Agence pour l'enseignement français à l'étranger

Agence pour l'enseignement français à l'étranger
Image illustrative de l’article Agence pour l'enseignement français à l'étranger
Carte de l'organisation
Réseau AEFE des lycées français du monde
  •      établissements scolaires en gestion directe
  •      établissements scolaires conventionnés
  •      établissements scolaires partenaires

Devise : « Excellence, partage, rayonnement »

Situation
Région Crystal Clear app package network.png Monde
Création [1]
Type Établissement public à caractère administratif (EPA)
Domaine Éducation, Francophonie
Siège Paris et Nantes, France
Coordonnées 48° 50′ 15″ N, 2° 19′ 04″ E
Budget 1,2 Md€[2]
Organisation
Membres 6 479 personnels détachés AEFE[3]
Effectifs 177 au siège (112 à Paris et 65 à Nantes)[4]
Directeur Christophe Bouchard [ ]
Directeur adjoint Jean-Paul Négrel [ ]
Secrétaire général Laurent Signoles
Personnes clés Thierry de Beaucé, Gisèle Dessieux, Anne-Marie Descôtes
Dépend de Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères

Site web aefe.fr

L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) est un établissement public français chargé du suivi et de l’animation du réseau des établissements d’enseignement français à l’étranger. En 2017, ce réseau, composé de 495 établissements scolaires homologués par le ministère de l’Éducation nationale, a accueilli 342 000 élèves, dont 36 % de Français, dans 137 pays[5]. Elle a été créée en 1990 et est placée sous la tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Histoire

Les établissements d'enseignement français à l'étranger ont parfois une grande ancienneté comme 1689 pour le Berlin, 1817 pour le New York, 1915 pour celui de Londres mais il apparaît à la fin des années 1980 que l’hétérogénéité de leurs statuts et ceux de leurs personnels, avec de fortes inégalités de rémunérations entre les différentes catégories de fonctionnaires : établissements de la Mission laïque française, écoles d'ambassades, établissements binationaux, initiatives de l'Alliance française locale, etc. [6], même si un Service de l’enseignement français à l’étranger existe au sein de la Direction générale des relations culturelles du ministère des Affaires étrangères. Une double réforme s’impose, à la fois au niveau local, pour l’égalité de traitement des fonctionnaires, et au niveau de l’administration centrale, pour l’harmonisation et la concentration des moyens[7].

En 1989, Thierry de Beaucé, secrétaire d’État chargé des relations culturelles internationales de François Mitterrand et Michel Rocard, fait adopter une refonte du système des rémunérations suivi par la création, le [1], d’un nouvel établissement public, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger, assurant le pilotage de l’ensemble du réseau scolaire à l’étranger et placé sous la tutelle conjointe du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Coopération.

Gisèle Dessieux en est la première directrice[8],[9].

Missions

Soumise au Code de l'éducation, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger a deux principales missions. D'une part assurer en faveur des enfants de nationalité française résidant à l'étranger les missions de service public relatives à l'éducation, et d'autre part contribuer par l'accueil d'élèves étrangers au rayonnement de la langue et de la culture française[11] et au renforcement des relations de coopération entre les systèmes éducatifs français et étrangers[12].

Pour réaliser ses missions, l'Agence suit et accompagne les établissements scolaires français du réseau dont elle alloue des subventions de fonctionnement, d’investissement, d’équipement et d’appui pédagogique. Elle garantit un pilotage budgétaire et financier du réseau, en mutualisant les moyens notamment lorsqu'il s'agit d'engager d'importants projets immobiliers de construction ou de rénovation d'établissements scolaires. Elle recrute, affecte, rémunère et évalue les personnels enseignants, les personnels de coordination et d'inspection et les personnes d'encadrement, titulaires de l’Éducation nationale. Elle assure le pilotage et l’animation pédagogiques du réseau et encadre la formation continue des personnels. Elle apporte une aide à la scolarité des enfants français par l’attribution de bourses, sous conditions de ressources. Elle accompagne les élèves dans la construction de leur parcours d'orientation vers l’enseignement supérieur. Elle propose des bourses d'excellences aux meilleurs élèves désireux de poursuivre leurs études supérieures en France[13].

En dehors du réseau de ses établissements scolaires, l'AEFE est impliquée dans deux dispositifs éducatifs complémentaires de soutien et de promotion de la langue française à l'étranger : le LabelFrancÉducation et le programme FLAM (Français langue maternelle). Le premier concerne les écoles bilingues francophones à travers le monde et le second les élèves français ou binationaux scolarisés à l'étranger dans une autre langue que le français.

Les services centraux

Organisation

Le siège de l'AEFE à Paris, place de Catalogne[note 1].

L’AEFE est un EPA, établissement public à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. En 2017, elle emploie 177 personnes, dont 61 % de femmes, sur les deux sites constituant le siège, 122 à Paris[note 2] et 65 à Nantes[note 3]. 37 % des personnels provient du ministère de l’Éducation nationale, 10 % du ministère des Affaires étrangères et 8 % du ministère de l’Économie et des finances[4].

L'Agence est administrée par un conseil d’administration (CA)[note 4] et dirigée par un directeur, assisté d’un directeur adjoint. Le directeur détermine les grandes orientations de la politique générale de l’AEFE et les soumet au conseil d’administration[14]. Le président du CA[note 5] est Laurent Bili depuis 2017 et le directeur Christophe Bouchard [ ] depuis 2016[15].

Budget

Le budget est orienté selon trois axes : l'excellence éducative, l'accompagnement du réseau et la modernisation du réseau. Pour les établissements relevant de l’AEFE, le budget global repose sur un principe de cofinancement : frais de scolarité d’une part, subventions publiques d’autre part.

En 2018, le budget annuel de l'Agence était de 1,1 Md€, dont 680 M€ de recettes propres, provenant en grande partie des frais de scolarité, et deux subventions du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, l'une de 110 M€ pour financer les bourses scolaires et l'autre de 394 M€ pour financer l’activité et la sécurité des établissements[13].

Le réseau

Un réseau unique

Les établissements du réseau d'enseignement français à l'étranger par pays (2016)[16].
  •      1 établissement
  •      2 établissements
  •      3 établissements
  •      4 établissements
  •      5 établissements
  •      7-9 établissements
  •      11-15 établissements
  •      22+ établissements

Le réseau d'enseignement français à l'étranger est composé de 493 établissements accueillant près de 350 000 élèves dans 137 pays, de la toute petite section de maternelle à la terminale[17]. Ce réseau n'a pas d'équivalent à l'échelle mondiale[18]. La France est en effet le seul pays qui ait fait le choix de se doter d’un dispositif d’enseignement à l’étranger de cette dimension, financé en partie par des fonds publics[19]. D'autres grand pays exportant leur système éducatif comme les États-Unis ou le Royaume-Uni se situent en deçà[8]. Par comparaison le réseau allemand compte, en 2017, 140 établissements dans 72 pays scolarisant 82 000 élèves[20].

Outre leur situation en dehors du territoire national, les établissements du réseau possèdent certaines caractéristiques qui les distinguent d'un établissement scolaire en France.

  • Ils doivent être homologués, c'est-à-dire demander et justifier périodiquement de leur appartenance au système éducatif français.
  • Ils ont différents statuts, de la dépendance directe à l'AEFE au partenariat, et leurs personnels travaillent sous différents contrats, de droit français (expatriés ou résidents) ou de droit local.
  • Contrairement à un établissement public en France, les familles doivent s'acquitter de frais de scolarité pour y inscrire leurs enfants. Il en résulte que les familles sont majoritairement issues des classes moyennes et supérieures bien qu'environ 20 % des élèves français bénéficient d'une bourse d'aide à la scolarité.
  • Contrairement à un établissement international privé à l'étranger venu de pays comme les États-Unis, l'Angleterre ou l'Allemagne, l'État français est partie prenante du dispositif, en tout premier lieu grâce à l'action de l'AEFE qui participe à la qualité des enseignements (suivi de l'homologation, recrutement, rémunération et formation du personnel) et veille au principe de l'égalité des chances (attribution de bourses scolaires) en influant ainsi à la baisse sur les frais de scolarité.
  • Les associations de parents d'élèves y ont un rôle important (certaines gèrent ou sont parfois propriétaires de l'établissement).
  • L'école primaire et secondaire appartiennent souvent au même bloc scolaire (où les filières professionnelles sont quasiment inexistantes).
  • Les effectifs sont internationaux et la proportion d'élèves du pays hôte dépasse généralement celle des élèves français.
  • L'environnement est plurilingue et interculturel[21]. L'apprentissage de plusieurs langues dès le plus jeune âge et l'usage du numérique dans a communication et la pédagogie y sont favorisés[22].
  • Les résultats aux examens sont globalement supérieurs à la moyenne nationale, tout comme la part des élèves qui choisissent de s'orienter vers des études supérieures de haut niveau dont plus de la moitié à l'étranger[23].
  • La densité et le maillage du réseau facilitent la mobilité professionnelle des familles, aussi bien françaises qu'étrangères, qui savent pouvoir compter, aux quatre coins du monde, sur des établissements scolaires au profil semblable assurant une continuité pédagogique pour leurs enfants.

Les établissements

Homologation

Le Lycée français René-Descartes de Phnom Penh au Cambodge, conventionné avec l'AEFE et homologué de la petite section de maternelle jusqu'à la terminale.

C'est le processus d'homologation qui définit le périmètre et garantit l'appartenance d'un établissement scolaire hors de France au réseau des établissements scolaires français à l'étranger reconnus par le ministère de l'Éducation nationale. La liste des établissements homologués fait l’objet d’une publication annuelle au Journal officiel[24].

Délivrée par le ministère de l’Éducation nationale, l’homologation forge une identité commune et certifie la conformité de l’enseignement aux exigences, programmes, objectifs pédagogiques et règles d’organisation du système éducatif français. Elle permet à tout élève issu d’un établissement homologué de poursuivre sa scolarité dans tout autre établissement français sans examen d’admission, et à tout élève français d'être éligible à l'attribution d'une bourse scolaire. Visités périodiquement par les corps d'inspection de l'Éducation nationale, les établissements sont amenés à justifier du respect des critères d’homologation, en tout premier lieu la qualité de l’enseignement dispensé, mais aussi la présence de personnels titulaires qualifiés, l'accueil des enfants de nationalité française comme des enfants étrangers et la préparation des élèves aux examens et diplômes français[25]. L'AEFE gère administrativement les demandes et le suivi des dossiers d'homologation qui peuvent concerner un établissement ou une section d'un établissement.

