Animal (album)

Animal
Album de Kesha
Sortie
(voir historique de sortie)
Enregistré 2009
Durée 46:18
Genre Dance-pop, electropop
Producteur Dr. Luke (aussi exec.), Ammo, Benny Blanco, David Gamson, Greg Kurstin, Max Martin, Tom Neville, Shellback
Label RCA

Albums de Kesha

Singles

Animal est le premier album studio de la chanteuse américaine Kesha. Le projet a pris sept ans pour aboutir. Kesha a pour cela écrit près de 200 chansons. L'album est réédité en 2011 avec l'EP Cannibal, sous le titre Animal + Cannibal. L'album est sortie sous le label RCA Records. Pour cet album Kesha Sebert a travaillé avec différents producteur et auteur de musique comme Lukasz Gottwald (Dr. Luke), Benny Blanco, David Gamson, Greg Kurstin ou Max Martin. Kesha enregistre depuis quelques années différentes démos lorsqu'une de ces démos arrive dans les mains de Samantha Cox, directrice des auteurs/éditeurs à BMI. Cox passe la démo qui finit par arriver dans les mains de Gottwald, qui décide de faire chanter Kesha sur la chanson Right Round de Flo Rida. En moins de deux mois, la chanson se classe première en Australie, Belgique (Wallonie), Canada, Irlande, Royaume-Uni, États-Unis. Cela permet à Kesha de signer un contrat pour plusieurs album avec RCA Records.

L'accueil de la critique professionnelle est moyen. Certains apprécient son fun, son naturel, lorsque d'autres disent que cela est enfantin et que cela ne parait pas sincère. L'utilisation de l'Auto-Tune sur l'album pour modifier la voix de Kesha que certains critiques trouvent amusant, d'autres voient cela de mauvais œil en ce expliquant qu'il est difficile de savoir si Kesha sait chanter. Les paroles sont basés pour la majorité des chansons sur l'expérience de vie de la chanteuse, l'amour, les ruptures, les garçons et prendre du bon temps. La musique dessine un album au genre musical dance-pop, qui incorpore des éléments electro et electropop dans la production et les rythmes. L'album connait un succès commercial, se classant en premier au Canada, États-Unis, et Grèce, et se classant dans le top 10 dans sept pays. Animal est certifié par disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) pour avoir été vendu à un million de copies aux États-Unis et à deux millions dans le monde.

Quatre singles sont extraits de l'album. Tik Tok est sortie le 7 août 2009, il devient un succès mondial se classant numéro un dans onze pays. En août 2010, le morceau accumule plus de 5 078 000 copies écoulées aux États-Unis seulement, devenant la septième chanson la plus vendue mondialement dans l’histoire numérique[1]. Le deuxième, troisième et quatrième extrait, Blah Blah Blah, Your Love Is My Drug et Take It Off se classe dans le top dix dans plusieurs pays dont l'Australie, le Canada et les États-Unis.

Genèse de l'album

Kesha aux Much Music Video Awards.

Depuis plusieurs années Kesha enregistre des démos lorsqu'une d'entre elles arrive dans les mains de Samantha Cox, directrice des auteurs/éditeurs à BMI. Cox, qui a travaillé avec Kesha, passe la démo à un ami de la BMI, qui la passe au manager de Lukasz Gottwald. En 2005, Dr. Luke vient de finir la production de titres pour l'album de Kelly Clarkson Breakaway (2004) et recherche à produire d'autres artistes. Luke sollicite autour de lui des démos d'artistes inconnus. Deux de ces démos qu'il reçoit, sont celle de Katy Perry et Kesha. Il aime particulièrement la démo de Kesha qui présente une ballade country et un titre trip-hop. Kesha prend au dépourvu Dr. Luke lorsqu'elle manque de paroles et commence à rapper « Je suis une jeune fille blanche/De la Ville/Nashville, salope. Uhh. Uhhhhh. ». Cette improvisation la fait sortir du lot d'artiste que Luke écoute et la rappelle. Il explique : « J'étais comme, « OK, j'aime la personnalité de cette fille ». Lorsque vous écoutez cent CD, ce genre de provocation et de culot se démarque ». À la suite de cela, à 18 ans, Kesha signe avec le label de Dr. Luke Actes Kemosabe, et sa société d'édition Prescription Songs[2]. Après avoir signé sur le label de Luke, elle signe avec l'agence de management de David Sonenberg. Au label elle travaille avec le producteur Greg Wells, à qui elle attribue le développement du son de son premier disque, Animal (2010). Même si elle est signée sur le label de Luke, Kesha n'est pas une priorité, étant occupé à d'autres projets. Il fallut attendre 2008, lorsque Dr. Luke travaille sur une chanson pour le rappeur Flo Rida, avec qui il trouve nécessaire la présence d'une voix féminine sur le hook de Right Round ce qui amène Kesha à contribuer au titre. En quelques mois la chanson est devenu un numéro un mondial. De ce fait plusieurs labels suscitent un intérêt pour Kesha, y compris RCA Records, avec qui elle a signé[2].

