André Brassard

André Brassard
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

André Brassard, né à Montréal le , est metteur en scène et réalisateur québécois.

De 1968 à 2003, il a créé la majorité des pièces de Michel Tremblay. Avec près de 160 créations en plus de 40 ans, il est considéré comme l'un des plus grands metteurs en scène québécois[1],[2].

Biographie

Grâce à sa mère institutrice, André Brassard découvre le théâtre dès son enfance. Il commence par suivre les cours de diction d'Yvonne Duckett (surnommée Madame Audet) et rencontre ainsi de futurs grands comédiens québécois[3].

En 1966, à l’âge de 20 ans, il signe ses premières mises en scène importantes avec Les Troyennes d'Euripide et Les Bonnes de Jean Genet[4]. En 1968, il se joint à Rodrig Mathieu (Les Saltimbanques) et à Jean-Pierre Saulnier (Les Apprentis-sorciers) et participe à la fondation du Centre de Théâtre d'Aujourd'hui[5]. La même année, il assure la mise en scène des Belles-Sœurs, pièce en joual de Michel Tremblay au Théâtre du Rideau vert à Montréal. Deux ans après, il fait son entrée en inaugurant la scène du Centre national des Arts d'Ottawa avec son ami Tremblay dans une adaptation de Lysistrata d'Aristophane[5].

Il est directeur artistique du Théâtre français du Centre national des Arts d'Ottawa de 1983 à 1989. Entre 1991 et 2000, il assure également la direction artistique de la section française de l’École nationale de théâtre du Canada établie à Montréal. Il réalise les films Françoise Durocher, waitress[6] et Il était une fois dans l'Est en collaboration avec Michel Tremblay.

« […] C’est sa parenté profonde avec le monde de Michel Tremblay qui a fait d’André Brassard l’un des metteurs en scène les plus estimés et respectés du Québec. La première bombe du tandem Tremblay-Brassard éclate au Théâtre du Rideau Vert en 1968 avec Les Belles-Sœurs. Ce coup d’envoi est véritablement un coup de maître : la dramaturgie québécoise, après Gélinas et Dubé, vient de prendre un envol qui révolutionnera toute la société. Par la suite, c’est à André Brassard que Michel Tremblay confiera la création, à une exception près, de toutes ses pièces[7]. »

— Compagnie Jean Duceppe

.

Après une interruption imputable à un accident vasculaire cérébral subi en 1999, Brassard renoue avec le théâtre en 2008[8] en montant Oh les beaux jours de Samuel Beckett avec, dans le rôle-titre de Winnie, Andrée Lachapelle à l'Espace Go de Montréal[9]. En , André Brassard lance sa biographie écrite par Guillaume Corbeil[10].

Mise en scène

Filmographie

Comme acteur

Comme réalisateur

Comme scénariste

Comme monteur

Récompenses

Notes et références

  1. Le Devoir, « Brassard, le kid maghané », 3 mars 2010
  2. Radio-Canada, « André Brassard, au cœur de la scène », 6 mars 2010
  3. Ministère de la Culture et des Communications, communiqué du 7 novembre 2000
  4. Canoë, « André Brassard: les souvenirs d’un gamin »
  5. a et b Bilan du siècle, « André Brassard (1946-) Homme de théâtre », Université de Sherbrooke (consulté le 4 avril 2010)
  6. Télé Québec, « Waitress wanted »
  7. La Compagnie Jean Duceppe, « Biographie, André Brassard », La Compagnie Jean Duceppe, (consulté le 4 avril 2010)
  8. Alexandre Vigneault, « André Brassard: le géant fragilisé », La Presse,‎ (lire en ligne).
  9. Christian Saint-Pierre, « La cérémonie », Voir,‎ (lire en ligne).
  10. Corbeil 2010, p. 151
  11. « Tomson Highway est un auteur dramatique et romancier né en 1951 au [[Manitoba]] », sur Historica Dominion (consulté le 20 avril 2010)
  12. Mon Théâtre
  13. Association des critiques de théâtre, « Vingt ans de récompenses »
  14. Université de Sherbrooke, Bilan du siècle
  15. Radio-Canada, André Brassard, « De Racine à Beckett » par Ève Payette
  16. Le Droit, 29 mars 1999

Voir aussi

Bibliographie

  • Wajdi Mouawad, Je suis le méchant!, Montréal, Leméac, , 166 p. (ISBN 9782760903937).
  • Guillaume Corbeil, Brassard, Montréal, Libre Expression, , 287 p. (ISBN 9782764803790).

Article connexe

Liens externes

Documents audiovisuels

  • Brassard et Tremblay parlent des Belles-Sœurs en 1968, Archives de Radio-Canada
  • Tremblay parle de l’influence de Brassard sur sa production théâtrale, 29 sept. 1983, Archives de Radio-Canada
  • Tremblay parle d’Albertine en cinq temps et du rôle de Brassard dans la fin de la pièce, 15 oct. 1984, Archives de Radio-Canada