Andres

Andres
Andres
L'école, ancienne mairie.
Blason de Andres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Calais-2
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Opale
Maire
Mandat
Bruno Benedetti
2017-2020
Code postal 62340
Code commune 62031
Démographie
Gentilé Andresiens
Population
municipale
1 569 hab. (2016 en augmentation de 2,68 % par rapport à 2011)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 52′ 05″ nord, 1° 55′ 18″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 34 m
Superficie 7,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Andres

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Andres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andres
Liens
Site web andres62340.fr

Andres est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie

Localisation

Panneau d'entrée de la commune.

La commune de Flandre française et l'Ardrésis est située à une dizaine de kilomètres au sud-est de Calais, 27 km au nord-est de Boulogne-sur-Mer, 27 km au nord-est de Saint-Omer (Pas-de-Calais), et à une vingtaine de kilomètres de la frontière franco-belge.

Elle est desservie par la RD 231 qui relie Marquise à Ardres.

Communes limitrophes

Hydrographie

Andres - panoramio.jpg

La commune est marquée par son sol marécageux, la présence de nombreux canaux de drainage et étangs.

La Rivierette et la Rivière du Moulin y coulent.

Toponymie

Le lieu était dénommé Andrensis pagus, Andernes en 1084 (chronic. Andr. p. 782 b), Andernense monasterium en 1114 (ibid., p. 794 b). Ecclesia Sanctœ Rolrudis Andrennensis en 1159-1160 (cartulaire. de Thérouanne., p. 30), Anderna en 1164 (ch. de Licques, p. 42), Andreiœ en 1178 (Giry, hist. de Saint-Om., pr., p. 395), Andrens en 1194 (cbronic. Andr., p. 856 a), Andria au XIIIe siècle (Lambert. Ard., p. 63), Andrenes en 1232 (ch. de Saint-Bert., no 799), Anders en 1339-1340 (ibid., no 1594), Andarne en 1556 (pl. angl. du Calaisis), Andrenetz en 1557 (seenes de Thér., G. 488), Anderne en 1559 (Arch. nat., J. 787,no 8). Andres en 1697 (arch. de Boul., évéché)[1].

Le nom du village est une variante du nom de baptême André, du latin Andreas, du grec andros (homme).

Le village est dénommé Anderne en flamand[2].

Histoire

Andres est connue au XIe siècle pour la fondation sur son territoire en 1080 par Baudouin Ier Comte de Guînes de l'abbaye Saint-Médard d'Andres, dépendant de l'Ordre de Saint-Benoît. Détruite en 1544 elle resta en commende, avec refuge à Ardres, jusqu'à sa suppression définitive, en 1790[1].

En 1193, Eustache de Calquilla, (sans doute de Coquelles), marié à Adelide, est seigneur d'Andres et il cède à l'abbaye d'Andres des biens au moment où il prend l'habit religieux[3].

Circonscriptions d'Ancien Régime

Andres, une des douze baronnies du comté de Guines, faisait partie, en 1789, du Pays-Reconquis (Calaisis, et ressortait de la justice royale de Calais, en suivant la coutume d'Amiens[1].

Son église paroissiale, d'abord diocèse de Thérouanne, puis de Boulogne, doyenné de Guines, était consacrée à saint Jean-Baptiste. L'abbé d'Andres présentait à la cure[1].

Époque contemporaine

De 1875 à 1955, la commune était desservi par le chemin de fer d'Anvin à Calais, une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique, dont la gare, restaurée, existe toujours[4].

Politique et administration

La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux

La commune se trouve depuis 1962 dans l'arrondissement de Calais du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Guînes[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Andres intègre le canton de Calais-2.

Intercommunalité

Andres était membre de la communauté de communes des Trois Pays créée fin 1996.

Celle-ci fusionne avec sa voisine, la petite communauté de communes du sud-ouest du Calaisis, qui n'atteignait pas les 150 000 habitants prescrits par la loi NOTRe, pour former, le , la communauté de communes Pays d'Opale dont est désormais membre la commune.

