All-Star Batman and Robin, the Boy Wonder

All-Star Batman
and Robin, the Boy Wonder
Éditeur Drapeau des États-Unis DC Comics
Drapeau de la France Panini Comics
Fréquence sporadique
Date(s) de publication 2005 - 2008 (en pause)
Numéros 10 (mais série non finie)
Personnages principaux Batman
Robin

Scénariste(s) Frank Miller
Dessinateur(s) Jim Lee
Coloriste(s) Alex Sinclair
Lettreur(s) Jared K. Fletcher
Encrage Scott Williams


All-Star Batman and Robin, the Boy Wonder est une série de bande dessinée américaine écrite par Frank Miller et dessinée par Jim Lee. Elle fut publiée par DC Comics, avec une publication très anarchique, entre 2005 et 2008. La série a été renommée Dark Knight: Boy Wonder en 2011, quand Miller et Lee devaient terminer les six derniers numéros. La série raconte les origines de Dick Grayson qui devient le jeune partenaire de Batman, Robin.

Elle fut la première série à être lancée en 2005 sous le label de DC, All-Star. Les séries All-Star sont réalisées par des écrivains et artistes renommés de l’industrie de la bande dessinée américaine et tentent de raconter l’histoire des personnages les plus emblématiques de l'Univers DC, mais à l’extérieur de sa continuité. Elles ne sont pas limitées par celle-ci dans le but d’attirer de nouveaux lecteurs. Ainsi, chaque titre attaché au label All-Star possède sa propre continuité et est indépendant de la continuité officielle. D’après Miller, la série se déroule dans la même continuité que ses autres travaux sur Batman, tel que The Dark Knight Returns.

Synopsis

Bruce Wayne et Vicki Vale sont au cirque en train d’observer un spectacle de trapézistes, les Flying Graysons, une famille d’acrobates composée d’un garçon de douze ans, Dick Grayson et de ses parents. Quand les parents de Dick sont abattus d’une balle dans la tête devant la foule, le garçon est escorté hors des lieux par plusieurs policiers du Département de la Police de Gotham City d’une manière brutale et menaçante. Batman maîtrise rapidement le tueur, Jocko-Boy Vanzetti et part sauver Dick de la police. Il enlève à son tour le garçon dans un but : en faire son partenaire[1].

Couvertures

Chaque numéro de All Star Batman est sorti avec plusieurs variantes en V.O., pour un total de 24 couvertures pour 10 numéros.

Le premier numéro fut lancé avec quatre couvertures différentes. Trois d’entre elles ont été illustrées par Jim Lee. Frank Miller illustra la quatrième. Frank Miller dessina plusieurs variantes pour la série. A l’exception du numéro 2, les couvertures de Miller ont été vendues avec un ratio de 1:10. Pour les numéros 8 et 9, les variantes furent dessinées par Neal Adams. La couverture pour le n°10 fut dessinée par Frank Quitely.

Variante Artiste Sujet représenté Remarques
1 A Jim Lee Batman
1 B Jim Lee Robin
1 C Frank Miller Batman en train de frapper un policier Cette version est une édition spéciale agrémentée du script avec uniquement les planches crayonnées de Jim Lee
1 D Jim Lee Batman en crayonné La même que la 1A mais en Noir et Blanc
2 A Frank Miller Robin
2 B Jim Lee Batman et Dick Grayson
3 A Jim Lee Batman et Black Canary
3 B Frank Miller Black Canary
4 A Jim Lee Batman, Dick Grayson et Alfred
4 B Frank Miller Superman
5 A Jim Lee Batman
5 B Frank Miller Wonder Woman
6 A Jim Lee Batman, Black Canary et Batgirl
6 B Frank Miller Batgirl
7 A Jim Lee Batman et Black Canary
7 B Frank Miller Batman C'est une wrap cover, elle court sur la dernière et la première page
8 A Jim Lee Le Joker
8 B Neal Adams Batman et le Joker dans un fondu
8 C Neal Adams Batman et le Joker dans un fondu en blue print La même que la 8B mais en Bleu, Noir et Blanc
9 A Jim Lee Batman et Robin
9 B Neal Adams Batman, Robin et Green Lantern
10 A Jim Lee Batman et Robin
10 B Frank Quitely Batman et Robin

Continuité

Les titres All-Star sont des histoires indépendantes qui existent en dehors de la continuité officielle de DC Comics. En dépit de partager le même label que le All-Star Superman de Grant Morrison, All Star Batman & Robin existe dans sa propre continuité, sans aucun lien avec les autres livres labellisés All-Star.