Kara DioGuardi, une A&R représentant Warner, était aussi intéressée de signer un contrat avec Kesha mais la signature n'a jamais eu lieu dû au contrat qui la liait à Dr. Luke[2]. Kesha explique son choix pour RCA Record par le A&R exécutif Rani Hancock, « Rani n'a jamais essayé de me censurer, [...] et j'aime être entourée par une femme forte et intelligente »[2].

Kesha a travaillé sur Animal durant sept ans avant sa sortie, et a écrit près de 200 chansons pour l'album. Animal devait contenir 12 chansons à l'origine, mais l'abondance de chansons écrites a permis d'en rajouter 2[3]. Le titre de l'album vient d'une expérience personnelle avec un barracuda qui l'a poursuivit, en essayant de l'attaquer. Elle explique,

« J'ai fait des recherches sur les animaux car je fais de la plongée. J'avais l'habitude de porter des bikinis en or et avoir un piercings à l'arcade sourcilière et tout ça, et puis j'ai failli me faire manger par un barracuda une fois, et j'étais comme : « Pourquoi me poursuit-il ? Pourquoi veut-il me manger ? » En faisant des recherches, j'ai découvert que les animaux sont attirés par les objets brillants, surtout l'or et l'argent. J'ai l'impression que si je couvre mon corps et le public de paillettes, alors le public aimera[3],[Note 1]. »

Elle estime que l'album transmet aux jeunes femmes un message d'insouciance. « Pour les jeunes femmes, c'est un disque, drôle, impertinent », dit-elle. « Je pense que les gens ont besoin de s'amuser quoi qu'ils fassent – le maquillage, leurs habits, la musique, les concerts – quelque chose que l'on n'a pas besoin de prendre au sérieux »[3].

Caractéristiques de l'album

Écriture et production des chansons

Les paroles des chansons ont toutes été écrites par Ke$ha[4]. Elle explique que les chansons « parlent de situations réelles », elle n'a « pas cherché à changer aucun nom ni à cacher des détails ». « Le point à retenir, c’est que je raconte mes histoires, de mon point de vue. C’est ce qui fait que cet album est différent de ceux de toutes ces autres filles. C’est très cru, et j’ai un sens de l’humour que bien des filles n’ont pas. J’aime remettre dans la figure des gars la façon dont ils parlent aux filles. Je crois que beaucoup de filles n’ont pas les couilles de le faire. »[5]. La chanson Your Love is My Drug[Note 2] a été écrit par Kesha et sa mère, Pebe Sebert, qui a notamment écrit des chansons de Dolly Parton[6].

Animal utilise des logiciels comme l'Auto-Tune et le vocoder pour modifier la voix de Ke$ha, ainsi que des samples musicaux[7].

Dans la chanson, Party at a Rich Dude's House, Ke$ha raconte avoir « vomi dans le placard » de Paris Hilton durant une fête[8],[9] étant donné qu'elle faisait les chœurs de son album. Elle explique : « J’adore les chansons qui recréent l’ambiance d’une fête complètement dingue, mais j’aime aussi parler d’amour et d’hommes trop âgés qui essaient de me draguer »[8]. Dans Backstabber[Note 3] il est question d'une fille qui fait « semblant d'être amie alors que secrètement elle t'en veut »[9]. La chanson Boots & Boys rappelle Suicide Blonde d'INXS, mais d'un point de vue féminin selon David Jeffries[7].

Pochette et artwork

Les photographies de la pochette ont été prises par Shelby Dunca. La pochette représente une photo noir et blanc de Ke$ha portant un rouge à lèvre pailleté or, les cheveux en arrière, portant une chaine argentée et un piercing au nez. Le titre de l'album se situe en bas à droite, écrit en dégradé de paillette rouge-violet. Le nom d'artiste se situe en haut à gauche, écrit sous la forme Ke$ha, pailleté en or[Note 4].

