Alfredo Binda

Alfredo Binda
Alfredo Binda 3.jpg
Alfredo Binda dans les années 1930
Informations
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Cittiglio
Nationalité
Équipes professionnelles
1922Nice Sport
1923-1924La Française
1925-1935Legnano
Principales victoires
Championnats
MaillotItalia.svg Champion d'Italie sur route 1926, 1927, 1928 et 1929
Jersey rainbow.svg Champion du monde sur route 1927, 1930 et 1932
5 grands tours
Tour d'Italie 1925, 1927, 1928, 1929 et 1933
43 étapes sur les grands tours
Tour d'Italie (41 étapes)
Tour de France (2 étapes)
Classiques
Milan-San Remo 1929 et 1931
Tour de Lombardie 1925, 1926, 1927 et 1931

Alfredo Binda (né le à Cittiglio, Italie – mort le à Cittiglio, Italie) est un coureur cycliste italien. Légende du cyclisme sur route, il s'est notament illustré en remportant 5 Tour d'Italie et 3 Championnats du monde sur route pendant l'entre-deux-guerres. A la fin de la seconde guerre mondiale et après sa retraite sportive, il devient directeur technique de l'équipe nationale italienne qui remportera 4 Tour de France entre 1948 et 1960, grâce à Fausto Coppi, Gino Bartali et Gastone Nencini.

Biographie

Enfance et débuts

Alfredo est le dizième enfant d'une fraterie de quatorze. Ses parents, Maffeo et Martina Binda l'élèvent près de Cittiglio en Italie[1]. Enfant, il apprend la trompette pour jouer avec ses frères, ce qui lui vaudra plus tard le surnom de Trompettiste de Cittiglio[1]. Alors qu'il a 16 ans, Alfredo est envoyé par ses parents chez un oncle en France, à Nice, où il deviendra apprenti plâtrier[1]. C'est là-bas qu'il fait ses premières armes dans le cyclisme au Nice Sport, avant de devenir professionnel à 21 ans en 1923 à La Française[1]. Il signe son premier coup d'éclat en 1924 en se classant quatrième du Tour de Lombardie, pour sa première course d'envergure. Repéré par l'équipe italienne Legnagno, alors dominante sur le circuit professionnel notamment grâce à Giovanni Brunero, Binda abandonne ses projets de naturalisation française et retourne dans son pays natal pour la saison 1925[1].

La légende de la Joconde

Binda fait partie de la formation Legnagno alignée sur le Tour d'Italie 1925. Son compatriote et coéquipier Giovanni Brunero, vainqueur des éditions 1921 et 1922, est donné grand favoris avec Costante Girardengo, vainqueur des éditions 1919 et 1923, qui emmène l'équipe Wolsit[2]. Binda se révèle aussi bon sprinteur que grimpeur et monte sur le podium des 5 premières étapes avant de s'imposer sur la sixième. Ce sera la première d'une série de 41 victoires d'étape sur le Tour d'Italie au cours de sa carrière. A l'issue de la 12e et dernière étape, Binda remporte son premier Tour d'Italie, reléguant Girardengo et Giovanni Brunero à 5 et 7 minutes[2].

Le trio Binda-Girardengo-Brunero se retrouve l'année suivante sur le Tour d'Italie 1926. Cependant, le suspens sera de courte durée: Binda chute lourdement lors de la première étape entre Milan et Turin, concédant plus de 30 minutes à ses rivaux[3]. Il abandonne alors ses ambitions de victoire et se transforme en coéquipier de luxe pour Giovanni Brunero[3]. Girardengo est cependant plus fort que ses rivaux et mène le classement général jusqu'à ce qu'une entorse lors de la 7e étape le contraigne à l'abandon[3]. Le duo écrase alors la concurrence et Brunero devient le premier coureur à remporter trois Tour d'Italie, Binda terminant à la seconde place. La même année, Binda remporte son premier titre de champion d'Italie sur route.

Costante Girardengo ne s'aligne pas au départ de l'édition 1927 du Giro, laissant la voie libre aux coureurs de la formation Legnagno. Binda alors au sommet de son art écrase la concurrence en remportant 12 des 15 étapes et relègue Brunero, deuxième du général, à plus de 27 minutes[4] L'année 1927 est aussi le théâtre du premier championnat du monde de cyclisme sur route. La course à lieu le sur le mythique circuit du Nürburgring, inauguré un mois plus tôt. Binda retrouve son rival Girardengo, alors coéquipier de circonstance au sein de l'équipe italienne. A l'issu des 183 km, Alfredo Binda devient le premier champion du monde professionnel, terminant à 7 minutes de Girardengo[5]. En Octobre, le trompettiste conclue sa saison en remportant son 3e Tour de Lombardie consécutif. Il est alors considéré comme le plus grand coureur de sa génération et acquiert le nouveau surnom de fuoriclasse, le surdoué[4]. Son style élégant et implacable lui vaut également le surnom de Gioconda, la Joconde.

Il reste intouchable sur les Tour d'Italie 1928 et 1929 et devient le premier coureur a en remporter quatre éditions. Son frère, Albino Binda, lui aussi cycliste, remporte la 8e étape du Giro 1928 devant Alfredo donnant lieu à un podium familial insolite[6]. Sur l'édition 1929, il remporte 8 étapes consécutives, fait toujours inégalé[7]. Le public, lassé par la suprématie de l'italien, le conspue lors de l'arrivée à Milan[7]. 1929 est également l'année de sa première victoire sur Milan-San Remo, autre monument du cyclisme sur route.

