Alose

Alosa (les aloses) est un genre de poissons migrateurs anadromes (remontant depuis la mer les cours d'eau pour y frayer) de la famille des Clupeidae, laquelle comprend notamment la sardine et le hareng.

Répartition

La grande alose (alose-vraie) et l'alose feinte fréquentent l'Atlantique nord et la mer Baltique ainsi que les bassins-versants correspondants, cette dernière étant également présente dans le bassin méditerranéen.

Reproduction

D'avril à juin, l'alose remonte le cours des fleuves côtiers et de leurs affluents pour s'y reproduire. La ponte est dite « active ». La durée de ponte s’étend de 23 heures à 5 heures du matin, mais la période de plus forte activité se situe entre 1 heure et 3 heures du matin, quand la température de l’eau atteint au moins 18 °C. Le mâle et la femelle remontent en surface, se positionnent face à face et tournent sur eux-mêmes en frappant violemment la surface de l’eau avec leur nageoire caudale, créant beaucoup de bruit et de remous. C’est pendant cette phase, appelée « bull », que la femelle expulse ses œufs et que le mâle les féconde[1]. Le comptage acoustique des bulls est utilisé pour évaluer l'intensité de la reproduction et son évolution dans le temps[2].

Réintroduction

Le projet Life grande alose visait à réintroduire la grande alose dans le système rhénan. Cofinancé à 50 % par l'UE, le projet est officiellement terminé début 2011[3].

Dans la gastronomie française

Aloses

En Val de Loire et Pays nantais, l'alose est traditionnellement pochée et nappée d'une sauce au beurre-blanc.

Dans le Gard et le Vaucluse rhodaniens, l'alose fait l'objet d'une préparation culinaire spécifique : l'alose à l'étouffée. Découpée en tranches, elle est cuite de très longues heures (12 ou plus) à couvert entre des couches d'oseille arrosées d'alcool (marc, cognac...). Le but de cette préparation est de fondre intégralement les nombreuses arêtes de ce poisson par ailleurs excellent.

L'alose pêchée en Gironde se prépare grillée sur des sarments de vigne et nappée de sauce-verte[4] ou bien encore cuite longuement au vin rouge ce qui a l'avantage de faire fondre les arêtes du poisson[5].

Espèces

  • Alosa aestivalis (Mitchill, 1814) - Alose d'été
  • Alosa agone (Scopoli, 1786) - (syn. invalidé Alosa fallax lacustris)
  • Alosa alabamae Jordan & Evermann in Evermann, 1896
  • Alosa alosa (Linnaeus, 1758) - Grande alose ou alose vraie
  • Alosa braschnikowi (Borodin, 1904)
  • Alosa caspia (Eichwald, 1838) - Alose caspienne (également présente en mer Noire)
  • Alosa chrysochloris (Rafinesque, 1820)
  • Alosa curensis (Suvorov, 1907)
  • Alosa fallax (Lacépède, 1803) - Alose feinte
  • Alosa immaculata Bennett, 1835
  • Alosa kessleri (Grimm, 1887)
  • Alosa killarnensis Regan, 1916
  • Alosa macedonica (Vinciguerra, 1921)
  • Alosa maeotica (Grimm, 1901)
  • Alosa mediocris (Mitchill, 1814)
  • Alosa pontica (Eichwald, 1838) - Alose pontique
  • Alosa pseudoharengus (Wilson, 1811) - Gaspareau, faux hareng
  • Alosa sapidissima (Wilson, 1811) - Alose savoureuse
  • Alosa saposchnikowii (Grimm, 1887)
  • Alosa sphaerocephala (Berg, 1913)
  • Alosa suworowi (Berg, 1913)
  • Alosa tanaica (Grimm, 1901)
  • Alosa vistonica Economidis & Sinis, 1986
  • Alosa volgensis (Berg, 1913)

Liens externes

Notes et références

  1. La reproduction de la grande alose
  2. Suivi automatique des frayères d'aloses - 5 ans d'expérimentations acoustiques
  3. La réintroduction de la grande alose dans le système rhénan
  4. « Alose grillée aux sarments de vigne », sur http://www.josephjanoueix.com (consulté le 30 août 20114)
  5. « Alose à la bordelaise », sur Marmiton.org (consulté le 30 août 2014)