Albus Dumbledore

Albus Dumbledore
Personnage de fiction apparaissant dans
Harry Potter.

Une représentation d'Albus Dumbledore à l'aquarelle et au fusain.(artiste : Mademoiselle Ortie)
Une représentation d'Albus Dumbledore
à l'aquarelle et au fusain.
(artiste : Mademoiselle Ortie)

Naissance Terre-en-Lande, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès Poudlard (Highlands), Écosse Écosse
Sexe Masculin
Activité Directeur de Poudlard
Président du Magenmagot
Docteur en Sorcellerie
Enchanteur-en-chef,
Manitou suprême de la Confédération internationale des Mages et Sorciers
Fondateur de l'Ordre du Phénix
Caractéristique Sage
Adresse Terre-en-Lande, puis Godric's Hollow puis Poudlard
Affiliation Ordre du Phénix
Poudlard

Créé par J. K. Rowling
Interprété par Richard Harris
Michael Gambon

Albus Perceval Wulfric Brian Dumbledore est un personnage fictif de la série Harry Potter écrite par J. K. Rowling, des films adaptés de la série, ainsi que de la série de films dérivée Les Animaux fantastiques. Dumbledore est principalement connu pour être le directeur de l'école de sorcellerie Poudlard dans les six premiers romans Harry Potter.

Dans les films Harry Potter, Albus Dumbledore est interprété par Richard Harris dans les deux premiers films et par Michael Gambon pour la suite. Ce changement d'acteur est dû au décès de Richard Harris le 25 octobre 2002.

Histoire

Avant Harry Potter

J. K. Rowling indique qu'Albus Perceval Wulfric Brian Dumbledore[8 1] est né en juillet[8 2], [8 3] 1881[8 4], de Perceval et Kendra Dumbledore. Il est le frère aîné d'Abelforth et d'Ariana. Voldemort l'appelle « ce défenseur des gens du commun, des Sang-de-Bourbe et des Moldus » ; Rita Skeeter le qualifie de « vieil ahuri d'un autre âge »[1].

Albus Dumbledore entre à Poudlard en 1892, dans la maison Gryffondor, où il est remarqué comme étant celui dont le père a attaqué plusieurs moldus. Très vite il est reconnu comme étant l'élève le plus brillant jamais vu dans cette école et sa nouvelle réputation chasse la première. Il finit brillamment ses études en 1899. Il devient par la suite professeur de métamorphose au sein de cette même école. C'est sous ce statut qu'il enseigne notamment à Tom Elvis Jedusor, l'enfant de onze ans qu'il va chercher lui-même dans un sinistre orphelinat moldu des années 1930[f 1], et qui deviendra plus tard Lord Voldemort.

Lorsque Tom Elvis Jedusor accuse Hagrid d'avoir ouvert la Chambre des Secrets en 1943, Dumbledore semble être le seul à défendre l'innocence de ce dernier[b 1]. Quand Hagrid est renvoyé de Poudlard, Dumbledore insiste pour qu'il reste à l'école en tant que garde-chasse.

En 1945, il se rend célèbre en battant le mage noir Gellert Grindelwald et s'approprie à cette occasion la Baguette de Sureau détenue par ce dernier.

Tom Elvis Jedusor postulant à la fin de ses études à un poste de professeur de Défense contre les Forces du Mal, Dumbledore s'y oppose en faisant pression sur le directeur de l'époque, soupçonnant le jeune sorcier d'avoir des motivations plus sombres en tête pour réclamer ainsi ce poste[2].

En 1956, Dumbledore devient directeur de Poudlard. En dehors de ce fait, Dumbledore est aussi président du Magenmagot (le tribunal des sorciers), Docteur en Sorcellerie, Enchanteur-en-chef et Manitou suprême de la Confédération internationale des Mages et Sorciers. Il est également l'heureux récipiendaire de l'Ordre de Merlin, 1re classe pour sa découverte des 12 propriétés du sang de dragon[8 1].

Lors de l'ascension de Voldemort dans les années 1970 et l'ère de terreur qui accompagna ce phénomène, Poudlard devint le seul endroit sûr. Dumbledore incarne la résistance contre le puissant mage noir : il fonde à cet effet l'Ordre du Phénix pour contrer les menées des Mangemorts.

