Aigrette (Q38)

Aigrette
Image illustrative de l’article Aigrette (Q38)
Sous-marin Aigrette
Type Sous-marin de classe Aigrette
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Constructeur Selon plans de Maxime Laubeuf
Chantier naval Forges et Chantiers de la Méditerranée
Lancement
Armé
Statut Retiré le
Équipage
Commandant Georges Durand-Viel (1906)
Équipage 14
Caractéristiques techniques
Longueur 35,85 m
Maître-bau 4,05 m
Tirant d'eau 2,63 m
Déplacement 178 tonnes en surface
253 tonnes en plongée
Propulsion 1 moteur diesel de 140 cv
1 moteur électrique de 130 cv
1 hélice
Vitesse 9,25 nœuds en surface
nœuds en plongée
Profondeur Maxi. 30 m
Caractéristiques militaires
Armement 2 TLT de 450 mm en carcasse
2 TLT de 450 mm type Drzewiecki
Carrière
Port d'attache Brest
Indicatif Q38

L'Aigrette est un sous-marin de la marine française construit à Toulon à partir de 1902.
Il fait partie des deux submersibles de la classe Aigrette.

Historique

L'Aigrette est le premier submersible au monde à être équipé d'un moteur Diesel en remplacement des moteurs à essence traditionnellement utilisés[1].

Le type de sous-marins équipant la Marine Nationale n'ayant pas encore été choisi, le submersible Z est conduit avec l'Aigrette le au port de Cherbourg pour des tests de comparaison devant une commission spéciale. Ce sera ce dernier qui sera désigné pour continuer les études sur les submersibles.

Le , une fuite d'hydrogène de ses batteries entraîne l'explosion de plusieurs éléments.

Le , il est envoyé à Toulon pour servir à l'École de Navigation Sous-Marine[1].

Le , le torpilleur de haute mer le Sirocco l'aborde en rade de Brest à petite vitesse ne provoquant que de légères avaries[1].

Durant la Grande Guerre, l'Aigrette n'assure qu'un rôle purement défensif notamment, au gré des affectations, des ports militaires de Brest[3] et de Cherbourg[4].
En 1916, elle participe à des essais de systèmes coupe-filet anti-sous-marins qui, bien qu'ils soient couronnés de succès, ne seront jamais utilisés en opération sur d'autres bâtiments jusqu'à la fin de la guerre[5].

Ce submersible est retiré du service actif le [1].

Le , il est vendu à Toulon à la Société de matériel naval du Midi avec 4 autres sous-marins pour 351 964 francs[1].

Notes et références

  1. a b c d et e Yves Dufeil, Franck Le Bel et Marc Terraillon, Navire de la Grande Guerre - AIGRETTE, (lire en ligne), p. 1
  2. Gérard Garier, L'odysée technique et humaine du sous-marin en France : A l'épreuve de la Grande Guerre, vol. 2, t. 3, Marines édition (ISBN 978-2909675817), p. 21 & 38
  3. (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), [détail de l’édition], p. 208
  4. Gérard Garier, L'odysée technique et humaine du sous-marin en France : A l'épreuve de la Grande Guerre, vol. 2, t. 3, Marines édition (ISBN 978-2909675817), p. 218

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes