Antisémitisme sous la Troisième République

L'antisémitisme sous la Troisième République (1870-1940) commence en particulier avec l'affaire Dreyfus, la crise boulangiste et l'avènement des ligues anti-parlementaires d'extrême-droite, alors que le nationalisme devient une valeur de droite. Il connaît d'abord une phase d'expansion avec l'affaire Dreyfus, qui retombe au début du XXe siècle, moment qui voit la naissance de l'Action française. L'antisémitisme, auparavant partagé dans les rangs de la gauche, devient une idéologie de droite voire, en particulier après l'Union sacrée de la Première Guerre mondiale, d'extrême-droite. Les années 1930 voient une résurgence de l'antisémitisme, qui se mêle alors avec la dénonciation du « judéo-bolchévisme » apparu à la suite de la révolution d'Octobre.

L'antisémitisme de 1870 à 1914

Adolphe Willette, candidat antisémite; « Le judaïsme, voilà l'ennemi! »
Affiche pour les élections législatives du 22 septembre 1889.

L'antisémitisme français à la fin du XIXe siècle est remarquable par son activisme et sa popularité, comme le prouvent le nombre impressionnant et la virulence des publications antisémites en France, dont en particulier le pamphlet d'Édouard Drumont, La France juive (1886, 1892) et son journal La Libre Parole.

Pendant cette période, et particulièrement au paroxysme de l'Affaire Dreyfus, ont lieu de graves émeutes dans plusieurs villes françaises (Paris, Marseille, Lyon, Nancy, Bordeaux, Perpignan, Angers, ...) où des groupes pouvant compter jusqu'à un millier de personnes s'attaquent à des boutiques tenues par des Juifs[1]. À Paris, des bandes organisées mènent des émeutes dans les quartiers juifs (notamment au Marais ou à Belleville). Ces bandes regroupent des individus issus de communautés spécifiques (notamment les équarrisseurs de la Villette) et sévissent principalement entre 1892 et 1894[1].

Il imprègne peu à peu presque toute la droite française, comme on va le voir au moment de l'affaire Dreyfus et du scandale de Panama. Le krach de l'Union générale, en 1882, banque fondée par un ancien employé des Rothschild, semble être un des facteurs déclenchants de la vague d'antisémitisme. En 1890, La Croix se proclame le journal catholique le plus anti-juif de France.

Lié au nationalisme et au racialisme, l'antisémitisme devient alors une revendication majeure de l'extrême-droite[2]. S'il concerne majoritairement la droite et l'extrême-droite, l'antisémitisme n'épargne pas entièrement la gauche, en particulier parmi une minorité de représentants du syndicalisme révolutionnaire, mouvement qui donne lieu au débat sur l'existence, ou non, d'un « fascisme français ».

Le marquis de l'Estourbeillon au Celtic Congress of Caernarfon, 1904. Il siégea en 1898 dans le groupe antisémite d'Édouard Drumont, composé d'une vingtaine de députés, à la Chambre.
  • L'antisémitisme de gauche se mêle à l'anticapitalisme, considérant que le capital est aux mains des Juifs. L'affaire Dreyfus rend celui-ci extrêmement minoritaire, la plupart des personnalités venues de ce milieu basculant à droite voire à l'extrême-droite.

L'antisémitisme à la Chambre des députés

L'antisémitisme populaire de Drumont est cependant peu représenté à la Chambre des députés[3], malgré la présence croissante de députés antisémites avec le développement de l'affaire Dreyfus[3]. Bien que majoritairement de droite, ceux-ci siègent à divers endroits de l'Assemblée, en particulier après les législatives de 1889 portées par la vague boulangiste[3]. Parmi ces députés: le royaliste vendéen Armand Léon de Baudry d'Asson[3]; plusieurs boulangistes admirateurs de Drumont, dont Maurice Barrès, le bonapartiste Lucien Millevoye, membre de la Ligue antisémitique, Francis Laur, le royaliste Jules Delahayeetc.[3]. Ils restent cependant minoritaires: les interpellations de Laur suscitent l'indifférence ou l'hilarité[3]. Plusieurs de ces députés ne sont pas ré-élus aux législatives de 1893, qui voient cependant l'entrée de Théodore Denis, Henri Michelin et le vicomte d'Hugues, élu dans les Basses-Alpes et fier d'être le seul « qui ait inscrit dans son programme électoral la question juive »[3]. D'Hugues reste cependant discret à la Chambre[3].