Frank Miller a aussi indiqué que All-Star Batman & Robin existe dans la même continuité que les autres histoires de son Dark Knight Universe. Cela concerne ses autres travaux : Batman: The Dark Knight Returns, sa séquelle Batman: The Dark Knight Strikes Again, Batman: Année Un et la collaboration Frank Miller/Todd McFarlane sur Spawn/Batman. Parmi ceux-ci, seul Année Un est considéré comme canonique dans la continuité principale du DC Universe. Cependant, cela s’est avéré difficile à comprendre puisque The Dark Knight Returns se déroule durant la Guerre Froide avec un Batman plus vieux, tandis que All Star Batman & Robin présente un Batman plus jeune dans un monde plus moderne, plus précisément celui de 2008[2]. Une histoire supplémentaire, intitulée Holy Terror, Batman! , fut aussi inclus à l’intérieur de cette même continuité. Cependant, en 2010, Miller déclara qu’il ne travaillait plus sur le projet[3]. Il clarifia plus tard cette affirmation en expliquant qu’il allait présenter un nouveau personnage appelé The Fixer et non Batman, et qu’il ne serait pas publié par DC[4],[5]. En 2007, le "Dark Knight Universe" de Frank Miller fut officiellement désigné comme la Terre-31 à l’intérieur du nouveau Multivers de DC Comics composé de 52 univers alternatifs.

Grant Morrison a déclaré qu’il était incertain que son Superman et la version décrite dans All Star Batman & Robin soit les mêmes en raison de la grande différence temporelle entre les deux séries : "Je ne sais pas si cela aurait marché. Pour moi, je suppose que je vois tout prendre place dans le même monde bien qu’ils semblent être des personnages très différents. Frank Miller présente un Batman au début de sa carrière et je présente un Superman à la fin de sa vie, des années après All Star Batman. Mais cela pourrait être le même personnage en ce qui me concerne. C'est où ils peuvent avoir fini"[6].

Réception

Ventes

Le premier numéro de la série fut vendu à plus de 261 000 copies en un mois[7]. La série, mensuelle au départ, prit de plus en plus de retard avec le temps, au point qu’un seul numéro sortit en 2006. Quand le numéro 5 sortit, la série fut indiquée comme bi-mensuelle, avec comme exception le numéro 10 qui fut reporté. Prévu pour le 9 Avril 2008, il fut reprogrammé pour le 27 Août, puis reporté à nouveau pour le 10 Septembre, date à laquelle il sortit enfin, seulement pour être rappelé en raison d’une erreur d’impression qui avait laissé de nombreux jurons insuffisamment censurés[8],[9]. Mise à part l’erreur d’impression, Jim Lee pris la pleine responsabilité pour le retard de la série, expliquant qu’il était impliqué dans le développement du jeu vidéo DC Universe Online, et que le scénario de Miller avait été écrit bien plus tôt[10].

En dépit de la chute des ventes depuis le premier numéro, les numéros de All Star Batman & Robin sont régulièrement dans le haut de la liste des meilleures ventes de DC Comics lors du mois de la sortie dudit numéro[11].

Réception critique

Les dessins de Jim Lee sur la série ont été grandement appréciés. Il est vu ici signant une copie du numéro 9 de la série, à la Midtown Comics à Manhattan en 2012.

Sortie en grande fanfare et beaucoup d’excitation et d’attente, All-Star Batman a systématiquement reçus des critiques négatives. Presque toutes les plaintes contre la série sont dirigées contre l’écriture de Frank Miller, plus particulièrement sur son interprétation non-traditionnelle du personnage principal. Dans la série, Batman est constamment présenté comme violent, cruel et presque enfantin parfois, excité par son propre sadisme envers les criminels, songeant aux blessures qu’il inflige et le désarroi qui s’ensuit. Les exemples les plus frappants incluent les abus physiques et verbaux à l’égard de Dick Grayson pour tenter de l’empêcher de s’apitoyer sur la mort de ses parents[12], et son action où il lance un cocktail Molotov durant un combat[13].

