Alain Carron de La Carrière

Alain Carron de La Carrière
Biographie
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Distinctions

Alain Carron de La Carrière, né le et mort le , est un prêtre dominicain, producteur de télévision ainsi que producteur et animateur de radio français.

Alain Carron de La Carrière

Sommaire

Biographie

Né le [1], dans un vieux château breton, au sein de la famille Carron de La Carrière, il a notamment pour frère l'économiste Guy Carron de La Carrière[2]. Il fait ses classes dans le scoutisme, en compagnie du père Pierre de Porcaro. Il déclare à propos de ce dernier : « C'est une figure qui marque une vie. Je me souviens de son sourire quand, à 13 ans, je lui ai confié mon désir de devenir prêtre. Peu après, il a été déporté à Dachau où il est mort en 1944. »

Entré chez les dominicains le , à l'âge de 22 ans, Alain Carron de La Carrière est ordonné prêtre le . Au lendemain des évènements de mai 68, il se voit confier la responsabilité de l'aumônerie catholique des étudiants de Lille. En 1972, il se rend au Cameroun pour remettre au clergé africain la direction du Centre international catholique. Il retourne en France en 1974.

Attiré par les médias dès son plus jeune âge, le frère Carron de La Carrière crée la première émission catholique télévisée pour enfants dans le cadre du Jour du Seigneur, en 1977. Durant 23 ans, il travaille comme producteur à FR3 puis à RFO. De 1987 à 2007, il est producteur à Radio France, chargé de la diffusion des messes et des Conférences de Carême, dont il exerce également la charge de commentateur sur France Culture. Il collabore aussi à KTO et à Radio Notre Dame[3]. Parallèlement, il est l'un des accompagnateurs d'Ichtus Voyages, une agence spécialisée dans l'organisation de pèlerinages[4].

En 2007, le père Carron de La Carrière prend sa retraite et affirme que « l'appel de Dieu est plus fort que celui de l'audiovisuel[3] ». Il est alors remplacé, en tant qu'animateur et producteur sur France Culture, par le frère Éric-Thomas Macé[5]. Son aventure radiophonique ne se termine pas pour autant, puisqu'il devient consultant pour Radio Notre-Dame. À Pâques 2015, il est victime d'un accident vasculaire cérébral. Il meurt le 7 mai 2016[6].

Distinctions[7]

Références

Lien externe