En mai 1895, plusieurs de ces députés (Théodore Denis, le comte de Pontbriand, Baudry d'Asson) réclament l'exclusion des Juifs de la fonction publique, voire de leur retirer la nationalité française[3]. Ces propositions ne reçoivent cependant que peu d'échos parmi leurs collègues[3]. La presse ridiculise ces deux jours de débat oiseux[3], mais La Petite Gironde constate cependant l'existence réelle de relais parlementaires à cet antisémitisme, assimilé à un « réveil des passions qui ont ensanglanté le Moyen Âge »[3].

Avec le développement de l'affaire Dreyfus, l'antisémitisme passe définitivement à droite, des réflexes d'union républicaine présageant à gauche le cabinet Waldeck-Rousseau[3]. Le député Gustave Rouanet moque ainsi l'anti-capitalisme antisémite de gauche, recueillant l'approbation de la majorité du centre et de la gauche[3]. Sur proposition de Paul Faure, le groupe radical-socialiste exclut ainsi, en décembre 1898, ses quelques députés antisémites, en particulier Émile Morinaud[3]. Une vingtaine de députés, tous membres de courants nationalistes (boulangistes, royalistes, déroulédiens...), constituent en juin 1898 un « groupe antisémite » à la Chambre, sous la présidence de Drumont[3] (voir liste en note[4]).

Près de la moitié de ces députés rejoindront après les élections de 1902 l'Action libérale, principal parti d'opposition au Bloc des gauches[3], et deviendront des conservateurs bon teint[3]. Maurice Barrès et l'Action française, avec Jules Delahaye, deviennent alors les nouveaux porte-paroles de l'antisémitisme[3].

Le parlementarisme spécifiquement antisémite ne perdure cependant pas à l'assemblée, et disparait après 1909[1] jusqu'aux années 1930.

L'antisémitisme de la fin de la Première Guerre mondiale jusqu'au Front populaire (1936)

Article connexe : France dans les années 1930.

Lors de la Première Guerre mondiale, la participation des juifs à l'Union sacrée amène Maurice Barrès à les inclure dans Les Diverses familles spirituelles de la France (1917), tranchant ainsi avec la dénonciation des « quatre États confédérés : Juif, Protestant, Maçon et Métèque » du chef de l'Action française, Charles Maurras. Mais l'antisémitisme, un temps apaisé, ressurgit lors des années 1930, stimulé par la crise économique, le chômage, l'afflux des Juifs allemands fuyant le nazisme et l'accession au pouvoir du Front populaire, dirigé par Léon Blum.

Marginalisé[3], il devient une valeur étendard de l'extrême-droite, portée de nombreuses publications antisémites. Avec la Révolution bolchévique, il se focalise désormais sur la dénonciation du « judéo-bolchévisme », étant ainsi lié à l'anti-communisme[3]. Le codirecteur de L'Action française, Léon Daudet, qui remplace Jules Delahaye comme porte-parole de l'antisémitisme parmi les députés, en est l'illustration, félicitant par ailleurs le conservatisme d'un Georges Mandel ou d'un Édouard Ignace[3].

Roger Lambelin préface en 1920 les Protocoles des Sages de Sion, pamphlet conspirationniste ré-édité à plusieurs reprises malgré l'enquête du Times de Londres, en 1921, qui conclut à la supercherie. Daudet combat ainsi, en novembre 1921, le projet socialiste d'impôt sur le capital en faisant l'apologie de ce faux et de La Vieille France, une revue peu diffusée d'Urbain Gohier[3].

Si en 1927, Samuel Schwartzbard, qui a assassiné l'hetman Petliura est acquitté par la Cour d'assises de la Seine, des manifestations antisémites accueillent une pièce de Jean Richepin sur l'affaire Dreyfus en 1931 et en 1933. Lors de la montée du nazisme, les frères Jérome et Jean Tharaud écrivent, dans un livre au titre significatif, Quand Israël n'est plus roi : « Ce qui étonne davantage, c'est que soixante-cinq millions d'Allemands se soient laissé dominer de la sorte de la sorte par six cent mille Juifs »[5].

