Alexis Quinlin

Alexis Quinlin

Alexis Quinlin, né le [1], d'un père anglais et d'une mère française, est l'ancien manager de Taxi Girl, groupe de Daniel Darc et Mirwais. Il est aussi un promoteur et organisateur de concerts.

Biographie

Alexis Quinlin est un des trois fondateurs du club le Rose Bonbon (1977-1983), il devient un des membres de l'équipe du théâtre le Palace de 1978 à 1986. Il a publié avec Stéphane Pietri, en 1977, Punk: seventeen rock paru chez R. Deforges, 1977[2]. Il est le manageur du groupe punk Guilty Razors et réussit à les faire signer chez Polydor ; le chanteur du groupe, Tristam Nada, qualifie cependant Alexis Quinlin d'« escroc notoire »[3]. Il fonde en 1981 le label de disque Mankin Records en partenariat avec Virgin, qui vend plusieurs millions de disques sur une période très courte : moins de 5 ans. En 1987, il crée la compagnie de management A2Z, spécialisée dans le management sportif (il est conseiller de Florence Arthaud[4]). Il la revend en 1994 à Havas.

En 1990, il quitte la France pour refaire sa vie aux États-Unis. En fait, il est accusé par les membres de Taxi Girl, dont il était manager, de les avoir escroqués[1],[5] ; il est par ailleurs soupçonné d'avoir de nombreux soucis d'argent[1]. Aux États-Unis, il investit dans l'hôtellerie et la restauration de luxe et dirige aussi la société Offline Entertaiment qui s'occupe de distribuer des films. Il est mis en examen et incarcéré en par un tribunal new-yorkais pour une escroquerie (système de Ponzi) de 4 millions de dollars. Il est aussi accusé d'avoir utilisé l'identité de Jean-Baptiste Mondino[1],[6],[7],[8]. Il plaide coupable et est condamné à une peine de prison et à verser des dommages, peine à l'issue de laquelle il est expulsé en France [9]

Notes et références

  1. a b c et d Benoît Sabatier, Nous sommes jeunes, nous sommes fiers, Fayard, , 680 p. (ISBN 978-2-213-68280-8, présentation en ligne)
  2. Punk: seventeen rock, (ISBN 978-2-901980-77-3)
  3. « Les Guilty Razors ne sont jamais devenus riches - Noisey », sur Noisey (consulté le 8 décembre 2016)
  4. Annick Cojean, « Les sponsors ne jouent plus. Le sport malade de l'argent », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Pierre Mikaïloff, V2 sur mes souvenirs : à la recherche de Daniel Darc, Paris, Le Castor Astral, , 200 p. (ISBN 978-2-85920-967-4, notice BnF no FRBNF43748670)
  6. (en) Stars' names used in $3.9m scam, court told, The Guardian, 31 mai 2006.
  7. Northcountrygazette.org
  8. (en) « Name-Dropping Con Man Behind Bars », Fox News,
  9. (en) Laura Italiano, « ‘CELEBRITY’ SCAM PLEA », sur New York Post, (consulté le 14 juin 2020)

Liens externes