Styles et influences

Musicalement, Animal est composé principalement de dance-pop avec des éléments de l'electro ou synthpop, tant dans sa production que dans le rythme[7]. Ke$ha explique être influencée par « la musique punk et rock alternative » dans ces spectacles comme de « dance music »[5]. Hugo Dumas, de La Presse explique que « le disque Animal (...), cimente en sons électro, pop et rap cette image de «mauvaise fille en contrôle de sa sexualité» qu'elle projette publiquement »[10].

Accueil

Critiques

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
AllMusic 3/5 stars[7]
Billboard (positif)[11]
The Boston Globe (négatif)[12]
Entertainment Weekly (B+)[13]
The Guardian 2/5 stars[14]
Los Angeles Times 3/4 stars[15]
musicOMH 4/5 stars[16]
NME (5/10)[17]
The Phoenix 3/4 stars[18]
Slant Magazine 1.5/5 stars[19]
Kesha au Studio Juste Pour Rire

Monica Herrera de Billboard Magazine explique que l'album n'est pas destiné aux personnes cardiaques. Elle poursuit, « la réalisation regorge de chœurs qui sont entêtants, du divin Your Love Is My Drug à l'inverse Backstabber ». Herrera est déçue de la surutilisation, qui devient courante, d'un déformateur de voix, elle se demande alors si « Ke$ha peut réellement chanter »[11]. Pour le critique David Jeffries d'AllMusic, certaines des chansons de l'album, sont des héritières des années 1980, comme Party at a Rich Dude's House, qui aurait pu être utilisé en musique de film pour Ça chauffe au lycée Ridgemont[7].

Ventes

Lors de la semaine de sortie aux États-Unis de l'album, il s'est vendu physiquement à 152 000 copies. Keith Caulfield du Billboard Magazine explique que cela est dû en partie au prix attractif de 9,98 dollars pour la version physique et de 6,99 dollars pour la version numérique[20]. À ce jour, l'album s'est vendu a plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde.

Liste des pistes

Source pour cette section[Note 4]

# Titre Compositeur(s) Producteur Durée
01. Your Love Is My Drug Ke$ha, Pebe Sebert, Joshua Coleman Dr. Luke, Benny Blanco et Ammo 3:07
02. Tik Tok Ke$ha, Lukasz Gottwald; Benjamin Levin Dr. Luke et Benny Blanco 3:19
03. Take It Off Ke$ha, Lukasz Gottwald, Claude Kelly Dr. Luke 3:35
04. Kiss N Tell Ke$ha, Lukasz Gottwald, Max Martin, Shellback Dr. Luke et Max Martin 3:27
05. Stephen Ke$ha, David Gamson, Pebe Sebert, Oliver Leiber Dr. Luke - Coproduit par Olivier Leiber 3:32
06. Blah Blah Blah feat. 3OH!3 Ke$ha, Benjamin Levin, Neon Hitch, Sean Foreman Benny Blanco 2:52
07. Hungover Ke$ha, Lukasz Gottwald, Max Martin, Shellback Dr. Luke et Max Martin 3:52
08. Party at a Rich Dude's House Ke$ha, Shellback, Benjamin Levin Shellback et Benny Bianco 2:55
09. Backstabber Ke$ha, David Gamson, Marc Nelkin, Jon Ingoldsby David Gamson 3:06
10. Blind Ke$ha, Lukasz Gottwald, Benjamin Levin, Joshua Coleman Dr. Luke, Benny Bianco et Ammo 3:17
11. Dinosaur Ke$ha, Max Martin, Shellback Max Martin et Shellback 2:54
12. Dancing with Tears in My Eyes Ke$ha, Lukasz Gottwald, Benjamin Levin, Claude Kelly Dr. Luke et Benny Blanco 3:29
13. Boots & Boys Ke$ha, Tom Neville, Olivia & Miriam Nervo Tom Neville, Olivia Nervo et Miriam Nervo 2:56
14. Animal Ke$ha, Lukasz Gottwald, Greg Kurstin, Pebe Sebert Greg Kurstin 3:57

