Antoine Veil

Antoine Veil
Antoine Veil (cropped).jpg

Antoine Veil en 2013.

Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Paris
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Enfants
Jean Veil
Pierre-François Veil
Claude-Nicolas Veil ()
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Antoine Veil, né le à Blâmont et mort le à Paris, est un homme politique et haut fonctionnaire français.

Biographie

Famille

Article détaillé : famille Veil.

Antoine Veil est né le à Blâmont (Meurthe-et-Moselle) du mariage d'André Veil (1889-1966), industriel, et d'Alice Léon (1898-1985)[1].

Le , il épouse Simone Jacob, connue sous le nom de Simone Veil. De ce mariage, naissent trois enfants : Jean Veil (1947), Claude-Nicolas (1948-2002) et Pierre-François Veil (1954), avocat[1].

Antoine Veil meurt le [2],[3],[4]

Formation

Après des études secondaires aux lycées de Nancy et de Grenoble, Antoine Veil poursuit des études supérieures : il est licencié en droit et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris[1] (section Service public, promotion 1948).

Parcours professionnel

Antoine Veil « échappe de peu à la déportation »[5]. Avec sa famille, il se réfugie en Suisse, durant la Seconde Guerre mondiale[6].

Antoine Veil entre en 1947 au cabinet de Pierre-Henri Teitgen et, en 1948, au cabinet d'Alain Poher. Après l'ENA (promotion Albert-Thomas), en 1955, il rejoint le corps des inspecteurs des Finances et poursuit sa carrière dans divers cabinets ministériels : il devient notamment directeur de cabinet de Joseph Fontanet, secrétaire d'État à l'Industrie et au Commerce, puis ministre de la Santé publique. De 1964 à 1968, il est délégué général du Comité central des armateurs français, aujourd’hui Armateurs de France. En 1969, il est nommé directeur général adjoint de la Compagnie des chargeurs réunis[7].

De 1971 à 1980, il occupe les fonctions d'administrateur, puis de directeur général de l'UTA (Union de transports aériens), de président-directeur général de la Compagnie aéromaritime d'affrètement et d'administrateur d'Air Inter. Il était membre du comité stratégique du groupe Bolloré[8].

Il est élu conseiller de Paris en 1971, réélu en 1983[9].

Lorsque Simone Veil porte la loi sur l'avortement (1975), il participe en privé à son élaboration et met à la disposition de sa femme son réseau d'élus centristes (il a été trésorier du CDS) pour la faire passer au Parlement[10].

De 1982 à 1985, il est P.D-G. de Manurhin.

En 1983, il crée avec son épouse Simone Veil le club Vauban, un cercle de réflexion qui vise à dépasser les clivages politiques, les réunions ayant lieu dans leur appartement de la place Vauban[11].

En 1989, il fonde son cabinet de conseil, AV Consultants[3].

Il est nommé P.-D.G. d'Orlyval en avril 1992. Face aux difficultés de la société, il négocie un plan de restructuration qui conduit à la reprise de la concession par la RATP quelques mois plus tard.

En 2013, un constat est fait: "Ensemble ils [Antoine et Simone] ont appris à vivre avec la Shoah"[12].

Distinctions et hommages

Décorations

Alain Veil est promu grand officier de l'ordre national de la Légion d'honneur le [13]. Il est en outre commandeur de l'ordre national du Mérite, officier de la Santé publique et du Mérite commercial et industriel, chevalier du Mérite agricole et de l'Economie nationale[1].

Hommage posthume

Il est inhumé au cimetière du Montparnasse (5e division). À ses obsèques, parmi la foule, on note la présence d'Édouard Balladur, Jacques et Bernadette Chirac, Bertrand Delanoë, François Fillon, Pierre Moscovici, Nicolas Sarkozy, Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn[14].

Le , le président de la République Emmanuel Macron annonce l'entrée au Panthéon de Simone Veil, lors de son hommage national[15]. Quant à Antoine Veil, il sera admis avec elle en sa qualité d’époux[16].

Ouvrages

  • La Mémoire longue, Paris, Éditions Plon, , 221 p. (ISBN 978-2-259-02372-6)
  • Les Années de sable, Paris, Éditions Flammarion, , 169 p. (ISBN 978-2-08-066754-0)
  • Comédie française, Paris, Éditions Plon, , 162 p. (ISBN 978-2-259-18746-6)
  • Avec Emmanuel Galiero, Salut, Monaco, Alphée Éditions, , 140 p. (ISBN 978-2753806382)

Voir aussi

Filmographie

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Archives nationales (France) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • WorldCat

Notes et références

  1. a, b, c et d Who's Who in France, édition 2013, p. 2173.
  2. « Antoine Veil est décédé cette nuit », sur Le Figaro, .
  3. a et b « Mort d'Antoine Veil, mari de Simone Veil », sur Le Monde, .
  4. « Antoine Veil, haut fonctionnaire, homme politique, chef d'entreprise et mari de... », sur Le Monde, .
  5. « Qui est Antoine Veil, l'autre nouveau pensionnaire du Panthéon », franceinter, 5 juillet 2017.
  6. Luc Cédelle, « Antoine Veil, haut fonctionnaire, homme politique, chef d'entreprise et mari de... », Le Monde, 13 avril 2013.
  7. « Antoine Veil, haut-fonctionnaire, homme politique, chef d'entreprise et mari de... », Le Monde, 13 avril 2013.
  8. Laurent Mauduit, Petits conseils, éditions Stock, 2007, page 277.
  9. Kahina Sekkai, « Antoine Veil s'est éteint », in parismatch.com, 12 avril 2013.
  10. Bérengère Bonte, Hommes de…, éditions du Moment, 2015, pages 90-92.
  11. « Simone Veil, une vie de combats », Paris Match, semaine du 6 au 12 juillet 2017, pages 34-73.
  12. Antoine Veil: sa vie avec Simone. Gala. 12 avril 2013.
  13. Décret.
  14. « L'émouvant dernier adieu à Antoine Veil », Paris-Match, 15 avril 2013.
  15. Simone Veil reposera avec son époux, Antoine, au Panthéon, Le Point, 5 juillet 2017.
  16. « Simone Veil reposera avec son époux au Panthéon », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)