L'affaire Stavisky entraîne elle aussi une montée de l'antisémitisme qui n'est pas étranger à l'émeute du 6 février 1934, quand les ligues antiparlementaires, qui se multiplient à chaque Cartel des gauches, ne sont pas loin d'entraîner la chute du régime républicain.

Les publications antisémites

La Revue internationale des sociétés secrètes, dirigée d'abord par Mgr Jouin puis par le chanoine Schaefer, dirigeant de la Ligue Franc-Catholique, passe de 200 abonnés en 1912 à 2000 en 1932[6]. Le journaliste catholique Léon de Poncins, adepte des théories du complot et collaborateur de nombreux journaux (dont Le Figaro, dirigé par François Coty, ou L'Ami du Peuple, sous-titré « Hebdomadaire d'action racique (sic) contre les forces occultes ») y participe[6], ainsi que l'occultiste Pierre Virion, qui fonde après-guerre une association avec le général Weygand[7], Ministre de la Défense nationale de Vichy avant de faire appliquer les lois racistes en Afrique du Nord.

Le Grand Occident, animé par les antidreyfusards Lucien Pemjean, Jean Drault et Albert Monniot, tire à 6 000 exemplaires en 1934[6]. Le Réveil du peuple, organe du Front Franc de Jean Boissel, auxquels collaborent Jean Drault et Urbain Gohier, diffuse 3 000 exemplaires en 1939[6]. Disparue en 1924, La Libre Parole est à nouveau publiée en 1928-1929, sans réussir à décoller, puis en 1930 par Henry Coston (alias Georges Virebeau), qui la dirige jusqu'à la guerre[6]. Beaucoup d'antisémites célèbres écriront dans ses colonnes, dont Jacques Ploncard, Jean Drault, Henry-Robert Petit, Albert Monniot, Mathieu Degeilh, Louis Tournayre ou Jacques Ditte[6]. Le mensuel éponyme diffuse à 2000 abonnées[6].

D'autres revues sont plus éphémères, telles que La France Réelle, proche de l'AF ; L'Insurgé, pro-fasciste; ou L'Ordre National, proche de la Cagoule[6], un groupe terroriste anticommuniste et antisémite, financé par le fondateur de L'Oréal, Eugène Schueller. Ce dernier publie des articles d'Hubert Bourgin et Jacques Dumas[6].

Céline publie Bagatelles pour un massacre pour la première fois en 1937, tandis que Georges Montandon, un ethnologue tenant des thèses racialistes, publie en 1939, dans La Contre-Révolution, un article intitulé « La Solution ethno-raciale du problème juif ».

L'antisémitisme dans les ligues et les partis politiques

Fondée pendant l’affaire Dreyfus, l'Action française rassemble en 1934 60 000 adhérents[8].

La Solidarité Française est une ligue fasciste dirigée par le commandant Renaud, elle est fondée en 1933, la même année que le Francisme dirigé par Marcel Bucard. Ces deux ligues regroupent chacune 10 000 personnes[8]. Le Francisme est devenu antisémite à partir de 1936[8]. Le Parti populaire français, fondé en 1936, est dirigé par Jacques Doriot. Ce parti compte à son apogée 100 000 adhérents[8].

Certains partis qui n’étaient pas antisémites à l’origine le deviennent dans les années 1930. Ainsi, les Comités de défense paysanne d'Henri Dorgères penchent vers le fascisme puis l’antisémitisme dès le début des années 1930. Ce parti compte alors 150 000 à 200 000 adhérents[8].

D’autres ligues agissent qui sont plus petites mais surtout beaucoup plus violentes, notamment la Ligue Franc-Catholique, formée en 1927 et dirigée par le chanoine Schaeffer, ou encore le Front de la jeunesse fondé à la fin de l'année 1937 par l'avocat Jean-Charles Legrand.

Deux groupuscules ouvertement antisémites, le Front franc de Boissel et le Parti national prolétarien entretiennent des liens directs avec les nazis d'outre-Rhin.

L'antisémitisme sous le Front Populaire

« La question juive à la Chambre », manchette de L'Action française du 7 juin 1936.

L'arrivée au pouvoir de Léon Blum déclenche les foudres de l'extrême droite parlementaire et des ligues qui lui sont affiliées[9], suscitant une recrudescence de l'antisémitisme[3]. S'il était porté, à la Belle Époque, par des députés marginaux, il bénéficie désormais d'une réelle écoute, notamment à travers la parole du vice-président du groupe parlementaire de la Fédération républicaine, Xavier Vallat[3]. À l'arrivée de Blum, celui-ci déclare à la tribune : « Pour la première fois, ce vieux pays gallo-romain sera gouverné par un Juif »[5].

