Alpina (automobile)

Alpina Burkard Bovensiepen GmbH & Co. KG
logo de Alpina (automobile)

Création 1965 (il y a 54 ans)
Dates clés 1962 : premières préparations
1979 : début du négoce en vins
1983 : constructeur automobile
Fondateurs Burkard Bovensiepen
Forme juridique GmbH & Co. KG
Slogan Hersteller exklusiver Automobile
Siège social Buchloe
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Direction Andreas Bovensiepen
Florian Bovensiepen
Activité Construction automobile
Préparation automobile
Négoce de vins
Produits Automobiles
Effectif 250 (juin 2017)
Site web www.alpina-automobiles.com

Chiffre d'affaires 89 000 000  (en 2014)
BMW 2002 ti préparée par Alpina.

Alpina Burkard Bovensiepen GmbH & Co. KG est un constructeur automobile allemand spécialisé dans les segments haut de gamme et sportif dont les modèles, produits en petite série, sont basés sur ceux de BMW.

Créé en 1965 par Burkard Bovensiepen, en Bavière, Alpina est à l’origine un préparateur d’automobiles du constructeur bavarois BMW. Dès le début, la qualité des préparations fait que BMW continue d’appliquer sa garantie sur les voitures modifiées. Grâce à ses succès en compétitions de voitures de tourisme, Alpina devient le plus important préparateur d’Europe durant les années 1970. Les préparations, sérieuses et substantielles, font qu’il est reconnu comme constructeur automobile en 1983. Alpina s’est depuis spécialisé dans la fabrication de voitures étroitement dérivées de celles BMW et vendues en concessions BMW. Les améliorations apportées concernent le moteur, le châssis, la boîte de vitesses, l’aérodynamique et les finitions intérieures, plus luxueuses et personnalisables. Plus de 1 500 voitures sont vendues annuellement ces dernières années.

Alpina collabore étroitement avec BMW. Cela prend la forme de travaux communs de recherche et développement, des prestations de conseil et de sous-traitance réalisées par Alpina, de la fabrication partielle des Alpina par BMW ou de l’intégration de modèles Alpina dans la gamme BMW en Amérique du Nord.

Alpina est également actif dans le négoce de grands vins depuis 1979. Son nom est repris de celui de l’entreprise de machines à écrire créée par le père du fondateur.

Histoire

BMW 3.0 CSL pilotée par Helmuth Koinigg sur la Nordschleife en 1974.
B6 2,8 basée sur la BMW Série 3 E21.
B3 3,0 basée sur la BMW Série 3 E36.
B6 GT3 basée sur la BMW Série 6 E63.

Les débuts

La première entreprise Alpina, Alpina Büromaschinenwerke-Vertrieb Bovensiepen KG., est fondée en 1949 par le docteur Otto Rudolf Bovensiepen. Cette entreprise, basée à Kaufbeuren en Bavière, fabrique des machines à écrire mécaniques[2] à partir de 1951. Entre 1952 et 1961 est produit un modèle semi-portable apprécié pour ses qualités. Au début des années 1960, Alpina subit la concurrence des machines à écrire électroniques venues d’Asie[2].

En 1962, Burkard Bovensiepen (né en 1936), fils de Rudolf Bovensiepen, commence le développement d’une motorisation à doubles carburateurs Weber pour équiper la BMW 1500[3]. Pour cela, il se sert du matériel de l’usine de son père. Cette mécanique reçoit beaucoup d’éloges de la presse mais aussi du patron de BMW[3]. La fabrication du moteur débute dans l’usine de machines à écrire[3]. La même année, Rudolf Bovensiepen vend les droits sur les machines à écrire et les calculateurs Alpina à Standard Electrik Lorenz (devenu par la suite Alcatel-Lucent Germany AG) qui fait partie de l’International Telephone and Telegraph Corporation. Pendant deux ans, jusqu’en 1964, la production des machines à écrire et calculateurs Alpina continue puis les actifs restants sont vendus à Vorwerk. Près de 300 000 machines à écrire ont été produites[2].

En 1964, BMW accorde aux véhicules disposant du système Alpina la garantie complète d’usine, reconnaissant ainsi leur qualité[3]. En 1965, l’entreprise Alpina Burkard Bovensiepen KG. est créée et s’installe dans l’ancienne usine de machines à écrire[3]. Elle compte alors huit employés[3]. Le logo d’Alpina Burkard Bovensiepen est créé en 1967[3]. Il est différent de celui d’Alpina Büromaschinenwerke-Vertrieb.

En 1969, les droits des machines à écrire et calculateurs reviennent à l’ingénieur Oskar Mildner qui avait réalisé en 1958 le prototype de la machine à calculer miniature Alpina. Intéressé seulement par les actifs liés aux calculateurs, il revend les autres actifs et l’usine de Kaufbeuren à Olympia Wilhelmshaven. L’année suivante, Burkard Bovensiepen déménage son entreprise automobile à Buchloe, à une vingtaine de kilomètres de Kaufbeuren. L’usine de Kaufbeuren, désormais vide, est remise en état pour la production de calculateurs ; 1 600 calculateurs sont produits jusqu’à la fin en 1971. Au total, 5 000 calculateurs ont été produits. Alpina Büromaschinenwerke-Vertrieb est dissoute en 1972.

Succès en compétition

Le préparateur débute en compétition en 1966 en engageant une BMW 2000 TI au Rallye international des journalistes[4]. En 1968 commence la participation aux compétitions de voitures de tourisme[3]. Entre 1968 et 1973 plusieurs grands pilotes comme Derek Bell, Harald Ertl, James Hunt, Jacky Ickx, Niki Lauda, Brian Muir et Hans-Joachim Stuck prennent place au volant des BMW Alpina[3]. Alpina remporte ainsi le championnat Européen des voitures de tourisme en 1970 et 1973, mais aussi plusieurs courses en Allemagne et en Europe comme les 24h de Spa-Francorchamps en 1970[3]. En 1971, Alpina développe pour et avec BMW une version légère de la BMW 3.0 CS, appelée CSL, qui a été engagée avec succès en compétitions de voitures de tourisme[3],[5].

Les voitures de tourisme

Durant le choc pétrolier des années 1970, Alpina résiste à la crise et s’associe à différents revendeurs en Allemagne, Grande-Bretagne et en Suisse[3]. L’entreprise développe aussi des moteurs fonctionnant au gaz. Après une nouvelle victoire dans le championnat Européen des voitures en 1977 avec Dieter Quester, les dirigeants décident d’arrêter les courses automobiles et d’orienter l’activité vers la fabrication de voitures de route[3]. Ainsi en 1978, Alpina présente la B6 2,8 sur la base de la série 3 (E21) et la B7 Turbo sur la base de la série 5 (E12)[3]. Cette dernière est alors la berline la plus rapide du monde[3]. L’activité de préparation sur des voitures BMW fournis par des clients cesse progressivement au cours des années qui suivent et désormais l’entreprise ne vend plus que des véhicules neufs qu’elle a préalablement modifiés, basés sur les modèles BMW.

À la fin des années 1970, Ferdinand Piëch suggéra à Burkard Bovensiepen qu’Alpina serait la base idéale pour développer le projet naissant de voiture de rallye Audi Quattro[6]. Burkard Bovensiepen refusa au motif que le rallye n’était pas sa tasse de thé et ne correspondait pas à son style[6]. Ne pouvant travailler avec Alpina, Piëch en débauchera un responsable de développement : Fritz Indra [6].

En 1979, un partenariat avec un importateur est monté au Japon[3]. La même année, Burkard Bovensiepen, amateur de vin[4], ajoute une autre activité, rapidement fructueuse, à l’entreprise : l’import et le négoce de vins[3].

En 1982, les locaux hébergent l’équipe BMW Motorsport qui y réalise en toute discrétion le début du développement de leur moteur de Formule 1[7].

Le Ministère des Transports allemand reconnaît Alpina comme constructeur automobile en 1983[3].

À partir de 1985 Alpina est le premier constructeur à équiper tous ses modèles de pots catalytiques en métal, utilisant la technologie d’Emitec[3]. Technologie reconduite sur la BMW M3 Groupe A de l’écurie Alpina en 1987, lors du retour d’Alpina dans le championnat allemand de voitures de tourisme, dans lequel le constructeur remporte plusieurs victoires[3]. Après la saison 1988, Alpina se retire de la compétition pour se concentrer uniquement sur la commercialisation de voitures de route[3].

Au début des années 1990, Alpina est en pleine croissance, grâce au succès commercial de la B10 Bi-Turbo, l’entreprise qui comprend environ 120 employés se fait construire de nouveaux locaux à Buchloe[3]. En 1992, Alpina devient l’un des premiers constructeurs automobiles à équiper une voiture d’une boîte de vitesses à gestion électronique, nommée Shift-Tronic[3]. Cette boîte de vitesses permet des changements de rapports plus dynamiques et ouvre la voie aux nouvelles boîtes de vitesses séquentielles. Alpina introduit aussi les premiers véhicules de série, les B12 5,7, équipés de pots catalytiques à chauffage électrique[3]. Cette technologie, développée par Emitec conjointement avec Alpina et BMW[8], permet de réduire de 80 % les émissions de HC, NOx et CO par rapport à la norme en vigueur en 1996[3].

