Ana Ivanović

Ana Ivanović
Une joueuse de tennis tenant sa raquette devant elle à deux mains.
Ana Ivanović à Madrid en 2015.
Carrière professionnelle
2003 – 2016
Nationalité Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbo-monténégrine (2003-2006)
Drapeau : Serbie Serbe (depuis 2006)
Naissance (30 ans)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Belgrade (Yougoslavie)
Taille 1,84 m (6 0)
Prise de raquette Droitière, revers à deux mains
Gains en tournois 15 510 787 $
Palmarès
En simple
Titres 15
Finales perdues 8
Meilleur classement 1re (06/09/2008)
En double
Titres 0
Finales perdues 1
Meilleur classement 50e (25/09/2006)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple F (1) V (1) 1/2 1/4
Double 1/32 1/8 1/8
Mixte 1/8 1/8 1/16

Ana Ivanović (serbe cyrillique : Ана Ивановић, prononcé /ˈana iˈvaːnɔvit͡ɕ/ écouter) est une joueuse de tennis serbe[a], née le à Belgrade.

Professionnelle de 2003 à 2016, elle est finaliste de Roland-Garros 2007 et de l'Open d'Australie 2008, puis elle remporte son unique titre de Grand Chelem lors de l'édition 2008 des Internationaux de France de tennis. Après ce succès, elle devient numéro 1 mondiale, classement qu'elle garde douze semaines lors de la saison 2008. Elle compte à son actif quinze titres WTA.

Après avoir fait ses débuts sur le circuit professionnel en 2003 l'année de ses 16 ans, elle progresse rapidement dans la hiérarchie mondiale pour être l'une des meilleures joueuses de la fin des années 2000. Récompensée pour avoir été la joueuse ayant le plus progressé en 2005 et 2007, la Serbe est désignée « joueuse de l'année » par l'Association internationale de la presse sportive en 2008. En difficulté après son succès à Roland-Garros, elle supporte mal les attentes placées en elle et perd peu à peu confiance. Régulièrement blessée, multipliant les entraîneurs, elle ne retrouve son meilleur niveau qu'en 2014, remportant quatre titres et se qualifiant pour les Masters de tennis féminin. Elle prend sa retraite en à l'âge de 29 ans.

Sa beauté physique et son style de jeu agressif en font l'une des joueuses les plus suivies et médiatisées du tennis féminin. Son service et son coup droit, puissants et irréguliers, font d'elle une athlète capable du meilleur comme du pire. Ambassadrice de son équipementier Adidas, elle signe un « contrat à vie » avec l'entreprise allemande en 2010. De nombreuses autres marques utilisent son image, faisant d'Ana Ivanović l'une des sportives les mieux rémunérées de son époque. Mariée au joueur de football international allemand Bastian Schweinsteiger, elle a eu avec lui un garçon né en . Décorée de l'ordre de l'Étoile de Karageorge, ambassadrice nationale de l'UNICEF, Ivanović est une icône nationale en Serbie et, avec Jelena Jankovic et Novak Djokovic, l'un des représentants d'une époque dorée pour le tennis serbe[1].

Carrière tennistique

Jeunesse

Ana Ivanović naît le à Belgrade en République fédérative socialiste de Yougoslavie. Son père, Miroslav, est un homme d'affaires et sa mère, Dragana, est avocate aux douanes[2],[3]. Elle a un jeune frère, Miloš, de quatre ans son cadet. À 4 ans, Ana voit une publicité télévisée pour un centre de tennis à Belgrade[4]. Elle demande à sa mère de lui faire prendre des cours de tennis[4]. Pour son cinquième anniversaire, son père lui offre une raquette de tennis[4]. Inspirée par Monica Seles[2],[4], Ana Ivanović apprend à jouer au tennis dans une piscine olympique vide pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine[5],[6]. Son premier entraîneur, Nikola Cetnik, veille à son régime alimentaire dès ses premiers pas[2],[7]. En , elle se lève tôt le matin pour s'entraîner avant les bombardements de l'OTAN sur la Serbie[8],[9]. À 12 ans, la famille réalise qu'Ana a une chance de devenir professionnelle et s'investit dans ce projet[4]. Sa mère quitte son emploi pour voyager avec elle sur les tournois à travers le monde[2],[4]. Quelques mois plus tard, alors qu'Ana a 13 ans, le fonds d'investissement UpturnOne lui propose de payer ses frais tennistiques[2],[10]. Après réflexion avec sa famille, Ana accepte, comme d'autres jeunes joueuses qui ont atteint depuis le top 20 : Ágnes Szávay et Shahar Peer[10]. Son sponsor demande à son nouvel entraîneur, Dejan Vranes, de la pousser dans ses limites physiques, multipliant ses heures d'entraînements[2]. En , le fonds d'investissement cède son contrat avec Ana au millionnaire Dan Holzmann afin de réinvestir dans de nouveaux talents[10]. Holzmann remplace Vranes par des entraîneurs plus expérimentés et ajoute à son équipe un entraîneur physique, Scott Byrnes[2]. À 16 ans, elle quitte le foyer familial à Belgrade pour partir habiter en Suisse[2],[4].

Débuts professionnels (2003-2005)

Ana Ivanović devient professionnelle en 2003[11]. Appareil dentaire, habillée par Nike, raquette Wilson en mains, la jeune joueuse serbe prend ses marques sur le circuit WTA[12]. En 2004, elle grimpe rapidement dans la hiérarchie mondiale. Elle enchaîne 26 victoires consécutives lui permettant de remporter 5 titres ITF (Majorque, Gifu, Fukuoka, Fano et Batumi) sur le circuit secondaire[13]. À Zurich, la jeune joueuse de 16 ans impressionne en poussant Venus Williams dans deux tie-breaks[13] après avoir battu Tatiana Golovin[14]. La semaine suivante, au Luxembourg, pour son dernier tournoi de l'année, elle atteint les quarts de finale, concluant une saison qui lui fait gagner 608 places au classement WTA pour terminer la saison au 97e rang mondial[11],[13],[15].

En 2005, elle joue sa première année complète sur le circuit WTA. Elle s'impose au tournoi Tier V de Canberra, devenant la première joueuse issue des qualifications à remporter ce tournoi[13],[16]. Elle bat deux joueuses du top 10, Nadia Petrova et Svetlana Kuznetsova, ce qui lui ouvre les portes des quarts de finale du tournoi de Miami[13]. Un mois plus tard, Ivanović enchaîne les victoires jusqu'aux demi-finales du tournoi de Varsovie[17]. À Roland-Garros, elle brille et montre sa progression en éliminant Amélie Mauresmo au troisième tour, no 3 mondiale et l'une des favorites du tournoi[18]. Son parcours est arrêté en quart de finale par Nadia Petrova[19] mais sa performance lui permet d'entrer dans le top 20 mondial. Quelques jours avant de devenir majeure, elle atteint une nouvelle demi-finale sur le circuit à Zurich[20].

Ascension jusqu'au sommet (2006-2008)

Une joueuse de tennis terminant son geste de revers à deux mains.
À l'US Open 2006.

En 2006, Ana Ivanović réalise un bon début de saison en battant Amélie Mauresmo à Sydney[13] et en atteignant un quart de finale à Indian Wells en mars[21]. Elle atteint sa première finale de double à Bois-le-Duc avec Maria Kirilenko, battue en trois sets par la paire chinoise composée de Yan Zi et Zheng Jie. À Wimbledon, elle accède aux huitièmes de finale et est éliminée en deux manches par la future lauréate du tournoi, Amélie Mauresmo, numéro un mondiale[22]. Sur la tournée américaine, elle réalise une très bonne performance en atteignant les quarts de finale à Los Angeles, battue par sa compatriote serbe Jelena Janković[23]. Mais elle se fait surtout remarquer en remportant son premier tournoi Tier I à Montréal en battant Dinara Safina en demi-finale[13],[24], puis Martina Hingis, 12e mondiale, en finale. Elle termine l'année au 14e rang mondial.

Après la saison 2006, Ana doit confirmer qu'elle est l'une des valeurs montantes du circuit en 2007, ce qu'elle fait en atteignant pour la deuxième fois une finale d'un tournoi Tier I à Tokyo, perdue face à Martina Hingis[25], après avoir éliminé sa compatriote Jelena Janković ainsi que la no 1 mondiale Maria Sharapova sur abandon après le gain du premier set[26]. Au tournoi d'Amélia Island, elle accède aux demi-finales, battant encore une fois sa compatriote Janković[27],[28]. Ivanović enchaîne par une contre-performance à Charleston, éliminée au 3e tour par Vera Zvonareva, mais rebondit très vite pour remporter le deuxième titre Tier I de sa carrière à Berlin face à Svetlana Kuznetsova en trois manches : 3-6, 6-4, 7-64 après s'être pourtant tordu la cheville dans le troisième set[29],[30]. Cette blessure la contraint à déclarer forfait à Rome mais ne l'empêche pas d'atteindre sa première finale de Grand Chelem, à Roland-Garros, se révélant aux yeux du monde en battant les no 3 et no 2 mondiales sur son parcours : en quart de finale Svetlana Kuznetsova sur le score de 6-0, 3-6, 6-1[31] et en dominant nettement 6-2, 6-1 Maria Sharapova en demi-finale[32],[33]. Opposée à la no 1 mondiale en finale, la Belge Justine Henin, elle s'incline en deux sets 1-6, 2-6[34].

Sa saison sur gazon est également une réussite, elle se hisse jusqu'en demi-finale à Wimbledon, et est éliminée par Venus Williams, future lauréate du tournoi, sur le score sans appel de 2-6, 4-6[35]. Elle garde sa bonne forme sur le circuit américain, remportant le tournoi de Los Angeles face à Nadia Petrova après avoir sauvé des balles de match contre Jankovic en demi-finale[36]. Tenante du titre à Toronto, elle s'incline dès son entrée dans le tournoi[37]. En huitième de finale de l'US Open, elle retrouve Venus Williams qui met fin à son bon début de tournoi sans perdre de set[38]. En fin de saison, elle remporte son 3e titre au Luxembourg en battant Daniela Hantuchová en finale[39],[40]. Ses bonnes performances lui permettent de se qualifier pour les Masters de Madrid. Placée dans le groupe II, elle sort de sa poule après des victoires aux dépens de Kuznetsova et Hantuchová, avant d'être dominée par Justine Henin en demi-finale (4-6, 4-6)[41]. Elle termine la saison au 4e rang mondial[13].

De dos, une joueuse de tennis en robe rose en action sur un court de terre battue.
Ana Ivanović à Roland-Garros en 2008.

Ivanović commence la saison 2008 en accédant à sa deuxième finale de Grand Chelem en carrière à l'Open d'Australie. Elle est de nouveau vaincue, cette fois-ci par Maria Sharapova, en deux manches 5-7, 3-6[42]. Son parcours pour atteindre la finale est marquée par sa première victoire contre Venus Williams après quatre confrontations et un retour contre Daniela Hantuchová en demi-finale après avoir perdu le premier set sans marquer le moindre jeu[43]. Après des contre-performances à Dubaï et Doha, où elle déclare forfait dès le 3e tour[44], la Serbe remporte le tournoi d'Indian Wells en battant Jelena Janković puis Svetlana Kuznetsova, respectivement les no 4 et 3 mondiales[45]. Elle n'arrive toutefois pas à enchaîner et est sortie au 3e tour de Miami par Lindsay Davenport[46],[47].

Sur la terre battue, elle n'arrive pas à défendre son titre à Berlin[48] et perd dès le 1er tour à Rome contre Tsvetana Pironkova[49]. Comme en 2007, elle brille à Roland-Garros. Elle domine ses premiers tours en expédiant les rencontres avec facilité. En demi-finale, elle est opposée à sa compatriote Jelena Janković et brigue le trône de no 1 mondiale à seulement 20 ans[8]. Grâce à sa victoire 6-4, 3-6, 6-4 sur la no 3 mondiale, Ivanović se qualifie pour la finale du tournoi et est assurée d'être au sommet du classement WTA au lendemain du tournoi[50],[51]. Le set perdu contre Janković est le seul qu'elle cède dans le tournoi, Ivanović dominant sa finale contre Dinara Safina qu'elle remporte en deux sets 6-4, 6-3[52],[53],[54],[55]. Justine Henin, récente retraitée des cours de tennis, lui remet le trophée[52]. Deux jours après son succès, Ivanović est célébrée en vedette par des milliers de supporteurs à Belgrade[56]. Depuis le balcon de l'hôtel de ville, elle déclare à la foule : « C'est un moment unique, je m'en souviendrai toute ma vie »[56]. Cette victoire lui offre un nouveau statut de vedette internationale[57].

