Alexeï Navalny

Alexeï Anatolievitch Navalny
Alexey Navalny 3 (cropped).jpg
Fonction
Dirigeant de parti politique
Russie du futur (en)
depuis
Biographie
Naissance
(44 ans)
Boutyne (en)
Nom dans la langue maternelle
Алексей Анатольевич Навальный
Nationalité
Russe (depuis )
Domicile
Formation
Activités
Fratrie
Oleg Navalny ()
Conjoint
Ioulia Navalnaïa (en) (depuis )
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Propriétaire de
RosIama ()
Religion
Parti politique
Russie du futur (en) (depuis )
Membre de
Yale World Fellows Program (en)
Conseil de coordination de l'opposition russe (en) ()
Condamné pour
Larceny (en) (), fraude ()
Site web
(ru) navalny.com
Distinctions
Enregistrement vocal
Œuvres principales
signature d'Alexeï Navalny
signature

Alexeï Anatolievitch Navalny (en russe : Алексей Анатольевич Навальный, [ɐlʲɪkˈsʲej ɐnɐˈtolʲjɪvʲɪtɕ nɐˈvalʲnɨj]), né le dans l'oblast de Moscou, est un avocat et militant politique russe, fondateur de la Fondation anti-corruption (FBK). Il est connu pour son opposition au régime du président Vladimir Poutine.

Le , il est hospitalisé en urgence après avoir perdu connaissance dans un vol reliant Tomsk à Moscou. Transféré dans une unité de soins intensifs en Allemagne, des tests réalisés détectent des traces d'inhibiteurs de la cholinestérase (substances pouvant faire partie du groupe d'agents neurotoxiques « Novitchok »). Le , il sort de l'hôpital. Il revient en Russie, où il est condamné à 3 ans et demi de prison ferme le 2 février 2021. La Cour européenne des droits de l'homme exige sa libération.

Biographie

Famille et études

Ses parents dirigeaient une manufacture de vannerie dans la banlieue ouest de Moscou[1]. Son père, Anatoli Navalny, est né dans le village de Zalissya dans le raïon de Tchernobyl de la RSS d'Ukraine. Après avoir été diplômé de l'École militaire de Kiev, il est envoyé dans la banlieue moscovite. Sa mère, Lioudmila, est née dans les environs de Zelenograd et étudie à l'université d'État de gestion de Moscou après quoi elle travaille en tant qu'économiste[2]. Alexeï a un frère cadet, Oleg, né en 1983[3]. Sa cousine, Marina Navalna , est une femme politique ukrainienne.

Alexeï Navalny grandit dans le village militaire de Kalininets en banlieue moscovite, où son père est stationné, mais passe aussi une importante partie de ses vacances dans le village natal de son père en Ukraine jusqu'au moment de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui oblige sa famille à abandonner le village, la centrale nucléaire de Tchernobyl se trouvant à 600 m[4].

En 1998, il est diplômé en droit de l'université russe de l'Amitié des Peuples et en 2001 de l'université des finances du gouvernement russe[5].

En 2009, il étudie à l'université Yale grâce au « Yale World Fellow »[6], après avoir été recommandé par le joueur d'échecs Garry Kasparov, par la rédactrice en chef du New Times Evguenia Albats  ou encore l'économiste Sergueï Gouriev[7].

Alexeï Navalny est marié à Ioulia Navalnaïa et le couple a deux enfants[5].

Il habite à Marino, dans le district administratif sud-est de Moscou[8].

Activité politique

Blog Navalny

En 2009, il est conseiller du gouverneur de l'oblast de Kirov[9].

Il est connu pour être l’auteur du blog Navalny sur LiveJournal et du site Rospil, où il dénonce des faits de corruption en Russie. En , il accuse l’entreprise d’énergie Transneft de détournement de fonds à hauteur de 2,9 milliards d’euros lors de la construction d’un oléoduc en Sibérie[10]. Il est surnommé par le magazine Time « l’Erin Brockovich russe »[11] et est désigné personnalité de l’année 2009 par le quotidien économique russe Vedomosti[12].

Législatives russes de 2011

Alexeï Navalny s’oppose au pouvoir en place en Russie et à Vladimir Poutine en particulier, qualifiant en son parti, Russie unie, de « parti des voleurs et des escrocs »[10]. Lors de la contestation des élections législatives russes de 2011, à laquelle il participe activement, il est emprisonné le [13]. À sa sortie de prison le , il appelle les Russes à s’unir contre Poutine, afin que celui-ci ne gagne pas l’élection présidentielle de 2012, à laquelle il se dit prêt à participer[14]. En 2011, la BBC décrit Navalny comme étant « probablement le seul réel opposant politique à avoir émergé en Russie ces cinq dernières années »[15]. Fin , il participe à l’organisation d’une manifestation qui rassemble 120 000 personnes selon l’opposition[16].

En 2011, Navalny établit la Fondation anti-corruption[17].

En , il participe à une manifestation qui dégénère en heurts avec la police. Il est arrêté avec le dirigeant du Front de gauche Sergueï Oudaltsov et condamné à quinze jours de détention administrative pour désobéissance aux forces de l'ordre[18].

De à , il siège au conseil d'administration d'Aeroflot sur la proposition d'Alexandre Lebedev (qui détient 15 % des actions)[19].

Candidature à la mairie de Moscou

En , sa condamnation à cinq ans de camp avec sursis pour détournement de fonds d'une société forestière est dénoncée comme un procès politique par les États-Unis et l'Union européenne.

Candidat aux élections municipales à Moscou, il axe sa campagne sur la dénonciation des migrants, qu'il décrit comme des délinquants[20].

Le , il est battu par le maire de Moscou sortant, Sergueï Sobianine (nommé par Vladimir Poutine par décret en 2010) par 52 % des voix contre 30 % mais conteste les résultats. Le taux de participation est de 30 %. Navalny affirme avoir récolté 35,6 % des voix, contre 46 % à son adversaire et réclame un second tour. Les ONG indépendantes qui ont surveillé le scrutin n'ont pas observé de « graves violations ». Selon le journaliste Pierre Avril, ce scrutin a permis à Navalny de s'affirmer comme l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine[réf. nécessaire]. Dès lors, poursuivre les procédures judiciaires intentées contre lui reviendrait à en faire un martyr pour l'opposition[21]. Une manifestation de soutien de 9 000 personnes a lieu le lendemain. L'opposition à Poutine sort toutefois requinquée de ces élections municipales, notamment par la victoire d’Evgueni Roïzman à Iekaterinbourg, quatrième ville du pays et d'une candidate qui avait notamment le soutien du parti Iabloko à Petrozavodsk[22].

Résidence surveillée

En , il est placé en résidence surveillée pour une durée de 2 mois par un tribunal de Moscou pour avoir quitté la capitale ce qui est en infraction avec un jugement rendu précédemment[23]. L'assignation à résidence est prolongée de six mois en [24].

