Affaire du viol collectif de Zouhoura

Affaire du viol collectif de Zouhoura

Affaire du viol collectif
de Zouhoura
Des habitants de N'Djaména protestantcontre le viol en avril 2016.
Des habitants de N'Djaména protestant
contre le viol en .

Fait reproché Viol
Chefs d'accusation Viol en réunion
Pays Drapeau du Tchad Tchad
Date
Nombre de victimes 1 (Zouhoura)
Jugement
Statut Affaire jugée
Date du jugement

L'affaire du viol collectif de Zouhoura est un viol en réunion au Tchad commis en par des fils de généraux proches du président Idriss Déby, d'une adolescente de 16 ans nommée Zouhoura, fille de l'homme politique Mahamat Yesko Brahim, opposant au régime[1].

La diffusion sur les réseaux sociaux d'images vidéo de ce viol a entrainé des manifestations de lycéens dans plusieurs villes du Tchad[2],[3], leur répression policière provoquant la mort de deux manifestants[1].

En , 7 hommes furent condamnés pour viol à 10 ans de prison pour le kidnaping et le viol de Zouhoura[4].

Notes et références

  1. a et b Edouard Lamort, « Le viol collectif de Zouhoura par des fils de dignitaires embrase le pays », sur nouvelobs.com, (consulté le 20 janvier 2017)
  2. Harriet Sinclair, « Chad rape riots: Internet sexual humiliation of schoolgirl by 'sons of army officers' sparks fury », International Business Times UK,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2017)
  3. (en-US) « Video of high school gang rape sparks protests in Chad », The France 24 Observers,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2017)
  4. (en-GB) « Chad gang-rape: Men jailed », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2017)