Blessée aux adducteurs, Ivanović doit renoncer à jouer à Eastbourne[58], l'un des tournois préparatifs pour Wimbledon. Sous la pression de son nouveau statut, elle est poussée dans ses retranchements par la Française Nathalie Dechy au deuxième tour de ce tournoi majeur, bien qu'elle gagne la partie après h 24 de combat[59]. Épuisée par son effort, elle s'incline 1-6, 4-6 le lendemain au 3e tour face à la 133e mondiale Zheng Jie[60]. Après deux semaines de vacances à la suite de son élimination à Wimbledon, Ivanović se blesse au pouce en s'entraînant avec des hommes à Majorque[61],[62],[63].

En préparation pour les Jeux olympiques de Pékin, elle ne peut défendre son titre à Los Angeles et doit céder la première place mondiale à sa compatriote Janković la semaine suivante[61],[64],[65]. Contrariée par sa blessure au pouce, elle renonce aux Jeux olympiques[61],[63],[66]. Si elle retrouve la place de no 1 mondiale dès le , elle perd de nouveau son statut trois semaines plus tard après son élimination surprise au deuxième tour de l'US Open contre la Française Julie Coin[67]. Son élimination est retentissante puisque, tête de série no 1 du tournoi et no 1 mondiale, elle est l'une des favorites au début du tournoi[68]. Son malaise se poursuit en Asie où elle connaît une tournée en demi-teinte[69], éliminée d'entrée à Tokyo[70], en quarts à Pékin[71] et dès son premier match à Moscou[72]. De retour en Europe, elle retrouve son niveau, perdant en demi-finale du tournoi de Zurich[73],[74] avant de décrocher le 3e titre de sa saison à Linz en battant Vera Zvonareva[75]. Qualifiée pour les Masters de Doha, elle perd ses deux premiers matchs de poule et déclare forfait pour la troisième rencontre[76],[77],[78],[79].

Années difficiles (2009-2011)

Sur un terrain en terre battue, une joueuse de tennis en bout de course tendant sa raquette pour essayer d'attraper la balle.
Ana Ivanović à Roland-Garros en 2009.

La saison 2009 débute par une contre-performance à l'Open d'Australie, Ivanović connaît une désillusion avec une défaite prématurée face à la Russe Alisa Kleybanova, incapable de maintenir un niveau de jeu constant et régulier[80]. Début février, elle participe à la victoire de la Serbie en Fed Cup contre le Japon. Elle recrute un nouvel entraîneur, Craig Kardon, qui a travaillé avec Martina Navratilova et Lindsay Davenport[81],[82]. En mars, elle atteint la finale à l'Indian Wells, où elle est tenante du titre, et s'incline contre Vera Zvonareva[83]. Fin avril, elle offre un point à son pays en Fed Cup lors de la victoire de la Serbie contre l'Espagne[84]. Grâce à cette victoire, la Serbie se qualifie pour le groupe mondial de Fed Cup. Après une défaite contre Serena Williams au tournoi de Dubaï, Ana Ivanović se sépare de son entraîneur Sven Gröneveld[13],[81].

Pour son premier tournoi sur terre battue à Rome, elle échoue dès le troisième tour contre Agnieszka Radwańska[85]. Une blessure au genou droit l'empêche de participer à l'open de Madrid[86]. Elle conclut sa saison sur terre battue à Roland-Garros par une large défaite en huitième de finale contre Victoria Azarenka[87]. Les contre-performances s'enchaînent sur les cours de gazon, avec une élimination au premier tour du tournoi d'Eastbourne[88],[89] et un abandon au quatrième tour à Wimbledon. Opposée à Venus Williams, elle est limitée par une blessure aux ischio-jambiers et nettement dominée par l'Américaine jusqu'à ce qu'elle quitte le terrain en pleurs au début du deuxième set, contrainte à l'abandon[90],[91],[92]. Après son élimination dès le premier tour de l'US Open par Kateryna Bondarenko[93], sa première défaite au premier tour dans l'un des quatre tournois du Grand Chelem[94], elle décide de faire une pause avec le tennis[95]. Elle annonce dans la presse serbe : « Il est temps pour moi de prendre un peu de recul. Je veux provisoirement oublier le tennis »[96].

Lors de son retour à la compétition, elle doit s'incliner au premier tour du tournoi de Tokyo face à Lucie Šafářová en deux sets[97]. Une semaine plus tard, elle déclare forfait pour l'Open de Chine à cause d'une infection respiratoire[98]. Après avoir déclaré forfait avant de jouer à Pékin, elle décide de mettre un terme à sa saison : « Mon forfait à Pékin vient mettre un terme à une saison très décevante. Depuis mon arrivée en Asie, j'ai dû batailler avec ma santé. C'est vraiment une grosse déception car j'espérais voir des progrès avant la fin de la saison »[99].

Une joueuse de tennis en combinaison orange serre le poing.
Ana Ivanović commence sa saison de terre battue en 2010.

Comme en , Ana Ivanović multiplie les défaites prématurées sur la première partie de la saison 2010, lui faisant perdre sa confiance. Ses ambitions pour la saison sont hautes, elle déclare début janvier avoir pour objectif de gagner un Grand Chelem[100]. Après avoir achevé son tournoi de Brisbane en demi-finale face à Justine Henin[101],[102], elle quitte l'Open d'Australie dès le deuxième tour après avoir multiplié les fautes directes et les double-fautes face à Gisela Dulko[103],[104],[105],[106]. Même si elle change d'entraîneur pour le Suisse Heinz Günthardt[81],[107],[108], les déceptions s'accumulent sur la tournée américaine. Elle perd dès le premier tour à Indian Wells et dès le deuxième tour à Miami.

Sa saison sur terre battue n'est pas meilleure. À Stuttgart, Ivanović s'incline une nouvelle fois d'entrée, batture en deux sets par Agnieszka Radwańska[109]. À Rome, la Serbe crée la surprise en éliminant Victoria Azarenka, l'une des favorites, puis domine Elena Dementieva et Nadia Petrova[110],[111] avant d'échouer en demi-finale face à María José Martínez Sánchez[112]. Invitée et exemptée de premier tour, elle chute d'entrée face à sa compatriote Jelena Janković à Madrid[113],[114] puis est sèchement battue par Alisa Kleybanova 3-6, 0-6 à Roland-Garros, décevant les attentes placées en elle deux années auparavant[115].

Elle s'incline d'entrée à Wimbledon face à Shahar Peer[116],[117], puis enchaîne une série de défaites aux premiers tours à Stanford[118] et San Diego[119]. La Serbe a un regain de forme à l'Open de Cincinnati, son parcours s'arrête en demi-finale par une torsion à la cheville après une semaine convaincante[120]. Non tête de série, blessée, elle est peu attendue à l'US Open. Pourtant, elle se hisse jusqu'en huitièmes de finale[121]. Elle connaît une période difficile lors de la tournée asiatique avec une sortie au premier tour à Séoul[122] et au deuxième à Tokyo[123]. Elle se hisse jusqu'en quart de finale à Pékin mais perd face à Caroline Wozniacki[124], future lauréate et nouvelle no 1 mondiale[125]. Invitée par le tournoi de Linz après le forfait de Serena Williams, Ivanović soulève le trophée pour la deuxième fois de sa carrière après son succès en 2008, après avoir expédié sa finale face à Patty Schnyder sur le score de 6-1, 6-2[126],[127],[128].

Sa victoire au tournoi de Linz lui permet d'être qualifiée directement pour le tournoi international des championnes sans passer par les qualifications. Elle confirme cependant son regain de forme en battant respectivement Anastasia Pavlyuchenkova puis Kimiko Date pour valider sa place en finale. Au terme d'un match intense contre Alisa Kleybanova, Ana Ivanović remporte la finale sur le score de 6-2, 7-65 et conquiert son dixième titre WTA[129],[130]. Ce résultat lui permet de terminer l'année 2010 à la 17e place mondiale[131].

Ana Ivanović débute la saison 2011 en participant à la Hopman Cup avec son compatriote et ami d'enfance Novak Djokovic. Premiers de leur poule, ils ne peuvent défendre leur place en finale à cause de la blessure abdominale d'Ana Ivanović contractée lors de sa rencontre contre Justine Henin[132]. Elle participe à la rencontre de gala Rally for Relief pour lever des fonds pour les victimes des inondations au Queensland[133],[134]. Après avoir été éliminée au premier tour de l'Open d'Australie par la Russe Ekaterina Makarova[135],[136], 10 jeux à 8 dans le troisième set, elle enchaîne les désillusions, perdant en quart de finale à Pattaya[137] et au premier tour à Dubaï[138].

Sans entraîneur officiel, Ana Ivanović entame sa tournée américaine avec Darren Cahill, embauché par Adidas pour la conseiller, et le Français Olivier Morel comme partenaire d'entraînement[81],[139],[140]. Elle atteint les quarts de finale à Indian Wells après avoir battu sa compatriote Jelena Janković au 3e tour avant de s'incliner devant Marion Bartoli[139]. Elle atteint le quatrième tour à Miami où elle est opposée à la no 2 mondiale Kim Clijsters. Alors qu'elle mène 5-1 et 40-0 dans le troisième set, elle ne convertit pas ses balles de match et s'incline finalement 6-4, 3-6, 7-6[141],[142]. Elle avoue avoir eu du mal à digérer cette défaite et avoir pleuré et cassé sa raquette après la rencontre[143]. Ana Ivanović participe ensuite à la Fed Cup et apporte le point du premier simple dans le match de barrage contre la Slovaquie. Forcée de se retirer du deuxième simple à cause de douleurs aux abdominaux lorsqu'elle frappe du côté revers, elle assiste depuis le banc à la victoire de sa équipe[144].

Sa saison sur terre battue débute par une défaite au premier tour à Madrid contre l'Américaine Bethanie Mattek-Sands après avoir mené 6-0, 3-1[145]. Sortie par Yanina Wickmayer au deuxième tour du tournoi de Rome, forfait pour les internationaux de Strasbourg à cause d'une inflammation au poignet gauche[146], elle paraît très peu préparée pour le deuxième tournoi du Grand Chelem de l'année, Roland-Garros, où elle s'incline dès le premier tour face à la Suédoise Johanna Larsson[147].

Elle réalise un bon départ sur gazon à Birmingham où elle enchaîne les victoires jusqu'en demi-finale[148],[149] puis subit la loi de Venus Williams dès le deuxième tour à Eastbourne[150],[151]. À Wimbledon, Ana passe deux tours avant de s'incliner face à Petra Cetkovská[152],[153]. Après cette petite déception, Ana se sépare d'Olivier Morel et s'octroie les services de l'Anglais Nigel Sears[b],[63],[81]. Elle change ses habitudes alimentaires pour suivre le régime « gluten free » développé par son ami Novak Djokovic[154].

Après une élimination au 1er tour face à Ayumi Morita à Stanford, la joueuse serbe prend sa revanche face à la Japonaise la semaine suivante et se hisse jusqu'aux demi-finales du tournoi de San Diego[155],[156]. Non tête de série à Toronto et Cincinnati, elle s'incline respectivement aux troisième et deuxième tours en deux sets secs face à Roberta Vinci et Nadia Petrova après des succès contre des joueuses issues des qualifications[157]. À l'US Open, Ivanović effectue son meilleur parcours en Grand Chelem depuis sa victoire à Roland-Garros, s'inclinant au quatrième tour face à Serena Williams, future finaliste du tournoi[153].

Après l'US Open, Ana Ivanović est battue au troisième tour par Maria Kirilenko à Tokyo, abandonne en quart de finale en Chine, est surprise par Anne Keothavong au Luxembourg avant de terminer sa saison sur une note positive en remportant le tournoi international des championnes face à Anabel Medina Garrigues[158].

Inconstance et coups d'éclat (2012-2015)

Ivanović débute sa saison 2012 à Brisbane où elle est éliminée en huitièmes de finale par la Belge Kim Clijsters sur le score de 6-1, 1-6, 6-3 alors que la Serbe menait 3 jeux à rien dans la dernière manche[159]. La semaine suivante, elle est éliminée dès le premier tour à Sydney[160]. Elle retrouve un peu de couleurs à l'Open d'Australie, premier Grand Chelem de la saison, où elle est éliminée en huitièmes de finale par Petra Kvitová[161],[162].

Une joueuse de tennis prépare son revers à deux mains.
Ana Ivanović à Roland-Garros en 2012.

