Ami imaginaire

Caliban en conversation avec ses amis imaginaires dans une pièce de théâtre The Tempest.

Un ami imaginaire (ou compagnon imaginaire) est une manifestation psychologique dans laquelle une amitié ou autre relation interpersonnelle prend place dans l'imagination plutôt que dans la réalité. Les amis imaginaires sont des personnages fictifs créés pour des jeux de rôle. Ces personnages ont un comportement et une personnalité attribuée par l'individu qui les imagine. Ils peuvent lui paraître réels mais n'existent pas en réalité[1]. Les premières études menées sur les amis imaginaires sembleraient remonter aux années 1890[2].

Psychologie

Selon une étude menée à l'Université de Manchester, les enfants aux amis imaginaires développent une meilleure capacité de langage et retiennent plus vite les informations que les enfants qui n'en possèdent pas[3]. D'autre part, les enfants qui atteignent l'école primaire et qui se font de véritables amis n'oublient pas forcément leurs amis imaginaires. Selon une étude menée à l'Université de Washington, à l'âge de sept ans, soixante-cinq pour cent des enfants rapportent avoir eu un ami imaginaire à un certain moment dans leur vie[4]. Il a également été suggéré que certains enfants cachent le fait d'avoir un ami imaginaire pour éviter toute critique négative de la part des adultes ou de leurs pairs.

Emmanuelle Rigon, psychologue clinicienne, invitée dans l'émission de télévision La Maison des Maternelles, déclare durant son interview[5] :

«  L’enfant rencontre le besoin de créer de toutes pièces une sorte d’alter ego qui va porter pour [lui] certains sentiments, certaines demandes, certains plaisirs. »

Âge

Les amis imaginaires se créent durant l'enfance, parfois à l'adolescence et rarement à l'âge adulte. Ils agissent en tant que « protecteurs » lorsqu'ils sont interprétés par un enfant. Ils représentent les craintes, les angoisses et le monde perçu par l'enfant. Les amis imaginaires sont normalement perçus chez les enfants, et anormalement chez les adultes.

Ce phénomène concerne surtout les jeunes enfants (avant cinq ans). Il peut durer toute la vie mais se résorbe le plus souvent de lui-même avec la socialisation[6]. Peu d'adultes rapportent avoir un ami imaginaire.

Acceptation sociale

Les amis imaginaires sont un phénomène considéré comme parfaitement normal et anodin chez l'enfant dans la culture anglo-saxonne, alors qu'il inquiète parfois l'entourage dans d'autres pays. On retrouve ce clivage jusque chez les spécialistes. Le médecin Benjamin Spock est persuadé que les amis imaginaires qui apparaissent après l'âge de quatre ans montreraient qu'il « manquerait » quelque chose dans l'environnement de l'enfant. Certains spécialistes dans le développement de l'enfant pensent toujours que la présence d'amis imaginaires passé l'âge de la petite enfance indiquerait un sérieux trouble psychologique[7]. D'autres ne partagent pas cet avis, expliquant que les amis imaginaires sont communs chez les enfants et font partie d'un développement social et cognitif normal[8].

Les amis imaginaires sont également le fruit d'une certaine évolution sociétale. Avec la monté de l'individualisme qui commence dès l'enfance les individus se retrouvant coupés de liens affectifs, protecteurs ou encore pour le divertissement, vont combler ce manque grâce à leur imagination. Les amis imaginaire sont le plus souvent le reflet d'un manque au profond de la personne[réf. nécessaire].

Les amis imaginaires dans la culture

En littérature

En littérature générale

On trouve un ami imaginaire dans la nouvelle de J. D. Salinger Oncle déglingué au Connecticut. Le personnage principal du roman italien Baol (1990), de Stefano Benni, découvre à la fin du roman qu'il est un ami imaginaire, sans oublier le narrateur de Je m'appelle Budo de Matthew Dicks qui est l'ami imaginaire d'un enfant autiste. Le titre original de ce récit est Memoirs of an imaginary friend.