En 1996, Alpina développe avec BMW et son sous-traitant Steyr-Daimler-Puch un moteur Diesel performant et moderne équipé des dernières technologies, destiné à motoriser du futurs modèles BMW et Alpina[7]. Ce moteur six cylindres, nommé M57, est basé sur le BMW M51 et est la base du moteur BMW N57 qui lui succède. Il remporte le prix International Engine of the Year  dans la catégorie « 2,5 - 3 litres » de 1999 à 2002. Une version retravaillée, biturbo, remporte le prix de nouveau en 2005. Au salon de Genève 1999, Alpina présente son premier modèle carburant au diesel, la D10 Bi-Turbo basée sur la série 5 (E39)[3] et développée dans le cadre de ce programme[9]. Le moteur a notamment deux turbocompresseurs à géométrie variable dont les aubes sont contrôlées par un dispositif électromécanique et, en première mondiale[10], une injection directe par rampe commune de seconde génération propulsant le gazole dans les cylindres à une pression maximale de 1 600 bars[9].

Peu après avoir quitté son poste de directeur de développement chez BMW et être devenu directeur de la division Premier Automotive Group de Ford en 1999, Wolfgang Reitzle  proposa de racheter Alpina pour en faire la division performance de Jaguar[6]. L’offre de 200 millions de Deutsche Mark fut refusée par Burkard Bovensiepen[6].

En 2002, Alpina entre officiellement sur le marché américain avec la Roadster V8 basée sur la Z8[3] vendue par BMW of North America. En 2008, de vastes nouveaux locaux de recherche et développement sont construits[3].

En 2009, Alpina lance la B6 GT3 de compétition, basée sur la série 6 E63[3], et participe au championnat d'Europe FIA GT3, au Championnat de France FFSA, à l’ADAC GT Masters, au VLN Langstreckenmeisterschaft Nürburgring ainsi qu’à quelques épreuves telles que 24 Heures de Spa et du Nürburgring[11]. En 2010 et 2011 la marque ne court plus officiellement et fournit un support compétition-client[11]. En 2011 sort une version améliorée de la B6 GT3[12] et l’écurie LIQUI MOLY Team Engstler remporte l’ADAC GT Masters avec les pilotes Dino Lunardi et Alexandros Margaritis[3]. En 2012, Alpina revient avec un écurie officielle et termine à la quatrième place de l’ADAC GT Masters[11]. En 2013, Alpina quitte la compétition et continue depuis à offrir un support aux clients encore engagés[11].

Lancée en 2013, la D3 Bi-Turbo est la voiture diesel de série la plus rapide du monde, avec une vitesse de pointe de 278 km/h. Bien reçue par les critiques[13],[14],[15],[16],[17], elle est élue « meilleure voiture diesel sportive de série » par les lecteurs de sport auto (auto motor und sport) en 2014[18], 2015[19] et 2016[20] et est également la voiture ayant reçu le plus de votes toutes catégories confondues dans le vote de 2014[21].

L’entreprise

Le siège.

Alpina est une entreprise familiale depuis sa création. En 2014, Florian et Andreas Bovensiepen, les fils de Burkard Bovensiepen, sont codirecteurs[22]. Plus de 250 personnes sont employées en 2017[23]. Burkard contribue toujours au maintien de bonnes relations entre BMW et Alpina et participe aux prises de décision[24]. Le siège, le centre de recherche et développement, l’usine et la cave à vins sont sur le même site à Buchloe en Bavière[25].

Les travaux de recherche et développement et de sous-traitance pour le compte de BMW représentent environ cinq pour cent du chiffre d’affaires[7],[26]. Cela inclut la vérification des émissions polluantes d’environ 250 véhicules par an ou encore le réglage des trains roulants de modèles tels que le Série 2 Active Tourer[26].

Emblème et logotype

Sur les premières voitures Alpina, le logotype « Alpina » était celui de l’entreprise de machines à écrire.

Le tout premier insigne, rond, représente au centre le drapeau bavarois à carreaux blancs et bleus autour duquel est inscrit le nouveau logotype de la marque sur un fond noir. Le drapeau bavarois est rapidement remplacé par un carburateur et un vilebrequin dessinés dans un blason de gueules et d’azur. Ces deux éléments représentent les principales techniques utilisées par Alpina pour augmenter la puissance des moteurs à une époque où les turbocompresseurs étaient rares[27]. Le logotype est également très légèrement modifié. Une nouvelle version quasi identique présente un dessin du carburateur différent. Quelques années plus tard, l’insigne actuel est créé en modifiant le logotype, rétrécissant la bande noire et remplaçant le dessin du carburateur par celui d’un collecteur d’admission[27].

Les voitures Alpina conservent les insignes BMW sur leur capot et leur coffre. À titre de comparaison, BMW interdit aux préparateurs et autres tuners de laisser ses logos sur leurs voitures modifiées.

Alpina Wein

La division Alpina Wein, active dans le négoce de grands vins et créée en 1979, a réalisé pour 12 millions d’euros de ventes en 2013[28].

Son stock contient plus de 2 000 références de vins et plus d’un million de bouteilles[29] conservées dans un hangar climatisé sur le site de Buchloe.

Conception des automobiles

Toutes les voitures Alpina sont basées sur des modèles du constructeur BMW. BMW fournit à Alpina les données de CAO de ses futurs modèles plus de quatre ans avant leur entrée en production[24]. Alpina choisit ensuite les modèles pour lesquels elle souhaite réaliser ses propres versions et doit ensuite obtenir l’approbation du conseil d’administration de BMW[4]. En moyenne, 300 pièces sont changées[4], notamment au niveau du moteur (cylindrée, turbocompresseurs, refroidissement...), du châssis, de la boîte de vitesses, de l’aérodynamique, des freins, de l’échappement, des finitions intérieures plus luxueuses et personnalisables, etc.

Le centre de recherche et développement Alpina équipé de bancs de tests de moteurs à la pointe de la technologie est mis à contribution. Les essais routiers et sur circuit des prototypes d’un tout nouveau modèle peuvent commencer plusieurs mois avant que BMW ne dévoile ou commercialise son propre modèle[30],[31]. Les prototypes camouflés Alpina et BMW peuvent être essayés côte-à-côte, comme au centre de test BMW M de Nürburg près du Nürburgring[31]. Alpina étudie l’aérodynamique de ses modèles dans la soufflerie de BMW[32]. Près de 40 000 kilomètres d’essais intensifs sur tous types de routes sont effectués ainsi que des tests sur la Nürburgring Nordschleife, le circuit de Miramas (propriété et piste d’essais de BMW) et l’anneau de vitesse de Nardò (propriété et piste d’essais de Porsche)[32]. Environ 10 millions d’euros sont investis pour développer un nouveau modèle[24].

Production

Deux XD3 Bi-Turbo dans l’atelier d’Alpina.

Actuellement, la majorité des Alpina est quasiment entièrement produite dans des usines BMW[33]. Les moteurs sont des moteurs BMW modifiés par Alpina, assemblés à la main dans l’usine Alpina à Buchloe à partir de pièces BMW et de pièces spécifiques[33]. Les pièces détachées spécifiques aux modèles Alpina (soit fabriquées par Alpina, soit fabriquées par des équipementiers spécialisés) et les moteurs modifiés sont fournis directement aux usines BMW[33]. Certains éléments des modèles Alpina sont directement issus d’autres modèles de la gamme BMW[34]. Sur les lignes de production des usines BMW, ces pièces et moteurs Alpina sont montés sur les voitures à la place des pièces de série[33]. Les usines BMW s’occupent également du chargement du micrologiciel Alpina sur l’unité de contrôle du moteur et de la réalisation des peintures bleu Alpina et vert Alpina[35]. Les voitures assemblées sont généralement envoyées dans l’usine Alpina à Buchloe où les touches finales, notamment en ce qui concerne l’intérieur, sont apportées[25],[33].

Alpina n’étant pas reconnu comme constructeur en Amérique du Nord, les BMW Alpina vendues dans cette région sont entièrement construites dans les usines BMW et ne reçoivent pas certaines modifications présentes sur les modèles européens comme les sièges et intérieurs en cuir Lavalina[36].

L’Alpina XD3 est basé sur le BMW X3 construit à Spartanburg aux États-Unis et non sur un modèle BMW produit en Allemagne (tel que les Séries 3, 4, 5, 6 et 7). La ligne de production du X3 n’est donc pas adaptée à la production du XD3 et celui-ci reçoit donc la majorité ses modifications dans l’usine Alpina[37]. En 2014, la capacité de production de l’usine de Buchloe a été insuffisante pour répondre à la forte demande du modèle[24].

Caractéristiques générales des modèles

B7 Turbo de 1984 peinte en bleu Alpina, avec les ailerons avant et arrière, les jantes et les bandes décoratives.
B4 S Bi-Turbo de 2017 peinte en vert Alpina, avec l’aileron avant, les jantes et les bandes décoratives.