La Gazzetta dello Sport, alors organisatrice du Tour d'Italie, craint que la domination incontestable de Binda nuise à la réputation de la course. Fait étonnant dans l'histoire du sport professionnel, il est alors décidé de grassement payer Binda afin qu'il renonce à participer au Giro 1930[8]. La prime de 22 500 lires offerte à l'italien est équivalente à la somme promise au vainqueur de la course[8]. L'italien s'essaye alors au Tour de France et remporte deux étapes. Alors 3e de l'épreuve et apparemment en grande forme, il abandonne dans les Pyrénées[8]. Les raisons de cet abandon sont sujet à controverse. Il affirmera dans un premier temps vouloir se préparer aux championnats du monde mais des rumeurs persistantes affirment que l'argent promis à Binda par La Gazzetta dello Sport est en passe d'être bloqué, le forçant à se rendre en Italie pour obtenir son dû[1]. Il confirmera plus tard la véracité de ces rumeurs[8]. Ce sera sa première et dernière participation au Tour. En août, il remporte son deuxième titre de champion du monde.

La Joconde renoue avec le Giro en 1931, célèbre pour avoir introduit le maglia rosa, maillot rose promis au premier du classement général et alter-ego du maillot jaune français. Binda le revêt pour la première fois à l'issue de la 3e étape, au coude à coude avec Learco Guerra. Le trompettiste chute lors de la 6e étape et se blesse au dos. Il abandonnera lors de la 7e étape[9]. Guerra connaîtra le même sort après qu'un fan enthousiaste le fit chuter lors de la 9e étape alors qu'il menait le classement général. Talentueux et résiliant, Learco Guerra deviendra champion du monde la même année[9].


Notamment surnommé « le grimpeur assis », Binda profitait de sa capacité thoracique de huit litres pour dominer les pelotons de 1925 à 1935. Il était tellement invincible avant-guerre qu'il fut même payé par l'organisateur du Giro 1930… pour ne pas courir ! Grimpeur et sprinter d'exception, il rechignait à courir hors d'Italie et ne vient qu'une seule fois participer au Tour de France en 1930 mais remporte deux étapes.

Fort apprécié par sa sagesse, il devint directeur technique de l'équipe nationale italienne de 1948 à 1960. Il y dirige l'équipe durant les Tours de France 1948, 1949, 1952 et 1960 (remporté par l'équipe nationale italienne, au classement par équipes).

Son frère Albino (1904-1976) remporta les Trois vallées varésines en 1930.

Il fut recordman du monde des 10 km, 20 km et 50 km.

Une course féminine, le Trofeo Alfredo Binda-Comune di Cittiglio, est organisée chaque année depuis 1974.

Palmarès

Palmarès année par année

Résultats sur les grands tours

Tour d'Italie

Alfredo Binda en 1929-30.

En dix participations, Alfredo Binda remporte cinq fois le Tour d'Italie, totalisant 41 victoires d'étapes et 59 jours en tête du classement général.

  • 1925 : Vainqueur du classement général et de la 6e étape
  • 1926 : 2e, vainqueur des 3e, 6e, 7e, 9e, 11e, 12e étapes
  • 1927 : Vainqueur du classement général et des 1re, 2e, 3e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 10e, 12e, 14e, 15e étapes
  • 1928 : Vainqueur du classement général et des 2e, 3e, 4e, 5e, 10e, 11e étapes
  • 1929 : Vainqueur du classement général et des 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e étapes
  • 1931 : abandon (7e étape), vainqueur des 3e et 4e étapes
  • 1932 : 7e
  • 1933 : Leader du classement général Vainqueur du classement général et des 2e, 8e, 9e, 10e, 13e et 17e étapes
  • 1934 : abandon (6e étape)
  • 1935 : 16e

Tour de France

  • 1930 : abandon (10e étape), vainqueur des 8e et 9e étapes

Distinction

En 2002, Alfredo Binda fait partie des 44 coureurs retenus dans le « Hall of Fame » de l'Union cycliste internationale[10].

Finale du brevet militaire Wolber, stade Buffalo, le 12 août 1923, de g. à d. Alfredo Binda, 3e, Jean Bidot, 1er.

Citations

  • « Ce fut le plus grand routier de l'histoire. » (Henri Desgrange)[11]
  • « Vous lui auriez mis un verre rempli d'eau sur la tête qu'il aurait escaladé le Tourmalet sans renverser la moindre goutte. » (René Vietto)[12]

Notes et références

  1. a b c d e et f (en) Brendan Gallagher, Corsa Rosa: A history of the Giro d’Italia, Bloomsbury Sport (ISBN 978-1472918802)
  2. a et b « 1925 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 24 décembre 2018)
  3. a b et c « 1926 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  4. a et b « 1927 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  5. « 1927 World Pro Road Championships by BikeRaceInfo », sur bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  6. « 1928 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  7. a et b « 1929 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  8. a b c et d « 1930 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  9. a et b « 1931 Giro d'Italia », sur www.bikeraceinfo.com (consulté le 31 décembre 2018)
  10. « 14 avril 2002 : les 100 ans de Paris-Roubaix et l'inauguration du CMC de l'UCI à Aigle », sur uci.ch, Union cycliste internationale, (consulté le 22 septembre 2016).
  11. coll., 100 champions pour un siècle de sport, Paris, L'Équipe, 2000, p. 51
  12. ibid

Liens externes