En 1979, alors que la situation devient de plus en plus sombre et chaotique, Sibylle Trelawney postule pour devenir professeur de divination. Une matière que le professeur Dumbledore songeait à supprimer. Alors qu'il était en passe de lui refuser ce poste, le directeur accepte finalement sa candidature, le professeur Trelawney révélant, durant une période de transe, la prophétie concernant Harry Potter et Voldemort.

Dumbledore se voit un jour offrir le poste de ministre de la Magie en 1990 (ES, OP10) mais refuse, laissant la place à Fudge. Durant ses premiers jours, Fudge envoyait quotidiennement des hiboux à Dumbledore pour lui demander avis et conseils. Il ne voulait pas être au pouvoir car ça lui rappelait ce qu'il avait fait en compagnie de Grindelwald lorsqu'il était plus jeune ainsi que sa dispute avec son frère Abelforth et la mort d'Ariana.

Dumbledore est le seul sorcier que Voldemort ait jamais craint. Sa présence à Poudlard fit de l'école un abri sûr durant les années 1970 ; Voldemort n'essaya jamais de s'attaquer à Poudlard.

Dans Harry Potter

Figure paternelle

Le 31 octobre 1981, lorsque Lily et James Potter sont assassinés, Dumbledore décide de placer leur fils unique chez Vernon et Pétunia Dursley. Il s'agit du tout premier chapitre de Harry Potter à l'école des sorciers. Il prend cette décision dans le but de protéger Harry Potter grâce au sacrifice de sa mère, et pour l'éloigner temporairement de sa célébrité. Tant qu'Harry se trouve dans un endroit où se trouve du sang de sa mère (c’est-à-dire, celui de sa sœur Pétunia), il ne peut être attaqué grâce à cette protection. Dumbledore et Harry entretiennent par la suite une relation relativement complice, presque filiale[a 1].

On apprend lorsque Voldemort tenta de s'emparer de la pierre philosophale que Dumbledore a travaillé en étroite collaboration avec Nicolas Flamel, l'alchimiste qui a créé cette pierre[8 5].

Durant Harry Potter et la Chambre des Secrets, Lucius Malefoy profite des événements et de l'angoisse générale (les attaques par le Basilic de la Chambre des Secrets) pour faire suspendre le directeur de l'école. Pour cela, il n'hésite pas à menacer le conseil d'administration de l'école.

Après l'éradication du Basilic et du journal intime de Jedusor par Harry Potter à la fin de l'année scolaire, Albus Dumbledore est finalement réintégré triomphalement dans ses fonctions et Lucius Malefoy chassé du conseil d'administration[8 4],[b 2].

Dans Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Dumbledore « observe de loin » (selon ses propres termes) Harry sauver Sirius Black, qu'il aidera à s'échapper, convaincu de son innocence.

C'est aussi lui qui aide Harry et Hermione en leur recommandant d'utiliser un retourneur de temps[8 5],[c 1].

Le quatrième tome voit l'organisation du Tournoi des Trois Sorciers durant lequel Dumbledore, pressentant de graves menaces sur Harry, le fait surveiller par son vieil ami Alastor Maugrey[d 1].

Fondateur de l'Ordre du Phénix

En 1995, c'est-à-dire à la fin du quatrième tome, Voldemort fait son retour et Dumbledore refonde l'Ordre du Phénix. Il entame une longue lutte (qui durera pendant tout le cinquième tome) afin de convaincre le Ministère de la Magie de la véracité du retour de Voldemort[8 5].

Dans Harry Potter et l'Ordre du phénix, Harry, aidé par d'autres étudiants, fonde un club illégal de Défense contre les Forces du Mal : l'Armée de Dumbledore, dite AD[e 1]. Lorsque Dolores Ombrage découvre l'existence de ce regroupement, Dumbledore engage toute sa responsabilité afin de protéger Harry et s'enfuit en terrassant les Aurors, Ombrage et le Ministre de la Magie lui-même, Cornelius Fudge. Il redevient directeur dès que le retour de Voldemort est prouvé, au terme d'un duel fracassant entre le mage noir et lui-même au sein du Ministère de la Magie, à Londres. Il ressort victorieux de ce combat à la suite de la fuite de lord Voldemort[8 5],[e 2].

Dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Dumbledore donne à Harry des leçons privées au cours desquelles il lui en apprend plus sur lord Voldemort, son passé et la meilleure façon de le vaincre.

En juin 1997, des Mangemorts pénètrent une nuit dans l'école tandis que le directeur, accompagné de Harry Potter, revient gravement blessé de la grotte où lord Voldemort dissimulait le Médaillon de Serpentard, un Horcruxe, qui s'avère être en fait un faux[f 2]. Le directeur de l'école est assassiné par Severus Rogue, un des professeurs dont la fidélité était des plus douteuses mais en qui le vieil homme avait une confiance totale. Projeté du haut de la tour d'astronomie de Poudlard par le sortilège mortel d'Avada Kedavra, le corps de Dumbledore se retrouve dans le parc une dizaine d'étages plus bas[f 3].

Les élèves ameutés dans le parc par le vacarme des Mangemorts découvrent, alors paniqués, le cadavre de Dumbledore, les bras en croix au pied de la tour. Minerva McGonagall, très ébranlée, prend alors la direction de l'établissement, gère les funérailles et évoque avec Rubeus Hagrid (qui est anéanti par le drame) la possible fermeture de Poudlard. Un symbole s'est éteint, Dumbledore incarnant le monde du bien et la résistance face aux Forces du Mal, incarnées par Voldemort.

Dans le parc de Poudlard, il a droit à des funérailles « exceptionnelles » et un hommage international lui est rendu. Il est le seul directeur qui eut l'honneur d'être enterré dans l'enceinte même de l'école. Sorciers, centaures, géants et êtres de l'eau lui rendent hommage et Fumseck, le phénix de Dumbledore, quitte Poudlard, au terme d'une lamentation « d'une incroyable beauté »[f 4].

C'est avant de disparaître que Dumbledore avait donné des leçons particulières à Harry, lui dévoilant des informations capitales, nécessaires à la quête qu'il doit mener, la destruction du mage noir le plus puissant au monde en détruisant les Horcruxes[8 5].

Dumbledore et Grindelwald

Harry Potter et les Reliques de la Mort (l'ultime roman) nous apprend énormément sur le passé et surtout l'enfance de Dumbledore. Rita Skeeter publie un livre sulfureux sur Dumbledore en utilisant notamment le témoignage de l'historienne célèbre du nom de Bathilda Tourdesac, amie de Lily et James Potter, et contemporaine de Dumbledore, et dévoile son passé obscur.

Sa petite sœur Ariana avait six ans quand elle a été attaquée par trois moldus qui l'avaient surprise à faire de la magie. Après cela, elle ne fut plus jamais la même, elle avait des sortes de « crises » où elle ne se contrôlait plus. Pour venger sa fille, son père Perceval a alors attaqué les trois moldus et fut envoyé à Azkaban. Il ne défendit pas son geste, car alors l'état de sa fille aurait été connu et on l'aurait envoyée de force à Sainte-Mangouste. La mère d'Albus, Kendra, a pris l'habitude de cacher Ariana pour la protéger et elle passa sa vie à s'en occuper. Abelforth, son frère, était lié à Ariana et savait la rassurer tandis qu'Albus n'était intéressé que par ses études et les nombreux prix qu'il recevait. Un jour, alors qu'Ariana avait 14 ans, elle eut une « crise » pendant qu'Abelforth était absent, et sa mère Kendra fut tuée accidentellement[g 1].