Liste des maires

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014[7] Rose-Marie Guillemant MDC puis PS  
avril 2014[7] février 2017[8] Ludovic Langlet DVD Démissionnaire
mars 2017[9] En cours
(au 26 octobre 2017[10])
Bruno Benedetti    

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2016, la commune comptait 1 569 habitants[Note 1], en augmentation de 2,68 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
458532631743873780853835779
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
781850907817803757756754749
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
752723770773750795776766758
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
7847596971 0071 3961 4451 5051 5151 574
2016 - - - - - - - -
1 569--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,8 %, 15 à 29 ans = 21,1 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 8,6 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 24,3 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 12,6 %).
Pyramide des âges à Andres en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
2,1 
75 à 89 ans
4,5 
6,4 
60 à 74 ans
7,8 
22,4 
45 à 59 ans
21,6 
23,0 
30 à 44 ans
24,1 
21,1 
15 à 29 ans
17,5 
24,8 
0 à 14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

  • En 1269, un Ranulfe d'Andre se croisa[23].
  • Andres est surtout connue pour le nom d'Andrieu d'Andres, un des six Bourgeois de Calais qui se dévouèrent pour sauver leur cité en 1347, fait immortalisé par la sculpture d'Auguste Rodin visible devant l'hôtel de ville de Calais[23].

Héraldique

Blason de Andres Blason D'azur au lambel de gueules de trois pendants, au lion d'or armé et lampassé de gueules.
Détails
D'après la commune, le blason daterait du XIIIe siècle[24].
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir

Bibliographie

  • J. Balteau, « Andre (Andrieu d') », dans Dictionnaire de biographie française, Paris, Tome 2, 1936, Letouzey et Ané.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. a b c et d Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 11 sur Gallica.
  2. http://proussel.voila.net/pages/noms_flamands.htm
  3. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 3, Année 1193.
  4. S. D. (Clp), « Histoire Au temps où l’on prenait le train à Andres : De 1875 à 1955, le train circulait sur la ligne étroite (1 mètre de large) Calais-Anvin et passait par Andres où il s’arrêtait cinq fois dans la journée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2019).
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Les maires de Andres », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 26 avril 2019).
  7. a et b BE. B. (CLP), « Andres : sans surprise, Ludovic Langlet a été désigné maire, dimanche », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2014).
  8. Dominique Salomez, « Le maire Ludovic Langlet dépose sa démission à la préfète : Élu maire en 2014, Ludovic Langlet a déposé sa démission à la préfète le 3 février. Contacté, le maire invoque des « convenances personnelles et des raisons de santé ». Dans l’attente de la réponse de la préfecture, c’est la première adjointe, Corinne Dentreuil, qui assure les affaires municipales. Cette démission n’est pas liée avec l’affaire de Philippe Agez, adjoint, incarcéré pour tentative de meurtre. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2019).
  9. Dominique Salomez, « La commune d’Andres a un nouveau maire depuis ce samedi matin : Après la démission, au début du mois de février, de Ludovic Langlet, le conseil municipal a procédé ce samedi matin à l’élection d’un nouveau maire. C’est Bruno Benedetti, conseiller municipal jusqu’alors, qui a été choisi par les élus. « Ma priorité sera de faire baisser la tension présente au sein de la commune », a-t-il confié après la séance », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2019).
  10. Ariane Delepierre, « Le maire Bruno Benedetti fait le point sept mois après son élection : En mars, Bruno Benedetti était élu maire suite à la démission de Ludovic Langlet. Dans ce village de 1 600 âmes à la vie municipale mouvementée, l’ancien conseiller municipal de 58 ans aspirait à redonner de la sérénité parmi les élus. Sept mois après sa prise de fonction, l’élu ne cache pas que l’ambiance est toujours tendue. En témoignent les discordes lors de la récente démission de sa première adjointe », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2019).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Évolution et structure de la population à Andres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  16. Louis Alexandre Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 1761
  17. Pierre Mirmet, abbé d'Andernes. Histoire littéraire de la France: suite du douzième siècle, tome XV. 1820. pp. 48-50.
  18. Guillaume, abbé d'Andres. Histoire littéraire de la France: suite du treizième siècle, tome XVIII. 1835. pp. 131-134.
  19. Jacques Remy Antoine Texier, Grégoire de Bavelingahem, Dictionnaire d'orfévrerie, de gravure et de ciselure chrétiennes. 1856. pp. 906-907.
  20. « Fonts baptismaux », notice no PM62000051, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Dalle funéraire de Baudouin jeune », notice no APMH00078514, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  22. « Dalle funéraire de Marguerite de Nielles », notice no APMH00078513, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  23. a et b J. Balteau cité dans la bibliographie
  24. https://www.andres62340.fr/la-commune/historique/ Site de la mairie - Histoire de la commune.