Ana Ivanović s'octroie quelques semaines de pause avant de jouer l'Open de Doha. Après avoir bénéficié de l'abandon de Carla Suárez Navarro au premier tour, elle est éliminée dès le deuxième tour[163]. La semaine suivante, à Dubaï, Ivanović atteint les quarts de finale, ne cédant que face à Caroline Wozniacki au terme d'un match disputé malgré les 51 fautes directes de la Serbe[164]. À Indian Wells, Ivanović élève son niveau de jeu et enchaîne les victoires. Elle crée la surprise en battant Wozniacki et Marion Bartoli en deux sets, la première fois qu'elle bat deux joueuses du top 10 dans un même tournoi[63]. Souffrant à la hanche gauche, elle abandonne en demi-finale. Défaite par Venus Williams en huitièmes de finale à Miami, Ana Ivanović se classe 14e au classement général au début de la saison sur terre battue[165],[166].

Un mois plus tard, Ana Ivanović défend les couleurs de l'équipe de Serbie en demi-finale de la Fed Cup. Elle perd une rencontre en simple contre Svetlana Kuznetsova[167] et en gagne une contre Anastasia Pavlyuchenkova[168] pour contribuer à la qualification de la Serbie en finale de la Fed Cup pour la toute première fois de son histoire. Surprise d'entrée par Mona Barthel à Stuttgart[169],[170], elle sort en huitièmes de finale à Madrid[171],[172] et à Rome[173]. Après un encourageant début de tournoi aux Internationaux de France, Ana Ivanović s'incline dès le troisième tour face à l'Italienne Sara Errani, future lauréate du tournoi, à qui elle prend le premier set sur le score de 6 à 1[174],[175].

À Wimbledon, elle élimine successivement María José Martínez Sánchez, Kateryna Bondarenko et Julia Görges avant de s'incliner sèchement 6-1, 6-0 face à Victoria Azarenka[176]. De retour sur les courts de Wimbledon pour les Jeux olympiques, elle atteint les huitièmes de finale du tournoi en battant Christina McHale et Elena Baltacha avant de perdre face à Kim Clijsters sur le score de 6-3, 6-4[177]. Une semaine plus tard, elle perd 0-6, 0-6 contre Roberta Vinci au premier tour de la Coupe Rogers[178]. Elle s'illustre néanmoins en fin de saison avec un quart de finale à l'US Open en battant successivement Elina Svitolina, Sofia Arvidsson, Sloane Stephens et Tsvetana Pironkova. Son parcours s'arrête face à la future lauréate du tournoi Serena Williams sur le score de 6-1, 6-3[179],[180]. Cette performance à l'US Open est sa meilleure en Grand Chelem depuis sa victoire à Roland-Garros en et lui permet d'avoir atteint les quarts de finale de chacun des quatre tournois majeurs. Elle confirme sa bonne forme en atteignant les demi-finales du tournoi de Moscou. Le dernier grand moment de sa saison est la finale de la Fed Cup opposant la Serbie et la République tchèque emmenée par Petra Kvitová et Lucie Šafářová. Si Ivanović parvient à gagner un match de simple en battant Kvitová, no 8 mondiale, la Serbie s'incline sur le score de 3 manches à 1[181].

Une joueuse de tennis, concentrée, fixe la balle jaune des yeux, et prépare un coup droit.
Ana Ivanović concentrée sur la balle lors du tournoi de Doha de 2013.

En 2013, à nouveau, la Serbe commence l'année en jouant l'Hopman Cup avec Novak Djokovic. L'équipe serbe se hisse jusqu'en finale avant d'échouer contre les Espagnols[182],[183]. En simple, elle bat Francesca Schiavone, Ashleigh Barty, Tatjana Malek et s'incline contre Anabel Medina Garrigues en finale. À l'Open d'Australie, elle élimine Melinda Czing, Chan Yung-Jan et Jelena Janković avant de chuter en huitième de finale contre la Polonaise Agnieszka Radwańska. Favorite à l'Open de Pattaya, elle sort du tournoi au premier tour contre la Japonaise Ayumi Morita[184],[185]. Son niveau lui permet d'atteindre les huitièmes de finale à Doha, Dubaï et Miami ainsi qu'un troisième tour à Indian Wells.

De retour en Europe pour la saison sur terre battue, elle enchaîne les bonnes performances, apportant deux points à la Serbie en barrages de la Fed Cup contre l'Allemagne à Stuttgart, puis atteignant les quarts de finale du tournoi, toujours à Stuttgart. Battue 5-7, 6-4, 4-6 par la no 2 mondiale Maria Sharapova, elle la retrouve quelques jours plus tard au même stade à l'Open de Madrid pour une nouvelle défaite. Ces bons résultats retombent avec une élimination dès le premier tour des Internationaux d'Italie et en huitième de finale à Roland-Garros en s'inclinant 2-6, 4-6 face à Agnieszka Radwańska[186] après avoir éliminé Petra Martić, Mathilde Johansson[187] et Virginie Razzano[188].

Ana réalise une mauvaise saison sur gazon, s'inclinant au premier tour du tournoi d'Eastbourne face à Elena Vesnina et au deuxième tour de Wimbledon, où elle est tête de série no 12, face à la Canadienne Eugenie Bouchard[189],[190],[191]. Début , elle se sépare de son coach, Nigel Sears, expliquant qu'elle avait besoin de changement car elle ne progressait pas[81],[192],[193].

Elle joue la tournée américaine sans entraîneur, préférant travailler avec son équipe et son sponsor. À Carlsbad, elle élimine Dominika Cibulková, Coco Vandeweghe et Roberta Vinci avant d'échouer en demi-finale face à Victoria Azarenka après avoir remporté le premier set 6-0[194],[195]. À Toronto, Ana chute en huitième de finale contre Li Na bien qu'elle ait construit une avance de 5 jeux à 2 dans le troisième set. À l'Open de Cincinnati, elle est battue au premier tour par Alizé Cornet sur le score de 6-2, 68-7, 4-6 après avoir mené 6-2, 5-2 et eu 5 balles de match dans le deuxième set[196]. À la fin de la saison, elle fait de Kontic son entraîneur à temps plein[81].

Ana Ivanović démarre la saison 2014 en triomphant au tournoi d'Auckland après une lutte acharnée contre Venus Williams dans une finale remportée 6-2, 5-7, 6-4 après une partie marathon de h 19[197]. Ce titre, le premier depuis le tournoi de Bali 2011, lui permet de remonter à la 14e place du classement mondial. Une semaine plus tard, à l'Open d'Australie, elle utilise la confiance obtenue à Auckland pour passer les tours. Après un premier set perdu au tie-break contre l'Australienne Samantha Stosur au troisième tour, Ana Ivanović effectue un retour et domine la championne locale 68-7, 6-4, 6-2[198]. Opposée à la no 1 mondiale Serena Williams en huitième de finale, Ivanović crée la sensation du tournoi en remportant le match 4-6, 6-3, 6-3, aidée par la blessure au dos de son adversaire[199],[200]. Ce beau parcours prend fin au tour suivant contre Eugenie Bouchard[201],[202]. Juste après son élimination, Ivanović déclare forfait à l'Open GDF Suez à cause d'une blessure à la hanche gauche[203]. La joueuse serbe reprend la compétition à Doha où elle se fait prématurément sortir par Klára Koukalová au 2e tour. Poursuivant par l'Open de Dubaï, elle engrange une victoire sur Angelique Kerber — no 8 mondiale — avant d'être balayée par Venus Williams. Battue par Sloane Stephens au deuxième tour du tournoi d'Indian Wells et par Petra Kvitová en huitième de finale à l'Open de Miami, Ivanović finit bien sa tournée sur dur aux États-Unis en soulevant le trophée au tournoi de Monterrey[204].

Une joueuse de tennis dans une robe bleue serre les dents et serre le poing.
Ana Ivanović à Rome en 2014

Ana Ivanović entame ensuite sa saison sur terre battue par le tournoi de Stuttgart. Elle parvient à se hisser en finale en battant successivement Sabine Lisicki, Julia Görges, Svetlana Kuznetsova et sa compatriote Jelena Janković avant d'être battue 3-6, 6-4, 6-1 par Maria Sharapova[81]. À Madrid, son chemin s'arrête en quart de finale, battue par Simona Halep[205]. À Rome la semaine suivante, elle est mise en difficulté par Alizé Cornet dès le deuxième tour avant de s'imposer[206], prend sa revanche sur Maria Sharapova en huitième de finale en la dominant 6-1, 6-4[81], mettant un terme à une série de 12 défaites consécutives contre la Russe[207]. Son parcours s'arrête en demi-finale face à la no 1 mondiale Serena Williams. Aux Internationaux de France, elle bat Caroline Garcia et Elina Svitolina avant de s'incliner au troisième tour face à Lucie Šafářová.

Elle enchaîne rapidement avec la saison sur gazon à Birmingham. Exemptée de premier tour, elle domine ses adversaires toute la semaine, éliminant tour à tour Mona Barthel (6-4, 6-1), Lauren Davis (6-1, 6-1), Klára Koukalová (6-1, 6-4), Zhang Shuai (6-2, 6-2)[208] et Barbora Strýcová (6-3, 6-2) pour s'adjuger son premier titre en carrière sur gazon et le 14e de sa carrière[209],[210]. À Wimbledon, Ana Ivanović atteint le troisième tour après avoir battu Francesca Schiavone et Zheng Jie mais elle s'incline face à l'Allemande Sabine Lisicki, spécialiste du gazon et finaliste de l'édition précédente[211],[212]. Après le tournoi, elle se sépare de son entraîneur Nemanja Kontić et le remplace par Dejan Petrović[213].

Ivanović débute la deuxième tournée américaine par le tournoi de Stanford où elle prend sa revanche sur Sabine Lisicki et bat Carol Zhao avant de s'incliner face à Serena Williams en quart de finale. Après avoir été surprise par l'Américaine Coco Vandeweghe au deuxième tour à Montréal, la Serbe atteint la finale de l'Open de Cincinnati, égalant sa meilleure performance dans les tournois majeurs hors Grand Chelems. Avant d'être dominée par Serena Williams en finale, elle bat Sorana Cîrstea, Christina McHale, Svetlana Kuznetsova, Elina Svitolina et Maria Sharapova pour la deuxième fois en . À la suite de ce bon parcours, elle réintègre le top 10 du classement mondial à la 9e place. Elle confirme sa bonne forme en Asie. La Serbe va jusqu'en demi-finale en Chine[214] et remporte l'Open de Tokyo en dominant Caroline Wozniacki en finale[215]. Ce titre, le quatrième de sa saison, est le quinzième et dernier tournoi remporté par Ana Ivanović sur le circuit WTA. Qualifiée pour le Masters, elle est éliminée en phase de poules malgré deux victoires contre Eugenie Bouchard et Simona Halep[216]. Elle termine la saison au cinquième rang du classement mondial[217].

Une joueuse de tennis en robe noir lance la balle en l'air et lève sa raquette pour la frapper.
Ana Ivanović au service à Roland-Garros en 2015.

Comme lors de la saison précédente, Ana Ivanović commence l'année 2015 par de nombreux succès qui la propulsent en finale de l'Open de Brisbane qu'elle perd 64-7, 6-3, 6-3 dans une partie accrochée contre Maria Sharapova[218]. Elle sort dès le premier tour du premier Grand Chelem de la saison en Australie contre la joueuse issue des qualifications Lucie Hradecká sur le score de 1-6, 6-3, 6-2[219]. Blessée à un orteil, sa progression est arrêtée[217].

Éliminée trois fois consécutivement par Caroline Garcia à Monterrey, Indian Wells et Stuttgart[220],[221]. Ivanović se sépare de son entraîneur Dejan Petrović avant le tournoi de Madrid où elle enchaîne deux victoires pour la première fois en deux mois. Tête de série no 7 à Roland-Garros, elle bat Yaroslava Shvedova[222] et Misaki Doi en trois sets, Donna Vekić en ne perdant que trois jeux[223], la Russe Ekaterina Makarova — no 9 mondiale — sur le score de 7-5, 3-6, 6-1[217],[224],[225] et l'Ukrainienne Elina Svitolina 6-3, 6-2 en tout juste h 15 pour se qualifier pour les demi-finales du tournoi du Grand Chelem[217],[226]. Elle s'incline finalement 7-5, 7-5 contre Lucie Šafářová aux portes de la finale[227].