En , il est reconnu coupable de diffamation à l'encontre d'un député qu'il aurait qualifié de toxicomane. Il est condamné à une amende de 300 000 roubles (6 000 euros au cours moyen de 50 roubles pour 1 euro à l'époque)[25].

Il est libéré début , mais se voit refuser de participer aux obsèques de son ami Boris Nemtsov, opposant à Vladimir Poutine assassiné le à proximité du Kremlin. Il déclare par la suite : « Je n'ai pas peur et mes associés non plus. Nous ne céderons sur rien »[26].

Tentative de canditature à élection présidentielle russe de 2018

En , Alexeï Navalny annonce sa candidature à l'élection présidentielle russe de 2018[27].

Navalny est arrêté le lors de manifestations anti-corruption à Moscou[28]. Le , il est condamné à 15 jours de détention et à une amende de 20 000 roubles (325 euros) par le tribunal du district Tverskoï de Moscou[29].

Un sondage du Centre analytique Levada effectué en en vue de l'élection présidentielle de 2018, montre que 63 % des Russes voteraient pour Vladimir Poutine et 2 % pour Alexeï Navalny[30].

Le , la commission électorale centrale annonce, qu'en raison de sa condamnation à cinq ans de prison avec sursis dans l'affaire Kirovles, Navalny est inéligible pour la prochaine élection présidentielle. Cette décision est aussitôt contestée par l'équipe de campagne de Navalny[31],[32], mais elle est confirmée le par la commission électorale centrale, après le dépôt de la candidature de l'opposant.

En , il organise à Moscou une manifestation contre la corruption mais en change le lieu à la dernière minute pour la faire à proximité du Kremlin. Il est arrêté comme d'autres manifestants et est condamné à 30 jours de prison pour avoir violé les règles encadrant l'organisation de manifestations. Navalny est libéré au bout de 25 jours de détention[33],[32].

Le , il est à nouveau arrêté par la police à la sortie de son domicile[34]. Le , le tribunal de Moscou le condamne à 20 jours de détention pour « appels à la participation à un événement public non autorisé »[35]. Il sort de prison le [36].

Exclu de l'élection présidentielle, Navalny en conteste la légitimité, considérant que les candidats n'ont aucune intention de battre Vladimir Poutine, et appelle à son boycott. Son mouvement organise des manifestations dans le pays et Navalny est arrêté avec d'autres membres de son mouvement lors de la manifestation moscovite le , au motif que celle-ci n'est pas autorisée par la ville. Il est relâché peu après[37],[38].

Alexeï Navalny souhaite que la Russie rejoigne l'Union européenne et se rapproche de l'OTAN. Parmi ses priorités s'il arrive au pouvoir, Navalny cite la réforme de l'institution judiciaire et le changement constitutionnel d'un régime présidentiel à un régime parlementaire. Toutefois, il refuse de décrire ses convictions idéologiques, déclarant chercher à unir les Russes dans une coalition contre le régime de Poutine[38].

En , quelques jours avant l'investiture de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat présidentiel, Alexeï Navalny appelle les Russes à manifester dans les principales villes du pays. Lors de la manifestation à Moscou qui rassemble 1500 personnes, Alexeï Navalny est arrêté. Amnesty International réagit à cette arrestation et reproche notamment une utilisation « disproportionnée » de la force par la police[39]. Le tribunal du district Tverskoï de Moscou le condamne à trente jours de détention pour l'organisation d'une manifestation non autorisée contre Vladimir Poutine le [40].

La presse nationale ne relate pas les actions de Navalny et de ses partisans sauf pour les critiquer, et ne donne pas à Navalny l'occasion de s'exprimer. Son nom même est rarement prononcé dans les médias nationaux. En 2018, lors de la Coupe du monde de football, Leonid Sloutsky, ancien entraîneur de l'équipe nationale et commentateur d'un match en direct sur la chaîne publique Pierviy Kanal, mentionne le nom d'Alexeï Navalny. Cette mention inattendue de Alexeï Navalny sur une télévision publique crée un mème parmi les internautes russes. Deux jours plus tard, Leonid Sloutsky annonce qu'il quitte son poste de commentateur[41],[42],[43].

Le , Navalny est de nouveau condamné à 30 jours de détention pour l'organisation de manifestations en janvier pour le boycott de l'élection présidentielle de mars. Il ne peut ainsi prendre part aux manifestations du dans les principales villes du pays. Ces manifestations visent à critiquer l'augmentation de l'âge de départ à la retraite, une réforme gouvernementale annoncée en juin et qui est impopulaire en Russie[44]. La peine de Navalny se termine le mais il est à nouveau arrêté au moment de franchir les portes de la prison pour être jugé pour son appel à manifester le , une manifestation non autorisée ; il est condamné à 20 jours de détention[45],[46].

Ces nombreux séjours en prison sont considérés comme une stratégie délibérée des autorités russes pour isoler Navalny et l'empêcher de s'exprimer publiquement[46].

Arrestation et emprisonnement en 2019

Le , son ONG est classée « agent de l'étranger » par le ministère de la Justice[47].

En , la Cour européenne des droits de l'homme condamne la Russie pour l'assignation à résidence de Navalny en 2014. Cette assignation est jugée injustifiée et « visait à restreindre ses activités publiques [de Navalny] » et à « étouffer le pluralisme politique »[48].

Le , il est arrêté, en même temps qu'une centaine de manifestants participant à une marche de soutien au journaliste d'investigation Ivan Golounov, arrêté quelques jours auparavant, relâché et assigné à résidence, et finalement innocenté le , après une forte mobilisation de la société civile[49]. Le , Navalny est condamé à 10 jours de prison et incarcéré pour sa participation à la marche non autorisée en soutien à Golounov[50].

Toujours en , Alexeï Navalny et d'autres membres de l'opposition appellent à des manifestations contre l'exclusion par la commission électorale de certains candidats notamment l'avocate Lioubov Sobol à l'élection municipale à Moscou se déroulant en septembre[51]. Le , il est condamné à 30 jours de prison pour son appel à des manifestations non autorisées et incarcéré[52]. Le , il est hospitalisé pour un œdème de Quincke. Son médecin personnel Anastasia Vassilieva se dit « catégoriquement opposée » au fait de remettre Alexeï Navalny dans la même cellule car cela lui fait encourir le risque d’une « intoxication et une sensibilisation répétées, qui peuvent réellement conduire à une maladie grave »[53]. Il sort de prison le [54].

Empoisonnement en 2020 par le FSB

Hospitalisation, diagnostic et suspicions

Le , il est hospitalisé d'urgence dans une unité de soins intensifs de l’hôpital d’Omsk en Sibérie après une aggravation de son état de santé l'ayant plongé dans le coma pendant un vol reliant Tomsk à Moscou. L'avion est dérouté à Omsk et se pose en urgence[55]. Son entourage suspecte fortement un empoisonnement après l'absorption d'un thé à l'aéroport[56],[57].

