Albert Maquet

Albert Maquet
Naissance
Ougrée
Décès (à 86 ans)
Liège
Activité principale
Écrivain, philologue
Distinctions
Prix du concours de littérature de la Province de Liège
Prix biennal de littérature wallonne de la Ville de Liège 1987
Prix Joseph Durbuy 1987
Prix de la Communauté française catégorie poésie 2001
Auteur
Langue d’écriture français, wallon, italien
Genres
théâtre, poésie

Œuvres principales

  • Djeû d'apèles, Jeu d'appeaux (1947)
  • Albert Camus ou l'invincible été (1956)
  • Théâtre en wallon liégeois [1] (1987)
  • Sadi hozètes (1993)
  • Tetrastikha (1996)
  • Calipsô (2001)
  • Théâtre en wallon liégeois [2] (2001)
  • Poèmes de l’Antiquité grecque et romaine adaptés en wallon liégeois (2001)
  • Poésie en langue wallonne du pays de Liège 1941-2001 (2005)
  • Disjecta (2005)
  • 100 Haïku è walon d' Lîdje (2007)
  • Sins rîmes ni rame (2008)
  • Botêye walone (2009)

Compléments

Albert Maquet, né à Ougrée en 1922 et mort à Liège en 2009, est un écrivain de langue wallonne. Ses œuvres, tant théâtrales que poétiques, ont marqué la littérature wallonne du XXe siècle parce qu'elles la poussent hors des conventions et des habitudes d'écriture. En confrontant la littérature wallonne à des auteurs et des styles internationaux, qu'il a été amené à étudier durant sa carrière académique, il force la langue wallonne à sortir de ses frontières et à épouser les réalités contemporaines les plus variées.

Biographie

Docteur en Philologie romane de l’Université de Liège, Albert Maquet est engagé comme lecteur à l'Université de Turin de 1957 à 1964, après avoir travaillé comme professeur de français dans des écoles secondaires belges. Après avoir été assistant aux universités de Gand et de Liège, puis chargé de cours, il devient enfin professeur ordinaire de la chaire d'italien à l'Université de Liège en 1971[1].

Albert Maquet est également écrivain en langue wallonne et critique littéraire.

Carrière académique

Durant sa carrière, ses recherches l'amènent à étudier des auteurs français et italiens. Il publie des études sur l'œuvre d'Albert Camus[2] ou sur Stendhal. Il étudie également avec une attention particulière la question de la traduction italo-française et les langues et littératures dialectales de l'Italie (piémontais, occitan, milanais)[3], et leurs auteurs (Pier Paolo Pasolini, Tavo Burat). Ces études à propos de ces langues l'amènent à travailler à la promotion et à la défense des langues et cultures menacées en Europe. Il est un des premiers à jeter des ponts entre les littératures wallonnes, provençales et piémontaises, à ouvrir la littérature wallonne à la traduction en italien ou en anglais[4].

Carrière d'auteur wallon

Poète, essayiste, dramaturge, Albert Maquet s'illustre dans tous les genres. Il n'a jamais cessé d'écrire dans sa langue maternelle et "l'exploite de manière à montrer que, même s'il s'agit d'une langue plus populaire, elle se prête à l'expression des plus subtils mouvements du cœur et de l'âme[5].

Il s'inscrit dans la génération dorée de 1948, aux côtés de Louis Remacle, Willy Bal, Franz Dewandelaer et Jean Guillaume[6].

Il n'hésite pas à adapter Nicolas Gogol (avec Li paletot), Anton Tchekhov, Nicolas Machiavel (avec Li Harloucrale) ou les auteurs de l'Antiquité grecque et romaine, montrant ainsi la capacité de sa langue à traduire les écrits les plus divers de la littérature de tout temps et de tout lieu. En poésie, il aborde les genres les plus complexes, comme le haïku ou le monostique[7]. Selon Jean Brumioul, journaliste liégeois et auteur en langue wallonne lui aussi, "Dans le domaine de la poésie, il était un des trois meilleurs auteurs wallons [...]. Il défendait une idée du wallon supérieure"[8].

Paradoxalement, il estime que le cadre spatiotemporel de toute littérature wallonne doit forcément être le Wallonie et il s'oppose en cela à plusieurs écrivains wallons (Laurent Hendschel, Lucien Mahin, ...). Il est également défavorable à la création de néologismes, même s'il en a créé quelques-uns, et parle peu en wallon, préférant s'exprimer en français, y compris avec les autres auteurs wallons[réf. nécessaire].

Au-delà de son travail d'auteur, il met son expertise de romaniste, d'éditeur scientifique et de philologue au service de la Société de langue et de littérature wallonnes, en éditant, en commentant ou en faisant œuvre de critique pour les diverses collections de la Société. Ses compétences de critique et de spécialiste de la littérature wallonne lui ont valu de participer à La Wallonie, le Pays et les Hommes.

