéménide, au nombre de 6 000 lisibles (correspondant à environ 500 textes déchiffrés), est celle des tablettes de Persépolis,[11].

L'araméen était la « langue de relation » de cette époque, la langue de l'éducation et du commerce. Au VIIIe siècle av. J.-C., on parlait couramment l'araméen de l'Égypte à l'Asie majeure, jusqu'au Pakistan, et c'était la principale langue des grands Empires d'Assyrie, de Babylone et, plus tard, de l'Empire chaldéen ainsi que du gouvernement impérial de la Mésopotamie. L'araméen s'est également répandu en Palestine, supplantant l'hébreu comme langue la plus couramment parlée entre 721 et 500 av. J.-C. Une grande partie de la loi judaïque a été créée, débattue et transmise en araméen, et c'est aussi la langue à la base du Talmud.

On considère que l'araméen était la langue de Jésus de Nazareth et de ses disicples : si les Évangiles, qui datent du Ier siècle, sont rédigés en grec car ayant vocation à toucher des populations hellénophones, ils citent le Christ en araméen[12]. Les historiens estiment également que l'araméen était la langue la plus couramment parlée en Palestine à son époque, et ce depuis des siècles, et constituait l'idiome le plus commun au Moyen-Orient[12].

Langue historiquement employée pour exprimer des idées religieuses, l'araméen constitue un lien entre le judaïsme et la chrétienté. Le professeur Franz Rosenthal a écrit, dans le Journal of Near Eastern Studies (traduction libre) : « À mon avis, l'histoire de l'araméen représente le triomphe, pur et simple, de l'esprit humain incarné dans la langue (qui est la forme la plus directe de l'expression de l'esprit)… [Cette langue] réussissait, avec force, à promulguer les questions spirituelles[13]. »

Groupes

L'araméen a toujours existé sous forme de multiples dialectes[14]. Les trois groupes dialectaux actuels sont :

L'arabe, l'hébreu et le persan ont emprunté de nombreux mots à l'araméen.

Propagation

Les papyri araméens d’Éléphantine, témoins de la vie d'une communauté juive en Égypte à l'époque achéménide, constituent un autre important corpus de textes.

Communauté juive

Le Livre de Daniel et le Livre d'Esdras sont écrits en partie en araméen.

Parmi les manuscrits de la mer Morte, une centaine est constituée de textes rédigés en araméen, notamment des traductions de la Bible (targoums)[15].

Le Targoum Onkelos, attribué traditionnellement à Onkelos, est la traduction officielle de la Torah utilisée par la communauté juive. L'araméen était également la langue employée par les rabbins qui ont participé à l'écriture du Talmud de Babylone et du Talmud de Jérusalem, langue dans laquelle les deux Talmuds furent rédigés intégralement. Seule la Mishna est rédigée en hébreu. Ainsi un étudiant talmudique digne de ce nom a souvent de meilleures connaissances en araméen qu'en hébreu moderne.

Époque de Jésus

Les dialectes araméens parmi les langues sémitiques de l'Antiquité[Quand ?].

L'araméen était[réf. souhaitée], pense-t-on, la langue usuelle en Judée du temps de Jésus de Nazareth et le resta dans toute la région, puisque Mani prêchait en araméen, bien que certains historiens estiment que l'emploi du grec s'était étendu à tout le pourtour de la Méditerranée[réf. nécessaire].

On estime que Jésus de Nazareth a prêché en araméen[16].

Une phrase mise dans la bouche de Jésus (« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? ») est transcrite différemment dans l'évangile selon Marc et dans l'évangile selon Matthieu.

Le texte de Westcott-Hort  se présente ainsi :

  • Dans Matthieu 27:46 : « ελωι ελωι λεμα σαβαχθανι[17] » (« elôi, elôi, lema sabachthani »).
  • Dans Marc 15:34 : « ελωι ελωι λαμα σαβαχθανι[18] » (« elôi, elôi, lama sabachthani »).

Le Codex Bezæ, les versions du Stephanus New Testament (1550) et Scrivener New Testament (1894) donnent une autre version de Matthieu 27:46 : « ηλι ηλι λαμα σαβαχθανι[19] » (« êli, êli, lama sabachthani »). Cette transcription en grec du passage de Matthieu, ηλι, est plus proche de l'hébreu officiel de l'époque.