Selon les médecins russes de l’hôpital d’Omsk : « lors de son admission à l'hôpital, Alexeï Navalny a fait l'objet de tests sur un large éventail de stupéfiants, substances synthétiques, psychodésiques et médicinales, y compris les inhibiteurs de la cholinestérase. Les résultats ont été négatifs », a déclaré pour sa part aux agences russes Alexandre Sabaïev, toxicologue en chef de l'hôpital des urgences no 1 d'Omsk, où était hospitalisé Alexeï Navalny avant son transfert en Allemagne, excluant ainsi l'hypothèse de l'empoisonnement.

Le , n'ayant toujours pas repris connaissance, il arrive à Berlin à bord d'un avion médicalisé affrété par l’ONG allemande Cinema for Peace  pour subir des soins à l'hôpital de la Charité[58],[59].

Selon les médecins de l'hôpital de la Charité, des traces d'inhibiteurs de lacholinestérase ont été détectées par les tests effectués sur le patient[60],[61]. À la suite de ce constat, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, appellent Moscou à enquêter « dans les moindres détails » et « en toute transparence » sur l'empoisonnement présumé de l'opposant et à traduire les responsables de cet acte en justice[62],[63]. Leurs déclarations sont mal reçues par le président de la Douma russe, Viatcheslav Volodine, qui annonce saisir le Comité de la Douma pour la sécurité afin de savoir si Navalny n'a pas été victime d'une « provocation de l'Allemagne et d'autres pays de l'Union européenne » qui auraient tenté de « nuire à la santé d'un citoyen russe pour créer les tensions en Russie »[64]. Moscou regrette par ailleurs que Berlin n'ait toujours pas répondu à la demande d'aide judiciaire adressée le aux autorités allemandes par le parquet national de Russie afin de pouvoir lancer une enquête sur l'affaire Alexeï Navalny[65],[66].

Alexeï Navalny est maintenu dans un coma artificiel, le , son état est considéré comme « grave mais sa vie n'est pas immédiatement menacée »[67],[68]. Le , son état s'améliore selon l’hôpital berlinois, « néanmoins, les médecins se gardent toujours de tout pronostic [sur les conséquences] de ce grave empoisonnement »[69].

Le , le gouvernement allemand déclare détenir la « preuve sans équivoque » de l'utilisation d'un agent neurotoxique de type Novitchok contre l'opposant russe[70],[71], affirmation confirmée le par deux laboratoires de référence de l’OIAC français et suédois[72]. À l’inverse, les autorités russes affirment que leurs analyses n’ont décelé la présence d'aucune substance toxique[72].

Le , dans son entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine n'exclut pas que Navalny ait pu s'empoisonner lui-même, une hypothèse rejetée par le président français, tout comme une autre piste évoquée par Poutine et qui mène en Lettonie, où habite l'un des concepteurs du Novitchok[73],[74].

Le , une semaine après la sortie du coma artificiel, Alexeï Navalny s'exprime publiquement pour une première fois depuis son compte Instagram. Il écrit « Je ne sais encore presque rien faire, mais hier [lundi] j’ai pu respirer par moi-même toute une journée. Ça m’a beaucoup plu, c’est un procédé étonnant et sous-estimé par beaucoup. Je le recommande. Vous me manquez. ». Interrogée quant à un éventuel retour en Russie après son rétablissement, sa porte-parole répond qu’« il n’avait jamais été question d’autre chose. Je comprends pourquoi on se pose la question, mais je trouve néanmoins étrange qu’on puisse penser » qu’il choisisse l’exil[75],[76].

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, déclare pour sa part que tout le monde serait heureux si Navalny se rétablissait et qu'il était libre de rentrer en Russie depuis l'Allemagne. Mais il a également déclaré que Moscou ne comprenait pas pourquoi, si les laboratoires français et suédois avaient pu tester ses échantillons médicaux, la Russie n'avait pas le même accès[77].

Convalescence et enquête

Le , Navalny sort de l'hôpital. Les médecins considèrent qu’un rétablissement complet est possible[78].

Le , le ministère des Affaires étrangères russe a suggéré qu'on faisait face à « une nouvelle mise en scène ayant pour thème l'utilisation imaginaire de l'arme chimique, cette fois non pas en Syrie ou en Grande-Bretagne, mais chez nous, en Russie »[79],[80]. Le , la chancellerie russe prétendra avoir « toutes les raisons » de croire que la « pénétration d'agents de guerre chimique » dans le corps de Navalny a pu avoir lieu « en Allemagne ou dans l'avion » le transportant à l'hôpital de la Charité[81], mais elle ne précise pas quelles sont exactement ces raisons[82]. Le site d'investigation russe The Insider relève d'ailleurs que « le Kremlin s'est embrouillé dans ses versions sur l'empoisonnement de Navalny ». En énumérant certaines de ces versions dans un article du , le site titre ironiquement : « Il n'y a pas eu de poison ! Il y en a eu mais pas le Novitchok ! C'était le Novitchok mais pas le nôtre ! C'était le nôtre mais il l'a bu lui-même ! »[83].

Le , la Mission permanente de la Fédération de Russie auprès de l'OIAC soumet à l’organisation une proposition d'envoyer des experts en Russie pour travailler à l’élucidation du cas Navalny avec les spécialistes russes en la matière[84]. Le même jour Alexeï Navalny dénonce l'inaction de la justice russe qui rechigne à ouvrir une enquête et fait part de sa conviction que Vladimir Poutine est l'instigateur de son empoisonnement dans un entretien avec des journalistes de l'hebdomadaire Der Spiegel[85].

Le , l'OIAC confirme qu'une substance de type Novitchok a été retrouvée dans l'organisme de Navalny[86].

Le , le site d'investigation Bellingcat publie un rapport d'enquête sur l’empoisonnement d'Alexeï Navalny, réalisé en collaboration avec des journalistes de CNN, Der Spiegel et The Insider. Le rapport indique que Navalny a été suivi depuis 2017 et lors de son voyage jusqu'à Tomsk, par des agents du FSB spécialisés dans les produits chimiques[87],[88],[89],[90]. Dans le cadre de cette enquête, le média Bellingcat révèle le qu'Alexeï Navalny ayant piégé Konstantin Kudryavtsev, un agent du FSB, est parvenu à lui faire avouer à son insu qu'une tentative d'assassinat avait eu lieu contre lui[91],[92],[93]. Les détails cliniques de l'empoisonnement, exigés par Moscou, sont publiés dans The Lancet fin 2020[94],[95].

Convocation dans le cadre de l'affaire Yves Rocher

En raison de sa convalescence en Allemagne, Navalny ne peut satisfaire aux exigences de sa libération conditionnelle qui exige qu'il se rende à Moscou. Plus précisément, alors que sa période de probation se termine le , une convocation lui est adressée le 28 exigeant sa présence le lendemain matin à h. Ce manquement entraîne la levée de celle-ci. Il pourrait donc effectuer, lors de son retour à Moscou, les 3 ans et demi de prison reçus lors de son procès en 2014. Pour The Economist, cette convocation est de toute évidence un prétexte pour l'empêcher de rentrer librement en Russie[96],[97].