Les voitures Alpina sont généralement réputées pour leurs performances de haut niveau associées à un grand confort et à un plus grand raffinement[34],[38]. Les suspensions sont largement retravaillées. L’habitacle est particulièrement insonorisé et le moteur reste discret, même à haute vitesse[34]. Le couple est privilégié[34] et sa valeur élevée autorise de fortes accélérations quel que soit le rapport sélectionné[38],[39]. Les Alpina sont le plus souvent équipées de boîtes de vitesses automatiques robotisées ou manuelles. Depuis les années 1980, Alpina est spécialisée dans les moteurs ayant un turbocompresseur, puis deux pour les modèles Bi-Turbo. Plus confortables et raffinées que les BMW M, elles sont généralement un peu moins performantes, en dehors de leur vitesse non limitée. Les Alpina sont moins sportives, moins orientées vers le circuit que les BMW M. Ainsi, en novembre 2014, la production d’une BMW M7 n’était pas envisagée ; selon le directeur de la planification des produits de BMW, l’Alpina B7 correspondait mieux au statut de berline de luxe de la BMW Série 7[40]. Cependant, la B7 reste parfaitement capable de garder le rythme d’une BMW M3 E92 sur une route sinueuse lors d’un test[41].

Esthétiquement, les voitures Alpina diffèrent peu des modèles BMW desquels elles sont issues. Les boucliers avant et arrière sont généralement modifiés assez sobrement pour améliorer l’aérodynamique. Plusieurs couleurs, un bleu sombre Alpina, un vert sombre et un vert vif sont associées à la marque. Les deux premières sont disponibles sur les voitures de série, la troisième est celle des voitures de compétition. Les jantes à rayons sont également typiques de la marque depuis ses débuts. Depuis 1978, des bandes décoratives peuvent être posées, en option. Les bandes décoratives ont peu évolué depuis leur apparition, les jantes un peu plus. À l’intérieur, les cadrans du tableau de bord ont un fond bleu et différents éléments sont modifiés par la marque selon les modèles (boiseries, sellerie, cuir, électronique...). Dans chaque voiture est apposée une plaque avec le numéro de fabrication de l’exemplaire.

Ventes et export

BMW Alpina B7 nord-américaine.

Avant le début des années 2000, Alpina produisait environ 800 voitures par an[42]. Depuis l’ouverture au marché nord-américain, le constructeur produit plus de 1 000 voitures annuellement[25]. 2013 et 2014 ont été des années record avec, respectivement, 1 400[43] puis 1 700[28] voitures vendues. Chaque modèle Alpina est produit en petite série, entre quelques dizaines et quelques milliers d’exemplaires, généralement à quelques centaines. Entre 1978, date de lancement du premier modèle, et juillet 2016, Alpina a vendu près de 26 000 voitures. Les modèles basés sur les Série 3 et 4 représentent plus de la moitié des ventes en 2014, année où la gamme de neuf modèles est la plus étendue jamais proposée[28].

La marque est présente dans une vingtaine de pays en Europe (Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, France, Russie, Belgique, Ukraine, Lettonie, Luxembourg, Liechtenstein, Chypre, Azerbaïdjan, Pologne), en Asie (Japon, Singapour, Chine), en Amérique du Nord (États-Unis, Canada), au Moyen-Orient (Émirats arabes unis, Qatar, Bahreïn, Koweït, Arabie Saoudite, Oman) et en Océanie (Australie).

Seuls les quelques concessionnaires BMW et Alpina sont autorisés à vendre les automobiles.

L’Allemagne est le premier marché mondial. 600 voitures y ont été vendues en 2014[28]. En Belgique, où le concessionnaire est Jean-Michel Martin[44], les ventes ont connu une croissance de 100 % en 2014[45].

Plusieurs modèles sont également vendus au Japon depuis 1979. Alpina y vendait environ 200 voitures par an[43]. 2013 et 2014 ont connu une forte augmentation des ventes. En 2013, 300 voitures ont été vendues au Japon qui représentait le troisième plus grand marché[43]. En 2014, ce sont plus de 400 voitures qui ont trouvé preneur[28]. Le Japon devient le deuxième marché, à égalité avec les États-Unis[28].

Aux États-Unis et au Canada, les quelques modèles importés sont vendus en tant que voitures BMW par BMW of North America et bénéficient des garanties BMW[25]. Ces BMW Alpina ont un VIN BMW, contrairement aux autres Alpina qui disposent d’un VIN Alpina différent de celui BMW apposé à l’origine[25]. Avec 400 voitures vendues aux États-Unis en 2014, ce pays représente le deuxième plus grand marché, à égalité avec le Japon[28].

Les ventes annuelles en France sont de l’ordre de quarante à cinquante voitures[46].

Le constructeur s’implante en 2016 en Australie avec le soutien de BMW Australia[47],[48] puis en Chine et en 2017 en Pologne[49].

Modèles

Intérieur d’une B7 Bi-Turbo (F01).

Les modèles Alpina sont identifiés par une lettre et un nombre.

La lettre représente le type de carburant, B pour les motorisations sans-plomb et D pour les motorisations diesel. Depuis 2003, le nombre correspond au numéro de la série chez BMW.

Les moteurs utilisés sont des quatre-cylindres en ligne (L4), des six-cylindres en ligne (L6), des V8, des V10 et des V12.

Exemple : B5, modèle basé sur la BMW Série 5 et équipé d’une motorisation carburant au sans-plomb.

Modèles basés sur la Neue Klasse et la Série 02

Alpina a créé des kits et moteurs améliorés, notamment à double carburateurs Weber, pour de nombreux modèles BMW[50]. Ces modifications n’étaient possibles que sur des moteurs de moins de 10 000 km[50] et n’annulaient pas la garantie BMW à partir de 1964.

Des moteurs et modifications de compétition pour la Série 02 développant 200 ch étaient également disponibles[50].

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse V. max Accélération
cm³ ch N·m kg km/h s
A1 2002 - L4[50] 1 990[50] 115[50] 171[50] - - -
A2 2002 - L4[50] 1 990[50] 150[50] 186[50] - 193[50] 8,2 (0-60 mph)[50]
A2S 2002 - L4[50] 1 990[50] 158[50] 197[50] - - -
A3 2002 - L4[50] 1 990[50] - - - - -
A4 2002 tii - L4[50] 1 990[50] 160[50] - - - -
A4S 2002 tii - L4[50] 1 990[50] 169[50] - - - -

Modèles basés sur les BMW E3 et E9

  • BMW 3.0 Si Alpina
  • BMW 3.0 CS Alpina
  • BMW 3.0 CSi Alpina[51]
  • Alpina B2 (3.5)
  • Alpina B2 S
  • BMW 3.0 CSL Alpina (dont Alpina B2S), Alpina ayant déjà conduit une grande partie du développement de la 3.0 CSL de base

Modèles basés sur la Série 3

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
A1 / 3 (E21) - - - 120 - - - - - -
A2 / 3 (E21) - - - 150 - - - - - -
A3 / 3 (E21) - - - - - - - - - -
A4 / 3 (E21) - - - 160 - - - - - -
A4S / 3 (E21) - - - 170 - - - - - -
B6 2,8 323i (E21)[52] 11/1978–08/1981[52] L6[52] 2 788[52] 200[52] 248[52] - - > 220[52] 7,2[52] 324
C1 2,3 323i (E21)[52] 04/1980–07/1983[52] L6[52] 2 316[52] 170[52] 210[52] - - 208[52] 7,9[52] 462
B6 2,8 323i (E21)[52] 09/1981–01/1983[52] L6[52] 2 788[52] 218[52] 265[52] - - 229[52] 7,0[52] 209
C1 2,3 / 1 (1) 323i (E30)[53] 08/1983–11/1985[53] L6[53] 2 316[53] 170[53] 225[53] 1 130 9,4 213[53] 7,8[53] 35
B6 2,8 / 1 (2) 323i, 325i (E30)[53] 03/1984–07/1986[53] L6[53] 2 788[53] 210[53] 270[53] - - 230[53] 7,2[53] 259
C2 2,5 (2) 325i (E30)[53] 04/1985–11/1986[53] L6[53] 2 552[53] 185[53] 246[53] - - 220[53] 7,1[53] 74
B6 3,5 (2) 323i, 325i (E30)[53] 11/1985–07/1987[53] L6[53] 3 430[53] 261[53] 346[53] - - 250[53] 6,4[53] 219
B6 3,5 (2) (3) 325i (E30)[53] 08/1986–07/1987

11/1987–12/1990[53]