Parmi les antisémites (Vallat, Joseph Massé, Louis Biétrix, etc.), beaucoup préfèrent Hitler à Léon Blum comme Salomon-Kœchlin : « mieux vaut mille fois, pour un peuple sain, la férule d’un Hitler que la verge d’un Léon Blum »[10]. L'admiration envers le nazisme ou/et le fascisme n'est pas unanime dans les rangs de l'extrême-droite antisémite, la germanophobie et le nationalisme induisant, chez certains, le rejet du nazisme. L’Action française, royaliste, et les Maurrassiens sont méfiants vis-à-vis de Hitler. La plupart des antisémites, même Lucien Rebatet, ne souhaitaient pas que la France imite les méthodes allemandes. Ils estiment ne pas être influencés par le nazisme car l’antisémitisme français repose selon eux sur des arguments traditionnels.

En 1937, paraît Bagatelles pour un massacre de Céline, où l'auteur devient prophète dans l'antisémitisme : « Qu'ils crèvent, eux, tous d'abord, après on verra ».

En novembre 1938, l'assassinat d'un conseiller de l'ambassade d'Allemagne à Paris par Herschel Grynszpan fournit un prétexte à Hitler pour déclencher la Nuit de Cristal mais avive l'inquiétude et l'embarras des Juifs de France devant l'afflux d'immigrés juifs d'Europe de l'Est.

Les Juifs de France réagissent faiblement à cette situation. Un comité national de secours aux victimes de l'antisémitisme de l'Allemagne se crée mais est vite dépassé. La communauté est déchirée entre ceux qui veulent garder un profil bas face au nazisme et à l'antisémitisme tel le jeune Edgar Morin[11] et ceux qui appellent à la résistance au nazisme, comme Julien Benda.

Revendications antisémites

Les antisémites considéraient non seulement qu’il était désormais devenu indispensable de fermer les frontières mais ils pensaient également qu’il fallait refouler les Juifs.

Céline clamait ainsi : «  Faut les renvoyer chez Hitler ! En Palestine ! En Pologne ! » Quelques antisémites sortaient des chiffres, ainsi Laurent Viguier évaluait la communauté juive à 800 000 personnes et il estimait que 300 000 restait un nombre « tolérable »[12]. Mais justement ses calculs sont exagérés puisque dans les années 1930 on ne dénombre que 300 000 Juifs en France (soit 0,7 % de la population totale)[12].

D’autres antisémites prônaient davantage des mesures légales et un statut juridique. Ils voulaient dissocier une nationalité juive de la nationalité française, sans faire de différences entre les israélites depuis longtemps intégrés et les nouveaux arrivés. Ils ne ménageaient pas non plus les anciens combattants juifs, tout en sachant que la communauté juive avait perdu presque une génération dans la Grande Guerre. Les mesures légales envisagées consistaient à priver les juifs de droits publics et à les proscrire de la fonction publique. René Gontier affirmait qu'« ils ne seront ni électeurs ni éligibles »[13].

Ces propositions visaient à interdire les organisations juives telles que l’Alliance israélite universelle ou la Ligue Internationale contre l’antisémitisme. Les plus extrémistes voulaient interdire le travail aux juifs, ce qui en somme rejoignait l’idée d’expulser les juifs, puisque ces derniers sans travail seraient obligés de partir. Ils voulaient limiter les activités exercées par les juifs dans la presse, la banque, l’industrie, le commerce, les professions libérales, la culture et le spectacle. Des groupes de théoriciens antisémites demandaient aussi la confiscation des biens des juifs[14].

Il y a une grande hostilité envers les mariages mixtes, mais aucune mesure légale ne fut jamais prise. Pourtant quelques lois furent promulguées en réponse à des manifestations venant notamment du milieu de la médecine ou des avocats (loi Armbruster du 21 avril 1933, limitant la médecine aux personnes diplômées de nationalité française; loi concernant les avocats de juillet 1934, limitant la profession à ceux résidant sur le territoire depuis plus de dix ans - voir Histoire de l'immigration en France).