Dans le numéro 2, le style de dialogue sombre de Miller mène le personnage principal à s’introduire à Grayson comme "le Putain de Batman (the Goddamn Batman)". La phrase allait devenir un mème parmi les fans de comics pour sa valeur perçue comme comique[14] et a, depuis sa soudaine célébrité, été reprise dans différents numéros de comics. D’après le critique Brett Weiss, la phrase "a suscité la dérision des fans, tout comme des critiques"[15]. Plus tard, DC Comics va même parodier la célèbre phrase dans le comics Superman/Batman en ayant un Batman super deformed se présentant lui-même au 'véritable' Batman en disant "I'm the goshdarn Batm–", pour se voir rapidement dit de se taire. Un autre élément tristement célèbre de l’histoire était que le personnage de Grayson était fréquemment mentionné comme "Dick Grayson, Age 12 ans", quelle que soit les circonstances[14].

Le critique Peter Sanderson de IGN Comics suggère, bien qu’il reconnaisse que la série ai été "largement insultée" et qu’il considère que la publicité de DC Comics pour cette série ai été "trompeuse", que le traitement de Batman envers Grayson ai été comparable aux exercices d’un sergent instructeur pour une nouvelle recrue, mais se demande si cela ne traumatisa pas Grayson encore plus. Il a tout de même soutenu être "fasciné" avec comment ce comportement révèle la personnalité de Batman, assimilant ce traitement brutal de Grayson à l’expérience psychologique effrayante à laquelle V a soumis Evey Hammond dans V for Vendetta. Sanderson a souligné aussi que la vision de Miller de All Star Batman & Robin comme préquelle à ses romans graphiques Batman: The Dark Knight Returns et Batman: The Dark Knight Strikes Again suggère que plus Batman est sombre et vulgaire et plus sa relation dysfonctionnelle avec Robin a du sens quand elle est prise dans ce contexte, et que le traitement brutal de Batman envers Dick Grayson révèle beaucoup sur le fonctionnement interne de la personnalité de Batman[2].

Le critique Brett Weiss, dans le Comics Buyer's Guide n°1636 (Décembre 2007), donne au premier numéro de la série une note élevée pour être intéressant et nerveux. Mais il a estimé qu’avec le numéro 6, la série devient "une mauvaise blague", citant les dialogues "de faux-noir et de ridiculement mauvais", et qui présentent Batman "comme un psychopathe au lieu d’être simplement sombre et perturbé". Weiss loue les dessins de Jim Lee comme "magnifiques", mais estime que c’était du gaspillage sur ce titre, qu’il le voyait comme "quelque chose qui semble être mauvais à dessein"[15]. La série est aussi connue pour son numéro 10 rappelé, dans lequel une erreur d’impression autorisa le mot "fuck" à être publié sans censure[9]. Les copies non restituées furent vendues plus tard sur eBay à des prix élevés[16].

Le journaliste des comics Cliff Biggers , dans Comic Shop News  n°1064 (7 Novembre 2007), appela la série comme "l’un des plus gros déraillement de train de l’histoire des comics", exprimant son étonnement devant ce qu’il a ressenti comme le mépris de Frank Miller pour chaque aspect du personnage de Batman dans le but de raconter "une histoire à la Sin City en bat-costume". En critiquant le numéro 7, Biggers qualifie la séquence de Batman et Black Canary de "grotesque" et "Tarantinoesque", soutenant que le travail de Miller ne pouvait pas être pire. Biggers donna au numéro une note "D", expliquant que cela aurait pu être un "F"[note 1] s’il n’y avait pas eu les dessins de Jim Lee, et suggéra que pour sauver le travail, DC aurait du imprimer le livre avec des bulles laissées vierges et laisser les lecteurs suggérer leurs propres dialogues. En critiquant les trois premiers numéros de la série, William Gatevackes de PopMatters a dit que "les dessins de Jim Lee sont magnifiques mais ils ne peuvent pas compenser l’écriture ou les trous dans la narration". Gatevackes critiqua ce qu'il percevait comme un manque dans le scénario, en disant "qu'il semblait que [Miller] développait une histoire qui tient sur quatre numéros habituellement sur plus de vingt numéros". Gatevackes compara All Star Batman & Robin de manière défavorable aux précédents travaux de Miller, disant : "On est perplexe quant à ce qui est arrivé au Frank Miller qui gagna sa célébrité sur Daredevil, Ronin et Batman: The Dark Knight Returns. Peut-il revenir ? Parce que jusqu’à ce qu’il le fasse, All Star Batman and Robin devrait être évité à tout prix".

Frank Miller a été très critiqué pour son scénario et ses dialogues (Ici à la San Diego Comic Con de 2008).