Sa saison sur gazon est courte avec des défaites au deuxième tour à Birmingham et Wimbledon, respectivement contre Michelle Larcher de Brito[228] et Bethanie Mattek-Sands[229]. Fin juillet, elle retrouve Nigel Sears comme entraîneur pour la fin de saison. Quart de finaliste à Toronto et Cincinnati, Ivanović est éliminée au premier tour de l'US Open par Dominika Cibulková[230]. Cette contre-performance la fait sortir du top 10[231]. En fin d'année, sur la tournée asiatique à Pékin, elle réalise un bon parcours en atteignant les demi-finales, perdant seulement face à Timea Bacsinszky[232]. Cette défaite met fin à sa course pour la qualification aux Masters de tennis féminin. Elle finit sa saison au 16e rang mondial.

Fin de carrière (2016)

Ana Ivanović commence l'année 2016 par deux défaites au premier tour à Auckland[233] et Sydney[234]. Ces résultats la font chuter à la 22e place du classement WTA. À l'Open d'Australie, elle s'incline au 3e tour face à Madison Keys[235]. Elle atteint les demi-finales du tournoi de Saint-Pétersbourg[236],[237] et les quarts de finale au tournoi de Dubaï, ses meilleurs résultats de la saison, avec notamment un succès sur Simona Halep[238]. Elle n'avance pas plus loin que le troisième tour aux tournois d'Indian Wells, de Miami, de Stuttgart, de Madrid et de Rome. À Roland-Garros, elle s'impose face à Océane Dodin puis Kurumi Nara avant de s'incliner au troisième tour face à Elina Svitolina sur le score de 4-6, 4-6. Elle se hisse en quarts de finale du tournoi de Majorque après des victoires face à Pauline Parmentier et Sara Sorribes Tormo.

Sortie d'entrée à Wimbledon, par la Russe Ekaterina Alexandrova, 149e mondiale, et à l'US Open, elle met un terme à sa saison bien décevante en termes de résultats, gênée par une fracture d'un orteil et une blessure récurrente à un poignet[239]. Le , Ana Ivanović annonce la fin de sa carrière professionnelle sur son compte Facebook[240]. À 29 ans, elle justifie sa décision par des problèmes physiques qui l'empêchent de jouer à son meilleur niveau[240].

Style de jeu

Une joueuse de tennis en action frappant la balle avec sa raquette. Ses deux bras sont tendus à angle droit et sa main libre est détendue.
Ana Ivanović frappe un coup droit à l'entraînement à Rome en 2015.
Une joueuse de tennis en robe bleue claire plie le genou pour taper une balle basse d'un revers à deux mains.
Revers d'Ivanović lors du tournoi de Sydney en 2008.

Le style de jeu d'Ana Ivanović lui permet de pouvoir gagner des tournois sur toutes les surfaces. La terre battue lui permet d'utiliser de manière optimale son coup le plus fort, le coup droit, en lui donnant plus de temps pour se placer et frapper avec puissance. Son jeu agressif du fond du court consiste à raccourcir les échanges en une à deux frappes de balle grâce à un service puissant[241], une très grande force de frappe et une agression constante au retour. En , Amélie Mauresmo déclare « elle aime prendre la balle tôt, mettre de la pression et de la lourdeur dans les frappes »[18]. Ce style de jeu agressif et physique est exigeant et nécessite une condition physique optimale[242]. Pour Darren Cahill en , Ivanović peut battre n'importe qui lorsqu'elle joue son service et son coup droit à son meilleur niveau[243]. Capable de monter très vite au filet et de terminer le point à la volée, elle est somme toute très efficace même dans les situations compliquées, par exemple dans le jeu en demi-volée. Elle se déplace bien en fond de court pour une joueuse de sa taille qui lui permet d’être solide dans des situations défensives[3],[63],[241]. Lors de la victoire de Garbine Muguruza à Roland-Garros en , le jeu de l'Espagnole est comparé à celui d'Ivanović[244].

Ana dispose de l'un des services les plus puissants du circuit professionnel féminin[11],[245]. Il dépasse régulièrement les 180 km/h[246]. Sa taille, 1,84 m, est l'un des atouts qui lui permet d'être aussi puissante[246],[247]. À Roland-Garros, elle a servi une première à 201 km/h[248],[249]. Nadia Petrova le fait remarquer en  : « Ivanović mesure une tête de plus que la plupart d'entre nous, cela lui donne plus de force au service »[250]. Elle dispose de trois services différents : à plat, avec du slice et le service lifté, qu'elle réalise avec le même début de geste, rendant difficile la lecture de ses adversaires[246]. Pendant sa carrière, Ana éprouve de nombreuses difficultés au service[13]. En plus de la nervosité, son lancer de balle très irrégulier lui vaut de nombreuses doubles fautes[13],[62],[241],[251]. Il tend à dévier sur sa droite[11]. Elle enchaîne les entraîneurs qui lui donnent des conseils différents, rendant ses gestes confus[11],[13],[252]. Dans plusieurs rencontres, elle lance et rattrape la balle à plusieurs reprises avant de servir, l'obligeant même à frapper la balle sur des lancers très moyens[62]. En , Nigel Sears se concentre sur l'alignement de ses épaules et son rythme pour améliorer son service[253].

Ivanović frappe son coup droit de manière très agressive, à plat, avec prise assez fermée appelée semi-western[254], c'est-à-dire le bas de la paume appliquée sur le méplat droit du manche, le pouce et l'index formant un V. Cette prise lui permet de jouer différents coups droits soit à plat soit avec du lift. En , Nadia Petrova juge son coup droit comme de loin le meilleur du circuit[255]. Son agressivité en fond de court lui fait préférer les frappes soit totalement à plat ou soit à plat recouvert, ce qui peut nuire à sa régularité du fond dans ses mauvais jours[11],[241]. Le rythme, la puissance et la régularité de son coup droit ont un impact important sur ses résultats[63],[241].

Son revers à deux mains est l'un de ses points faibles de son jeu[241]. Elle a tendance à garder ses coudes assez proches de son corps, ce qui l'empêche de bien passer ses bras, et à avoir des appuis ouverts, avec le poids du corps vers l'arrière, ce qui ne garantit pas une frappe solide et régulière[241]. Si ce coup reste plus ou moins solide et puissant[3], la joueuse serbe préfère souvent utiliser son coup droit, son jeu de jambes lui permettant de « tourner autour de son revers »[241]. Elle essaye d'améliorer son revers au fil du temps et aussi grâce à son ex-entraîneur Heinz Günthardt, avec qui elle a beaucoup travaillé le slice avec son revers à une main, une arme supplémentaire dans les situations défensives mais surtout un excellent coup pour briser les offensives de l'adversaire sur son revers, dû au rebond très bas résultant de cet effet.

Une joueuse de tennis en robe violette en position d'attente, raquette en mains, sur un court en dur.
Ana Ivanović dans sa position très particulière au retour à Tokyo.

Au retour de service, Ana se caractérise par une position régulièrement décalée vers la droite côté égalité ou vers la gauche côté avantage. Elle peut rester dans cette position selon le type de serveuse en face mais il lui arrive aussi de beaucoup bouger, du moins sautiller durant la boucle de son adversaire pour par exemple se replacer vers le centre. Elle prend beaucoup de risques au retour, ce qui lui vaut d'être irrégulière dans ce secteur de jeu et explique aussi ses difficultés face à des joueuses possédant un très bon service telles que les sœurs Williams, mais aussi ses grandes difficultés sur gazon, qui demande entre autres d'avoir des qualités de relanceuse très pointues.

Ana possède une qualité de volée correcte. Sa qualité en fond de court lui permet malgré tout de monter dans de très bonnes conditions sans être trop mise en difficulté. Souvent après un décalage coup droit, il n'est pas rare de la voir enchaîner au filet pour une volée facile grâce au travail préparatoire effectué avec ses frappes en percussion. Elle possède un assez bon toucher au filet et peut réaliser des demi-volées de grande qualité.

Le mental est un facteur important du niveau de jeu d'Ana Ivanović. Elle fait preuve d'un mental fluctuant, éprouvant des difficultés à gagner lorsqu'elle est favorite[245]. Il lui arrive de craquer au moment de conclure le match[256]. Au contraire, parfois nettement dominée, elle arrive à retourner des situations mal engagées, comme lors de la demi-finale de l'Open d'Australie 2008 contre Daniela Hantuchová remportée alors qu'elle est menée 6-0, 2-0[256],[257]. Elle a tendance à suranalyser ses gestes[11],[62],[253],[258]. Superstitieuse sur les courts et dans sa routine d'avant-match, elle évite de marcher sur les lignes[3]. Ana Ivanović se motive grâce aux « Ajde » qu'elle crie, et au poing qu'elle serre[8],[216]. Après sa victoire à Roland-Garros, elle connaît une importante perte de confiance qu'elle décrit comme un cercle vicieux[243]. Émotive, elle panique quand elle ne se voit pas progresser[81]. Il lui faudra plusieurs années avant de retrouver la confiance[81].

Palmarès

Titres

Ana Ivanović remporte 15 des 23 finales de tournois WTA qu'elle atteint en carrière. La principale ligne de son palmarès est sa victoire aux Internationaux de France 2008. Elle consacre deux saisons de progression pour atteindre à trois reprises une finale de Grand Chelem. Battue par Justine Henin lors de l'édition précédente de Roland-Garros, la Serbe utilise son expérience pour battre Dinara Safina après une déconvenue plus tôt dans la saison 2008 à l'Open d'Australie contre Maria Sharapova. Elle met un terme à sa carrière en après 480 victoires sur le circuit WTA en treize saisons[259].

Ivanović n'a jamais remporté de titre en double dames et en double mixte. Elle a atteint une fois une finale de double mixte avec sa partenaire russe Maria Kirilenko lors du tournoi de Bois-le-Duc 2006 qu'elle perd contre la paire chinoise Yan Zi et Zheng Jie. Elle atteint également la finale de la Hopman Cup en 2013. Associée à son compatriote Novak Djokovic, elle s'incline deux matchs à un contre l'équipe espagnole composée de Anabel Medina et Fernando Verdasco.

Résultats détaillés

Après sa victoire à Roland-Garros en 2008, Ana Ivanović enchaîne les déceptions en Grand Chelem pour ne jamais retrouver la finale d'un des quatre tournois majeurs. Qualifiée à trois reprises pour les Masters en 2007, 2008 et 2014, la Serbe ne peut faire mieux qu'une demi-finale perdue contre Justine Henin lors de sa première participation. Athlète olympique à Londres et Rio après son forfait pour blessure à Pékin, elle ne brille pas lors de ses deux participations. L'une des joueuses les plus capées de l'équipe de Serbie de Fed Cup, elle termine sa carrière avec un bilan de 20 victoires pour 9 défaites en sélection nationale. Ivanović est la première joueuse de son pays à avoir gagné une rencontre lors d'une finale de Fed Cup, avec son succès sur Petra Kvitová en 2012.

Classements WTA

Classements en simple à l’issue de chaque saison (2003-2016)[260]
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Rang 705 en augmentation 97 en augmentation 16 en augmentation 14 en augmentation4 en diminution 5 en diminution 22 en augmentation 17 en diminution 22 en augmentation 13 en diminution 16 en augmentation 5 en diminution 16 en diminution 65
Périodes au rang de numéro un mondiale en simple
# Précédée par Dates Suivie par Nombre de
semaines
Cumul
1 Drapeau : Russie Maria Sharapova 09/06/2008 - 10/08/2008 Drapeau : Serbie Jelena Janković 9 9
2 Drapeau : Serbie Jelena Janković 18/08/2008 - 07/09/2008 Drapeau : États-Unis Serena Williams 3 12
Classements en double à l’issue de chaque saison (2005-2016)[260]
Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Rang 133 en augmentation52 en diminution 916 - - - 160 - - 521 en diminution 574 en augmentation 471

Récompenses et distinctions

Révélée sur le circuit professionnel féminin en , la joueuse de tennis Ana Ivanović est désignée comme la joueuse ayant le plus progressé aux WTA Awards dès la saison suivante à seulement 17 ans, récompensant sa progression jusqu'à la 17e place mondiale[261]. Deux ans plus tard, elle gagne à nouveau cette récompense et devient la deuxième femme à obtenir deux fois cette récompense après Arantxa Sánchez Vicario[262].

Récompensée pour sa sportivité sur les cours en avec le Karen Krantzcke Sportsmanship Award[262], Ana Ivanović est la révélation de la saison 2008. Joueuse de l'année pour l'Association internationale de la presse sportive, la WTA la reconnaît comme l’ambassadrice de la saison avec le trophée Diamond ACES[263]. Toujours en , elle reçoit le Michael Westphal Award par les lecteurs du German Tennis Magazine[263].