L6[53] 3 430[53] 254[53] 320[53] - - 246[53] 6,6[53]
C1 2,5 (2) 325i (E30)[53] 09/1986–07/1987[53] L6[53] 2 494[53] 190[53] 235[53] - - 220[53] 7,2[53] 51
C2 2,7 (4) 325i, 325ix (E30)[53] 02/1986–07/1987[53] L6[53] 2 693[53] 210[53] 267[53] - - 230[53] 6,9[53] 108
C2 2,7 (4) 325i, 325ix (E30)[53] 03/1987–07/1987[53] L6[53] 2 693[53] 203[53] 265[53] - - 227[53] 6,9[53] 51
B6 3,5S (1) M3 (E30)[53] 11/1987–12/1990[53] L6[53] 3 430[53] 254[53] 320[53] - - 251[53] 6,6[53] 62
B3 2,7 (5) 325i, 325ix (E30)[53] 08/1987–06/1992[53] L6[53] 2 693[53] 204[53] 265[53] - - 227[53] 7,1[53] 257
B6 2,7 (8) 325i (E30) - L6 2 693 - - - - - - -
B6 2,8 (2) 325i (E36) 1992-93 L6 2 752 240 293 1 383 - 253 6,4 362
B3 3,0 (5) 325i (E36) 1993-96 L6 2 997 250 320 - - 264 6,1 741
B3 3,2 (5) 325i (E36) 1996-99 L6 3 152 265 330 - - > 260 5,9 342
B8 4,0 (8) 328i (E36)

moteur 540i

- V8 - 313 - - - - - 5
B8 4,6 (5) 328i (E36)

moteur 540i

1995-98 V8 4 619 333 470 - - > 280 5,6 198 coupés

23 cabriolets

B6 2,8 Touring (8) 325i (E36) 1996-98 L6 2 752 - 293 - - - - 136
B3 3,3 (5) 328i, 330i (E46)[54] 03/1999–07/2002[54] L6[54] 3 300[54] 280[54] 335[54] 1 450 10,8[54] 267[54] 5,7[54] 1 299
B3 3,3 Allrad (6) 330ix (E46)[54] 11/2001–01/2005[54] L6[54] 3 300[54] 280[54] 335[54] - 11,6[54] 256[54] 6,9[54] 182
B3 S (5) 330i (E46)[54] 08/2002–01/2006[54] L6[54] 3 346[54] 305[54] 362[54] 1 480 10,9[54] 271[54] 5,4[54] 804
D3 (6) 320d (E90)

moteur 123d

2005-08 L4 1 995 200 410 1 460 5,9 238 7,4 865
B3 Bi-Turbo (5) 335i (E90) 2007-10 L6 2 979 360 500 1 570 9,8 285 4,9 795

135 Allrad

D3 Bi-Turbo (7) 320d (E90)

moteur 123d

2008-13 L4 1 995 214 450 - 5,4 244 6,9 1 279
B3 S Bi-Turbo (5) 335i (E90) 2010-13 L6 2 979 400 540 - 9,6 300 4,7 484

125 Allrad

B3 GT3 (1) 335i (E92) 03/2012–12/2013 L6 2 979 402 540 1 535 - 300 4,5 99 en série limitée
B3 Bi-Turbo (6) 335i (F30/F31) 03/2013–02/2017[55] L6[56] 2 979[56] 410[56] 600[56] 1 610[56] 7,6[56] 305[56] 4,0 (Allrad) / 4,2[56] 512

554 Allrad[57]

D3 Bi-Turbo (6) 330d (F30/F31) 07/2013–07/2018[55] L6[58] 2 993[58] 360[58] 700[58] 1 585[58] 5,3[58] 278 puis

276 à partir de 2016[58]

4,6[58] 720

525 Allrad[57]

B3 S Bi-Turbo (6) 335i/340i (F30/F31) 03/2017–06/2019[55] L6[59] 2 979[59] 440[59] 660[59] 1 705[59] 7,9[59] 306[59] 4,0 (Allrad) / 4,3[59] ≥ 115

≥ 168 Allrad [57]

B3 M340i (G21) 2020– L6[60] 2 993[60] 462[60] 700[60] 1 865[60] 9,8[60] >300[60] ≥ 2

(1) Modèle disponible en deux portes/coupé.

(2) Modèle disponible en deux portes/coupé et quatre portes/berline.

(3) Modèle équipé d’un pot catalytique, d’où les performances diminuées par rapport au modèle sans.

(4) Modèle disponible en deux et quatre portes et cabriolet.

(5) Modèle disponible en deux portes/coupé, quatre portes/berline, break et cabriolet.

(6) Modèle disponible en berline et break.

(7) Modèle disponible en berline, coupé et break.

(8) Modèle vendu uniquement au Japon.

Production

E21 E30 E36 E46 E90 / E91 / E92 / E93 F30 / F31 G21 Total
995 1 116 1 707 2 285 3 782 2 593 ≥ 2 ≥ 12 481

Modèles basés sur la Série 4

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
B4 Bi-Turbo 435i (F32/F33) 03/2014–02/2017[61] L6[62] 2 979[62] 410[62] 600[62] 1 615[62] 7,6[62] 303[62] 4,0 (Allrad) / 4,2[62] 362

247 Allrad[63]

D4 Bi-Turbo (1) 430d (F32/F33) 07/2014–07/2018[61] L6[64] 2 993[65] 350[65] 700[65] 1 585[65] 5,3[65] 278[65] 4,6[65] ≥ 345[63]
B4 S Bi-Turbo 435i/440i (F32/F33) 03/2017–10/2018[61] L6[66] 2 979[66] 440[66] 660[66] 1 690[66] 7,9[66] 306[66] 3,9 (Allrad) / 4,2[66] ≥ 185

≥ 94 Allrad[63]

B4 S Bi-Turbo Edition 99 435i/440i (F32/F33) 2018–[67] L6[67] 2 979[67] 452[67] 680[67] 1 690[67] 9,1[67] 306[67] 3,9 (Allrad) / 4,2[67] 99 en série limitée

(1) Modèle disponible en coupé et cabriolet à partir de septembre 2015.

Production

F32 / F33
1 332

Modèles basés sur la Série 5

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
BMW Alpina 520 520 (E12)[65] 1973–1976[65] L4[65] - - - - - - - -
A4 520 (E12)[65] 1973–1976[65] L4[65] - - - - - - - -
A5 520 (E12)[65] 1973–1976[65] L4[65] - - - - - - - -
528 B2 528 (E12)[65] 1974 inclus[68] L6[69] 3000[69] 230[69] - - - 230[69] 6,9[69] -
B2S 528 (E12)[65] 05/1976 inclus[68] L6[69] - - - - - - - -
525 B5 525 (E12)[65] 1974[65] L6[65] - - - - - 209[65] - -
528 B6 528 (E12)[65] 1976[65] L6[69] 2800[69] 200[69] - - - 212[65] 7,6[69] -
B8 528 (E12)[65] 1977–1980[65] ? L6[65] - - - - - - - -
B9S 528 (E12)[65] 1977–1980[65] ? L6[65] - - - - - - - -
B7 Turbo (530 Turbo) 528i (E12)[70] 12/1978–02/1982[70] L6[70] 2 986[70] 300[70] 462[70] - - 250[71] 6,1[71] 149[72]
B7 S Turbo 528i (E12)[70] 11/1981–05/1982[70] L6[70] 3 453[70] 330[70] 500[70] - - 261[71] 5,8[71] 60 en série limitée[72]
B9 3,5 528i (E28)[73] 11/1981–08/1983[73] L6[73] 3 453[73] 245[73] 320[73] - - 240[73] 6,7[73] 86[74]
B9 3,5 / 1 528i (E28)[73] 01/1983–12/1985[73] L6[73] 3 430[73] 245[73] 320[73] 1 360 - 240[73] 6,7[73] 414[74]
B7 Turbo / 1 528i, 535i (E28)[73] 04/1984–07/1987[73] L6[73] 3 430[73] 300[73] 501[73] 1 420 - 260[73] 5,9[73] 236[74]
B10 3,5 535i (E28)[73] 07/1985–12/1987[73] L6[73] 3 430[73] 261[73] 346[73] - - 250[73] 6,4[73] 77[74]
B7 Turbo / 1 535i (E28)[73] 08/1986–12/1987[73] L6[73] 3 430[73] 320[73] 520[73] 1 420 - 265[71] 6,1[71] 42[74]
B10 3,5 / 1 535i (E34)[75] 04/1988–12/1992[75] L6[75] 3 430[75] 254[75] 325[75] - - 250[75] 6,4[75] 572[76]
B10 Bi-Turbo 535i (E34)[75] 08/1989–03/1994[75] L6[75] 3 430[75] 360[75] 520[75] 1 695 - > 290[75] 5,6[75] 507[76]
B10 4,0 (1) 540i (E34)[75] 04/1993–08/1995[75] V8[75] 3 982[75] 315[75] 410[75] - - 268[75] 6,8[75] 45 berlines

4 breaks[77]

B10 3,0 Allrad 525xi (E34)[75] 10/1993–05/1996[75] L6[75] 2 997[75] 231[75] 312[75] - - 235[75] 7,9[75] 64 berlines

70 breaks[78]

B10 4,6 (1) 540i (E34)[75] 03/1994–04/1996[75] V8[75] 4 619[75] 340[75] 480[75] - - > 275[75] 6,1[75] 27 berlines

19 breaks[79]

B10 V8 (1) 540i (E39)[80] 01/1997–10/1998[80] V8[80] 4 619[80] 340[80] 470[80] - 13,4[80] > 275[80] 5,9[80] 490 berlines

82 breaks[81]