Albus se retrouva donc l'aîné de la famille, chargé de subvenir aux besoins de sa sœur et de son frère. Abelforth voulait être près d'Ariana à plein temps et abandonner sa propre éducation, mais Albus l'obligea à poursuivre sa scolarité. Albus considéra cependant son devoir comme une charge qui l'empêchait de continuer la voie du succès. Il rencontra alors Gellert Grindelwald, jeune esprit brillant. Il le considérait comme un « égal » à qui il pouvait parler. Ariana passa au second plan pour Albus, et, avec Grindelwald, il élabora des plans pour un nouvel Ordre de la Sorcellerie, ils s'intéressaient aussi beaucoup tous les deux aux Reliques de la Mort qui pourraient leur apporter le pouvoir. Un jour, Abelforth en eût assez et tenta de convaincre Albus de laisser tomber tous ses plans de grandeur pour s'occuper d'Ariana. Grindelwald était présent et n'apprécia pas que le frère d'Albus se mette en travers de leur chemin alors qu'ils voulaient révolutionner le monde (Albus envisageait notamment de contrôler les moldus « pour leur plus grand bien »). Grindelwald se disputa avec Abelforth et utilisa sur lui le sortilège Doloris tandis qu'Albus tentait de les séparer, si bien qu'à la fin ils se battirent tous les trois. Ariana entendit le bruit de la dispute et tenta vraisemblablement de s'interposer. Mais un sort lancé par l'un des trois (on ne sait pas qui) la toucha et elle fut tuée sur le coup. Abelforth tint son frère pour responsable de la mort d'Ariana. Dumbledore abandonna, à la suite du décès de sa sœur, ses projets de recherches sur les Reliques de la Mort, et refusa le poste de Ministre de la Magie qui lui fut proposé à de nombreuses reprises. Dumbledore était persuadé que le pouvoir aurait un effet néfaste sur lui et il ne voulait pas redevenir la personne qu'il était durant ces deux mois d'amitié avec Grindelwald. Le reste de sa vie fut consacré à son combat contre les mages noirs et tout ce qu'ils représentaient.

Grindelwald s'enfuit sans laisser de nouvelles après la mort d'Ariana. Dumbledore et Grindelwald ne se revirent qu'une seule fois, lorsque Albus l'affronta plus tard en duel, en 1945, et fut vainqueur. Grindelwald fut emprisonné à la prison de Nurmengard (qu'il avait lui-même construite pour y enfermer ses opposants).

On apprend également, à la toute fin du tome 7, que Severus Rogue a tué Dumbledore uniquement parce que ce dernier le lui avait ordonné. Lorsqu'il avait mis à son doigt la bague des Gaunt, qui renfermait à la fois la Pierre de Résurrection (l'une des Reliques de la Mort) et un horcruxe de Voldemort, aveuglé par son fol espoir de revoir ne serait-ce que l'image de sa chère Ariana et de ses parents, il avait oublié qu'un très puissant sortilège protégeait l'horcruxe. Il ne dut la vie sauve qu'à Severus Rogue, qui intervint à temps pour bloquer le sortilège dans la main portant la bague. Rogue le prévint qu'il ne pouvait que contenir temporairement le mal, et que d'ici à un an, Dumbledore était condamné. Ce à quoi Dumbledore réagit très calmement en demandant à Rogue de mettre un terme à ses souffrances une fois le moment venu. Rogue tint sa promesse en tuant Dumbledore d'un Avada Kedavra, au sommet de la tour pleine de Mangemorts, sachant que Voldemort avait donné pour ordre à Drago Malefoy de l'assassiner. C'est également Dumbledore qui demanda à Rogue de devenir directeur de Poudlard après sa mort, afin de protéger l'école des exactions des Mangemorts, et dans le but de protéger Harry Potter et de lui transmettre l'épée de Gryffondor, nécessaire à la destruction des horcruxes. Dumbledore ayant orchestré lui-même sa propre mort en demandant à Rogue de le tuer, il espérait mourir sans jamais avoir été défait, mettant ainsi un terme aux exceptionnels pouvoirs de la Baguette de Sureau qui n'aurait dès lors plus reconnu aucun propriétaire légitime. Il fut néanmoins désarmé par Drago Malefoy peu avant l'exécution de son plan, ce qui entraîna à la place la transmission de la propriété légitime de la baguette à ce dernier, faisant ainsi échouer le dernier plan de Dumbledore[g 2].