En plus de ses qualités tennistiques, la Serbe se distincte pour sa beauté, désignée Miss Sport Beauty par le magazine serbe Blic en , la plus belle joueuse de tennis de la chaîne Tennis Channel en ou encore est élue « le plus beau corps d'une sportive » par les lecteurs du journal allemand Bild[264]. Elle est sélectionnée à trois reprises dans le classement annuel des 100 femmes les plus sexy du monde par le magazine FHM, 23e en , 11e en et 55e en [265],[266].

En , elle est sélectionnée par le magazine Time dans une liste de trente légendes du tennis féminin[267]. Deux mois après la fin de sa carrière, elle est honorée de l'Ordre de l'Étoile de Karageorge en Serbie par le président de la République de Serbie Tomislav Nikolić[268]. Entre les deux demi-finales du tournoi féminin des Internationaux de France de tennis 2017, une cérémonie est organisée pour célébrer Ana Ivanović et ses adieux au tennis[269],[270].

Revenus

Gains en tournois d'Ana Ivanović
Année Grand Chelem Tournois WTA Gains Position
2003 0 0 2 630 $[271] 732[271]
2004 0 0 58 010 $[272] 166[272]
2005 0 1 472 547 $[273] 29[273]
2006 0 1 671 616 $[274] 20[274]
2007 0 3 1 960 354 $[275] 4[275]
2008 1 3 3 119 640 $[276] 4[276]
2009 0 0 914 725 $[277] 16[277]
2010 0 2 774 025 $[278] 24[278]
2011 0 1 746 925 $ 28
2012 0 0 1 001 752 $[279] 16[279]
2013 0 0 1 055 383 $[280] 24[280]
2014 0 4 2 317 649 $[281] 12[281]
2015 0 0 1 898 722 $[282] 13[282]
2016 0 0 516 809 $ 68
Carrière 1 15 15 510 787 $[283]
Une joueuse de tennis en tenue blanche regarde au loin raquette en mains.
Ana Ivanović lors du tournoi de Wimbledon 2009.

Les revenus en tournois d'Ana Ivanović s'élèvent à 15 510 787 $ sur l'ensemble de sa carrière. Ses revenus en dehors des terrains sont encore plus importants[284],[285],[286],[287]. Dans les pas d'Anna Kournikova et Maria Sharapova, son image de joueuse-mannequin lui offre de nombreuses opportunités financières[288]. Elle critique même le système qui promeut autant la beauté que les performance sportives[289]. Son coup droit, sa beauté et sa personnalité lui permettent de créer de nombreux supporteurs[2],[8],[256],[290],[291]. Timide, elle refuse la grande majorité des offres qui lui sont faites[81]. En , elle est l'une des athlètes les plus suivies, recherchées sur Google et son site internet est l'un des plus consultés[292]. Hors des courts, elle se transforme en mannequin pour les plus grands magazines : la couverture de FHM en [293],[294], l'édition latino-américaine d'Esquire en [295], ou encore Vogue Allemagne en [296]. Elle donne également des conseils beauté pour des magazines féminins comme Elle[297]. Sa notoriété lui permet de participer à l'édition du Sports Illustrated Swimsuit Issue[298].

Après avoir commencé sa carrière professionnelle avec Nike, elle devient l'une des ambassadrices d'Adidas au début de la saison 2006 et porte les vêtements et les chaussures de la marque allemande en compétition[12],[299],[300]. Dès , l'équipementier allemand lui fournit des robes personnalisées dont elle fait la promotion sur les courts à travers le monde[12]. La marque va jusqu'à recruter des entraîneurs pour l'aider dans sa progression, avec plus ou moins de succès[301]. En , elle signe avec Adidas un « contrat à vie » lui rapportant un montant annuel de 2,5 millions d'euros pour le reste de sa carrière tennistique[302]. Elle devient l'athlète la plus jeune de l'histoire, tous sports confondus, à signer un accord de ce type[303]. Après avoir débuté avec des raquettes Wilson, elle signe un contrat avec l'équipementier japonais Yonex au début de la saison 2008[304] et utilise la Yonex E-Zone series[305].

Depuis , elle est ambassadrice de la marque de montres Rolex[306]. Ivanović est également l'un des ambassadrices de Dubai Duty Free[307],[308]. En , elle signe un contrat avec la marque Shiseido[309],[310],[311]. La marque Intimissimi utilise son image en pour vendre une collection de sous-vêtements[312],[313].

Elle investit une partie de sa fortune dans une société dans le secteur de l'immobilier de luxe[4]. En , Ivanović lance un réseau d'entraîneurs sportifs personnels intitulé Trainers4Me.com[314].

Hors des courts

Engagement humanitaire

Le , Ivanović est nommée ambassadeur national de l'UNICEF pour la Serbie[315], aux côtés de Aleksandar Đorđević et Emir Kusturica. Elle a un intérêt particulier pour les domaines de l'éducation et la protection de l'enfance. En , elle est nommée Humanitaire de l'Année par la WTA pour reconnaître ses efforts hors des cours[316]. En , les revenus des ventes de T-shirts Adidas à l'effigie d'Ana Ivanović sont reversés au programme Unicef « School without Violence » soutenu par la joueuse[317]. Elle multiplie les opérations dans le cadre de ce programme dans son pays natal[318],[319]. Après sa retraite sportive, elle confirme et poursuit son engagement[320].

En , Ana participe au Ice Bucket Challenge et a nominé par la suite la joueuse de tennis américaine Serena Williams, le tennisman suisse Roger Federer et le footballeur international allemand Bastian Schweinsteiger[321].

Dans la culture populaire

En , le rappeur serbe Filip Filipi créé un titre en hommage à Ana Ivanović intitulé Hurricane Ana[322]. La joueuse de tennis introduit la chanson par ces mots : « Salut, c'est Ana Ivanović, la joueuse de tennis serbe et vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem » en serbe et en anglais selon les versions du titre[322].

Ivanović est également représentée dans le jeu vidéo de tennis de Sega Virtua Tennis 2009 sorti en sur Xbox 360, PlayStation 3 et PC[323],[324]. Son image apparaît sur la plaquette du jeu à côté de Roger Federer et Rafael Nadal. Elle est également l'une des joueuses présentes dans les jeux vidéo Grand Chelem Tennis, Top Spin 4 dont elle est sur la jaquette[325],[326], Virtua Tennis 4 et Grand Slam Tennis 2.

Vie privée

Après quelques mois de relation, Ana et le joueur de tennis espagnol Fernando Verdasco se séparent en [327]. De janvier à , puis de à , elle est en couple avec le golfeur australien Adam Scott[328],[329]. De janvier à , elle partage la vie de l'ancien joueur de tennis monégasque Marc Stillitano, rencontré par l'intermédiaire de Novak Djokovic[330]. Le , le joueur de basket serbe Ivan Paunić confirme être en couple avec Ana[331]. Trois jours plus tard, il annonce la fin de leur brève relation de trois mois[332].

Depuis , Ana Ivanović est en couple avec le joueur de football international allemand Bastian Schweinsteiger[333]. Ils se marient à Venise le [334]. En , le couple s'installe à Chicago où le joueur de football allemand a trouvé un club, le Fire de Chicago[335]. Ivanović continue de s'entretenir physiquement tous les jours et de suivre un régime alimentaire particulier[336]. En , ils révèlent attendre leur premier enfant[337]. Elle met au monde le à Chicago, un garçon qu'ils prénomment Luka[338],[339].

Notes et références

Notes

  1. À partir de , à la suite de la partition de la Serbie-et-Monténégro.
  2. Nigel Sears est le père de Kim Sears, compagne d'Andy Murray. Il est un ancien entraîneur de l'équipe féminine de la Fédération anglaise de tennis.
  3. Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Références