B10 3,2 (1) 528i (E39)[80] 08/1997–12/1998[80] L6[80] 3 152[80] 260[80] 330[80] - 10,2[80] 260[80] 6,5[80] 194 berlines

72 breaks[82]

B10 V8 (1) 540i (E39)[80] 10/1998–07/2000[80] V8[80] 4 619[80] 347[80] 480[80] 1 695 12,6[80] 279[80] 5,9[80] 854 berlines

204 breaks[81]

09/2000–02/2002[80] 5,5[80]
B10 3,3 (1) 528i (E39)[80] 02/1999–10/2003[80] L6[80] 3 300[80] 280[80] 335[80] 1 690 10,2[80] 262[80] 6,3[80] 240 berlines

70 breaks[83]

D10 Bi-Turbo (1) 530d (E39)[80] 04/2000–10/2003[80] L6[80] 2 926[80] 245[80] 500[80] 1 670 7,5[80] 254[80] 7,2[80] 145 berlines

94 breaks[84]

B10 V8 S (1) 540i (E39)[80] 01/2002–05/2004[80] V8[80] 4 837[80] 375[80] 510[80] - 12,7[80] 284[80] 5,4[80] 145 berlines

43 breaks[85]

B5 550i (E60/E61)[86] 02/2005–09/2007[86] V8[86] 4 398[86] 500[86] 700[86] 1 720 12,3[86] 314[86] 4,7[86] 428 berlines

119 breaks[87]

B5 S 550i (E60/E61)[86] 09/2007–05/2010[86] V8[86] 4 398[86] 530[86] 725[86] 1 920 12,3[86] 317[86] 4,6[86] 120 berlines

59 breaks[88]

B5 Bi-Turbo 550i (F10/F11)[89] 09/2010–12/2011[89] V8[89] 4 395[89] 507[89] 700[89] - 10,8[89] 307[89] 4,7[89] 320 berlines

175 breaks[90]

B5 Bi-Turbo 550i (F10/F11)[89] 01/2012–12/2014[89] V8[89] 4 395[89] 540[89] 730[89] 1 920 9,5[89] 323[89] 4,3[89]
B5 Bi-Turbo 550i (F10/F11)[89] 01/2016–12/2016[89] V8[91] 4 395[91] 600[91] 800[91] 2 015[91] 9,5[91] 328[91] 4,2[91]
D5 Bi-Turbo 535d (F10/F11)[89] 09/2011–12/2016[89] L6[92] 2 993[92] 350[92] 700[92] 1 940[92] 5,9[92] 278[92] 5,1[92] 250 berlines

290 breaks[90]

D5 Turbo 530d (F10)[93] 2012– L6[94] 2 993[94] 280[94] 600[94] 1 820[94] 18,8 km/ℓ (norme JC08)[94] 256[94] 5,9[94] 293[90]
B5 Bi-Turbo Edition 50 550i (F10/F11) 01/2015–12/2015[89] V8[95] 4 395[95] 600[95] 800[95] 2 015[95] 9,5[95] 328[95] 4,2[95] 50 en série limitée[96]
B5 Bi-Turbo 540i xDrive (G30/G31)

moteur 750i

2017– V8[97] 4 395[97] 608[97] 800[97] 2 015[97] 10,3[97] 330[97] 3,5[97] ≥ 270 berlines

≥ 470 breaks[98]

D5 S (conduite à gauche) 530d xDrive (G30/G31) 2017– L6 2 993 388 800 6,6 286 4,4 ≥ 50 berlines

≥ 160 breaks[99]

D5 S (conduite à droite) 530d xDrive (G30) 2017– L6 2 993 326 700 6,1 275 4,9 >150[100]

(1) Modèle disponible en break.

Production

E12 E28 E34 E39 E60 / E61 F10 / F11 G30 / G31 Total
209 855 1 215 2 144 728 1 378 ≥ 1 100 ≥ 7 529

Modèles basés sur la Série 6

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
B7 Turbo Coupé 630CSi (E24)[101] 12/1978–02/1982[101] L6[101] 2 986[101] 300[101] 462[101] - - > 250[101] 6,8[101] 153[102]
B7 S Turbo Coupé 635CSi (E24)[101] 05/1982–09/1982[101] L6[101] 3 453[101] 330[101] 500[101] - - 262[101] 5,8[101] 30 en série limitée[102]
B9 3,5 Coupé 635CSi (E24)[101] 07/1978–11/1982[101] L6[101] 3 453[101] 245[101] 320[101] - - 240[101] 6,9[101] 2[102]
B9 3,5 Coupé /1 635CSi (E24/1)[101] 08/1982–12/1985[101] L6[101] 3 430[101] 245[101] 320[101] - - 240[101] 6,9[101] 73[103]
B7 Turbo Coupé /1 635CSi (E24/1)[101] 04/1984–08/1987[101] L6[101] 3 430[101] 330[101] 512[101] - - 267[101] 6,1[101] 110[103]
B10 3,5 Coupé 635CSi (E24/1)[101] 07/1985–06/1987[101] L6[101] 3 430[101] 261[101] 346[101] - - 250[101] 6,4[101] 44[103]
B7 Turbo Coupé /1 635CSi (E24/1)[101] 10/1986–06/1988[101] L6[101] 3 430[101] 320[101] 520[101] - - 265[101] 5,8[101] 20[103]
B6 650i (E63/E64)[104] 04/2006–08/2007[104] V8[104] 4 398[104] 500[104] 700[104] 1 861 12,3[104] 315[104] 4,6[104] 115 coupés

80 cabriolets [105]

B6 S 650i (E63/E64)[104] 08/2007–08/2011[104] V8[104] 4 398[104] 530[104] 725[104] - 12,3[104] 318[104] 4,5[104] 95 coupés

40 cabriolets [106]

B6 Bi-Turbo 650i (F12/F13)[107] 09/2011–09/2014[107] V8[107] 4 395[107] 540[107] 730[107] 1 870 9,4[107] 320[107] 4,3[107] ≥ 80 coupés

≥ 35 cabriolets[108]

B6 Bi-Turbo 650i (F12/F13) 2015– V8[109] 4 395[109] 600[109] 800[109] 1 945[109] 9,4[109] 330[109] 4,2[109]
B6 Gran Coupé 650i xDrive (F06)[107] 04/2014–12/2014[107] V8[107] 4 395[107] 540[107] 730[107] 2 030 10,4[107] 318[107] 3,9[107] ≥ 1 031[110]
B6 Gran Coupé 650i xDrive (F06) 2015– V8[111] 4 395[111] 600[111] 800[111] 2 030[111] 10,4[111] Limitée électroniquement à 324 [111] 3,8[111]
B6 Bi-Turbo Edition 50 650i (F12/F13) 01/2015–03/2016[107] V8[112] 4 395[112] 600[112] 800[112] 1 870[112] 9,4[112] 330[112] 4,2[112] 50 en série limitée[96]

En 2009 sort un modèle de compétition, la B6 GT3, de classe GT3. Elle est dérivée de la B6 S dont elle conserve le moteur. En 2011 apparaît la B6 GT3 Evo, plus légère et plus puissante, avec un moteur dérivé du moteur BMW du championnat américain Grand-Am[12]. Cinq voitures sont vendues pour au moins sept châssis produits. Cet échec commercial est notamment dû au fait qu’à la suite de la crise économique de 2008, BMW arrête son coûteux programme de Formule 1 pour se lancer en GT3 avec la Z4 GT3, ce qui crée une concurrence complètement imprévue[4].

Production

E24 E24/1 E63 / E64 F12 / F13 / F06 Total
185 247 330 ≥ 1 196 ≥ 1 958

Modèles basés sur la Série 7

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
B11 3,5 735i (E32)[113] 01/1987–09/1987[113] L6[113] 3 430[113] 240[113] 310[113] - - 247[71] 7,6[71] 76[114]
B11 3,5 735i (E32)[113] 01/1987–09/1987[113] L6[113] 3 430[113] 250[113] 330[113] - - 248[113] 7,5[113] 35[114]
B11 3,5 735i (E32)[113] 10/1987–12/1987[113] L6[113] 3 430[113] 254[113] 325[113] - - 245[113] 7,6[113] 221[114]
B12 5,0 750i (E32)[113] 07/1988–01/1994[113] V12[113] 4 988[113] 350[113] 470[113] 1 875 - > 275[113] 6,9[113] 305[114]
B11 4,0 740i (E32)[113] 05/1993–02/1994[113] V8[113] 3 982[113] 315[113] 410[113] - - > 260[113] 7,1[113] 7[114]
B12 5,7 E-KAT 750i, 750iL (E38)[115] 12/1995–08/1998[115] V12[115] 5 646[115] 387[115] 560[115] - - > 280[115] 6,4[115] 201[116]
B12 6,0 E-KAT 750i, 750iL (E38)[115] 07/1999–07/2001[115] V12[115] 5 980[115] 430[115] 600[115] - - 291[115] 5,9[115] 94[116]
B7 745i, 750i, 745Li, 750Li (E65/E66)[117] 12/2003–06/2008[117] V8[117] 4 398[117] 500[117] 700[117] 1 920 12,8[117] 311[71] 4,9[117] 1 113[116]
B7 Bi-Turbo 750i, 750Li (xDrive) (F01/F02)[118] 04/2009–07/2012[118] V8[118] 4 395[118] 507[118] 700[118] 2 070 12,1[118] 302[118] 4,7[118] 1 999[119]
B7 Bi-Turbo 750i, 750Li (xDrive) (F01/F02)[120] 07/2012–07/2015[118] V8[120] 4 395[120] 540[120] 730[120] 2 040[120] 9,9[120] 312[120] 4,5[120]
B7 Bi-Turbo (conduite à gauche) 750Li (xDrive) (G12)[121] 03/2016–02/2019[122] V8[123],[124] 4 395[125],[124] 608[126],[124] 800[127],[124] 2 110[128] 10,4[129] 330[130],[124] 3,7[131] ≥ 1 095[132]
B7 Bi-Turbo (conduite à droite) 750Li (G12)[124] 2 060[124] 9,6[124] 4,2[124]
B7 Bi-Turbo (Chine) 750Li (xDrive) (G12)[133] ? V8[133] 3 982[133] 564[133] 750[133] 2 325[133] 11[133] 315[133] 3,8[133]
B7 (conduite à gauche) 750Li (xDrive) (G12)[121] 2019– V8[134] 4 395[135] 608[134] 800[134] - - 330[134] 3,6[134]

