Andry Parouby

Andry Parouby
Андрій Парубій
Image illustrative de l'article Andry Parouby
Fonctions
Président de la Rada
En fonction depuis le
(1 an, 5 mois et 22 jours)
Vice-président Iryna Herachtchenko
Législature VIIIe
Prédécesseur Volodymyr Hroïsman
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Tchervonohrad (RSS d'Ukraine,
URSS)
Nationalité Soviétique (1971-1991)
Ukrainienne (depuis 1991)
Présidents de la Rada

Andry Volodymyrovytch Parouby (ukrainien : Андрій Володимирович Парубій), né le à Tchervonohrad, est un homme politique ukrainien dont l'idéologie est dans la lignée de celle de Stepan Bandera[1]. Il a été secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de la défense d'Ukraine du 27 février au , date de sa démission.

Le , il devient président de la Rada et succède à Volodymyr Hroïsman, nommé Premier ministre.

Biographie

Dans les années précédents l'indépendance de l'Ukraine en 1991, Paroubiy était un activiste indépendantiste ; il fut arrêté pour la tenue d'un rassemblement illégal en 1988. En 1991, il fonde le Parti social-nationaliste d'Ukraine avec Oleh Tyahnybok[1]; ce parti combinant le nationalisme radical et plusieurs traits néo-nazi[2],[3] et se revendiquait du nazisme[4]. Parubiy participe activement à la Révolution Orange en 2004[1]. Aux élections parlementaires de 2007, il est élu au parlement ukrainien à travers la coalition Notre Ukraine[1], il devient alors membre du groupe de député qui deviendra plus tard pour l'Ukraine ![1]. Paroubiy est resté dans Notre Ukraine et est devenu un membre de son conseil politique[5].

En février 2010, Paroubiy a demandé au Parlement européen de reconsidérer sa réaction négative à la décision de l'ancien président ukrainien Viktor Iouchtchenko d'attribuer à Stepan Bandera, le dirigeant de l'Organisation des nationalistes ukrainiens qui collabora de manière éphémère en 1941 avec l'Allemagne nazie pour obtenir l'indépendance de l'Ukraine, le titre de « Héros de l'Ukraine »[6].

Début février 2012, Paroubiy quitte Notre Ukraine à cause de « divergences de point de vue »[7]. En 2012, il est réélu au parlement sur la liste du parti « Patrie »[8].

Durant l'Euromaïdan en 2013–2014, Paroubiy est commandant et coordinateur des « corps volontaires de sécurité » dans les manifestations[9],[10]. À la suite de ces évènements, il est nommé secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de la défense d'Ukraine le [11]. Son adjoint est le chef de l'organisation Secteur droit : Dmytro Iaroch[12]. Le , il annonce sa démission tout en refusant de la commenter[13].

Source

Références

  1. a, b, c, d et e Андрей Парубий
  2. Ivan Katchanovski interview with Reuters Concerning Svoboda, the OUN-B, and other Far Right Organizations in Ukraine, Academia.edu (March 4, 2014)
  3. Andreas Umland, « Ultraright Party Politics in Post-Soviet Ukraine and the Puzzle of the Electoral Marginalism of Ukrainian Ultranationalists in 1994–2009 », [Russian Politics and La, vol. 51, no 5,‎ september–october 2013, p. 41 :

    « It is noteworthy that of these various Ukrainian nationalist parties the SNPU was the least inclined to conceal its neofascist affiliations. Its official symbol was the somewhat modified Wolf’s Hook (wolfsangel), used as a symbol by the German SS division Das Reich and the Dutch SS division Landstorm Nederland during World War II and by a number of European neofascist organizations after 1945.33 As seen by the SNPU leadership, the Wolf’s Hook became the “idea of the nation.” Moreover, the official name of the party’s ideology, “social nationalism,” clearly referred back to “national socialism”—the official name of the ideology of the National-Socialist German Workers’ Party (NSDAP) and of the Hitlerite regime. The SNPU’s political platform distinguished itself by its openly revolutionary ultranationalism, its demands for the violent takeover of power in the country, and its willingness to blame Russia for all of Ukraine’s ills. Moreover, the SNPU was the first relatively large party to recruit Nazi skinheads and football hooligans. But in the political arena, its support in the 1990s remained insignificant. »

  4. Ukraine - Le vrai visage du nouveau gouvernement Journal de Lutte ouvrière du 14 mars 2014
  5. Президія Політичної Ради партії, Notre Ukraine
  6. Parubiy asks European Parliament to reconsider its decision on Bandera, Kyiv Post, 26 février 2010
  7. Я вийшов з "Нашої України", 3 février 2012
  8. Список депутатів нової Верховної Ради, 11 novembre 2012
  9. Парубий снова стал комендантом на Евромайдане, Newsline, 13 janvier 2014
  10. Helène Despic-Popovicet et Sébastien Gobert, « A Kiev, l’opposition marque un point », sur Le Temps, (consulté le 6 janvier 2015)
  11. (en) « Ukraine's new government: Who's who », AFP,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Roman Olearchyk, « Arseniy Yatseniuk poised to become Ukraine prime minister », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Ukraine’s security chief Parubiy resigns, ITAR-TASS, 7 août 2014

Lien externe

  • Site officiel