Bonus

# Titre Compositeur(s) Pays Durée
15. VIP Ke$ha, Tom Neville, Olivia & Miriam Nervo Monde Monde 3:31
16. Dirty Picture feat.Taio Cruz Cruz, Fraser T. Smith Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de l'Irlande Irlande 3:40
17. CUNxTuesday Ke$ha, Gamson, Nelkin Drapeau du Japon Japon 3:52
18. Tik Tok [Wolfedelic Club Mix] Ke$ha, Gottwald, Levin Drapeau du Japon Japon 6:16
19. Tik Tok [Fred Falke Remix] Ke$ha, Gottwald, Levin Drapeau du Japon Japon 6:42

Singles

Crédits

Source pour cette section[Note 4]

Crédit artistique
Crédit technique

Classement

Historique de sortie

Pays Date Label Format
Allemagne 1er janvier 2010 RCA Records CD, téléchargement légal
France 4 janvier 2010[21] Columbia Téléchargement légal
États-Unis 5 janvier 2010 RCA Records CD, téléchargement légal
Canada
Australie 8 janvier 2010[22]
Royaume-Uni 18 janvier 2010[23]
France 25 janvier 2010[21] Columbia CD
Brésil janvier 2010[24] Sony Music Entertainment CD, téléchargement légal

Notes et références

Notes

  1. « I've done research on animals because I'm a diver, and I used to wear gold bikinis and had eye piercings and stuff, and then I almost got eaten by a barracuda once, and I was like 'Why does he keep chasing me? Why does he want to eat me?' And then I was researching and found out that animals are really attracted to shiny things, especially gold and silver, so I feel like if I cover my body and the audience with glitter then they'll like it. »
  2. « Ton amour est ma drogue. »
  3. « Coup de poignard dans le dos. »
  4. a, b et c Pochette et CD.

Références

  1. (en) Paul Grein, « Chart Watch Extra: Top 20 Songs In Digital History », Yahoo!,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c et d (en) Bill Werde, « Ke$ha: The Billboard Cover Story », Billboard,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  3. a, b et c (en) « Meet "Tik Tok" Singer Ke$ha », Seventeen, Hearst Communications, Inc,‎ (lire en ligne)
  4. (fr) Marie-France Pellerin, « Une pop alcoolisée », 7 jours,‎ (lire en ligne)
  5. a et b (fr) Cédric Bélanger, « Instinct animal », Canoë,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Gary Trust, « Chart Beat Thursday: Ke$ha, Elvis Presley, Rihanna », Billboard Magazine,‎ (lire en ligne)
  7. a, b, c, d et e (en) David Jeffries, « Animal > Review », Allmusic,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (fr) Boris Tampigny, « Ke$ha, la nouvelle diva du trash », Metro France,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) « Ke$ha biography » (consulté le 28 janvier 2010)
  10. (fr) Hugo Dumas, « Bla, bla, bla, voici Ke$ha », La Presse,‎ (lire en ligne)
  11. a et b (en) Monica Herrera, « Ke$ha, "Animal" », Billboard,‎ (lire en ligne)
  12. (en) James Reed, « Ke$ha's time is up », The Boston Globe, Globe Newspaper,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Mikael Wood, « Music Review: Animal », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Dave Simpson, « Ke$ha – Animal: Album Review », The Guardian, Guardian News and Media Limited,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Ann Powers, « Ke$ha is a wisecracking 'Animal' », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Andrew Burgess, « Ke$ha – Animal », MusicOMH,‎ (lire en ligne)
  17. (en) Ailbhe Malone, « Ke$ha – Animal – Album Review », NME,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Daniel Brockman, « Kesha | Animal », The Phoenix,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Jonathan =Keefe, « Ke$ha: Animal », Slant Magazine,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Keith Caulfield, « Ke$ha Ends Boyle's 'Dream' With No. 1 Debut On Billboard 200 », Billboard,‎ (lire en ligne)
  21. a et b (fr) « Ke$ha "Animal" sur la photo du single "Blah Blah Blah" », Musiqueradio.com,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Kathy McCabe, « Keisha, Massive Attack, Cold Chisel, Megan Washington all brewing up for 2010 », Herald Sun,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « Kesha Album Animal released in UK jan 18th » (consulté le 18 décembre 2009)
  24. (pt) « Ke$ha aposta para o mercado nacional em 2010 », MTV,‎ (lire en ligne)

Liens externes

  • (en) Site officiel