Harry rendra hommage à son mentor et protecteur en donnant son prénom à son second fils qu'il nomme Albus Severus, en souvenir de lui (Albus en souvenir de Dumbledore, et Severus, en hommage à Rogue qu'il considère comme l'homme le plus courageux qu'il ait jamais connu)[8 5],[g 3].

Caractéristiques

Albus Dumbledore est décrit comme étant grand et mince, avec des cheveux argentés et une barbe qui lui descendent jusqu'à la taille[a 2] sur des robes de sorcier souvent très colorées. Il a un nez très long et tortueux donnant l'impression d'avoir été cassé au moins deux fois[a 2]. Ses yeux bleus sont étincelants[a 2] et malicieux, derrière des lunettes en demi-lune[a 2]. Il prétend lors d'une conversation avoir une cicatrice au-dessus de son genou gauche, représentant un plan précis du métro londonien[a 3].

Incarnant et professant dans ses discours de début d'année les valeurs du courage, de l'amitié, de la justice et de la vérité, Dumbledore est dépeint comme une figure de l'humanisme. Considéré comme le plus stimulant et le plus aimé des directeurs de Poudlard[g 4], Dumbledore reste vigilant vis-à-vis de ses élèves, et en particulier des plus indépendants et solitaires[f 5] (comme ce fut le cas avec Tom Jedusor et Harry Potter durant leur scolarité). Malgré son caractère espiègle et farfelu, presque enfantin, Dumbledore reste le plus sage et puissant sorcier de sa génération, et le seul que Tom Jedusor / Voldemort craint, pour avoir vaincu en duel le sorcier Grindelwald, l'un des mages les plus dangereux de tous les temps après Voldemort lui-même. C'est un expert des sortilèges informulés, très compétent en Occlumencie / Légilimencie et expert en métamorphose (tout comme sa directrice adjointe et bras droit Minerva McGonagall, il a enseigné cette discipline avant de devenir directeur). Il possède également la faculté de se rendre invisible et de détecter la présence de personnes invisibles. Dumbledore est un fervent défenseur de la plus puissante des magies qui puisse exister selon lui, à savoir l'amour. Il enseigne d'ailleurs à Harry Potter son essence même, et lui rappelle constamment la puissance innée de sa capacité à aimer ses parents et ses amis, une capacité ayant contribué finalement à le rendre plus puissant que Lord Voldemort.

Dumbledore est aussi célèbre pour sa collaboration avec Nicolas Flamel, seul alchimiste connu qui ait réussi à fabriquer la pierre philosophale. Le Patronus de Dumbledore prend la forme d'un phénix, rappelant son compagnon Fumseck. Il est en mesure de comprendre le Mermish (langue des créatures marines), le Gobbledegook (la langue gobeline) et le Fourchelang.

Famille

Dans les six premiers livres de Harry Potter, presque rien n'est divulgué sur la parentèle d'Albus Dumbledore, l'un des personnages centraux de la saga. Dans le tome 4, cependant, Albus évoque rapidement son frère pour réconforter Rubeus Hagrid anéanti par les révélations faites à la presse sur son état de demi-géant : Abelforth avait été poursuivi en justice plusieurs décennies auparavant pour sortilèges douteux pratiqués sur des chèvres, une affaire qui avait fait du bruit en son temps : bien qu'il soit courageux et ferme, il passe pour un rustre, Albus n'étant même pas sûr qu'il sache lire…

L'essentiel des informations sur la famille Dumbledore est révélé dans le tome 7, pendant lequel Harry Potter cherche à mieux connaître son ancien mentor. La tâche est difficile, car des journalistes sans scrupules, comme Rita Skeeter, poussés en sous-main par le nouveau régime mis en place par les mangemorts, manipulent un passé douloureux et secret pour traîner le nom de Dumbledore dans la boue. Harry recherche tout au long du dernier tome des informations fiables sur la famille Dumbledore, tâche également difficile car il reste peu de témoins vivants de la jeunesse d'Albus, étant donné sa grande longévité[8 1].


Honoria
(?-?)
 