Bibliographie

  • Pierre Birnbaum, Un mythe politique, la « République juive » : de Léon Blum à Pierre Mendès France, Paris, Fayard, coll. « Nouvelles études historiques », , 417 p. (ISBN 2-213-02106-6, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
    Réédition : Pierre Birnbaum, Un mythe politique, la « République juive » : de Léon Blum à Pierre Mendès France, Paris, Gallimard, coll. « Tel » (no 257), , 417 p. (ISBN 2-07-073555-9).
  • Pierre Birnbaum, Le moment antisémite : un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, , 399 p. (ISBN 2-213-60227-1, présentation en ligne), [présentation en ligne].
    Réédition : Pierre Birnbaum, Le moment antisémite : un tour de la France en 1898, Paris, Pluriel, coll. « Pluriel », , 504 p. (ISBN 978-2-8185-0438-3, présentation en ligne).
  • Tal Bruttmann et Laurent Joly (préf. Michel Winock), La France antijuive de 1936 : l'agression de Léon Blum à la Chambre des députés, Sainte-Marguerite-sur-Mer, Éditions des Équateurs, , 238 p. (ISBN 2-246-60831-7)
    Réédition : Tal Bruttmann et Laurent Joly (préf. Michel Winock), La France antijuive de 1936 : l'agression de Léon Blum à la Chambre des députés, Paris, CNRS éditions, coll. « Biblis : histoire » (no 146), , 238 p. (ISBN 978-2-271-09202-1, présentation en ligne).
  • Joshua Cole, « Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie : les émeutes antijuives de Constantine (août 1934) », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, Paris, Presses de Sciences Po, no 108,‎ , p. 3-23 (ISBN 978-2-72463-171-5, DOI 10.3917/ving.108.0003, lire en ligne).
  • Emmanuel Debono, « Les dynamiques de l'antisémitisme à l'œuvre dans les années 30 », Archives Juives, Paris, Les Belles Lettres, vol. 40 « Le judaïsme libéral en France des origines aux années 1960 »,‎ , p. 110-121 (lire en ligne).
  • Emmanuel Debono, « Radiographie d'un pic d'antisémitisme. La crise de Munich (automne 1938) », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, no 43 « Années Trente. L'emprise sociale de l’antisémitisme »,‎ 1er semestre 2010, p. 77-95 (ISBN 978-2-25169-430-6, lire en ligne).
  • Emmanuel Debono, « Les années 1930 en France : le temps d'une radicalisation antisémite », Revue d'Histoire de la Shoah, Paris, Mémorial de la Shoah, no 198 « L'antisémitisme français sous l'Occupation »,‎ , p. 99-116 (ISBN 978-2-91696-607-6, lire en ligne).
  • Emmanuel Debono, « L'antisémitisme en France pendant la drôle de guerre », Revue d'Histoire de la Shoah, Paris, Mémorial de la Shoah, no 198 « L'antisémitisme français sous l'Occupation »,‎ , p. 141-158 (ISBN 978-2-91696-607-6, lire en ligne).
  • Michel Dreyfus, « Le pacifisme, vecteur de l'antisémitisme à gauche dans les années 1930 », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, no 43 « Années Trente. L'emprise sociale de l’antisémitisme »,‎ 1er semestre 2010, p. 54-65 (ISBN 978-2-25169-430-6, lire en ligne).
  • Simon Epstein, « Henri Béraud (1885-1958), un poids lourd de l'antisémitisme », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, no 43 « Années Trente. L'emprise sociale de l'antisémitisme »,‎ 1er semestre 2010, p. 39-53 (ISBN 978-2-25169-430-6, lire en ligne).
  • (it) Valeria Galimi, « L'antisemitismo francese negli anni' 30 del XX secolo : invarianze e ristrutturazioni tematiche », dans Michele Battini et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), Antisemitismi a confronto : Francia e Italia. Ideologie, retoriche, politiche, Pise, Edizioni Plus / Pisa University Press, , 199 p. (ISBN 978-8-88492-675-3), p. 101-119.
  • Bertrand Joly, « Les antidreyfusards avant Dreyfus », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. 39,‎ , p. 198-221 (lire en ligne).
  • Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français, 1880-1900 : boulangisme, ligue des patriotes, mouvements antidreyfusards, comité antisémites, Paris, Honoré Champion, coll. « Dictionnaires & références » (no 2), , 687 p. (ISBN 2-85203-786-6, présentation en ligne), [présentation en ligne].
    Réédition : Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français, 1880-1900, Paris, Honoré Champion, coll. « Champion classiques. Références et dictionnaires » (no 2), , 687 p. (ISBN 2-7453-1241-3).
  • Laurent Joly, « L'entrée de l'antisémitisme sur la scène parlementaire française. Le débat sur l'« infiltration juive » à la Chambre en mai 1895 », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, nos 38/1 « Intellectuels juifs (II). Histoire, politique et identité juive à l'ère des tyrannies »,‎ 1er semestre 2005, p. 114-128 (ISBN 978-2-25169-419-1, lire en ligne).
  • Laurent Joly, « L'Ami du Peuple contre les « financiers qui mènent le monde ». La première campagne antisémite des années 1930 », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, nos 39/2 « Les Juifs dans le Paris du vêtement et de la mode »,‎ 2e semestre 2006, p. 96-109 (ISBN 978-2-25169-422-1, lire en ligne).