Retour en Russie et nouvelle arrestation

Tracé approximatif du parcours de l'avion du vol DP936 emprunté par Alexeï Navalny, le 17 janvier 2021, montrant sa déviation.

Dans une vidéo postée sur son compte Instagram le , Navalny annonce avoir acheté des billets d'avion pour un retour en Russie[98],[99]. Le , il embarque ainsi à bord d'un avion de la compagnie Pobeda[note 1] pour un décollage depuis l'aéroport de Berlin-Brandebourg. L'atterissage de l'avion étant initalement prévu à l'aéroport de Vnoukovo, il est finalement dérouté vers l'aéroport de Cheremetievo, autre aéroport de Moscou situé plus au nord. Le pilote et le personnel aérien ont justifié cette manœuvre par un « problème technique » en précisant qu'« un avion est sorti de piste »[100],[101]. À son arrivée au poste de douane, il est interpellé par les agents du service fédéral des pénitenciers [102],[103].

Enquête et documentaire sur le palais de Poutine

Dans une vidéo publiée sur YouTube le [104], résultat d'une enquête menée par sa Fondation contre la corruption (FBK), Alexeï Navalny dénonce le faste et les financements du « palais de Poutine », une immense demeure dotée de nombreux équipements (héliport, patinoire, casino, piscine, spa, aquadiscothèque, etc.). L'opposant prête notamment au président Poutine un goût « pathologique » pour le luxe et détaille des montages financiers dont le but serait de « créer comme un tampon autour du palais » par rapport à son véritable propriétaire. Trois jours après sa publication, la vidéo de près de deux heures avait été visionnée plus de 53 millions de fois[105]. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, réagit en affirmant ne pas l'avoir vue mais indique en même temps que rien de ce qu'elle dit n'est vrai[106],[105].

Procès et condamnation

Le , Navalny est condamné à trois ans et demi de prison par un tribunal de Moscou, après avoir été reconnu coupable d'avoir violé son contrôle judiciaire alors qu'il était en Allemagne depuis le mois d'août 2020, suite à des problèmes de santé[107]. L'avocate de Navalny annonce qu'il ferait appel[108]. En cas d'entrée en vigueur de la condamnation, Navalny purgera une peine effective de deux ans et huit mois : son temps déjà passé sous résidence surveillée en 2014 étant décompté du temps total, à ce temps sont ensuite décomptées les deux semaines passées en centre de détention depuis son arrestation le [109].

Les soutiens de l'opposant appellent à manifester, et des chefs d'état occidentaux dont Joe Biden, ou encore le président français Emmanuel Macron jugent « inacceptable » la condamnation de Navalny, et exigent sa libération « immédiate »[110].

Le 17 février, en raison de « l’ampleur du risque pour la vie » de Navalny, la Cour européenne des droits de l'homme exige sa libération immédiate[111],[112].

Projets

Le , Navalny lance le portail « RosIama » (РосЯма, soit littéralement RusNid-de-poule) pour permettre le signalement de chaussées détériorées et réclamer une réaction des autorités. En , il crée le Fondation anti-corruption.

En , il inspire le projet « RosVybory » (РосВыборы, soit littéralement RusÉlections) afin d'encourager la participation d'observateurs indépendants aux élections. Environ 12 000 participeront dans les bureaux de votes. Parallèlement, il lance l'« outil bienveillant de vérité » (Добрая машина правды) destiné à diffuser des informations sur la corruption institutionnelle vers un public ne s'informant pas sur internet. Le , il met en ligne le service « RosJKKh » (РосЖКХ, soit littéralement RusServicesCommunaux) permettant d'adresser des plaintes aux autorités locales concernant des dysfonctionnements des services communaux. Au cours de la première semaine, près de 96 000 plaintes sont envoyées.

En , Navalny propose une législation interdisant aux fonctionnaires et aux employés de sociétés publiques d'acquérir des voitures de fonction d'une valeur de plus d'un million et demi de roubles. La proposition reçoit le soutien de plus de 100 000 individus et doit ainsi être évaluée par un groupe d'experts du gouvernement qui la rejettent finalement.

Le , il lance le projet « Vote intelligent » (Умное голосование) dont le but est de faire élire le candidat n'appartenant pas à Russie unie avec les meilleures chances. En s'attaquant au monopole de Russie unie dans les parlements régionaux, il contribue à faire entrer des députés critiques du pouvoir à la Douma de Moscou. Le « vote intelligent » doit également changer le paysage électoral lors des élections régionales de .

Controverses

Accusations d'influence américaine

En , sa correspondance électronique est rendue publique par un hacker dans le but de montrer que « Navalny est un ultranationaliste corrompu financé par les autorités américaines ». L'authenticité des mails n'est toutefois pas intégralement confirmée par Navalny[113].

D'après ces mails, en 2006, le mouvement politique DA!, à la création duquel Navalny a participé, aurait obtenu un financement de la fondation américaine National Endowment for Democracy[113].

En 2010, Alexeï Navalny part étudier à l'université Yale dans le cadre du programme « Yale World Fellows », qui vise à développer un réseau de leaders connectés à Yale et engagés pour faire du monde « un meilleur endroit »[114]. Selon le média officiel russe, Russia Today, il y aurait été envoyé par l'ambassadeur américain en Russie, Michael McFaul, dans le but de préparer une révolution orange en Russie[115].

Plusieurs articles présentent Alexeï Navalny comme un agent américain : pour Alex Jones, Navalny est un « agent de la sédition financé par les États-Unis ». L'économiste et journaliste américain Paul Craig Roberts dit que « la Russie a toutes les raisons d'avoir des doutes sur l'opposition politique qui semble être réunie autour d'Alexeï Navalny. Tout comme les "révolutions de couleur" dans l'espace post-soviétique, l'opposition russe est financée avec des moyens américains. Washington ne veut pas que la Russie puisse contredire sa volonté »[116]. Ces articles sont décrits par divers médias comme ceux d'agents de propagande russe diffusant des théories du complot[117],[118].

En , le parquet russe annonce que lors des vérifications des comptes de campagne pour l'élection du maire de Moscou, Alexeï Navalny a obtenu des financements étrangers émanant de plus de 300 personnes physiques et entités juridiques étrangères issus de 46 pays dont les États-Unis, la Finlande, la Grande-Bretagne, la Suisse et le Canada[119],[120].

En , la Novaïa Gazeta accuse le parti au pouvoir, Russie unie, d'avoir budgété 10 millions de roubles pour une campagne visant à discréditer Alekseï Navalny en filmant un sosie dans des situations compromettantes[113].