 
Perceval Dumbledore
(?-v.1890)
 
 
 
Kendra Dumbledore
(1851-1899)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albus Dumbledore
(1881-1997)
 
Abelforth Dumbledore
(1883)
 
Ariana Dumbledore
(v.1884-1899)


Adaptations

À gauche, Michael Gambon, interprète de Dumbledore dans les films 3 à 8. À droite, un mannequin de Dumbledore dans son bureau (films Harry Potter).

Le personnage d'Albus Dumbledore a d'abord été interprété par Richard Harris dont ce fut le dernier rôle, l'acteur étant décédé peu avant la sortie du deuxième film. Michael Gambon a ensuite repris le flambeau à partir du troisième volet.

Dans les adaptations cinématographiques de L'école des sorciers (2001) et La Chambre des secrets (2002), Dumbledore est interprété par Richard Harris, encouragé par sa petite-fille de onze ans[3]. L'acteur était censé interpréter le rôle tout au long de la série. Ainsi, alors qu'il avait été diagnostiqué avec le Lymphome de Hodgkin, l'acteur avait demandé au producteur David Heyman au tout début du tournage du Prisonnier d'Azkaban de ne pas le remplacer[4]. Cependant, le décès de Harris le a contraint l'équipe à se mettre en quête d'un nouvel interprète.

Ian McKellen, qui interprétait Gandalf dans Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson, fut pressenti pour reprendre le rôle de Dumbledore[5]. La famille de Harris avait exprimé quant à elle son souhait de voir Peter O'Toole reprendre le rôle[6]. C'est Michael Gambon qui fut finalement choisi, quatre mois après la mort de Richard Harris[7]. Gambon a alors dépeint le personnage à sa manière, en lui donnant un léger accent irlandais[4].

Le scénariste Steven Kloves a déclaré qu'il considérait Dumbledore comme un personnage fascinant de par la sagesse qu'il inspirait. Selon Kloves, Dumbledore portait le poids de l'avenir du monde sorcier sur ses épaules et la seule façon pour lui de garder l'obscurité à distance était d'être espiègle et fantaisiste[8].

Informations du film Les Animaux fantastiques

Dans le film Les Animaux fantastiques de David Yates (dont l'intrigue se situe dans les années 1920), Dumbledore, alors simple professeur à l'école Poudlard, est mentionné par Percival Graves, lorsque ce dernier interroge Norbert Dragonneau, en lui demandant pourquoi Dumbledore semble l'estimer tant.

Informations supplémentaires de l'auteure

Tout au long de la série, Dumbledore est considéré comme un guide, voire comme une figure paternelle pour Harry Potter. Lors d'une conversation filmée avec Daniel Radcliffe, J. K. Rowling avoue que les dialogues de Dumbledore étaient les plus plaisants à écrire, ce personnage exprimant en quelque sorte les paroles que l'auteure elle-même avait parfois « besoin » d'entendre[9].

Selon l'auteure, Dumbledore verrait dans le Miroir du Riséd toute sa famille au complet, contrairement à ce qu'il répond à Harry lorsque celui-ci lui pose la question[8 1]. Depuis son jeune âge, Dumbledore a toujours montré de grandes capacités magiques. Au cours de ses études à Poudlard, Dumbledore était connu comme l'étudiant le plus brillant à être jamais entré dans l'école, gagnant tous les prix possibles. Rowling a déclaré que Dumbledore était principalement autodidacte, bien qu'il « avait accès à de superbes professeurs à Poudlard » et pour autant que son éducation soit concernée, « la famille de Dumbledore serait une lignée digne d'une enquête ». L'épouvantard d'Albus serait le cadavre de sa sœur benjamine, Ariana.

Point de vue progressiste

Le 19 octobre 2007, au Carnegie Hall de New York, après avoir fait une brève lecture publique de passages de son dernier livre, Harry Potter et les Reliques de la Mort, J.K. Rowling a répondu à un jeune garçon qui lui demandait si Dumbledore était jamais tombé amoureux. « Pour être franche, j'ai toujours pensé que Dumbledore était homosexuel », a répondu l'auteur, provoquant de longs applaudissements, selon le compte-rendu de cette réunion sur le site spécialisé the-leaky-cauldron.org.