En 2016, parmi les 489 établissements homologués, 46 ne comportaient qu'un seul niveau homologué (maternelle, élémentaire, collège ou lycée) et 201 la totalité des niveaux homologuée[26].

3 Statuts

Les 5 secteurs géographiques du réseau AEFE.
  •      Afrique
  •      Amériques
  •      Asie et Moyen-Orient
  •      Europe
  •      Maghreb et Océan Indien

Il y a 3 catégories d'établissements homologués au sein du réseau : les établissements gérés directement par l'AEFE, ceux qui ont passé une convention avec elle et les autres qui sont partenaires.

  • Les établissements en gestion directe (EGD) sont constitués en service déconcentrés de l’AEFE qui leur accorde des subventions et rémunère les personnels[27] .
  • Les établissements conventionnés sont gérés par des associations ou fondations de droit privé français ou étranger (le plus souvent des associations de parents d'élèves) qui décident de passer avec l’Agence un accord portant notamment sur les conditions d’affectation et de rémunération des enseignants ou personnels d’encadrement titulaires de l'Éducation nationale, sur l’attribution de subventions et sur le versement de bourses scolaires pour les élèves français[27].
  • Les établissements partenaires, également gérés par des associations de droit privé, français ou étranger, ont signé un accord de partenariat avec l’AEFE concernant la formation continue du personnel, les missions d'inspection et l'accès aux ressources. En contrepartie de ces services, l'établissement s'engage à verser chaque année à l'AEFE 2 % de ses recettes annuelles de scolarité perçues dans les niveaux homologués[28].

Au regard du droit local, tous ces établissements sont des établissements d’enseignement privé. Au regard du droit français, les EGD et les établissements conventionnés s’apparentent à des établissements d’enseignement privé sous contrat.

En 2017, on comptait 74 EGD, 153 établissements conventionnés avec l'AEFE et 265 établissements partenaires[29]. Parmi les établissements conventionnés et partenaires figurent ceux du réseau mlfmonde de la Mission laïque française dont 93 sont homologués[3].

Frais de scolarité

Les frais de scolarité (droits de première inscription et droits de scolarité) dont doivent s'acquitter les familles pour y inscrire leurs enfants constituent l'une des caractéristiques des établissements français à l'étranger. C'est un sujet sensible car un montant trop élevé sans compensation de bourses scolaires (pour les élèves français) peut en interdire l'accès[30].

D'une moyenne générale de 5 000 [31], les frais de scolarité sont le plus souvent indifférenciés mais il arrive qu'ils soient moins chers (dans les pays avancés) ou plus chers (dans les pays en voie de développement) pour les enfants de familles françaises selon le niveau de vie du pays hôte de l'établissement. C'est en Amérique du Nord qu'ils sont les plus élevés (avec une moyenne qui dépasse les 10 000 ) et en Afrique qu'ils sont les moins élevés (parfois moins de 100  par an)[32].

Bourses scolaires

Cérémonie de sortie des boursiers Excellence-Major à l'Assemblée nationale (2015)[33].

L'AEFE propose deux type de bourses aux élèves du réseau : des bourses sociales pour les élèves français et des bourses au mérite pour les élèves étrangers.

La France est l’un des rares pays qui accompagnent l’expatriation de ses ressortissants par un système de bourses sur critères sociaux. Compte tenu des coûts de scolarisation, l'AEFE a ainsi mis en place un dispositif d'aide à la scolarité afin d'y soutenir les familles et d'apporter de la diversité au sein des établissements. Sous conditions de ressources, des bourses scolaires sont attribuées aux élèves français résidant avec leur famille à l'étranger[34]. D'un montant global annuel d'environ 100 M€, il a permis à 25 000 élèves d'en benéficier en 2017[35].

Conjointement, chaque année, environ 200 bacheliers étrangers sélectionnés sur des critères d'excellence bénéficient d'une bourse dite « Excellence-Major »[36] de 5 ans afin de pousuivre en France des études de haut niveau (généralement jusqu’au niveau Master 2)[37]. Ce dispositif piloté par l’AEFE et cofinancé le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères s’inscrit dans le cadre de la diplomatie culturelle et contribue au rayonnement de l’enseignement supérieur français. À la fois bénéficiaires et promoteurs de la francophonie, ces étudiants étrangers participent à l'ouverture et aux dialogues des cultures en ayant une langue, une formation et des références communes du fait de leur scolarité dans un lycées français du réseau de l'AEFE[38]. En 2017, ils étaient au total 820 étudiants issus de 80 pays à bénéficier d'une telle bourse[39] pour un budget global de 7 M€. 39,5 % de la promotion ont choisi les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), 20 % l’université, 15 % Sciences Po, 11,5 % la 1re année d’études de santé, 10 % une école d’ingénieur, 1,5 % une école d’art et 2,5 % autres[40].

Situation géographique

Pour des raisons historiques et géopolitiques, de très nombreux établissements sont situés sur le bassin méditerranéen. Ainsi les pays qui abritent le plus d'établissements sont le Liban et le Maroc[41] avec respectivement 41 et 36 établissements du réseau. Cinq pays comptent plus de 10 000 élèves : par ordre décroissant le Liban, le Maroc, l’Espagne, la Côte d’Ivoire et les États-Unis. Et douze pays regroupent 272 établissements, soit 55 % de l’ensemble[42]. En capacité, les trois plus grands établissements du réseau sont le Lycée français de Madrid (Espagne) avec 3 617 élèves (dont 2 054 français), le Lycée Lyautey de Casablanca (Maroc) avec 3 576 élèves (dont 1 902 français) et le Collège Saint-Joseph d'Antoura (Liban) avec 3 514 élèves (dont 162 français)[32]. Parmi les plus petits, on peut citer l'École française internationale de Katmandou avec 58 élèves (dont 19 français)[43].

En raison de son étendue, le réseau est découpé en cinq secteurs géographiques relativement équilibrés en nombres d'établissements et d'élèves[44] : Afrique[note 6], Amériques[note 7], Asie et Moyen-Orient[note 8], Europe[note 9], Maghreb et Océan Indien[note 10].

État du réseau AEFE en fonction du secteur géographique (2016-2017)[45]
Secteur Nombre de pays Nombre d'établissements Nombre d'élèves Part des élèves Personnels AEFE
Afrique 32 75 (4 EGD, 33 conventionnés, 38 partenaires) 45 693 (dont 18 193 français) 13 % 1 064
Amériques 22 91 (1 EGD, 34 conventionnés, 56 partenaires) 56 476 (dont 18 434 français) 17 % 919
Asie et Moyen-Orient 33 105 (5 EGD, 31 conventionnés, 69 partenaires) 97 211 (dont 27 219 français) 28 % 923
Europe 39 126 (27 EGD, 42 conventionnés, 57 partenaires) 73 730 (dont 39 386 français) 22 % 2 080
Maghreb et Océan Indien 8 90 (37 EGD, 12 conventionnés, 41 partenaires) 70 000 (dont 18 240 français) 20 % 1 512
TOTAL 134 487 343 110 100 % 6 498

Les enseignements

Une éducation plurilingue

La particularité géographique et la composition internationale des effectifs invitent naturellement les établissements français à l'étranger à mettre l'accent sur l'apprentissage des langues.

La politique des langues de l'AEFE s'appuie sur le bilinguisme, langue française et langue du pays hôte, dès l'entrée en maternelle auquel vient souvent s'ajouter une troisième langue au cours du cycle primaire, d'ordinaire l'anglais[46]. Au collège, les élèves choisissent une quatrième langue. Cet apprentissage ne se réduit pas à des cours de langues puisque les langues sont également utilisées comme supports d’enseignement d’autres disciplines[note 11]. Pour les élèves peu ou non francophone à leur entrée dans l'établissement, des dispositifs de français langue seconde (FLS) et français langue de scolarisation (FLSco) sont déployés. Les établissements proposent aussi aux élèves de passer de nombreuses certifications de langues au cours de leur scolarité, à commencer par les certifications en langue française (DELF/DALF), conformément au cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

Dans les établissements situés en Allemagne, Espagne et Italie, existent des sections binationales dont les programmes respectifs Abibac, Bachibac et Esabac aboutissent à la délivrance du baccalauréat et du diplôme équivalent dans le pays partenaire, permettant alors de poursuivre ses études supérieurs au choix dans les deux pays[47]. Au Lycée Victor-Hugo de Florence, par exemple, le français et l'italien sont enseignés dès la maternelle, l'anglais à l'école élémentaire, l'espagnol, l'allemand ou le chinois au collège. Des certifications sont proposées en italien (CILS), anglais (Cambridge English) et espagnol (DELE) et les élève peuvent passer le double-diplôme Esabac[33].

Le réseau possède en tout 125 sections internationales, avec option internationale du baccalauréat (OIB). Elles sont implantées dans 81 établissements pour les langues suivantes : allemand, anglais (sections britannique/américaine), arabe, chinois, japonais, portugais (sections portugaise/brésilienne), russe et suédois. Plus de 70 langues sont enseignées dont 59 pouvant être présentées au baccalauréat[48].

Projets pédagogiques

Le développement des nouvelles technologies a permis a l'AEFE d'améliorer la communication et la collaboration au sein de son réseau mondial et de proposer des projets pédagogiques originaux et innovants[49]. En 2016, toutes les 136 000 copies des élèves du réseau passant leur baccalauréat ont ainsi été numérisées et corrigées à distance par quelques 3 000 professeurs, sans déplacements coûteux des équipes comme par le passé[50]. La plateforme Agora (Alliance Générations Orientation Réseau) propose aux jeunes anciens élèves de partager et conseiller les lycéens actuels du réseau, notamment sur des questions liées à l'orientation[51]. Agora coordonne également le suivi du programme d'échanges ADN-AEFE[note 12], initié en 2017, qui offre aux élèves de Seconde de s'immerger dans un nouvel environnement culturel et linguistique en passant quelques semaines dans un autre établissement du réseau[52].