Iann Robinson , écrivant pour CraveOnline , rédigea un essai critique sur All Star Batman & Robin, l’appelant "une série de comics qui part en spirales de plus en plus profondes dans les abysses de l’illisible. Je comprends le besoin de Miller de ré-inventer, mais c'est mal fait et de mauvais goût." Robinson a observé que "l'art de Jim Lee est de première classe [et] vraiment merveilleux à regarder, [mais] Frank Miller a dépouillé Batman de toute sa dignité, sa classe et son honneur. Ce n’est pas le Chevalier Noir ; c’est L’Inspecteur Harry sous un masque. Le pire c’est que c’est exactement ce que Batman n’est pas". Il ajouta, "D'un seul coup, Miller a effacé tout le bien qu’il a fait pour Batman avec The Dark Knight Returns et Batman: Année Un. Tout ça est juste parti".

Le critique internet Linkara déclara que les personnages de la série étaient si éloignés des personnages originaux qu’ils étaient plutôt des personnages différents jouant le rôle des vrais héros, se référant à Batman comme "Crazy Steve" (Steve le Fou) et Wonder Woman comme "Bonkers Betty" (Betty la Cinglée). Il déclare que le livre semble croire que "la violence rampante, aussi bien physique qu’émotionnelle, est la solution à tous les problèmes de la vie". Il critique aussi la caractérisation des personnages, les dialogues, le rythme, les scènes de combat et le scénario aussi mauvais qu’inexistant. Il déclare aussi que le rythme du comics et les sauts dans le temps sont si confus qu’il est possible pour le lecteur d’interpréter que Dick Grayson ai été kidnappé par Batman avant que ses parents soient assassinés. Il rend cependant hommage au travail artistique de Jim Lee, bien qu’il dise également que les dessins attirent juste l’attention sur à quel point l’écriture est mauvaise. Linkara accuse aussi Miller d’homophobie occasionnelle et de misogynie à la façon dont sont écrits les dialogues, utilisant gay comme une insulte, et pour avoir dépeint les femmes comme des objets que le lecteur peut admirer[17].

La série a également ses défenseurs. Jon Morris, qui écrit pour The High Hat, a nommé All Star Batman & Robin comme l’un des meilleurs comics de super-héros de 2006. Il trouve que la reprise du personnage par All Star est "une alternative intrigante sur un personnage longtemps réinventé au point d'être incohérent. Sûrement que les lecteurs ont déjà vu dans l’ensemble un Batman à l’âme torturée, un Batman père maladroit, un Batman autoritaire et des milliers d’archétypes du personnage paternel d'innombrables fois auparavant sous la direction de plusieurs dizaines d'autres auteurs ; pourquoi ne pas avoir une petite série de douze numéros qui présente un Batman qui pourrait être un sadique habillé de Kevlar et obsédé par le contrôle qui serait comme ça dans la vraie vie — autrement dit "clairement désagréable"? C’est désagréable, c’est certain, mais qui achète des comics de Batman parce qu’il est chaleureux et câlin ?"[18].

Dark Knight: Boy Wonder

Après que la série fut mise en pause pendant presque deux ans, DC Comics annonça le 2 Avril 2010, que Miller et Lee reviendraient travailler sur la série en 2011. Au lieu de continuer sous le label "All-Star", la série serait renommée Dark Knight: Boy Wonder, et s’étalera sur six numéros, complétant l’histoire d’origine voulue par Miller[19]. Bien que DC fit la publicité pour le lancement de la série en Février 2011, elle fit face à des retards supplémentaires suite à l’implication de Jim Lee sur la nouvelle série de Justice League, qui faisait partie du nouveau relaunch de DC Comics qui allait commencer en Septembre 2011. Lors de la WonderCon de 2013, Jim Lee a annoncé que le scénario de deux numéros ont été écrits par Frank Miller et que 6 pages du n°11 étaient terminées[20]. En Octobre 2015, lors de la New York Comic Con, Miller annonça qu’il venait "juste de commencer" à travailler sur la séquelle avec Jim Lee[21].

