Antoine Rignoux

Antoine Rignoux
Naissance
Wassy, Haute-Marne
Décès (à 61 ans)
Villenave-d'Ornon, Gironde
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1791-1815
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Antoine Rignoux, né le à Wassy en Haute-Marne et mort le à Villenave-d'Ornon en Gironde, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Antoine Rignoux

Sommaire

Biographie

Il entre en service le comme soldat au 79e régiment d’infanterie. Grenadier le suivant, il sert à l'armée des Alpes entre 1791 et 1792 et est nommé par Kellermann sergent-major au bataillon de chasseurs des Hautes-Alpes le . Le suivant, il est élu capitaine, et le , son bataillon intègre la 3e demi-brigade d’infanterie légère. De 1795 à 1797, il sert à l’armée d’Italie et est fait prisonnier par les Autrichiens le lors du combat de Salo. Libéré le par échange de prisonniers, il passe le dans la 11e demi-brigade d’infanterie légère au sein de la 6e division du général Rey. Il est blessé d'un coup de feu au pied droit le lors de l’expédition du Tyrol.

Du à 1801, Rignoux fait partie de l’armée d’Orient. Le , il devient aide de camp du général Belliard. Le , il est nommé chef de bataillon à la suite du 76e régiment d’infanterie de ligne et est affecté à l’armée de Hanovre, puis à l'armée des côtes de l'Océan en 1805. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le , et le , il est affecté à la Grande Armée en Autriche. Il fait la campagne de Prusse et de Pologne en 1806 et 1806 et se distingue le sur le champ de bataille d’Eylau. Il est nommé colonel au 103e régiment d’infanterie de ligne le suivant.

De 1808 à 1813, il sert à l’armée d’Espagne. Il se distingue à la bataille d'Ocaña le , à la suite de laquelle il est élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur le . Il est également créé baron de l’Empire le . Il se distingue de nouveau lors du siège de Badajoz, qui capitule le . Il est promu général de brigade le à l'armée du Midi en l'Espagne, et le de la même année, il prend le commandement de la 1re brigade de la 1re division d’infanterie de réserve. Il se fait remarquer le au combat de Pozo Alcón, d’où il ramène 600 prisonniers espagnols. Le , lors de l'expédition dite du camp de Saint-Roch (non loin de Gibraltar), il perd l'œil gauche lors d'un affrontement. Le , il commande la 1re brigade de la division d’infanterie du général Semellé et est nommé gouverneur de Séville par le maréchal Soult le .

Lors de la bataille de Vitoria, le , il commande une brigade de la division Villatte. Le , il commande la 1re brigade de la 3e division d’infanterie et il a la cuisse gauche fracturée par un coup de feu le lors du passage du col de Maya. Il est nommé commandeur de la Légion d’honneur le . Lors de la Première Restauration, il est fait chevalier de Saint-Louis par le roi Louis XVIII le , puis mis en non-activité le suivant. Pendant les Cent-Jours, il est employé le comme chef d’état-major du 8e corps de l’armée des Pyrénées. Remis en non activité le , il est admis à la retraite par ancienneté de services le .

Le général Rignoux meurt le , à Villenave d'Ornon.

Dotation

  • Le , donataire de 4 000 francs en Westphalie.

Armoiries

Figure Nom du baron et blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Escutcheon to draw-fr.svg


Armes du baron Antoine Rignoux et de l'Empire, décret du , lettres patentes du , commandeur de la Légion d'honneur

Écartelé au premier d'azur à la gerbe d'or ; au deuxième des barons tirés de l'armée ; au troisième de gueules, à deux chevrons superposés d'or ; au quatrième d'azur à la pyramide d'argent, adextrée en chef d'un croissant contourné du même - Livrées, bleu, rouge, jaune, blanc.

Sources