Environmental Protection Agency

(Redirigé depuis Agence de protection de l'environnement des états-unis)

Environmental Protection Agency
Logo de l'organisation
Situation
Création
Type Agence de protection de l’environnement
Siège Drapeau des États-Unis Washington, D.C.
Budget 8,139 milliards de dollars (2015)[1]
Organisation
Effectifs 15 408 (en 2014)[1]
Administrateur Andrew R. Wheeler (intérim)
Organisations affiliées Administration américaine

Site web www.epa.gov
Le siège de l'EPA à Washington.

La United States Environmental Protection Agency (EPA, ou « Agence américaine de protection de l’environnement » en français) est une agence indépendante du gouvernement des États-Unis. Elle a été créée dans la foulée du jour de la Terre le pour étudier et protéger la nature et la santé des citoyens des États-Unis[2].

Sa mission est de « protéger la santé humaine et de sauvegarder les éléments naturels — l’air, l’eau et la terre — essentiels à la vie. »

En 2014, elle emploie environ 15 500 personnes[1], elle compte dix bureaux régionaux[3] et 17 centres de recherche. L'EPA est dirigée par un administrateur nommé par le président des États-Unis et confirmé par le Sénat, membre du cabinet. L’administrateur actuel par intérim est Andrew R. Wheeler, nommé par le président des États-Unis, Donald Trump.

Des réductions budgétaires sont attendues sous la présidence de Trump[4].

Le siège de l'agence est l'Ariel Rios Federal Building, dans le quartier du Triangle fédéral à Washington[5].

Activités

L'agence élabore et fait respecter la règlementation sur l'environnement, gère les allocations budgétaires qui appuient les programmes environnementaux, effectue la recherche relative aux questions environnementales et en informe le public américain. Elle a donc une fonction pédagogique. Le Bureau des affaires internationales de l'EPA est responsable des efforts de réduction de pollution transnationale. Il encourage aussi la gouvernance éthique de la politique environnementale internationale.

En 2015, ses ressources budgétaires étaient de 8,139 milliards de dollars[1].

Histoire

En 1970 sous la présidence de Richard Nixon, l'EPA est par la loi nationale sur l'environnement (le National Environmental Policy Act, dit « NEPA »). Son premier directeur est William Ruckelshaus.

En 1972 l'EPA met en place le système FTP qui teste la consommation des modèles automobiles et qui devient obligatoire pour leur homologation par le constructeur.

En 1992, le programme Energy Star est initié par l'EPA.

En 2009 (17 avril), l'EPA reconnait le dioxyde de carbone comme un contaminant chimique atmosphérique et désigne officiellement comme gaz à effet de serre six substances chimiques : le dioxyde de carbone, le méthane (CH4), l'oxyde nitreux (NO2), des hydrofluorocarbures (HFC), des perfluorocarbures (PFC) et l'hexafluorure de soufre (SF6)[6].

En 2016, (novembre) Donald Trump nomme Myron Ebell la tête de l'EPA pour diriger une équipe chargée de préparer la transition entre les administrations Obama et Trump, et de réfléchir à l'avenir de l'agence. Depuis plus de vingt ans, Myron Ebell, climatosceptique notoire, conteste vigoureusement la réalité de l’influence des hommes sur le climat[7] et attaque les efforts faits aux Etats-Unis pour limiter les émissions de gaz à effet de serre[8],[9]. Pour cela il mettait en oeuvre une stratégie mise au point par l'industrie du tabac, réutilisée et promue par plusieurs think tank libertariens dont le Heartland Institute et le « Competitive Enterprise Institute » (présidé par Myron Ebell lui-même) : introduire le doute par tous les moyens dans l’opinion, en faisant croire que les chercheurs sont « alarmistes »[9] et en affirmant qu'il n'y a pas de consensus de la communauté des chercheurs sur le fait que l'Homme soit devenu déterminant dans le changement climatique. Son Think-tank, financé par des fonds privés - est considéré comme un puissant lobby au service des industriels américains, proche des frères Koch, deux milliardaires libertariens qui ont bâti leur fortune dans le pétrole, le charbon, la finance et la chimie[10]. Ebel est aussi président d'une coalition dénommée Cooler Heads Coalition, qui affirme également que les scientifiques du climat sont alarmistes.

Le 17 février 2017, Scott Pruitt prend la tête de l'Agence, nommé administrateur de l'EPA par le président Donald Trump, nomination controversée notamment parce qu'il a passé une partie de sa carrière à attaquer l'EPA et les politiques environnementales des États-Unis, mais aussi pour son manque d'expérience dans le domaine de la planification et de la gestion administrative de l'environnement et de l'énergie, et enfin parce qu'il pourrait être en situation de conflit d'intérêt vis à vis des industries des énergies fossiles qui l'ont financé et soutenu et qu'il a soutenu avant sa nomination à ce poste-clé[11]. Après des accusations de dépenses trop excessives, il est limogé le 5 juillet 2018 est remplacé par intérim par l'administrateur adjoint Andrew R. Wheeler.

