Alphonse-Hubert de Latier de Bayane

(Redirigé depuis Alphonse Hubert de Latier de Bayane)
Alphonse Hubert
de Latier de Bayane
Biographie
Naissance
Valence
Drapeau du Dauphiné Dauphiné
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 78 ans)
Paris
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Pie VII
Titre cardinalice Cardinal-diacre
de S. Angelo in Pescheria
Évêque de l’Église catholique
Auditeur de rote, pour la France, près la cour de Rome
Abbé de Saint-Guilhem-le-Désert
Vicaire-général du diocèse de Coutances
Chanoine de Saint-Apollinaire (Valence)
Depuis
Autres fonctions
Fonction religieuse
Légat apostolique
(1808)
Fonction laïque
Sénateur du Premier Empire
( - )
Pair de France
( - )

Orn ext cardinal duc et pair.svg
Blason fam fr Latier de Bayane (de).svg
La Foy, le Roy, la Loy[1]
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Alphonse Hubert Guillaume[2] de Latier, cardinal, comte puis duc de Bayane (°  - Valence (Dauphiné) † - Paris), est un homme d'Église, diplomate et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie

Né à Valence, en Dauphiné, le , de Louis de Latier de Bayanne, marquis d'Orciens et de Catherine de Sibeud[3],[4], Alphonse Hubert de Latier de Bayane embrasse de bonne heure l'état ecclésiastique

Il était, en 1770, chanoine de l'église cathédrale de cette ville, vicaire-général du diocèse de Coutances et abbé de Saint-Guilhem-le-Désert (ordre de Saint-Benoît), au diocèse de Rodez[5].

En 1777, il fut nommé auditeur de rote, pour la France, près la cour de Rome, « place qui conduit ordinairement au cardinalat[5] », et exerça cette charge jusqu'en 1801[6]. Il employa tous ses moyens pour hâter la conclusion du Concordat de 1801 : satisfait de lui, le pape Pie VII le crée cardinal in pectore le . Sa nomination n'est annoncée officiellement que le . « M. de Bayane, avant d'accepter cette dignité, en avait demandé la permission à S. M. Louis XVIII, alors (en émigration) à Mittau.[5] » L'Empereur, quant à lui, le fit grand officier de la Légion d'honneur le .

Après l'entrée des troupes françaises dans Rome (), le pape est amené à envoyer le cardinal de Bayanne en tant que légat à Paris, pour tenter un dernier effort de réconciliation. Celui-ci n'aura pas le temps d'arriver à Paris avant que les choses ne s'enveniment entre Napoléon Ier et le pape Pie VII. Depuis il resta constamment à Paris, et vivait dans la retraite, étant affligé d'une surdité très-forte[6].

Le cardinal de Bayane se vit élevé par Napoléon Ier à la dignité de membre du Sénat conservateur, le et prêta serment à l'empereur, en cette qualité, le 11 du même mois. Voici les termes du message de Napoléon au Sénat, motivant cette nomination :

« Le cardinal de Bayane, prélat distingué par ses vertus religieuses, l'étendue de ses lumières et les services qu'il a rendus à la patrie ; il a travaillé au concordat de Fontainebleau, qui complète les libertés de nos églises, œuvre commencée par saint Louis, continuée par Louis XIV, et achevée par Nous »

— Moniteur du , colonne 381.)

Latier de Bayane fut créé, le 11 septembre de la même année, comte de l'Empire.

Comme il avait voté, peu de temps après, la création d'un gouvernement provisoire et la déchéance de l'Empereur et de sa famille (), Louis XVIII le nomma pair de France (). Le duc de Bayane accepta, ce qui ne l'empêche point, pendant les Cent-Jours (), d'assister, « par ordre de Buonaparte[5] », à la cérémonie du Champ de mai, célébrée par Mgr de Barral, archevêque de Tours.

N'ayant pas été compris dans la Chambre des pairs des Cent-Jours, il fut toutefois maintenu dans ses fonctions à la Chambre haute après le second retour de Louis XVIII mais il y refusa de siéger comme juge dans le procès du maréchal Ney (), se récusant « comme pair ecclésiastique[7] ».

Le cardinal de Bayane est décédé à Paris le . Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (25e division)[2].

Œuvre

On a de lui une brochure médicale, assez intéressante, intitulée : (la) Discorso sopra la malaria, Rome, .