La Traduction œcuménique de la Bible (TOB) signale en note que les deux versets représentent une citation en araméen de psaumes 22:2 (en hébreu, אֵלִי אֵלִי לָמָה עֲזַבְתׇנִי) (Eli, Eli, lama azavtani) « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ». La Bible de Jérusalem met en note sur le verset de Marc 15:34 : « Jésus a dû prononcer en araméen, Élahî, transcrit Élôï, peut-être sous l'influence de l'hébreu Élohim. » Ces deux traductions transcrivent Éli (Eli) pour Matthieu, et Élôï (Eloï) pour Marc. À noter également que Élahî (Ilahi) est aussi la prononciation arabe de « Mon Dieu ».

Moyen Âge

Le Sefer HaZohar (Livre de la Splendeur), livre ésotérique juif, est rédigé en araméen[20]. Il aurait été écrit soit en Palestine au IIe siècle par le rabbin Shimon bar Yohaï[21], soit par une multiplicité d'auteurs réunis en « cercles » kabbalistiques disséminés dans l'entourage de Moïse de León au XIIIe siècle[22].

De nos jours

Le premier logiciel de traitement de texte en langue araméenne a été élaboré en 1986-1987 au Koweït par Sunil Sivanand, un jeune professionnel des technologies de l'information qui est maintenant directeur général et ingénieur en chef chez Acette, une société implantée à Dubaï. Le projet avait été parrainé par Daniel Benjamin, qui était à la tête d'un groupe de personnes qui s'efforcent de préserver et de faire revivre la langue araméenne[réf. nécessaire].

Depuis la seconde partie du XXe siècle, la majorité des Araméens vit dans la région du Proche-Orient[23].

Depuis la guerre du Golfe en 1990-1991, et surtout depuis 2003, aux suites de l'intervention américaine en Irak lors de la Guerre d'Irak, les Araméens sont menacés. En 2014, l'État islamique, ou Daech, est proclamé, et cet État non reconnu internationalement, s'étendant sur une grande partie est de la Syrie, et nord-ouest de l'Irak, persécuta les populations araméennes, souvent chrétiennes. Des massacres furent signalés, ainsi que des cas d'esclavagisme. Les dialectes araméens sont en danger critique d'extinction, car les populations fuient les combats et les persécutions, et rejoignent les autres cohortes de réfugiés[réf. nécessaire].

Dans les années 2010, l'araméen est considéré comme une langue en voie de disparition[24],[25]. Selon l'Unesco, il compte alors encore un demi-million de locuteurs, dans des villages et régions reculées de la Syrie, du sud-est de la Turquie, du nord de l'Irak et de l'Iran, et au sein de diasporas autour de Paris (à Sarcelles notamment), en Suède et aux États-Unis[12]. En Syrie, il est notamment parlé dans trois villages des environs de Damas, dont Maaloula (20 % des habitants le maîtrisent, essentiellement les plus âgés), ainsi que dans le nord-est de la Syrie[24]. Afin d'assurer la survie de la langue, les écoliers de Maaloula reçoivent un cours d'araméen par jour[24].

Sources des évangiles en araméen

Certains chercheurs qui n'adhèrent pas au consensus sur cette question postulent que les évangiles ont été rédigés en hébreu (Claude Tresmontant)[26] ou en araméen (Abbé Jean Carmignac, qui ne tranche pas entre l'hébreu et l'araméen)[27].

La version en araméen des Evangiles est incluse dans la Peshittâ, la bible en langue araméenne. Sa datation et son origine sont controversées.