Fondé en 2015 lors du 25e anniversaire de l’AEFE[53], à l'initiative d'Adriana Tanus, enseignante au Lycée français de Madrid[54], l'« Orchestre des lycées français du monde » est un orchestre international et inter-établissements, composé d’élèves du CM2 à la terminale. Le projet est soutenu par des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Radio France[55] qui accompagnent les jeunes concertistes dans leur apprentissage des œuvres, interprétées dans différentes villes du monde[56] mais aussi à Paris, pendant la Semaine de la langue française et de la francophonie[57]. On peut également mentionner les joutes oratoires du projet plurilingue pilote des « Ambassadeurs en herbe »[58]. Il permet aux élèves de différents lycées français de l'étranger, du primaire jusqu'au lycée, de se rencontrer et de débattre sur des problématiques internationales d'actualité, en français et dans la langue du pays d’accueil, avec des synthèses d’interprétariat en anglais[59],[60].

En 2017, l'AEFE a initié la « Semaine des lycées français du monde »[31] pour valoriser le modèle éducatif français à l'étranger[61]. L'Agence est en outre partenaire du MyFrenchFilmFestival d'UniFrance permettant aux élèves de voir en ligne des films français récents, peu ou pas distribués localement[62].

Examens et concours

Les élèves des établissements du réseau se distinguent par des résultats au baccalauréat au-dessus des moyennes nationales et homogènes sur les cinq continents[63]. En 2016, 96,8 % des candidats ont décroché le diplôme, dont 72,7 % avec mention, alors que le taux de réussite national était de 88,5 % avec 48,2 % de mentions[64]. La moitié des candidats présentés par le réseau ont la nationalité du pays d’accueil, 40 % sont français et 10 % ont une autre nationalité[48]. 52 % des bacheliers du réseau viennent poursuivre leurs études supérieures en France.

Les lycées de l'AEFE obtiennent également d'excellents résultats aux concours scientifiques des Olympiades nationales ainsi qu'au concours général[63]. En 2017, 8,3 % des candidats du concours général venaient du réseau pour 17,9 % du total des prix obtenus[65].

Les élèves

Composition et évolution des effectifs

Le Lycée Français de Madrid (ici le campus Conde de Orgaz) est le plus grand établissement du réseau avec environ 3 600 élèves en 2017.

En 2017, le réseau compte un effectif total de 350 000 élèves parmi lesquels 36 % d'élèves français ou binationaux et 64 % d'élèves étrangers (du pays hôte ou de pays tiers). 18 % de ces élèves sont en maternelle, 39 % à l'école primaire, 26 % au collège, 16 % au lycée et 1 % en post-bac. Une dizaine de pays rassemble 53 % de l’effectif mondial en élèves : Liban, Maroc, Espagne, États-Unis, Madagascar, Tunisie, Émirats arabes unis, Canada, Allemagne, Royaume-Uni[66]. C'est en Asie que la proportion d'élèves français est la plus forte, Singapour 91,2 % et Chine 85,5 % en tête, au Liban qu'elle est la plus faible avec ses 4 482 français parmi 59 249 élèves, soit 7,6 %[67]. Ce sont les EGD qui scolarisent le plus de jeunes français (60 %) et les établissements partenaires qui accueillent le plus de jeunes non français (79 %)[42].

L'effectif global des élèves du réseau a doublé en 20 ans, à un rythme moyen de 3 % par an depuis 2009, la répartition des élèves français et étrangers restant stable, respectivement 40 % et 60 %, avec de fortes variations d'un pays, voire d'un établissements à l'autre. C'est au premier degré (maternelle et élémentaire) que l'évolution est la plus dynamique. De 2009 à 2016, ses effectifs ont augmenté de 23 % (soit 4 % en moyenne par an). Le second degré est plus en retrait avec 15 % d'augmentation (soit 2 % en moyenne par an). Sur cette même période, l'évolution globale des effectifs a été de 20 % avec des disparités selon le statut des établissements : 10 % pour les EGD et 36 % pour les partenaires[68].

Évolution des effectifs sur l'ensemble du réseau AEFE
1994-1995 2001-2002 2010-2011 2015-2016 2017-2018
Nombres d'élèves 152 000[7] 159 000[8] 296 000[69] 336 000[70] 350 000

Alumni

On estime à 600 000 le nombre d'anciens élèves du réseau[71].

En 2010, l'association Anciens des lycées français du monde (ALFM) a été créée. Elle a pour vocation à maintenir les liens d’amitié et de solidarité entre tous ceux qui ont bénéficié de cette éducation. Cette association fédère 80 associations locales d'anciens élèves, liées à un pays ou à un établissement particulier[72]. Son président actuel est René Randrianja, qui a effectué sa scolarité au Lycée français de Tamatave à Madagascar[73]. À l'origine de sa création, L'AEFE apporte son soutien à l'association en lui versant une subvention annuelle, en apportant une aide logistique lors de l'organisation d'événements et en administrant une plateforme numérique[71], lancée en 2017, qui permet aux anciens élèves de se mettre en réseau[74].

Qu'ils soient français, binationaux ou étrangers, de nombreux anciens élèves se sont distingués dans leur domaine respectif. En littérature, on peut citer Amélie Nothomb, Marjane Satrapi et six prix Goncourt : Edmonde Charles-Roux (1966), Tahar Ben Jelloun (1987), Amin Maalouf (1993), Jonathan Littell (2006), Atiq Rahimi (2008) et Leïla Slimani (2016). La liste compte également le cinéaste Ingmar Bergman[75], l'actrice Jodie Foster, le chef d'orchestre Claudio Abbado[75], le musicien Mika, l'architecte Ricardo Bofill, l'entrepreneur Carlos Ghosn, deux Premiers ministres, Dominique de Villepin et Édouard Philippe et un prix Nobel de Physique, Serge Haroche en 2012[76].

Dans un certains établissements plus que centenaire, en particulier dans les grandes capitales européennes (Berlin, Madrid, Rome, Bruxelles, Londres) mais aussi au Liban ou au Maroc, il n'est pas rare de voir les familles de l'intelligentsia locale y placer traditionnellement leurs enfants de génération en génération[77]. A contrario, il arrive que des élèves fréquentent plusieurs établissements français à l'étranger au cours de leur scolarité lorsque leurs parents doivent souvent se déplacer (carrière militaire, diplomatie, etc.). Ainsi la comédienne française Hélène Fillières est passée par le Lycée français de New York, le Lycée franco-brésilien de Rio de Janeiro et le Lycée Chateaubriand de Rome, l'écrivain franco-vénézuélien Miguel Bonnefoy par le Lycée français de Caracas et le Lycée français Charles Lepierre de Lisbonne, et l'économiste italien Lorenzo Bini Smaghi par le Lycée Gustave-Flaubert de La Marsa, le Lycée Chateaubriand de Rome et le Lycée français de Bruxelles[78].

Les lycées français de l'étranger font également régulièrement l'objet d'articles dans la presse, notamment people, parce que des célébrités les choisissent pour leurs enfants[79]. Ce fut par exemple le cas pour les enfants de Laeticia et Johnny Hallyday au Lycée français de Los Angeles[80], pour ceux de Brad Pitt et Angelina Jolie au Lycée français Gustave-Eiffel de Budapest ou encore pour la fille de Madonna et le fils de Donald Trump, scolarisés un temps au Lycée français de New York[81].

Le personnel du réseau

3 contrats

Le professeur de mathématiques Alexis Kauffmann détaché au Lycée français de Taipei en 2017[82].

On distingue plusieurs catégories contractuels au sein du personnel travaillant dans les établissements scolaires du réseau. Il y a le personnel titulaire du ministère de l’Éducation nationale détaché auprès de l'AEFE, qu'il soit expatrié ou résident, et le personnel recruté localement. Ce sont avant tout des enseignants mais également des personnels de direction.

Ces contrats se différencient par la sélection des candidats (recrutement des expatriés au siège de l'AEFE, recrutement des résidents et des personnels en contrat local directement par l'établissement concerné), la position administrative (détachement pour les expatriés et les résidents, disponibilité pour les recrutés locaux titulaires), l'employeur (AEFE ou établissement), la nature des missions (encadrement, inspection, coordination, animation pédagogique pour les expatriés, enseignement à temps plein pour les résidents), leur durée (limitée dans le temps pour les expatriés, renouvelable pour les résidents) et les traitements et indemnités (généralement un expatrié est mieux rémunéré qu'un résident qui est mieux rémunéré qu'un contral local)[83],[84].

Pour l'année scolaire 2016-2017, le réseau comptait 14 264 recrutés locaux et 6 604 personnels titulaires, dont 1 128 expatriés (520 enseignants et 608 personnels d’encadrement) et 5 476 résidents (5 160 enseignants et 316 personnels d’encadrement)[70]. Parmi le personne titulaire, les femmes sont majoritaires à 54 %. Environ la moitié est professeur des écoles et le tiers est enseignant du second degré[85]. L'âge moyen dans le réseau est de 46 ans. Les expatriés représentent 17 % des effectifs et ont entre 40 et 60 ans pour 85 % d'entre eux[86]. L'ancienneté moyenne dans l'établissement d'affectation est de 6,3 ans. Plus de la moitié du personnel est en fonction depuis moins de 4 ans. Environ 14 % des postes sont renouvelés chaque année[87].

On notera une évolution globale inverse des deux catégories de personnels dans les établissements en gestion directe et conventionnés. Ainsi, entre 2009 et 2013, alors que la population scolaire s’accroît de 13 814 élèves, les personnels titulaires détachés par l'AEFE perdent 80 postes (de 6834 à 6754 unités) et les recrutés locaux gagnent 310 postes (de 3850 à 4160 unités)[88].

Formation et suivi

Les 16 zones de mutualisation du réseau de l'AEFE.

La formation continue du personnel fait partie des missions prioritaires de l'AEFE[89]. Elle s'adresse à tous les établissements homologués, qu'ils soient en gestion directe, conventionnés ou partenaires, et à tout le personnel, quel que soit son contrat. Elle permet, entre autres, d'harmoniser les pratiques, de partager des innovations pédagogiques, de mettre en place les réformes et respecter les préconisations du ministère de l’Éducation nationale. Un effort est fait en direction des personnels non titulaires auxquels des formations adaptées sont proposées pour qu’ils dispensent un enseignement conforme aux exigences du système éducatif français. Depuis 2015 sont également proposées des formations hybrides ou à distance.