  • Laurent Joly, « Les débuts de l'Action française (1899-1914) ou l'élaboration d'un nationalisme antisémite », Revue historique, Paris, Presses universitaires de France, no 639 « Religion et société »,‎ , p. 695–717 (lire en ligne).
  • Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d'histoire moderne et contemporaine, Paris, Belin, nos 54-3,‎ , p. 63-90 (ISBN 978-2-70114-571-6, ISSN 0048-8003, DOI 10.3917/rhmc.543.0063, lire en ligne).
  • Laurent Joly et Grégoire Kauffmann, « Le nationalisme français des années 1880-1900 et l'exaltation de la haine, « légitime », « saine », « populaire », contre le juif », dans Marc Deleplace (dir.), Les discours de la haine : récits et figures de la passion dans la cité, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », , 347 p. (ISBN 978-2-7574-0083-8), p. 139-154.
  • Laurent Joly, « Le préjugé antisémite entre « bon sens » et humour gaulois : Clément Vautel (1876-1954), chroniqueur et romancier populaire », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, no 43 « Années Trente. L'emprise sociale de l'antisémitisme »,‎ 1er semestre 2010, p. 23-38 (ISBN 978-2-25169-430-6, lire en ligne).
  • Laurent Joly, « D'une guerre l'autre : L'Action française et les Juifs, de l’Union sacrée à la Révolution nationale (1914-1944) », Revue d'histoire moderne et contemporaine, Paris, Belin, nos 59-4,‎ , p. 97-124 (lire en ligne).
  • Laurent Joly, « Maurras Charles, 1868-1952 », dans Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige. Dicos poche », , XLII-1964 p. (ISBN 978-2-13-055057-0).
  • (en) Laurent Joly, « The Genesis of Vichy's Jewish Statute of October 1940 », Holocaust and Genocide Studies, vol. 27, no 2,‎ , p. 276–298 (ISSN 8756-6583, DOI 10.1093/hgs/dct027).
  • Laurent Joly, « Fascisme et antisémitisme dans la France des années 1930 : une irrésistible convergence ? », Revue d'histoire moderne et contemporaine, Paris, Belin, nos 62-2/3 « Antisémitisme(s) : un éternel retour ? »,‎ , p. 115-136 (DOI 10.3917/rhmc.622.0115, lire en ligne).
  • Laurent Joly, Naissance de l'Action française : Maurice Barrès, Charles Maurras et l'extrême droite nationaliste au tournant du XXe siècle, Paris, Grasset, , 371 p. (ISBN 978-2-246-81160-2, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • Grégoire Kauffmann, « L'héritage de Drumont dans les années 1930 », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, no 43 « Années Trente. L'emprise sociale de l’antisémitisme »,‎ 1er semestre 2010, p. 12-22 (ISBN 978-2-25169-430-6, lire en ligne).
  • (en) Paul J. Kingston, Anti-Semitism in France during the 1930's : Organisations, Personalities and Propaganda, Kingston upon Hull, University of Hull Press, coll. « Occasional Papers in Modern Languages » (no 14), , IX-152 p. (ISBN 0-85958-440-2).
  • Marie-Claire Laval-Reviglio, « Parlementaires xénophobes et antisémites sous la IIIe République. Débats relatifs à la nationalité et à la « protection du travail national » », Le Genre humain, Paris, Éditions du Seuil, nos 30-31 « Le droit antisémite de Vichy »,‎ , p. 85-114 (ISBN 978-2-02029-366-2, ISSN 0293-0277, lire en ligne).
  • Richard Millman, La question juive entre les deux guerres : ligues de droite et antisémitisme en France, Paris, Armand Colin, coll. « L'ancien et le nouveau » (no 18), , 338 p. (ISBN 2-200-21166-X, présentation en ligne).
  • Catherine Nicault, « Le procès des Protocoles des Sages de Sion : une tentative de riposte juive à l'antisémitisme dans les années 1930 », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, Paris, Presses de Sciences Po, no 53,‎ , p. 68-84 (lire en ligne).
  • Léon Poliakov, Histoire de l'antisémitisme, vol. 4 : L'Europe suicidaire, 1870-1933, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l'esprit » (no 32), , 364 p. (ISBN 2-7021-0212-3, présentation en ligne).
  • Carole Reynaud-Paligot, « L'émergence de l'antisémitisme scientifique chez les anthropologues français », Archives juives, Paris, Les Belles Lettres, no 43 « Années Trente. L'emprise sociale de l’antisémitisme »,‎ 1er semestre 2010, p. 66-76 (ISBN 978-2-25169-430-6, lire en ligne).
  • Ralph Schor, L'opinion française et les étrangers en France, 1919-1939, Publications de la Sorbonne, coll. « France XIXe-XXe siècles » (no 22), , X-761 p. (ISBN 2-85-944-071-2, présentation en ligne).
  • Ralph Schor, L'antisémitisme en France dans l'entre-deux-guerres : prélude à Vichy, Bruxelles, Éditions Complexe, coll. « Historiques » (no 144), , 380 p. (ISBN 2-8048-0050-4).
  • Rita Thalmann, « Xénophobie et antisémitisme sous le Front populaire », Matériaux pour l'histoire de notre temps, Paris, Association des amis de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et du musée, no 6 « 1936 en France »,‎ , p. 18-20 (ISSN 0769-3206, lire en ligne).