Ses textes sont largement appréciés et il intègre très tôt la plupart des anthologies de littérature wallonne du XXe siècle : Petite anthologie liégeoise de Maurice Delbouille, en 1950, cours de wallon de Marcel Fabry en 1952, Choix d'oeuvres wallonnes de Jules Hennuy en 1953, Lectures wallonnes par Robert Grafé en 1959, Poètes wallons d'aujourd'hui de Maurice Piron en 1961, et surtout dans l'Anthologie de la littérature wallonne de Maurice Piron en 1979.

Sa carrière est couronnée à plusieurs reprises par le Prix de littérature de la Province de Liège, par le Prix biennal de littérature wallonne de la Ville de Liège en 1987, par le prix Joseph Durbuy en 1987 ou encore le prix de la Communauté française de Belgique, catégorie poésie en 2001.

Liste des principales œuvres publiées

  • Samainne, Liège, Horizon nouveau, 1941 ;
  • Djeû d'apèles, Jeu d'appeaux, Liège, L'impression nouveau, 1947 ;
  • L'èrdiè sins solo, [S.l.] : [s.n.], 1950 ;
  • avec Henri Espieux, Lûre èl sipèheûr, Paris, Pierre Seghers, 1954 ;
  • Albert Camus ou l'invincible été, Paris, Debresse, 1956 (ouvrage traduit en anglais et en italien) ;
  • Deux amis italiens de Stendhal : Giovanni Plana et Carlo Guasco, Lausanne, éd. du Grand Chêne, 1963 ;
  • L’astronome royal de Turin Giovanni Plana (1781-1864). Un homme, une carrière, un destin, Bruxelles, Académie royale de Belgique (cl. des Sciences), 1965 ;
  • Albert Mockel : 1866-1945, Liège, Province de Liège, 1969 ;
  • Come ine blanke arièsse, Namur, Cahiers wallons, 1975 ;
  • Dès steûles divins lès nûlêyes, Namur, Cahiers wallons, 1986 ;
  • Théâtre en wallon liégeois [1] (contenant Califice, l'ome di nole på èt d'ine sawice, Ratakans mès-èfants, Li paletot), Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 1987 ;
  • Sadi hozètes, Liège, Augusta Eburonum, 1993 ;
  • Pier Paolo Pasolini, el ruiseñor de la "Ladinia" friulana, le rossignol de la "Ladinia" frioulane, l'usignolo della "Ladinia" friulana, Charleroi, MicRomania, 1996 ;
  • Tetrastikha, Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 1996 ;
  • Calipsô, Seraing, La trace, 2001 ;
  • Théâtre en wallon liégeois [2] (contenant li harloucrale, li guére å cou, l'arèdje è coûr), Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 2001 ;
  • Poèmes de l’Antiquité grecque et romaine adaptés en wallon liégeois, Charleroi, MicRomania (2001)
  • Disjecta, Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 2005 ;
  • Poésie en langue wallonne du pays de Liège 1941-2001, Charleroi, MicRomania, 2005
  • 100 Haïku è walon d' Lîdje, Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 2007 ;
  • Sins rîmes ni rame, Charleroi, MicRomania, 2008 ;
  • Botêye walone, Charleroi, MicRomania, 2009

Notes et références

  1. « Albert Maquet | Connaître la Wallonie », sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le 5 avril 2017)
  2. Albert Maquet, Albert Camus ou l'invincible été, Paris, Debresse,
  3. Tavo Burat, « Albert Maquet et le Piémont », Wallonnes,‎ , p. 11-12 (ISSN 1374-9412)
  4. « Bibliographie de Albert Maquet »
  5. Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne des origines à nos jours, Liège, Mardaga,
  6. Poèmes wallons, Liège, L. Gothier,
  7. « Albert Maquet », sur culture.ulg.ac.be (consulté le 6 avril 2017)
  8. « Albert Maquet, un grand poète en liégeois », sur La Libre.be, (consulté le 11 avril 2017)

Voir aussi

Bibliographie

  • Marie-Guy Boutier, "Témoignages écrits des dialectes romans", dans Manuel des anthologies, corpus et textes romans, Berlin-Boston, De Gruyter, 2015, p. 397-405
  • Tavo Burat, Jenny d'Inverno, Jean Lechanteur, "Hommage à Albert Maquet", dans Wallonnes, 3/2009, p. 1-22
  • Albert Maquet, Botêye walone, Charleroi, MicRomania, 2009 (contient une présentation de l'auteur et de son œuvre en guise de préface).
  • Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne des origines à nos jours, Liège, Mardaga, 1979, p. 604-607

Articles connexes