Alain Afflelou (entrepreneur)

(Redirigé depuis Alain Afflelou (personne))
Alain Afflelou
Description de l'image Alain Afflelou.JPG.
Naissance (69 ans)
Mascara, département d'Oran,
Drapeau de la France Algérie française
Nationalité Français
Diplôme
Institut et centre d'optométrie (ICO)

Alain Afflelou est un opticien et homme d'affaires français, né le à Mascara (Algérie française[1]) de père commerçant. Il est le fondateur et dirigeant de la chaîne de magasins d'optique qui porte son nom. Après avoir habité entre Genève et Paris, il vit entre Paris et Biarritz avant de s'installer à Londres[2].

Jeunesse et vie privée

Alain Afflelou[3] est issu d'une famille de confession juive originaire de Mascara, dans le département d'Oran, puis de Mostaganem, en Algérie française. Ses parents étaient boulangers à Mascara ville[4]. En 1962, à l'indépendance de l'Algérie, il part en exil avec ses parents en France comme des centaines de milliers de Pieds-Noirs, avec sa sœur, Éliette, et son frère, Maurice. Sa famille s'installe à Bordeaux.

Alain Afflelou a d'abord trois enfants avec Joëlle Miller, Lionel, Laurent et Romain, né en 1980[5] puis ayant vécu avec l'ancienne coco-girl Alexandra Lorska pendant neuf ans, avec qui il a un enfant, Anthony, né en 1991, il s'est remarié le avec l'ex-mannequin néerlandais Rosalie van Breemen dont il est divorcé depuis [6]. Le , il épouse Christine Coulaud.

Alain Afflelou a été fait chevalier de la Légion d'honneur le [7].

En , l’opticien dénonce une « fiscalité injuste et confiscatoire », et part s'installer au Royaume-Uni, pour des raisons professionnelles indépendantes de ses déclarations[8]. Il dit sur RTL le qu'il continuerait de payer une partie de ses impôts en France, l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) notamment[réf. nécessaire].

L'opticien

En 1972, après avoir été diplômé de l’École supérieure d'optométrie de Paris - SupOptique [réf. nécessaire], il ouvre son premier magasin au Bouscat, dans la banlieue de Bordeaux, à l'âge de 24 ans[9]. En 1978, il crée la chaîne de magasins d'optique qui porte son nom, par le biais d’un réseau de franchises. Grand communicant[évasif], il est parvenu à imposer la marque dans le paysage français de l'optique[Quoi ?], notamment grâce à une publicité autour de sa personne. À la date du , le fonds d'investissement Bridgepoint Capital, par l'intermédiaire de la société 3 AB Optique Financement, est propriétaire de 96,08 % de la société Alain Afflelou. En , Lion Capital Brand[10] entre au capital du groupe Alain Afflelou à hauteur du 77,19 %, Alain Afflelou détenant quant à lui 21,97 % du groupe.

Affaires

Alain Afflelou a été entendu en tant que témoin assisté dans l'enquête sur le financement de l'usine de chauffage de La Défense, Climadef. Selon le journal Libération, la justice le soupçonne d'avoir touché des commissions occultes à la suite d’un prêt de 72,5 millions d'euros[11],[12].

Activités dans le sport

Football

Le premier partenariat qu'Alain Afflelou réalise dans le football est avec l’AS Monaco entre 1986 et 1988. Le club devient champion de France au terme de ce partenariat.

Ensuite, il est président des Girondins de Bordeaux de 1991 à 1996 dans le cadre de la 1re division.

De 1997 à 2001 il est président du club de l'US Créteil (D3 puis D2). En 1998, voyant que le club a de bons résultats en 3e division, Alain Afflelou comprend que le stade Dominique-Duvauchelle a peu de chance d’être homologué en cas de montée en 2e division. Il construit donc un projet pour déménager au Stade de France (enceinte qui ne possède pas de club résident) pour y jouer tous ses matches à domicile. Mais devant l'avis négatif des supporteurs du club et de la plupart des dirigeants, l’US Créteil reste dans son stade d’origine, où des travaux d'agrandissement et de mise aux normes sont effectués en 1999 lors de la montée du club en deuxième division. Après cet échec, il décide de quitter le club deux ans plus tard[réf. nécessaire].

En 2004, Alain Afflelou montre de l'intérêt pour le rachat du Racing Club de Strasbourg, mais au terme de longues tractations, c'est finalement Philippe Ginestet qui rachète le club et en devient le président[13].

En 2007-2008, Alain Afflelou est partenaire du Paris Saint-Germain, et le , Alain Afflelou redevient partenaire de l'AS Monaco (D1), alors deuxième du championnat de France.

Rugby à XV

Le , la société Alain Afflelou devient le partenaire officiel de l'Aviron Bayonnais dont il prend la présidence le .

Le , Alain Afflelou présente sa démission alors que le club occupe la 12e place du Top 14[14]. Après avoir initialement annoncé une réduction de sa participation au budget du club, Alain Afflelou renforce en sa position au sein de l'Aviron Bayonnais et détient alors près de 40 % du club[15].

En , Alain Afflelou revend ses parts, qui avoisinent les 50%, aux 21 actionnaires de l'Aviron Bayonnais, qui se réunissent dans la société AB Lagunak. Afflelou reste quand même le plus grand sponsor du club en donnant 200 000 en tant que sponsor pour les maillots[16].

Notes et références

  1. « Opticien très visible, Alain Afflelou, 48 ans, est aussi le président des Girondins qui jouent ce soir pour une place en finale de la Coupe de l'UEFA. Il reste malgré tout snobé par Bordeaux. Le hors-venu », sur http://www.liberation.fr (consulté le 31 janvier 2014).
  2. « Afflelou dénonce une "guerre contre ceux qui réussissent" » , L'Expansion avec l'AFP du .
  3. Le nom est en principe lié à l'arabe 'aflâl (= déserts) et à la région du Tafilalet (voir Dictionnaire des Noms).
  4. Gérard Nahon, Juifs et judaïsme à Bordeaux, Mollat, 2003, p. 11.
  5. Biographie, Programmes tv
  6. Biographie de Rosalie van Breemen (site officiel).
  7. « Version électronique authentifiée publiée au JO du 02/01/2007 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 mars 2017)
  8. « Afflelou dénonce « une guerre de tranchées » autour de la fiscalité », sur lemonde.fr, (consulté le 25 novembre 2014).
  9. Alain Afflelou, interviewé par Ghislain de Montalembert, « Dans la tête d'Alain Afflelou », Le Figaro Magazine, semaine du 5 mai 2017, page 28.
  10. « Le fonds britannique Lion Capital rachète Afflelou », sur Le Figaro, (consulté le 26 novembre 2014).
  11. « En matière de gros sous, Afflelou fait dans le flou », Libération,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  12. « Alain Afflelou inquiété ? La justice s'intéresserait à un prêt... étonnant ! », (consulté le 28 décembre 2012).
  13. « Strasbourg rejette l'offre de reprise d'Alain Afflelou »Le Monde Sport, sur LeMonde.fr, , consulté le .
  14. Afflelou a démissionné !, Rugbyrama.fr, le .
  15. « Alain Afflelou renforce sa position à l'Aviron Bayonnais », sur Rugbyrama.fr, (consulté le 29 janvier 2015).
  16. « Aviron Bayonnais: Alain Afflelou n'est plus le patron », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)

Articles connexes