Proximité avec l'extrême droite

Sa participation à l'organisation « Narod » (dont il est cofondateur) a déclenché une controverse, celle-ci alliant des positions d'extrême gauche et d'extrême droite. En 2008, l'organisation s'est rapprochée de groupes connus pour leurs positions racistes comme « le mouvement contre l'immigration illégale », interdit en 2011 par la justice pour extrémisme[121]. Navalny a en outre participé en 2011 à un défilé ultranationaliste dont l'un des slogans était « Arrêtons de nourrir le Caucase ! »[122]. Il participe régulièrement à la Marche russe[123] ce qui lui vaut d'être expulsé en 2007 du Parti d'opposition Iabloko, dont il était alors membre[124].

En , lors de la campagne électorale pour l'élection à la mairie de Moscou, Navalny présente son programme s'articulant surtout autour de la lutte contre la corruption et l'immigration[125]. Il a notamment déclaré : « J'ai regardé les statistiques. Savez-vous que près de 50 % des crimes et délits sont commis par des étrangers[126] ? »

En , Alexeï Navalny publie sur son blog et diffusé par la radio Écho de Moscou : « Jamais je ne soutiendrai la position selon laquelle en Russie le nationalisme est une chose terrible qu’il faut interdire. En France, en ce moment, le Front national connaît une période de poussée frénétique de sa popularité. Vous parlez d’une horreur, Alain Delon soutient Marine Le Pen ! Et des processus analogues ont cours dans toute l’Europe. Et alors, allons-nous boycotter les croissants français ? Ou bien dire carrément que les Français ont le droit de faire ça, et pas les Russes[127] ? »

En , Alexeï Navalny déclare que « le problème de l'immigration illégale en Russie était cent fois plus important que l'Ukraine »? et ajoute qu'il ne rendrait pas la Crimée à l'Ukraine s'il en avait le pouvoir[128].

Certaines de ses vidéos où il professe des positions contre l'immigration en Russie et son nationalisme font polémique[129],[130],[131],[132].

Poursuites judiciaires

Navalny a été arrêté, accusé et condamné à plusieurs reprises en Russie. Les États-Unis, l'Union européenne ainsi que le Conseil de l'Europe considèrent qu'il est victime de procès politiques[133],[134],[135].

Détournements de fonds d'une société forestière

Le , Navalny est inculpé par la Commission fédérale d'enquête de vol à grande échelle à cause des lourdes pertes financières de Kirovles, une société publique d'exploitation forestière. Il encourt jusqu'à dix ans de prison[136]. Il est accusé du détournement de seize millions de roubles (377 000 euros) au détriment de cette exploitation forestière, à l'époque où il était conseiller du gouverneur de l'oblast de Kirov, Nikita Bielykh. Le , il est reconnu coupable de détournement de fonds et condamné à cinq ans de camp[137],[138],[139] pour avoir détourné 400 000 euros au détriment de la société forestière[140]. En appel, la peine est réduite à du sursis[27].

En , la Cour européenne des droits de l'homme condamne la Russie à verser 79 000 euros à Navalny et à son associé Piotr Ofitserov car le procès n'a pas été équitable[27].

En , la Cour suprême de Russie  annule le premier jugement et ordonne qu'un nouveau procès ait lieu. Celui-ci se déroule en et et Navalny est de nouveau condamné à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds et à 500 000 roubles d'amende[27],[141].

Financement de campagne électorale

En , Vladimir Jirinovski, président du Parti libéral-démocrate, demande au ministère de l'Intérieur l'ouverture d'une enquête sur le financement de la campagne électorale de Navalny sur la base d'adresses IP (signalant le lieu de la transaction et non la nationalité du donneur)[142]. Navalny a nié ces accusations, affirmant que les magistrats du parquet étaient des « benêts »[143]. L'accusation resta sans suite.

Détournement de fonds d'Yves Rocher

En 2008, pour faire face aux défaillances de la poste russe et alors que la vente par correspondance de leurs produits correspond à 4 millions de colis livrés annuellement, la filiale russe du groupe Yves Rocher, Yves Rocher Vostok fait appel à Glavpodpiska, une société de logistique détenue par les frères Oleg et Alexeï Navalny[144]. Le , Bruno Leproux, directeur général d’Yves Rocher Vostok demande au comité d’enquête russe d’établir si Glavpodpiska a fait de la surfacturation[145]. Le , Alexeï Navalny est condamné dans cette affaire à trois ans et demi de prison avec sursis par le tribunal de Moscou pour avoir détourné selon l’accusation, près de 26 millions de roubles (400 000 euros) appartenant à Yves Rocher Vostok[140]. Son frère Oleg est, lui, condamné à trois ans et demi[146],[147]. Oleg Navalny purge sa peine dans une colonie pénitentiaire de l'oblast d'Orel et est libéré en [148].

En , la Cour européenne des droits de l'homme estime que « les services [qu'a fournis la société des frères Navalny] correspondaient à ceux qui étaient dans les contrats », que « les juridictions nationales n'ont pas indiqué de méthode qui aurait permis d'identifier un motif d'enrichissement personnel répréhensible », que « les décisions rendues par les juridictions internes ont été arbitraires et manifestement déraisonnables », et que « l'équité de la procédure pénale (...) a été compromise ». En conséquence, elle condamne la Russie à verser 10 000 euros à chacun des frères Navalny[149],[148].

En , Oleg et Alexeï Navalny déposent une plainte en France contre Yves Rocher pour « dénonciation calomnieuse » considérant que la plainte déposée contre eux par Yves Rocher Vostok en 2012 était en fait une attaque du gouvernement russe à leur encontre avec le soutien d'Yves Rocher Vostok. Ils sont représentés par l'avocat William Bourdon et sont entendus par un juge d'instruction du tribunal de Vannes le [144].

Escroquerie au sein de la Fondation anti-corruption

En , le Comité d'enquête de la Fédération de Russie ouvre une enquête pour « escroquerie » à l'encontre de Navalny. Il lui est reproché d'avoir utilisé une partie des dons de particuliers faits principalement à la Fondation anti-corruption pour ses besoins personnels. Le montant de l'escroquerie supposée est estimé à 356 millions de roubles, soit environ 4 millions d'euros[150],[151]. Selon Navalny, l'ouverture de cette enquête, survenue la veille de la fin de sa période de libération conditionnelle, n'a que pour objet de le dissuader de rentrer en Russie[97].