Production

E32 E38 E65 / E66 F01 / F02 G12 Total
644 295 1 113 1 999 ≥ 1 095 ≥ 5 146

Modèles basés sur la Série 8

Modèle Modèle BMW Années Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
B12 5,0 Coupé 850i, 850Ci (E31)[136] 06/1990–05/1994[136] V12[136] 4 988[136] 350[136] 470[136] 1 875 - 283[71] 6,8[136] 97[137]
B12 5,7 Coupé 850CSi (E31) 11/1992–11/1996[136] V12[136] 5 646[136] 416[136] 570[136] - - 300[136] 5,8[136] 57[137]

Modèles basés sur le X3

Modèle Modèle BMW Années Carburant Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
XD3 Bi-Turbo xDrive35d (F25)[138] 04/2013–03/2014[138] gazole[138] L6[138] 2 993[138] 350[138] 700[138] - 6,6[138] 253[138] 4,9[138] 870[139]
XD3 Bi-Turbo xDrive35d (F25)[138] 03/2014–12/2017[138] gazole[140] L6[140] 2 993[140] 350[140] 700[140] 1 910[140] 6,6[140] 251[140] 4,9[140]
XD3 (conduite à gauche)[141] xDrive30d (G01) 2018– gazole L6 2 993 388 770 - 9,0 266 4,6 ≥ 170[142]
XD3 (conduite à droite)[143] xDrive30d (G01) 2018– gazole L6 2 993 333 700 - 9,0 254 4,9 ≥ 85[142]

Production

F25 G01 Total
870 ≥ 210 ≥ 1 080

Modèle basé sur le X4

Modèle Modèle BMW Années Carburant Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Consommation normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
XD4 xDrive30d (G02) 2018– gazole L6 2 993 388 770 - 9,0 268 4,6 ≥ 100[142]

Modèles basés sur la Série Z

Modèle Modèle BMW Années Carburant Type moteur Cylindrée Puissance Couple Masse Conso. normalisée V. max 0-100 km/h Production
cm³ ch N·m kg ℓ/100 km km/h s
Roadster Limited Edition (RLE) Z1 08/1990–09/1991 [144] sans-plomb[144] L6[144] 2 693[144] 200[144] 261[144] - - 231[144] 7,1[144] 66 en série limitée[145]
Roadster V8 Z8 (E52) 06/2002–10/2003 [144] sans-plomb[144] V8[144] 4 837[144] 381[144] 520[144] - 13,2[144] Limitée électroniquement à 260[144] 5,3[144] 555 en série limitée[146]
Roadster S Z4 (E85) 07/2003–12/2005 [144] sans-plomb[144] L6[144] 3 346[144] 300[144] 362[144] 1 320 9,9[144] 270[144] 5,3[144] 373

Autres collaborations

BMW 3.0 CSL
Nazca C2

Alpina a participé à des degrés divers au développement ou à la fabrication de certaines automobiles.

En 1971, Alpina développe pour et avec BMW une version légère de la BMW 3.0 CS, la 3.0 CSL, qui a été engagée avec succès en compétitions de voitures de tourisme[3],[5].

Au début des années 1980, BMW South Africa désire produire un modèle spécifique lui permettant de compenser l’indisponibilité de la BMW M3 sur son marché sud-africain[39]. Elle décide de réaliser une Série 3 dotée du moteur six-cylindres M30B32 de 3,2 litres et 197 chevaux de la Série 7 733i[39] mais les ingénieurs rencontrent des difficultés à placer un moteur aussi imposant dans une voiture plus petite[147]. Lorsqu’il apparut qu’Alpina avait réussi à faire une voiture similaire, une collaboration a été mise en place pour la conception[147]. La BMW 333i qui en résulte emprunte ainsi plusieurs éléments aux modèles Alpina dont les collecteurs d’admission et d’échappement, les freins avant, le radiateur, les jantes Alpina en alliage…[39],[147] La 333i est également équipée de plusieurs éléments BMW Motorsport[39]. Elle réalise le 0 à 100 km/h en 7,23 secondes et peut atteindre 231 km/h[39]. Elle a été produite à 204 exemplaires en 1985 et 1986[147] dans l’usine BMW de Rosslyn en Afrique du Sud. Prévue pour être engagée dans le Groupe 1 du Championnat sud-africain de berlines (South-African Saloon Car Championship), contre d’autres sportives également spécifiquement sud-africaines (Ford Sierra XR8, Alfa Romeo Alfetta GTV 3,0)[148], la suppression de ce groupe fin 1985 entraîne l’arrêt de sa production[149].

Pour pouvoir participer aux compétitions Groupe N sud-africaines apparues en 1985, BMW South Africa lance en 1986 une version sportive de la 325i appelée 325iS[150]. À partir de 1990 la 325iS sud-africaine est dotée d’un moteur six-cylindres de 2,7 litres, développant 194 ch, 25 de plus que le précédent, et équipé de culasses et pistons Alpina[150]. Le championnat Groupe N sud-africain est remporté par Robbi Smith sur 325iS en 1993[150].

En 1991, la voiture concept Italdesign BMW Nazca C2 est motorisée par un V12 de 5,0 litres et 350 chevaux issu de l’Alpina B12 5.0 Coupé. En 1993, une nouvelle version Spider de la Nazca C2 est motorisée par le V12 de 5,7 litres et 380 chevaux issu de l’Alpina B12 5,7 E-KAT.

En 2002 et 2003, BMW réutilise le moteur développé par Alpina pour sa B10 V8 dans le X5 4.6iS qui représente la version haut de gamme et sportive du modèle. Ce moteur, basé sur le M62TUB44 de BMW, est nommé M62B46TÜ par BMW. Le X5 4.6iS est remplacé en 2003 par le 4.8iS doté du nouveau moteur N62B48.

Le moteur du Mini Countryman All4 Racing engagé en rallye-raid, notamment au rallye Dakar remporté par Mini de 2012 à 2015, est développé par BMW Motoren à Steyr et fabriqué à la main par Alpina[151].

Projets étudiés

Alpina a étudié la faisabilité de plusieurs modèles, notamment de deux supercars, qui n’ont finalement pas vu le jour.

Au tout début des années 1980, alors que BMW allait arrêter la production de la M1 qui était un échec commercial, ils proposent à Alpina, alors toujours préparateur, d’en faire sa propre version[152],[153]. Cependant, les modifications envisagées par Alpina pour rendre plus performante et plus utilisable au quotidien une voiture prévue pour la compétition imposaient d’augmenter l’empattement et d’utiliser le moteur turbo des B7 Turbo et B7 S Turbo en remaniant tout le système de prises d’air et de refroidissement[152]. De telles modifications du design et de l’architecture de la voiture, trop importantes, ont entraîné l’abandon du projet[152].

Un peu plus de dix ans plus tard, au début des années 1990, Alpina se voit proposer par BMW de produire en série la voiture-concept Nazca C2[152]. Les Nazca C2 et Nazca C2 Spider était déjà motorisées par des moteurs V12 Alpina. Cependant, les modifications nécessaires pour en faire une voiture de série nécessitaient des adaptations qui auraient abouti à un coût unitaire beaucoup trop élevé d’environ 600 000 Deutsche Mark[154]. La proposition est déclinée[154].

Au début des années 2000, Alpina a commencé la conception de sa propre version de la Mini avant d’abandonner le projet. De ce projet avorté est restée la vente de jantes Alpina pour la Mini.

Le développement d’une version de la deuxième génération du BMW X5 (E70, 2007-2013) dotée d’un V8 compressé a été étudié vers 2005 et 2006, avec notamment une importation en Amérique du Nord par BMW North America.[35],[155] Cela n’a pas abouti.

