Anthony Kavanagh

Anthony Kavanagh
Description de cette image, également commentée ci-après

Anthony Kavanagh à Montreux en 2015.

Naissance (48 ans)
Longueuil (Canada)
Activité principale Humoriste
Acteur
Chanteur
Anthony-Kavanagh à New York en 2013

Anthony Kavanagh est un humoriste, chanteur et acteur canadien, de parents Haïtiens, né le à Greenfield Park, au Québec (Canada).

Biographie

Anthony Kavanagh est né le dans l'ancienne ville de Greenfield Park, une banlieue de la Rive-Sud de Montréal, devenue aujourd'hui un arrondissement de la ville de Longueuil, de parents haïtiens, immigrés au Québec dans les années 1960[1]. Son père est enseignant et sa mère directrice d'hôpital[2]. C'est à 18 ans qu'il fait ses premiers pas sur scène en présentant un spectacle humoristique et en chantant des chansons de Michael Jackson dans son école. Partagé entre les études et le monde du spectacle, Kavanagh décide à 22 ans de se lancer pleinement dans sa carrière d'artiste. En 1989, il remporte le titre des Auditions nationales, Juste pour rire, comme un des deux meilleurs nouveaux humoristes de l'année du Québec. Sa carrière s'amorce dès lors, aussi bien en français qu'en anglais. Anthony Kavanagh affirme que Michael Jackson et Eddie Murphy l'ont inspiré au début de sa carrière ; il est encouragé par le manager de ce dernier, rencontré à la fin d'un spectacle aux États-Unis.

En 1992, il accompagne dans la première partie de leur tournée Céline Dion, Julio Iglesias et Nathalie Cole. Il apparaît bientôt à la radio, dans Midis Fous de CKOI, ainsi qu'à la télévision dans les séries Super sans plomb et Voodootaxi (en anglais) et dans son talk-show ... et Anthony. En 1995, il entame son one-man-show Kavanagh ! qui, en raison de son succès, restera à l'affiche pendant deux ans.

Carrière française

Avec Pascal Légitimus à la mise en scène, Anthony Kavanagh fait ses débuts en France à Lyon à l'automne 1998, avec ce même spectacle, avant de monter à Paris. Il passe durant sept mois au Théâtre Trévise, puis fait l'Olympia en 1999, et y fête ses 30 ans.

En 2000, il interprète le titre « Un peu de moi », composé et écrit par Essaï dans le cadre de l'Opération Pièces Jaunes, présidée par Bernadette Chirac et parrainée par David Douillet.

Chaque année en janvier, de 2001 à 2006, il assure l'animation de la cérémonie des NRJ Music Awards, se tenant au Palais des Festivals et des Congrès de Cannes. La soirée est diffusée en direct sur TF1 et en simultané sur NRJ[1],[3].

En 2003, il incarne l'avocat Billy Flynn dans la comédie musicale Chicago, d'abord à Montréal, puis reprend le même rôle au Casino de Paris l'année suivante.

En 2004, Anthony Kavanagh pratique une nouvelle activité en participant au doublage français du film La ferme se rebelle (version française de Home of the Range) de la production Walt Disney Pictures. Bien que le film soit accueilli timidement par la critique, l'interprétation de Kavanagh, qui double Buck, un cheval maladroit et gaffeur est remarquée[4].

En 2005, il joue le rôle de Brock Steel dans le feuilleton télévisé parodique québécois Le cœur a ses raisons.

Début 2006, il montre à la fois ses talents de chanteur, comédien et humoriste dans son spectacle Les Démons de L'Arkange, un show inédit sur la scène du Grand Rex à Paris, où il joue le rôle d'un ange envoyé sur Terre afin de mieux comprendre la nature humaine. Ce spectacle lui permet également de présenter les extraits musicaux de son album du même nom, sorti le . Le producteur du spectacle, malhonnête, s'enfuit avec la recette ; Kavanagh subit un onéreux contrôle fiscal[5].

En 2006, il quitte TF1 pour signer un contrat avec la chaîne publique France 2. Il devient animateur des concours de danse Dancing Show et Shymphonic Show, des émissions dans lesquelles l'artiste québécois peut mélanger les genres afin de promouvoir son image multicarte, celle d'un artiste qui peut chanter, danser et faire rire[3]. Le succès n'est pas au rendez-vous, avec cette expérience qui se révèle décevante en termes d'audience.

En 2008, il intervient à la télévision en tant qu'invité dans Cauet retourne la télé et en tant que traducteur et animateur du WWI (Worldwide Invitational), évènement lié aux jeux vidéo, les 28 et 29 juin, organisé par Blizzard Entertainment, qui se déroule à Paris.

Il tourne également la comédie musicale Agathe Cléry d'Étienne Chatiliez, sortie sur les écrans en . Le film au sujet audacieux, dans lequel Kavanagh donne la réplique à Valérie Lemercier, est mal accueilli par la critique.