Le réseau des établissements est organisé en 16 zones géographiques pilotées par un établissement et associées à une académie partenaire. Ces regroupement facilitent la mobilité de personnels, souvent éloignés les uns des autres, lors des stages en présentiel. Dans chaque zone est élaboré un plan de formation préparé par les acteurs de terrain en fonction de leurs besoins spécifiques et expertisé par le service pédagogique de l’Agence. C'est, par exemple, le Lycée français Louis-Pasteur de Bogota qui coordonne la zone Amérique du Sud dont l'Académie de Bordeaux est partenaire. En 2016-2017, 1 004 stages ont été organisés pour un total de 2 315 journées de formation[70], soit 33 485 journées stagiaires réalisées, dont 40 % en Afrique, avec une répartition de 12 % d'expatriés, 20 % de résidents et 68 % de contrats locaux[90].

L'Agence pilote et coordonne également le suivi du personnel enseignant, assuré par des inspecteurs de l’Éducation nationale (IEN et IA-IPR). En plus de leurs missions d'inspection, ces derniers animent des formations et réunissent les équipes pédagogiques, notamment celles des expatriés qui ont ensuite vocation à accompagner et conseiller les résidents et les contrats locaux[13].

Dispositifs complémentaires

Centre national d'enseignement à distance

Le Centre national d'enseignement à distance (CNED) est un établissement public sous la tutelle du ministère de l'Éducation nationale dont la mission est de dispenser des formations à distance. En 2017, 14 600 élèves français résidant à l'étranger bénéficiaient des enseignements du CNED.

Le CNED et l’AEFE coordonnent leurs actions pour un objectif commun de continuité pédagogique et de réussite des élèves scolarisés dans les établissements français homologués à l’étranger. Lorsque l'établissement ne dispose pas de niveau allant, par exemple, au delà de l'école élémentaire ou du collège, le CNED peut alors prendre le relais (parfois via un dispositif d'encadrement tutoré par des enseignants de l'établissement). Les élèves peuvent aussi suivre, par l'intermédiaire du CNED, des cours de langues, des options ou des enseignements de spécialité qui ne sont pas proposés dans l'établissement du réseau qui les accueillent. Depuis 2013, le CNED s’est engagé à garantir gratuitement la continuité pédagogique aux élèves du réseau AEFE dont la scolarité serait interrompue en cours d’année par une crise majeure[91].

LabelFrancÉducation

Le Lycée de Galatasaray à Istanbul, bilingue francophone depuis 1867, LabelFrancÉducation en 2012.

Créé en 2012[92], le LabelFrancÉducation est attribué par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à des établissements scolaires qui possèdent des filières d’enseignement bilingue francophone[93] proposant un enseignement renforcé de la langue française et un enseignement en français dans au moins une discipline non linguistique[94]. L'objectif est de mettre en réseau ces filières, de les rendre davantage visibles et attractives, tout en s'assurant de la qualité pédagogique de l'offre[95]. En 2014 les critères d’octroi du label ont été assouplis, participant à la nette augmentation de ces dernières années.

L'AEFE est responsable de la gestion opérationnelle du réseau labellisé et met à disposition ses propres ressources ou celles de ses partenaires (Institut français, CIEP, TV5Monde). En 2017, 209 établissements de 44 pays[96],[97],[98],[99] ont bénéficié du label, soit 95 700 élèves[100].

Évolution du nombre d'établissements labellisés[101]
2012 2013 2014 2015 2016 2017
Nouveaux établissements 25 7 24 35 66 52
Nombre cumulé 25 32 56 91 157 209

Français langue maternelle

Les associations FLAM (Français langue maternelle) proposent aux enfants français et binationaux, scolarisés à l’étranger dans une langue étrangère, des activités extrascolaires visant à conserver et à favoriser la pratique du français et le contact avec la langue française[102],[103]. L'AEFE aide ces associations en favorisant les synergies, en formant les intervenants et en les soutenant financièrement pendant leurs premières années d'existence. En 2017, 48 associations FLAM ont été subventionnées dans 18 pays[104],[105].

Acteurs et partenaires

Les parents d'élèves

Élèves et parents lors des résultats du bac au Lycée français de Hong Kong (2014).

Les parents d'élèves ont un rôle important au sein du réseau AEFE. Ils y sont souvent très impliqués et les frais de scolarité engagés par les familles pour y inscrire leurs enfants contribuent pour une bonne part au financement des établissements. En outre, de nombreux établissements, conventionnés ou partenaires, sont en gestion parentale. Ils sont alors directement administrés par une association de parents d'élèves.

Au niveau local, ils élisent leurs représentants au conseil d'établissement et au conseil d’école. Dans les établissements conventionnés en gestion parentale, le comité de gestion élu par les parents d’élèves est le partenaire de l’AEFE pour la gestion au quotidien des établissements au travers de la convention. Au sein de l'AEFE, deux fédérations de parents d'élèves sont représentées au conseil d'administration : la FAPÉE[note 13] et la FCPE. Ils siègent également à la Commission nationale des bourses[106].

Les élus

Le ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin, ancien élève du Lycée français de Caracas, en visite au Lycée français de Bogota (2002).

L’Agence entretient des échanges permanents avec les élus des Français établis hors de France qui représentent en 2017 près de 2,5 millions de Français.

Ainsi quatre parlementaires, deux députés et deux sénateurs choisis parmi les 11 députés et les 12 sénateurs des Français établis hors de France, siègent au conseil d’administration et à la Commission nationale des bourses de l’AEFE. Les 90 conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) participent aux travaux des commissions de l'AEFE et ont également un titulaire au conseil d'administration et deux titulaires à la Commission nationale des bourses. Quant aux élus locaux de l’étranger, les 442 conseillers consulaires siègent dans les conseils consulaires de bourses et dans les conseils d’établissement[13].

Depuis 2010, l’Agence s’est dotée d’un responsable des relations avec les élus ayant pour mission de leur fournir des informations sur l’ensemble des sujets relatifs à l’Agence et à son réseau[107].

Mission laïque française

L'existence d'une grand nombre d'établissements scolaires à l'étranger est bien antérieure à la création de l'AEFE en 1990. Des regroupements ont eu lieu au cours de l'histoire, expliquant que parmi les établissements homologués, 4 soient gérés par l'Alliance israélite universelle AIU), 6 par L’Association Franco-Libanaise pour l’Éducation et la Culture (AFLEC) et près d'une centaine par l'acteur historique qu'est la Mission laïque française.

Le réseau des établissements de la Mission laïque française en 2017.

Fondée en 1902 et reconnue d'utilité publique en 1907[108], la Mission laïque française (MLF) est une association à but non lucratif qui a pour objet la diffusion de la langue et de la culture françaises dans le monde, par un enseignement laïque, plurilingue[note 14] et interculturel[109]. Elle est traditionnellement présente sur le pourtour méditerranéen qui a vu naître son premier établissement à Salonique en 1906[110], répondant notamment à la demande de la communauté juive qui souhaitait le développement d’un enseignement laïc non confessionnel au sein de l’Empire ottoman[111]. 70 % des effectifs de son réseau sont localisés en Espagne, au Maghreb (particulièrement au Maroc[note 15]), en Égypte[112] et au Liban. La MLF présente également la particularité d'accompagner depuis 50 ans les entreprises françaises dans leurs grands travaux à l'étranger en scolarisant les enfants des cadres expatriés dans des écoles spécialement créées pour l'occasion.

En 2017, le réseau mlfmonde de la Mission laïque française comporte 109 établissements dans 38 pays scolarisant plus de 60 000 élèves dont 20 % de français. On y distingue les établissements gérés en pleine responsabilité par la MLF (35 établissements), les établissements partenaires (53) et les écoles d'entreprise (21)[113]. Le modèle économique de la MLF est celui de la mutualisation et de l’autofinancement. Elle bénéficie toutefois de l’aide du ministère des Affaires étrangères qui prend notamment en charge les salaires d'environ 200 professeurs ou directeurs d’établissement, soit 10 % de son personnel[114].

En 2016-2017, 93 établissements homologués du réseau AEFE étaient affiliés à la Mission laïque française (MLF) dont huit conventionnés et 85 partenaires. La MLF siège au conseil d'administration de l'AEFE et réciproquement. L'AEFE et la MLF sont liées par un protocole d'entente[115]. Les accords portent en particulier sur l'accès du personnel du réseau MLF à la formation continue proposée par l'AEFE ainsi que la mise en place dans les établissements scolaires des certifications DELF et DALF en partenariat avec le CIEP[35].

Réputation, défis et critiques

Une réputation à défendre

Convention de partenariat entre l'AEFE et l'École polytechnique signée en novembre 2016[116].

Même si cela reste difficilement mesurable et que cela peut varier d'un lycée à l'autre, les établissements français du réseau AEFE jouissent d'une très bonne réputation, ont la confiance des familles et constituent pour la France un puissant outil d'influence diplomatique et linguistique[117]. « Lorsque j'étais encore ministre délégué à l'Enseignement scolaire, j'avais assisté au centenaire du lycée français de Lisbonne. Une partie du gouvernement et des hauts fonctionnaires portugais était présente. Tous anciens du lycée ! », souligne ainsi Xavier Darcos en 2004[75] pour illustrer ce joyau[118] du soft power à la française[119].

On y loue la solide formation et l’exigence du système éducatif français, validées par l'excellence des résultats académiques[63]. Reconnus aussi bien en métropole qu'à l'étranger, ces établissements offrent à leurs élèves la possibilité de poursuivre leurs études vers des filières de haut niveau, notamment tournées vers l'international où l'apprentissages de plusieurs langues dès le plus jeune âge est un sérieux atout[119]. L'ouverture, les échanges culturels, les valeurs d'humanisme, de laïcité et de tolérance, amplifiés par la spécificité du lieu et des effectifs cosmopolites des établissements sont également appréciés. Nombreux sont les témoignages d'anciens élèves ayant fait de brillantes carrières qui viennent en attester[120]. Nombreuses sont également les files d'attente à l'inscription de certains établissements[121].

Des défis à relever

Avec un périmètres d'actions et de moyens qui varient selon le statut des établissements, l'AEFE participe à maintenir et renforcer cette réputation en favorisant l'accès et en garantissant la qualité des enseignements aux élèves français et étrangers. Elle doit cependant faire face à des défis majeurs dans un monde en pleine mutation.