Notes et références

  1. a b et c (en) « Alpina Büromaschinen-Vertrieb Bovensiepen KG.,Kaufbeuren, Germany », sur slk-saatio.fi (consulté le 23 mai 2015).
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad et ae (en) « Milestones », sur alpina-automobiles.com (consulté le 27 décembre 2014).
  3. a b c d et e (en) Ed Foster, « The song remains the same », sur motorsportmagazine.com, (consulté le 15 septembre 2016).
  4. a et b (en) C.R., « Alpina's Ultimate BMW », Motor Sport, vol. XLIX, no 2,‎ , p. 41-43 (lire en ligne).
  5. a b c d et e (en) John McIlroy, « When Jaguar tried to buy Alpina », sur autocar.co.uk, (consulté le 13 septembre 2015).
  6. a b et c (en) Shawn Molnar, « NYIAS 2010: Alpina Interview – BMWBLOG Sits Down with Kris Odwarka, Alpina Sales Director », sur bmwblog.com, (consulté le 29 août 2015).
  7. (de) « Der elektrisch beheizbare Metall-Katalysator EMICAT », sur emitec.com (consulté le 18 janvier 2015).
  8. a et b (de) « Speedy Wonder », sur auto motor und sport, (consulté le 29 août 2015).
  9. Vincent Desmonts, « ALPINA D10 Biturbo », sur motorlegend.com, (consulté le 29 août 2015).
  10. a b c et d Sébastien Dupuis, « Alpina : 50 ans d'histoire », sur www.automobile-sportive.com, (consulté le 11 janvier 2016).
  11. a et b (en) « Announcing the BMW B6 GT3 Evo 2011 », sur thealpinaregister.com, (consulté le 11 janvier 2016).
  12. (en) Steve Sutcliffe, « Alpina D3 review », sur Autocar (consulté le 17 juillet 2015).
  13. (en) « Alpina D3 2014 review », sur autoexpress.co.uk, (consulté le 17 juillet 2015).
  14. (en) « Long-term test review: Alpina D3 Biturbo », sur autoexpress.co.uk, (consulté le 17 juillet 2015).
  15. (de) Jens Dralle, « Biturbo-Kraft im Drehzahlkeller », sur auto motor und sport, (consulté le 17 juillet 2015).
  16. (en) Chris Evans, « BMW's collaboration with Alpina has taken special-edition motors to an awesome new summit », sur Daily Mail, (consulté le 17 juillet 2015).
  17. (de) Marcus Schurig, « Das sind Ihre Sportwagen-Sieger », sur auto motor und sport, (consulté le 10 novembre 2015).
  18. (de) Stefan Helmreich, « Das sind Ihre Sportwagen-Sieger », sur auto motor und sport, (consulté le 10 novembre 2015).
  19. (de) « Sieger Diesel-, Klein- und Kompaktwagen », sur auto motor und sport, (consulté le 14 octobre 2016).
  20. (de) Stefan Braunschweig, « Porsche und BMW dominieren sport auto AWARD 2014 », sur motorpresse.de, (consulté le 17 juillet 2015).
  21. (en) Tony Quiroga, « 2015 BMW Alpina B6 xDrive Gran Coupe », sur Car and Driver, (consulté le 27 novembre 2014).
  22. (de) « Manufaktur », sur alpina-automobiles.com (consulté le 19 septembre 2017).
  23. a b c et d (en) John McIlroy, « Alpina at 50 - how to improve on BMW's finest work | Autocar », sur www.autocar.co.uk (consulté le 4 août 2015).
  24. a b c d et e (en) David Booth, « The inside story on the magical mystery of the Alpina brand », sur driving.ca, (consulté le 26 novembre 2014).
  25. a et b (en) John Mahoney, « The man behind some of the world’s fastest BMWs », sur motoring.com.au, (consulté le 7 février 2018).
  26. a et b (en) Jeff Jablansky, « Alpina's CEO Explains the History Behind the Historic Logo », sur www.autoworldnews.com, (consulté le 14 avril 2015).
  27. a b c d e f et g (de) Uli Baumann, « Erstmals über 1.700 Auslieferungen », sur auto motor und sport, (consulté le 31 janvier 2015).
  28. (de) « Unternehmen », sur alpinawein.de (consulté le 8 juillet 2015).
  29. (en) Alex Jenkins, « 2017 Alpina B5/D5 estate spotted in light disguise », sur autoexpress.co.uk, (consulté le 15 août 2016).
  30. a et b (en) Sebastian Toma, « Alpina B5 Touring Spied Driving Hard On The Nurburgring », sur autoevolution.com, (consulté le 15 août 2016).
  31. a et b Nicolas Valeano, « BMW B5 Biturbo Edition 50 : Alpina souffle sur l’hélice », sur auto-moto.com, (consulté le 27 mai 2015).
  32. a b c d et e Dominique Chapatte, Safet Rastoder, « Alpina », Turbo, 10 mai 2015 (voir en ligne).
  33. a b c et d (en) Ron Kiino, « 2011 BMW Alpina B7 First Drive », sur Motor Trend, (consulté le 23 juin 2015).
  34. a et b (en) Matt Davis, « 2007 BMW Alpina B7: America Sings the Alpina Blues », sur Autoweek , (consulté le 23 juin 2015).
  35. (en) Max Prince, « First Drive: 2015 BMW Alpina B6 xDrive Gran Coupe », sur Road & Track , (consulté le 23 juin 2015).
  36. (en) Headlineauto, « Alpina set to raise a glass of fine wine to the big Five-O », sur frontseatdriver.co.uk, (consulté le 8 juillet 2015).
  37. a et b (en) Adam Towler, « Alpina B5 Bi-Turbo Edition 50 review - the fastest 5-series money can buy », sur Evo, (consulté le 7 juillet 2015).
  38. a b c d e et f (en) « BMW 333i », CAR magazine,‎ , p. 110-117 (lire en ligne).
  39. (en) Christian Seabaugh, « Four Things We Learned from BMW Head of Product Planning », sur motortrend.com, (consulté le 14 juin 2015).
  40. (en) Michael Harley, « Review: 2011 BMW Alpina B7 », sur autoblog.com (consulté le 28 décembre 2014).
  41. (en) Ray Hutton, « BMW Alpina Roadster V-8 », sur caranddriver.com, (consulté le 10 janvier 2015).
  42. a b et c (en) « The wraps have come off the new Alpina B4 Bi-Turbo at the Tokyo motor show, in what is Alpina's third-largest market. », sur autocar.co.uk, (consulté le 27 décembre 2014).
  43. Jacques Chevalier, « BMW Alpina B3 : le retour du sorcier », sur Le Figaro, (consulté le 27 novembre 2014).
  44. Olivier Maloteaux, « Volkswagen a dominé le marché belge en 2014 », sur Le Soir, (consulté le 5 janvier 2015).
  45. Stéphane Ficca, « BMW Passion Day : interview Bernard Fourel, concessionnaire ALPINA », sur blogbmw.fr, (consulté le 11 mai 2016).
  46. (en) « Alpina confirmed », sur motoring.com.au, (consulté le 17 juillet 2016).
  47. (en) Mike Costello, « BMW tuner Alpina in Australia by November », sur caradvice.com.au, (consulté le 17 juillet 2016).
  48. (de) « ALPINA Markteintritt Polen », sur alpina-automobiles.com, (consulté le 6 décembre 2017).
  49. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae et af (en) « Alpina 02’s », sur bmw2002.co.uk (consulté le 19 juillet 2016).
  50. (en) « Four doors. Five seats. 150 mph », Motor Sport, vol. XLIX, no 5,‎ , p. 44 (lire en ligne).
  51. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 3er - E21 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 30 juin 2017).
  52. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp bq br bs bt bu bv bw bx by bz ca et cb (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 3er - E30 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 2 juillet 2017).
  53. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 3er - E46 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 12 août 2017).
  54. a b et c (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 3er - F30 / F31 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 12 septembre 2019).
  55. a b c d e f g et h (de) « B3 BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 5 octobre 2016).
  56. a b et c (en) « Alpina 3-series [F3x] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 5 octobre 2016).
  57. a b c d e f g et h (de) « D3 BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 5 octobre 2016).
  58. a b c d e f g et h (de) « B3 S BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com, (consulté le 2 mars 2017).
  59. a b c d e f et g (de) « B3 Technische Daten », sur alpina-automobiles.com, (consulté le 12 septembre 2019).
  60. a b et c (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 4er - F32 / F33 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 12 septembre 2019).
  61. a b c d e f g et h (de) « B4 BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 5 octobre 2016).
  62. a b et c (en) « Alpina 4-series [F3x] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 5 octobre 2016).
  63. (de) « D4 BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 5 octobre 2016).
  64. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad et ae (en) « BMW Alpina cars », sur bmwism.com (consulté le 15 août 2015). [réf. à confirmer]
  65. a b c d e f g et h (de) « B4 S BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com, (consulté le 2 mars 2017).
  66. a b c d e f g h et i (en) « B4 S BITURBO EDITION 99 », sur edition99.alpina.de (consulté le 25 octobre 2018)
  67. a et b (en) « Alpina 5-series [E12] - Early E12 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 15 août 2015).
  68. a b c d e f g h i et j (en) « Alpina 5-series [E12] - Early cars », sur www.alpina-archive.com (consulté le 15 août 2015).
  69. a b c d e f g h i j k et l (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 5er - E12 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 31 décembre 2015).
  70. a b c d e f g h i et j Test dans le magazine auto motor und sport.
  71. a et b (en) « Alpina 5-series [E12] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 31 décembre 2015).
  72. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak et al (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 5er - E28 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 31 décembre 2015).
  73. a b c d et e (en) « Alpina 5-series [E28] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 31 décembre 2015).
  74. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am et an (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 5er - E34 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 29 mars 2016).