Législation

Année Nom Thème Références
1955 Air Pollution Control Act  Air PL 84-159
1963 Clean Air Act Air PL 88-206
1965 Motor Vehicle Air Pollution Control Act  Air PL 89-272
1966 Clean Air Act Amendments of 1966 Air PL 89-675
1967 Air Quality Act  Air PL 90-148
1969 Loi nationale sur l'environnement Air PL 91-190
1970 Clean Air Act Extension Air PL 91-604
1976 Toxic Substances Control Act  Air PL 94-469
1977 Clean Air Act Amendments of 1977 Air PL 95-95
1990 Clean Air Act Amendments of 1990 Air PL 101-549
1948 Water Pollution Control Act Océans, mers, fleuves PL 80-845
1965 Water Quality Act Océans, mers, fleuves PL 89-234
1966 Clean Waters Restoration Act Océans, mers, fleuves PL 89-753
1969 Loi nationale sur l'environnement Océans, mers, fleuves PL 91-190
1970 Water Quality Improvement Act Océans, mers, fleuves PL 91-224
1972 Water Pollution Control Act Océans, mers, fleuves PL 92-500
1974 Safe Drinking Water Act Océans, mers, fleuves PL 93-523
1976 Toxic Substances Control Act Océans, mers, fleuves PL 94-469
1977 Clean Water Act Océans, mers, fleuves PL 95-217
1987 Water Quality Act Océans, mers, fleuves PL 100-4
1918 Convention concernant les oiseaux migrateurs Nature
1964 Wilderness Act of 1964 Nature PL 88-577
1968 Scenic Rivers Preservation Act Nature PL 90-542
1969 Loi nationale sur l'environnement Nature PL 91-190
1970 Wilderness Act of 1970 Nature PL 91-504
1977 Surface Mining Control and Reclamation Act Nature PL 95-87
1978 Wilderness Act of 1978 Nature PL 98-625
1980 Alaska Land Protection Act Nature PL 96-487
1994 California Desert Protection Act Nature PL 103-433
1946 Coordination Act Espèces en voie d'extinction PL 79-732
1966 Endangered Species Preservation Act Espèces en voie d'extinction PL 89-669
1969 Endangered Species Conservation Act Espèces en voie d'extinction PL 91-135
1972 Marine Mammal Protection Act Espèces en voie d'extinction PL 92-522
1973 Endangered Species Act de 1973 Espèces en voie d'extinction PL 93-205
1965 Solid Waste Disposal Act Divers PL 89-272
1969 Loi nationale sur l'environnement Divers PL 91-190
1970 Resource Recovery Act Divers PL 91-512
1976 Resource Conservation and Recovery Act Divers PL 94-580
1980 Comprehensive Environmental Response, Compensation, and Liability Act (« Superfund ») Divers PL 96-510
1982 Nuclear Waste Repository Act Divers PL 97-425
1982 Hazardous and Solid Wastes Amendments Act Divers
1986 Superfund Amendments and Reauthorization Act Divers PL 99-499
2002 Small Business Liability Relief and Brownfields Revitalization Act (« Brownfields Law ») Divers PL 107-118
1972 Federal Environmental Pesticide Control Act Divers PL 92-516
1972 Ocean Dumping Act Océans, mers, fleuves

Administrateurs

Autres agences

Le nom « Environmental Protection Agency », ou EPA, se retrouve également pour d'autres agences dans des pays ou régions anglophones, comme en Irlande.

Dans la culture populaire

Dans le dessin animé Les Simpson, le film, l'Agence de protection de l'environnement (APE) est humoristiquement critiquée. Elle enferme les habitants de Springfield sous un dôme géant pour éviter que la pollution de la ville ne se propage au reste du pays.

Notes et références

  1. a, b, c et d (en) EPA's Budget and Spending - Site officiel
  2. (en) EPA History - Site officiel
  3. (en) Visiting a Regional Office - site officiel.
  4. (en) Juliet Eilperin, « EPA emerges as major target after Trump solicits policy advice from industry », sur The Washington Post, (consulté le 24 avril 2017).
  5. (en) « EPA Headquarters », EPA (consulté le 27 avril 2009).
  6. Louis-Gilles Francoeur, « Les GES enfin reconnus comme des contaminants dangereux », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  7. Fountain, H. (2016). Trump’s Climate Contrarian: Myron Ebell Takes on the EPA. New York Times. Nov, 11.
  8. Monbiot G (2016). Frightened by Donald Trump? You don’t know the half of it. The Guardian, 30.
  9. a et b Bravender R (2016) Trump Picks Top Climate Skeptic to Lead EPA Transition. Scientific American, 26.
  10. « Le « Monsieur écologie » de Donald Trump est un climatosceptique », sur Le Monde, (consulté le 24 novembre 2016)
  11. « EPA's Scott Pruitt haunted by corruption allegations, old and new », MSNBC, (lire en ligne)

Voir aussi

Liens externes

  • (en) Site officiel
  • (en) Programmes et budgets de l'EPA pour les années fiscales : 2008, 2007 et 2006