  1. Juliet Macur, « Les joueurs serbes émergent d'un pays brisé », Courrier International, (consulté le 8 mai 2018).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) David Jones, « The truth about the Wimbledon bombshell: Is tennis star Ana Ivanovic's rags to riches story all it seems? », sur dailymail.co.uk, (consulté le 3 mai 2018).
  3. a, b, c et d Lionel Froissart, « Ana Ivanovic règne du haut de ses 20 ans », sur liberation.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Ana Ivanovic : A Grand Slam On And Off The Court », sur bellanyc.com (consulté le 3 mai 2018).
  5. Myrtille Rambion, « Ivanovic, ou la force du destin », sur lequipe.fr (consulté le 29 janvier 2009).
  6. (en) Associated Press, « Ana Ivanovic aims at No. 1 after starting tennis in empty swimming pool », sur espn.com, (consulté le 2 mai 2018).
  7. (en) Paul Newman, « Serb and volley: the tennis school that conquered the world », sur independent.co.uk, (consulté le 5 mai 2018).
  8. a, b, c et d Bénédicte Mathieu, « Ana Ivanovic sous l'objectif de Sport & Style », L'Équipe Sport & Style, (consulté le 4 mai 2018).
  9. (en) « Ana: Strong is Beautiful » [vidéo], sur Youtube, WTA, (consulté le 4 mai 2018).
  10. a, b et c Samuel Dixneuf, « Tennis: Ana Ivanovic avait été détectée par un fonds spéculatif », sur rue89.com, (consulté le 9 mai 2018).
  11. a, b, c, d, e, f et g (en) Louisa Thomas, « Lovable Headcases: Ana Ivanovic and the State of Women’s Tennis », sur grantland.com, (consulté le 5 mai 2018).
  12. a, b et c (en) « The Evolution of Tennis Fashion: Ana Ivanovic », sur si.com, (consulté le 5 mai 2018).
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Ian Dorward, « Where Did It All Go Wrong: The Sad Demise of Ana Ivanovic », sur bleacherreport.com, (consulté le 5 mai 2018).
  14. « Ivanovic mieux que Golovin », sur eurosport.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  15. (es) « Ana Ivanovic, la nueva lolita del tenis femenino », sur as.com, (consulté le 3 mai 2018).
  16. (en) Tim Colebatch, « A player for the future », sur theage.com.au, (consulté le 3 mai 2018).
  17. « Henin, la digue n'a pas cédé », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  18. a et b (en) Lionel Froissart, « Mauresmo débordée par Ivanovic : La n° 1 française chute prématurément, face à une jeune Serbe prometteuse », Libération, (consulté le 2 mai 2018).
  19. « Henin en résistance », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  20. « Lindsay Davenport bat la No1 suisse à Zurich », sur rts.ch, (consulté le 3 mai 2018).
  21. (en) « Dementieva: Ivanovic serve a threat », sur eurosport.com, (consulté le 4 mai 2018).
  22. Pierre Jaxel-Truer, « Séverine Brémond, la bonne surprise tardive du tennis tricolore », sur lemonde.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  23. (en) « Williams and Sharapova into LA semis », sur rte.ie/, (consulté le 5 mai 2018).
  24. « Ivanovic impressionne », Eurosport, (consulté le 21 août 2006).
  25. (en) « Hingis' fifth title sets record for Tokyo event », latimes.com, (consulté le 4 février 2007).
  26. « La frayeur de Sharapova », Eurosport, (consulté le 4 février 2007).
  27. (en) « Petrova, Golovin in Amelia Island final », sur upi.com, (consulté le 5 mai 2018).
  28. AFP, « Golovin s'offre Venus », sur eurosport.fr, (consulté le 5 mai 2018).
  29. AFP, « Ivanovic, nouvelle "terrienne" », sur eurosport.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  30. (en) Steve Bierley, « Ivanovic takes inspiration from Seles but her gameplan from Federer : Grass holds no terrors now for teenaged French Open finalist who will lead the Serbian challenge in SW19 », theguardian.com, (consulté le 2 mai 2018).
  31. « La Serbie en fête », Eurosport, (consulté le 5 juin 2007).
  32. « Henin et Ivanovic en finale », RTL, (consulté le 9 mai 2018).
  33. « Ana Ivanovic: «Une fantastique récompense» », sur 20minutes.fr, (consulté le 5 mai 2018).
  34. « Henin, un sacre expéditif », Eurosport, (consulté le 9 juin 2007).
  35. « Une Venus triomphante », Eurosport, (consulté le 6 juillet 2007).
  36. « Ivanovic, un ange passe », sur eurosport.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  37. (en) Steve Keating, « Ivanovic's Toronto title defense ended by Zi », sur reuters.com, (consulté le 4 mai 2018).
  38. (en) Larry Fine, « Venus belts out warning with Ivanovic win », sur reuters.com, (consulté le 3 mai 2018).
  39. AFP, « Ivanovic gagne au Luxembourg », sur rds.ca, (consulté le 3 mai 2018).
  40. Bastien Aubert, « Razzano, première », Le Figaro, (consulté le 3 mai 2018).
  41. « Masters: finale Henin-Sharapova », sur rts.ch, .
  42. « Ivanovic, sur un coup de dé », Eurosport, (consulté le 25 janvier 2008).
  43. « Sharapova, ici "Aussie" », Eurosport, (consulté le 27 janvier 2008).
  44. (en) « Injured Ivanovic leads Qatar exit », sur bbc.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  45. « Ana Ivanovic triomphe à Indian Wells », sur rds.ca, .
  46. « Davenport, c'est très fort », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  47. (en) Sandra Harwitt, « Lindsay Davenport crushes Ana Ivanovic in Miami », sur reuters.com, (consulté le 4 mai 2018).
  48. (en) Mission to Beijing: Ana Ivanović, Eurosport, 2008, 25 minutes.
  49. (en) « Top-seeded Ivanovic upset by Bulgarian qualifier Pironkova in Rome », sur nytimes.com, (consulté le 4 mai 2018).
  50. « Ivanovic, double récompense », sur eurosport.fr, .
  51. Patricia Jolly, « Ana Ivanovic, première : A 20 ans, la joueuse serbe, future n°1 mondiale, brigue son premier titre du Grand Chelem », sur lemonde.fr, (consulté le 5 mai 2018).
  52. a et b « Roland Garros 2008 : finale Ana Ivanovic / Dinara Safina » [vidéo], sur Youtube, INA Sport, (consulté le 6 mai 2018).
  53. « Ivanovic, parcours de rêve? », Eurosport, .
  54. « Ana Ivanovic remporte son premier Roland-Garros », Le Figaro, .
  55. « Ivanovic: "Continuer à travailler" », Eurosport, (consulté le 8 juin 2008).
  56. a et b « Roland-Garros: accueil triomphal pour Ana Ivanovic à Belgrade », sur lepoint.fr, (consulté le 9 mai 2018).
  57. (en) Sean Gregory, « Ana Ivanovic: Tennis's Next Megastar : The product of a country crushed by war, 20-year-old Ana Ivanovic is No. 1 in the world and gunning for Wimbledon. Meet tennis's next megastar », Time, (consulté le 2 mai 2018).
  58. « Ivanovic renonce », sur lequipe.fr, (consulté le 31 janvier 2009).
  59. (en) « Wimbledon 2008: Ivanovic pushed to the brink in titanic struggle », theguardian.com, .
  60. AFP, « Wimbledon: Ana Ivanovic emportée à son tour, Amélie Mauresmo battue », sur ladepeche.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  61. a, b et c (en) Reuters, « Top seed Ivanovic of Serbia withdraws with injured thumb », sur espn.com, (consulté le 8 mai 2018).
  62. a, b, c et d (en) Tom Perrotta, « High Strung : The inexplicable collapse of a tennis phenom », The Atlantic,‎ (lire en ligne).
  63. a, b, c, d, e et f (en) Courtney Nguyen, « One forehand at a time, Ana Ivanovic rediscovering form in Indian Wells », Sports Illustrated, (consulté le 2 mai 2018).
  64. « Tennis: Jelena Jankovic officiellement N.1 mondiale », sur leparisien.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  65. « Jankovic n°1 mondiale le 11 août », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  66. « Tennis: Ana Ivanovic forfait », sur leparisien.fr, .
  67. « Julie Coin sort Ana Ivanovic », sur 20minutes.fr, (consulté le 9 mai 2018).
  68. (en) « Top seed Ana Ivanovic upset by Coin at U.S Open », sur foxnews.com en ligne le=29 août 2008 (consulté le 6 février 2010).
  69. Marie Wielfaert, « L'ultime espoir d'Ivanovic », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  70. « Tennis: Ana Ivanovic éliminée au 2e tour à Tokyo », sur leparisien.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  71. « Ivanovic en perte de vitesse », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  72. « Ivanovic ne va pas mieux », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  73. « Zurich: finale Pennetta-Williams », sur rts.ch, (consulté le 4 mai 2018).
  74. « Venus Williams domine Ana Ivanovic », sur 20min.ch, (consulté le 4 mai 2018).
  75. « Le retour d'Ana Ivanovic? », sur rds.ca, Agence France-Presse, (consulté le 9 mai 2018).
  76. Nicolas Cerbelle, « Maîtresses du désert », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  77. AFP, « Jankovic tient son rang », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  78. « Zvonareva et Venus lancées », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  79. « Serena et Ana tombent au combat », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le 4 mai 2018).
  80. (en) « Kleybanova inflicts shock defeat on Ivanovic », sur guardian.co.uk, (consulté le 8 décembre 2010).
  81. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Ben Rothenberg, « Off-Court Comfort Is Helping to Revive Ivanovic’s Game », sur nytimes.com, (consulté le 7 mai 2018).
  82. (en) Associated Press, « Ivanovic hires Kardon as new coach », sur espn.com, (consulté le 7 mai 2018).
  83. « Zvonareva détrône Ivanovic », Eurosport, (consulté le 3 mai 2018).
  84. « Les Serbes seront là », Eurosport, (consulté le 3 mai 2018).
  85. (en) « Ana Ivanovic stunned by Agnieszka Radwanska in Rome », sur telegraph.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  86. (en) Zoran Milosavljevic, « Ana Ivanovic says knee better, ready to defend French Open title », sur reuters.com, (consulté le 4 mai 2018).
  87. « Ivanovic rend sa couronne », sur eurosport.fr, (consulté le 1er juin 2009).
  88. « Petrova sort Ivanovic », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  89. (en) « Ivanovic loses out at Eastbourne », sur bbc.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  90. (en) « Serbian hopes rest on Đoković as Ivanović crashes out », sur b92.net, (consulté le 3 septembre 2009).
  91. « Les pleurs d'Ivanovic », Eurosport, (consulté le 2 mai 2018).
  92. (en) Steve Bierley, « Injury leaves Ana Ivanovic in tears and Venus Williams in Wimbledon quarter-finals », sur theguardian.com, (consulté le 2 mai 2018).
  93. « Ivanovic est tombée », sur lequipe.fr, (consulté le 3 septembre 2009).
  94. (en) « US Open 2009 : Ana Ivanovic crashes out in first round », sur telegraph.co.uk, (consulté le 8 décembre 2010).
  95. « Ivanovic veut "oublier" le tennis », sur 20minutes.fr, (consulté le 9 mai 2018).
  96. « Ana Ivanovic fait une pause », sur sport365.fr, (consulté le 9 mai 2018).
  97. « Ivanovic tombe d'entrée », sur lequipe.fr, (consulté le 3 octobre 2009).
  98. « Saison terminée pour Ivanovic », sur lequipe.fr, (consulté le 3 octobre 2009).
  99. « Ivanovic dit stop », sur eurosport.fr, (consulté le 3 octobre 2009).
  100. (es) « Ana Ivanovic: "Este año quiero volver a ganar un Grand Slam y puedo hacerlo en Australia" », sur marca.com, (consulté le 3 mai 2018).
  101. « Henin et Clijsters au rendez-vous », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  102. « Tennis : les revenantes belges en finale à Brisbane », sur lemonde.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  103. « Les Williams sont là, Bartoli reste seule », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  104. (en) « Australian Open 2010: Ana Ivanovic happy with game despite second round exit », sur telegraph.co.uk, (consulté le 3 mai 2018).
  105. (en) « Ana Ivanovic tumbles out of Australian Open in second round », sur theguardian.com, (consulté le 3 mai 2018).
  106. (en) « Williams sisters win, Ivanovic loses », sur espn.com, (consulté le 3 mai 2018).
  107. « Ana Ivanovic recrute Heinz Gunthardt, l'ancien entraîneur de Graf », sur leparisien.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  108. (en) Brian Lewis, « Ivanovic looks to regain winning form », sur nypost.com, (consulté le 4 mai 2018).
  109. « Radwanska sort Ivanovic », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  110. (en) « Ivanovic rises from the ashes in Rome as Venus crashes out », sur cnn.com, (consulté le 4 mai 2018).
  111. « Venus étrillée par Jankovic à Rome, Ivanovic avance », sur 7sur7.be, (consulté le 4 mai 2018).
  112. (en) « Rome 2010 Women’s Semi Finals », oncourtadvantage.com, .
  113. (en) Malcolm Folley, « No love lost in the big tennis fall-out between Jankovic and Ivanovic », sur dailymail.co.uk, (consulté le 3 mai 2018).
  114. « Jankovic sort Ivanovic », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  115. « Ivanovic aime encore Paris », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  116. « Peer sort Ivanovic », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  117. (en) Tom Tebbutt, « A humbling decline for Ivanovic », sur theglobeandmail.com, (consulté le 3 mai 2018).
  118. « Bartoli tient à son titre », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  119. (en) « Ivanovic knocked out by Peer in first round of U.S. hardcourt event », sur cnn.com, (consulté le 4 mai 2018).
  120. « Clijsters sans combattre », Eurosport, (consulté le 3 mai 2018).
