Alexandre Borodaï

Alexandre Borodaï
Александр Бородай
Alexandre Borodaï en 2014
Alexandre Borodaï en 2014
Fonctions
Premier ministre de la République populaire de Donetsk

(2 mois et 22 jours)
Gouverneur Pavel Goubarev
Prédécesseur Poste créé
Successeur Alexandre Zakhartchenko
Biographie
Nom de naissance Александр Юрьевич Бородай
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Moscou
Nationalité Russe

Alexandre Borodaï Alexandre Borodaï

Alexandre Yourievitch Borodaï (en russe : Александр Юрьевич Бородай), né le à Moscou, est un journaliste et politologue russe autoproclamé, le 16 mai 2014, Premier ministre de la République populaire de Donetsk, entité territoriale non reconnue internationalement, y compris de la Russie. Il a donné sa démission de ce poste, le 7 août 2014.

Biographie

Il naît à Moscou, alors capitale de l'URSS, dans la famille du philosophe Youri Borodaï (1934-2006). Il termine en 1994 la faculté de philosophie de l'université de Moscou, puis prépare un doctorat en philosophie sociale, traitant des conflits ethniques et de la théorie de l'élite[1]. De décembre 1993 à juin 1994, il travaille comme expert au Fonds russe de réforme, puis il est correspondant de guerre à l'agence de presse RIA Novosti, se consacrant à la Première guerre de Tchétchénie ; il tourne aussi des reportages télévisés pour les chaînes ORT et NTV. À partir de 1997, il est chroniqueur « observateur » à l'hebdomadaire Zavtra (« Demain » en russe), spécialisé dans les questions relatives aux conflits sur le territoire de la Fédération de Russie[2] et de celles touchant à la situation dans le Caucase du Nord.

De mars à novembre 1998, Alexandre Borodaï est consultant en investissements dans la médiasphère du président de la table ronde des affaires en Russie, Guennadi Gafarov. Parallèlement il est consultant indépendant en relations publiques à partir de juin 1998. Il prend part à plus d'une dizaine de campagnes électorales de différents niveaux.

En août 1999, il part avec Igor Strelkov - en tant que correspondants de guerre du journal Zavtra - pour le Daghestan, dans une zone tenue par des islamistes wahabbites, la zone de Kadar. Il en rapporte plusieurs descriptions de villages et de la situation stratégique, ainsi que de la condition des combattants des Spetsnaz. Les combats mènent à la dispersion des wahabbites, de la fin août 1999 au 12 septembre 1999.

En 2001-2002, il est rédacteur en chef adjoint de la revue Rousski predprinimatel (« l’Entrepreneur russe »). À partir d'avril 2001, Borodaï est cofondateur et directeur général de la société Sotsiomaster, spécialisée en conseil dans les situations de crises.

En juillet 2002, la presse russe diffuse la nomination de Borodaï en tant que directeur-adjoint de l'information politique du FSB[3] et des projets spéciaux.

Crise ukrainienne

Le , commencent à circuler sur Internet des informations selon lesquelles le colonel Strelkov forme des milices d'autodéfense à Sloviansk en réponse à l'« opération antiterroriste » menée par des bataillons des forces armées ukrainiennes et ordonnée par le président par intérim Tourtchinov et son Premier ministre. Le nom de Borodaï est évoqué comme étant l'interlocuteur du colonel Strelkov[4].

Le , il devient le Premier ministre de la République populaire de Donetsk[5]. Celle-ci est inscrite comme « organisation terroriste » par le procureur général d'Ukraine, ce qui empêche toute négociation éventuelle avec les populations russophones de l'oblast de Donetsk.

Le , il participe au congrès à Donetsk du parti Nouvelle Russie, qui débouche sur le projet d'un État fédéral de Nouvelle-Russie (non reconnu par la Russie).

Alexandre Borodaï n'a jamais caché le fait qu'il avait conseillé Sergueï Axionov pendant la période de transition de la Crimée de l'Ukraine à la Fédération de Russie[6].

Il fait l'objet de sanctions (interdiction de visa et gel des avoirs éventuels) de la part de l'Union européenne.

Le , il démissionne de son poste de Premier ministre au profit d’Alexandre Zakhartchenko, citoyen ukrainien, dont il devient officiellement le conseiller et occupe désormais le poste de vice-Premier ministre[7],[5],[8],[9].

Publications

Alexandre Borodaï est l'auteur de plus de trois cents articles et essais sur différents aspects socio-politiques des médias.

Notes et références

  1. (ru) Notice biographique, in Étoile polaire
  2. (ru) Entretien du 18 décembre 1997 dans Kommersant à propos du principe d'indemnisation des soldats tués en Tchétchénie
  3. (ru) Article du 25 juillet 2002 de l'Agence de nouvelles politiques (ANP)
  4. (ru) Vedomosti, Article du 16 mai 2014 à propos de Borodaï
  5. a et b : Ukraine. Séparatistes : "Nous ne sommes pas prêts à capituler", Courrier International, 14 août 2014
  6. (en) Max Delany, Article du Times of Israel
  7. (en) Christopher Miller, « Russian resigns to make way for Ukrainian as new head of 'Donetsk People's Republic' », sur The Guardian, (consulté le 12 août 2014)
  8. : L'Otan met en garde Moscou, les combats gagnent le centre de Donetsk, RTBF, 7 août 2014
  9. : Ukraine : le "Premier ministre" des rebelles démissionne, Le Figaro, 7 août 2014