L’avènement progressif de l'anglais, qui s'étend et s'affirme comme la langue de communication internationale du XXIe siècle, a de notables conséquences sur les établissements du réseau de l'AEFE. Ces derniers subissent en effet désormais une concurrence accrue de la part d'établissements scolaires internationaux à dominante anglophone qui séduisent de plus en plus de familles, notamment lorsqu'ils proposent l'IB (International Baccalaureate), malgré des frais de scolarité en moyenne plus élevés[122]. Il leur arrive dès lors de perdre des élèves au profit d'écoles américaines ou britanniques installées sur le même territoire[123].

De plus le profil des français établis à l'étranger évolue : ils sont plus nombreux, plus jeunes et ont un niveau de vie moins élevé que la génération précédente d'expatriés. Une récente étude démontrait que de nombreuses familles faisaient désormais le choix, parfois contraint, d'une école locale pour leurs enfants[124]. Enfin le système éducatif français, qui suscitait au XXe siècle l'admiration de nombreux pays, est aujourd'hui plongé dans un certain doute, comme en témoignent les mauvais résultats aux récentes enquêtes PISA[125].

Dans ce contexte difficile, l'héritage et le prestige des établissements français à l'étranger ne suffisent plus. Il convient de s'adapter et de continuer à proposer une offre qui réponde aux besoins de familles, en poursuivant notamment le développement du plurilinguisme. Or, dans le même temps, la marge de manœuvre de l'AEFE se réduit. L'Agence n'est en effet pas épargnée par les politiques successives de maîtrise voire de réduction des dépenses publiques[126]. Son budget reste stable mais l'inflation, les effectifs et le nombre d'établissements, eux vont croissant. Afin d'éviter de faire supporter ce potentiel désengagement aux familles par une hausse continue des frais de scolarité, l'AEFE est contrainte de se montrer extrêmement regardante sur la gestion de son budget[127]. Une solution économique consiste à remplacer progressivement le personnel détaché par du personnel en contrat local formé en conséquence et développer en priorité les établissements les plus indépendants que sont les établissements partenaires, avec un double risque sur la qualité des enseignements et sur le rôle, voire l'existence même, d'une Agence ayant alors de moins en moins de prérogatives[128]. Ajoutons une dernière difficulté à surmonter : la complexité d'un réseau qui, avec ses enseignants sous différents contrats dans des établissements sous différents statuts, posent des problèmes de cohérence et de lisibilité tout en limitant les capacités d'action de l'AEFE[129].

Critiques et controverses

Mobilisation le 6 février 2018 contre la baisse du budget de l'AEFE[130], ici des enseignants du Lycée Charlemagne de Pointe-Noire en République du Congo.

Lorsque la demande est forte, comme c'est le cas par exemple certaines années au Lycée français de Bruxelles[131] ou de Londres[132], il est parfois souhaité davantage de transparence sur les critères d'admission ainsi que sur l'octroi des bourses[133]. Mais ce sont surtout les frais des scolarité qui cristallisent l'essentiel des critiques adressées à l'AEFE et à son réseau.

Élevés et en hausse (+45 % entre 2007 et 2012, passant en moyenne de 3 300  à 4 800 ), ils peuvent devenir prohibitifs pour certaines familles[134]. « J'ai rencontré des parents en pleurs, obligés de déscolariser leurs enfants du Lycée français de Prague parce que 8 000 , même un cadre qui gagne très bien sa vie en République tchèque, il ne peut pas », rapporte ainsi le sénateur Ronan Le Gleut[135]. En conséquence de quoi les établissements français à l'étranger conservent une image de ghettos pour enfants de familles privilégiées, riches expatriés et élites locales, dans de nombreux pays[136]. À cela l'Agence rétorque que, contrairement à l'école publique en France, l'éducation à l'étranger est payante, et précise qu'il y a de fortes variations entre les établissements, de 100 € à Madagascar à 27 000 € au Lycée français de San Francisco. De plus, 20 % des élèves français bénéficient d'une bourse et de nombreuses familles issues de la classe moyenne font le sacrifice financier d'inscrire leurs enfants dans les écoles du réseau[89].

On reproche alors à l'AEFE d'être en partie responsable de l'état et de l'évolution de ces frais de scolarité[137]. Son budget provient en effet de deux principales sources : les subventions publiques et un pourcentage des frais de scolarité perçus par les établissements (pourcentage qui varie selon le statut des établissements). Or, depuis plusieurs années, l'État demande à l'AEFE de participer à l'effort de baisse des dépenses publiques, d'abord en améliorant sa gouvernance[138] mais surtout en n'augmentant pas ses subventions alors que le réseau lui continue de croître. « Les parents d’élèves financent aujourd’hui 63 % du budget de l'AEFE », constate ainsi la FAPÉE en 2018[139]. L'Agence peut alors avoir la tentation de répercuter ce manque à gagner sur les frais de scolarité mais aussi sur sa masse salariale, en substituant des expatriés par des résidents et des résidents par des contrats locaux, au risque de provoquer respectivement les critiques des familles et des enseignants qui évoquent alors un désengagement de l'État préjudiciable à la qualité et à la réputation des établissements[140].

La situation s'est tendue en juillet 2017 lorsqu'il a été annoncé non plus une stagnation mais une réduction de plus de 8 % de la subvention allouée au budget de l'AEFE, soit 33 M€[128]. Cela inquiète les acteurs du réseau qui se sont fortement mobilisés pour une journée de grève le 27 novembre 2017[141]. Ils craignent une hausse brutale des frais de scolarisation et une suppression de 500 postes d'enseignants détachés sur trois ans[142]. Ils y voient par ailleurs une contradiction avec le discours volontariste du président Emmanuel Macron, en mars 2018 devant l'Académie française, qui s'est engagé à consolider et dynamiser le réseau avec un ambitieux objectif de doubler le nombre d'élèves d'ici à 2025[143].

Pour ce qui concerne les enseignements, La laïcité affirmée des établissements scolaires français peut être parfois source de tensions diplomatiques avec les autorités du pays d'accueil, telle la question de la mixité au Lycée franco-qatarien Voltaire en 2014[144] ou la présence de photos de nus dans les manuels scolaires au Lycée français du Koweït en 2015[145]. Mais c'est surtout un certain conservatisme face à l'essor et au dynamisme des établissements étrangers de langue anglaise qui est parfois stigmatisé. Le primaire conserve la confiance des familles locales mais certains établissements peuvent perdre, lors du passage dans le secondaire, jusqu'à la moitié de leurs effectifs au profit de la concurrences anglophone[77]. En réponse, on rappelle que les établissements du réseau ont évolué. Ils offrent de plus en plus de langues de plus en plus tôt et se positionnent comme « lycée français international » où le plurilinguisme est autant mis en avant que la langue française. Un élève dans une école francophone aurait bien plus de chances d'être également anglophone qu'un élève d'une école anglophone n'a de chance d'être francophone[146].

