Albrecht Altdorfer

Albrecht Altdorfer
Altdorfer.jpg

Albrecht Altdorfer, autoportrait, xylographie, vers 1530, Regensburger Porträtgalerie.

Naissance
Décès
Activités
Peintre, architecte, enlumineur
Mouvement
Fratrie
Erhard Altdorfer (en)
Œuvres réputées
signature d'Albrecht Altdorfer

signature

Albrecht Altdorfer, né à Altdorf (Basse-Bavière) ou à Ratisbonne vers 1480[1] et mort à Ratisbonne le , est un peintre, graveur et architecte allemand de l'époque de la Renaissance, contemporain d'Albrecht Dürer. Il est considéré comme le plus important représentant de l'école du Danube et fait partie des petits maîtres allemands.

Biographie

Il accède en 1505 à la citoyenneté de la ville de Ratisbonne comme « peintre d'Amsberg », du nom d'une localité des environs.

Il devient membre du grand Conseil et maître d'œuvre en 1519, et se consacre à l'aménagement et au renforcement des défenses de sa ville, tout en poursuivant son activité de peintre[2]. Il intègre le Conseil restreint et est nommé architecte de la ville en 1526. Élu bourgmestre en 1528, il refuse cette dernière fonction s'estimant trop accaparé par ses activités artistiques[3].

On ne sait rien de sa formation. Peut-être s'est-il exercé dans l'atelier du peintre miniaturiste Ulrich Altdorfer — probablement son père – actif à Ratisbonne entre 1478 et 1491.[1] Il travaille pour les églises alentour et participe au côté de Dürer, Cranach, Baldung Grien, Burgkmair et Breu à l'illustration des marges du Livre d'Heures de l'empereur Maximilien, aujourd'hui conservé à la bibliothèque municipale de Besançon.[4]

Altdorfer fut l'un des premiers peintres et graveurs européens avec Albrecht Dürer à placer le paysage comme thème autonome au centre de son travail (fig. 7 et 8). Il fait partie, avec Wolf Hubert, de l'Ecole du Danube.[1] Il est par ailleurs habituellement inclus comme graveur dans groupe des Kleinmeister, ou Petits maîtres allemands.

La Bataille d'Alexandre (fig. 6), commande du duc Guillaume IV de Bavière aujourd'hui à la Alte Pinakothek de Munich, est considérée comme l'un de ses chefs-d'œuvre. Le prétexte de la victoire d'Alexandre sur Darius illustre une vision du monde radicalement neuve. Les centaines d'acteurs affichent un époustouflant catalogue d'expressions, sur fond de coucher de soleil embrasant un paysage d'eau et d'arbres caractéristiques. Le goût du bon vivant se retrouve dans ses personnages grimaçants[2].

En 1535, il représenta la ville de Rastisbonne auprès du roi Ferdinand Ier. Artiste de grande réputation, il meurt à Ratisbonne en 1538[3].

Œuvres

Peintures

Estampes

Le catalogue de ses estampes a été publié par Bartsch en 1808 et complété par Passavant en 1862. La tâche a été continuée par Hollstein en 1954 puis par Robert A. Koch en 1980. Le travail de Hollstein a été repris par Ursula Mielke, Ger Luijten et Holm Bevers en 1997.[9]

Galerie

Notes et références

  1. a, b et c Strasbourg 2003, p. 118.
  2. a, b et c Monin 1995
  3. a et b Waadenoijen 2000.
  4. Voir le document
  5. a, b, c et d Rainald Grosshans, Gemäldegalerie Berlin : Guide, Prestel Verlag, Munich, (ISBN 3-7913-2058-0), p.37-39
  6. Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books, (ISBN 3 406 47459 4), p. 99
  7. Erika Langmuir, National Gallery : Le Guide, Flammarion, , 335 p. (ISBN 2-08-012451-X), p. 102
  8. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 310-311
  9. Cf. Bartsch 1808, Passavant 1862, Koch 1980 et New Hollstein 1997.

Annexes

Bibliographie

Ouvrages et catalogues sur Altforfer
  • Adam von Bartsch, Le peintre graveur, vol. 8, Vienne, , 41-81 p.
  • Johann David Passavant, Le peintre graveur, t. 3, Leipsig, , 301-306 p.
  • (en) Robert A. Koch (ed.), Early German Masters: Altdorfer, Monogrammists (Danube School), vol. 14, New York, Abaris Books, coll. « The Illustrated Bartsch, vol. 14 [ancien vol. 8.1] », (ISBN 0-89835-014-X)
  • (en) F. W. H. Hollstein, Ursula Mielke, Ger Luijten et Holm Bevers, Albrecht and Erhard Altdorfer, Rotterdam, Sound & Vision Interactive, coll. « The New Hollstein German engravings, etchings and woodcuts 1400-1700 », (ISBN 978-9-075-60705-5)
  • Pierre Vaisse, « Albrecht Altdorfer », Encyclopædia Universalis (lire en ligne)
  • (en) Jon Rowlands, « Altdorfer », Print Quarterly, vol. VII, no 3, 1990
Ouvrages généraux
  • Françoise Monin, « Les Tableaux des maîtres danubiens », Muséart, no 53,‎ , p.52-55.
  • Jeanne van Waadenoijen, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 631
  • Les dieux comme les hommes : La Renaissance dans la gravure germanique au début du XVIe siècle, Strasbourg, Musées de Strasbourg, (ISBN 2-901833-56-X), p. 145-146.

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat
  • L'œuvre d'Altdorfer à Zeno.org
  • ibiblio.org (nomb.illus)
  • gallery.euroweb.hu (nomb.illus)
  • abcgallery.com (illus)
  • artchive.com (illus)
  • artcyclopedia.com (illus.)