Titres

Distinctions

Armoiries

Figure Blasonnement
Blason fam fr Lat(t)ier (de).svg Armes anciennes de la famille (de[11]) Lat(t)ier

D'azur, à 3 lacs d'amour (lacs tiers) d'argent ; au chef de même.[12],[5],[13]

Devise 
La Foy, Le Roy, La Loy.[12],[1],[5]; Cri : Pour Trois.[12]

Les branches cadettes avaient changé les lacs d'amour en trois frettes[12],[5].

Orn ext cardinal duc et pair.svg
Blason fam fr Latier de Bayane (de).svg
Armes du cardinal de Latier de Bayane, pair de France

D'azur, à 3 frettes d'argent ; au chef du même.[5],[13]

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (« Ces armoiries sont parlantes, chaque frette étant une espèce de treillis formé par six lattes.[5] »).

Orn ext comte sénateur de l'Empire GOLH.svg
Blason Alphonse Hubert de Latier de Bayane (1739-1818).svg
Armes du comte de Latier Bayane et de l'Empire

D'azur fretté d'argent, au chef du même chargé d'une étoile [soudée] d'or ; franc-quartier des comtes sénateurs brochant au neuvième de l'écu.[8],[13],[3]

Il abandonna ces armes pour conserver celles de la famille[13].

Notes et références

  1. a et b Oscar Bessas de La Mégie, Légendaire de la noblesse de France, Librairie centrale, (lire en ligne)
  2. a et b Son tombeau était orné d’un médaillon en pierre aujourd’hui disparu (ou entreposé dans les réserves).
    Source 
    « Latier de Bayane Guillaume, cardinal duc de (1739-1818) », 25eme division ( 2eme ligne, P, 23), sur www.appl-lachaise.net, Amis et passionnées du Père Lachaise (consulté le 6 novembre 2011)
  3. a, b, c, d et e Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, (lire en ligne)
  4. Son frère est le comte de Latier, gentilhomme lorrain, auteur pseudonyme d'un écrit estimable sur la peinture et imprimé sous le nom d'Armand. Il a également une sœur, marquise de Latier.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « De Latier, cardinal, comte, puis duc de Bayane, (Alphonse-Hubert) », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. VII, [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 195-197
  6. a et b François-Xavier Feller et Charles Charles Weiss, Biographie universelle : ou, dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, vol. 1, J. Leroux, Jouby, (lire en ligne), Bayanne (Alphonse-Hubert de Latier, comte de Bayanne) p. 490
  7. « Alphonse-Hubert de Latier de Bayane », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition] (lire en ligne)
  8. a, b et c « BB/29/974 page 251. », Titre de comte accordé à Alphonse, Hubert de Latier Bayane. Saint-Cloud ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  9. François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Ecclesiastical Peers, sur www.heraldica.org, (consulté le 18 juin 2011)
  10. « Cote LH/1493/38 », base Léonore, ministère français de la Culture
  11. Ce n'est que depuis l'année 1600 environ, que cette famille a fait précéder son nom de la particule « de ».
  12. a, b, c et d Gustave de Rivoire de La Bâtie, Armorial du Dauphiné, Perrin, (lire en ligne)
  13. a, b, c et d Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887 « et ses Compléments », sur www.euraldic.com (consulté le 6 novembre 2011)

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • « Alphonse Hubert de Latier », sur roglo.eu (consulté le 6 novembre 2011) ;

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article« Latier (Alphonse-Hubert), duc de Bayane », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]  ;
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article« De Latier, cardinal, comte, puis duc de Bayane, (Alphonse-Hubert) », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. VII, [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 195-197 ;
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article « Bayane (Le cardinal, comte de) », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition] (lire en ligne) ;
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article François-Xavier Feller et Charles Charles Weiss, Biographie universelle : ou, dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, vol. 1, J. Leroux, Jouby, (lire en ligne), Bayanne (Alphonse-Hubert de Latier, comte de Bayanne) p. 490 ;
  • Document utilisé pour la rédaction de l’articleDomenico Gabrielli, Dictionnaire historique du cimetière du Père-Lachaise : XVIIIe et XIXe siècles, Éd. de l'Amateur,  ;
  • Ferdinand Des Robert, Le cardinal de Lattier de Bayane d'après ses souvenirs inédits : 1739-1818, 1891 (réédition kessinger publishing, ), 106 p. (ISBN 978-1167457050) ;
  • Collectif, Dictionnaire biographique de la Drôme, Slatkine (lire en ligne), p. 82-83 : Bayanne (Alphonse-Hubert de Lattier de) ;