Années 990

IXe siècle | Xe siècle | XIe siècle

Années 970 | Années 980 | Années 990 | Années 1000 | Années 1010

990 | 991 | 992 | 993 | 994 | 995 | 996 | 997 | 998 | 999


Événements

Afrique

  • Au Xe siècle, les Berbères d’Aoudaghost se sont révoltés contre l’autorité du tounka (roi) de Ghâna, qui est mis à mort par le chef des insurgés. Vers 990, un successeur du roi de Ghâna assassiné s’empare du royaume d’Aoudaghost, qui est placé sous l’autorité d’un fonctionnaire noir.
  • À la fin du Xe siècle, au Sénégal, des membres de la famille royale de Diara, à l’est, renversent les Dia-Oyo et fondent la dynastie des Manna[1].
  • À la fin du Xe siècle, fondation selon la tradition des sept royaumes Haoussas légitimes, peut-être par des Berbères de l’Aïr chassés par les Touareg, au nord du Nigeria et au sud du Niger : Daura, Kano, Rano, Zaria (ou Zeg-Zeg), Gobir, Katsina, Biram. Sept royaumes illégitimes (banza) sont créés chez des peuples divers : Kebbi, Yaouri, Zamfara, Gouari, Noupé, Kouararafa, Ilorin. Ces cités généralement fortifiées étendent leur autorité sur le territoire environnant.
    • Les Haoussas restent isolés jusqu’au XIIIe siècle. Les cités possèdent des chroniques locales, rédigées en arabe, mais la plupart d’entre elles, à l’exception de Kano, seront détruites à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle par les Peuls.
    • Légende Haoussa de la reine de Daoura, Daourama qui épouse un blanc, Bayadzidda (Abou Yezid), qui avait tué le serpent Sarki qui menaçait la contrée. Ils ont sept fils qui fondent les sept premières cités.
  • Destruction de la ville d’Aksoum en Éthiopie à la fin du Xe siècle. Le souverain éthiopien qui succède à la reine Guedit à la fin du Xe siècle serait un usurpateur, qui n’appartient pas à la dynastie légitime, mais non le fondateur de la dynastie Zagoué, qui usurpera le pouvoir au XIIe siècle. La seule certitude est qu’il ne réside plus à Aksoum.

Asie

Europe

L'Europe en 998.
  • 994 : trente-sept monastères ont été réformés en France et en Italie à la mort de Mayeul de Cluny. Odilon de Mercœur, qui lui succède comme abbé de Cluny (994-1049, institue la trêve de Dieu, la fête des morts et développe l’ordre clunisien : en appliquant la règle bénédictine, les moines clunisiens insistent sur l’opus Dei, la célébration chorale de l’office divin. Ils donnent le primat à la liturgie, splendide et attirante; la messe devient chorale et se transforme en une prière perpétuelle. Les innovations en faveur des morts (fondations de messes), répondent aux angoisses des foules. Les moines prennent l’habitude de se faire tous ordonner prêtre pour célébrer quotidiennement la consécration de l’Eucharistie.

Personnages significatifs

Notes et références

  1. Jean Jolly Histoire du continent africain, Volume 1 Editions L'Harmattan, 1996 (ISBN 2738446884 et 9782738446886)
  2. Gaurinath Bhattacharyya Shastri A concise history of classical Sanskrit literature Motilal Banarsidass Publ., 1987 (ISBN 8120800273 et 9788120800274)
  3. Zygmunt Wojciechowski L'État polonais au Moyen Age: histoire des institutions Numéro 7 de Bibliothèque d'histoire du droit Recueil Sirey, 1949
  4. Claude Fleury Histoire ecclésiastique, Volume 8 s.n., 1777