Notes et références

Notes

  1. Le nom de la compagnie signifie « victoire » en russe.

Références

  1. (ru) « Что плетут против Навального », mk.ru,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2017)
  2. (ru) « ВРАГ № 1. ИНТЕРВЬЮ С МАТЕРЬЮ АЛЕКСЕЯ НАВАЛЬНОГО », sur newtimes.ru,‎ (consulté le 2 août 2017)
  3. Олег Рубникович, « Братьям Навальным уполовинили ущерб », Газета "Коммерсантъ", no 199,‎ , p. 6 (lire en ligne, consulté le 2 août 2017)
  4. (ru) « Навальный: я больше украинец по своим корням и генетике », lb.ua,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2017)
  5. a et b (ru) « О Навальном », sur navalny.ru
  6. (en) « Profil de Navalny », sur université Yale (consulté le 2 août 2012).
  7. (ru) « Блог накажет », mk.ru,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2017)
  8. (ru) Немцов Борис, « Интервью / Весеннее возрождение: вернётся ли оппозиция в политическое поле? / Борис Немцов », sur Эхо Москвы (consulté le 2 août 2017)
  9. « L'opposant russe Alexeï Navalny assigné à résidence », sur Lapresse.ca,
  10. a et b « Alexeï Navalny : la naissance d’un leader de l’opposition », Radio France internationale, .
  11. Carl Schreck, « Russia’s Erin Brockovich: Taking On Corporate Greed », Time, 9 mars 2010. Consulté le 9 février 2011.
  12. « Персоны года — 2009: Частное лицо года » (en Russe). Vedomosti, no 248. 30 décembre 2009. consulté le 9 février 2011.
  13. (en) « Russia faces to watch: Alexei Navalny », BBC News, .
  14. (en) Guy Faulconbridge, « Navalny challenges Putin after leaving Russian jail », Reuters, .
  15. (en) « Profile: Russian blogger Alexei Navalny », BBC News, .
  16. (en) Fred Weir , « Huge protest demanding fair Russian elections hits Moscow », Christian Science Monitor, .
  17. (en) « Anti-corruption Foundation », sur fbk.info (consulté le 15 septembre 2020).
  18. « Deux opposants russes condamnés à quinze jours de prison », Le Monde, .
  19. (ru) « Навальный вошел в совет директоров "Аэрофлота" », Positive Russia,‎ .
  20. Gaël De Santis, « Navalny : un nationaliste russe », sur L'Humanité,
  21. Pierre Avril, « Moscou : Navalny conteste la victoire du maire sortant », Le Figaro,‎ , p. 8.
  22. Pierre Avril, « Moscou : le bon score de Navalny requinque l'opposition », Le Figaro,‎ , p. 9 (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2020).
  23. « L'opposant russe Alexei Navalny placé en résidence surveillée », La Tribune et Reuters, .
  24. Marie Jégo, « La justice russe s’acharne contre l’opposant Alexeï Navalny », Le Monde,
  25. [1]
  26. « Russie : l'opposant Alexeï Navalny sort de prison », Le Figaro,‎ samedi 7 / dimanche 8 mars 2015, p. 8.
  27. a b c et d Isabelle Mandraud, « La candidature de l’opposant Navalny à l’élection présidentielle russe est compromise », Le Monde,
  28. « Russie : à la tête du mouvement anti-corruption, l'opposant Navalny risque la prison », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2017)
  29. « Russie : l’opposant Alexeï Navalny condamné à 15 jours de détention », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 27 mars 2017)
  30. (ru) « Электоральный рейтинг возможных кандидатов в президенты » (consulté le 1er janvier 2021)
  31. (en) « Russia bars Alexei Navalny from 2018 presidential bid », Al-Jazeera,
  32. a et b (en) Christian Krug, « Russian opposition leader Navalny released from prison », Politico,
  33. « Russie : l’opposant Navalny et plus d’un millier de ses partisans interpellés lors de manifestations anticorruption », AFP et Le Monde,
  34. « Nouvelle interpellation pour Alexeï Navalny », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 29 septembre 2017)
  35. (ru) « Алексей Навальный арестован на 20 суток », www.kommersant.ru,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2017)
  36. « Russie: Navalny annonce sa sortie de prison sur Instagram et repart en campagne », RFI,
  37. (en) Mark Bennetts, « Alexei Navalny detained at anti-Putin protest in Moscow », The Guardian,
  38. a et b (en) Lucian Kim, « Banned From Election, Putin Foe Navalny Pursues Politics By Other Means », NPR,
  39. « Alexeï Navalny et 1500 manifestants anti-Poutine arrêtés en Russie », sur RTS Info,
  40. (en) « Alexey Navalny is sentenced to 30 days in jail for staging an unpermitted anti-Putin protest », Meduza,
  41. (en) Tom Balmforth et Gabrielle Tétrault-Farber, « Russian soccer commentator who mentioned Putin critic goes off air », Reuters,
  42. (en) Carl Schreck, « 'Navalny Plays Soccer?' World Cup Commentator's Mention Of Kremlin Foe Causes A Stir », Radio Free Europe,
  43. (en) « Sportscaster's incidental mention of Alexey Navalny becomes World Cup political meme », Meduza.io,
  44. « Russie : Alexeï Navalny condamné à trente jours de prison », Le Monde,
  45. « L’opposant russe Alexeï Navalny arrêté dès sa sortie de prison », Le Monde,
  46. a et b (en) Gabrielle Tétrault-Farber et Maxim Shemetov, « Kremlin rival Navalny freed, then detained and jailed again for further 20 days », Reuters,
  47. « L’organisation d’Alexeï Navalny classée « agent de l’étranger » en Russie », sur L'Obs (consulté le 9 octobre 2019)
  48. « La Russie condamnée par la CEDH pour l’assignation à résidence de l’opposant Navalny », Le Monde et AFP,
  49. « En Russie, une centaine de personnes arrêtées lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  50. « Russie : l’opposant Alexeï Navalny condamné à dix jours de prison », Le Monde et AFP,
  51. (en) « Two prominent activists are planning to run for the same Moscow City Duma seat, prompting tensions among opposition supporters », meduza, (consulté le 4 septembre 2019)
  52. « Alexeï Navalny encore condamné à 30 jours de prison en Russie », Le Monde et AFP,
  53. Emmanuel Grynszpan, « Alexeï Navalny a-t-il été empoisonné? », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  54. « L’opposant russe Navalny libéré après trente jours de détention », AFP et Le Monde,
  55. « La France prête à accueillir Alexeï Navalny, leader de l’opposition russe hospitalisé dans un état grave », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2020)
  56. Joël Chatreau, « Alexeï Navalny, "bête noire" du président russe Poutine, a été "empoisonné" selon son entourage », sur euronews, (consulté le 3 septembre 2020).
  57. Le Monde.fr, « La France prête à accueillir Alexeï Navalny, leader de l’opposition russe hospitalisé dans un état grave », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  58. « Hospitalisé à Berlin, l’opposant russe Alexeï Navalny se trouve toujours dans le coma », sur Le Monde, (consulté le 15 septembre 2020)