Éditions

Éditions américaines

La série est disponible chez DC Comics dans les volumes suivants :

Année Album Contenu ISBN
2008 All Star Batman & Robin, the Boy Wonder, Volume 1 n°1–9 1-4012-1681-1
2014 Absolute All Star Batman & Robin, the Boy Wonder, Volume 1 n°1–10 1-4012-4763-6

Éditions françaises

En France, Panini Comics a proposé la première édition française dès 2006. La série a eu droit à une édition complète mais chaotique :

  • All Star Batman N° 01 A. Couverture de Jim Lee représentant Batman (février 2006).
  • All Star Batman N° 01 B. Couverture de Jim Lee représentant Batman + 1 couverture en plastique transparente où est imprimé Robin, variante vendue 9,90 € (février 2006).
  • All Star Batman N° 02. Couverture de Jim Lee représentant Batman et Black Canary (août 2006).
  • Superman / Batman Hors-Série N° 03. Couverture de Jim Lee représentant Batman, Black Canary et Batgirl (décembre 2007).
  • Superman / Batman Hors-Série N° 04. Couverture de Jim Lee représentant Batman et Black Canary (juin 2008).
  • Superman / Batman Hors-Série N° 06. Couverture de Jim Lee représentant Batman et Robin (décembre 2008).

Notes et références

Notes

  1. Le système de notation américain utilise 5 lettres. A étant l'excellence (plus de 90% de bonnes réponses) et D les plus mauvais (entre 60 et 69% de réussite). La note F signifie "Failed", c'est à dire échec, avec moins de 59% de bonnes réponses.

Références

  1. (en) Frank Miller, All Star Batman & Robin, The Boy Wonder #1, DC Comics,
  2. a et b (en) Peter Sanderson, « Comics in Context #119: All-Star Bats », sur ign.com, (consulté le 25 août 2018)
  3. (en) Casey Seijas, « Frank Miller Confirms He's No Longer Doing 'Holy Terror, Batman!' », sur comicsalliance.com, (consulté le 25 août 2018)
  4. (en) Rich Johnston, « LYING IN THE GUTTERS VOLUME 2 COLUMN 168 », sur cbr.com, (consulté le 25 août 2018)
  5. (en) Karl Keily, « CCI: Frank Miller Reigns “Holy Terror” on San Diego », sur cbr.com, (consulté le 25 août 2018)
  6. (en) Jeffrey Renaud, « ALL STAR MORRISON III: Superman », sur cbr.com, (consulté le 25 août 2018)
  7. (en) « TOP 300 COMICS ACTUAL--JULY 2005 », sur icv2.com, (consulté le 25 août 2018)
  8. (en) Rich Johnston, « WASH YOUR MOUTH OUT WITH BATSOAP », sur cbr.com, (consulté le 25 août 2018)
  9. a et b (en) « ‘Batman and Robin’ drops F-bomb, Frank Miller calls it ‘terrible and glorious’ », sur herocomplex.latimes.com, (consulté le 25 août 2018)
  10. (en) Paul Montgomery, « All-Star Batman and Robin to Conclude Next Year…Sort of », sur ifanboy.com, (consulté le 25 août 2018)
  11. (en) « DC Comics Month-to-Month Sales February 2008 », sur archive.is, (consulté le 25 août 2018)
  12. (en) Frank Miller, All Star Batman & Robin, The Boy Wonder #4, DC Comics,
  13. (en) Frank Miller, All Star Batman & Robin, The Boy Wonder #7, DC Comics,
  14. a et b (en) Protoclown, « "All Suck Batman and Robin" », sur i-mockery.com, (consulté le 25 août 2018)
  15. a et b (en) Brett Weiss, Comics Buyer's Guide n°1636, , p. 59
  16. (en) « Batman Comic Book Accidentally Reveals Obscenities », sur foxnews.com, (consulté le 26 août 2018) : « Copies are selling for between $20 and $250 on eBay. »
  17. (en) Linkara, « All-Star Batman and Robin #10 - Atop the Fourth Wall », sur youtube.com, (consulté le 26 août 2018)
  18. (en) Jon Morris, « The Year in Tights : the best (and worst) superhero comics of 2006 », sur thehighhat.com (consulté le 26 août 2018)
  19. (en) « WHAT'S NEXT FOR FRANK MILLER AND JIM LEE? », sur dccomics.com, (consulté le 25 août 2018)
  20. Julien, « La suite de All-Star Batman and Robin est bien en chemin », sur dcplanet.fr, (consulté le 25 août 2018)
  21. (en) Robin Parrish, « Frank Miller Tells #NYCC 'All-Star Batman' Is Being Finished And More Future Plans », sur techtimes.com, (consulté le 25 août 2018)

Liens externes