Elle a ensuite expliqué que Dumbledore était tombé amoureux du sorcier Gellert Grindelwald avant de l'avoir combattu. « L'amour peut rendre aveugle », a-t-elle expliqué au sujet des sentiments de Dumbledore, ajoutant que ce dernier avait été « horriblement, terriblement déçu ». L'amour de Dumbledore, a-t-elle dit, c'était sa « grande tragédie »[10].

Un certain nombre de critiques ont mis en doute la canonicité de la déclaration de Rowling concernant l'homosexualité de Dumbledore. Certains ont suggéré qu'il aurait pu s'agir d'un « coup de pub »[11]. Le chroniqueur Edward Rothstein du New York Times a déclaré que « la question était distrayante » et que « pour cette raison, elle n'est jamais abordée dans les romans ». Par conséquent, même si Rowling pense que Dumbledore est gay, il n'y aurait, selon Rothstein, « pas de raison pour que quelqu'un d'autre soit amené à le penser »[12]. L'écrivain américain Orson Scott Card a déclaré que la révélation de Rowling était « hypocrite » car « au lieu de nous faire connaître et comprendre le personnage en tant qu'homme homosexuel, on est frappé par cette idée à la fin, comme si l'homosexualité n'était qu'un raisonnement après coup »[13]. Michelle Smith de The Conversation cite le principe de la «mort de l'auteur» et déclare que le commentaire subséquent de Rowling est sans rapport avec la compréhension des livres[14].

Melissa Anelli, webmestre du site de fan The Leaky Cauldron (Le Chaudron Baveur), a expliqué à The Associated Press : « En qualifiant un personnage des Harry Potter de gay, J. K. Rowling fait progresser de façon extraordinaire la tolérance vis-à-vis de l'homosexualité. En désignant de cette façon un personnage aussi respecté, aussi talentueux et aussi sympathique que Dumbledore, elle contribue à renforcer l'idée qu'on ne devrait pas avoir honte de son homosexualité[15]. ». À la suite de la controverse qui s'est ensuivie, l'auteur de la saga s'est exprimé : « Je sais que c'est une bonne chose pour moi de l'avoir dit, pour au moins une personne, car un homme est sorti du placard au Carnegie Hall[16]. », le Canergie Hall étant le lieu où l'auteure à pour la première fois révélé l'homosexualité de Dumbledore. Mark Harris, d'Entertainment Weekly, est d'avis que « le choix de faire d'un enseignant-mentor aimé un homosexuel dans un monde où les enseignants gays sont encore couramment accusés d'avoir une influence pernicieuse était, j'en suis sûr, délibéré ». Harris ajoute qu'il y a à la télévision une forte sous-représentation du poids démographique des gays, et que c'est un manque de décence et de courage de la part de l'industrie du divertissement, « y compris envers les nombreux producteurs, écrivains et directeurs gays qui sacrifient leurs convictions pour ne pas paraître trop « véhéments » ou « politisés »[17] ». Mike Thomas, de l'Orlando Sentinel, fait remarquer l'habileté avec laquelle Rowling a créé un personnage gay sans avoir à l'étiqueter comme tel[18]. Lorsqu'une internaute a précisé à l'auteure sur son compte Twitter qu'elle « n'arrivait pas du tout à voir [Dumbledore] comme tel », l'auteure a répondu : « Peut-être parce que les personnes homosexuelles ressemblent juste à... des personnes ? »[19].

Dans la culture populaire

La phrase « Snape kills Dumbledore » (Rogue tue Dumbledore) devint un mème en 2005, juste après la parution du tome 6 (y compris avant la date officielle puisque quelques livres furent vendus en avance par erreur). Non seulement sur internet[20], mais des T-Shirt révélant cette information furent imprimés[21].