  121. « Clijsters est lancée », Eurosport, (consulté le 3 mai 2018).
  122. (en) « Safina stays alive in Korea », sur timesofmalta.com, (consulté le 6 mai 2018).
  123. « WTA-Tokyo: Bartoli expédie Ivanovic », sur europe1.fr, (consulté le 6 mai 2018).
  124. « Wozniacki s'en sort », sur .lefigaro.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  125. AFP, « Tennis: Caroline Wozniacki s'assure à Pékin la place de N.1 mondiale », sur lepoint.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  126. « Linz: Ana Ivanovic, le retour », sur rtbf.be, (consulté le 3 mai 2018).
  127. AFP, « Première victoire en deux ans pour la Serbe Ivanovic », sur lapresse.ca, (consulté le 3 mai 2018).
  128. (en) « Ana Ivanovic ends barren run with Linz title », sur bbc.co.uk, (consulté le 3 mai 2018).
  129. AP, « Ana Ivanovic gagne le tournoi de Bali », sur rds.ca, (consulté le 4 mai 2018).
  130. « Joyeux anniversaire Ana ! », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  131. (en) « Djokovic and Ivanovic give Serbia a perfect start in Perth », sur cnn.com, (consulté le 5 mai 2018).
  132. (en) « Ivanovic injury forces Serbia out of Hopman Cup final », sur cnn.com, (consulté le 5 mai 2018).
  133. (en) « Rally for Relief », sur theage.com.au, (consulté le 8 mai 2018).
  134. (en) « 2011 Australian Open - Rally for Relief », sur nbcsports.com, (consulté le 8 mai 2018).
  135. « Clijsters cogne, Ivanovic coule », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  136. (en) Candice Hare, « Ekatarina Makarova Upsets Ana Ivanovic, but All Is Not Lost for the Serb », sur bleacherreport.com, (consulté le 3 mai 2018).
  137. Xavier Richard, « WTA - Pattaya - Ivanovic sortie », sur francetvinfo.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  138. (en) Ahmed Rizvi, « 'Up and down' Ana Ivanovic crashes out of Dubai event », sur thenational.ae, (consulté le 3 mai 2018).
  139. a et b Pascal Coville, « Bartoli, c'est carré : Solide contre Ivanovic, la Française se hisse en demi-finales d'un tournoi majeur pour la première fois depuis Miami, il y a un an », L'Équipe,‎ .
  140. (en) « Ana Ivanovic: A model pro but she desperately needs the right man », sur independent.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  141. AFP, « Clijsters revient de loin », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  142. « Kim Clijsters en quarts de finale », sur leparisien.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  143. Audrey Clier, « Entretien exclusif avec Ana Ivanovic », Tennis Magazine,‎ (lire en ligne).
  144. (en) Bruce Jenkins, « Jankovic gets boost from strong performance in Fed Cup match », sur si.com, (consulté le 5 mai 2018).
  145. M.B. et Belga, « Wickmayer éliminée à Madrid », sur rtbf.be, (consulté le 3 mai 2018).
  146. « WTA - Strasbourg - Bartoli et Cornet avancent », sur leparisien.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  147. « Un mardi riche en rebondissements », sur francetvinfo.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  148. (en) Carrie Dunn, « Build-Up to Wimbledon: Ana Ivanovic Talks About Her Win at the AEGON Classic », sur bleacherreport.com, (consulté le 4 mai 2018).
  149. Cédric Callier, « Ivanovic va mieux », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  150. (en) « Venus Williams beats Ana Ivanovic to stroll into Eastbourne quarter-finals in countdown to Wimbledon », sur telegraph.co.uk, (consulté le 5 mai 2018).
  151. (en) « Improving Venus cruises past Ivanovic and into Eastbourne quarter-finals », sur dailymail.co.uk, (consulté le 5 mai 2018).
  152. (en) « Wimbledon 2011: All the latest results from the mens and womens singles », sur dailymail.co.uk, (consulté le 5 mai 2018).
  153. a et b (en) Viv Bernstein, « Ana Ivanovic rising through tennis ranks again », sur espnW.com, (consulté le 5 mai 2018).
  154. « Djoko, un régime de champion », sur charentelibre.fr, (consulté le 5 mai 2018).
  155. (en) AP, « Ana Ivanovic turns tables on Ayumi Morita », sur heraldsun.com.au, (consulté le 5 mai 2018).
  156. (en) AFP, « Zvonareva reaches San Diego Open final after a struggle against Ivanovic », sur thenational.ae, (consulté le 9 mai 2018).
  157. (en) « Serena Williams through to the Rogers Cup semi-finals », sur bbc.com, (consulté le 9 mai 2018).
  158. (en) « Birthday girl Ivanovic ends season on a high in Bali », sur espn.co.uk, (consulté le 5 mai 2018).
  159. « Kim Clijsters sauve les meubles face à Ivanovic », sur dhnet.be, (consulté le 4 mai 2018).
  160. « Ivanovic déjà sortie », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  161. (en) Press Association, « Australian Open 2012: Petra Kvitova puts out Ana Ivanovic », sur theguardian.com, (consulté le 4 mai 2018).
  162. (en) « Petra Kvitova beats Ana Ivanovic at Australian Open 2012 », sur bbc.com, (consulté le 4 mai 2018).
  163. « Ivanovic éliminée aussi », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  164. (en) Richard Pagliaro, « Dubai: Wozniacki D. Ivanovic », sur tennis.com, (consulté le 2 mai 2018).
  165. « V. Williams et Azarenka passent », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  166. « Miami: Venus Williams poursuit l'aventure », sur rtbf.be, (consulté le 4 mai 2018).
  167. AFP, « Russie et Serbie dos à dos », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  168. « Fed Cup: La Serbie va en finale », sur rtbf.be, (consulté le 4 mai 2018).
  169. (de) F. B., « Mona Barthel besiegt Ana Ivanovic in Stuttgart », sur stuttgarter-nachrichten.de, (consulté le 4 mai 2018).
  170. AP, « Ana Ivanovic est surprise à Stuttgart », sur rds.ca, (consulté le 4 mai 2018).
  171. (en) « Ivanovic impresses on Rome clay to dispatch Kuznetsova », sur cnn.com, (consulté le 4 mai 2018).
  172. « Azarenka rejoint Li Na », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  173. Julien Lamotte, « WTA - Madrid : Azarenka sort Ivanovic », sur francetvinfo.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  174. F. B., « Ivanovic prend la porte », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  175. M. W., « Sara Errani sort Ana Ivanovic », sur rtbf.be, (consulté le 4 mai 2018).
  176. (en) « Azarenka in top form as she sees off former No 1 Ivanovic in straight sets », sur dailymail.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  177. Belga, « Tennis - Kim Clijsters bat Ana Ivanovic et se hisse en quarts de finale », sur lalibre.be, (consulté le 4 mai 2018).
  178. (en) Chris Oddo, « Vinci Blanks Ivanovic, Li Ousts Bouchard on Rainy Day in Montreal », sur tennisnow.com, (consulté le 4 mai 2018).
  179. AFP, « US Open: Serena Williams en demi-finale contre Sara Errani », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  180. Nicolas Cerbelle, « Serena refroidit Ivanovic », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  181. Guillaume Narguet, « Une statue pour Safavora », L'Équipe,‎ .
  182. « L'Espagne s'adjuge la Hopman Cup en s'imposant en finale à Perth contre la Serbie de Novak Djokovic (2-1) », sur rts.ch, (consulté le 3 mai 2018).
  183. (en) « Spain overcome Djokovic and Ivanovic for Hopman Cup shock », sur reuters.com, (consulté le 3 mai 2018).
  184. AFP, « Pattaya: Ana Ivanovic, tête de série N.1, tombe d'entrée », sur eurosport.fr, (consulté le 3 mai 2018).
  185. (en) Associated Press, « Pattaya: Ana Ayumi Morita upsets Ana Ivanovic », sur espn.com, (consulté le 3 mai 2018).
  186. « Radwanska connaît la chanson », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  187. F. B., « Johansson éliminée », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  188. Carole Bouchard, « Razzano s'arrête là », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  189. « Bouchard surprend Ivanovic », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  190. « Eugenie Bouchard bat Ana Ivanovic à Wimbledon », sur lapresse.ca, (consulté le 4 mai 2018).
  191. (en) Laurie Whitwell, « Eugenius! A star is born as Bouchard stuns Ivanovic in an hour on Centre Court », sur dailymail.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  192. (en) « Ivanovic on coaching split: I needed a radical change », sur tennis.com, (consulté le 2 mai 2018).
  193. (it) Giovanni Villa, « Nuovo cambio coach per Ana Ivanovic. Terminata la collaborazione con Nigel Sears », sur tennisworlditalia.com, (consulté le 2 mai 2018).
  194. (en) AP, « Ana Ivanovic, Victoria Azarenka advance at Carlsbad », sur usatoday.com, (consulté le 4 mai 2018).
  195. (en) Diane Pucin, « Victoria Azarenka erratic but effective in Carlsbad tennis semifinal », sur latimes.com, (consulté le 4 mai 2018).
  196. Bastien Rambert, « L'incroyable retour d'Alizé Cornet », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  197. AFP, « Ana Ivanovic défait Venus Williams en finale à Auckland », sur lapresse.ca, (consulté le 4 mai 2018).
  198. (en) Will Swanton, « Aggressive Ana Ivanovic slams Sam Stosur's revival in high-voltage showdown », sur theaustralian.com.au, (consulté le 4 mai 2018).
  199. « Open d'Australie : Serena Williams éliminée en huitième de finale : L'Américaine Serena Williams, no1 mondiale, a été éliminée par la Serbe Ana Ivanovic, tête de série no14, en trois sets 4-6, 6-3, 6-3, dimanche à Melbourne », Le Monde, (consulté le 2 mai 2018).
  200. (en) Douglas Robson, « Serena Williams falls to Ana Ivanovic in Australian Open », USA Today, (consulté le 2 mai 2018).
  201. Carole Bouchard, « Bouchard en demies », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  202. « Open d'Australie dames - Eugénie Bouchard en demi-finales après sa victoire sur Ana Ivanovic », sur eurosport.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  203. « Ivanovic forfait à l'Open GDF-Suez », sur eurosport.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  204. « Ivanovic en trombe », sur lequipe.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  205. « Halep sort Ivanovic », sur lequipe.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  206. « WTA - Rome : Alizé Cornet battue par Ana Ivanovic après un match accroché », sur eurosport.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  207. « Rome - Ivanovic met fin à la série de Sharapova », sur tennisactu.net (consulté le 2 mai 2018).
  208. AFP, « Tennis à Birmingham: Ivanovic en finale pour une première », sur lexpress.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  209. AFP, « Tennis: Ivanovic remporte le tournoi de Birmingham », sur lexpress.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  210. Thierry Tazé-Bernard, « Le gazon de Birmingham consacre Ivanovic », sur francetvinfo.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  211. « Sabine Lisicki sort Ana Ivanovic », sur lequipe.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  212. (en) Riath Al-Samarrai, « Sabine Lisicki sees off battling Ana Ivanovic to book place in fourth round at Wimbledon », sur dailymail.co.uk, (consulté le 4 mai 2018).
  213. (en) Courtney Nguyen, « Ana Ivanovic appoints new coach Dejan Petrovic », sur si.com, (consulté le 6 mai 2018).
  214. (en) « Maria Sharapova beats Ana Ivanovic to reach China Open final », sur bbc.com, (consulté le 2 mai 2018).
  215. « Ivanovic remporte son premier tournoi de Tokyo », sur 7sur7.be, (consulté le 2 mai 2018).
  216. a et b J.G., « Ana Ivanovic se reprend », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  217. a, b, c et d (en) Ben Rothenberg, « For Ana Ivanovic, a History of Success but an Unexpected Win », The New York Times, (consulté le 3 mai 2018).
  218. Fabien Mulot, « Maria Sharapova renverse Ana Ivanovic », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  219. AFP, « Ana Ivanovic éliminée d'entrée », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  220. AFP, « Tennis: Garcia se joue d'Ivanovic à Indian Wells après Monterrey », sur lexpress.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  221. (en) « Ana Ivanovic beaten by Caroline Garcia in Stuttgart », sur skysports.com, (consulté le 8 mai 2018).
  222. « Ana Ivanovic bat Yaroslava Shvedova », sur lequipe.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  223. « Ana Ivanovic en huitièmes sans trembler », sur lequipe.fr, (consulté le 7 mai 2018).
  224. « Ana Ivanovic en quarts de finale à Roland-Garros pour la première fois depuis 2008 », sur rds.ca, (consulté le 2 mai 2018).
  225. AFP, « Roland-Garros: Ivanovic en quarts pour la 1re fois depuis 2008 », sur lexpress.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  226. « Ivanovic comme à ses plus belles heures », sur lefigaro.fr, (consulté le 2 mai 2018).
  227. « Lucie Safarova, victorieuse d'Ana Ivanovic, 7-5, 7-5, tient sa première finale de Grand Chelem », sur eurosport.fr, (consulté le 7 juin 2015).