  59. « Alexeï Navalny : l'avion médicalisé transportant l’opposant a atterri en Allemagne », sur LeParisien.fr, (consulté le 22 août 2020)
  60. « Alexeï Navalny présente « des traces d'empoisonnement » », sur lepoint.fr, (consulté le 14 septembre 2020).
  61. « Alexeï Navalny : les médecins russes disent ne pas avoir détecté d'inhibiteurs de la cholinestérase », sur Le Figaro, (consulté le 14 septembre 2020)
  62. (de) « Gemeinsame Erklärung von Bundeskanzlerin Angela Merkel und Bundesaußenminister Heiko Maas zum Fall Nawalny », sur Bundeskanzlerin, (consulté le 1er octobre 2020).
  63. « Russie: déclaration de M. Josep Borrell, haut représentant/vice-président, sur l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny », sur European Union External Action, (consulté le 1er octobre 2020).
  64. (ru) « Вячеслав Володин: за произошедшим с Навальным могут стоять иностранные государства, которые хотят создать напряжение внутри России », sur Государственная дума,‎ (consulté le 1er octobre 2020).
  65. « Navalny : Moscou regrette que Berlin n'ait toujours pas répondu à la demande russe d'aide judiciaire », sur RT France, (consulté le 2 octobre 2020)
  66. « Russia asks Germany for copious details of poison tests on Navalny », sur Reuters, (consulté le 2 octobre 2020)
  67. « L’état de santé de l’opposant russe Alexeï Navalny s’améliore », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2020)
  68. (en) ITV News, « Russian dissident Alexei Navalny 'poisoned', say German medics »,
  69. « L’état de santé de l’opposant russe Alexeï Navalny s’améliore », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 31 août 2020).
  70. « Affaire Alexeï Navalny : Berlin affirme détenir la "preuve sans équivoque" que l'opposant russe a été empoisonné », sur Franceinfo, (consulté le 15 septembre 2020).
  71. Pierre Avril, « Navalny empoisonné au Novitchok, Moscou sous pression », Le Figaro,‎ (navalny-empoisonne-au-novitchok-moscou-sous-pression-20200902, consulté le 15 septembre 2020).
  72. a et b « Des laboratoires français et suédois confirment l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020)
  73. (ru) « Путин заявил Макрону, что считает Навального симулянтом, нарушителем законов и предположил, что тот принял яд сам », sur NEWSru.com,‎ (consulté le 27 septembre 2020).
  74. (ru) Петр Смолар, « Макрон и Путин о Навальном – диалог слепого с глухим », traduction russe de l'article de Piotr Smolar dans Le Monde du 22 septembre 2020, sur ИноСМИ,‎ (consulté le 27 septembre 2020).
  75. navalny, « Photo Instagram de Алексей Навальный : « Привет, это Навальный. Скучаю по вам 😍. Я все ещё почти ничего не умею, но вот вчера смог целый день дышать сам. Вообще сам. Никакой… » », sur Instagram,‎ (consulté le 15 septembre 2020)
  76. « Hospitalisé à Berlin, Alexeï Navalny sort de son silence », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2020)
  77. (en) « Kremlin Open to Clearing up What Happened to Navalny, Spokesman Says », sur US News, (consulté le 15 septembre 2020)
  78. « Alexeï Navalny est sorti de l’hôpital », sur Tribune de Genève (consulté le 23 septembre 2020)
  79. (ru) « МИД РФ: отравление Навального было "постановкой", а ОЗХО "ломала комедию" и превышала полномочия », sur NEWSru.com,‎ (consulté le 27 septembre 2020).
  80. (ru) « Комментарий Департамента информации и печати МИД России к разночтениям и нестыковкам по ситуации вокруг А.Навального », sur Министерство иностранных дел Российской Федерации,‎ (consulté le 27 septembre 2020).
  81. (ru) « Лавров заявил о возможном отравлении Навального в Германии », sur Lenta.ru,‎ (consulté le 12 novembre 2020).
  82. (ru) « Лавров заявил о возможности отравления Навального в Германии », sur РБК,‎ (consulté le 18 novembre 2020).
  83. (ru) Анна Красноперова, « "Яда не было! Был, но не "Новичок"! "Новичок", но не наш! Наш, но он сам выпил!". Как Кремль запутался в версиях отравления Навального », sur The Insider,‎ (consulté le 18 novembre 2020).
  84. « La Russie invite les experts de l'OIAC à enquêter sur le cas de Navalny », sur rbc.ru, (consulté le 2 octobre 2020)
  85. (en) « Russian Opposition Leader Alexei Navalny on His Poisoning: "I Assert that Putin Was Behind the Crime" », sur spiegel.de, (consulté le 3 octobre 2020).
  86. L'OIAC confirme qu'une substance du type Novitchok a été identifiée dans l'organisme de Navalny, Le Figaro avec AFP, 6 octobre 2020.
  87. « Affaire Alexeï Navalny: des médias pointent le FSB dans l'empoisonnement de l'opposant », sur RFI, (consulté le 14 décembre 2020)
  88. Rédaction Internationale, « Empoisonnement de Navalny : un commando spécial envoyé par le Kremlin ? », sur www.franceinter.fr, (consulté le 14 décembre 2020)
  89. EXCLUSIVE By Tim Lister, Clarissa Ward and Sebastian Shukla CNN, « CNN-Bellingcat investigation identifies Russian specialists who trailed Putin's nemesis Alexey Navalny before he was poisoned », sur CNN (consulté le 14 décembre 2020)
  90. (en-GB) « Hunting the Hunters: How We Identified Navalny's FSB Stalkers », sur bellingcat, (consulté le 14 décembre 2020)
  91. Par Juliette Mansour Le 21 décembre 2020 à 17h10, « A son insu, un agent du FSB confesse à Alexeï Navalny un complot visant à le tuer », sur leparisien.fr, (consulté le 21 décembre 2020)
  92. « « Si l’avion n’avait pas atterri en urgence… » : un présumé officier du FSB piégé par Alexeï Navalny », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2020)
  93. François Bonnet, « Piégé par Navalny, un agent russe détaille l’empoisonnement de l’opposant », sur Mediapart (consulté le 22 décembre 2020)
  94. « L’hôpital de Berlin publie les détails de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny au Novitchok », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 décembre 2020)
  95. (en) David Steindl, Wolfgang Boehmerle, Roland Körner et Damaris Praeger, « Novichok nerve agent poisoning », The Lancet, vol. 0, no 0,‎ (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, DOI 10.1016/S0140-6736(20)32644-1, lire en ligne, consulté le 23 décembre 2020)
  96. (en) Marc Bennetts, « Alexei Navalny faces jail in Russia ‘after breaching probation terms’ », The Times,‎ (lire en ligne)
  97. a et b (en) « Russia menaces Alexei Navalny after he exposed its agents' ineptitude », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne, consulté le 2 janvier 2021)
  98. (ru) Navalny, « Возвращаюсь домой », sur Instagram,‎ (consulté le 17 janvier 2021)
  99. AFP, « L'opposant Alexeï Navalny rentrera en Russie dimanche », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 17 janvier 2021)
  100. La Provence (avec AFP), « L'avion avec Alexeï Navalny à bord dévié vers un autre aéroport de Moscou », sur laprovence.com, La Provence, (consulté le 17 janvier 2021)