Personnalités liées

Anciens élèves du réseau AEFE

Nom Nationalité Lycée français fréquenté Pays du lycée Catégorie
Laure Adler Drapeau de la France France Lycée Blaise-Pascal d'Abidjan Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire Journalisme
Dominique Anglade Drapeau du Canada Canada Collège Marie-de-France de Montréal Drapeau du Canada Canada Politique
Antoine Arnault Drapeau de la France France Lycée français de New York Drapeau des États-Unis États-Unis Entreprise
Hugues Aufray Drapeau de la France France Lycée français de Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne Musique
Emmanuelle Béart Drapeau de la France France Collège Marie-de-France de Montréal Drapeau du Canada Canada Cinéma
Tahar Ben Jelloun Drapeau du Maroc Maroc Drapeau de la France France Lycée français de Tanger Drapeau du Maroc Maroc Littérature
Íngrid Betancourt Drapeau de la Colombie Colombie Drapeau de la France France Lycée français Louis-Pasteur de Bogota Drapeau de la Colombie Colombie Politique
Jacqueline Bisset[132] Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lycée Charles-de-Gaulle de Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Cinéma
Ricardo Bofill Drapeau de l'Espagne Espagne Lycée français de Barcelone Drapeau de l'Espagne Espagne Architecture
Miguel Bosé Drapeau de l'Espagne Espagne Lycée français de Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne Cinéma
Boutros Boutros-Ghali Drapeau de l'Égypte Égypte Lycée français du Caire Drapeau de l'Égypte Égypte Diplomatie
Edmonde Charles-Roux[147] Drapeau de la France France Lycée Chateaubriand de Rome Drapeau de l'Italie Italie Littérature
Richard Cocciante Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la France France Lycée Chateaubriand de Rome Drapeau de l'Italie Italie Musique
Michel David-Weill[148] Drapeau de la France France Lycée français de New York Drapeau des États-Unis États-Unis Finance
Nicolas Demorand Drapeau de la France France Lycée français de Bruxelles Drapeau de la Belgique Belgique Journalisme
Arielle Dombasle Drapeau de la France France Drapeau des États-Unis États-Unis Lycée franco-mexicain de Mexico Drapeau du Mexique Mexique Cinéma
Gad Elmaleh Drapeau de la France France Drapeau du Maroc Maroc Drapeau du Canada Canada Lycée Lyautey de Casablanca Drapeau du Maroc Maroc Spectacle
Rashika El Ridi Drapeau de l'Égypte Égypte Lycée La Liberté Héliopolis du Caire Drapeau de l'Égypte Égypte Sciences
Gaël Faye Drapeau du Rwanda Rwanda Drapeau de la France France École française de Bujumbura Drapeau du Burundi Burundi Musique
Matthias Fekl Drapeau de la France France Lycée français de Berlin Drapeau de l'Allemagne Allemagne Politique
Claude François Drapeau de la France France Lycée français du Caire Drapeau de l'Égypte Égypte Musique
Just Fontaine Drapeau de la France France Lycée Lyautey de Casablanca Drapeau du Maroc Maroc Sport
Jodie Foster Drapeau des États-Unis États-Unis Lycée français de Los Angeles Drapeau des États-Unis États-Unis Cinéma
Bachir Gemayel Drapeau du Liban Liban Collège Notre-Dame de Jamhour Drapeau du Liban Liban Politique
Élisabeth Guigou[6] Drapeau de la France France Lycée Victor-Hugo de Marrakech Drapeau du Maroc Maroc Politique
Carlos Ghosn Drapeau du Liban Liban Drapeau du Brésil Brésil Drapeau de la France France Collège Notre-Dame de Jamhour Drapeau du Liban Liban Entreprise
Serge Haroche Drapeau de la France France Lycée Lyautey de Casablanca Drapeau du Maroc Maroc Sciences
Murray Head Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lycée Charles-de-Gaulle de Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Musique
Jain Drapeau de la France France Lycée Louis-Massignon d'Abou Dabi Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis Musique
Rolande Kammogne[note 16] Drapeau du Cameroun Cameroun Drapeau des États-Unis États-Unis Lycée français de Yaoundé Drapeau du Cameroun Cameroun Entreprise
Liya Kebede[149] Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie Lycée Guébré-Mariam d'Addis-Abeba Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie Mode
Titouan Lamazou Drapeau de la France France Lycée Gustave-Flaubert de La Marsa Drapeau de la Tunisie Tunisie Sport
Axelle Lemaire Drapeau de la France France Drapeau du Canada Canada Lycée français d'Ottawa Drapeau du Canada Canada Politique
Jonathan Littell[150] Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la France France Lycée français de New York Drapeau des États-Unis États-Unis Littérature
Amin Maalouf Drapeau du Liban Liban Drapeau de la France France Collège Notre-Dame de Jamhour Drapeau du Liban Liban Littérature
Sonia Mabrouk Drapeau de la Tunisie Tunisie Drapeau de la France France Lycée Gustave-Flaubert de La Marsa Drapeau de la Tunisie Tunisie Journalisme
Chiara Mastroianni Drapeau de la France France Lycée Chateaubriand de Rome Drapeau de l'Italie Italie Cinéma
Maria de Medeiros[120] Drapeau du Portugal Portugal Lycée Charles Lepierre de Lisbonne Drapeau du Portugal Portugal Cinéma
Mika[132] Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau du Liban Liban Lycée Charles-de-Gaulle de Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Musique
Georges Moustaki Drapeau de la France France Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la Grèce Grèce Lycée français d'Alexandrie Drapeau de l'Égypte Égypte Musique
Amélie Nothomb[148] Drapeau de la Belgique Belgique Lycée français de New York Drapeau des États-Unis États-Unis Littérature
Françoise Nyssen[151] Drapeau de la France France Drapeau de la Belgique Belgique Lycée français de Bruxelles Drapeau de la Belgique Belgique Politique
Édouard Philippe Drapeau de la France France Lycée français de Bonn Drapeau de l'Allemagne Allemagne Politique
Paloma Picasso Drapeau de la France France Drapeau de l'Espagne Espagne Lycée Charles-de-Gaulle de Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Mode
Atiq Rahimi Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan Drapeau de la France France Lycées français de Kaboul Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan Littérature
Jean Reno Drapeau de la France France Lycée Lyautey de Casablanca Drapeau du Maroc Maroc Cinéma
Isabella Rossellini Drapeau de l'Italie Italie Drapeau des États-Unis États-Unis Lycée Charles-de-Gaulle de Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Cinéma
Marjane Satrapi[152] Drapeau de l'Iran Iran Drapeau de la France France Lycée français de Vienne Drapeau de l'Autriche Autriche Littérature
Leïla Slimani Drapeau du Maroc Maroc Drapeau de la France France Lycée Descartes de Rabat Drapeau du Maroc Maroc Littérature
Carlos Tavares Drapeau du Portugal Portugal Lycée Charles Lepierre de Lisbonne Drapeau du Portugal Portugal Entreprise
Diane Tell Drapeau du Canada Canada Collège Marie-de-France de Montréal Drapeau du Canada Canada Musique
Agnès Varda Drapeau de la France France Lycée français de Bruxelles Drapeau de la Belgique Belgique Cinéma
Sérgio Vieira de Mello Drapeau du Brésil Brésil Lycée franco-brésilien de Rio de Janeiro Drapeau du Brésil Brésil Diplomatie
Dominique de Villepin Drapeau de la France France Lycée français de Caracas Drapeau du Venezuela Venezuela Politique
Sigourney Weaver Drapeau des États-Unis États-Unis Lycée français de Los Angeles Drapeau des États-Unis États-Unis Cinéma

Anciens professeurs du réseau AEFE

Nom Discipline Lycée français fréquenté Période
Lucie Aubrac Histoire-géographie Lycée Chateaubriand de Rome
Thierry Breton[148] Mathématiques Lycée français de New York 1979-1980
Alfred Clebsch Mathématiques Lycée français de Berlin
Inji Efflatoun Dessin Lycée français du Caire
Frédéric Ferney Anglais Lycée Chateaubriand de Rome
Jérôme Ferrari[note 17],[153] Philosophie Lycée Louis Massignon d'Abou Dabi 2012-2015
Emmanuel Mounier Philosophie Lycée français de Bruxelles 1935-1939
Constantin Kaïtéris Français Lycée français d'Alexandrie
Alain Pasquier Français Lycée Descartes de Rabat 1966-1968
Moustapha Safouan Philosophie Lycée français d'Alexandrie
Takieddine Solh[154] Arabe Grand Lycée franco-libanais

Liste des directeurs de l'AEFE

Anne-Marie Descôtes, directrice de l'AEFE de 2008 à 2013 et présidente du conseil d'administration de 2013 à 2017[155].
  • Gisèle Dessieux (1990-1991),
  • Jean Garbe [ ] (1991-1994),
  • Alain Bry [ ] (1994-1996),
  • Thierry Burkard [ ] (1996-1998),
  • Jacques Verclytte [ ] (1998-2002),
  • Maryse Bossière [ ] (2002-2008),
  • Anne-Marie Descôtes (2008-2013),
  • Hélène Farnaud-Defromont [ ] (2013-2016)
  • Christophe Bouchard [ ] (depuis 2016)

Liste des présidents du CA de l'AEFE

Galerie

Notes et références

Notes

  1. Le déménagement du siège a eu lieu en 2013. Les anciens locaux étaient situés rue du Colonel-Pierre-Avia, dans le 15e arrondissement.
  2. Adresse parisienne du siège : 23 place de Catalogne 75014 Paris.
  3. Adresse nantaise du siège : 1 allée Baco BP 21509, 44015 Nantes.
  4. Le conseil d’administration est constitué de 28 membres : un président, quatre parlementaires, treize représentants ministériels (sept représentants du ministre des Affaires étrangères, trois de l’Éducation nationale, un du Budget, un de la Fonction publique, un du Commerce extérieur), un membre de l’Assemblée des Français de l'étranger, deux représentants d’organismes gestionnaires d’établissements conventionnés (ANEFE, MLF), deux représentants des fédérations d’associations de parents d’élèves de l’enseignement français à l’étranger (FAPÉE, FCPE), cinq représentants du personnel en service dans les établissements d’enseignement à l’étranger et dans les services centraux de l’Agence.
  5. Issu du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, le président du conseil d'administration est le directeur général de la Mondialisation, du Développement et des Partenariats (DGM).
  6. Les pays du secteur Afrique : Afrique du Sud, Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée équatoriale, Kenya, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Nigeria, Ouganda, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Sénégal, Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie, Zimbabwe.
  7. Les pays du secteur Amériques : Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, El Salvador, Équateur, États-Unis, Guatemala, Haïti, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, République Dominicaine, Uruguay, Venezuela.
  8. Les pays du secteur Asie et Moyen-Orient : Arabie saoudite, Australie, Bahreïn, Bangladesh, Birmanie, Cambodge, Chine, Émirats arabes unis, Inde, Indonésie, Iran, Iraq, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Koweït, Laos, Liban, Malaisie, Mongolie, Népal, Oman, Ouzbékistan, Philippines, Qatar, République de Corée, Singapour, Sri Lanka, Syrie, Taïwan, Thaïlande, Turkménistan, Vanuatu, Vietnam.
  9. Les pays du secteur Europe : Albanie, Allemagne, Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM), Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, Géorgie, Grèce, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Jérusalem, Lituanie, Luxembourg, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, République Tchèque, Turquie, Ukraine.
  10. Les pays du secteur Maghreb et Océan Indien : Algérie, Comores, Égypte, Libye, Madagascar, Maroc, Maurice, Seychelles, Tunisie.
  11. Parmi les contrats locaux, on compte de nombreux professeurs de langues dont la langue native est la langue enseignée.
  12. L'acronyme ADN est un hommage à Alexandra David-Néel.
  13. FAPÉE : Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger.
  14. La devise de la Mission laïque française est « deux cultures, trois langues ».
  15. Au Maroc, la Mission laïque française est implantée sous le sigle OSUI (Office scolaire et universitaire international), association sœur à but non lucratif créée en 1996.
  16. Rolande Kammogne a remporté le prix de la catégorie « Anciens élèves des lycées français » lorsde l'édition 2018 des Trophées des Français de l’Étranger.
  17. Jérôme Ferrari a obtenu le prix Goncourt 2012 pour Le Sermon sur la chute de Rome alors qu'il enseignait la philosophie au Lycée Louis Massignon d'Abou Dabi.