  228. « Ana Ivanovic stoppée par Michelle Larcher de Brito au 2e tour à Birmingham », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  229. Baptiste Binet, « Piégée par Mattek-Sands, Ivanovic prend déjà la porte », sur eurosport.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  230. AFP, « US Open: Ana Ivanovic chute d'entrée », sur lexpress.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  231. « Ana Ivanovic sort du top10 du classement WTA », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  232. « Pékin: Timea Bacsinszky domine Ana Ivanovic en demi-finales », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  233. « Ana Ivanovic tombe d'entrée à Auckland », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  234. (en) Australian Associated Press, « Ana Ivanovic falls at first hurdle in Sydney as big guns pull out », sur theguardian.com, (consulté le 8 mai 2018).
  235. (en) Nick McCarvel, « Madison Keys beats Ana Ivanovic, reaches fourth round », USA Today, (consulté le 2 mai 2018).
  236. AFP, « Tennis: Ivanovic, comme un ouragan à Saint-Pétersbourg », sur lexpress.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  237. « Saint-Petersbourg : Robert Vinci élimine Ana Ivanovic en demi-finale », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  238. (en) AP, « Top-seeded Simona Halep upset by Ana Ivanovic in Dubai », USA Today, (consulté le 8 mai 2018).
  239. « Fin de saison pour Ana Ivanovic », sur lequipe.fr, (consulté le 6 septembre 2016).
  240. a et b AFP, « L'ancienne N.1 mondiale serbe Ana Ivanovic annonce sa retraite », sur Eurosport, (consulté le 2 mai 2018).
  241. a, b, c, d, e, f, g et h Patrick Mouratoglou, « La Renaissance d’Ana Ivanovic », sur yahoo.com, (consulté le 4 mai 2018).
  242. Pascal Charrier, « Mais qui est la patronne du tennis mondial ? », sur la-croix.com, (consulté le 8 mai 2018).
  243. a et b (en) Jim Caple, « After 7 Years, Could Ana Ivanovic Actually Win Another French Open? », sur espnW.com, (consulté le 3 mai 2018).
  244. « 22, V'là Muguruza ! », sur ladepeche.fr, (consulté le 4 mai 2018).
  245. a et b (en) « Ana Ivanovic: Ladies of Tennis Starting Over Again », sur bleacherreport.com, (consulté le 4 mai 2018).
  246. a, b et c (en) Peter Bodo, « When Ana Ivanovic Serves, You Better Duck », sur nytimes.com, (consulté le 4 mai 2018).
  247. (en) Al Granberg, Kevin Quealy et Bedel Saget, « Power in Motion », sur nytimes.com, (consulté le 4 mai 2018).
  248. (en) « IDS Serve speed leaders », sur wtatour.com (consulté le 20 juillet 2010).
  249. Pierre-Jean Vazel, « Serena Williams à 200 km/h », sur lemonde.fr, (consulté le 5 mai 2018).
  250. Grégory Schneider, « Moscovite contre Kazakhe pour un jeu à la russe », sur liberation.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  251. (en) Steve Tignor, « Playing Ball: The Hitch », sur tennis.com, (consulté le 8 mai 2018).
  252. (en) « Ana Ivanovic coaching update », sur montrealgazette.com (consulté le 6 mai 2018).
  253. a et b (en) Ravi Ubha, « Ana Ivanovic finding her groove », sur espn.com, (consulté le 8 mai 2018).
  254. (en) « Grip guide - A grip on your game », sur tennis.com (consulté le 20 juillet 2010).
  255. (en) « LA win takes Ivanovic to new high », sur bbc.co.uk, (consulté le 6 mai 2018).
  256. a, b et c (en) Courtney Nguyen, « A Fan's View: Ana Ivanovic », sur si.com, (consulté le 8 mai 2018).
  257. (en) « Hantuchova blasts Ivanovic tactic », sur bbc.co.uk, (consulté le 5 mai 2018).
  258. AFP, « Ana Ivanovic toujours en errance », sur 20minutes.fr, (consulté le 8 mai 2018).
  259. (en) « Ana Ivanovic Retirement » [vidéo], sur Youtube, WTA, (consulté le 8 mai 2018).
  260. a et b (en) Classements de Ana Ivanović sur le site officiel du WTA Tour.
  261. (en) Stephanie Myles, « Eugenie Bouchard nominated for WTA's "Most Improved Player" award for 2014 », sur yahoo.com, (consulté le 5 mai 2018).
  262. a et b (en) AFP, « Henin wins player of year gong », sur eurosport.com, (consulté le 8 mai 2018).
  263. a et b (it) « E' Ana la piu' sexy del reame : La Ivanovic stacca Maria Sharapova », sur federtennis.it, (consulté le 8 mai 2018).
  264. (en) Josh Peter, « Ivanovic still more than a pretty face? », sur yahoo.com, (consulté le 8 mai 2018).
  265. (en) « Ana Ivanovic — Courting fame » [archive], sur fhm.com, (consulté le 8 mai 2018).
  266. (en) Margie McDonald, « Ana plays it smart in Australian heat », sur theaustralian.com.au, (consulté le 8 mai 2018).
  267. (sr) William Lee Adams, « 30 Legends of Women’s Tennis: Past, Present and Future - Ana Ivanovic », sur time.com, (consulté le 8 mai 2018).
  268. (sr) « Tomislav Nikolić povodom Dana državnosti odlikovao 84 ličnosti i institucije », sur blic.rs, (consulté le 8 mai 2018).
  269. (en) Phil Thompson, « Ana Ivanovic receives tributes from French Open, husband Bastian Schweinsteiger », sur chicagotribune.com, (consulté le 8 mai 2018).
  270. (en) « Ana Ivanovic honored in Roland Garros ceremony », sur wtatennis.com, (consulté le 8 mai 2018).
  271. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], (consulté le 3 mai 2018).
  272. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  273. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  274. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  275. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  276. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  277. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  278. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  279. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  280. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  281. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  282. a et b (en) « WTA Tout Prize Money Leaders » [archive] [PDF], sur wtatennis.com, (consulté le 3 mai 2018).
  283. (en) « Ana Ivanovic - Overview », sur wtatennis.com (consulté le 3 mai 2018).
  284. (en) « The World's Highest-Paid Female Athletes 2013 - #9 Ana Ivanovic », sur forbes.com, (consulté le 8 mai 2018).
  285. (en) « The World's Highest-Paid Female Athletes 2014 - #9 Ana Ivanovic », sur forbes.com, (consulté le 8 mai 2018).
  286. (en) « The World's Highest-Paid Female Athletes 2015 - #10 Ana Ivanovic », sur forbes.com, (consulté le 8 mai 2018).
  287. (en) « The World's Highest-Paid Female Athletes 2016 - #8 Ana Ivanovic », sur forbes.com, (consulté le 8 mai 2018).
  288. (en) Martin Johnson, « Serve it up, but only in the glamour stakes », sur theage.com.au, (consulté le 6 mai 2018).
  289. (en) « ANA IVANOVIĆ O MRAČNOJ STRANI TENISA: Moramo biti izdržljive, a opet i izgledati kao manekenke što nije moguće... », sur novosti.rs, (consulté le 8 mai 2018).
  290. (en) Jon Henderson, « French Open: Ivanovic earns marketable victory in Paris », sur theguardian.com, (consulté le 5 mai 2018).
  291. (en) Melissa Isaacson, « Ana Ivanovic's legacy far more than a one-hit wonder », sur ESPN.com, (consulté le 2 mai 2018).
  292. (en) Darren Rovell, « Ana Ivanovic: A $100 Million Woman? », sur cnbc.com, (consulté le 2 mai 2018).
  293. « Ana Ivanovic sexy pour FHM », sur 7sur7.be, (consulté le 6 mai 2018).
  294. « Ana Ivanovic supersexy pour «FHM» », sur 20min.ch, (consulté le 6 mai 2018).
  295. « Ana Ivanovic dévoile son corps de rêve », sur 7sur7.be, (consulté le 6 mai 2018).
  296. « Vogue Germany: Ana Ivanovic - Game, Set & Passion! », sur 7sur7.be, (consulté le 6 mai 2018).
  297. (en) Julie Schott, « Ana Ivanovic Loves American Drugstores, Dislikes Tennis Ball Smell », sur elle.com, (consulté le 8 mai 2018).
  298. (en) « Ana Ivanovic - 2010 Sports Illustrated Swimsuit Edition », sur SI.com, (consulté le 2 mai 2018).
  299. (en) « Ana Ivanovic », sur tennis-warehouse.com (consulté le 31 janvier 2009).
  300. (en) Tim Newcomb, « Ana Ivanovic's new French Open kit combines fashion and performance », sur si.com, (consulté le 2 mai 2018).
  301. (en) Christopher Clarey, « Sponsor Takes the Next Step in Tennis », sur nytimes.com, (consulté le 5 mai 2018).
  302. (en) Danielle Rossingh, « Ana Ivanovic Extends Adidas Deal for Rest of Tennis Career », sur bloomberg.com, (consulté le 2 mai 2018).
  303. Jean-Moise Dubourg, « WTA : Ivanovic à vie avec Adidas », sur sport365.fr, (consulté le 5 mai 2018).
  304. (en) « Ana Ivanovic signe chez Yonex », sur yonex.fr, (consulté le 30 juillet 2009).
  305. (en) « Yonex E-Zone series », sur yonex.com (consulté le 7 décembre 2010).
  306. (en) Darren Rovell, « Ivanovic Signs With Rolex », sur cnbc.com, (consulté le 2 mai 2018).
  307. (en) « Dubai Duty Free Re-Signs Star Duo : Former World No.1s Ana Ivanovic and Caroline Wozniacki have re-signed as brand ambassadors for Dubai Duty Free », sur wtatennis.com (consulté le 2 mai 2018).
  308. (en) D'Arcy Maine, « Caroline Wozniacki and Ana Ivanovic were off to the races this weekend », sur espnW.com, (consulté le 2 mai 2018).
  309. « Ana Ivanovic nouvelle égérie de la gamme soleil de Shiseido », sur ladepeche.fr, (consulté le 6 mai 2018).
  310. (en) « Ivanovic Signs SHISEIDO Suncare Deal », sur wtatennis.com, (consulté le 6 mai 2018).
  311. (en) Sarah Burns, « Tennis beauty Ana Ivanovic announced as new face of Shiseido's weather-proof sunscreen ahead of Wimbledon (let's just hope SW19 gets some rays!) », sur dailymail.co.uk, (consulté le 6 mai 2018).
  312. « Ana Ivanovic », sur intimissimi.com (consulté le 6 mai 2018).
  313. Francesca Caseri, « Mode: Ana Ivanović, Belle de match », sur lacapitale.be, (consulté le 8 mai 2018).
  314. (en) Matthew Dunn, « Ana Ivanovic hopes her 'ultra-competitive' streak can spell Wimbledon success », sur express.co.uk, (consulté le 3 mai 2018).
  315. (en) « Top tennis star Ana Ivanovic named UNICEF National Amabassador for Serbia », sur unicef.org, (consulté le 29 janvier 2009).
  316. (en) « Ana Ivanovic named Humanitarian of the Year », sur unicef.org, (consulté le 5 mai 2018).
  317. (en) « Adidas UNICEF T-Shirts by Ana Ivanović (femmes) », sur tennis-warehouse.com (consulté le 3 septembre 2009).
  318. (en) « Ana Ivanovic Participates in Inclusion of 15 Additional Schools Into "School without Violence" Programme », sur unicef.org, (consulté le 5 mai 2018).
  319. (en) « UNICEF and Ana Ivanovic continue to support children from flood-affected areas », sur unicef.org, (consulté le 5 mai 2018).
  320. (en) « UNICEF and National Ambassador Ana Ivanovic Extend Cooperation Agreement », sur unicef.org, (consulté le 5 mai 2018).
  321. « Le "Ice Bucket Challenge" sexy d'Ana Ivanovic », sur 7sur7.be, (consulté le 2 mai 2018).
  322. a et b « Ivanovic dans un rap serbe », sur le10sport.com, (consulté le 5 mai 2018).
  323. (en) « Sega Serves Virtua Tennis 2009 », sur ign.com, (consulté le 9 mai 2018).
  324. Nourdine Nini, « Virtua Tennis 2009 annoncé par Sega », sur gameblog.fr, (consulté le 9 mai 2018).
  325. (en) « 2K Sports Reveals Most Extensive Lineup of Tennis Stars Ever in Top Spin 4 », sur ign.com, (consulté le 9 mai 2018).
  326. « Top Spin 4 : joueurs, jaquettes et date de sortie », sur jeuxvideo.com, (consulté le 9 mai 2018).
  327. Clémentine Rebillat, « Les couples mythiques du tennis », sur parismatch.com, (consulté le 2 mai 2018).
  328. (en) « Star sporting duo Adam Scott and Ana Ivanovic split ahead of Aussie tour », The Daily Telegraph, (consulté le 2 mai 2018).
  329. (en) Josh Massoud, « Ana Ivanovic lands Mr Right, Adam Scott, on and off the court », sur heraldsun.com.au, (consulté le 5 mai 2018).
  330. « Ana Ivanovic en couple avec Mark Stillitano », sur tennisfeminin.com, (consulté le 2 mai 2018).
  331. (en) « Ivan Paunic Confirms He Is In Relationship With Ana Ivanovic », sur inserbia.info, (consulté le 2 mai 2018).
  332. (en) « Confirmed: Ana Ivanovic And Ivan Paunic Broke Up », sur inserbia.info, (consulté le 2 mai 2018).
  333. « Roland-Garros : Ana Ivanovic gagne devant Bastian Schweinsteiger, chéri exalté », sur purepeople.com, (consulté le 2 mai 2018).
  334. R.TY, « Bastien Schweinsteiger et Ana Ivanovic se sont dit oui », Le Matin, (consulté le 2 mai 2018).
  335. (en) Phil Thompson, « Bastian Schweinsteiger, Ana Ivanovic get a crash course on Chicago », sur chicagotribune.com, (consulté le 5 mai 2018).
  336. (en) Meg Lappe, « Tennis Pro Turned Meal Prep Master Ana Ivanovic on What She Eats Every Day », sur self.com, (consulté le 5 mai 2018).
  337. « Ana Ivanovic enceinte de son premier enfant : Elle confirme enfin sa grossesse », sur purepeople.com, (consulté le 24 novembre 2017).
  338. « Bastian Schweinsteiger et Ana Ivanovic parents d'un garçon », sur lequipe.fr, (consulté le 19 mars 2018).
  339. (en) Phil Thompson, « Bastian Schweinsteiger and Ana Ivanovic welcome baby Luka », sur chicagotribune.com, (consulté le 5 mai 2018).

Annexes

Vidéographie

  • (en) Mission to Beijing: Ana Ivanović, Eurosport, 2008, 25 minutes [vidéo].
  • (en) Talks at Google, « Tennis Superstar Ana Ivanovic », 20 minutes [vidéo], Mountain View, Google, .

Articles connexes

Liens externes

  • (en) Site officiel d'Ana Ivanović
  • Notices dans des bases relatives au sport : Comité olympique de Serbie • Fed Cup • Fédération internationale de tennis • Sports Reference • Tennis Temple • Tournoi de Wimbledon • Women's Tennis Association
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mai 2018 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 29 mai 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.