AqME

AqME
Description de cette image, également commentée ci-après
AqME en 2014.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Metal alternatif
Années actives 19992006, depuis 2007
Labels At(h)ome
Site officiel www.aqme.com
Composition du groupe
Membres Étienne Sarthou
Charlotte Poiget
Julien Hekking
Vincent Peignart-Mancini
Anciens membres Thomas Thirrion
Benjamin Rubin
Sophie Chaussade
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo d’AqME.

AqME (prononcé « akmé ») est un groupe de metal alternatif français, originaire de Paris, en Île-de-France. Le groupe compte un total de sept albums studio, deux EP, et un album live.

Dans un premier temps, le groupe, formé par d'anciens musiciens du groupe Neurosyndrom en 1999, enregistre et publie une démo intitulée University of Nowhere. En 2002, il sort son premier album studio, Sombres efforts, publié au label At(h)ome. S'ensuit une chaine d'autres albums incluant Polaroïds et pornographie (2004), La Fin des temps, Hérésie, En l'honneur de Jupiter, Épithète, dominion, épitaphe (2012), Dévisager Dieu (2014), et AqMe (2017).

En 2006, après la sortie du DVD AqME Live(s), le groupe décide de prendre une pause pour se consacrer à d'autres projets extérieurs à AqME. Ils reviennent en 2007.

Biographie

Débuts (1999–2001)

AqME est formé par d'anciens musiciens du groupe Neurosyndrom en septembre 1999[1]. Son nom s'inspire du grec ancien acmé, signifiant "apogée". La première formation comprend alors Thomas Thirrion (Koma, chant), Benjamin Rubin (Ben, guitare), Sophie Chaussade (Sofy, basse et chœur) et Étienne Sarthou (ETN, batterie). À ses débuts, le groupe fait partie du collectif musical Team Nowhere avec Pleymo, Enhancer, Noisy Fate, Wünjo (et Watcha occasionnellement). Dès cette époque, leur son rock français détonne avec l'ambiance nu metal des autres groupes de la Team Nowhere[1].

Leur premier enregistrement est une démo de cinq titres, University of Nowhere, réalisée en septembre 1999. Pressée à seulement 500 exemplaires, elle s'écoule rapidement dans la région parisienne. Dans le courant du mois d'octobre 2000, Sofy quitte le groupe pour se consacrer à ses études et est remplacée à la basse par Charlotte Poiget. Le groupe sort une réédition limitée à 2 000 exemplaires de University of Nowhere en avril 2001[réf. nécessaire].

De Sombres efforts à la pause (2001–2007)

Formation emblématique d'AqME (de gauche à droite : ETN, Koma, Charlotte et Ben) à l'époque de Sombres efforts (2002).

L'album Sombres efforts est réalisé à l'été de 2001 en Suède, alors que le groupe n'a pas encore de label[2],[3]. En 2002, AqME signe sur le label indépendant français At(h)ome, qui sort l'album accompagné d'une tournée française le promouvant. Durant la tournée du premier album, le groupe compose son deuxième album, qui sera enregistré vers la fin de l'année 2003.

AqME sort son deuxième album, Polaroïds et pornographie, le 13 avril 2004[4]. L'album, produit par Daniel Bergstrand (In Flames, Meshuggah), se caractérise par un style de heavy metal « plus sombre, plus influencée par la pop[5]. » Le groupe annonce ensuite publiquement son départ de la Team Nowhere, le 12 septembre la même année[6].

Pour son troisième album, le groupe décide de rester enregistrer à Paris, avec le producteur français Steve Prestage[2]. L'album La Fin des temps sort le 10 octobre 2005, toujours chez At(h)ome. Cependant, la presse spécialisée locale l'accueille d'une manière mitigée[7],[8]. Le groupe collabore parallèlement avec Indochine sur le titre Aujourd'hui je pleure de leur album Alice et June, sorti en décembre 2005[2].

Le groupe publie aussi son premier DVD live, intitulé AqME Live(s), enregistré le 2 juin 2006 à Nantes[9], et révèle que ses membres, exténués par le rythme intensif du groupe (quatre albums en quatre années) ont décidé de prendre une pause pour se consacrer à d'autres projets extérieurs à AqME. Ainsi Thomas Thirrion forme avec Yann Heurtaux de Mass Hysteria le groupe acoustique Vicki Vale, Benjamin Rubin le groupe de stoner rock Die on Monday, et Étienne Sarthou le groupe de grind-death Grymt.

Hérésie et En l'honneur de Jupiter (2007–2010)

La formation (de gauche à droite : ETN, Mulder, Charlotte et Koma) à l'époque d'En l'honneur de Jupiter (2009).

Les membres du groupe annoncent leur retour en studio dès la fin de 2007. Leur quatrième album studio, Hérésie, sort en février 2008, toujours chez At(h)ome[10]. À cette période, le groupe signe de nouveau au label pour trois autres albums[2].

Après dix ans de route commune, Benjamin Rubin quitte AqME en novembre 2008 afin de se focaliser exclusivement sur son autre groupe Die on Monday[11],[12]. Après une période de latence, le groupe intègre Julien Hekking (Mulder) en tant que guitariste en janvier 2009[13] lequel avait déjà joué avec Étienne Sarthou au sein de Grymt[14]. Ce nouveau quatuor enregistre un cinquième album, En l'honneur de Jupiter qui sort le 19 octobre 2009.

De Épithète, dominion, épitaphe à Dévisager Dieu (2011–2017)

Leur sixième album Épithète, dominion, épitaphe sort le 10 avril 2012 en guise de chant du cygne pour Thomas Thirrion. En effet, le chanteur avait annoncé à la surprise des autres membres d'AqME son retrait complet du monde musical en mars 2012[15],[16]. Vincent Peignart-Mancini prend sa place lors de la tournée consécutive à la sortie de l'album[2].