  75. a et b (en) « Alpina 5-series [E34] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  76. (en) « Alpina B10 4,0 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  77. (en) « Alpina B10 3,0 Allrad », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  78. (en) « Alpina B10 4,6 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  79. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc et bd (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 5er - E39 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 10 avril 2016).
  80. a et b (en) « Alpina B10 V8 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  81. (en) « Alpina B10 3,2 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  82. (en) « Alpina B10 3,3 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  83. (en) « Alpina D10 BiTurbo », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  84. (en) « Alpina B10 V8 S », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  85. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 5er - E60 / E61 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 10 avril 2016).
  86. (en) « Alpina B5 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  87. (en) « Alpina B5 S », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2016).
  88. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 5er - F10 / F11 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 11 mai 2015).
  89. a b et c (en) « Alpina D5 BiTurbo », sur www.alpina-archive.com (consulté le 5 octobre 2016).
  90. a b c d e f g et h (de) « B5 BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 19 novembre 2015).
  91. a b c d e f g et h (de) « D5 BITURBO Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 19 novembre 2015).
  92. (en) « Parts Catalogue - BMW series F10 - BMW Alpina D5 Turbo », sur alpina-automobiles.com, (consulté le 17 mars 2016).
  93. a b c d e f g et h (ja) « D5 TURBO LIMOUSINE », sur alpina.co.jp, (consulté le 17 mars 2016).
  94. a b c d e f g et h (de) « B5 BITURBO EDITION 50 Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 16 février 2015).
  95. a et b (de) « EDITION 50 », sur alpina-automobiles.com (consulté le 16 février 2015).
  96. a b c d e f g et h (de) « B5 BITURBO Allrad Technische Daten », sur alpina-automobiles.com, (consulté le 7 mars 2017).
  97. (en) « Alpina B5 BiTurbo Allrad », sur www.alpina-archive.com (consulté le 11 mars 2017).
  98. (en) « Alpina D5 S Allrad », sur www.alpina-archive.com (consulté le 19 septembre 2017).
  99. (en) « 5-series [G3x] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 21 mai 2018).
  100. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc et bd (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 6er - E24 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 11 juin 2015).
  101. a b et c (en) « Alpina 6-series [E24] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 11 juin 2015).
  102. a b c et d (en) « Alpina 6-series [E24/1] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 11 juin 2015).
  103. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 6er - E63 / E64 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 28 avril 2015).
  104. (en) « Alpina 6-series [E6X] B6 », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2015).
  105. (en) « Alpina 6-series [E6X] B6 S », sur www.alpina-archive.com (consulté le 28 avril 2015).
  106. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 6er - F12 / F13 / F06 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 28 octobre 2015).
  107. (en) « Alpina 6-series [F1X] B6 BiTurbo », sur www.alpina-archive.com (consulté le 17 juillet 2016).
  108. a b c d e f g et h (de) « B6 BITURBO Coupé Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 31 décembre 2015).
  109. (en) « Alpina 6-series [F06] B6 BiTurbo », sur www.alpina-archive.com (consulté le 5 octobre 2016).
  110. a b c d e f g et h (de) « B6 BITURBO Gran Coupé Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 16 février 2015).
  111. a b c d e f g et h (de) « B6 BITURBO Coupé Edition 50 Technische Daten », sur alpina-automobiles.com (consulté le 16 février 2015).
  112. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak et al (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 7er - E32 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 14 mars 2015).
  113. a b c d et e (en) « Alpina 7-series [E32] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 14 mars 2015).
  114. a b c d e f g h i j k l m n o et p (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 7er - E38 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 14 mars 2015).
  115. a b et c (en) « Alpina 7-series [E6X] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 14 mars 2015).
  116. a b c d e f g et h (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 7er - E65 / E66 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 14 mars 2015).
  117. a b c d e f g h i et j (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 7er - F01 / F02 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 14 mars 2015).
  118. (en) « Alpina 7-series [F0X] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 12 juillet 2015).
  119. a b c d e f g h et i (de) « Technische Daten B7 BITURBO Limousine SWITCH-TRONIC », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 31 mars 2015).
  120. a et b (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  121. (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 7er - G12 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 12 septembre 2019).
  122. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  123. a b c d e f g h et i (en) « Technical Data BMW ALPINA B7 BITURBO Long-wheelbase », sur http://www.alpina-automobiles.co.uk (consulté le 31 janvier 2019).
  124. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  125. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  126. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  127. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  128. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  129. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  130. (de) « Technische Daten BMW ALPINA B7 BITURBO Langversion Allrad », sur http://www.alpina-automobiles.com (consulté le 3 mars 2016).
  131. (en) « Alpina 7-series [G11] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 27 avril 2016).
  132. a b c d e f g h et i (ch) « 技术参数 BMW ALPINA B7 BITURBO LWB 全驱车 », sur http://www.alpina.cn (consulté le 31 janvier 2019).
  133. a b c d et e « 190211_BMW_ALPINA_B7: ALPINA Automobiles », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 14 février 2019)
  134. « The new 2020 ALPINA B7 xDrive Sedan - Power, Dynamics and Luxury in a new contemporary Design. », sur www.press.bmwgroup.com (consulté le 14 février 2019)
  135. a b c d e f g h i j k l m et n (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW 8er », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 25 février 2015).
  136. a et b (en) « Alpina 8-series [E31] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 27 février 2015).
  137. a b c d e f g h i j k et l (de) « ALPINA Automobile auf Basis BMW X3 - F25 - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 12 septembre 2019).
  138. (en) « Alpina XD3 [F25] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 12 mai 2015).
  139. a b c d e f g h et i (de) « Technische Daten XD3 BITURBO SWITCH-TRONIC Allrad », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 31 janvier 2015).
  140. https://www.alpina-automobiles.com/de/alpina/news/news-detail/p/der-neue-bmw-alpina-xd3/
  141. a b et c (en) « Alpina X-series [G0x] », sur www.alpina-archive.com (consulté le 22 avril 2018).
  142. http://www.alpina-automobiles.co.uk/en/alpina/news/news-detail/p/the-all-new-bmw-alpina-xd3-1/
  143. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z (de) « ALPINA Automobile auf Basis der BMW Roadster - Z1 / Z8 (E52) / Z4 (E85) - », sur www.alpina-automobiles.com (consulté le 23 janvier 2015).
  144. (en) « Alpina Z1 [E30Z] Model data & specifications », sur www.alpina-archive.com (consulté le 23 janvier 2015).
  145. (de) Birgit Priemer, « Weniger kann mehr sein », sur auto motor und sport, (consulté le 24 janvier 2015).
  146. a b c et d (en) Adrian Burford, « BMW 333i », TopCAR,‎ , p. 139-140.
  147. (en) « 333i », sur alpina-archive.com (consulté le 7 juillet 2015).
  148. (de) Jens Dralle, « Der halbe Antichrist », sur auto motor und sport, (consulté le 7 juillet 2015).
  149. a b et c (en) Johann Venter, « Three of the Best – E30 M3 versus E30 333i and E30 325iS », sur bmwblog.com, (consulté le 22 octobre 2015).
  150. (en) Shane O'Donoghue, « Mini All4 Racing: Driven », sur www.pistonheads.com, (consulté le 10 novembre 2015).
  151. a b c et d (en) Jens Meiners, « How the BMW M1 Supercar Almost Got a Second Lease on Life—And Why It Didn’t », sur blog.caranddriver.com, (consulté le 9 novembre 2015).
  152. (en) « The History of the BMW M1 », sur Car and Driver, (consulté le 7 février 2016).
  153. a et b (en) Jens Meiners, « How the BMW M1 Supercar Almost Got a Second Lease on Life—And Why It Didn’t », sur blog.caranddriver.com, (consulté le 9 novembre 2015).
  154. (en) Ray Hutton, « 2006 BMW Alpina B7 », sur Car and Driver, (consulté le 6 décembre 2017).

Bibliographie

  • (de) Alessandro Rigatto, BMW Alpina – Serien- und Rennsportwagen seit 1963. Motorbuch Verlag, Stuttgart, 2011 (ISBN 978-3-613-03274-3).
  • (de)(en) Paolo Tumminelli, OAL-BB 50: The Alpina Book: 50 Jahre BMW Alpina Automobile. Delius Klasing Verlag, 2015 (ISBN 978-3-667-10312-3).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site officiel
  • (en) alpina-archive : site d’information et de référencement des véhicules produits
  • (en) the Alpina Register : site d’informations Alpina UK
  • (en) Alpina Cars : liste illustrée des voitures d’Alpina.