Notes et références

Références bibliographiques

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Gallimard, (ISBN 2070518426)

  1. chap. 1
  2. a, b, c et d chap.1 (p. 13 de l'édition poche)
  3. chap.1 (p. 20 de l'édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des secrets, Gallimard, (ISBN 2070524558)

  1. chap. 17 (p. 327 édition poche)
  2. chap. 18

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Gallimard, (ISBN 2070528189)

  1. chap. 21

J. K. Rowling, Harry Potter et la Coupe de feu, Gallimard, (ISBN 207054351X)

  1. chap. 17

J. K. Rowling, Harry Potter et l'Ordre du phénix, Gallimard, (ISBN 2070556859)

  1. chap. 18
  2. chap. 37

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Gallimard, (ISBN 2070572676)

  1. chap. 13
  2. chap. 26
  3. chap. 27
  4. chap. 30
  5. chap.13 (p. 306 édition brochée)

J. K. Rowling, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Gallimard, (ISBN 9782070615377)

  1. chap. 2 (Gallimard)
  2. chap. 33 (Gallimard)
  3. chap. 37 (Gallimard)
  4. chap.2 (p. 30 de l'édition brochée)

Autres références

  1. http://www.encyclopedie-hp.org/misc/slang.php
  2. http://www.encyclopedie-hp.org/magic/dada.php
  3. Bonus DVD de Harry Potter et la Chambre des secrets
  4. a et b Bonus DVD de Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban
  5. (en) « No Regrets For McKellen In Turning Down Harry Potter », sur web.archive.org (consulté le 25 février 2017)
  6. (en) « 'Harry Potter': The best could-have beens. », sur nj.com (consulté le 25 février 2017)
  7. (en) « Dumbledore and Sirius cast for Azkaban », sur news.bbc.co.uk (consulté le 25 février 2017)
  8. (en) « Chamber of Secrets DVD interview with Steve Kloves and J.K. Rowling », sur accio-quote (consulté le 25 février 2017)
  9. (en) « A Conversation between JK Rowling and Daniel Radcliffe (à propos de Dumbledore à 27ː45) », sur Youtube (consulté le 17 décembre 2016)
  10. J. K. Rowling at Carnegie Hall Reveals Dumbledore is Gay; Neville Marries Hannah Abbott, and Much More, The Leaky Cauldron
  11. The Life and Lies of Albus Dumbledore (archivée)(en)
  12. Is Dumbledore Gay? Depends on Definitions of 'Is' and 'Gay'(en)
  13. Mamma Mia! and The Dark Knight - Uncle Orson Reviews Everything(en)
  14. "The 'death' of J. K. Rowling: Why it doesn't matter what she has to say about Harry Potter"(en)
  15. (en) The Associated Press, MSNBC Dumbledore’s outing gives text new meaning, 21 octobre 2007.
  16. (en) Victoria Ahearn, « Rowling knew early on Dumbledore was gay », The Star, 23 octobre 2007.
  17. (en) Mark Harris, Dumbledore: A Lovely Outing, EW.com, 30 octobre 2007.
  18. (en) Mike Thomas, « So Dumbledore is Gay », Orlando Sentinel, 22 octobre 2007.
  19. « J.K. Rowling défend l'homosexualité de Dumbledore sur Twitter », sur aufeminin (consulté le 26 février 2017)
  20. Urban Dictionary: snape kills dumbledore
  21. TShirtReview.com : Dumbledore Dies


  1. a, b, c et d http://www.encyclopedie-hp.org/wizards/dumbledore.php
  2. "Birthdate: 1881 (JKR), probably in July or August. This date supersedes Rowling's statement in 2001 that Dumbledore was "about 150 years old" (Blue Nose Day) and fits better with the dates that appear in Book 7. Regarding his month of birth, Rita Skeeter states in The Life and Lies of Albus Dumbledore that Dumbledore was "nearing" his 18th birthday when he left Hogwarts in June, but was still 17 when he met Grindelwald (DH18). Basically, at some point during Grindelwald’s stay at Godric's Hollow Dumbledore turned 18, so the month of his birth appears to be July or August." [1] retrieved 10 July 2008
  3. Time Line of Dumbledore's Life retrieved July-09-2008
  4. a et b J.K. Rowling, « J.K. Rowling Official Site »
  5. a, b, c, d, e et f http://www.encyclopedie-hp.org/timelines/char/timeline_dumbledore.php

Notes

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • (fr) Albus Dumbledore sur L'Encyclopédie Harry Potter