Références

  1. a et b Décret no 90-588 du 6 juillet 1990 portant création de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger.
  2. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 14.
  3. a et b Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 66.
  4. a et b Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 65.
  5. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 66-67.
  6. a et b La saga des lycées français de là-bas (L'Express).
  7. a et b Les Français de l'étranger (PUF).
  8. a, b et c Bernard Cariot, Quel avenir pour l'enseignement français à l'étranger ? (Rapport), Conseil économique et social, , 196 p. (lire en ligne), p. 64-66.
  9. « Première version archivée du site de l'AEFE » (version du 24 février 1999 sur l'Internet Archive)
  10. « Bienvenue au nouveau logo de l’AEFE », sur aefe.fr, Agence pour l'enseignement français à l'étranger (consulté le 1er juin 2018).
  11. Louise Tourret, « Un soft power français : l'éducation », Rue des Écoles, France Culture,‎ (lire en ligne).
  12. Article L452 portant sur l'Agence pour l’enseignement français à l’étranger (chapitre II du titre V du livre IV de la deuxième partie du Code de l'éducation).
  13. a, b, c et d Service communication et événements de l'AEFE (directeur de publication), L'enseignement français à l'étranger - 2018 (Brochure de présentation), Agence pour l’enseignement français à l’étranger, , 18 p. (lire en ligne [PDF]).
  14. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 61.
  15. Décret du 28 octobre 20017 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger - M. Bili (Laurent).
  16. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 20.
  17. « Présentation de l'AEFE », sur Dailymotion, Agence pour l'enseignement français à l'étranger, (consulté le 6 juin 2018).
  18. Des affaires pas si étrangères, p. 208.
  19. Laurent Fabius, « 25ème anniversaire de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger », sur YouTube, Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, (consulté le 18 juin 2018).
  20. « Les écoles allemandes à l'étranger », sur make-it-in-germany.com, Make it in Germany (consulté le 1er juin 2018).
  21. « Une journée dans les lycées francais du monde (AEFE) », sur YouTube, Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, (consulté le 6 juin 2018).
  22. Louise Tourret, « La correction 2.0 est-elle l’avenir du bac ? », Slate.fr,‎ (lire en ligne).
  23. Bernard Roesch, « Les spécificités des établissements scolaires français à l'étranger » (Actes du séminaire national Partenariat Académies - Établissements français à l'étranger), Éduscol, Ministre de l'Éducation nationale,‎ (lire en ligne).
  24. Arrêté du 11 juin 2018 fixant la liste des écoles et des établissements d'enseignement français à l'étranger homologués fixant la liste des écoles et des établissements d'enseignement français à l'étranger homologués.
  25. « Établissement d'enseignement français à l'étranger : Homologation - année scolaire 2017-2018 », Bulletin officiel de l'éducation nationale, no 23,‎ (lire en ligne).
  26. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 141.
  27. a et b Arrêté du 2 février 2018 fixant la liste des établissements d'enseignement français à l'étranger relevant de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger.
  28. « Modèle d'accord de partenariat dit de 2 % entre l'AEFE et un établissement partenaire », sur aefe.fr, Agence pour l'enseignement français à l'étranger (consulté le 7 juin 2018).
  29. Arrêté du 2 février 2018 fixant la liste des établissements d'enseignement français à l'étranger relevant de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (EGD et conventionnés).
  30. Sonia Mabrouk, « Très côtés, trop coûteux », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  31. a et b Mohamed Kaci, « Christophe Bouchard : La Semaine des lycées français du monde #SemaineLFM », sur YouTube, TV5 Monde, (consulté le 26 mai 2018).
  32. a et b « Guide des établissements d'enseignement délivrant un programme homologué par le ministère de l'éducation nationale » [odt], sur data.gouv.fr, Agence pour l'enseignement français à l'étranger, (consulté le 2 juin 2018).
  33. a et b Augustin Mollet, « Florence : journée portes ouvertes au lycée Victor Hugo », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  34. Marion Brunet, « Le coût de la scolarité des enfants français à l'étranger », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  35. a et b Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 9.
  36. Solveig Saint-Germès, « Une bourse pour étudier en France », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  37. Corinne Mandjou, « Les boursiers Excellence-Major », RFI,‎ (lire en ligne).
  38. Xavier Lambrechts, « Des étudiants étrangers, "boursiers d'excellence" », sur YouTube, TV5 Monde, 64' Le Monde en français, (consulté le 30 mai 2018).
  39. Mohamed Kaci, « L'AEFE soutient 800 étudiants venus de 80 pays différents », sur YouTube, TV5 Monde, 64' Le Monde en français, (consulté le 6 juin 2018).
  40. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 10.
  41. Édition sur WikisourceDiscours du premier ministre Lionel Jospin lors de l'inauguration du lycée Louis Massignon, Casablanca,
  42. a et b L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 23.
  43. (en) « École Française Internationale de Katmandou turns 30 », Nepali Times,‎ (lire en ligne).
  44. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 31.
  45. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 32-36.
  46. (en) Sunday Aikulola, « Benefits of bilingual learning, by French school principal », The_Guardian (Nigeria),‎ (lire en ligne).
  47. Hélène Farnaud-Defromont (directrice de publication), Pour une éducation plurilingue : La politique des langues de l'AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, coll. « Cahiers de l’AEFE », , 36 p. (lire en ligne [PDF])
  48. a et b Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 43.
  49. Martine Jacot, « Effervescence cyber-éducative dans les établissements français à l’étranger », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  50. Aurélie Collas, « La correction des copies du bac passe au numérique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  51. Bénédicte Buisson, « Agora – Un réseau social pour orienter les élèves des lycées français à l’étranger », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  52. Corinne Mandjou, « Les premiers programmes d’échange du réseau des lycées français dans le monde », RFI,‎ (lire en ligne).
  53. « Quel bilan pour les lycées français de l’étranger, à l’occasion des 25 ans de l’AEFE ? », RFI,‎ (lire en ligne).
  54. Ivan Kabacoff, « Destination Madrid : focus sur l'Orchestre des lycées français du monde », sur YouTube, TV5 Monde, (consulté le 26 mai 2018).
  55. L'invité du jour, « Collégiens, lycéens et musiciens de l'Orchestre Philharmonique s'associent pour un concert comme un tour du Monde… », France Musique,‎ (lire en ligne).
  56. « Dans les coulisses de l'Orchestre des lycées français du monde », sur YouTube, Ambassade de France en Espagne, (consulté le 6 juin 2018).
  57. Gérald Moruzzi, « À Marcoussis, 70 jeunes musiciens étrangers révisent avant le grand concert », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  58. Bénédicte Buisson, « Ambassadeurs en herbe : des graines d’orateurs ! », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  59. Corinne Mandjou, « 6e édition de la rencontre annuelle à Paris des ambassadeurs en herbe de l’AEFE, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger », RFI,‎ (lire en ligne).
  60. Ivan Kabacoff, « Destination Abidjan : focus sur Ambassadeurs en herbe », sur Dailymotion, TV5 Monde, (consulté le 26 mai 2018).
  61. Corinne Mandjou, « Première édition de la Semaine des lycées français du monde », RFI,‎ (lire en ligne).
  62. « Cinéma en ligne : nouveau record pour le French Film Festival », L'Express,‎ (lire en ligne).
  63. a, b et c Solveig Saint-Germès, « Bac 2016 : une pluie de mentions très bien pour les lycées français de l’étranger », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  64. « Infographie. Lycées français à l’étranger : des taux record de réussite au bac », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  65. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 49.
  66. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 140.
  67. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 145.
  68. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 26.
  69. Robert del Picchia et André Vallini, Projet de loi de finances pour 2018 : Action extérieure de l'État : Diplomatie culturelle et d'influence (Rapport législatif), Sénat, (lire en ligne), « Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) ».
  70. a, b et c Service communication et événements de l'AEFE (directeur de publication), L'AEFE en chiffres : 2015-2016 (Brochure), Agence pour l’enseignement français à l’étranger, , 8 p. (lire en ligne [PDF]).
  71. a et b Marie-Pierre Parlange, « Anciens élèves des lycées français, faites-vous connaître ! », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  72. Pierre Delbosc, « Témoignages. Comment j’ai passé mon bac à l’étranger », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  73. Mathilde Poncet, « Lycées français - Un nouveau président à l'Association des Anciens », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  74. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 18.
  75. a, b et c Emmanuel Davidenkoff, « Des lycées qui contribuent à l'attractivité de la France », Libération,‎ (lire en ligne).
  76. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 20.
  77. a et b Marie-Estelle Pech, « Nos lycées plébiscités à l'étranger », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  78. « Réception au Quai d’Orsay en l’honneur des anciens élèves du réseau à l’occasion du 25e anniversaire de l’AEFE », sur aefe.fr, Agence pour l'enseignement français à l'étranger, (consulté le 13 juin 2018).
  79. Agnès Leclair, « Trop d'enfants de stars au French Lycée de New York ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  80. Nicolas Schiavi, « Jade et Joy Hallyday scolarisées au lycée français de Los Angeles : 5 choses à savoir sur le lycée des stars », Gala,‎ (lire en ligne).
  81. (en) Foreign Staff, « Storm over French school in NY accepting superstar children », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne).
  82. « La nuit du c0de 2017 », sur YouTube, Lycée français de Taipei, (consulté le 5 juin 2018).
  83. Décret no 2002-22 du 4 janvier 2002 relatif à la situation administrative et financière des personnels des établissements d'enseignement français à l'étranger.
  84. Michel Sparagano, « J'ai bien aimé vos enfants : Un lycée français de l'étranger », Diotime, revue internationale de didactique de la philosophie,‎ (lire en ligne).
  85. Bilan social 2016 de l'AEFE, p. 3, 8.
  86. Bilan social 2016 de l'AEFE, p. 6, 11.
  87. Bilan social 2016 de l'AEFE, p. 15, 17.
  88. Enseignement français à l'étranger : Recommandations visant à limiter l'augmentation des frais de scolarité, p. 30.
  89. a et b Delphine Bancaud, « Le vrai-faux des écoles françaises à l’étranger », 20 minutes (France),‎ (lire en ligne).
  90. Bilan social 2016 de l'AEFE, p. 27, 29.
  91. « Convention de partenariat AEFE-CNED », sur aefe.fr, Agence pour l'enseignement français à l'étranger, (consulté le 11 juin 2018).
  92. Décret no 2012-40 du 12 janvier 2012 portant création du label « LabelFrancEducation ».
  93. « À New York, le français en vogue au sein d'écoles bilingues », sur YouTube, Agence France-Presse, (consulté le 18 juin 2018).
  94. Ivan Kabacoff, « Destination Brasov en Roumanie où le collège Andrei Saguna a reçu le LabelFrancÉducation », sur YouTube, TV5 Monde, (consulté le 28 mai 2018).
  95. Anaïs Gontier, « LabelFrancÉducation : Une marque d'excellence et une alternative aux écoles françaises saturées », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  96. (en) Bubba Brown, « Jeremy Ranch says ‘merci’ for LabelFrancEducation honor », Park Record,‎ (lire en ligne).
  97. (es) « El IES Tejada Peluffo de El Puerto luce ya el sello LabelFrancEducation », Europa Press,‎ (lire en ligne).
  98. Quê Anh, « Le Lycée Hanoï - Amsterdam honoré par le LabelFrancEducation », Le Courrier du Vietnam,‎ (lire en ligne).
  99. (de) Markus Kampmann, « Pascal-Gymnasium erhält „Label Franc Education“ : Ticket für elitäres Netzwerk », Westfälische Nachrichten,‎ (lire en ligne).
  100. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 22-23.
  101. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 39.
  102. Ivan Kabacoff, « Destination Dublin où des parents français ont créé l'Association FLAM », sur YouTube, TV5 Monde, (consulté le 28 mai 2018).
  103. Hélène Da Costa, « Si vous n’avez pas d’école française à côté de chez vous, vos enfants peuvent bénéficier de cours de français grâce au programme FLAM », RFI,‎ (lire en ligne).
  104. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 23.
  105. Sanaa Nabi, « Flam : se sentir pleinement francophone à Milan ! », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  106. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 52.
  107. Rapport d'activité 2016/2017 de l'AEFE, p. 53.
  108. La Mission laïque française à travers son histoire (1902-2002), p. 10-31.
  109. Aurélie Lemaître, « Mission laïque française : La laïcité comme pédagogie », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  110. Lampros Flitouris, « La Mission laïque de Salonique : berceau et vecteur de la francophonie en Europe du sud-est de 1906 à la fin des années 1940 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 54,‎ , p. 97-115 (ISSN 2221-4038, lire en ligne).
  111. La Mission laïque française à travers son histoire (1902-2002), p. 34-51.
  112. Frédéric Abécassis, Pierre Caspard (dir.), Jean-Noël Luc (dir.) et Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes : deux siècles d'histoire, Paris, Institut national de recherche pédagogique, coll. « Bibliothèque Historique de l'Éducation » (no 28), , 504 p. (ISBN 2-7342-1017-7, lire en ligne [PDF]), Les lycées de la Mission laïque française en Egypte (1909-1961), p. 131-143.
  113. Jean-Christophe Deberre (directeur de publication), Michel Bur (directeur de la rédaction), Aude Buclon (coordination) et Alexis Oukkal (conception et réalisation graphique), Annuaire des établissements du réseau de la Mission laïque française OSUI 2017-2018, Mission laïque française, , 164 p. (ISSN 2260-8605, lire en ligne [PDF]).
  114. Enseignement français à l'étranger : Recommandations visant à limiter l'augmentation des frais de scolarité, p. 14.
  115. « Protocole d'entente entre l'AEFE et la MLF », sur aefe.fr, Agence pour l'enseignement français à l'étranger, (consulté le 9 juin 2018).
  116. Paul de Coustin, « Bachelor de Polytechnique : « La première année est très dense » », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  117. Marie-Estelle Pech, « Les lycées français de l'étranger plébiscités », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  118. Édition sur WikisourceDiscours du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à l'occasion du 25ème anniversaire de l'AEFE, Paris,
  119. a et b Clarisse Juompan-Yakam, « Éducation : le « Soft power » tricolore », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  120. a et b Patrick Simonin, « Maria de Medeiros : Vive les lycées français à l'étranger ! », sur YouTube, TV5 Monde, (consulté le 6 juin 2018).
  121. Agnès Leclair, « Trop d'enfants de stars au French Lycée de New York ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  122. Marie-Estelle Pech, « Le devenir incertain des lycées français de l'étranger », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  123. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 38.
  124. Enseignement français à l'étranger : Recommandations visant à limiter l'augmentation des frais de scolarité, p. 8-9.
  125. Catherine Rollot et Marie de Vergès, « La France paralysée devant ses mauvais résultats scolaires », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  126. Alain Barluet, « Budget : le Quai d'Orsay craint son « décrochage » international », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  127. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 7-9.
  128. a et b Soazig Le Nevé, « L’avenir incertain des lycées français à l’étranger », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  129. L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique, p. 9.
  130. Laurie Humbert, « Mobilisation au Lycée français contre les compressions à l’AEFE », L'Express (Canada),‎ (lire en ligne).
  131. Anne Bauer, « Le lycée de Bruxelles gère une longue liste d'attente », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  132. a, b et c Tim Bouquet, « Lycée Charles-de-Gaulle, l'école française la plus select du monde », Vanity Fair (magazine),‎ (lire en ligne).
  133. « Discrimination - Une plainte déposée contre l'AEFE », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  134. Enseignement français à l'étranger : Recommandations visant à limiter l'augmentation des frais de scolarité, p. 27.
  135. Emmanuel Langlois, « Les lycées français de l'étranger en crise », France Info,‎ (lire en ligne).
  136. AFP, « Les lycées français au Maroc trop chers », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  137. Anaïs Lefébure, « Vent de colère chez les enseignants et parents d'élèves des écoles françaises au Maroc », Le HuffPost,‎ (lire en ligne).
  138. Marie-Christine Corbier, « Ecoles françaises à l’étranger : le cri d’alarme de la Cour des comptes », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  139. Alexandra Pichard, « 50 propositions de la FAPEE pour les lycées français de l'étranger », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  140. Hervé Lemeunier des Graviers, « Professeurs résidents, mais pour combien de temps ? », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).
  141. Adrien de Tricornot, « Forte mobilisation contre la baisse du budget des lycées français de l’étranger », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  142. AFP, « Les lycées français de l'étranger, un réseau d'excellence en pleine crise », Le Point,‎ (lire en ligne).
  143. Marie-Estelle Pech, « La volte-face de Macron sur les lycées français de l'étranger », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  144. Véronique Soulé, « La mixité en péril au lycée Voltaire du Qatar », Libération,‎ (lire en ligne).
  145. Matteo Maillard, « Le Koweït censure les photos de nus dans les manuels du lycée français », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  146. Anne-Marie el-Hage, « Dans les écoles libanaises, le français ou l’anglais ? », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne).
  147. Philippe-Jean Catinchi, « Libre et indocile, la romancière Edmonde Charles-Roux est morte », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  148. a, b et c Gilles Bresson, « Le cas du Lycée français de New York », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  149. Chloé Lacourt, « Liya Kebede, le top qui voulait mettre l'Afrique sur les podiums », Madame Figaro, Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  150. Florent Georgesco, « Jonathan Littell, homme de l'année », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  151. « Qui est Françoise Nyssen, la nouvelle ministre de la Culture ? », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  152. Gilles Bresson, « L'oeil persan », Libération,‎ (lire en ligne).
  153. Baptiste Liger, « Jérôme Ferrari, Goncourt 2012: J'ai renoncé à répondre quelque chose d'intelligent », L'Express,‎ (lire en ligne).
  154. L. G., « Un homme de conciliation », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  155. Anne-Marie Descôtes, « Excellence française », sur YouTube, TV5 Monde, (consulté le 18 juin 2018).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Ouvrages utilisés pour la rédaction de l’article