En littérature jeunesse

Romans jeunesse
  • Le roman jeunesse britannique Amanda et les amis imaginaires ((en) Imaginary) (2014 ; traduction 2015) de A. F. Harrold, illustré par Emily Gravett, s'intéresse également à ce thème.
  • Dans le roman jeunesse américain Confessions d'un ami imaginaire : mémoires de Jacques Papier ((en) Confessions of an imaginary friend) (2015 ; traduction 2017) de Michelle Cuevas également.
Albums jeunesse
  • L'album jeunesse belge de Kitty Crowther Moi et rien (2000).
  • Mon copain Alphonse de Gally Mathias (2000).
  • Zuza et Encore un peu de Zuza de Anaïs Vaugelade
  • L'album jeunesse belge Mon monstre et moi de Emmanuelle Eeckhout.
  • Un ami mystérieux de Cori Brooke.
  • Le Monstre de Milos, texte de Agnès de Lestrade, illustrations de Eric Gasté[9].
  • De vrais amis[10] de Anne-Gaëlle Balpe (2012).
  • L'album jeunesse irlandais Mon ami Fred[11], texte de Eoin Colfer, illustrations de Oliver Jeffers (2016).

Dans la bande dessinée

  • Dans la série de bande dessinée américaine Calvin et Hobbes de Bill Watterson, le personnage Calvin est accompagné du tigre Hobbes, qui est présenté comme un personnage à part entière, bipède et parlant, quand ils sont seuls, et comme une peluche dès qu'une autre personne est présente.
  • La BD francophone Mon copain secret[12], texte de Loïc Dauvillier, illustrations de Alain Kokor (2012).
  • La BD francophone Mourir (ça n'existe pas) (2015) de Théa Rojzman, évoque des amis imaginaires[13].

Au cinéma et à la télévision

Au cinéma

De nombreux films évoquent ce thème, notamment :

  • Dans le film Shining (1980) de Stanley Kubrick, inspiré du roman de Stephen King, le personnage Danny communique avec un ami imaginaire qui lui prévient des dangers à venir dans l'hôtel (notamment par des visions), et tente de le dissuader d'y aller.
  • Dans le film Drop Dead Fred (1991), l'héroïne retrouve à l'âge adulte son ami imaginaire perdu de vue alors qu'elle était une enfant.
  • Le film Trouble Jeu (2005) tourne autour de l'ami imaginaire de l'héroïne.
  • Dans Gainsbourg, vie héroïque, on retrouve tout au long du film "la gueule" de Gainsbourg, son ami imaginaire.
  • Dans Vice-versa (2015), Bing Bong est l'ami imaginaire de Riley.
  • Dans Fight Club. Tyler Durden & Marla Singer sont des amis imaginaires pour Jack le narrateur.
À la télevision

La série policière française Double je est fondée entièrement sur ce thème : son héroïne, Déa Versini, capitaine de police à Bordeaux, mène ses enquêtes en duo avec un ami imaginaire dénommé "Jimmy", grand moustachu toujours vêtu d'un smoking, partenaire que Déa s'est créé quand elle était enfant pour surmonter un traumatisme familial. Le générique de début de chaque épisode propose la définition lexicale suivante : « Ami imaginaire : n. m. [ami imaʒinɛʁ] manifestation psychologique dans laquelle une véritable amitié existe dans l'imagination et pas dans la réalité. »

Foster, la maison des amis imaginaires est une série télévisée américaine qui, bien que basée sur un concept différent, évoque le même motif.

