Alexandrinisme

L'alexandrinisme désigne la littérature qui, de la mort d'Alexandre (environ IIIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle) à la conquête romaine, fleurit dans les grandes villes hellénistiques : Alexandrie, Pergame, Antioche.

Description

L'alexandrinisme a le culte de la forme et abandonnant les grands genres au profit de l'idylle (Théocrite), de l'épigramme (Callimaque), de l'élégie par exemple. C'est d'elle que s'inspirent les pœtæ novi du Ier siècle av. J.-C., pour la plupart des Cisalpins. Son influence (qui s'exerce sur Virgile) est sensible dans le second groupe des poèmes de Catulle : épithalames, poèmes mythologiques, élégies, d'une composition artificiellement complexe et d'un style précieusement travaillé[1].

Certains comme Mohammed Habib Samrakandi la considèrent comme une philosophie péripatéticienne proche de l'averroïsme[2].

L’éclectisme du XIXe siècle voit resurgir quelques affinités avec l’alexandrisme . Ballanche , Essais de Palingénésie sociale ( 1827), Émile Saisset, Essais sur la philosophie et la religion au XIXe siècle (1845), et Jacques Matter Histoire de l'École d'Alexandrie, comparée aux principales écoles contemporaines (1840-1844) voient des similitudes entre l’éclectisme de leur siècle et l’alexandrisme où ils retrouvent un mélange de religion, de philosophie et de science.[3].

Bibliographie

  • Olaf Pluta, Die Philosophie im 14. und 15. Jahrhundert: In memoriam Konstanty Michalski ..., (lire en ligne), « Alexandrisme ».
  • Jean Félix Nourrisson, La philosophie de Saint Augustin: 2, (lire en ligne), p. 121.

Articles connexes

Notes et références

  1. A. Catilla, Auteurs latins, St-Michel, Fribourg, 1981, p. 14.
  2. Mohammed Habib Samrakandi, L' actualité d'Averroès: le huitième centenaire de la naissance ..., (ISBN 2858164908, lire en ligne), p. 71.
  3. Gisèle Séginger, « La Tentation et les savoirs », .

Liens externes