À la fin 2008 et au début 2009, il tourne deux téléfilms pour la télévision française ; en , il interprète le rôle d'un homme d'affaires homosexuel dans La Fille au fond du verre à saké d'Emmanuel Salposky, pour Canal+ puis, en avril de l'année suivante, se rend en Bourgogne pour interpréter le rôle d'un soldat américain de la Seconde Guerre mondiale qui s'éprend d'une femme au foyer française déjà mariée, dans le drame de guerre Les Amants de l'ombre, téléfilm de Philippe Niang, diffusé sur France 3[6].

En , il anime pour la première fois un grand gala au Festival du Grand Rire de Québec.

Du au , Anthony Kavanagh présente son nouveau spectacle « Anthony Kavanagh fait son coming out », à la salle Bobino de Paris et en tournée dans toute la France et toute la Francophonie.

En , il présente le divertissement en deux parties Nous avons les images sur la chaîne française Comédie !. Il décline le programme au Québec, en version plus longue (avec plus d'épisodes).

En , il anime pour la seconde année un grand gala au Festival du Grand Rire de Québec.

En , il interprète aux côtés de Frédérique Bel, qui joue son épouse, le rôle de Chris Lenoir dans la 4e saison de la série Fais pas ci, fais pas ça. Il participe également aux côtés de Chantal Ladesou et Camille Combal, à Big & Tasty (le film), premier clip musical de Maxime Torres, valeur montante de la scène électro française, produit par le DJ International Laurent Wolf[7].

En , il participe à l'album Il était une fois de Thierry Gali, en soutien de l'action de l'Unicef[8].

En , pendant une semaine, Anthony Kavanagh se produit sur la mythique scène de l'Olympia à Paris.

En mars 2014, il anime la première édition des Web Comedy Awards diffusé sur W9.

En 2014 : Danse avec les stars, saison 5 sur TF1 avec comme partenaire Silvia Notargiacomo.

À partir de la rentrée 2015, il entame une tournée dans toute la Francophonie avec son nouveau one-man-show : « Anthony Kavanagh - Showman ». Il travaille avec le producteur Mounir Belkhir (Les Nubians, Melissa M, DJ Mam's, Talib Kweli).

Retour au Québec

Après cinq ans de carrière en France, Anthony Kavanagh ressent le besoin de revenir chez lui, au Québec. En , il remporte un immense succès avec son nouveau one-man-show « Anthonykavanagh.com » à la Place des Arts de Montréal, qu'il avait présenté l'année précédente au Bataclan. Dès le début du spectacle, il impose son style toujours multiple efficace[9]. Ses deux spectacles donnés à guichets fermés dans le cadre du festival Juste pour rire ont été suivis, à l'automne 2008, par une tournée de 25 dates à travers le Québec[10].

En , Anthony Kavanagh anime, à nouveau, un Grand Gala au Festival Grand Rire de Québec.

En , Anthony Kavanagh fait sa rentrée québécoise et particulièrement montréalaise, avec son nouveau spectacle pour le public québécois, « Anthony Kavanagh joue à domicile ».

Automne et hiver 2012 et 2013 – Anthony Kavanagh part en tournée à travers le Québec avec « Anthony Kavanagh joue à domicile ».

Il revient au Québec en 2017 et entame la tournée de son one-man-show "showman".

Vie privée

Il est marié à Alexandra Filliez[11], suissesse qu'il rencontre au festival du rire de Montreux en Suisse où la jeune femme gère l'accueil des artistes. En 2014, il décide de quitter Paris pour s'installer à Lausanne avec son épouse Alexandra et son fils Mathis (né le 31 octobre 2009[12]), qui ont tous deux la nationalité suisse[13]. En mai 2016, il a une fille Alice[14].

Théâtre

Filmographie

Cinéma

Télévision

Filmographie
Émissions

Doublage

Notes et références

  1. a et b Presse canadienne, « Anthony Kavanagh anime les NRJ Music en France », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  2. « Anthony Kavanagh », sur pressreader.com,
  3. a et b Presse canadienne, « Anthony Kavanagh signe un contrat avec France 2 », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  4. Presse canadienne, « Kavanagh se lance dans le doublage », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  5. Télé 7 jours no 2489.
  6. Sonia Sarfati, « Anthony Kavanagh, acteur », La Presse,‎ (lire en ligne).
  7. (fr) « Kavanagh, Ladesou et Combal réunis à l'écran pour le premier clip de Maxime Torres », sur veryimportantproductions.fr, .
  8. (fr) « Lorie, Laurent Voulzy, Lara Fabian : tous réunis pour un vrai conte de fées », sur purepeople.com, .
  9. Fabien Deglise, « Anthony Kavanagh.com : Le retour de l'enfant prodige », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  10. Isabelle Massé, « Anthony Kavanagh et Rachid Badouri : Frères de scène », La Presse,‎ (lire en ligne)
  11. « Alexandra Filliez », sur gala.fr, .
  12. Anthony Kavanagh : papa d’un petit Mathis, Voici.fr, 9 novembre 2009.
  13. Anthony Kavanagh, fier de ses origines haïtiennes, Paris Match.com, 15 octobre 2014.
  14. « Anthony Kavanagh, papa pour la 2e fois: « Alice, notre merveille » », sur gala.fr, .

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation
  • Site officiel