Ambassade de France en Nouvelle-Zélande

Ambassade de France en Nouvelle-Zélande
Drapeau de la France
France
Vue de la mission diplomatique

Lieu 20 Ballance Street
Wellington PO Box 483 - Wellington 6140
Coordonnées 41° 16′ 53″ sud, 174° 46′ 40″ est
Ambassadeur Florence Jeanblanc-Risler
Nomination
Site web Consulter

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Zélande)
Ambassade de France en Nouvelle-Zélande

Géolocalisation sur la carte : Wellington

(Voir situation sur carte : Wellington)
Ambassade de France en Nouvelle-Zélande

Voir aussi : Ambassade de Nouvelle-Zélande en France
Ambassadeurs français • Consuls français

L'ambassade de France en Nouvelle-Zélande est la représentation diplomatique de la République française en Nouvelle-Zélande, aux Îles Samoa et aux Îles Cook. Elle est située à Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, et son ambassadrice est, depuis 2015, Florence Jeanblanc-Risler.

Ambassade

Résidence de l'ambassade de France à Wellington

Depuis le 20 août 2018, l'ambassade est située sur Ballance Street, à Wellington, dans le quartier Te Aro, au 8ème étage du Cooperative Bank Building. Elle accueille aussi une section consulaire.

Histoire

L'ambassade de France était, avant de s'installer dans le building Sovereign House, au 14e étage de Robert Jones House, au no 1–3 de Willeston Street, donnant sur le quai Jervoy.

Ambassadeurs de France en Nouvelle-Zélande

De A Ambassadeur
1945 1949 Armand Gazel[1]
1949 1952 Emmanuel Lancial[1]
1952 1956 Henri Noël[1]
1956 1959 Roger Bercegol de Lile[2]
1959 1960 Jean-Louis Baudier
1960 1965 Lucien Félix
1965 1970 Jean Duflos
1970 1975 Christian de Nicolay[3]
1975 1977 Albert de Schonen
1977 1981 Jean Gueury
1981 1986 Jacques Bourgoin
1986 1990 Jean Gory
1990 1994 Gabriel de Régnauld de Bellescize
1994 1999 Jacques Le Blanc
1999 2003 Jacky Musnier[4]
2003 2007 Jean-Michel Marlaud
2007 2010 Michel Legras
2010 2013 Francis Étienne
2013 2015 Laurent Contini
2015 2018 Florence Jeanblanc-Risler[5]
2018 auj. Sylvaine Carta - Le Vert

Relations diplomatiques

La Nouvelle-Zélande est indépendante depuis 1947. Elle était auparavant dominion de l'Empire britannique depuis 1907, après avoir été colonie britannique à partir du traité de 1840. Les relations diplomatiques entre la France et la Nouvelle-Zélande dépendaient alors des ambassades à Paris et Londres. La France possédait néanmoins en résidence des consuls ou agents consulaires à Auckland (capitale de 1840 à 1865) et Wellington, en particulier depuis les années 1880.

Îles Cook

Un traité a été signé le entre la France et les Îles Cook afin de délimiter de façon précise les espaces maritimes entre les deux États[6]. Le premier ambassadeur de France a été nommé en 1999, en résidence à Wellington, les Îles Cook demeurant, depuis 1965 un État associé de la Nouvelle-Zélande, mais avec une politique étrangère plus affirmée depuis les années 1980.

Îles Samoa

Depuis 1971, l'ambassadeur de France en Nouvelle-Zélande est aussi accrédité auprès de l'État de Samoa, indépendant depuis le , dont le nom initial de Samoa occidentales a été transformé en 1997 en Samoa, dans l'objectif de voir réunies les deux parties de l'archipel des Samoa.

Consulats

Outre la section consulaire de l'ambassade de France à Wellington, il existe plusieurs consuls honoraires exerçant à :

Communauté française

Au 31 décembre 2016, 4 685 Français sont inscrits sur le registre consulaire[8]. Près de la moitié d'entre eux sont des binationaux ; 50 % des Français sont établis dans l'agglomération de Auckland, capitale économique du pays, une autre partie résidant à Wellington. Le nombre de Français établis en Nouvelle-Zélande est estimé à environ 10 000[9].