Avec ce nouveau chanteur, AqME sort un EP, intitulé Les Sentiers de l'aube, le 15 octobre 2012, composé de trois morceaux inédits et de trois morceaux live issus des précédents albums. Le 15 décembre 2012, le groupe revient au Rack’Am, jouant en soutien à Épithète, dominion, épitaphe[1].

Le 3 novembre 2014, AqME livre son septième album Dévisager Dieu ; en amont de cette sortie, le clip Avant le Jour arrive en éclaireur. Le groupe reprend la route fin novembre 2014 pour défendre ce nouvel album. Charlotte prend un hiatus du groupe le temps d'achever sa grossesse. La basse sera tenue pour le restant de la tournée par le frère jumeau de Vincent, Julien Peignart-Mancini.

AqME (depuis 2017)

Pour célébrer les 15 ans du premier album Sombres efforts, AqME réédite le 21 avril 2017 une version CD (comprenant 2 disques, dont un pour l'album remasterisé par Magnus Lindberg, et le second comprenant des versions démos ainsi qu'un inédit enregistré à la même époque) et une version vinyle à l'occasion du Disquaire Day le 22 avril. Le 12 mai 2017, le groupe dévoile le clip Tant d'années, un des morceaux du prochain album prévu pour la rentrée scolaire suivante[17]. Le nouvel album est annoncé le 22 septembre 2017, avec comme titre AqME[18]. Il fait participer Reuno de Lofofora[2].

En janvier 2018, après la fin de leur tournée, AqME publie un clip, intitulé Se souvenir, les montrant notamment de passage au Download Festival 2017 de Paris, et dans différentes salles de concert[19].

Style musical

AqME n'a cessé d'évoluer musicalement en une décennie. À ses débuts, le groupe s'inscrit dans le rock alternatif en revendiquant comme influences Nirvana, Soundgarden, Cold, Chokebore, Unfold, Deftones mais aussi Korn. À partir de l'album Hérésie sorti en 2008, il amorce un virage vers le metal alternatif voire death metal mélodique sur l'album Épithète, Dominion, Épitaphe.[réf. souhaitée]

Membres

Formation principale d'AqME (de gauche à droite : Ben, Koma, Charlotte et ETN) à Toulouse (2008).

Membres actuels

  • Étienne « ETN » Sarthou — batterie (depuis 1999)
  • Charlotte Poiget — basse (depuis 2000)
  • Julien Hekking — guitare (depuis 2009)
  • Vincent « Vinc » Peignart-Mancini — chant (depuis 2012)

Membre additionnel

  • Julien Peignart-Mancini — basse (2015 ; concerts)

Anciens membres

  • Thomas « Koma » Thirrion — chant (1999–2012)
  • Benjamin « Ben » Rubin — guitare (1999–2008)
  • Sophie « Sofy » Chaussade, — basse (1999–2000)

Chronologie

Discographie

Albums studio

Album live

EP

Notes et références

  1. a, b et c Axelle Baudry, « Concert : AqME vient faire vibrer le Rack’Am ! », sur essonneinfo.fr, (consulté le 8 août 2018).
  2. a, b, c, d, e et f « Encyclopédie du Rock - AqME », sur rockmadeinfrance.com, (consulté en =8 août 2018).
  3. « AqME - Sombres Efforts - chronique », sur leseternels.net (consulté le 8 août 2018).
  4. « AqME - Polaroïds & Pornographie - critique », sur albumrock.net (consulté le 8 août 2018).
  5. « Chronique - AqME - Polaroids et Pornographie », sur Trashocore (consulté le 8 août 2018).
  6. Mathieu Olmi, « Team Nowhere : Apogée du néo-métal Français », sur Dynam'hit-à-brac, Le Mag (consulté le 8 août 2018), Aqme, groupe initialement dans la Team Nowhere, s’en détacha en 2004..
  7. « AqME - La Fin Des Temps (2005) - rock - Label : At(h)ome - chronique », sur leseternels.net (consulté le 8 août 2018).
  8. « Chronique - AqME - La Fin Des Temps », sur Trashocore (consulté le 8 août 2018).
  9. Erwan Le Nagard, « AqME – Live(s) », (consulté le 8 août 2018).
  10. Labelle Labelle, « AqME : « Hérésie est notre meilleur album et de très loin ! » », sur Le Nouvel Obs/Rue89 (consulté le 8 août 2018).
  11. Erwan Le Nagard, « Ben quitte AqME », sur vacarm.net, (consulté le 8 août 2018).
  12. Erwan Le Nagard, « Interview d’AqME (Septembre 2012) », sur vacarm.net, (consulté le 8 août 2018).
  13. « AQME a recruté Julien Hekking Lazy Gymt au poste de guitariste.... », sur metalorgie (consulté le 4 mai 2018).
  14. « Interview », sur leseternels.com (consulté le 4 mai 2018).
  15. « AqME se livre au Républicain », sur Le Républicain, (consulté le 8 août 2018).
  16. « Aqme - le départ du chanteur originel », sur Rock Your Life (consulté le 8 août 2018).
  17. Jerembzh, « AQME : "Tant d'années", nouveau titre en écoute », sur La Grosse Radio, (consulté le 8 août 2018).
  18. Benoit Disdier, « Chronique : AqME – AqME », sur vacarm.net, (consulté le 8 août 2018).
  19. Jerembzh, « AqME - Se Souvenir [ VIDEO ] METAL - AqME », sur La Grosse Radio, (consulté le 8 août 2018).

Liens externes