Afrine

Afrine
(ar) عفرين
(ku) Efrîn
Vue de la ville, du côté sud (2009).
Vue de la ville, du côté sud (2009).
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Gouvernorat Alep
Démographie
Population 36 562 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 36° 30′ 43″ nord, 36° 52′ 10″ est
Altitude 270 m

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Afrine

Afrine ou Afrin (arabe : عفرين nord levantin : [ʿAfrīn] ou [ʿIfrīn], kurde : Efrîn ou Afrîn, syriaque classique : ܥܦܪܝܢ) est une ville et un district du gouvernorat d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie.

La population du district est en 2004 de 172 095 habitants et celle de la ville est de 36 562 habitants. L'ensemble est nommé en référence à la rivière Afrin.

Géographie

Afrine se trouve à environ 30 km de la frontière turque, près de la Montagne des Kurdes (en arabe : كرد داغ , du turc Kürd Dağı, [à ne pas confondre avec جبل الاكراد, Jabal al-Akrad, un des noms traditionnels de la région du Sahyoun dans les montagnes côtières] et en kurde : Çiyayê Kurd).

La ville est également située à côté d'un pont qui traverse la rivière Afrin (coupant Afrin en deux) sur la route d'Alep.

Toponymie

La rivière d'Afrin était connue sous le nom d'« Oinoparas » à l'époque Séleucide, avant de prendre le nom romain d'« Ufrenus », d'où l'arabe vernaculaire nord levantin tira le nom de ʿAfrīn puis d'Efrîn en kurde kurmandji.

Efrîn signifie littéralement en kurde « création féconde » ou « création sacrée ».

Histoire

Il subsiste des restes d'un royaume néo-hittite (âge du fer) à environ 8 km au sud de la ville à Ain Dara.

Dans un champ au nord-ouest de la ville a également été découvert une stèle louvite datant du 9e siècle ou 8e siècle av. J.-C. (connue comme la stèle d'Afrin)[1] évoquant le dieu Hourrite Teshub[1].

Passée successivement aux Achéménides, au Royaume de Macédoine, puis aux Séleucides, la vallée d'Afrin est incorporée à la Syrie romaine à partir de 64 av. J.-C., puis fait partie du Califat omeyyade après les conquêtes musulmanes en 637[2].

La région passe brièvement sous le contrôle des croisés de la Principauté d'Antioche en 1098, avant de retourner sous le joug de l'empire baharite en 1260, peu avant les invasions mongoles.

En 1516, la région passe sous contrôle ottoman, et est incorporée à la province de Kilis.

Bien que la ville et sa vallée ne fassent pas parties des zones de peuplement originelles du Kurdistan, des Kurdes sont attestés dans la région depuis au moins le 18e siècle, selon le document ottoman du Sancak des Kurdes[3].

Les tribus de la région sont les premières à manifester leur opposition lors de l'instauration du Mandat français en Syrie en 1920. Les Français transforment la cité au rang de centre commercial.

Histoire contemporaine

La ville est prise par l'Unités de protection du peuple (YPG Kurdes) en 2012.

En 2014, Afrin est devenue le chef-lieu administratif qui a pris son nom, de l'un des trois territoires, dit canton, du Kurdistan syrien.

Article détaillé : Bataille d'Afrine.

Devenue progressivement une enclave kurde durant le conflit syrien, l'armée turque (en guerre avec les YPG considérés comme « terroristes » par Ankara) pénètre dans la vallée le à 8h du matin[4] lors d'une opération nommée « Rameau d’olivier », avec pour objectif d'établir une zone de sécurité d’une profondeur de 30 km à partir de la frontière entre la Turquie et la Syrie[5]. Le 18 mars 2018 l'armée turque entre dans le centre de la ville avec l'Armée syrienne libre[6].

Éducation

En août 2015, l'Université d'Afrin est créée, disposant d'enseignements en littérature, ingénierie et économie, y compris des instituts de médecine, d'ingénierie topographique, de musique et de théâtre, d'administration des affaires ainsi que de langue kurde[7].

Économie

L'olivier est le symbole d'Afrin, dont la région produit une part importante de la production du pays. L'huile d'olive pressée et le filage textile font partie des industries locales.

Notes et références

  1. a et b John David Hawkins, Inscriptions of the Iron Age: Part 1: Text, Introduction, Karatepe, Karkamis, Tell Ahmar, Maras, Malatya, Commagene. Part 2: Text, Amuq, Aleppo, Hama, Tabal, Assur Letters, Miscellaneous, Seals, Indices. Part 3: Plates, (lire en ligne), p. 386
  2. (en) Andrew Palmer, The Seventh Century in the West-Syrian Chronicles (1993), p. 209, fn. 525.
  3. Stefan Winter, Sociétés rurales ottomanes, Cairo, IFAO, , 243–258 p. (ISBN 2724704118), « Les Kurdes du Nord-Ouest syrien et l’État ottoman, 1690-1750 »
  4. Syrie : l'armée turque affirme être entrée dans Afrin, les Kurdes démentent — france24.com, 21 janvier 2018
  5. Syrie : l’armée turque est entrée dans l’enclave kurde d’Afrin — lemonde.fr, 21 janvier 2018
  6. « Syrie : l’armée turque et ses alliés syriens ont repris Afrin - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  7. « Syria's first Kurdish university attracts controversy as well as students », Al-Monitor, (consulté le 14 juillet 2016)