Alfred de Chastellux

Alfred de Chastellux
Fonctions
Sous-préfet d'Hambourg
Monarque Napoléon Ier
Gouvernement Drapeau de l'Empire français Empire français
Député du 2e collège de l'Yonne (Avallon)
Élection
Réélection

Monarque Louis-Philippe Ier
Gouvernement Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Législature
Coalition Majorité conservatrice et ministérielle
Prédécesseur Auguste François Jean Finot
Successeur Simon Philippe Dupin
Membre de la Chambre des pairs
Monarque Louis-Philippe Ier
Gouvernement Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Coalition Majorité conservatrice et ministérielle
Conseiller général de l'Yonne
Biographie
Dynastie Maison de Beauvoir-Chastellux
Nom de naissance Alfred Louis Jean Philippe de Chastellux
Date de naissance
Lieu de naissance Palais-Royal (Paris)[1]
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Lucy-le-Bois (Yonne)
Nationalité Drapeau de la France Français
Parti politique Orléaniste
Père François-Jean de Chastellux
Profession Haut fonctionnaire
Officier d'état-major

Orn ext comte et pair OLH.svg
Blason fam fr de Beauvoir-Chastellux.svg
Préfets napoléoniens
Liste des députés de l'Yonne
Liste des conseillers généraux de l'Yonne

Le comte Alfred Louis Jean Philippe de Chastellux (Palais-Royal (Paris)[1], Lucy-le-Bois (Yonne), ), est un haut fonctionnaire et homme politique français du XIXe siècle.

Biographie

Le comte Alfred Louis Jean Philippe de Chastellux était le fils posthume de François-Jean, marquis de Chastellux (1734-1788), qui fut maréchal de camp et membre de l'Académie française[2]. Né au Palais-Royal, où sa mère, Brigitte (1759-1815), baronne de Plunkett[n 1], était dame d'honneur de la duchesse d'Orléans (dont elle partagea la prison et l'exil), Alfred de Chastellux reçut pour parrain le duc de Penthièvre (représenté par le duc de Chartres) et marraine la duchesse d'Orléans[3].

Alfred de Chastellux suivit d'abord la carrière administrative, fut nommé auditeur au Conseil d'État, le , puis sous-préfet de l'arrondissement de Hambourg (Bouches-de-l'Elbe, 1812)[2].

Il s'engagea (1813) dans l'état-major de Vandamme, et devint (1814) chef d'un bataillon de garde nationale organisé par le prince d'Eckmühl[2].

Rallié au Bourbons, il fut nommé[3] :

Le 31 juillet 1819, au Landeron (Suisse), il épousa Laure Bruzelin (1er frimaire an V () - Lucy-le-Bois, ), mariage sans postérité[1].

La révolution de Juillet 1830 le trouva capitaine au corps royal d'état-major[2]. Il s'attacha à la maison d'Orléans, reçut la dignité de « chevalier d’honneur » de Madame Adélaïde, et fut élu le , député du 2e collège de l'Yonne (Avallon), en remplacement de M. Finot, démissionnaire[2].

M. de Chastellux vota avec la majorité conservatrice et ministérielle, et représenta à la Chambre des députés le parti de la cour. Il fut réélu[2] :

  • le , par 114 voix (172 votants, 207 inscrits), contre 84 à M. Raudot fils ;
  • le , par 96 voix (128 votants, 228 inscrits) ;
  • enfin le .

Ayant cessé, aux élections de 1842, de représenter l'arrondissement d'Avallon, il fut nommé pair de France, le  : il continua, dans la Chambre haute, de soutenir de ses votes le gouvernement[2]. M. de Chastellux était conseiller général du département de l'Yonne, et officier de la Légion d'honneur[2].

Il mourut à Lucy-le-Bois (Yonne) le et fut inhumé dans la chapelle funéraire de la famille de Chastellux (église dudit lieu).

Décorations

Officier de la Légion d'honneur

Armoiries

D'azur, à la bande d'or, acc. de sept billettes du même, trois de chaque côté de la bande et une au canton senestre du chef[4].

Notes et références

  1. Mary Bridget Brigitte Charlotte Joséphine (Louvain (Pays-Bas autrichiens), 8 septembre 1759 - Paris XIe, 18 décembre 1815), baronne de Plunkett, était issue d'une des plus anciennes et illustres familles d'Irlande. Elle était la fille de Thomas Plunkett (1716–1779), général irlandais au service de l'Autriche, créé baron Plunkett et du Saint-Empire en 1758, et de son épouse, Mary d'Alton.
    Source 
    (en) Leslie Stephen, Dictionary of National Biography, vol. 45 : Pereira-Pockrich, Sidney Lee, Elder Smith & Co., , 464 p. (lire en ligne), p. 446 (Plunket, Thomas, Baron Punket).
  1. a b et c Roglo 2012.
  2. a b c d e f g et h Robert & Cougny 1891, p. 68.
  3. a b et c « Cote LH/501/75 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  4. Rietstap 1884-1887.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.