Références

  1. a b et c Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Éditions La Découverte, , 995 p. (ISBN 9782355220883), chap. 10 (« Paysans, ouvriers nous sommes »), p. 421
  2. Taguieff, Pierre-André (2002), « L'invention racialiste du juif », article tiré de La couleur et le sang. Doctrines racistes à la française, nouvelle éd. 2002, Mille et une nuits.
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y Joly 2007, p. 63-90.
  4. Il s'agit de Gustave Cluseret, Julien Dumas, Théodore Denis, le marquis de l'Estourbeillon, le comte de Pontbriand, Frédéric de Largentaye, Marcel Habert et Albert Chiché, tous présents dans la législature précédente; d'anciens députés ré-élus tels Lucien Millevoye, Léon Borie, Paul de Cassagnac; et de nouveaux tels les quatre députés d’Algérie (dont Firmin Faure à Oran, Charles-François Marchal à Alger et Émile Morinaud ), le comte d'Aulan, Charles Bernard, Joseph Daudé, Jules Delpech-Cantaloup, Henry Ferrette, Victor Gay, Jules Galot, Ludovic Gervaize, le général Jacquey, Joseph Lasies, Joseph Massabuau, le marquis de Maussabré et Léonce Pascal. Voir Laurent Joly (2007), art. cit.
  5. a et b  Bernhard Blumenkranz, Histoire des Juifs en France, Privat éditeur, 1972, Toulouse, Troisième partie, quatrième section, deuxième chapitre.
  6. a b c d e f g h et i Schor 2005, p. 33-34
  7. Dictionnaire de la politique française, d'Henry Coston, t. 3, Paris, Publications Henry Coston, 1979, p. 730.
  8. a b c d et e Schor 2005, p. 29
  9. Laurent Joly, Tal Bruttmann, La France antijuive de 1936. L’agression de Léon Blum à la Chambre des députés, Éditions des Équateurs, 2006
  10. ibid p.158
  11. Edgar Morin, Autocritique, 1969, Paris : « Déjà, avant la guerre, j'avais peur de réagir en Juif aux événements politiques et j'étais heureux de m'opposer, pacifiste, au bellicisme de la plupart des autres Juifs ».
  12. a et b Schor 2005, p. 185.
  13. Schor 2005, p. 186.
  14. Schor 1985, p. 626.

Voir aussi