Notes et références

  1. Ethnologue [syr].
  2. Cette langue a été connue sous plusieurs noms au cours des siècles. Selon l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, arts et des métiers, « la langue syriaque, appelée en divers temps langue chaldéenne ou babyloniene, araméene, assyriene, fut encore nommée hébraïque, non qu'on la confondît avec l'ancien hébreu, mais parce qu'elle étoit devenue la langue vulgaire des Juifs, depuis leur retour de la captivité de Babylone, & qu'elle l'était encore du temps de Jesus-Christ ». Le mot « araméen » a été créé au XXe siècle pour désigner cette langue.
  3. L'araméen apparaît entre le XIe et le IXe siècle avant notre ère. Klaus Beyer (1986 : The Aramaic language: its distribution and subdivisions) suggère que l'écriture araméenne date probablement du XIe siècle avant notre ère, et il est établi que les plus anciennes inscriptions du Nord de la Syrie datent du Xe siècle. Wolfhart Heinrichs (1990 : Studies in Neo-Aramaic) utilise la date moins controversée du IXe siècle, pour lequel il existe un consensus.
  4. (en) The Eerdmans Bible Dictionary : Aramaic, Grand Rapids, Michigan, Allen C. Myers, William B. Eerdmans, , 1094 p. (ISBN 978-0-8028-2402-8), p. 72 « It is generally agreed that Aramaic was the common language of Israel in the first century AD. Jesus and his disciples spoke the Galilean dialect, which was distinguished from that of Jerusalem (Matt. 26:73). »
  5. http://markdroberts.com/htmfiles/resources/jesuslanguage.htm.
  6. Beyer 1986, p. 38–43 ; Casey 1998, p. 83–6, 88, 89–93 ; Eerdmans 1975, p. 72.
  7. Heinrichs 1990, p. xi–xv ; Beyer 1986, p. 53.
  8. « L'araméen, la langue parlée par Jésus, menacée d'extinction », article paru sur le site Atlantico, 26 janvier 2013.
  9. « Aramaic language » dans l'Encyclopædia Britannica, version en ligne consultable au 4 novembre 2009.
  10. Ces textes ont été édités par R. A. Bowman sous le titre : Aramaic Ritual Texts from Persepolis, Oriental Institute Publications, volume XCI, University of Chicago Press, 1970 (ISBN 978-0-226-62194-4).
  11. a b et c Volker Saux, « Jésus en version originale », sur geo.fr, (consulté le 13 janvier 2020).
  12. Franz Rosenthal, « Aramaic Studies during the past Thirty Years », Journal of Near Eastern Studies, 1978 [lire en ligne].
  13. « Qui parle araméen de nos jours ? », sur Michael Langlois (consulté le 14 juillet 2020).
  14. (en) Ursula Schattner-Rieser, Textes araméens de la mer Morte, Bruxelles, Belgique, Safran, , 159 p., Édition bilingue, vocalisée et commentée (ISBN 978-2-87457-001-8, présentation en ligne).
  15. M. Black, An Aramaic Approach to the Gospels and Acts, 3e éd., Hendrickson Publishers , 1967 . C. F. Burney, The Aramaic Origin of the Fourth Gospel, Oxford at the Clarendon Press, 1922 ; M. Casey, The Aramaic Sources of Marks' Gospel, Cambridge University Press, 1998 ; M. Casey, An Aramaic Approach to Q, Cambridge University Press, 2002 . F. Zimmermann, The Aramaic Origin of the Four Gospels, Ktav Publishing House, 1979.
  16. Matthieu 27:46 sur BibleGateway.com.
  17. Marc 15:34 sur BibleGateway.com.
  18. Matthieu 27:46 d'après le Stephanus New Testament et le Scrivener New Testament sur BibleGateway.com.
  19. Le Zohar, traduction de l'araméen par Charles Mopsik, Lagrasse, Verdier, 1981-2001, 7 vol.
  20. « C’est ainsi que je fixe les choses, Rabbi Abba notera, Rabbi Eliezer, mon fils, enseignera oralement, et le reste des amis s'exprimeront dans leur cœur… » (Livre du Zohar, Parashat HaAzenou).
  21. Voir les différentes œuvres de Gershom Scholem.
  22. Sébastien de Courtois, Les derniers araméens, La Table Ronde, 2004.
  23. a b et c AFP, « Pourquoi la langue du Christ, l’araméen, risque de disparaître », sur Geo.fr, (consulté le 13 janvier 2020).
  24. « L'araméen, la langue parlée par Jésus, menacée d'extinction », sur Atlantico.fr, (consulté le 13 janvier 2020).
  25. Tresmontant, Claude., The Hebrew Christ : language in the age of the Gospels, Franciscan Herald Press, (OCLC 891446957, lire en ligne)
  26. Guindon, Henri-Marie, CARMIGNAC, Jean, La naissance des évangiles synoptiques, Faculté de philosophie, Université Laval, (OCLC 748829790, lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Ursula Schattner-Rieser, Textes araméens de la mer Morte, Bruxelles, Belgique, Safran, , 159 p., Édition bilingue, vocalisée et commentée (ISBN 978-2-87457-001-8, présentation en ligne).

Filmographie

  • Robert Alaux, Les Derniers Assyriens, Paris, 2003 (film documentaire de 52 minutes évoquant l'origine des langues araméennes et syriaque).

Articles connexes

Liens externes