Population française inscrite au registre mondial
2001 2002 2003 2004
1 2541 3071 6191 707
2005 2006 2007 2008
2 0402 7142 8833 188
2009 2010 2011 2012
3 3943 3043 5123 491
2013 2014 2015 2016
3 6124 0354 4004 685
Personnes inscrites au registre des Français établis hors de France au 31 décembre de chaque année.
(Sources : données publiques sur data.gouv.fr et ministère français des Affaires étrangères, dont 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016)

Circonscriptions électorales

Depuis la loi du [10] réformant la représentation des Français établis hors de France avec la mise en place de Conseils consulaires au sein des missions diplomatiques, les ressortissants français de la Nouvelle-Zélande élisent pour six ans trois conseillers consulaires. Ces derniers ont trois rôles :

  1. ils sont des élus de proximité pour les Français de l'étranger ;
  2. ils appartiennent à l'une des quinze circonscriptions qui élisent en leur sein les membres de l'Assemblée des Français de l'étranger ;
  3. ils intègrent le collège électoral qui élit les sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Pour l'élection à l'Assemblée des Français de l'étranger, la Nouvelle-Zélande, les îles Cook et Samoa appartenaient jusqu'en 2014 à la circonscription électorale de Sydney[11], comprenant l'ensemble des États de l'Océanie (sauf Palaos) et désignant trois sièges. La Nouvelle-Zélande, les îles Cook et Samoa appartiennent désormais à la circonscription électorale « Asie-Océanie » dont le chef-lieu est Hong Kong et qui désigne neuf de ses 59 conseillers consulaires pour siéger parmi les 90 membres de l'Assemblée des Français de l'étranger[12].

Pour l'élection des députés des Français de l’étranger, la Nouvelle-Zélande, les îles Cook et Samoa dépendent de la 11e circonscription.

Délégation de la Nouvelle-Calédonie

Au début du mois d'octobre 2010, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie finalise avec le ministère des Affaires étrangères à Paris le processus de recrutement de « représentants consulaires », ou « délégués » (au début 2011 à travers des épreuves écrites et un grand oral), de formation (d'un an, de septembre 2011 à septembre 2012, à l'IEP de Paris en partenariat avec le Quai d'Orsay), puis de positionnement (à partir de janvier 2013). Ceux-ci sont chargés de porter la voix propre de la Nouvelle-Calédonie dans les cinq ambassades françaises en Océanie (en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Vanuatu, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et aux Fidji), comme prévu par l'Accord de Nouméa[13].

La première convention officialisant l’hébergement et l’installation d'un de ces « délégués » est signée le avec l'ambassade de France en Nouvelle-Zélande, le premier titulaire de ce poste étant ainsi Yves Lafoy[14]. La délégation siège au 12e étage de l'immeuble où est implantée l'ambassade, le Sovereign House, à Wellington.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. a, b et c Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire.
  2. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire, puis ambassadeur en 1957.
  3. Aussi premier ambassadeur aux Samoa Occidentales.
  4. Aussi premier ambassadeur aux Îles Cook.
  5. Décret du 9 janvier 2015, JORF no 9 du 11 janvier 2015, texte no 20, NOR MAEA1428558D.
  6. [PDF] Convention de délimitation maritime entre la France et les Îles Cook.
  7. Cassey Eggelton est consul honoraire de France.
  8. Population française inscrite au registre mondial (auprès des postes consulaires) au 31/12/2016.
  9. Dossier Nouvelle-Zélande sur le site France Diplomatie.
  10. Loi no 2013-659 du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France sur Légifrance.
  11. Décret no  2005-552 du 24 mai 2005.
  12. Élections 2014 - découpage mondial par circonscription AFE, sur le site du ministère des Affaires étrangères.
  13. Ph. FRÉDIÈRE, « La Calédonie émerge sur la scène internationale », Les Nouvelles Calédoniennes, 16/10/2010
  14. PAD, « Le premier "diplomate" néo-calédonien prend ses fonctions à Wellington », Tahiti Infos, 15/11/2012