  101. (ru) Natalia Anissimova, Evgenia Kouznetsova, Roman Kirianov et Timofeï Dziadko, « Самолет с Навальным сел в Шереметьево », sur rbc.ru, RBK TV,‎ (consulté le 17 janvier 2021)
  102. Pierre Avril, « Alexeï Navalny interpellé dès son retour à Moscou », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 17 janvier 2021)
  103. Le Monde avec AFP, « Alexeï Navalny arrêté dès son retour en Russie, cinq mois après son empoisonnement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021)
  104. (ru) [vidéo] Un palais pour Poutine sur YouTube,
  105. a et b « Entre Vladimir Poutine et l’opposant Alexeï Navalny, un duel sans merci », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2021)
  106. Alain Barluet, « Navalny dévoile dans une enquête choc l'incroyable faste du "palais de Poutine" », sur Le Figaro, (consulté le 21 janvier 2021).
  107. « Alexeï Navalny condamné à trois ans et demi de prison en Russie, ses soutiens appellent à manifester à Moscou », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2021)
  108. « DIRECT. Russie : Emmanuel Macron appelle à la "libération immédiate" d'Alexeï Navalny après sa condamnation », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le 2 février 2021)
  109. (ru) « Суд назначил Навальному реальный срок по делу «Ив Роше» », sur rbc.ru, RBK,‎ (consulté le 2 février 2021)
  110. Virgile Guilhamet, « Emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny : l'indignation de la communauté internationale », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 2 février 2021)
  111. (en) « 'Release' Alexei Navalny, European Court of Human Rights tells Russia », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2021)
  112. « La CEDH ordonne à la Russie la libération « immédiate » de l’opposant Alexeï Navalny », , Le Monde et AFP,‎ (lire en ligne)
  113. a b et c (en) « Navalny's Private E-Mails Leaked », The Moscow Times,
  114. [2]
  115. McFaul and the Moscow opposition rallies RT du 7 février 2012
  116. Navalny: la situation profite à Washington (politologue US) Sputnik du 21 juillet 2013
  117. Alex Jones and Kremlin propaganda American Thinker du 29 janvier 2012
  118. (en) Justin Salhani, « Trump, white nationalism’s favorite thinker, and America’s premier crackpot make strange bedfellows », ThinkProgress,
  119. Russie: le parquet accuse Navalny d'être financé par l'étranger La Croix du 12 août 2013
  120. Russie: Navalny accusé de recevoir des financements étrangers L'Express du 12 août 2013
  121. André Kapsas, « Russie : Alexeï Navalny, un ‘héros de notre temps’ controversé », Regard sur l'est,
  122. Madeleine Leroyer, « Alexeï Navalny, ce blogueur sulfureux qui défie Poutine », Le Figaro, 26 décembre 2011, mis à jour le 27 décembre 2011.
  123. « Ущемленный русский », sur lenta.ru (consulté le 7 février 2021)
  124. « Sputnik France : actualités du jour, infos en direct et en continu », sur ruvr.ru (consulté le 3 septembre 2020).
  125. http://www.rfi.fr/europe/20130816-russie-moscou-navalny-campagne-anticorruption-immigration Radio France internationale.
  126. Madeleine Leroyer, « L'opposant Navalny défie Poutine à Moscou », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  127. « Russie. Le nationalisme, c'est si terrible ? », Courrier International du 6 novembre 2013.
  128. « Qui est Navalny, l'opposant numéro un à Poutine ? », Europe 1 du 30 décembre 2014.
  129. (en) « Alexei Navalny on Putin's Russia: 'All autocratic regimes come to an end' », sur the Guardian, (consulté le 7 février 2021)
  130. Alexei Navalny, Video: Alexei Navalny Compares Muslims to Cockroaches, Supports Gun Rights in Russia, (lire en ligne)
  131. « Алексей Навальный », sur Алексей Навальный (consulté le 7 février 2021)
  132. (en-US) Ellen Barry, « Rousing Russia With a Phrase (Published 2011) », (consulté le 7 février 2021)
  133. « HUDOC - European Court of Human Rights », sur hudoc.echr.coe.int (consulté le 9 mars 2017)
  134. Piotr Smolar, « Cinq ans de prison pour l'opposant russe Alexeï Navalny : "Ne soyez pas résignés !" », Le Monde, .
  135. « Putin Critic Gets 5-Year Jail Term, Setting Off Protests », The New York Times, .
  136. « Russie: Un blogueur anti-Poutine inculpé », Reuters et 20 minutes, .
  137. « Cinq ans de prison pour l'opposant russe Alexeï Navalny », Libération, .
  138. Alexandre Pitot, « Alexeï Navalny dans la tourmente judiciaire », Le Courrier de Russie, .
  139. Vera Gaufman, « Navalny est condamné à cinq ans de prison », Le Courrier de Russie,
  140. a et b Russie : Alexeï Navalny, figure de proue de l’opposition, candidat à la présidentielle de 2018 Le Monde du 13 décembre 2016
  141. « L'opposant russe Navalny condamné à cinq ans de prison », Reuters,
  142. « Russie : le parquet accuse Navalny d'être financé par l'étranger », sur RTL Info (consulté le 3 septembre 2020).
  143. https://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00542221-russie-l-opposant-navalny-accuse-d-etre-finance-par-l-etranger-594721.php
  144. a et b Benoît Vitkine et Nicole Vulser, « Les frères Alexeï et Oleg Navalny poursuivent Yves Rocher pour « dénonciation calomnieuse » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  145. Pierre Avril, « Des procès en cascade pour Navalny, ennemi juré de Poutine », Le Figaro, vendredi 25 avril 2014, page 5.
  146. Yves Bourdillon, « Le Kremlin punit l’opposant Alexeï Navalny », Les Échos, .
  147. (en) Laura Smith-Spark, Matthew Chance et Alla Eshchenko, « Kremlin critic Alexey Navalny arrested hours after sentencing », CNN, .
  148. a et b (en) « Oleg Navalny Released From Russian Prison After 3 1/2 Years », Radio Free Europe,
  149. « Russie: Navalny privé de procès équitable dans l'affaire Yves Rocher, selon la CEDH », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2017)
  150. (en) « Alexei Navalny to be investigated by Russian authorities over alleged fraud », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  151. Benoît Vitkine, « La justice russe ouvre une enquête pour « escroquerie » contre Alexeï Navalny », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale de Pologne
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • Base de bibliothèque norvégienne
    • Bibliothèque nationale de Russie
    • Bibliothèque nationale tchèque
    • Bibliothèque nationale de Lettonie
    • WorldCat Id
    • WorldCat
  • Ressource relative à l'audiovisuel :
    • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Encyclopædia Britannica • Swedish Nationalencyklopedin • Munzinger Archiv • Store norske leksikon
    • (ru) Blog officiel
    • (ru) Rospil