D'autres séries évoquent ce phénomène psychique, mais uniquement au travers d'un seul épisode :

  • Dans Supernatural (saison 11 épisode 8, " Nos amis imaginaires"), Sam et Dean font équipe avec l'ancien ami imaginaire (Sully) de Sam enfant. Sully demande aux frères de l'aider à résoudre une série de meurtres perpétré contre ses amis imaginaires.
  • Dans la série Lost : Les Disparus, l'un des personnages principaux, Hurley, retrouve sur l'île l'ami imaginaire qu'il avait à l'hôpital psychiatrique.
  • Dans la série Misfits, le personnage d'Abby découvre qu'elle est l'amie imaginaire d'une autre jeune femme.
  • Dans l'épisode Une grosse tuile pour un toit de la saison 16 des Simpson, le thème de l'ami imaginaire est abordé.
  • Dans la saison 2 de Desperate Housewives, Parker Scavo a une amie imaginaire du nom de Mme Mullberry pour remplacer sa mère qui a repris le travail.

Dans la musique

Deux albums répertoriés :

  • Imaginary Friend est le deuxième et dernier album complet du groupe de rock indépendant britannique Th 'Faith Healers, sorti en 1993.
  • Imaginary Friends est le quatrième album studio de Freezepop , sorti le 7 décembre 2010.

Un groupe musical :

  • Los Amigos Invisibles est un groupe vénézuélien qui joue un mélange de disco , acid jazz et funk mélangé à des rythmes latins

Bibliographie

  • Anne Joly et Sébastien Dupont, « Julie et « Monseigneur » : des carences affectives précoces à la formation d’un compagnon imaginaire à l’adolescence », Adolescence, 2010, no 74, p. 829-840 [lire en ligne].
  • Ronald M. Benson & David B. Pryor, « Quand les amis se volatilisent" : à propos de la fonction du compagnon imaginaire », Nouvelle revue de psychanalyse, no 13, 1976, p. 237-252.
  • G. Pirlot, E. Lefrançois, « Compagnon imaginaire, ange gardien et transmission psychique entre générations », L'Évolution psychiatrique, 1999, vol. 64, no 4, p. 779-789.
  • Brune de Bérail & Sylvain Missonnier, « Entre angoisse et créativité : les compagnons imaginaires », Dialogue, 2010/3, no 189, p. 39-55, [lire en ligne]
  • G. Aamado, A. Costes, « Un étrange aménagement défensif : le compagnon imaginaire », L’évolution psychiatrique, 1989, 541, p. 69-75.

Articles liés

Notes et références

  1. (en) Taylor, M. (1999) Imaginary Companions and the Children Who Create Them. New York: Oxford University Press.
  2. (en) Espen Klausen et Richard H. Passman, « Pretend companions (imaginary playmates): the emergence of a field », Journal of Genetic Psychology, vol. 167, no 4,‎ , p. 349 (lire en ligne)
  3. (en) Université de Manchester, « Imaginary Friendships Could Boost Child Development », sur ScienceDaily, (consulté le 11 novembre 2011)
  4. (en) Université de Washington, « Two-thirds Of School-age Children Have An Imaginary Companion By Age 7 », sur ScienceDaily, (consulté le 9 novembre 2011)
  5. « Déa et son coéquipier imaginair », sur bo-ftvetvous.francetelevisions.tv/, (consulté le 18 juin 2019)
  6. Édouard Launet, « De l'influence des invisibles », sur Libération.fr, (consulté le 18 décembre 2007)
  7. (en) Mauro, Terry, « Book Review: Imaginary Companions and the Children Who Create Them », sur About.com (consulté le 9 novembre 2011)
  8. (en) Marjorie Taylor et Stephanie Carlson, « The Characteristics and Correlates of Fantasy in School-Age Children: Imaginary Companions, Impersonation, and Social Understanding », Developmental Psychology , vol. 40, no 6,‎ 1173-87.
  9. Fiche de l'album jeunesse, sur le site de l'éditeur, Bayard.
  10. Fiche de l'album, sur le site de l'édieur, Gallimard Jeunesse.
  11. Fiche de l'album, sur le site de l'éditeur, Gallimard Jeunesse.
  12. Fiche de l'album, sur le site de l'éditeur, les Editions de la Gouttière.
  13. Fiche de l'album, sur le site de l'éditeur, La Boîte à bulles.