  • Christophe Bouchard (directeur de publication), Lycées français du monde : Rapport d'activité 2016/2017, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, , 69 p. (lire en ligne [PDF]).
  • DRH (directeur de publication), Bilan social 2016 : Synthèse statistique pour l'année 2016 relative aux personnels employés par l'AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, , 47 p. (lire en ligne [PDF]).
  • L'enseignement français à l'étranger : Insuffler une nouvelle dynamique (Communication à la commission des Finances du Sénat), Paris, Cour des comptes, , 172 p. (lire en ligne [PDF])
  • Jean-Marc Ayrault, Anne-Marie Descôtes et Christophe Bouchard, Contrat d'objectifs et de moyens 2016-2018 de l'AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, , 13 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  • Hélène Farnaud-Defromont (directeur de publication), Plan d'orientation stratégique 2014-2017 de l'AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, , 23 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  • Aurélie Mauffrey, L'interculturalité dans les Lycées français à l'étranger : Curriculum formel et réel des établissements relevant de l'Agence pour l'Enseignement Français à l’Étranger (AEFE), Editions universitaires europeennes, , 116 p. (ISBN 978-3-8417-4076-2, présentation en ligne).
  • Effy Tselikas, « La saga des lycées français de là-bas », L'Express,‎ (lire en ligne).
  • Nadine Vasseur, La Leçon de français – Lycées français à l'étranger : d'anciens élèves se souviennent, Arles, Actes Sud, coll. « Sciences humaines », , 224 p. (ISBN 978-2-7427-5305-5, présentation en ligne).
  • Effy Tselikas et Lina Hayoun (dir.), Les lycées français du soleil : Creusets cosmopolites du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, Paris, Autrement, coll. « Mémoires », , 272 p. (ISBN 978-2-7467-0435-0).

Thèses universitaires

  • Olivier Cachet, Politique éducative dans les lycées français gérés par l'AEFE en Amérique latine (Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation, dir. Yves Dutercq), Nantes, Université de Nantes, (présentation en ligne).
  • Rana El Challah, Innovation en formation continue et dynamiques coopératives : étude sur le travail en réseau des enseignants au sein des établissements de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger au Liban (AEFE) (Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation, dir. Philippe Meirieu et Ramzi Salame), Lyon, Université Lumière Lyon 2, Université Saint-Joseph de Beyrouth, (présentation en ligne).
  • Sylvain Beck, Expatriation et relation éducative : Les enseignants français dans la mondialisation (Thèse de doctorat en sociologie, dir. Didier Lapeyronnie), Paris, Université Paris-Sorbonne, , 385 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), chap. 2.1.1 (« Agence pour l'enseignement français à l’étranger (AEFE) »).
  • Laura Uribe, Des pratiques d’enseignement en contexte bilingue à la formation des enseignants. Une perspective convergente : Les écoles primaires du réseau AEFE en Amérique latine. Étude de cas (Thèse de doctorat en Didactique des langues et des cultures, dir. Jean-Louis Chiss), Paris, Université Sorbonne-Paris-Cité, (présentation en ligne).

Rapports parlementaires

Autres ouvrages proches du sujet

  • Philippe Douste-Blazy, Des affaires pas si étrangères, Odile Jacob, coll. « Histoire et document », , 430 p. (ISBN 978-2738119605, présentation en ligne).
  • André Thévenin, La Mission laïque française à travers son histoire : 1902-2002, Paris, Mission laïque française, , 240 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Alain Vivien et Mireille Raunet, Les Français de l'étranger, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 978-2130483564).

Liens externes

Site officiel

Autres sites

  • Site officiel de l'association Anciens des lycées français du monde (ALFM)
  • Site officiel de LabelFrancÉducation
  • Site officiel de FLAM (Français langue maternelle)
  • Site officiel de la Mission laïque française

Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat